Archives par étiquette : PCF

Bernard Pudal et Claude Pennetier, Le Souffle d’octobre 1917. L’engagement des communistes français, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier / Éditions ouvrières, 2017, 376 pages, 25 €.

Un compte-rendu de Morgan Poggioli

Dans le cadre du centenaire de la Révolution bolchevique, l’ouvrage de Bernard Pudal et Claude Pennetier se distingue des nombreuses autres publications sorties à cette occasion, en se focalisant non pas sur la Russie mais sur la France ; ou plus exactement sur les répercussions françaises du « souffle d’octobre » sur le mouvement ouvrier français. L’objectif est de comprendre comment, à plus de 2 500 km de distance, des hommes et des femmes en France (mais pas nécessairement français) ont adhéré à l’idéologie – voire à l’idéal – qui avait motivé cette Révolution et ont vu dans l’URSS la construction d’un monde nouveau.

L’originalité de l’étude réside dans l’approche prosopographique et (auto)biographique des sujets communistes [1] dont les auteurs sont des spécialistes (piliers du Maitron entre autres). En effet, à travers quatorze profils différents (paysans, ouvriers, syndicalistes, intellectuels, femmes, colonisés, juifs, catholiques…), ils mêlent parcours collectifs et trajectoires individuelles pour tenter de comprendre les ressorts de l’engagement communiste, de ces hommes et de ces femmes aux origines et aux horizons si divers, retranscription intégrale de fiches autobiographiques (rédigées à la demande des instances de contrôle du PCF) à l’appui, celles-ci étant « présentées, contextualisées et commentées. » (p. 13).

L’introduction et le premier chapitre forment un préalable à la compréhension de l’ouvrage en questionnant « l’aveuglement » de ces militants – n’épargnant pas (c’est un euphémisme) au passage les tenants de « l’illusion » [2]  – et en présentant un historique de l’autobiographie, érigée en véritable système d’encadrement coercitif et/ou promotionnel du monde communiste au point d’instaurer, à partir des années 30, ce que les auteurs nomment une « biocratie ». S’enchaînent ensuite une série de portraits de ces militants, hommes et femmes, touchés par le souffle plus ou moins lointain de 1917, puisque qu’on y retrouve aussi bien des pionniers du début des années 20 que des membres de la génération du Front populaire.  Si chaque chapitre porte le nom d’une, deux voire trois personnes, c’est en réalité un panorama bien plus large qui est offert au lecteur. Les noms en titre sont ceux dont les fiches autobiographiques sont retranscrites, mais chaque chapitre s’ouvre par une présentation plus large de la « catégorie » en question, en croisant les noms et parcours d’autres militants, avant d’arriver au récit de ces trajectoires particulières – même singulières pour certaines d’entre elles – et à l’analyse de leur fiche.

Ces fiches constituent d’ailleurs assurément l’un des intérêts majeurs du livre. En effet, malgré le caractère très cadré de l’exercice, dont les candidats connaissent la finalité, la plupart d’entre elles offrent un ton et des propos assez libres (à l’exception des cadres tels Maurice Thorez ou Eugène Fried). Elles permettent alors d’approcher au plus près l’intimité de ces militants qui se livrent plus ou moins, au point que certaines de ces « bios » pourraient s’apparenter à une séance de psychanalyse ou de confessionnal. Elles révèlent des parcours extraordinaires – au sens premier du terme –, des degrés divers d’adhésion et  des dynamiques multiples (personnelles, professionnelles, culturelles).  En somme, à l’ère du monolithisme soviétique elles donnent paradoxalement à découvrir une pluralité de communismes/tes [3] qui ne saurait être résumée à une illusion, un aveuglement ou un système politique autoritaire et criminel [4]. Car c’est bien un sentiment d’espoir, d’émancipation, qui ressort à la lecture de ces fiches autobiographiques et qui redonne toute une humanité à ces hommes et ces femmes pour la plupart oublié(e)s.

On ne saurait donc que conseiller vivement cet ouvrage, véritablement passionnant, loin des idées reçues puisque proposant de nouvelles interprétations.

[1]     Bernard Pudal et Claude Pennetier, Le Sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du « moi », Rennes, PUR, 2014.

[2]     François Furet, Le Passé d’une illusion, Paris, Laffont/Calmann-Levy, 1995.

[3]     Michel Dreyfus, Bruno Groppo, Claudio Sergio Ingerflom, Roland Lew, Claude Pennetier, Bernard Pudal et Serge Wolikow (dir.), Le Siècle des communismes, Ivry-sur-Seine, Editions de l’Atelier, 2000.

[4]       Andrzej Paczkowski, Jean-Louis Panné, Karel Bartošek, Mart Laar, Nicolas Werth et Stéphane Courtois (dir.), Le Livre noir du communisme, Paris, Robert Laffont, 1997.

Paul Boulland, Des vies en rouge. Militants, cadres et dirigeants du PCF (1944-1981), Paris, Éditions de l’ Atelier, 2016, 350 pages, 23 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, issu de sa thèse d’histoire1, Paul Boulland livre une contribution magistrale et majeure à la compréhension de la culture politique des cadres et dirigeants du Parti communiste français de la période d’après la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 19812. Dans le prolongement des travaux de Bernard Pudal3 promouvant une sociologie historique du PCF en se penchant sur l’invention d’un modèle de militant communiste (le « cadre thorézien »), l’historien se penche, pour sa part, sur la gestion et la perpétuation de ce modèle dans la période qui succède à la guerre.

Sa démonstration est conduite en neuf chapitres, mêlant à la fois une approche chronologique et une dimension plus thématique. L’ouvrage s’ouvre par une citation qui situe parfaitement l’esprit d’un parti en pleine exaltation patriotique de l’union nationale : « Faire la guerre. Créer une puissante armée française. Reconstruire rapidement notre industrie, avant tout notre industrie de guerre (…). Préparer et créer dans l’union des cœurs et des cerveaux la renaissance de notre patrie, pour faire une France libre, forte et heureuse » (p. 17), proclamation qui est « en conformité avec les perspectives géopolitiques de Staline » (p. 23), selon l’auteur. Très rapidement, le rôle joué par le Parti et ses militants dans la Résistance n’est pas le critère central pour les places et le recrutement des cadres, dans un parti aspiré/aspirant au pouvoir. C’est l’heure de la bataille de la production et le bloc PCF-CGT «  s’efforce (…) de contenir les aspirations ouvrières » (p. 41). La stratégie du PCF est claire, dans le prolongement de la stratégie soviétique, la conquête du pouvoir est exclue en France depuis 1944. « Thorez s’efforce (donc) d’écarter toutes tentatives radicales », dont le meilleur exemple est la grève Renault de 1947, dans laquelle le PCF s’engagera « en s’efforçant de limiter les revendications aux primes de rendement » (p. 43). Ainsi qu’on le constate à travers les quelques éléments de citation fournis, l’analyse de Paul Boulland ne recoupe que très partiellement l’histoire officielle défendue par le PCF. Cet engagement des militants du PCF repose sur la place prépondérante d’un instrument de contrôle mis en place dans les années trente, les autobiographies. Ce contrôle biographique de la direction, par le biais de la section des cadres, permet notamment de réguler la place dans le parti des anciens résistants, culminant dans les procès politiques et les « affaires » du début des années cinquante (objet du chapitre 2), avec l’exclusion d’André Marty et de Charles Tillon. Paul Boulland démontre de manière convaincante, à partir du cas d’une militante plusieurs fois arrêtée (p. 65), comment l’institution communiste contrôle étroitement et sélectionne son personnel. Il s’agit bien de manifester une vigilance de tous les instants, afin de réguler le corps militant. A travers les cas des anciens dirigeants résistants, la « dénonciation de Marty et Tillon (y) apparaît comme une entreprise de disqualification systématique de toutes les opinions divergentes accumulées depuis 1940 (Pacte germano-soviétique, insurrections, dissolutions des milices patriotiques, participation au gouvernement, doctrine Jdanov) » (p. 84). La mort de Staline ne constitue pas une réelle occasion pour essayer de renouveler les pratiques politiques, mais produit plutôt du resserrement sur la discipline et les militants les plus fidèles, si bien que ceux qui apparaissent comme les tenants d’une ligne plus ouverte et unitaire, seront eux aussi mis au ban du parti. C’est le cas de Laurent Casanova et Marcel Servin en 1961, « dernier sursaut du thorézisme » (p. 102). En effet, jusqu’aux années soixante, le contrôle des cadres est à son apogée, y compris dans la sphère intime et privée : « Au sommet, un appareil administratif centralisé, chargé d’élaborer, de diffuser et de faire appliquer les critères de sélection et de promotion des militants. Cette gestion s’efforce de garantir la conformité sociologique, biographique et comportementale du personnel politique, en articulant indicateurs quantitatifs, évaluation individuelle et contrôle moral (…) » (p. 109). Cette activité est dévolue à un nombre restreint de permanents, peu connus, comme Jean Dobrenine, René Maire ou encore Georges Brichot, animateurs de la Section de montée des cadres (SMC) qui mettent en œuvre, grâce à des techniques plus modernes que l’autobiographie, une politique visant toujours à promouvoir un personnel d’extraction ouvrière. Ce travail de vérification permet à l’auteur de mettre en exergue les « mauvais militants », par exemple ceux qui sont intéressés par le modèle yougoslave ou dont le réseau social n’est pas conforme à l’idéal communiste proclamé. D’ailleurs, la moralité (mari trompant sa femme ou homosexualité) apparaît comme un motif bien supérieur que le désaccord politique exprimé sur tel ou tel aspect de la politique du parti. En tous les cas, à travers la SMC « Le Parti communiste français et son groupe dirigeant disposent d’un outil essentiel pour assurer la conformité du personnel politique » (p. 134).

Cependant à partir des années soixante, cette centralité du personnel ouvrier pour le recrutement des dirigeants commence à s’éroder, politique paradoxalement mise en œuvre par des cadres ouvriers formés après la Seconde Guerre mondiale. Cet aggiornamento s’identifie avec la période de la direction de Waldeck Rochet, dont l’objectif est d’innover dans l’identité du parti, tout en n’abandonnant pas l’identité partidaire. L’analyse de la politique de recrutement des écoles centrales de formation du PCF montre clairement une évolution des critères de sélection qui font de plus en plus place à la détention d’un capital scolaire dans les parcours militants. Si le contrôle autobiographique s’amenuise nettement (il n’est plus décisif de remplir sa bio et celles qui le sont encore sont de moins en moins détaillées), en revanche, la modernité introduit de plus en plus d’éléments statistiques, conduisant à une gestion plus objective et bureaucratique du corps dirigeant, aboutissant d’ailleurs à un recul de la capacité d’intervention préalable de la SMC dans la sélection des cadres. Ce relâchement de la vigilance est cependant revivifié au milieu des années soixante, conséquence du développement d’un mouvement trotskyste (illustré par Voix ouvrière) et maoïste, ces deux composantes étant d’ailleurs confondues en un « sino-trotskysme ». On y découvre ainsi que « les fédérations du PCF mettent en place un système de repérage et de surveillance, y compris par des filatures, afin de reconstituer les réseaux militants » (p. 206). Sur une base documentaire très importante, soit 150 rapports qui rendent compte des conférences des sections de la banlieue sud, l’auteur s’intéresse à la manière dont ces évolutions sont perçues par le corps des cadres intermédiaires. Ces conférences apparaissent comme des lieux relativement ouverts au débat, où se confrontent une orientation identitaire (fidélité à l’URSS, pour faire court) et une orientation plus critique. Cependant, ce qui ressort le plus clairement de ces moments d’échange, c’est une position des cadres comme évaluateurs de la politique, du fait de la détention de plus en plus marquée de capitaux spécifiques : « Ils bénéficient (…) d’un capital politique et militant qui les distingue de fait des militants de base, avec lesquels ils entretiennent dès lors une relation hiérarchique qu’ils assimilent à un rapport entre enseignants et élèves » (p. 220). Se manifeste ainsi de manière croissante au sein du parti une distanciation entre les cadres et les militants de base.

A quoi ressemble la vie quotidienne de ces fameux cadres ? C’est l’objet du chapitre 8, qui présente de nombreuses informations sur la manière dont les permanents organisent leur travail politique au quotidien. On retiendra, au passage, que contrairement à des idées souvent colportées, une forte hétérogénéité des statuts se manifeste, en fonction des départements, avec des degrés de professionnalisation plus ou moins marqués, en rapport avec les moyens matériels et politiques conférés par l’implantation du Parti. Paul Boulland, tout en décrivant l’univers des cadres, y compris dans sa dimension matérielle des conditions de vie, se refuse pourtant à évoquer la formation d’une bureaucratie, dont pourtant toutes les caractéristiques sont présentes. Il illustre ces pratiques politiques à travers le cas d’Andrée Moat4, secrétaire de section de la banlieue parisienne (p. 262 et suivantes), moment d’évocation d’une rare densité (que l’on songe simplement au fait que cette militante assiste à 123 réunions en 1954, auxquelles s’ajoutent encore 34 réunions syndicales, temps saturé et engagement total se confondant alors). L’ultime chapitre porte sur la période 1968-1981, celle qui voit s’accumuler les ruptures avec le modèle canonique et se mettre en place les éléments qui déboucheront sur la crise du PCF. Période marquée par l’accession au secrétariat général de Georges Marchais, personnalité sur laquelle Paul Boulland revient pour nettement corriger les analyses diffusées dans les années quatre-vingt sur le « Marchais collaborateur ». Il rappelle ainsi que Georges Marchais a bien travaillé chez Messerschmitt, mais dans le cadre de la réquisition de 1942. Son cas n’est pas unique, car on compte au moins dix autres cas similaires parmi les dirigeants du PCF. Son caractère exceptionnel tient au fait qu’il est le seul dirigeant dans ce cas ayant accédé aux responsabilités nationales. Cette précision apportée, l’auteur revient plus précisément à son objet, à savoir l’évolution du corps dirigeant, de moins en moins contrôlé par les instances idoines, même si ces dernières utilisent désormais l’informatique. Dès les années soixante-dix les chiffres produits indiquent une claire montrée en puissance des enseignants (et accessoirement des étudiants) parmi les organismes fédéraux, au détriment des dirigeants issus des classes populaires. La crise qui affecte la fédération de Paris constitue une bonne illustration de la déliquescence du modèle du cadre thorézien, les dirigeants parisiens (emmenés par Henri Fiszbin) où les ouvriers ont quasi disparus, développent une ligne alternative à celle développée par l’institution communiste. Dans une très dense conclusion, Paul Boulland rappelle la spécificité absolue que représente la culture communiste, puisque « A bien des égards, l’histoire de la politique d’encadrement, de la Libération à la fin des années 1970, est celle de la préservation d’un mode de légitimation politique des classes populaires élaboré dans la matrice stalinienne de l’entre-deux guerres » (p. 308). Cette disparition (au moins tendancielle) des ouvriers s’expliquerait par la conjonction à la fois du remplacement des ouvriers qualifiés par les techniciens au sein de l’encadrement communiste, sur fond de fragilisation de la classe ouvrière et enfin, par la massification scolaire qui a délégitimé le savoir auto-didaxique ou le capital proprement militant. Le PCF, en promouvant les plus qualifiés ou les plus titrés, au détriment des immigrés, des ouvriers spécialisés ou des précaires, aurait ainsi creusé sa propre tombe. Cette conclusion ultra-sociologique fait cependant fi des prises de position politiques prises par le PCF.

Plus largement, si la démonstration de ce livre est conduite de main de maître, le PCF est, à notre sens, insuffisamment abordé à travers ses prises de positions politiques et sous l’angle (trop) limité du prisme organisationnel, pouvant déboucher (c’est notamment le cas dans la conclusion) sur cette tendance à l’hyper-sociologisme, qui fait dépendre les prises de position des statuts sociaux. On l’aura compris, cette remarque participe d’une discussion ouverte, permise par la richesse d’un livre qui mérite de recevoir un très large accueil.

1Acteurs et pratiques de l’encadrement communiste à travers l’exemple des fédérations de la banlieue parisienne (1944-1974), Paris I, thèse d’histoire sous la direction de Jean-Louis Robert.

2En effet, si la thèse s’achevait au moment de la formation de l’Union de la gauche, le livre prolonge l’investigation de quelques années supplémentaires, au moment précisément où la crise du PCF commence à se manifester clairement. Sur cet aspect, lire Julian Mischi, Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, 2014. Le compte rendu de ce livre se trouve ici : https://dissidences.hypotheses.org/5141

3Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la FNSP, 1989.

4 Paul Boulland, à cette occasion, manifeste un usage particulièrement fécond du Maitron, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (DBMOF), dont il est par ailleurs le co-directeur.

Jean-Louis Beau, Muguette. Une femme, une voix, un combat, La Courneuve, éditions Art. Aux reflets du temps, 2015, 145 pages, 22 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Édité par un de ses proches collaborateurs, ce livre retrace le parcours de Muguette Jacquaint, ancienne députée communiste, conseillère municipale et conseillère générale de Seine-Saint-Denis. Née en 1942, Muguette représente le cas assez exemplaire d’une femme d’origine populaire accédant à d’importantes responsabilités politiques par le biais du syndicalisme, dans le cadre du Parti communiste français. Abondamment illustrés, les quatorze chapitres de ce livre hommage retracent le cursus honorum d’une ouvrière spécialisée très jeune révoltée contre les conditions de travail dans l’usine Sonolor, fabriquant des téléviseurs.

Sur la base d’entretiens, dont de très larges extraits constituent la trame de la narration, Muguette raconte ses expériences et son parcours qui se prolonge rapidement par des prises de responsabilités politiques. Sa conscience se teinte d’une dimension féministe, ancrée dans sa propre expérience, en lien avec la violence paternelle. L’évocation intime, même brève, constitue une dimension forte de l’ouvrage. Ouvrage que l’on doit par ailleurs lire comme un document d’institution. Le livre est en effet doublement préfacé par Gilles Poux, le maire de la Courneuve, et Pascal Beaudet, le maire d’Aubervilliers. Il est parsemé de témoignages de militants (qui ont croisé son parcours : Jack Ralite, Jean-Jacques Karman (ex-député), Marie-George Buffet, ainsi que quelques anonymes (Marie-Claude Champseix et Luc Chauvet, anciens enseignants à Aubervilliers, ou encore Louisette Tavernier, une de ses amies de Sonolor). Le choix de ces témoignages ne se résume d’ailleurs pas à l’univers du PCF. On y trouve aussi un chaleureux texte de Martine Billard, secrétaire du Parti de gauche (PG), d’autres encore signés de Joëlle Brunerie-Kauffmann, gynécologue et militante du Planning familial, et Maya Surduts, responsable d’une association féministe, parmi d’autres, qui toutes attestent du rôle que Muguette a pu jouer pour le droit des femmes, et ce « (…) bien avant que le PCF ou la CGT ne s’emparent activement de cette question », comme le rappelle Maya Surduts (p. 25).

C’est donc une tranche d’histoire politique des Trente Glorieuses à nos jours qui s’expose dans ce livre plein d’empathie à la très riche iconographie. On y trouve essentiellement des photographies, en noir et blanc ou en couleur, qui donnent à voir des exemples de mobilisation, des instantanés d’activités politiques, mais aussi de nombreux moments de convivialité. Pas une page qui n’est illustrée d’une photographie. Quelques documents complètent ce cénotaphe de papier, y compris le discours prononcé par l’impétrante lors de sa nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur. Symptomatiquement, le livre se conclut par une brève chronologie de l’histoire (inachevée) du droit des femmes. Une manière de plonger dans l’histoire du PCF, par le biais d’une de ses représentantes modèles.

Claude Doucet (coordonnateur), SNECMA. Des femmes et des hommes debout. Essai biographique de militant-e-s, Paris, éditions Helvétius, collection « Mémoires », 2015, 204 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Malgré son titre, ce livre se lit essentiellement au masculin. En effet, sur les quarante-cinq personnes environ dont il est question, seules deux femmes (l’une d’entre elle étant femme de…) sont répertoriées. C’est donc surtout un univers d’homme dont il est question dans ce livre. Toutes et tous ont travaillé à la SNECMA, ont été adhérents, militants, responsables, élus CGT dans cette immense usine située à Corbeil (Essonne), en banlieue parisienne. L’intérêt premier et inédit de ce livre, tout au moins à notre connaissance, réside dans le matériau utilisé pour présenter ces biographies. En effet, l’essentiel des textes est constitué par des discours prononcés au moment du pot de départ en retraite des militants concernés. A ces allocutions, s’ajoutent également des textes écrits par les intéressés eux-mêmes, suite à des sollicitations de leurs camarades ou encore des entretiens retranscrits et retravaillés. Ces matériaux sont complétés par quelques documents (courriers divers, documents professionnels, communication à un colloque). L’initiative de cette publication revient à la section CGT des retraités de la SNECMA.

Bien entendu, étant donné l’origine du projet, on ne sera pas étonné d’y lire une véritable ode à la CGT, et mezza voce, au PCF, dont la plupart étaient également membres. Les allocutions, en particulier, constituent un matériau brut, permettant de plonger au plus profond de la vie de cette fraction très qualifiée de la classe ouvrière parisienne, celle de la métallurgie, cœur de l’implantation de la CGT. C’est ainsi une tranche d’histoire ouvrière depuis la sortie de la Seconde Guerre mondiale qui est donnée à lire. Certains, parmi les plus anciens, ont même travaillé dans l’usine qui s’appelait alors Gnome et Rhône, alors qu’elle était encore implantée dans Paris. Le témoignage de Serge Boucheny (devenu par la suite député PCF du 13e arrondissement, où se situait l’entreprise) se révèle passionnant sur l’exil de la population ouvrière de Paris et son installation dans les communes de la banlieue au cours des années 60. La question du logement revient d’ailleurs de manière récurrente parmi les témoignages. Cette plongée dans l’univers de ces travailleurs permet d’approcher de multiples aspects de la vie ouvrière sur le long demi-siècle : la question des mobilisations, l’articulation entre l’écosystème syndical et celui de la politique, le rôle du sport ouvrier, la gestion des œuvres sociales, la compétition avec les autres forces syndicales – la CFDT essentiellement – la question des qualifications et autres domaines corporatifs, la prise de responsabilités (le témoignage direct de la seule femme, Josette Vilaine, évoque par exemple son refus de devenir permanente à l’UD [Union départementale]), etc.

On l’aura compris, ce livre constitue une source de grand intérêt sur une tranche du monde ouvrier, aujourd’hui encore regroupé dans le syndicalisme des retraités, très présent dans ces pages. D’autant qu’on y trouve un document que l’on peut qualifier de précieux, la prise de parole de Pierre Benoit, secrétaire du syndicat CGT de Corbeil, le 19 juin 1968. Le positionnement de la CGT et du PCF par rapport au mouvement gréviste y sont en effet présentés dans toute leur ampleur : détestation des gauchistes1 et rejet de toute perspective révolutionnaire2. Après ces paroles suit un appel à voter pour les élections législatives qui approchent et une critique de l’attitude de la CFDT promouvant la « cogestion », le « pouvoir syndical » ou « l’autogestion ». En quelques pages de ce discours d’institution sont résumées de manière on ne peut plus directe ce que fut la stratégie du PCF à l’occasion de cet événement. Face à un tel ouvrage d’une grande richesse et d’une lecture plaisante, en dépit de son parti-pris militant, on ne peut que souhaiter que se multiplie ce genre d’initiatives éditoriales.

1 Quelques extraits significatifs : « éléments douteux, renégats pour la plupart », « fauteurs de troubles », « groupes aventuristes contre les travailleurs en lutte », brandissant « le lugubre drapeau noir de l’anarchie » (p. 24).

2 « A dire vrai, la question de savoir si l’heure d’une insurrection avait sonné ou non, ne s’est jamais posée à la direction de la CGT, qui est composée de militants sérieux, très responsables, qui n’ont pas la réputation de se laisser aller à prendre leurs désirs pour des réalités (…) Non, les dix millions de travailleurs en grève ne revendiquaient pas le pouvoir pour la classe ouvrières, mais de meilleures conditions de vie et de travail et l’immense majorité d’entre eux exprimait, par opposition au pouvoir personnel, leur attachement à la démocratie sous le mot d’ordre « gouvernement populaire » » (p. 24).

Valérie Vignaux et François Albera, Léon Moussinac. Un intellectuel communiste, et Léon Moussinac. Critique et théoricien des arts, Paris, Afrhc, collection « Histoire culturelle », 2014, 467 et 540 pages, 24 € chaque volume (présenté en coffret).

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans ces deux épais volumes, coordonnés par Valérie Vignaux et François Albera, sont offerts une série de chroniques (inédites) de Léon Moussinac (1890-1964), ainsi que des analyses éclairant le parcours et l’ensemble des facettes du personnage. En découvrant ses multiples fonctions et rôles – comme critique de cinéma bien sûr, mais aussi en tant qu’homme de théâtre (à la fois auteur et fondateur de l’éphémère Théâtre d’Action International en 1932), directeur de la revue Regards en 1935, des Éditions sociales internationales (ESI) de 1935 à 1939, puis, après guerre, de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de 1946 à 1949 et de l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques) deux courtes années (1947-1949) – on ne peut que s’étonner que cet ami intime de Paul Vaillant-Couturier et de Henri Barbusse soit si peu connu (ou reconnu) aujourd’hui.

Outre le caractère de Moussinac, la logique discrète de ses interventions, Valérie Vignaux souligne son militantisme communiste et le décalage temporel de son action comme clefs de compréhension de son occultation. Ainsi, elle distingue trois périodes : une première, centrée sur le cinéma, puis celle, politique, qui coïncide avec son engagement communiste (il entre au Parti en 1924), enfin, à partir de la seconde moitié des années 1930, avec un changement de génération, Moussinac « fait figure de témoin mais également de passeur » (p. 10). Dès lors, son positionnement est plus en retrait, sa critique davantage orientée sur le passé.

Le volume d’études, abondamment illustré, explore donc son activité multiple1. Notamment, le semi-échec que constitue son expérience au sein des Éditions sociales internationales. « Moussinac doit aller à contre-courant d’une situation de fait : le PCF n’a jamais souhaité ou cherché à publier des textes pour constituer un catalogue, un fonds d’édition, mais exclusivement pour supporter une stratégie politique. (…) Moussinac a donc échoué partiellement dans la transformation des éditions du Parti en maison d’édition » (p. 357). Plusieurs textes cernent par ailleurs l’originalité, mais aussi la continuité de sa critique, par-delà l’engagement communiste : la double mise en avant du rôle du metteur en scène et du « sentiment de réalité », ainsi que son inscription, mise en évidence par Valérie Vignaux, dans le courant de l’Art social. Or, « placer le cinéma « sur le plan social » c’est l’envisager comme un acteur de l’histoire » (p. 118).

De plus, il garda toujours une conception optimiste (voir l’avant-propos de Pascal Ory) du cinéma, tendant vers « l’unité humaine ». Mais cette tendance se heurtait à la puissance de l’argent. Il y revient sans cesse dans ses chroniques, insistant sur l’alternative que représente l’URSS : « cette vérité que nous rappelons ici, sans cesse : en régime capitaliste le cinématographe ne saurait être qu’une industrie, seule la Révolution en fera un art » (p. 182, 1926). Et, plus explicitement encore, un an plus tard : « le dollar a eu raison du cinéma américain, du cinéma suédois, du cinéma allemand, du cinéma italien en chemise noire, en attendant d’avoir raison du cinéma français aux mains des derniers aventuriers du franc papier. (…) Mais il y a un cinéma russe (…). Le cinématographe est actuellement en état d’attente. Il ne parviendra à se réaliser que dans un système social qui le libérera des forces qui, aujourd’hui, l’étouffent et l’accablent, et – loin de l’aider à vivre, ne peuvent que vivre de lui : l’intérêt d’argent commande. (…) pour que le cinématographe se réalise, il faut le délivrer de la domination de l’argent. Qui fera cela ? Le système de production de l’économie socialiste » (p. 152-154, 1927).

Il fut tout à la fois un « visionnaire », appuyant, au sortir de la Première Guerre mondiale, la nouvelle génération de cinéastes français – Abel Gance, Marcel L’Herbier, Louis Delluc et plus tard Jean Epstein (p. 83 et suivantes) et « le principal introducteur », le « passeur privilégié » (du moins jusqu’au début des années 1930) du cinéma soviétique en France » (contribution de Valérie Pozner). « Il joue en effet un rôle prépondérant dans la reconnaissance de l’artisticité du cinéma, non seulement en accompagnant quelques jeunes réalisateurs, mais surtout en définissant avec eux une pensée, une sorte de profession de foi, de ligne de conduite artistique. En devenant, en quelque sorte, le porte-parole des aspirations d’une nouvelle génération » (p. 85). En créant « au Mercure de France, en 1920, la première rubrique dédiée au cinéma dans une revue littéraire prestigieuse, [qu’]il s’affirme, à travers l’exercice de la critique, comme un des premiers théoriciens français du septième art » (p. 121). Par ailleurs, il fut aussi « un des premiers à revendiquer le statut de « critique » », impulsant « un nouveau style pour parler des films » (p. 98).

Il érigea l’exigence d’une critique indépendante – fustigeant la confusion entre critique et agent publicitaire –, pédagogique – « la critique pourrait aider à l’éducation visuelle indispensable – première étape – à l’initiation ensuite, enfin au développement de l’esthétique cinégraphique » (p. 249, 1923)2 – et sociale – refusant le mépris de l’élite pour ce divertissement de masse. Une critique de combat également, qui le vit confronté à la censure et aux procès, et qui n’hésitait pas à appeler, dans L’Humanité, ses lecteurs à applaudir ou à siffler les films (1926, p. 183). Bert Hogenkamp avance à ce propos l’hypothèse intéressante que « la critique des spectateurs » constituerait une « spécificité » française de la politique « classe contre classe » de l’Internationale communiste (p. 312).

On lira donc avec intérêt et plaisir son jugement sur le Cabinet du Dr Caligari (1920), marquant « une date importante dans l’évolution du cinéma, surtout dans son acheminement vers l’art » (p. 59, 1922), le Cuirassé Potemkine (1925) – « première forme épique réalisée du cinématographe » (p. 181, 1926) –, les films de D.-W. Griffith (1875-1948), à qui il manquerait selon lui le lyrisme (p. 256, 1923), ainsi que le parallèle qu’il dessine entre Eisenstein et Poudovkine : « un film d’Eisenstein ressemble à un cri, un film de Poudovkine évoque un chant » (p. 313, 1928). Il apporte par ailleurs des réflexions riches sur les films comiques et sur l’introduction du son, reprochant aux premières œuvres sonores de « coller » le son aux images, sans réfléchir au rythme à la cadence du film, au fait nouveau que constitue le cinéma, en tant que pensées en images (p. 284, 1928). Et Moussinac de refuser le « théâtre filmé », en appelant à reconnaître, explorer et développer l’originalité du cinéma comme moyen d’expression. Cela peut d’ailleurs l’entraîner à émettre une critique paradoxale, comme par exemple à propos des Enfants du Paradis (1945) « en amusant ou en soulevant le spectateur par le moyen du texte ou du dialogue plus exclusivement que par le moyen de l’image, et de son mouvement, on retombe plus ou moins dans l’art littéraire » (p. 379, 1946). On regrettera cependant que le volume ne soit pas accompagné de quelques fiches de films, tant plusieurs qu’il évoque nous sont méconnus.

Mais un décalage s’opère au tournant des années 1930. Bien sûr, celui-ci est surdéterminé par l’emprise du stalinisme en URSS (où Moussinac séjourna en 1933-1934). La fin de son amitié avec Eisenstein, comme l’avance Pozner, participe sûrement de cette surdétermination politique. Ce décalage se manifeste dans sa critique du cinéma soviétique comme du cinéma dit « d’avant-garde ». Ainsi, Pozner montre qu’entre 1929-1932, il continue à faire l’éloge des cinéastes soviétiques les plus inventifs alors même que ceux-ci commencent à être marginalisés (p. 275 et suivantes). En 1932, il défend un art de propagande, « lorsque cette propagande, dans sa forme la plus haute, était elle-même au service d’une foi ou d’une idée exaltante » (p. 327). Et trois ans plus tard, il s’inscrit dans la périodisation officielle en URSS : « le cinéma soviétique a magnifiquement exprimé la période du romantisme révolutionnaire : la guerre civile, la lutte pour la collectivisation. Le cinéma soviétique doit exprimer aujourd’hui la période de construction socialiste » (p. 299, 1935). Cela ne signifie pas pour autant qu’il ait abandonné tout sens critique, comme en témoignent de larges extraits d’un long article de la fin 1933 ou début 1934, jamais publié, sur le cinéma soviétique (p. 305 et suivantes).

Ce décalage se lit également dans la compréhension limitée – limitée et orientée – de Moussinac des premiers films de Buñuel. Ainsi, il remarque le travail de montage d’Un Chien andalou (1929), qui s’approche « très près du cinéma véritable » (p. 195), mais un an plus tard, il affirme : « il n’est pas question d’ouvrir ici, un débat sur le surréalisme, d’acquitter ou de condamner cette « révolution de l’esprit » » (p. 198). Surtout, au sujet de L’Âge d’or (1930), il écrit que celui-ci « n’est pas un film pour le prolétariat, mais on peut affirmer que, dans une certaine mesure – si j’ose dire – il sert les desseins révolutionnaires de celui-ci. Jeu sans doute, mais jeu de massacre. À l’heure où tout reste à détruire c’est assez pour applaudir » (p. 198, 1930).

De manière générale, il rappelle que le cinéma d’avant-garde a été le seul à s’intéresser au cinéma soviétique. Mais c’est pour mieux le reléguer au passé : « tout cela appartient désormais au passé (…). Ainsi pour n’avoir envisagé le problème que sous l’angle esthétique, pour avoir voulu ignorer les lois économiques qui la commandaient, l’Avant-garde est morte » (p. 202, 1931).

Si ce double décalage se mue en une certaine forme de passéisme – Moussinac ne semblant plus retrouver de films aussi novateurs et originaux à partir des années 1930 que ceux dont il avait facilité la découverte dans les années 1920 –, il ne l’empêcha heureusement pas d’apprécier « Hiroshima, mon amour (1959) qui reste sans doute le film le plus exceptionnel de ces dernières années, tant par les intentions du sujet que par l’originalité spécifique de son langage cinématographique » (p. 455, 1960). Mais cela demeure l’exception. L’apport essentiel de Moussinac, s’il couvre d’autres champs (le décor, la littérature, etc.) et s’inscrit dans la durée (l’anthologie critique rassemble des écrits de 1920 à 1960) demeure concentré sur le cinéma des années 1920.

1À noter que la contribution de Jean-Pierre Morel, autour du rôle de Moussinac à la tête de la « section cinéma » de l’AEAR n’a pas été retenue pour faire partie du volume, mais a été mise en ligne par l’auteur et est accessible ici : http://melusine-surrealisme.fr/henribehar/wp/wp-content/uploads/2015/01/AEAR-Cin%C3%A9-Mouss.pdf

2Lire également la contribution de ValérieVignaux sur l’expérience des Amis de Spartacus 1928-1929 (p. 161 et suivantes).

Bernard Calabuig, Un itinéraire communiste. Du PCF à l’altercommunisme, Paris, Syllepse, collection « Des paroles en actes », préface de Serge Wolikow, 2014, 141 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre (préfacé par l’historien du communisme Serge Wolikow) rapporte l’expérience d’un militant communiste de manière autobiographique. Son intérêt premier réside dans le fait que l’auteur adhère aux Jeunesses communiste en 1973. C’est donc le récit d’une expérience hors du « cadre thorézien », sur lequel de très nombreuses biographies ou autobiographies ont été publiées au courant des dernières années. Pourtant, par de nombreux aspects, le récit de Bernard Calabruig s’apparente à cette expérience. Ouvrier maçon à l’origine, très rapidement repéré, le jeune militant enthousiaste est rapidement promu permanent salarié, d’abord à la JC, puis au PCF. Poste qu’il occupe durant trente années. Cette expérience constitue pour lui « une véritable promotion sociale, me donnant accès à la connaissance, à la découverte de milieux qu’un ouvrier maçon n’aurait jamais fréquentés » (p. 45). 1973, l’année de son adhésion, c’est à la fois une actualité internationale chargée (le coup d’État de Pinochet au Chili), mais aussi la perspective enthousiasmante de l’Union de la gauche, comme prolongement politique de Mai 68. L’auteur s’engage à fond, pour un monde meilleur qui va arriver, sous peu. Les années passent vite dans l’enthousiasme d’un combat pour une autre société, pour le socialisme à la française. Mais 1981 douche cet optimisme et marque un point d’inflexion dans la vie du PCF, le début du recul de son implantation, de son influence, de son ancrage, de ses scores électoraux, dont le Parti communiste ne se remettra pas. Mais, de cela, le jeune Bernard Calabuig ne s’en doute pas encore. Il devient un intellectuel organique du Parti et de ses Jeunesses, dont il décrit d’ailleurs les mœurs de manière assez lucide, même si ses pratiques sont déjà largement connues. Ainsi, il constate : « il ne pouvait rien se passer dans un congrès de la JC, les intervenants étaient rencontrés avant, les interventions relues par un groupe dirigeant, qui avait le mandat de les amender si nécessaire, tout devait se dérouler avec le risque zéro. Disons-le avec franchise, tout cela a existé. Les dirigeants communistes ont tous été formés dans les mêmes écoles, notre culture a été formatée par la même matrice originelle » (p. 55). Parmi les éléments de cette culture, le lecteur découvre comment Bernard Calabuig lit à 17 ans l’intégralité des mémoires de Jacques Duclos (pas moins de 7 épais volumes). Malgré cette acculturation à la matrice stalinienne, le dirigeant local du PCF qu’il est devenu (élu également) se rend compte peu à peu au fil des années 1990 et début 2000 de la distance qui s’installe entre son parti et la société française. Il se rapproche alors du courant oppositionnel animé par Pierre Zarka, celui des communistes unitaires, avec lequel il participe à l’animation de l’Observatoire du mouvement de la société (OMOS). En 2002, il finit par rompre le silence sur le PCF, convaincu désormais que ce dernier est irréformable. Il signe un appel « Pour des États généraux du communisme ». Mais c’est seulement en 2007 qu’il démissionne du PCF. Il choisit de repartir de zéro professionnellement, quitte la région parisienne pour le Sud. Il ne raconte pas, hélas, les conditions de sa reconversion. Tout ce qu’apprend le lecteur, au détour d’une allusion, c’est qu’il s’ installe à Aubagne, travaillant avec la municipalité (communiste à cette période). Les quatre derniers chapitres rompent avec la logique de la narration autobiographique et portent plus sur ses conceptions politique, car si Bernard Calabuig a rompu avec le PCF, il ne rompt pas pour autant avec l’engagement. Cet engagement, il le conçoit dans le projet d’une « maison commune des communistes ». Le lecteur aurait d’ailleurs apprécié de plus amples développements sur ce thème, car ce militant refuse la perspective de créer un nouveau parti : « je ne crois pas que la forme parti soit dans la situation présente l’espace pertinent » (p. 89). Un chapitre est également consacré au rapport du PCF au système soviétique, rapport assez ambivalent. On peut juger de l’ampleur de l’ambivalence quand il rapporte avoir rapporté un bocal de terre de son premier voyage à Moscou avec un organisme de tourisme lié au PCF. Les dernières pages sont consacrées à des aspects du communisme de Marx auxquels il aspire (la question de la gratuité, les coopératives, les alternatives dépassant l’État [l’expérience des Fralib est ainsi mobilisée]), ou encore la place du Front de gauche dans le panorama politique actuel. C’est sur la construction du Front de gauche que se concentrent les dernières pages, Front conçu comme un espace à conquérir pour les citoyens et pas seulement pour ses composantes politiques. Bernard Calabuig manifeste ainsi son envie de poursuivre la lutte pour un autre monde, évoquant les nécessaires affrontements à venir. Il en appelle en un ultime chapitre à construire un altercommunisme.

Claude Pennetier, Bernard Pudal (dir.), Le sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du « moi », Rennes, PUR, collection « Histoire », 2014, 258 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Le but de cet ouvrage est de « complexifier » l’approche des régimes ou des partis communistes, en intégrant les apports de la micro-histoire et de la sociologie. En mobilisant des sources nouvelles – autobiographies de parti, mémoires, journaux personnels, correspondances –, les divers auteurs donnent en effet un éclairage nouveau sur « le sujet communiste ». Il ne s’est pas coulé dans le moule stalinien sans se poser des questions ou même sans résister.

Ainsi Albert Vassart, étudié par Claude Pennetier et Bernard Pudal (« L’auto-analyse d’un dirigeant communiste et d’un couple communiste : Albert Vassart et Cilly Geisenberg-Vassart », p. 105-138), avoue son découragement à sa compagne : « Quand je vois aussi toutes les saletés qui, de plus en plus, apparaissent dans la vie de notre mouvement, il y a en moi quelque chose qui se révolte ». Et il ajoute que s’il n’avait pas été attaqué « avec une telle violence à l’intérieur et à l’extérieur par nos adversaires », il aurait jeté l’éponge (p. 122). Passionnante aussi est ce que leur correspondance nous apprend de leur conception très moderne du couple. Cilly Geisenberg, militante berlinoise, participant pleinement à la culture féministe du KPD (Parti communiste d’Allemagne) des années 1920, se retrouve avec Albert Vassart dans sa volonté de fonder un couple dont « l’hypocrisie bourgeoise » serait bannie (p. 129).

La démarche de l’ingénieur Liviu Simon, dans la Roumanie des années 1960-70, est différente. Il finit par intégrer le Parti communiste roumain malgré un passé familial et politique qui aurait dû le vouer à la marge, parvenant in fine à faire aboutir le projet d’ascension sociale rêvé par son père. C’est en mobilisant plusieurs types de documents – notamment les questionnaires autobiographiques sollicités à différentes occasions – que la chercheuse Ioana Cîrtocea nous montre comment l’individu finit par parvenir à ses fins (« Soi-même comme un autre » : l’individu aux prises avec l’encadrement biographique communiste – Roumanie, 1960-70 », p. 59-78).

D’une grande richesse aussi est la contribution sur la femme communiste (« La part des femmes, des femmes à part… » de Claude Pennetier et Bernard Pudal, de nouveau, p. 165-190). Alors que le Parti avait séduit, dans les années 1920, une fraction non négligeable des féministes, sa réorientation dans les années 1930 sur les questions d’avortement et de morale sexuelle, allait le couper de ce secteur de radicalisation : « Pour les communistes des années trente, le mouvement des femmes doit principalement s’enraciner dans le rôle traditionnellement dévolu aux femmes, celui qui les spécialise sur la famille, l’enfance, l’éducation et la solidarité, voire la paix dont elles seraient des ambassadrices naturelles » p. 166).

Comme l’indique Brigitte Studer (« Penser le sujet stalinien », p. 35-57), « les sources devenues disponibles après le collapsus de l’Union soviétique invitent les sciences sociales et notamment l’histoire à réfléchir à nouveau … à cette grande entreprise de technologie sociale » mise au point par le Comintern. Et dans ce contexte, plusieurs des études montrent que « la part des acteurs », « le rôle des personnes », ne fut pas négligeable, modifiant ou freinant, tenant en échec parfois, le travail d’homogénéisation entrepris par le Comintern et les autorités soviétiques.

Un livre salutaire qui, sans le bouleverser, introduit un peu de complexité dans un champ d’étude que l’école historique totalitaire et sa vue surplombante avait contribué à assécher.

Roger Martelli, L’occasion manquée. Été 1984, quand le PCF se referme, Paris, Arcane 17, 2014, 124 pages, 12 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

L’occasion manquée l’est par le Parti communiste français, pour Roger Martelli, entre l’été 1984 et février 1985. Le Bureau politique (BP) du PCF entrait alors dans une « profonde crise interne ». Aux européennes de 1984, le PCF fait à peine 11%, la chute est sévère par rapport au 20% de 1978. Au BP du 19 juin, le rapport interne de Claude Poperen n’élude aucune question à suivre Roger Martelli, qui fut acteur avant que d’être ici historien et communiste. Georges Marchas juge le rapport « défaitiste et capitulard ».

La crise et sa résolution s’amorcent ici, contées pas à pas par Roger Martelli. Pour lui l’épisode est séminal puisqu’à la fin, la normalisation se déploie par l’argument du « retard » du PCF depuis 1956, qui n’aurait pas encore réalisé son aggiornamento. Pour Roger Martelli, cet argument glace toute possibilité de bifurcation (p. 42) : Georges Marchais ne rénovera pas le parti, ce sera « haro sur les liquidateurs », les modernisateurs présents (Charles Fiterman) et futurs sont voués à la marginalisation et le PCF à un long et atone déclin. Cela par peur du mouvement sans doute, mais aussi par le décalage entre les représentations du BP sur le PCF, structurées par une lecture héritée, thorezienne, et la réalité du moment et du politique de la décennie mitterrandienne. La plume est alerte, le récit enlevé, le tout constitue à la fois une courte introduction à l’histoire du PCF contemporain – esquissée par la conclusion, « les occasions manquées » – et le témoignage rétrospectif et autocritique de l’auteur qui ne prit pas la parole ce soir de juin, bien qu’il acquiesçait au rapport. Il se tait puisque ce BP où tout était possible en juin 1984 est écourté : le secrétaire général souhaitait voir le match de football France / Yougoslavie (3/2), à l’automne le climat n’est plus à la discussion…

On retiendra de cet ouvrage surtout une description nuancée de Georges Marchais, à l’élan modernisateur intimement brisé entre juin et février 1985, par hésitation, par volonté de se raccrocher à l’argument rassurant du « retard » pour rester dans le droit fil d’une manière du PCF d’être au politique qui inexorablement le conduit au déclin. De nombreuses annexes étayent cette lecture sans qu’in fine, le lecteur soit pourtant convaincu qu’une occasion, là, fut manquée, ou tout du moins que celle-ci fut séminale. La décennie 70 semble, de ce point, tout autant, sinon, plus correspondre1.

 1Cf. « L’historiographie de la décennie 70 en France. Inflexions, retournement, restauration ? », Dissidences, vol. 13, décembre 2013.

Julian Mischi , Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, collection « Contre-feux », 2014, 332 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après un premier volume1 consacré à l’ascension du PCF dans la période d’après la Seconde Guerre mondiale, le sociologue Julian Mischi livre un second tome, consacré cette fois-ci à son déclin. Son premier ouvrage était consacré à expliquer, sur la base d’une approche localisée sur plusieurs départements avec des archives très variées, comment les responsables du Parti communiste français avaient réussi à faire accéder les couches populaires (au moins une fraction de celles-ci) à l’engagement politique, contrecarrant (partiellement) la logique de sélection sociale sévissant dans le monde politique. Ce présent ouvrage explique pourquoi et comment, dans un mouvement dialectique, le parti et les classes populaires décrochent l’un de l’autre, aboutissant au résultat de Marie Georges Buffet, sa secrétaires générale, aux élections présidentielles de 2007 (1,93%), dépassée, horresco referens, par les candidatures de l’extrême gauche, Olivier Besancenot et Arlette Laguiller. Julian Mischi s’attelle donc à examiner les éléments qui peuvent expliquer le passage, rapide, du « grand parti de la classe ouvrière » au plus petit des petits partis. Certes, les conditions socio-économiques d’une société française en crise profonde pèsent sur ce phénomène. A cette fragilisation du statut salarial s’ajoutent des phénomènes de grande ampleur, comme la recomposition de la classe (liée à la salarisation des femmes et au développement de l’emploi tertiaire), mais aussi la massification scolaire qui se joue à partir du début des années 70, incluant une partie non-négligeable des classes populaires. Cependant, ces transformations, pour explicatives qu’elles soient selon l’auteur, ne sauraient expliquer réellement l’ampleur de la rupture entre le parti et les classes populaires qu’il représentait plus ou moins jusque là. C’est donc vers l’appréhension des modifications internes au PCF lui-même que l’auteur se tourne, là encore, en utilisant avec intelligence un ensemble de ressources archivistiques extrêmement précieuses. Face à cette différenciation interne des classes populaires, le PCF infléchit son discours, dans le sens d’une rupture avec l’idiome ouvrier. Le discours classiste, ouvriériste cède peu à peu la place à un discours plus consensuel, brassant large, mêlant une rhétorique humaniste à une approche liée à « l’air du temps ». En se débarrassant du stalinisme après la chute du Mur, le PCF abandonne aussi en chemin le discours ouvriéro-centré. Cela s’accompagne d’une modifications importantes des pratiques. Parti orienté vers l’entreprise et le monde du travail ou les lieux de vie (voir le rôle des municipalités), le Parti cède peu à peu à un mode de fonctionnement qui ne lui est pas spécifique et ne l’identifie pas comme parti lié au mode de vie populaire. La cellule d’entreprise se rétracte, c’est par le biais du syndicat (la CGT) que s’effectue la liaison avec l’univers du labeur, tandis que s’affirment de manière croissante des structures liées au territoire (cellule de quartier, de ville). Ces évolutions dans les modes d’organisation se doublent également d’un changement dans le profil social des dirigeants et responsables. La figure de l’élu tend de plus en plus à occuper une place centrale dans le dispositif communiste, y compris d’un point de financier. Les militants sont cantonnés aux tâches d’animation quotidienne, tandis que la politique du parti se joue dans les instances élues. De ce fait, les militants issus des couches populaires sont relégués au second plan, tandis que le personnel entourant les élus se voit, au contraire, accorder un rôle toujours plus croissant. Les liens noués avec les fractions populaires et la politisation de ces couches se trouvent délaissées au profit d’individus qui peuvent mettre en avant des compétences gestionnaires ou techniques, liées à l’exercice des mandats. Certes, le PCF, continue à se singulariser par rapport aux autres partis de l’échiquier (en particulier par rapport au PS), mais au fil des années, ces différences tendent à être de moins en moins perceptibles, conduisant finalement à le banaliser. Banalisation d’autant plus marquée que le parti communiste participe à plusieurs occasions aux gouvernements de gauche, qui développent des politiques toujours plus orientées vers ce qu’on nomme le social-libéralisme. De tous les points de vue, les années 80 et suivantes sont marquées par une profonde rupture entre l’univers communiste et les aspirations des classes populaires. Non seulement le changement n’a pas été au rendez vous, mais les dirigeants communistes ont largement participé à cette décrédibilisation des attentes de transformations sociales.

Le bilan que dresse Julian Mischi se révèle au final terrible pour les équipes dirigeantes communistes. S’il n’aborde que très marginalement la question de l’attrait du Front national sur les classes populaires, l’auteur n’en conserve pas moins l’espoir que le PCF puisse espérer un avenir moins sombre que le déclin dans laquelle il est engagé. Le développement de la stratégie de Front de gauche et de rassemblement lui semble constituer de ce point de vue un aspect plutôt encourageant. En tous les cas, Julian Mischi conclut sa pénétrante analyse par un appel à une certaine dose de « volontarisme politique » (p. 293). Pour lui, au nom du passé glorieux qui fût le sien, le PCF conserve un avenir et une capacité à renouer avec les milieux ouvriers et populaires.

1Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010, compte rendu sur notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=836

Emmanuel Bellanger, Julian Mischi (dir.), Les territoires du communisme. Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Paris, Armand Colin, collection « Recherches », 2013, 302 pages, 27, 50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage rassemble quatorze contributions d’historiens, sociologues et politistes, dans le prolongement à la fois de journées d’études tenues en 2009 (les contributions sont accessibles sur le site du Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université Paris I) et du séminaire en cours « Territoire et militants communistes : approches plurielles et comparées », tenu dans la même université. Contrairement au pronostic très enthousiaste des éditeurs de cet ouvrage qui envisagent le Parti communiste français comme un objet d’études toujours florissant, on peut se demander si ce recueil ne représente pas plutôt un chant du cygne des études sur un parti en voie de disparition quand on constate que la plupart des contributions s’arrêtent au début des années 1980. Néanmoins, cette interrogation n’invalide pas le fait que nombre d’entre-elles sont fort riches et intéressantes. L’ambition des concepteurs du livre est de présenter une série de travaux monographiques, en insistant sur la dimension localisée de l’ancrage du communisme sur le territoire national. Il s’agit donc d’appréhender et d’éclairer « le PCF par le bas » (p. 21). Ce programme se déploie au long de trois parties distinctes. La première porte sur les communistes et le pouvoir local et rassemble quatre contributions. Emmanuel Bellanger, auteur d’une thèse sur le sujet, présente une belle synthèse sur la longue durée, tendant à montrer que cet enracinement municipal s’est accompagné d’un fort conformisme gestionnaire des « villes rouges », participant à la fois à une autonomisation d’une élite ouvrière au sein des municipalités et d’une intégration croissante dans le dispositif politique français : « Bien avant ses expériences gouvernementales, à la Libération (1944-1947) et durant les premiers septennats de François Mitterrand (1981-1984) et de Jacques Chirac (1997-2002), les élus locaux communistes ont montré la voie du compromis et du réformisme graduel appliqué à la gestion locale qui a certainement amorti l’effritement du Parti communiste au point de s’interroger si, aujourd’hui, ce dernier ne s’est pas « municipalisé » en se repliant sur ses derniers bastions » (p. 52). Interrogation qui parcourt l’ensemble des contributions et qui est d’ailleurs reprise, sous une forme affirmative dans la contribution conclusive de Julian Mischi, constatant que les années 1980-90 ne sont pas seulement des décennies de décrue, mais aussi d’une réorganisation profonde des modes d’engagement dans le PCF, avec un rôle croissant des élus. Son chapitre s’intitule d’ailleurs « Vers un parti d’élus », participant donc à une professionnalisation croissante de l’engagement communiste : « Les cadres de la fonction publique territoriale forment désormais un groupe central au sein du PCF » (p. 285). La seconde contribution, de Remi Lefebvre, porte sur Roubaix et la SFIO qui précède ce mouvement de notabilisation des élus, soumis à la critique de la minorité communiste, qui ne parviendra jamais à ébrécher la politique clientéliste menée par les élus socialistes durant l’entre-deux-guerres. Néanmoins, en raison de leur rappel à l’ordre incessant, les élus et militants communistes roubaisiens représenteront une sorte de surmoi militant pour des élus socialistes. Les contribution de Paul Boulland (sur la banlieue parisienne de la Libération à 1965) et de Thibault Tellier (sur le mouvement de décentralisation mis en place par les différents gouvernements entre 1971 et 1983) confirment ce diagnostic d’une autonomisation des élus communistes par rapport à l’appareil central du PCF. La seconde partie, « Réseaux militants et enjeux urbains » apparaît beaucoup plus éclectique que son titre ne le laisse à penser de prime abord. Deux contributions (celle de Benoît Trepier et celle de Françoise de Barros) portent sur la situation coloniale. Tandis que Benoît Trepied analyse le cas de la Nouvelle Calédonie dans l’entre-deux-guerres, pour constater que le PC calédonien n’évoque pas la question de l’indépendance, à l’instar d’un PCF favorable à l’Union française, Françoise de Barros s’essaie à saisir les spécificités de l’action communiste dans des espaces politiques au moment de la guerre d’Algérie. Elle est amenée à conclure que les élus communistes de Nanterre ont tenté de faire « (des Algériens politiquement organisés) des alliés politiques dès les années 1940, ce qui les amène ensuite, lorsque la violence physique de la guerre d’indépendance s’étend à la population « métropolitaine » au travers des appelés du contingent, à leur dénier un statut non seulement d’acteur politique mais également de cause et de victimes légitimes » (p. 149). Emilie Biland s’intéresse pour sa part aux élus PCF comme employeurs et patrons (« Recruter et gérer les fonctionnaires « à gauche » : du municipalisme à la banalisation ? »), à partir d’une municipalité fictive, marquée par son tissu industriel. Sa conclusion est assez balancée, montrant que si les pratiques distinctives du PCF n’ont plus cours, c’est d’une part parce que la gestion communiste s’est banalisée, mais aussi en raison de marges de manœuvre toujours plus étroites laissées aux élus par l’Union européenne. Sébastien Jolis analyse l’impossible autonomisation de la Confédération nationale des locataires de l’orbite PCF, oubliant de prendre en compte dans son approche les interactions avec les mairies socialistes, et surtout les liens avec les autres associations de locataires. Pour conclure cette seconde partie, Violaine Girard se penches sur « Les programmes urbains d’une mairie communiste de la banlieue lyonnaise (années 1970-2000) : promouvoir l’accession ouvrière ou revaloriser la ville ? », pour dresser le constat d’une action de la mairie centrée sur la stabilisation des ouvriers qualifiés par l’accession à la propriété pavillonnaire. La municipalité de Pierre-Bénite espère ainsi maintenir son audience électorale en la recentrant sur les catégories supérieures des milieux populaires. Dans une troisième partie, c’est la thématique des démobilisations et recompositions communistes qui est abordée. En plus du texte conclusif de Julian Mischi évoqué plus haut, cette section compte trois autres contributions. Jean-Luc Deshayes offre un aperçu du processus de désindustrialisation dans le bassin sidérurgique de Longwy. Si ce délitement des institutions du salariat est bien évoqué, le lecteur reste en revanche légèrement déçu sur l’analyse de réaction du PCF et des associations ou des mairies qu’il influence. Ce qui aurait dû constituer le cœur de cette communication reste un peu vague et suspendu. David Gouard propose un chapitre clair, bien informé et charpenté sur « Les recompositions contemporaines de l’affiliation au communisme en banlieue parisienne », à partir du cas d’Ivry, mairie communiste depuis 1925. Son analyse recoupe celle de Violaine Girard, exposée plus haut. A savoir que le développement d’un sentiment d’identité « ivryenne », fortement exprimé au cours de l’enquête de terrain, renvoie en fait à un ancrage à partir des couches moyennes, voire supérieures de la population. Ce qui survit, c’est la reproduction d’une identité communiste provenant de l’ancienne aristocratie ouvrière, directement bénéficiaire de la politique développée par la mairie. L’auteur rappelle ainsi que la mairie est à la fois le premier logeur et premier employeur de la ville. C’est donc par le maintien et l’entretien de ses réseaux municipaux que le PCF continue d’assurer sa dynamique d’implantation. Enfin, Nicolas Bué et Fabien Desage abordent pour leur part la manière dont le PCF, pourtant officiellement hostile, se rallie à l’intercommunalité. Leur contribution, sur un aspect peu connu de la politique du PCF, représente un éclairage tout à fait stimulant et inédit. En effet, c’est un véritable « cercle vicieux » qui se met en place à ce niveau là, car plus ils se rallient en pratique au développement de l’intercommunalité, plus leur gestion se banalise et moins ils parviennent à politiser ces enjeux et à développer une gestion alternative. De ce point de vue « ce ralliement à l’intercommunalité alimente en même temps qu’il accompagne la crise idéologique, organisationnelle et identitaire que connaît l’institution communiste » (p. 246). Si ce diagnostic est exact, il y a de fortes probabilités que les « citadelles municipales communistes » ne résistent guère aux transformations du système politique français. En tous les cas, les prochaines élections municipales de 2014 constitueront une épreuve grandeur nature de cette capacité du Parti communiste français à préserver son ancrage local. Tout dans les analyses de ce livre laisse entrevoir un combat particulièrement délicat pour ces territoires communistes, qui recèlent quelques potentialités, mais surtout d’immenses fragilités.

Romain Ducoulombier, Vive les Soviets. Un siècle d’affiches communistes, Paris, Éditions Les Échappés, 2012, 144 pages, 34 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Introduire

Questionner la production iconographique du Parti communiste français en s’aventurant sur le territoire de ses affiches, tel est l’objectif du dernier ouvrage de cet historien du communisme qu’est Romain Ducoulombier1. Les images, entendues au sens d’icônes – eikôn en grec, picture en anglais – c’est-à-dire de représentations figurées, ne sont plus, fort heureusement, cet objet historique longtemps non identifié : elles sont sorties de l’ostracisme et du mépris dans lesquels elles ont été maintenues si (trop) longtemps. Pourtant, le rapprochement (timide) des historiens avec le secteur propagandiste visuel du mouvement ouvrier (syndicaliste, socialiste, communiste, libertaire, etc.) tarde à produire les travaux qui seraient utiles et nécessaires pour comprendre la construction d’un imaginaire spécifique et la mise en scène d’une dramaturgie politique et sociale en direction des opprimés. Pour n’évoquer que la catégorie des affiches du PCF, le dernier ouvrage auquel se référer, Le couteau entre les dents2, et encore inclut-il affiches communistes et anticommunistes3, remonte à l’année 1989. Quant aux recherches de Lucie Fougeron, après quelques contributions ou articles bienvenus4, elles semblent marquer le pas. La parution de cet ouvrage postule donc un enjeu historiographique : analyser « la tradition graphique la plus prolifique de l’histoire contemporaine » de la France et offrir ainsi « une histoire largement inédite du Parti communiste » (p. 7-8). Voyons le propos.

II – L’affiche comme arme de combat

Le livre se présente en sept chapitres chronologiques, depuis la naissance du Parti communiste à Tours en décembre 1920 jusqu’à ces dernières années, même si, indéniablement, la part belle est réservée aux années trente et cinquante. Chaque chapitre décline ensuite des thématiques particulières. Les affiches choisies proviennent de deux collections privées ainsi que des archives du PCF à Bobigny5. Les raisons qui ont présidé au choix, l’exhaustivité étant d’emblée impossible, ne sont pas clairement explicitées, si ce n’est par la rareté ou la « puissance visuelle » des documents, ainsi que la volonté de « traquer » des graphistes. Nous y reviendrons. Elles sont présentées pleine page pour celles qui sont considérées par l’auteur comme significatives d’un moment particulier de l’histoire graphique communiste, ou en vignettes plus réduites. Chaque reproduction, datée, est accompagnée du titre, avec le nom de l’illustrateur lorsque l’affiche est signée ainsi que d’une brève contextualisation6.

Romain Ducoulombier s’attache à dégager des tendances internes à ce graphisme communiste. Celle des années vingt, incarnée (entre autres, mais pas uniquement) par Jules Grandjouan7, puise à la fois dans l’héritage syndicaliste révolutionnaire, courant du mouvement ouvrier français d’avant 1914 auquel ce dessinateur appartint et dans une « vision idéalisée de la révolution bolchevique » (p. 12). L’introduction, par cet artiste, des outils du travail urbain et rural, le marteau et la faucille, dans l’iconographie du Parti communiste français, rattache ce dernier à l’avant-garde planétaire dont le jeune État ouvrier, né sur les décombres de l’ancienne société, affirme n’être que l’avant-poste. L’influence soviétique est alors patente, particulièrement dans l’affiche « Nous imposerons la paix internationale » (1925), où une main serrant fortement une faucille en gros plan (p. 19) est la reprise parfaite (le fond est modifié, lui) de celle figurant sur une affiche de 1920. L’URSS, magnifiée comme un monde « sans chômage » où la « construction du socialisme » permet l’ « augmentation des salaires », montre à la classe ouvrière le chemin « que (…) trace le prolétariat soviétique ! » (affiche de René Dubosc8, datant sans doute d’après le krach de 1929, p. 30). La période ouverte par le Front populaire et sa dynamique sert à « nationaliser » le PCF et par conséquent sa propagande iconique : les communiste s’affichent alors en bleu, blanc, rouge et bonnets phrygiens, redécouvrent La Marseillaise et défendent la culture française puisqu’ils sont devenus « les vrais fils de notre pays »9. Le style prend ses distances avec la caricature et fait son miel des procédés graphiques, empruntés à l’architecture et la géométrie, des affiches publicitaires. Les conceptions de l’affichiste Cassandre pour rendre visuelle la modernité (lignes pures, utilisation de couleurs éclatantes) se retrouvent dans les compositions communistes utilisant par ailleurs les symboles usuels de l’iconographie politique, tels le lutteur prométhéen (p. 38 et 41). De timides tentatives d’introduction du photomontage initié en Allemagne par John Heartfield10, n’en possédant ni sa puissance évocatrice ni son impact visuel, ne sont guère restées dans les mémoires (p. 41). Par contre, la colombe de la paix de Picasso (avril 1949) pour le Congrès mondial des partisans de la paix (p. 73) ou la pieuvre11 aux yeux « dollarisés » émergeant de l’océan atlantique pour étouffer la France dans ses tentacules (p. 81) sont devenus des classiques du pacifisme communiste et de l’anti-américanisme, étudiés par tous les collégiens et lycéens de France. Les affiches anti-américaines et germanophobes (p. 57-65 et 72-83) des années cinquante (comme les dessins de presse des journaux communistes) permettent de mieux cerner les contours de cette guerre froide culturelle des images à l’œuvre en France comme dans d’autres pays européens, Italie et Allemagne par exemple. Ici, tirages de masse et puissance visuelle vont de pair. Nous sommes bien à l’apogée d’une certaine iconographie communiste, fortement clivée, sûre d’elle-même, sachant pouvoir compter sur une phalange d’illustrateurs de talent (Fougeron, Mitelberg, Antoni, Lingner etc). Les décennies suivantes, par contraste et parce que l’époque de la coexistence pacifique incite moins au lyrisme révolutionnaire, sont plus ternes (si l’on excepte l’affiche antifasciste contre l’OAS, représentée par un serpent, p. 114). Le groupe Grapus, dès 1970, apporte un sang neuf à la propagande graphique du PCF. Pourtant, peut-on éviter de remarquer que ce bouleversement du style et des codes communistes (p. 129), ce « désaveu des marquages symboliques »12 coïncident avec la période où le Parti communiste, délaissé et vilipendé par de nombreux secteurs de la jeunesse scolarisée, est, simultanément obligé de compter (et de lutter) avec des organisations situées sur sa gauche qui reprennent à leur compte la symbolique ancienne des années trente, de la Résistance et des années cinquante ? Il est sans doute possible d’affirmer que le déclin de la « culture des camarades »13 a précédé celui de l’institution partisane.

III – Conclure

Dans cet ouvrage, Romain Ducoulombier souligne un certain nombre de ressorts à l’œuvre dans la constitution d’une iconographie communiste – procédés de déconstruction et logiques de dévalorisation de l’adversaire, ainsi que valorisation de symboles positifs ou héroïques – sur près d’un siècle, grâce au support mural privilégié qu’est l’affiche. Il semble s’inscrire dans ces tendances historiographiques et/ou philosophiques qui se veulent novatrices quant à la définition des lieux du politique : « le sujet politique (…) surgit en des lieux de la politique qui demeurent irréductibles à ceux que l’État définit comme tels »14. L’affiche figurerait donc parmi les lieux où se définissent des pratiques de politisation et de mobilisation partisanes, via un imaginaire symbolique délibérément construit. Le pari initial de l’auteur est donc gagné. Osera-t-on pourtant avancer quelques regrets, nonobstant le fait du caractère grand public de l’ouvrage ? Ceux-ci concernent cette « traque des graphistes » annoncée également en préambule (p. 7). L’approche de ces différentes « générations » de producteurs d’images – par-delà la figure emblématique d’ailleurs bien connue de Jules Grandjouan –, et leur implication plus ou moins prononcée dans le combat militant auraient mérité un traitement plus serré. S’il est exact que la quasi absence de recherches sur les illustrateurs et dessinateurs communistes (ou travaillant pour le Parti communiste)15 ne permet guère de donner chair à des noms restés mystérieux (Antoni, Paul Gilles, Lamy, Rival etc.)16, d’autres ne sont pas totalement inconnus, comme Max Lingner (qui signe Ling, p. 99) ou Brantonne17.

In fine, ce travail de Romain Ducoulombier prolonge ses ouvrages antérieurs sur le communisme, en s’attaquant cette fois à un secteur crucial de la propagande communiste en France. L’angle d’attaque choisi, en interrogeant ses « forces latentes ou manifestes, bref son efficace »18 permet de commencer à dégager des modèles d’intelligibilité et d’identification politique des affiches du PCF sur la longue durée.

1De Romain Ducoulombier, Dissidences a déjà chroniqué De Lénine à Castro. Idées reçues sur un siècle de communisme, Paris, Le Cavalier bleu, 2011, sur http://dissidences.hypotheses.org/2958

2Philippe Buton, Laurent Gervereau, Le couteau entre les dents. 70 ans d’affiches communistes et anticommunistes (préface d’Annie Kriegel), Paris, Editions du Chêne, 1989, 159 p.

3Ce que ne propose pas cet ouvrage, puisque les éditions Les Échappés confient à un second historien Nicolas Lebourg, le soin de traiter des affiches anticommunistes : Mort aux bolchos. Un siècle d’affiches anticommunistes françaises, lire le compte rendu sur ce blog cette semaine.

4Lucie Fougeron, « Propagande et création picturale : L’exemple du PCF dans la guerre froide », Sociétés & Représentations, n° 12, octobre 2001, p. 269-284, « Les affiches du Parti communiste français : Créations d’un fonds d’archives », op. cit., p. 321-325, « Un exemple de mise en images : le « réalisme socialiste » dans les arts plastiques en France (1947-1954) », Sociétés & Représentations, n° 15, 2003/1, p. 195-214.

5Aux archives départementales de la Seine-Saint-Denis.

6Il manque par contre les dimensions.

7Sur cet illustrateur, il existe de nombreux travaux. Citons l’ouvrage magnifiquement illustré, issu d’une exposition, coordonné par Fabienne Dumont, Marie-Hélène Jouzeau, Joël Moris, Jules Grandjouan. Créateur de l’affiche politique illustrée en France, Paris, Somogy éditions d’art, 2001, 187 p.

8René Dubosc, militant communiste, est en 1925 le caricaturiste attitré, avec Cabrol, de L’Humanité. Il devient partisan de la Collaboration (comme un autre dessinateur de la presse communiste, Georges de Champs) à partir de 1940. Voir Christian Delporte, Les crayons de la propagande. Dessinateurs et dessin politique sous l’Occupation, Paris, CNRS Éditions, 1993.

9Rapport de Maurice Thorez, secrétaire générale du PCF, au Comité central, du 17 au 19 octobre 1935, cité in Stéphane Courtois, Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, coll. « Thémis-Histoire », 2e édition, 2000, p. 132.

10Sur ce propagandiste génial, lire Carlos Pérez, David Evans, Franck Knoery, Michael Krejsa, John Heartfield. Photomontages politiques 1930-1938, Strasbourg, éditions des Musées de Strasbourg, 2006, 160 p.

11Sur l’utilisation de cet animal, on lira Christian Moncelet, Les « viles » tentaculaires : réquisitions satiriques de la pieuvre », Ridiculosa, n° 10, 2003, p. 43-60 et sur http://www.caricaturesetcaricature.com/article-17261296.html

12Christian-Marc Bosséno, Danielle Tartakowsky, « Présentation », Sociétés & Représentations, n° 12, octobre 2001, « Dramaturgie du politique », p. 8.

13Antoine Spire, La culture des camarades. Que reste-t-il de la culture communiste ?, Paris, Editions Autrement, Série Mutations-Poche n° 2, 1992.

14Dimitra Panopoulos, « Le salaire de la mort », Nessie, revue numérique, n° 1, mai 2009, sur http://www.nessie-philo.com/Files/dimitra_panopoulos___le_salaire_de_la_mort.pdf

15Que l’on nous permette néanmoins de citer nos propres travaux, où apparaissent différents éléments sur ces dessinateurs : Christian Beuvain, « L’Humanité dans la guerre froide : la bataille pour la paix à travers les dessins de presse », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 92, 2003, p. 63-85, sur http://chrhc.revues.org/1415 et « La caricature est une arme de combat ! Les dessins anti-américains dans L’Humanité des années cinquante (1947-1954) », in Christian Delporte, Claude Pennetier, Jean-François Sirinelli et Serge Wolikow (dir.), L’Humanité de Jaurès à nos jours, Paris, Nouveau monde éditions, 2004, p. 325-340.

16Les notices du célèbre Dico Solo , précieux outil de travail néanmoins, sont pour beaucoup de ces illustrateurs communistes très allusives, se contentant souvent de répertorier les titres des organes de presse auxquels ils ont collaboré : Solo, Catherine Saint-Martin, 5000 dessinateurs de presse et quelques supports, en France de Daumier à nos jours, Paris, Groupe Té.Arte/Conseil régional du Limousin, 1997, 704 p., réédition chez Aedis, 1000 p., 2004.

17Ce dernier est l’auteur de l’affiche éditée (en supplément) par L’Avant-Garde (journal des jeunes communistes) pour la libération de Paris (p. 48). Avant de devenir le célèbre illustrateur de la collection « Anticipation » des éditions du Fleuve noir, Brantonne réalise des portraits en carte postale pour le compte d’une association de familles de fusillés de la Résistance ainsi qu’une bande dessinée sur Le colonel Fabien, héros communiste des Francs-tireurs et partisans (FTP), en 1945, aux éditions France d’abord.

18Louis Marin, Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 10.