Archives par étiquette : Résistance

Patrick Fort, Après nous. Célestino Alfonso-Groupe Manouchian, Paris, Arcane 17, 2016, 120 pages, préface de Didier Daeninckx, 14 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide de Christian Beuvain)

Le groupe Manouchian, celui de l’Affiche rouge, a suscité de nombreux travaux historiques, mais aussi des représentations culturelles, fortement mémorielles, illustrées par le poème d’Aragon (interprété classiquement par Léo Ferré1), par le cinéma, qui a magnifié ces résistants, par les films de Franck Cassenti (L’affiche rouge, 1976) ou celui plus récent (2009) de Robert Guédiguian, L’armée du crime, ou une bande dessinée2 consacrée à la figure d’un de ses membres, Marcel Rayman. La littérature n’est pas en reste, avec l’évocation très sensible de Thomas Elek, le plus jeune exécuté du groupe, dans très beau livre d’Alain Blottière, Le tombeau de Tommy (Gallimard, 2009). L’ouvrage de Florence Ehret, Une jeune mère dans la résistance (Oskar, 2015) évoque la figure d’Olga Bancic, qui, bien qu’incluse dans le réseau Manouchian, ne figure pas sur l’Affiche rouge. En effet, en tant que femme, elle fut décapitée en Allemagne, alors que ses camarades hommes ont été fusillés.

L’ouvrage de Patrick Fort est consacré à la figure de Celestino Alfonso, l’Espagnol du groupe. Dans ce saisissant récit écrit à la première personne, ce sont les derniers mois de ce militant et de ses actions résistantes qui sont décrites de façon quasi entomologiste. Basé sur une documentation la plus complète possible, présentée en fin d’ouvrage, cette très émouvante fiction permet en particulier de faire comprendre de manière très sensible la vie de cet Espagnol « rouge », dont la famille a émigré en France dans les années 20 (on dispose en fait de très peu d’informations biographiques précises sur Alfonso) et qui avait repassé la frontière pour combattre aux côtés des républicains dès 1936. Pendant l’Occupation, contrairement à de nombreux autres de ses camarades, Celestino Alfonso continue à vivre de manière publique, tandis que la plupart plongent dans la clandestinité. Cette double vie a un coût psychologique et moral très lourd, avec de fortes conséquences sur sa vie familiale, car il est obligé de cacher à sa femme les raisons de ses très nombreuses absences, mesure de protection élémentaire pour son entourage.

Le récit commence avec son arrestation le 17 novembre 1943 et se présente comme une série de réminiscences du prisonnier. S’il ne regrette rien de ses combats (« Je n’ai pas tué des hommes, mais des fascistes qui voulaient nous asservir » (p. 70), il n’en éprouve pas moins l’angoisse de sa proche disparition, ce qui confère une touche particulièrement dramatique au livre, même s’il espère bien qu’il y aura réparation de sa mort : « Après nous, quand notre cause aura triomphé, quand les tortionnaires d’aujourd’hui siégeront sur le banc des accusés pour répondre de leurs crimes abjects, alors les vivants honoreront les mors d’hier. » (p. 64). Sur la fameuse Affiche, Celestino Alfonso figure au deuxième rang, sur la gauche, à côté de Marcel Rayman, juste au dessus de la figure de Missak Manouchian.

Ce court récit donne de la chair à ce héros, non pas seulement mort pour une seule nation, comme l’écrit l’auteur (« Ensemble et en soldats pour la France », p. 60), mais également pour une cause bien plus vaste, une société communiste internationale.

1De son vrai nom, ce poème, Strophes pour se souvenir, a été interprété aussi bien par Catherine Sauvage, Isabelle Aubret, Leny Escudéro, Marc Ogeret,… que par HK et les déserteurs, plus récemment.

2Jeanne Puchol, Laurent Galandon, Laurence Croix, Vivre à en mourir, Paris, Le Lombard, 2014, chroniqué sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/5177

Les « pivertistes » en résistance

Un billet de Thierry Hohl

Cet article ne se veut pas une réflexion définitive sur l’action des militants « pivertistes » dans la résistance, mais un premier bilan car beaucoup reste à faire dans la connaissance de la multiplicité des parcours personnels des anciens de la Gauche révolutionnaire dans la période.

Fondée en 1935, dissoute en 1937 pour se reconstituer sous le nom de minorité de la Commission Administrative Permanente (CAP), la Gauche révolutionnaire (GR) est exclue au congrès de Royan en 1938. Les militants issus de l’ex-GR de la SFIO se répartissent en deux catégories : ceux qui sont partis fonder le Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP), ceux qui sont restés socialistes, nombreux dans la tendance dite Redressement. Le PSOP disparaît au cours du printemps 1940 dans la tourmente de la défaite en tant qu’organisation centralisée. Si des liaisons internationales existent encore de manière épisodique, l’armature du parti s’effondre en France1. Les militants sont laissés face à eux-mêmes sans contacts préalables, sans directives avec pour seules ressources leur passé. Cependant, trois attitudes, trois manières d’entrée en résistance se font jour2.

– la première consiste à affirmer la nécessité de redéfinir l’idéologie socialiste-révolutionnaire au feu de la guerre.

– la seconde se veut fidèle à l’héritage de l’avant-guerre.

– la troisième s’adapte au contexte de militantisme.

Cet éclatement est écho de la situation, de l’impossibilité à faire perdurer des lectures homogénéisantes de groupes constitués avant-guerre. Le choix des militants « pivertistes » répond parfaitement au constat effectué par Marc Sadoun sur l’ensemble des socialistes : Exemple même d’une situation ouverte, la période de l’occupation offre un éventail d’options que chacun résout à travers une grille de lecture spécifique où interviennent la personnalité, la conjoncture et la structure de la situation3.

Notre attention se porte sur l’activité des différents groupes identifiés en cette partie à la notable exception du MNR dont la courte existence cantonne son histoire entre l’été 1940 et juin 1941 ce qui oblige à travailler parallèlement sur les justifications théoriques de son action..

Le Mouvement national révolutionnaire.

Le Mouvement national révolutionnaire, qui a une existence courte, regroupe des militants issus de différents partis. Son existence reflète les interrogations, atermoiements que la situation impose aux « pivertistes », « trotskystes », socialistes de gauche. Dès lors, l’objectif est de retracer l’histoire de ce mouvement dans un rapport avec la confusion des idées, des parcours. D’un homme, Jean Rous, au regroupement, une histoire brève et mouvementée.

Jean Rous rentre en septembre 1940 à Paris, après avoir eu une réaction nationale durant le conflit. Il retrouve quelques camarades d’extrême gauche en accord avec lui : Henri Barré, un ouvrier typographe à qui est du le nom de Mouvement national révolutionnaire, Maurice Jaquier, Lucien Weitz, tous trois anciens membres de la Gauche révolutionnaire et du PSOP, alors que Jean Rous appartenait à la fraction trotskyste du parti4. Maurice Jaquier raconte de son côté la première réunion de ce groupe. Il ajoute à la liste, Fred Zeller, Michel Lissanski, des bergerystes5, Rebeyrol, Pouderoux, Marcel Hytte, Pérez, Lyonnet. Il rapporte la conviction de Rous que l’idée nationale sourd d’une partie de la bourgeoisie avec laquelle, dans une certaine mesure, il s’agit de créer un front puisque les travailleurs seront entraînés sur des positions proches. Dans cette réunion trois décisions sont prises : l’élargissement du mouvement baptisé Mouvement national révolutionnaire, camouflé derrière une société de musique appelée « Les amis de la musique », l’édition d’un journal La Révolution française, la création d’un slogan : Ni Londres ! Ni Vichy, Ni Berlin ! Ni Moscou !6. Après cette naissance, des pourparlers sont engagés avec d’autres groupes, en particulier l’entourage de Tanguy Prigent, d’anciens socialistes à sympathies frontistes, Izard et Rebeyrol, suivis d’anciens bergerystes au sein desquels se retrouvent des agents provocateurs. Le mouvement décide de faire un effort dans les auberges de jeunesse. Les instigateurs du mouvement réussissent à s’adjoindre des jeunes (Georges Louis), des syndicalistes (Chareyron adjoint de Capocci) et Leboure secrétaire du syndicat des employés du spectacle. Le mouvement procède par commissions, jeunesse, syndicats et ravitaillement. Le témoignage de Jean Rous sert de base pour appréhender idées et vie du MNR en sa fin. Sur le programme, quelques vagues qu’aient été les aspirations du mouvement, Jean Rous estime qu’il présentait de gros avantages sur le gaullisme. En effet, ce mouvement né sur le sol même de la France, fortement teinté de socialisme révolutionnaire eut levé l’hypothèque de l’étranger, et permit d‘éviter que le mouvement de libération fut dirigé par des militaires. Le point essentiel de son programme était la libération nationale sans chauvinisme, une libération sans volonté d’asservir l’Allemagne avec la conviction qu’une collaboration était possible mais pas sous la botte. Cette libération nationale devait s’accompagner d’une libération sociale. Le MNR se montre favorable aux grèves dans un petit bulletin, Libertés syndicales. Vichy fit des offres de service au mouvement sur le thème nous vous aiderons à faire du terrorisme contre les Allemands mais n’attaquez pas Pétain. Fin juin 1941, les chefs du MNR sont arrêtés sur dénonciations de deux agents provocateurs7. Arrêté le 3 juillet 1941, condamné à 5 mois de prison le 22 septembre, Jean Rous est libéré le 5 décembre 19418. En somme, un petit mouvement de résistance comme il y en eut tant en 1940/1942. Cependant, ce petit groupe à la brève existence est accompagné d’une réputation douteuse signalée dès l’immédiat après-guerre à Jacques Rebeyrol, un des ses anciens membres, par son interviewer M.Lecorvisier au cours des entretiens sollicités au lendemain de la Seconde Guerre mondiale9. L’ancien bergeryste confirme la présence d’éléments douteux anti-communistes, hostiles à Londres. Il dédouane de telles dérives, Rous et la majorité du groupe, présentés comme des révolutionnaires français antifascistes conséquents. A l’origine de la mauvaise réputation du mouvement, Rebeyrol relate les tractations entre un bergeryste passé au MNR et Baudoin, de Vichy, pour faire paraître un journal hostile à Déat à Paris. Vingt ans plus tard un des animateurs du mouvement de résistance L’Insurgé, Marie-Gabriel Fugère, estime qu’il y eut trahison des anciens minoritaires de la CAP du PSOP qui demandèrent des subsides à Pétain pour créer à Paris un mouvement de jeunesse destiné à combattre Doriot10. Rien ne permet de corroborer cette affirmation qui démontre la profonde défiance séparant des militants regroupés autrefois sous le signe de la révolution avant la guerre. Quel bilan tirer de cette expérience courte ?

Premier point : l’ambiguïté du MNR le pousse à ne pas condamner formellement la collaboration sans jamais prononcer son apologie ou pousser à son ralliement11. Ainsi, dans son premier bulletin, La révolution française, le mouvement précise : Nous voulons la collaboration européenne avec l’Allemagne. Mais nous disons : pas de collaboration dans l’oppression et nous résistons sous toutes les formes à l’oppression !12

Ce discours initial est démonstration du désarroi théorique, pratique de militants qui se considéraient comme internationalistes, pacifistes, révolutionnaires au feu de la guerre. L’impossibilité d’application de la stratégie du défaitisme révolutionnaire devant la victoire allemande les conduit à tenter d’élaborer une ligne politique, à structurer une organisation adaptée à la victoire nazie considérée comme durable. De fait, cette conviction les amène à être proche des positions de Marcel Déat à l’exception notable du refus de l’occupation13. Ce constat n‘entraîne en rien le ralliement ultérieur des membres du MNR à la collaboration puisque ses militants se retrouvent dans la résistance après l’échec du mouvement en juin 1941. La courte existence du MNR, son évidente ambiguïté est témoignage du traumatisme laissé par la défaite sur des militants issus de la gauche socialiste, passés par la Gauche révolutionnaire, le PSOP sans organisation existante, obligé de redéfinir sans réelle perspective leur action.

Deuxième point : la nouveauté introduite dans le corps socialiste-révolutionnaire par la guerre était la découverte, re-découverte du fait national même compensé par l’internationalisme14. Empruntée à Jean Rous, cette conclusion énonce un des points centraux de la nouvelle donne induite par la guerre dans la réflexion des socialistes de gauche, issus de la Gauche révolutionnaire. Leur action était mue par la conviction que l’internationalisme des masses se réveillerait sous l’impulsion d’une avant-garde, décidée à ne pas se laisser renouveler les massacres de la Première Guerre mondiale. L’occupation allemande met à bas cette conviction, ne laisse plus que la nation comme point d’appui pour une action immédiate. Cependant, ne saurait se déduire de l’action de ces quelques militants l’ensemble des comportements politiques des anciens adhérents de la Gauche révolutionnaire. « Contre vents et marées », un groupe lyonnais maintient la construction d’un socialisme révolutionnaire fidèle au PSOP : l’Insurgé.

L’Insurgé.

Le mouvement le plus proche des positions antérieures de la GR, du PSOP fut celui de l’Insurgé. Dans un dossier conservé au CERMTRI, Marceau Pivert insiste sur cette filiation : C’est incontestablement au groupe de Lyon et de la vallée du Rhône que revient l’honneur d’avoir maintenu fermement l’orientation politique du combat internationaliste et libertaire15.

Cette filiation se comprend dans l’interaction entre l’histoire du mouvement, sa revendication de l’héritage d’avant guerre16. Dès le 22 octobre 1940, de Lyon, Marie-Gabriel Fugère correspond avec Pivert par Lisbonne dans un style commercial aussi imprécis qu’anodin17. Fugère était l’ancien secrétaire général des Amicales socialistes de la métallurgie de la fédération du Rhône avant de devenir secrétaire fédéral de la fédération Rhône-Loire du PSOP, responsable du Front ouvrier international (FOI) pour la zone sud en juillet 1940. La base du mouvement s’établit après un entretien entre Pierre Stibbe et Fugère au début de l’année 1941. Un comité central national est crée, avec Fugère comme responsable national chargé de la création des cadres régionaux. A l’été 1941, le mouvement est implanté dans la zone Sud avec un point fort à Lyon. Des liaisons internationales existent avec le FOI à Londres (Independent Labour Party – ILP) et Oslo (Modiano). L’extension du mouvement se fait par contacts avec d’anciens du PSOP à Trévoux, à Montpellier (par l’intermédiaire de Stibbe), dans le Var, à Perpignan, à Nîmes mais également Dijon, Clermont-Ferrand, Grenoble. A Clermont-Ferrand une liaison existait avec le groupe du Bulletin ouvrier de Gilles Martinet. L’explication de Louis Trégaro sur la manière dont fut crée le mouvement peut être généralisée à l’ensemble des régions : Ici, ce mouvement fut l’expression dans la résistance de la tendance Gauche révolutionnaire du Parti Socialiste SFIO, tendance qui s’était constituée en parti indépendant lors de la scission de Royan en 193818.

Louis Trégaro et ses quelques amis du PSOP entrent en contact avec Pierre Stibbe qui les informe de l’existence de l’Insurgé auquel ils se rallient. Ce processus de constitution du mouvement, de son extension montre l’utilisation de l’armature des réseaux « pivertistes » préexistants. L’organisation se structure autour d’un comité central de cinq membres chacun étant responsable d’un secrétariat. A un niveau inférieur se retrouvent un comité régional, un comité d’agglomération, un groupe action, des groupes d’entreprises19. L’action du mouvement passe par la création d’un journal dont le premier numéro est imprimé et distribué au mois de mars 1942. Vingt-six numéros du journal paraissent de 1942 à septembre 1944. En plus de cette activité propagandiste, l’imprimeur du mouvement s’occupe de faire paraître Libération Sud, quelques exemplaires du Populaire clandestin. Ces relations avec les autres mouvements se cantonnent à des échanges de services, source de revenus pour l’Insurgé hormis l’incendie du fichier du STO de Lyon accompli avec les équipes de Libération Sud. Si des discussions eurent lieu avec Combat, Franc Tireur elles n’aboutirent pas. Le mouvement refuse tout subside de la France Libre devant les divergences existantes20. L’isolement n’est pas total puisque le mouvement travaille avec les réseaux Buckmaster auxquels il fournit des renseignements. Sinon, le groupe se manifeste lors des échéances importantes à Lyon, lors de la visite du Philharmonique de Berlin, lors de la commémoration des 14 juillet 1942, 1943, des célébrations des 11 novembre 1941 et 1942. Le mouvement lance des appels à la grève dans la métallurgie contre les départs en Allemagne. Existe également un service de faux papiers, un service médical. De plus, rattaché au mouvement un maquis s’implante dans la région d’Annecy. De nombreux militants sont arrêtés, déportés, Marie-Gabriel Fugère lui-même est victime de la répression, envoyé à Buchenwald dont il rentre à la Libération. Cette présentation sommaire relate l’existence d’un petit mouvement de résistance dont l’influence se cantonne à la région lyonnaise avec quelques antennes dans le sud. Sa particularité tient à son isolement volontaire, sa volonté de maintenir l’autonomie d’action, de pensée d’un courant politique socialiste révolutionnaire dont il se proclame l’héritier. Quels sont les principaux thèmes de la propagande de l’Insurgé ?

Pour notre libération, contre tous les fascismes, 14 juillet de combat.

1789 : les prolétaires unis aux classes moyennes prennent la Bastille et donnent aux français la liberté.

1943 : les classes laborieuses françaises s’apprêtent dans l’Union à se libérer du fascisme, de la guerre, de la misère et de la féodalité moderne du capitalisme21.

Cette référence à la révolution insère ces militants dans la résistance globale puisque la commémoration du 14 juillet est enjeu, moment de manifestation de refus de l’occupation, de Vichy. Le pacifisme, le défaitisme révolutionnaire ne sauraient plus être patrimoine dans la France occupée. Proche de ses positions par le passé de ces dirigeants, L’insurgé, exprime son mépris des pacifistes ralliés à Pétain : Combien reniant leur passé révolutionnaire, méjugeant avec conviction les possibilités révolutionnaires du prolétariat se sont jetés dans les bras de cet homme qu’ils imaginaient probe, intègre et impartial et qui leur annonçait la paix, rien que la paix, la paix à tout prix.(..)M. Emery vous pouvez être satisfait, vous l’avez votre paix de boue, de honte et d’assassinats, vous l’avez votre collaboration allemande22.

Cette rupture radicale avec l’avant-guerre est signe de la réintégration de la nation dans le patrimoine « pivertiste ». Dès lors, le passé convoqué pour mener la lutte contre l’occupant, contre Vichy, est le même que celui de toute la résistance avec un accent mis sur le marxisme comme originalité. Cependant, l’originalité du mouvement est plus marquée dans son élaboration d’une stratégie de Libération. Le journal lyonnais proclame que le peuple français sait que la condition essentielle au retour vers la paix et la liberté est une transformation révolutionnaire de la société dans un sens socialiste, syndical et coopératif23.

Une autre modalité des « pivertistes » en résistance est leur dispersion dans les différents mouvements, les différents partis.

Entre mouvements et partis : l’adaptation au contexte.

Dans ses notes destinées aux historiens, Marceau Pivert rapporte les réactions des membres du PSOP. Les responsables du PSOP étaient en France, Jaquier, Rouaix, Suzanne Nicolitch et Lucien Vaillant. Un deuxième groupe avec Madeleine Hérard et Poireaudeau n’a pas fonctionné : ce dernier est mort. Les deux secrétaires responsables, Jaquier et Rouaix bien que contactés par un militant du PSOP Laverdet de Montrouge, parachutés par les services de l’IS n’ont pas rempli leur tâche et sont passés au parti communiste ainsi que Simon qui travaillait avec eux. (..) Quelques autres groupes (R.Baz et Cancielleri, Haute-Savoie, Mesplède, Rochefort..etc) sont passés au PC24.

Si ce texte indique un des choix effectués par les « pivertistes » durant la Seconde Guerre mondiale, l’engagement dans les rangs communistes, il tait les motivations d’entrée dans les rangs du PC de militants formés à l’anti-stalinisme. Prendre la mesure du phénomène invite à se confronter aux cas évoqués par Pivert, pour tenter d’en restituer l’importance à l’aide du DBMOF25. Notre comptabilisation fait apparaître 85 militants dont l’action se suit durant la période. De ce corpus, s’extraient deux cas de collaboration notoires26, un cas d’accommodement27, deux comportements inconnus, pour cinquante quatre recensés comme résistants et militants « pivertistes » avant-guerre.

Comparer avec la notation de Marceau Pivert convie à s’intéresser au devenir partisan de ces militants, dont certains n’ont pas laissé trace dans le dictionnaire, de leur engagement : 23 sont militants communistes28, 31 sont mentionnés comme ayant appartenu au Comité d’action socialiste29 ou à la SFIO à la Libération30, 3 au Parti ouvrier internationaliste (POI)31, 1 à la Fédération anarchiste32, un au PSOP en 194533. Ce recensement nécessairement limité amène à nuancer la portée du témoignage de Marceau Pivert. Si un nombre certains de militants ont rejoint le PCF, ils sont moins nombreux que ceux ayant rejoint le PS soit dans la clandestinité soit à la Libération. Quelles motivations à ce double engagement, véritable rupture avec l’histoire passée de ces militants ?

A cette question, plusieurs réponses possibles. Pour ce qui est du passage dans les rangs communistes, la proximité dans l’action résistante semble un des facteurs d’oubli du passé militant pour s’investir dans un parti autrefois honni. Le PCF redevient parti d’action, parti de la classe ouvrière engagée dans la lutte nationale. Pour ces résistants, leur action présente efface leurs préventions antérieures, leur histoire dorénavant se lit à travers le filtre de leur action contre l’occupant. Nous nous trouvons en présence d’un moment où les cohérences passées cèdent devant la nouveauté de la situation, où les engagements passés perdent tout relief devant l’intégration au communisme, seul capable de peser dans la guerre en un nouveau contexte. Cette modification radicale des comportements implique une incompréhension totale de Marceau Pivert, au Mexique durant le conflit, devant ce changement brutal. Il écrit ainsi à un de ses anciens camarades Michel Lissanski, devenu responsable FTP dans le Limousin, dans une lettre intitulée Deuxième lettre à mon ami Michel Lissanski, stalinien34. : Je me borne à te dire en toute sincérité que j’essaye vraiment de te comprendre et que je n’y arrive pas.

Le choix communiste demeure toutefois minoritaire comparé à l’option d’intégration au PS fait par nombre d’anciens militants. Un premier sous-ensemble se dégage composé des anciens de la GR passés à la tendance Redressement n’ayant de fait jamais quitté la SFIO35. La présence de ces militants démontre d’ailleurs que le pacifisme le plus extrême ne conduit pas nécessairement à la collaboration. Un autre sous-ensemble concerne les anciens militants de la Seine, manifestement plus rétifs à l’engagement dans les rangs communistes qu’en province. Sur les 31 retours à la SFIO durant le conflit, 12 viennent de la fédération de la Seine36. Postuler l’homogénéité de leur engagement serait se méprendre, d’aucuns appartiennent à la France Libre (André Weill-Curiel), d’autres vont dans les Basses Alpes contraints par les circonstances etc. Toutefois, l’apparition de ce groupe suppose la présence de leur passé dans la motivation de leur retour au socialisme, le maintien des principes socialistes révolutionnaires dont le réceptacle naturel devient le parti socialiste devant la disparition du PSOP, l’impossibilité de rejoindre le Parti communiste dont la guerre n’a pas changé la nature.

Avec ce double mouvement causé par le conflit mondial, départ vers le PCF, retour vers la SFIO, le « pivertisme » perd une partie de ses possibilités de développement politique autonome, son assise provinciale car les militants autrefois les plus actifs gagnent le PCF dans certaines régions : ce serait le cas des départements de la Savoie et de l’Yonne par exemple.

De plus, un certain nombre se retrouvent dans les réseaux, les mouvements de résistance, au hasard de leur ancrage local. Ainsi, Michel Bernstein, ancien du PSOP, est le responsable des faux papiers pour Défense de la France37, d’autres participent à la création du mouvement Libérer et Fédérer (Montane)38, Jean Capdeville à Libération Nord39. Il va de soi qu’aller plus avant nécessiterait une recherche plus approfondie, spécifique. Cependant, on ne saurait conclure ce panorama sans présenter la création d’un mouvement original, créé en partie à l’initiative de l’Insurgé.

Le Mouvement révolutionnaire socialiste.

Deux organisations fédèrent leur action en novembre 1943, L’insurgé et Libérer et fédérer pour créer le Mouvement révolutionnaire socialiste40. Cette rencontre entre les deux mouvements se fait en octobre 1943 à Toulouse avec Lacroix et Godard pour l’Insurgé et Zaksas et Monier pour le mouvement toulousain41. Les journaux deviennent communs en mai 1944. Ce regroupement s’effectue sous les auspices d’une double indépendance, par rapport à la France Libre, par rapport à la SFIO. A compter de cet instant, les militants des deux mouvements travaillent définitivement pour le réseau Alphonse-Buckmaster dépendant des britanniques. Dans une note de préparation à son livre, Daniel Mayer fait ressortir de la lecture de Libérer et fédérer, l’absence de toute référence au procès de Riom, à Léon Blum, à l’assassinat de Marx Dormoy, aux socialistes français de Londres42. Cette remarque de Daniel Mayer donne la mesure de l’extériorité du mouvement toulousain, et donc du mouvement lyonnais au socialisme clandestin43.

Tardif, ce regroupement aboutit à la publication d’un manifeste commun en 1944. Le Mouvement révolutionnaire socialiste propose la création des États-Unis d’Europe où s’intégrerait la France44. Cette volonté d’insérer la France dans un ensemble plus vaste prend appui sur la conviction que la paix ne saurait exister que dans ce cadre fédéral dont l’URSS est un modèle (la référence est explicite dans le manifeste). Sur un plan intérieur, le Mouvement révolutionnaire socialiste propose l’élection de conseils à tous les niveaux de la vie économique, sociale, politique45. Ce recours à l’échelon de base pour animer la vie politique place ces militants en position d’infériorité par rapport aux nombreux projets de constitution élaborés dans la résistance, en particulier par les socialistes46. Dès lors, les militants de ce milieu sont en position de réaction par rapport aux propositions élaborées ailleurs tant leurs options demeurent floues en regard des discours provenant des autres secteurs de la résistance. Pour mener à bien cette œuvre, l‘instrument-parti est jugé nécessaire, un nouveau parti dégagé des anciennes formations, condamnées avec vigueur : Les faillites successives auxquelles les anciens partis ont mené la France leur interdisent aujourd’hui de prendre la tête de sa reconstruction47. Cet extrait du manifeste indique bien la refus de s’intégrer à la SFIO manifesté par les militants des deux mouvements.

Ces différents traits ne doivent pas occulter le peu d’efficacité du Mouvement. Son isolement, l’éloignement géographique de ses deux composantes l’empêchent de prendre une place importante dans les regroupements des mouvements de résistance tant à Toulouse qu’à Lyon. De plus, aucune direction commune n’existe pour ce Mouvement révolutionnaire socialiste48. Dès lors, le mouvement ne peut se faire entendre, ne dépasse pas le cadre des deux mouvements fondateurs qui gardent leur autonomie. Cette tentative d’élargissement de l’assise des socialistes révolutionnaires s’avère être un échec dans la résistance car leur volonté d’indépendance les conduit à être mis à l’écart des structures préparatoires à la Libération : aucune place sérieuse dans les Comités départementaux de libération (CDL), dans les Comités locaux de libération y compris à Toulouse et Lyon. De fait, ce regroupement sans efficacité donne la limite de l’influence des socialistes-révolutionnaires dans la résistance quand ils appartiennent à des groupes spécifiques : limitée. Cela est particulièrement net à la Libération. Les « pivertistes » parisiens publient un texte intitulé Pour un regroupement socialiste, la motion présente la SFIO comme l’organisation de masse donnant le plus de garanties par rapport à la liberté de discussion. De manière parallèle, ces militants issus de la Gauche révolutionnaire participent à la reconstruction des organisations départementales de manière explicite dans le Cher et dans l’Hérault 49. Ces retours de militants ne signifient en rien la re-création d’une tendance organisée puisqu’il apparaît que les anciens courants ne sont pas réactivés50.

A la conclusion de cette présentation/description, limitée, des « pivertistes » en résistance, quelques conclusions s’imposent. La première est l’éclatement du milieu, sa disparition en tant que force autonome malgré les efforts des lyonnais de l’Insurgé. La seconde est l’indéniable engagement résistant de nombreux anciens de la Gauche révolutionnaire, leur activité ne saurait se résumer à la présence de Marceau Pivert à Mexico. La troisième est finalement la rétractation du « pivertisme » sur la région parisienne dans les rangs de la SFIO. Enfin, la résistance ne marque pas la fin de ce courant qui continue malgré les difficultés à perdurer mais dont les présupposés idéologiques d’avant 1939, la révolution avant la guerre, cèdent devant le refus de tout totalitarisme en particulier stalinien dans la période ultérieure.

1Jean Paul Joubert, Révolutionnaires de la SFIO, Paris, Presses Nationales de la Fondation de Sciences Politiques, 1977.

2Puisque le sujet est la résistance, nous laissons volontairement de côté des personnages tel Georges Soulès (Raymond Abellio) au parcours inverse puis équivoque.

3Marc Sadoun, « Les contraintes de la position », Quaderni e documenti inediti di Angelo Tasca.Archives de guerre d’Angelo Tasca, Denis Pechanski (dir.), Paris-Milan, CNRS, 1985, p. 51.

4Jean Rous, Témoignage recueilli le 24 septembre 1944 par Odette Merlat, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, 72AJ59, Archives Nationales.

5Gaston Bergery est un personnage au parcours trouble : du parti Radical à l’antifascisme au Front populaire pour finir ambassadeur de Vichy. Philippe Burrin, Doriot, Déat, Bergery. La dérive fasciste, Paris, Le Seuil, 1986.

6Maurice Jaquier, Simple militant, Paris, Denoël, 1974, p. 239

7Jean Rous, Témoignage recueilli le 24 septembre 1944 par Odette Merlat, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, 72AJ59, Archives Nationales.

8Pierre Chevalier, Jean Rous (1908-1985), Une vie pour le socialisme et la décolonisation, Thèse de l’Université de Perpignan, 1999, 1152 pages, p. 329.

9Jacques Rebeyrol, Témoignage recueilli le 12 juillet 1946 par Lecorvisier, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, 72AJ64, Archives Nationales.

10Fugère, Réponse à un questionnaire envoyé le 19 juillet 1960, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, 72AJ58, Archives Nationales.

11Pierre Chevalier, op.cit. p. 321. Argument également défendu par Jacqueline Pluet-Despatin, Les trotskistes et la guerre, Paris, Éditions Anthropos, 1980, p. 60-64.

12La Révolution Française, Bulletin pour un mouvement national révolutionnaire, septembre-octobre 1940, numéro consulté au CERMTRI dans le dossier MNR. Les mots soulignés sont dans l’original.

13Pierre Chevalier, op cit.., p. 323.

14Jean Rous, Itinéraire d‘un militant, Paris, Jeune Afrique, 1968, 301 pages, p. 26.

15Marceau Pivert, « Références et précisions supplémentaires pour les historiens », sans date, Dossier Pivert, CERMTRI.

16Pour un historique détaillé du mouvement : Robert Fiat, « L’Insurgé », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 59/78. Mémorial de l’Insurgé, Témoignages et documents rassemblés par Marie-Gabriel Fugère, Lyon, Imprimerie Nouvelle Lyonnaise, 1968.

17La description chronologique qui suit se base sur les documents et articles cités avec en plus la réponse à un questionnaire envoyé par Marie-Gabriel Fugère au comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale en date du 19 juillet 1960.

18Louis Trégaro, « L’insurgé dans le Languedoc », Mémorial de l’Insurgé, Témoignages et documents rassemblés par Fugère, Lyon, Imprimerie Nouvelle Lyonnaise, 1968, p. 59

1941 dans la région lyonnaise selon le témoignage de Marie Fugère.

20Robert Fiat, « L’insurgé », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 33/60.

21L’insurgé, n° spécial, deuxième année.

22« M.Emery », L’insurgé, n° 6, août 1942.

23« Aspirations du peuple français », L’insurgé, n° 7, septembre 1942.

24Marceau Pivert, « Références et précisions supplémentaires pour les historiens », sans date, Dossier Pivert, CERMTRI.

25Nous avons mené notre interrogation du Cédérom Maitron à partir de quatre mots : Gauche Révolutionnaire, Pivert, pivertisme, pivertiste ce qui donne 433 notices dont toutes ne concernent pas la mouvance de Marceau Pivert car s’y retrouvent ainsi, Blum, Zyromski etc. 134 sont sûres pour leur appartenance à la GR.

26Georges Albertini, Raymond Abellio.

27André Thiébaut

28Pierre Artigue, Ferdinand Baylard, Romain Baz, Pierre Berke, Paul Chaignaud, Lucien Chapelain, André Cornillon, Fernand Cortale, Georges Delcamp, Pierre Fabresse, Isidore Forgas, Raymond Goreau, MauriceJaquier, Lucette Justaffré, Jean Lartigau, Michel Lissanski, Achille Llado, Emile Masnou, Louis Moutte, Charlotte Ricard, Henri Ricard, Robert Simon, Léon Sors,

29Premier nom de la structure socialiste sous l’Occupation.

30Auguste Auberger, Victor Benoît, Michel Boucher, Edmond Breuillard, Joseph Cambours, Bernard Cazaubon, René Chassagne, Marcel Chenel, Victor Constans, Maurice Deixonne, Francisque Drifford, Jacques Enock, Daniel Gaudemer, Henri Goldschild, Jean Jacquet, Charles Lancelle, Marcel Laurans, Maurice Millet, François Moch, Joseph Péri, Gaston Petit, Maurice Pressouyre, Laurent Presiozi, Jean Rabaut, Marcel Ricard, Edouard Soldani, Pierre Stibbe, Robert Talpain, Félix Tanguy, Louis Trégaro, André Weil Curiel.

31Henri Lafièvre, Joseph Makarovsky, Serge Tuauden

32Suzy Chevet.

33Chapotot.

34Marceau Pivert, Deuxième lettre à mon ami Michel Lissanski, stalinien, juillet 1945, Fonds Lancelle, 13 APO, OURS.

35Maurice Deixonne, François Moch, Auguste Auberger signent la proclamation de la tendance Redressement dans le numéro 1 du bulletin de la revue en date du 1er novembre 1938.

36Henri Goldschild, Jacques Enock, Charles Lancelle, Marcel Laurans, François Moch, Maurice Pressouyre, Marcel Ricard, Jean Rabaut, Pierre Stibbe, Robert Talpain, André Weill-Curiel, Edmond Breuillard (du SNI).

37Olivier Wieworka, Une certaine idée de la résistance. Défense de la France. 1940-1944, Paris, Seuil, L’Univers historique, 1995, p. 150.

38Jean Pierre Pignot, Libérer et fédérer, Les socialistes en résistance (1940-1944), Paris, Seli Arslan, 1999. Jean Pierre Pignot, Aspects de la résistance à Toulouse et sa région.. Libérer et fédérer, Toulouse, Conseil général de Haute Garonne. Alberto Cabella, « Libérer et fédérer et l’idéologie de Silvio Trentin », Cahier d’histoire de l’IRM, 56, 1994.

39De Noëlline Castagnez-Ruggiu pour l’ensemble des socialistes, « La géographie de l’engagement des socialistes dans les mouvements et les réseaux », Les socialistes en résistance (1940-1944), Paris, Seli Arslan, 1999.

40Jean Pierre Pignot, op.cit., p. 25/26. Marie Fugère, Réponse à un questionnaire envoyé le 19 juillet 1960, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, 72AJ58, Archives Nationales.

41Marie-Gabriel Fugère, Réponse à un questionnaire envoyé le 19 juillet 1960, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, 72AJ58, Archives Nationales.

42Note de Daniel Mayer, Sans date, Dossier 1 : les socialistes dans la résistance, 1 ma 7/8, Fonds Daniel Mayer, Centre d’histoire européenne du vingtième siècle.

43Dans son ouvrage sur les socialistes dans la résistance, la partie consacrée à ces mouvements s’intitule « En marge ».

44Manifeste du Mouvement révolutionnaire socialiste, Libérer fédérer, L’insurgé, avril-mai 1944.

45Ibid.

46Trois projets rédigés par André Philip, Jules Moch, Vincent Auriol sont examinés par Henri Michel, Les courants de pensée dans la résistance, Paris, PUF, 1962, 842 pages, p. 512/514.

47Manifeste du Mouvement révolutionnaire socialiste, Libérer fédérer, L’insurgé, avril-mai 1944.

48Jean Pierre Pignot, op.cit., p. 62.

49Gilles Morin, Frédéric Cépède, « Neuf regards sur neuf fédérations, Les fédérations socialistes SFIO 1944-1944 », Recherche socialiste, n° 4, septembre 1998. Les fédérations étudiées sont les Bouches du Rhône, le Cher, l’Indre, les Côtes du Nord, la Drôme, la Gironde, l’Hérault, l’Oise, la Somme.

50Gilles Morin, Frédéric Cépède, art.cit..

Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Introduction

L’enjeu de cette question est important, en particulier pour la génération qui vient à l’action politique dans les années 1960. Elle est très proche de cette période qui est celle de ses pères et mères, et pour beaucoup de militants de Mai 68, les formes d’action des résistants, leur audace, leur sens du sacrifice aussi, constituent une référence. Ils ont tendance à oublier ou à relativiser les buts patriotiques de ce combat pour insister sur son antifascisme. Les exemples sont nombreux de cette fascination exercée par les résistants armés sur les militants de 68. Gérard de Verbizier par exemple, un des dirigeants de la Ligue communiste, né en 1942, participe comme scénariste au film de Mosco retraçant l’histoire de la 35e brigade FTP-MOI (la Sept/Arte, 1993) et en tire un livre publié chez Calmann-Lévy1. Quant à Pierre Goldman, camarade de combat à l’UEC d’Alain Krivine et de ceux qui allaient créer la JCR à la Sorbonne, on dit de ses parents résistants qu’ils cachaient armes et tracts dans son landau. En 1977, il fait le procès de l’attitude des trotskystes pendant la Seconde Guerre mondiale en ces termes : « L’âpreté du combat mené contre les staliniens (et par les staliniens) vous a conduit à commettre de gravissimes erreurs : la principale est l’attitude, je veux dire la ligne que vous avez défendue, que la Quatrième Internationale a défendu entre 1940 et 1944, ligne qui n’était d’ailleurs pas conforme à la pensée de Trotsky avant sa disparition »2.

L’accusation, d’ailleurs floue, est sans appel, « gravissimes erreurs », et Pierre Goldman évoque « la ligne », alors que le moins que l’on puisse dire est qu’il y eut chez les trotskystes plusieurs attitudes face à la guerre et à la Résistance, au moins au début. Mais pour cette jeunesse de l’après-guerre il ne peut y avoir que deux camps, celui des résistants et celui des collaborateurs. Le Ministère de l’Éducation Nationale, les enseignants et les associations d’anciens résistants qui organisent les fameux concours de la Résistance ont beaucoup contribué à cette simplification, de même que le PCF.

Or ce dernier, au début de la guerre, avait tendance à renvoyer dos-à-dos les deux principaux pays en conflit, Angleterre et Allemagne nazie, et à faire de De Gaulle un agent de la finance anglaise3. Cette attitude initiale, peu conforme avec l’image du « parti des fusillés » que le PC veut donner après la guerre a été longtemps passée sous silence par lui. Ainsi sans doute pour ne pas laisser au seul de Gaulle le bénéfice d’un appel précoce à la Résistance, L’Humanité cite abondamment en 1944-45, l’appel à l’action que le PC aurait lancé dès le 10 juillet 1940. Or certains historiens émettent des doutes, sinon sur son authenticité, du moins sur sa date réelle. Pour Jean-François Muracciole, il est antidaté4. Quant à Claudy Delattre, dans son article du Mouvement Social5, il s’étonne que seul de tous les numéros de L’Humanité clandestine il porte mention « Directeur Marcel Cachin » ; de plus observe-t-il, le numéro 60 est daté du 7 juillet 40, le numéro 61 du 13 juillet 40. Par contre le PC a eu tendance à annexer des militants ouvriers victimes de la terreur nazie qui n’étaient pas – ou plus – membres du Parti, ainsi Marc Bourhis et Pierre Guéguin (ou Guéguen). Tous deux enseignants, le premier militant trotskyste dès 1933 dans le Finistère, le second maire communiste de Concarneau en rupture de parti après la signature du pacte germano-soviétique, font partie des 27 otages fusillés par les nazis dans la carrière de Châteaubriant le 22 octobre 1941. Pendant les années 1970, la LCR n’a cessé de mener campagne pour que le PC et en particulier Fernand Grenier, président de l’Amicale de Châteaubriant, reconnaissent que parmi les 27 se trouvaient un trotskyste et un opposant au stalinisme6. Aujourd’hui les stèles de Marc Bourhis et de Pierre Guéguin ne font état que de leur appartenance syndicale ou de leur fonction élective7.

Il n’était pas facile donc pour un parti se réclamant prioritairement de la classe ouvrière, du combat des colonisés, de se positionner au début de la Seconde Guerre mondiale. Pas plus que les autres, les trotskystes n’ont été à l’abri d’errements ou même de « déraillements »8. La disparition brutale de Léon Trotsky, assassiné le 20 août 1940, la rupture des relations entre trotskystes européens et américains, tous ces facteurs contribuent à désorienter les militants. En particulier, la mort de Trotsky n’allait pas permettre au mouvement d’achever l’élaboration stratégique amorcée en 1940 et de passer du « défaitisme révolutionnaire » à la « politique militaire du prolétariat ».

Cela n’empêche pas les militants trotskystes de mener un combat courageux dans les usines et auprès des soldats allemands notamment. Ceci leur vaut de connaître la répression, plusieurs dizaines d’entre eux, dont le secrétaire général du POI [Parti ouvrier internationaliste], Marcel Hic, connaissent les camps et y périssent. Dans ces camps ils continuent à militer et à résister, fidèles à l’internationalisme9. Mais ils ont aussi à faire face à la vindicte des staliniens dont on connaît aujourd’hui la responsabilité dans la mort de Pietro Tresso et de ses camarades10.

  1. Du « défaitisme révolutionnaire » à la « politique militaire prolétarienne »

Dès 1934 les trotskystes développent, dans un texte important, leur position sur une guerre que l’arrivée d’Hitler au pouvoir rend probable à brève échéance. Il s’agit de ne pas répéter la trahison de la social-démocratie en 1914 en soutenant « son » impérialisme contre l’impérialisme étranger. Comme celle de 1914, la guerre à venir mettra aux prises deux impérialismes pour le partage du monde. D’ailleurs dans un camp comme dans l’autre, on trouvera des États fascistes ou semi-fascistes, bonapartistes, et des États « démocratiques ». Le parti ouvrier ne doit pas verser dans le chauvinisme sous prétexte de soutenir son impérialisme national « pour sa fragile coque démocratique »11. On ne peut déroger à cette règle du « défaitisme révolutionnaire » qu’en cas d’agression commise contre un peuple opprimé. Ainsi Trotsky, après l’invasion de la Chine par le Japon, appuie la guerre du peuple chinois : « Les organisations ouvrières du Japon n’ont pas le droit d’être patriotes, mais celles de Chine l’ont »12.

Le prolétariat doit donc conserver son indépendance et son « irréductible hostilité au gouvernement impérialiste de son propre pays »13. Ainsi les trotskystes refusent de différer les revendications sociales tant que dure le conflit sous prétexte de combat contre le nazisme. Gerd-Rainer Horn rappelle que plusieurs d’entre eux furent condamnés et emprisonnés pour cela en Grande-Bretagne, en Irlande et en Suisse pendant la guerre14.

La guerre une fois déclarée, le Manifeste adopté par la IVe Internationale à sa Conférence dite d’Alarme, tenue à New York le 26 mai 1940, réaffirme ces positions : La classe ouvrière n’a pas « à aider les démocraties contre le fascisme allemand »15. La tâche « n’est pas de soutenir une partie du système capitaliste contre l’autre mais d’en finir avec le système dans son ensemble ». Car en effet, le pendant de ce refus de collaborer avec la bourgeoisie (il est rappelé « l’imposture du Front populaire qui paralyse les masses laborieuses », les met à la remorque de la « bourgeoisie progressive »), c’est la réaffirmation que la « tâche stratégique » de l’heure, c’est « la transformation de la guerre impérialiste en guerre civile »16. Seul le prolétariat d’un pays allié à l’URSS pourrait être amené à atténuer, sans pour autant y mettre fin, sa lutte contre son gouvernement. Ainsi il serait absurde que le prolétariat américain sabote l’envoi de munitions à l’URSS, en cas d’alliance des deux pays. Car une autre des caractéristiques constantes des textes adoptés majoritairement par la Quatrième Internationale est la réaffirmation de la nécessaire défense de l’URSS, première expérience d’économie planifiée.

Mais dès 1934, dans le texte « La Guerre et la Quatrième Internationale », Trotsky, son principal rédacteur, appelle l’avant-garde prolétarienne à participer à la guerre si la classe ouvrière a été incapable de l’empêcher17. Il faut se distinguer des pacifistes, des objecteurs de conscience et s’assumer comme « révolutionnaires militaristes »18. Dialoguant avec les militants du SWP en visite à Mexico peu avant son assassinat, Trotsky leur demande d’exiger des syndicats américains qu’ils luttent pour que l’État forme militairement les ouvriers : « Nous voulons des officiers ouvriers »19.

C’est le seul moyen de préparer la prise du pouvoir lors des situations révolutionnaires qui ne manqueront pas de se produire. Les derniers mots de Trotsky prononcés le jour de son assassinat et trouvés dans son dictaphone précisent que la nouvelle orientation stratégique du mouvement baptisée « politique militaire prolétarienne, est une continuation de la politique élaborée pendant la dernière guerre impérialiste, avant tout sous la direction de Lénine. Mais une continuation ne signifie pas une répétition »20. Il s’agit d’être prêt à transformer la guerre impérialiste en guerre civile, et les militants de l’avant-garde doivent donc se préparer à encadrer les masses qui se mettront en mouvement selon un scénario que Trotsky voit proche de celui de la fin de la Première Guerre mondiale.

  1. Positions et attitudes contrastées des trotskystes français jusqu’en 1944

Certes, la situation de guerre perturbe la vie des militants trotskystes, mais les deux principaux groupes (Parti ouvrier internationaliste et Comité communiste internationaliste issu de l’ex-Parti communiste internationaliste) se révèlent capables de renouer les liens et de reconstruire leurs micro-organisations21 assez tôt. Le premier numéro de La Vérité clandestine, organe du POI, date ainsi du 31 août 1940. Les militants du CCI envoient leurs dirigeants, notamment Pierre Frank, à l’étranger dès la déclaration de guerre. Ils publieront 20 numéros de Correspondance Internationaliste jusqu’en avril 1940. Ce groupe a été « durement éprouvé par l’arrestation en février 1940 d’une douzaine de membres-sympathisants dont le postier Charles Margne »22.

Quant aux constructions théoriques dues à Testu (Henri Molinier) qui dans un texte du 28 août 1940 au titre emprunté à Lénine, « Que Faire ? », tente de caractériser la situation nouvelle de l’Europe au lendemain des victoires d’Hitler, elles apparaissent comme surprenantes. Pour lui les victoires nazies ouvrent une longue période de recul pour le mouvement ouvrier, il faut s’y adapter. « Que Faire ? » propose donc l’entrisme dans les organisations fascistes et d’ailleurs aussi dans le PCF et ses comités populaires, sans qu’il ne s’agisse là d’une adhésion aux idées collaborationnistes, bien sûr. Quelques militants entrent alors au RNP (Rassemblement national populaire) de Marcel Déat, Henri Molinier donc (avec l’accord de la direction du CCI), Roger Foirier pour très peu de temps, Maurice Déglise plus longtemps. Ce dernier « s’y enlisa »23. Arrêté et détenu à la Libération pendant deux mois pour collaboration, il fut libéré pour avoir sauvé la vie de militants du PCF en les prévenant de leur arrestation24.Un autre militant gagné lors de l’entrisme à la SFIO par l’ex-PCI en 1936, Paul Cognet, dirigeant de la Fédération CGT de l’habillement, se rallia à Pétain, siégeant dans les organismes corporatifs mis en place par la Charte du Travail25. Quant à René Binet (1913-1957), contre qui le CCI publia une mise en garde en avril 1943, il semble bien que nous soyons en présence du seul cas de trotskyste devenu nazi26. Cet employé, syndicaliste CGT et ancien militant des JC (il en fut exclu en 1934) se rapprocha de l’ex-PCI dont il devint membre du CC en 1936. Ayant regroupé une quinzaine de militants autour de lui dans sa ville du Havre, il y publie un journal Le Prolétaire en 1938-39. Dans un article du 1er septembre 1938 intitulé « La chasse aux trotskystes est ouverte », il propose de « désigner des otages parmi les chefs staliniens » pour que cessent les agressions contre l’avant-garde révolutionnaire27. Prisonnier en Allemagne il évolue vers le nazisme auquel il reste fidèle jusqu’à sa mort28.

Il est à noter que d’autres figures du trotskysme d’avant-guerre furent en partie désorientées, parmi elles Jean Rous. A l’automne 1940 il prétendit créer avec Fred Zeller et Maurice Jaquier notamment, un MNR (Mouvement national révolutionnaire) hostile à la fois à Vichy et à de Gaulle, à Londres et à Moscou, une position intermédiaire extrêmement difficile à tenir. Après la disparition du mouvement en 1941 du fait de la répression, il rejoignit la Résistance et la SFIO en 194429. Mais à l’intérieur du CCI, à l’initiative de Rodolphe Prager et de Jacques Grinblat (Privas)30, un coup d’arrêt est donné dès janvier 1941 à la dérive jugée dangereuse initiée par le texte d’Henri Molinier. Ce dernier est exclu de la direction à cette date. Le travail des militants est orienté vers l’implantation dans les usines, « dans la perspective de transformer la guerre inter-impérialiste en révolution prolétarienne »31. C’est dans les usines de la banlieue de Puteaux-Suresnes que des progrès réels furent accomplis, les militants qui en ont été les acteurs ou les témoins parlent volontiers du « bastion prolétarien » du parti32. Un des militants les plus actifs de ce groupe est Raoul (Claude Bernard, 1921-1994), inscrit en philosophie à la Sorbonne en novembre 1940. C’est là qu’il adhère au CCI. Affecté à une cellule ouvrière, il se fait embaucher en usine comme tous les étudiants de l’organisation. Mais parallèlement à son travail ouvrier, Raoul fut l’un des bâtisseurs du groupe communiste internationaliste indochinois de France à partir de juillet 1942.

Un autre regroupement trotskyste, plus modeste encore par la taille, puisqu’au début il ne regroupe que deux couples – Barta (David Korner)33 et Louise, Jacques Ramboz et Lucienne – porte aussi son effort sur les usines. Un des tous jeunes militants de ce groupe, Mathieu Bucholz (19 ans en 1941) gagne ses anciens camarades d’école, Jean et Pierre Bois, ex-JC34. Ce dernier, ouvrier très jeune dans le bâtiment puis la SNCF, se fait embaucher dans la métallurgie sur demande de l’organisation. Entré à Renault-Billancourt en mai 1946, il fut l’animateur de la grève qui, en mai 1947, amena les ministres communistes à quitter le gouvernement tripartite35. Le militantisme opiniâtre d’une organisation – on a presque envie de dire d’un homme, Barta – semble validé par cette issue. Cette organisation, par ses tracts et ses publications (La Lutte de Classes paraît régulièrement à partir de 1942), s’emploie aussi à dénoncer très vigoureusement le social-patriotisme auquel aurait succombé le POI, la principale organisation trotskyste : « Dans ce travail (introduire le poison nationaliste-chauvin dans les rangs ouvriers) le POI a occupé une des premières places parmi les partis ouvriers… Ne fut-il pas dès l’été 1940 un des initiateurs du concert nationalo-démocratico-allié ? »36.

Se félicitant de la manifestation étudiante du 11 novembre 1940 sur la tombe du soldat inconnu à l’Arc de Triomphe, La Vérité, publiée par les militants du POI, appelle en effet à la création de Comités de vigilance nationale pour mieux organiser les futures manifestations37. Dans un texte de septembre 1940 adopté à l’unanimité par le CC, le POI lance un appel à la « fraction française » de la bourgeoisie, qu’il oppose aux fractions allemande et anglaise. De Gaulle est caractérisé comme « un pantin au service de l’État-major anglais », mais « le gaullisme des larges masses est un phénomène largement progressiste »38. Le parti se demande donc comment faire pour se tourner vers cette fraction de la bourgeoisie. Si l’on en croit Frédéric Charpier, qui rapporte le témoignage de Gérard de Sède, jeune militant en 1940, le POI aurait soutenu matériellement le groupe d’Yvon Morandat, le Mouvement ouvrier français, une personnalité étiquetée gaulliste de gauche après la guerre39. En tout état de cause le POI s’est reconstitué lui aussi rapidement au début de la guerre à la suite d’un rapprochement, d’après Yvan Craipeau, entre son groupe, « La Voie de Lénine », issu du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP), et celui de Marcel Hic et David Rousset… La conférence d’unification a eu lieu en août 40 dans une grotte près de Mantes, ville dans laquelle Yvan Craipeau enseignait. Cette réunification permet la sortie du journal La Vérité, d’abord ronéotypé puis imprimé à partir du numéro 20, du 15 septembre 1941. Une minorité, l’opposition internationaliste, dirigée par Marcel Gibelin, se constitue également par opposition à toute déviation nationaliste. Le groupe est actif dans les Auberges de jeunesse. Une de ses militantes, Lucienne Abraham (Michèle Mestre), en est responsable nationale jusqu’à son arrestation en 1941. Les Auberges de jeunesse constituent un lieu de recrutement. Mais très tôt aussi le groupe se pose le problème de la fraternisation avec les soldats allemands : « Il faut gagner l’Armée allemande à la lutte contre l’hitlérisme »40.

A posteriori Yvan Craipeau confirme : « Nous étions tous d’accord pour condamner l’assassinat indifférencié des soldats allemands comme le pratiquaient les communistes »41. Le premier numéro du journal en allemand destiné à ce travail sort en juillet 1943. Presque entièrement rédigé par Widelin (Martin Monat), un militant trotskyste allemand abattu par la Gestapo en juillet 1944 après 4 ans de traque, Arbeiter und Soldat est publié jusqu’à cette date. Il permet de regrouper à Brest une quinzaine de soldats allemands, à l’origine eux-mêmes d’une feuille ronéotypée Zeitung für Soldat und Arbeiter im Westen. Cette « entreprise héroïque »42 se termine dans le drame, les nazis ayant réussi à identifier les militants allemands et français. Le 17 octobre 1943 le groupe de Brest est arrêté, le principal protagoniste de ce travail, Robert Cruau, jeune postier originaire de Nantes, meurt sous la torture. Les nazis remontent jusqu’à la direction nationale de l’organisation. Sont arrêtés Marcel Hic, qui meurt en déportation, David Rousset43, Marcel Beaufrère, sa femme Odette, Roland et Yvonne Filiâtre. De l’ancienne direction, seuls Yvan Craipeau et Gibelin ont échappé aux arrestations44. Le parti a aussi été lourdement frappé en province dès le 2 juillet 1942. La police réussit à identifier le dirigeant du groupe de Marseille, Albert Demazière, grâce à un document « microphototypé » glissé dans un savon par Jan Van Heijenoort à New York et tombé entre les mains de la police45. Vingt militants sont arrêtés à Marseille et cinq à Lyon, dont le mathématicien Gérard Bloch. Laurent Schwartz qui était en contact avec ce dernier évite miraculeusement l’arrestation. André Essel échappe aussi de justesse aux gendarmes venus l’arrêter, et gagne alors Paris où il aide à reconstituer l’organisation. D’après Jean-Michel Brabant, 120 militants furent arrêtés, déportés. Rodolphe Prager comptabilise à peu près quarante décès de trotskystes français ou ayant milité en France, du fait de la répression46. Malgré tout les effectifs continuèrent à croître, après l’unification de février 1944 ils montèrent jusqu’à 50047.

  1. Réunification du mouvement trotskyste et répétition générale…

En effet, poussés par la direction de la IVe Internationale qui s’était reconstituée à l’échelle européenne et avait tenu une conférence en février 1944, et particulièrement par Michel Raptis dit Pablo, trois des quatre groupes trotskystes se réunifient en février-mars 1944 dans le Parti communiste internationaliste (PCI) : le POI, le CCI et le groupe Octobre, petite formation née en 1943 autour de certains militants venus du mouvement abondanciste48 et dont le principal dirigeant était devenu Henri Molinier. Le rapport de force transparaît à travers la répartition des sièges au comité central : 3 pour le POI, 2 pour le CCI et 1 pour le groupe Octobre (un représentant du secrétariat provisoire européen ayant une voix en cas d’égalité)49. Le premier congrès de cette formation unifiée ne se tient qu’en novembre, en raison des difficultés existantes, dont la moindre n’était pas la vague d’arrestations importante que subit le POI en mars 194450. Seule l’organisation de Barta reste à l’écart de cette fusion, considérant le PCI comme « petit-bourgeois ». Ce regroupement apparaît d’autant plus nécessaire, aux yeux des trotskystes, que la fin de la guerre approche peu à peu. Fidèles à une grille de lecture marquée par l’expérience de la Première Guerre mondiale, ils postulent en effet l’émergence d’une vague révolutionnaire massive, qui doit, menée par les sections de la IVe Internationale, renverser la bourgeoisie et permettre de construire le socialisme.

Le point de départ envisagé pour ce nouvel essor révolutionnaire n’est autre que l’Allemagne, « épine dorsale de la révolution européenne »51, une transposition de l’analyse des bolcheviks dans les années 1919-1923, pour qui l’Allemagne, puissance industrielle majeure et patrie du plus puissant mouvement ouvrier d’Europe, était la clef du succès de la révolution sur le continent… C’est ce qui explique que certains trotskystes voient le STO comme la possibilité d’aller travailler au contact des ouvriers allemands, bien que leur position à son égard (puis vis-à-vis de la relève) soit devenue très critique52, puisque son but est le renforcement d’un des impérialismes en guerre ; leur consigne initiale est de refuser le départ, et ce n’est qu’en cas d’échec qu’il faut saisir la chance d’aller vers les prolétaires allemands et étrangers également réquisitionnés53. Bien des militants devinrent ainsi réfractaires, à l’instar de Pierre Bois ou Michel Lequenne. Ceux qui se retrouvèrent en territoire allemand continuèrent quand ils le pouvaient à militer, une cellule trotskyste à Berlin étant même créée par des membres du CCI, comme Georges Chéron.

Les mots d’ordre avancés, « paix immédiate et fraternisation », s’inscrivent aussi dans cette optique, tout comme l’appréciation portée sur le débarquement allié54. Pour les trotskystes, en effet, ce dernier a surtout pour but d’enrayer toute révolution prolétarienne sur le continent, et d’éviter que les armées soviétiques ne soient les seules à libérer les pays sous domination nazie. Pourtant, il doit indirectement favoriser l’éclosion de soulèvements populaires sur le continent, encouragés par cet apport militaire. Ils recommandent donc la fraternisation avec les soldats anglais et américains, en plus des soldats allemands, la constitution de conseils de soldats s’inscrivant comme une étape vers la grève générale et la victoire révolutionnaire. C’est ce qui permet de comprendre la condamnation du terrorisme pratiqué par de nombreux groupes de résistants et qui prend pour cible des soldats de la Wehrmacht, une attitude qui se situe à contre-courant d’une politique de fraternisation. Les seules cibles que les trotskystes acceptent sont les membres de la Gestapo ou les SS, autrement dit des individus ayant a priori fait leurs les idées nazies, et non pas des ouvriers sous l’uniforme, mobilisés par la force des choses. Mais hostiles au terrorisme individuel, qui favorise la répression contre la population, ils recommandent plutôt « (…) la violence exercée par la masse des travailleurs »55, une violence qui doit dans un premier temps prendre la forme du sabotage industriel, en attendant d’être organisée56.

L’attitude à l’égard de la Résistance s’avère par contre plus problématique. La résolution du secrétariat provisoire européen de décembre 1943 sur « Le mouvement des partisans » recommandait de travailler au contact des mouvements de maquisards, sans toutefois apporter de soutien aux Alliés. Mais c’est là une consigne délicate et plutôt tardive, d’autant qu’auparavant, seule la majorité du POI se situait dans cette optique. En outre, divers facteurs rendirent difficile une telle orientation. Des facteurs objectifs, tout d’abord, les moyens limités des trotskystes, aussi bien financiers qu’humains, le danger qu’ils encourraient à rallier des maquis dirigés par des communistes. Et des facteurs subjectifs, une réticence de certains militants, liée au refus affirmé de privilégier un des camps impérialistes en lutte, comme en témoignaient les critiques du CCI à l’égard du POI. Pourtant, dès la première moitié de 1943, il semble que des contacts eurent lieu entre Marcel Hic et Jean Moulin, le POI souhaitant « (…) établir une collaboration technique et un échange d’informations, notamment contre la Gestapo »57, mais en conservant son indépendance vis-à-vis du CNR (Conseil national de la résistance). Le POI publie également, à compter de mai 1943, Ohé partisans !, rédigé par des FTP. Parmi les militants qui ont fait partie des maquis, on peut citer Henri Kunstlinger (« arrêté et fusillé à Lyon »58), André Calvès ou Gérard de Sède, qui participa à un maquis dans l’Oise contrôlé par les trotskystes, avec Albert Demazière et Paul Parisot. Ce maquis, qui compta jusqu’à vingt partisans « (…) déserteurs allemands, des républicains espagnols et des prisonniers de guerre soviétiques (…)»59), fut critiqué par certains membres du PCI60, mais abrita la conférence européenne de février 1944 de l’Internationale et réalisa un certain nombre d’actions de résistance (« récupération d’armes et de véhicules sur l’ennemi, pillage d’un train de munitions, (…) impression de tracts, brochures et faux papiers »61). Cet investissement dans des maquis avait pour but d’être au contact d’ouvriers en armes, de façon à les amener sur les positions du PCI et leur permettre d’aider leurs camarades restés en usines.

Avec le départ des troupes allemandes du territoire français, et en particulier de Paris à l’été, les trotskystes pensent que les conditions d’un soulèvement révolutionnaire sont réunies. Le 11 août, ils publient des affiches appelant à la grève générale (ainsi qu’à l’ouverture des prisons et des camps, à la constitution et à l’armement de milices ouvrières, et l’élection de délégués « comme en Juin 36 »), participent pour certains aux combats insurrectionnels, tentent d’utiliser un émetteur clandestin installé en banlieue qui ne fonctionne pas, s’efforcent de récupérer des armes, et auraient même essayé de s’emparer d’un pseudo trésor de la Werhmacht au palais du Luxembourg62. C’est dans ce contexte qu’Henri Molinier, devenu le responsable militaire du PCI, se fait tuer par un obus allemand alors qu’il transportait de l’argent pour la publication du journal. Les trotskystes récoltent en tout cas les fruits de leur travail ouvrier en impulsant, dans la semaine du 17 août, moment où débute l’insurrection parisienne, l’occupation d’une dizaine d’usines (vues comme le cœur de la révolution) et la création de comités ouvriers à Boulogne-Billancourt, Suresnes ou Argenteuil-Colombes63. Mais cette influence reste limitée, et ne débouche pas sur une généralisation du mouvement, de par les réticences de la base, l’arrivée des armées alliées à compter du 24 août, et l’opposition du PCF et de la CGT. De même, leur volonté de constituer des milices ouvrières par une transformation éventuelle des milices patriotiques du PCF, en insistant sur la nécessaire indépendance de celles-ci à l’égard du parti, se heurte à la dissolution de ces mêmes milices par l’État fin octobre 1944.

Il convient pour terminer de revenir quelque peu sur la question de l’antisémitisme, de la déportation et du génocide, surtout après ce qu’un auteur récent a écrit sur le sujet64. Dès le 26 mai 1940, dans son Manifeste, la IVe Internationale dénonce l’« (…) intensification monstrueuse du chauvinisme et particulièrement de l’antisémitisme », et de préciser : « (…) la société capitaliste en déclin essaie de presser le peuple juif par tous ses pores : dix-sept millions d’individus (…) ne peuvent plus trouver de place sur notre planète ! »65. Les trotskystes étaient en effet parfaitement conscients de la gravité de cette question, ce qui transparaît à travers des tracts ou des articles de La Vérité qui stigmatisent en particulier la répression contre les Juifs66. L’enfermement des Juifs dans le camp de Drancy est dénoncé par La Vérité en ces termes : « Camarades ! Il faut partout organiser la solidarité avec les juifs enfermés. Comme les militants ouvriers, ils sont, eux aussi, les victimes désignées du fascisme. Camarades, il ne faut pas les laisser mourir ! A bas l’antisémitisme ! Solidarité avec les victimes du fascisme ! » (la partie soulignée est en gras dans le texte). Et quand la propagande vichyste insiste sur l’origine juive de nombreux résistants auteurs d’attentats individuels, La Vérité, sous le sous-titre emprunté à Bebel « l’antisémitisme est le socialisme des imbéciles », écrit ceci : « En réalité la campagne antisémite montre son vrai sens : cacher à tout prix la vérité, diviser en « aryens » et « juifs » la grande famille des opprimés »67. Mais cette lecture de l’actualité à travers une grille lutte de classes les amène à mésestimer gravement les conséquences de la législation antisémite de Vichy. Commentant le premier Statut des Juifs adopté par Vichy le 3 octobre 1940, sous le titre « Un statut des Juifs ? Non ! Un statut des capitalistes », La Vérité fait un pronostic erroné, minimisant par anticapitalisme la portée de ces lois quand elle écrit : « Les boutiquiers juifs auront une pancarte… Quant aux spéculateurs, banquiers et capitalistes juifs, on ne pourra pas toucher à leur fortune, parce que leurs affaires sont étroitement liées à celles des spéculateurs, des banquiers et des capitalistes français » 68. Il ne s’agit pas là d’antisémitisme (une idéologie fermement condamnée par Trotsky69 et ses partisans, donc), mais plutôt d’une incapacité à concevoir l’inconcevable70. Les trotskystes comme les autres souffrent également du manque d’informations, ce qui explique qu’ils n’abordent pratiquement pas le cas du génocide. Il faut cependant mentionner l’article « Déportations en Haute-Silésie » (La Vérité, n° 44-45, 20 mai 1943), écrit à partir du récit d’un évadé anonyme71. Il décrit en effet avec de nombreux détails les conditions de vie et de travail dans le camp d’Auschwitz, sans mentionner l’existence de chambres à gaz (il parle de punitions comme « (…) envois dans les mines de sel et même passage par les armes devant les internés rassemblés », et signale la présence d’un crématorium). Mais comment des militants formés dans l’esprit des Lumières pouvaient-ils envisager une politique d’extermination systématique de tout un peuple ? Leur reprocher serait faire preuve d’une attitude pour le moins anachronique…

Conclusion

Si les trotskystes ne peuvent donc être assimilés à la Résistance « traditionnelle », ils n’en ont pas moins été, dans la limite de leurs forces, de farouches adversaires du nazisme et de la guerre, payant cet engagement par de nombreuses arrestations, exécutions et déportations. Le travail de fraternisation en direction de l’armée allemande, en particulier, se situe dans la lignée de l’internationalisme cher à Lénine et à Trotsky. Il était inimaginable pour les militants trotskystes de percevoir les occupants comme des « boches » à abattre sans discrimination. Ils ont persisté à penser – était-ce utopique ? – qu’il était possible de dissocier les prolétaires enrégimentés de leurs maîtres nazis72. On saisit mieux ainsi le caractère grossier de la campagne menée par le PCF après la guerre contre les « hitléro-trotskystes ».

Finalement, bien que la seconde guerre se termine pour l’Europe en mai 1945, les trotskystes ne sortiront véritablement de l’état d’esprit lié à cette période que de manière progressive : La Vérité n’est légalisée qu’en février 1946, la répression de l’État et du PCF se poursuit73, et certaines de leurs analyses postulent une stabilisation démocratique courte, ce qui permet de comprendre l’attachement à la clandestinité manifesté par une partie des militants. Sur l’Allemagne, ils expliquent en juin 1945 l’absence de révolution principalement par les destructions et les bombardements alliés sur le pays, et par l’occupation militaire, qui atomisent la population, sans oublier les ravages du nazisme74. Mais les événements d’Algérie en mai 1945, l’indépendance proclamée de l’Indochine en septembre, ne peuvent qu’inciter les trotskystes à porter leur regard vers ce monde colonial alors en pleine ébullition, un facteur supplémentaire pour favoriser le déclenchement de la révolution en métropole …

1Gérard de Verbizier, Ni travail, ni famille, ni patrie, Paris, Calmann-Lévy, 1994, 262 p.

2In Rouge quotidien, n° 483, 24 octobre 1977, p. 11.

3L’Humanité clandestine, 1er juillet 1940.

4Jean-François Muracciole, Histoire de la Résistance en France, Paris, PUF, Que Sais-Je ?, 1993.

5Claudy Delattre, « L’attitude communiste à travers L’Humanité clandestine pendant l’Occupation allemande, juin 1940-juin 1941 », Le Mouvement Social, n° 74, janvier-mars 1971, p. 109.

6Cette véritable campagne commence dès 1971 (article dans Rouge n° 129, 23 octobre 1971). Voir aussi l’article de Rodolphe Prager, « Les fusillés de Châteaubriant », Critique Communiste n° 2, novembre 1981. Ce numéro publie la photo d’une délégation de la LCR conduite par Alain Krivine rendant hommage aux fusillés dans la carrière de Châteaubriant. Les militants locaux de la LCR relaient cette campagne, cf. l’article « La Mémoire pour ne pas bégayer » dans L’Étincelle, bulletin de la LCR de Quimper, n° 8, octobre 1992.

7Marc Morlec, professeur d’histoire-géographie, a soutenu une maîtrise sur Pierre Guéguin à l’Université de Brest. Nous n’avons pu en avoir connaissance. Il doit la transformer en livre à paraître à l’automne 2002 chez Skol-Vreizh [Marc Morlec donne plus de détails sur ces deux militants dans son ouvrage, paru en fait en 2003, à Morlaix, aux éditions Skol Vreizh, sous le titre Filets bleus et grèves rouges. Le parcours de Pierre Guéguin est inclus dans une histoire sociale et politique de Concarneau, de 1914 au Front populaire. Note ajoutée en juin 2016].

8C’est le terme utilisé par Pierre Frank dans son histoire de la Quatrième Internationale, Paris, François Maspero, 1969.

9Voir la Déclaration des communistes internationalistes de Buchenwald, 20 avril 1945, publiée par Rodolphe Prager in Les Congrès de la Quatrième Internationale, volume 2, Paris, Édition La Brèche, 1981, p. 5 à 8.

10Pierre Broué, Raymond Vacheron Meurtres au maquis, Paris, Grasset, 1997. Les quatre militants assassinés par les staliniens au maquis Wodli après une évasion collective de la prison du Puy sont Jean Reboul, Abraham Sadek, Maurice Segal et Pietro Tresso, dit Blasco, ancien membre du Bureau politique du Parti communiste italien ayant rejoint l’opposition de gauche après son exclusion.

11Léon.Trotsky, Oeuvres, tome 4, « La Guerre et la Quatrième Internationale », 10 juin 1934, p. 48-85.

12Ibidem, Oeuvres, tome 14, intervention du 30 juillet 1937, p. 271, reprise par Jean-Paul Joubert, « Le défaitisme révolutionnaire », Cahiers Léon Trotsky, n° 23, septembre 1985.

13Ibidem, Œuvres , tome 4, op. cit.

14Horn G.Rainer, « Le trotskysme et l’Europe pendant la deuxième guerre mondiale », Cahiers Léon Trotsky, n° 39, septembre 1989, p. 57.

15Léon Trotsky, Sur la Deuxième guerre mondiale, Bruxelles, Édition La Taupe, 1970, p. 241.

16Œuvres, tome 4, op. cit.

17Œuvres, tome 4, op. cit.

18Œuvres, tome 24, « Discussion avec les visiteurs américains du SWP », 12-15 juin 1940 .

19Œuvres, tome 24, Ibidem.

20Œuvres, tome 24, « Bonapartisme, fascisme et Guerre », 20 août 1940, p. 366-376.

21 D’après Jean-Michel Brabant, Les partisans de la Quatrième Internationale en France sous l’Occupation, Maîtrise Paris VIII, 1974. Le POI avait 250 militants au moment de la déclaration de guerre, le CCI de Pierre Frank quelques dizaines.

22Rodolphe Prager, « Les années d’exil », in Pour un portrait de Pierre Frank, Paris, Édition La Brèche, 1985, p. 24 à 45.

23Michel Lequenne, Inprecor n° 470/471, mai-juin 2002, biographie de Rodolphe Prager (1918-2002), p. 44.

24Voir la biographie de Maurice Déglise (1903-1972) dans le Maitron. Ouvrier tourneur, membre du CC des JC puis candidat du PCI aux Législatives en 1936, il démissionne du CC en novembre, et garde des liens distendus avec le PCI jusqu’à la guerre.

25Rémy Handourtzel, Cyril Buffet, La collaboration…à gauche aussi, Paris, Perrin, 1989, p. 110.

26A ce propos, il convient de régler une fois pour toute le cas du terme d’« hitléro-trotskyste » : injure polémique inventée par les communistes, elle n’a aucune valeur scientifique puisqu’elle postule la coexistence dans le même individu d’idées trotskystes et nazies, un cas de figure jamais rencontré.

27Le Prolétaire, Le Havre, 1er septembre 1938, p. 4, BDIC Nanterre.

28Voir sa biographie dans le Maitron.

29Une thèse, déposée à l’OURS, a été consacrée à Jean Rous (1908-1985) par Pierre Chevalier. Sur le MNR, lire l’article du même Pierre Chevalier dans Dissidences (1ere série), n° 12-13, 2002.

30Curieusement pour Jean-Jacques Marie, in La Vérité, n° 583, septembre 1978, p. 176, Testu s’appellerait Xavier Privas. Difficulté de s’y retrouver dans les pseudonymes destinés à dérouter les policiers mais qui perturbent aussi les historiens.

31Michel Lequenne, in biographie de R. Prager, op. cit.

32Aussi bien Michel Lequenne que Raoul, in Cahiers Léon Trotsky n° 56, juillet 1995. Plus sobrement Michel Dreyfus évoque les tracts diffusés sur une quinzaine d’usines, dans son article « Les trotskystes français et la question nationale pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n° 103, juillet 1976, p. 24.

33Y.Craipeau écrit dans ses mémoires que Barta, alors membre de sa fraction du PSOP, « La Voie de Lénine », a été exclu de ce regroupement au début de la guerre pour n’avoir pas organisé l’impression d’un tract sur la déclaration de guerre.

34Voir le numéro spécial des CLT consacré à Barta (militant d’origine roumaine) et à l’Union communiste pendant la guerre, n° 49, janvier 1993. Mathieu Bucholz sera assassiné à la Libération par les staliniens, comme l’a rappelé Claire Faget (Louise) sur France Culture le 9 août 2002.

35Voir notamment la double page que Lutte Ouvrière a consacré à Pierre Bois à l’occasion de son décès, un peu avant ses 80 ans, L.O, n° 1752, 22 février 2002.

36CLT n° spécial Barta, op. cit., p. 70, extrait des Cahiers du Militant n° 1, 12 décembre 1942.

37La Vérité, n° 6, 15 novembre 1940. [Les citations de La Vérité sont extraites des numéros en fac similé, dans Jean-Michel Brabant, Michel Dreyfus, Jacqueline Pluet-Desplatin, « La Vérité » clandestine et son supplément « Arbeiter und Soldat », Paris, Études et Documentation internationales (EDI), 1978. Note ajoutée en juin 2016].

38 In Les Congrès de la Quatrième Internationale, Paris, Édition La Brèche, 1981, volume 2, rapport adopté par le CC du POI, in Bulletin du Comité pour la Quatrième Internationale, n° 2, 20 septembre 1940, p. 92-102.

39Frédéric Charpier, Histoire de l’extrême-gauche trotskiste, Paris, Éditions 1, 2002.

40La Vérité, n° 6, 15 novembre 1940.

41Yvan Craipeau, Mémoires d’un dinosaure trotskyste, Paris, L’Harmattan, 1999.

42Selon les termes de Laurent Schwartz, Un mathématicien aux prises avec le siècle, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997.

43Souvent le POI a été accusé de laxisme, de manque de rigueur dans le travail clandestin. Les circonstances de l’arrestation de David Rousset semblent le confirmer. Après l’arrestation de Marcel Hic avec qui il était en contact, il rentre malgré tout chez lui et est arrêté le lendemain (in Émile Copfermann, David Rousset. Une vie dans le siècle, Paris, Plon, 1991).

44Ces événements forment la trame du roman de Marek Corbel, Les Gravats de la rade, Gudensberg-Gleichen (Allemagne), Editions Wartberg, 2015. Lire le compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/6307 (Note ajoutée en juin 2016).

45Pour plus de détails, voir Frédéric Charpier, op. cit.

46In Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol.2, op. cit., p.470-3.

47Moins de 200, d’après Michel Lequenne, in « Notes sur notre histoire-III », in Critique communiste, n° 151, p. 96.

48Ce mouvement, fondé en 1929 par l’économiste Jacques Duboin, prônait une répartition égalitaire de la production économique grâce à l’abondance de richesses permise par la mécanisation.

49In Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 188.

50Étaient ainsi arrêtés Maurice et Renée Laval, Marguerite Métayer, Pauline Kargeman, etc… qui furent tous déportés. Voir Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 470.

51Voir les « Thèses sur la liquidation de la deuxième guerre impérialiste et la montée révolutionnaire », in Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 193 à 231.

52In Jacqueline Pluet-Despatin, Les trotskistes et la guerre 1940-1944, Paris, Anthropos, 1980, p. 186 à 190.

53Contrairement à ce qu’écrit Christophe Nick dans Les trotskistes, Paris, Fayard, 2002, p. 304-305.

54Voir Jacqueline Pluet-Despatin, op. cit., p. 156 à 159.

55In La Vérité, n° 20, 15 septembre 1941, article « Terrorisme ou organisation des masses ? ».

56On peut néanmoins relever qu’un des membres du groupe dit « l’Affiche rouge », Armenak Manoukian, était initialement trotskyste. Voir sa notice biographique dans le Maitron.

57In Yvan Craipeau, Contre vents et marées, Paris, Savelli, 1977, p. 181-182. « Un local fut équipé en commun, rue Daguerre, avec le réseau Vélite-Termophyles où étaient tapées les correspondances et les notes du CNR. Y travaillaient deux permanents (René Bleibtreu et Weismaner dit Delmotte) et plusieurs dactylos « prétées » par le POI. L’organisation d’une des réunions du CNR fut par exemple assurée, ainsi que sa protection, par Kilian et des militants du POI ».

58In Jean Rabaut, Tout est possible ! Les « gauchistes français » 1929-1944, Paris, Denoël, 1974, p. 373.

59Témoignage écrit de Gérard de Sède du 4 janvier 1999 pour le Dictionnaire Maitron.

60« (…) les mêmes qui préconisaient de tuer “ les bourreaux SS et de la Gestapo ” (La Vérité, 1er août 1944) (…) s’indignaient que nous ayons transmis à Londres les sites des rampes de lancement des V1 et V2, situés dans l’Oise, ce qui était à leurs yeux choisir un camp impérialiste contre l’autre, en oubliant que Hitler venait précisément de confier à la SS le direction de tout ce qui concernait les fusées !», lettre de Gérard de Sède à Jean-Guillaume Lanuque du 8 août 2000.

61Témoignage écrit de Gérard de Sède, cité à la note 59.

62In Jean Rabaut, op. cit., p. 374, et Yvan Craipeau, Mémoires d’un dinosaure trotskyste, op. cit., p. 174 à 179.

63Lire les pages 125 à 128 du travail de Céline Malaisé, Trotskysme et engagements militants en France de 1938 à 1944, qui avait été chroniqué dans le n° 9 de Dissidences-BLEMR.

64« Les Juifs sous Vichy : un détail pour les trotskistes », p. 305 de Christophe Nick, op. cit.

65Oeuvres, tome 24, « Manifeste de la IVe Internationale sur la guerre impérialiste et la révolution prolétarienne mondiale », 23 mai 1940, p. 29.

66Article « Au camp de Drancy », paru dans La Vérité n° 26 du 5 décembre 1941. Lire également les pages 99 à 103 de la maîtrise de Céline Malaisé, op. cit.

67In La Vérité, n° 27, 1er janvier 1942.

68La Vérité n° 5, 1er novembre 1940

69Cf Enzo Traverso, Les marxistes et la question juive, Paris, Kimé, 1997.

70Comme le dit Pierre Laborie, L’Opinion française sous Vichy, Paris, Seuil, Points-Histoire, 2001, p. 276 : « L’énormité et l’horreur des faits entraient difficilement dans ce que les esprits étaient intellectuellement capables et pouvaient moralement accepter de concevoir ».

71Christian Eyschen, dans son ouvrage La Libre Pensée contre l’Église (1999), le qualifie de « (…) premier témoignage sur l’horreur d’Auschwitz (…) », et signale qu’il fut «(…) repris le 12 octobre dans Libé Sud et en février 1944 dans Franc-Tireur », p. 207.

72Ils ne pouvaient connaître le degré important d’implication des soldats de la Wehrmacht dans les massacres et crimes de guerre commis en URSS, contre les populations soviétiques et juives, implication mise en lumière par des historiens comme Omer Bartov, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette, 1999. (Note ajoutée en juin 2016).

73 A titre d’illustration, lire René Dazy, Fusillez ces chiens enragés !… Le génocide des trotskistes, Paris, Olivier Orban, 1981, p. 305 à 321.

74In Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 291.

Biographie de Pierre Bernard : Du syndicalisme révolutionnaire chez Michelin à la tête du syndicat national des ingénieurs FO.

Un billet d’Eric Panthou (3 mars 2016)

[Cet article constitue la version longue d’une notice biographique réalisée pour le Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Mis en ligne le 2 janvier 2016, http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article140575]

A travers les 12 ans de l’activité politique et syndicale de Pierre Bernard retracées ici, nous croisons un pan d’histoire de la tumultueuse Fédération des techniciens avant guerre et des relations difficiles entre les dirigeants syndicaux appartenant au PCF et les militants se reconnaissant dans le syndicalisme révolutionnaire.

Pierre Bernard est né le 20 janvier 1903 à Saint-Claude dans le Jura1. Son père était négociant, sa mère était au foyer. Il s’est marié une première fois en 1924 à Paris puis en 1932 à Magny-les-Hameaux (Seine-et-Oise) avec Berthe Lheureux2. Il est ingénieur. Salarié chez Michelin, il est le fondateur à l’été 1936 du syndicat des techniciens et employés d’industrie (Région du Centre) à Clermont-Ferrand. Les membres du syndicat présents dans les différentes entreprises, notamment chez Michelin, sont directement affiliés à la fédération des techniciens CGT. Chez le fabricant de pneumatiques, ils créent une section mais refusent de rejoindre le syndicat d’industrie constitué de la section ouvrière et de la section des agents de maîtrise, technique et dessinateurs.

Ce choix s’explique d’abord par des raisons politiques. Cette fédération des techniciens est celle où l’influence des militants trotskystes, pivertistes ou syndicalistes révolutionnaires fut la plus importante dans cette période du Front populaire. Elle fut la seule fédération à maintenir une orientation “lutte de classes “ pendant ces années3. Ceci suscita la grande hostilité des autres dirigeants syndicaux, en particulier ceux appartenant au PC, comme ceux de la fédération des produits chimiques et du syndicat unique des produits chimiques clermontois. Le rattachement direct des sections syndicales à la fédération des techniciens permettait d’éviter une mainmise du syndicat des produits chimiques sur les syndiqués techniciens.

Pierre Bernard n’était pas trotskyste mais pivertiste, bientôt membre du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP), fondé en 19384. Le courant dirigé par Marceau Pivert au sein de la SFIO représente environ 10% des mandats au congrès départemental du Puy-de-Dôme de 19375.

De la création du syndicat jusqu’à son arrestation en octobre 1939, Pierre Bernard déploie une activité militante importante. Il signe très régulièrement les communiqués du syndicat des techniciens, participe aux instances de l’UD CGT. Il œuvre à faire reconnaître son syndicat pour qu’il participe aux discussions avec le patronat sur la convention collective.

Salarié Michelin, il appartient à une entreprise qui a connu des bouleversements en 1936. Elle connaît ses premières grèves depuis 1920 et deux occupations d’usines tandis que la CGT passe en quelques mois de 200 syndiqués – agissant clandestinement – à près de 7000. Bouleversement qui traumatise durablement la direction de l’entreprise. Pierre Bernard est le témoin privilégié du rôle décisif joué par une partie de cette direction et de l’encadrement dans la création et l’essor d’un groupe d’autodéfense au sein des usines, groupe dont une fraction constitue, bientôt, le noyau local de la Cagoule entre 1936 et fin 19376. Bernard fait alors appel après septembre 1936 au secrétaire de la CGT des ouvriers Michelin pour mieux découvrir l’essor de ce groupe clandestin. « À l’époque, les divergences entre les orientations syndicales paraissaient laisser place encore à la collaboration contre les dangers communs » déclare Pierre Bernard, preuve que dès sa création, le syndicat des techniciens Michelin entretient des relations conflictuelles avec le syndicat ouvrier.

La situation se tend un peu plus dès 1937. Selon le secrétaire du syndicat des produits chimiques, Henri Verde, dans un rapport destiné à une conférence nationale de la CGT caoutchouc, les adhérents de la section des techniciens sont des adeptes d’une « gymnastique révolutionnaire, qui nous couperait d’une partie du prolétariat en lançant les travailleurs dans une aventure »7. Il s’agit là du discours typique des dirigeants politiques et syndicaux du PCF envers les trotskystes ou les pivertistes. La rupture n’est pourtant pas totale. Les 3 sections syndicales disposent d’un journal unique et les techniciens interviennent régulièrement dans les assemblées ouvrières8.

Mais lors de l’assemblée générale des 7 000 syndiqués ouvriers Michelin en janvier 1938, le secrétaire de la section ouvrière, Robert Marchadier, regrette publiquement l’absence de Pierre Bernard et le fait qu’ici, contrairement à Paris, les techniciens n’aient pas tous rejoints la fédération d’industrie9.

Le 30 janvier 1938, Pierre Bernard met en garde les techniciens car la clé du local syndical a disparu et des documents « ont cessé d’exister » (sic). « La plus extrême circonspection est le mot d’ordre dans les circonstances actuelles, devant les attaques convergentes dont nous sommes l’objet » ajoute-t-il. Il demande la plus grande prudence à l’égard de documents du syndicat ne portant pas la signature manuscrite d’un responsable10. Il craint visiblement une provocation et demande en même temps à Verde de dénoncer publiquement ce vol qui porterait justement sur 3 documents concernant la controverse techniciens-ouvriers11. Verde répond que selon lui il s’agit d’une “histoire inventée de toutes pièces” et qu’il serait nécessaire que Bernard fasse un nouveau communiqué retirant ses insinuations12. Au contraire, le 31 janvier, Pierre Bernard laisse entendre que le coup vient de l’intérieur et que ce n’est pas la première fois qu’on pénètre dans leur local. Une enquête interne est réclamée auprès de l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand13.

Le 22 février 1938, Pierre Bernard diffuse un communiqué dénonçant sa mise en cause auprès des techniciens de la Basse-Seine pour les propos qu’il aurait soi-disant tenus lors d’un discours tenu à Clermont-Ferrand. Il dit que le dossier de cette affaire est consultable à la permanence du syndicat14.

Début août, le Comité de coordination de la branche des collaborateurs des industries chimiques écrit à Bernard pour initier une réunion avec les techniciens et éviter les mésententes et errements passés qui nuisent à la discussion et à l’application de la convention collective des collaborateurs du caoutchouc15.

Plus que des désaccords profonds affichés sur l’orientation syndicale à mener, il semble que l’hostilité de la direction du syndicat des produits chimiques au syndicat des techniciens soit davantage due à l’appartenance politique de son secrétaire, membre de la gauche de la SFIO puis du PSOP.

Membre du Comité interdépartemental de l’Union des syndicats ouvriers du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire, Pierre Bernard y joue un rôle actif durant le Front populaire, intervenant fréquemment, présidant même l’instance le 7 mars 1939. Il participe au congrès confédéral de Nantes en novembre 1938. A la suite de la grève générale du 30 novembre 1938, qui a pourtant été un succès local grâce aux piquets de grève et à la discipline ouvrière, il émet des critiques sur l’opportunité de cette grève lancée par la direction nationale. Il regrette qu’on ait affirmé à tort que les usines Michelin étaient réquisitionnées après le 30 novembre, empêchant une grève de solidarité avec les lock-outés, nombreux dans la région16. Il juge cependant que la base n’était pas prête à cette grève, développant une analyse similaire à celle de la frange de la CGT hostile au courant communiste, menée par Belin et le journal Syndicats.

Le 17 février 1939, ayant été écarté des procédures engagées dans l’arbitrage en faveur d’une demande de la CGT d’un réajustement des salaires des ouvriers et des collaborateurs, le syndicat des techniciens décline toute responsabilité dans la teneur de la sentence. Verde, au nom du Syndicat des Produits chimiques écrit à Bernard, lui reprochant de faire le jeu du patronat par ses propos de division et le tenant responsable en cas de rejet du recours déposé par la CGT17.

Bernard, dans un article après-guerre, affirme avoir dès le congrès de janvier 1939 de son syndicat annoncé la prochaine signature du pacte germano-soviétique18, pacte dont il dénonce les conséquences inévitables, dont la guerre, au moment où il est signé19.

En juillet 1939, Henri Verde, écrit à la Fédération nationale des industries chimiques, accusant Pierre Bernard de continuer “son œuvre d’essai de désagrégation de la section Collaborateurs Michelin”, en faisant chaque jour passer des articles démagogiques sur le journal20. Il reproche entre autres à Bernard d’avoir initié un Comité pour la défense des congés payés des collaborateurs suite à la décision de Michelin de ne plus faire récupérer le 15 août. S’inspirant de la ligne du Front unique, Bernard avait justifié la création de ce comité qui se voulait une structure plus large que le syndicat et donc plus efficace pour atteindre l’ensemble des collaborateurs disséminés dans 5 organisations syndicales différentes. Le 4 août, la section Michelin du syndicat des techniciens déclare que des “insinuations et injures redoublent contre lui” tandis qu’un communiqué du Comité regrette le sabotage dont a été l’objet sa revendication sur les congés payés21.

Verde dans sa lettre à la fédération demande “s’il faut dénoncer publiquement le rôle malfaisant que joue Bernard envers notre organisation [ ].” Cette lettre fait suite à la participation de Verde et Marchadier à la réunion du conseil syndical de la section Collaborateurs Michelin où ils ont fustigé l’attitude de Bernard devant les adhérents de son syndicat. Quelques jours plus tard, Bernard signe une “Mise au point” dans laquelle il rappelle que sa fédération ne cherche pas à désagréger les syndicat CGT d’industrie et qu’elle lutte depuis toujours contre les syndicats jaunes et le patronat22, mise au point répondant certainement aux calomnies diffusées par la CGT Michelin.

Ces tensions furent indirectement à l’origine de la perquisition du local du syndicat le 4 octobre 1939 puis de l’arrestation et de l’incarcération de Pierre Bernard, deux jours plus tard. Pierre Bernard affirme que son arrestation fait suite à sa probable dénonciation par un militant communiste à l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand23.

S’il avait pris ouvertement position récemment au sein de l’UD pour condamner les poursuites contre les communistes, Bernard était connu pour ses divergences fondamentales avec le syndicat CGT des ouvriers Michelin. Il est pourtant inculpé pour reconstitution d’organisme de la IIIe Internationale et incarcéré. Lors de la perquisition au local du syndicat, la police a trouvé quelques revues et textes parmi lesquels la brochure La Guerre menace et surtout la résolution prise par la CA fédérale, condamnant le pacte germano-soviétique. Lors du procès, devant l’inanité évidente de l’accusation -le document de base condamnant justement le pacte signé à Moscou et l’inculpation de manœuvre communiste disparaissant-, il fallait trouver un autre chef de poursuites. Ce fut, sur les mêmes pièces, celui de détention de documents « d’inspiration étrangère ». Et le 17 mai 1940, le tribunal militaire devait le condamner à trois ans de prison, parce que la brochure La Guerre menace surestimait la puissance allemande et devait avoir pour but de saper le moral français24.

Dans un témoignage publié dans La Révolution prolétarienne en 1949, Pierre Bernard déclare à propos de ses conditions de détention dans la prison de Clermont-Ferrand où il passa quelques mois : “La vérité m’oblige à dire que, même sans régime politique, elle fut pour moi des plus supportables”. Son article est surtout l’occasion de dénoncer chez les dirigeants communistes de l’UD CGT de la Loire, incarcérés peu après lui, la totale absence de solidarité avec les emprisonnés non communistes, qu’ils soient de droit commun ou politiques25. En juin 1940, il est évacué sur la vieille et “dégoûtante” prison municipale de Riom. Pierre Bernard constate que les dirigeants et militants communistes qu’il côtoyait, avant de “dénoncer la bourgeoisie capitularde “ suite à l’armistice, étaient unanimement favorables à la victoire allemande contre les Anglais et soutenaient inconditionnellement l’accord germano-soviétique. Il exprime crûment son rejet d’une telle orientation et de tels revirements.

Peu de temps après, il est transféré à la Centrale de Riom. Il la décrit comme la pire en France : interdiction de parler, nourriture infecte et insuffisante, fréquence des sanctions et même tortures – pas pour lui – suite aux décisions du Prétoire, le “tribunal” interne. Pierre Bernard dénonce la mainmise des militants communistes sur les postes clés qui leur confèrent des avantages qui atténuent la dureté des conditions d’emprisonnement.

Il travaille à un atelier confectionnant des objets funéraires de l’hiver 1940 au printemps 1941, la période la plus dure de son incarcération où il va souffrir terriblement de malnutrition et du froid, passant de 98 à 48 kilos. Au printemps 1941, il réussit enfin à se faire admettre à l’infirmerie, pouvant se reposer, se réchauffer et lire, tout en continuant à côtoyer la mort autour de lui. Il écrira après-guerre que de ces années d’emprisonnement, il revint avec une santé altérée, plus que ne le feront les camps allemands26Grâce à l’intervention d’amis à l’extérieur, il est mis en liberté conditionnelle deux ans jour pour jour après son arrestation27.

Dès son retour à Clermont-Ferrand le soir même, il reprend contact avec Raymond Perrier, secrétaire de l’UD CGT du Puy-de-Dôme qui, suivant les consignes de Jouhaux, a maintenu l’activité de l’UD jusqu’à la mise en application de la Charte du Travail et tout en participant dès l’été 1941 à l’essor du réseau résistant Libération sud28.

Pierre Bernard parvient à regrouper quelques anciens syndicalistes Michelin autour de lui, et c’est par hasard – sa femme a loué aux Martinet une chambre – qu’il rencontre et bientôt sympathise avec Gilles Martinet, le futur secrétaire national du PSU et du PS, alors jeune journaliste ayant quitté le PCF en 1938. Ils constatent qu’ils partagent la même opinion sur le régime de Vichy mais aussi le même rejet de la soumission totale des dirigeants du PCF au pacte germano-soviétique29. Ensemble, sans doute courant 1942, ils décident de publier un bulletin ronéotypé, le Bulletin ouvrier, diffusé dans le Puy-de-Dôme, L’Allier, la Haute-Loire et la Loire30. Fin 1942, Martinet est mis en relation avec un représentant du groupe l’Insurgé. Celui-ci a été créé à Lyon par d’anciens du PSOP. Le groupe intègre à sa direction des socialistes et prend des positions parfois distinctes de Marceau Pivert, notamment en reconnaissant l’URSS comme État ouvrier ou en défendant l’importance de la lutte armée31. S’il fut d’abord et avant tout influent en région lyonnaise, grâce aux contacts renoués avec d’anciens du PSOP il s’étend dans d’autres régions comme le Languedoc, le Var, Toulouse mais aussi Clermont-Ferrand32. Dès 1943, le groupe clermontois adhère à l’Insurgé et Martinet devient l’un des principaux éditorialistes du journal du groupe qui s’appelle aussi L’Insurgé. Le journal se prononce pour une révolution prolétarienne, dénonçant ainsi ceux qui comme la direction du PCF, rejettent ce mot d’ordre au nom du fait que, selon eux, la révolution ne pourrait se faire sans les classes moyennes et la paysannerie33.

Ses membres attachent une grande importance au travail syndical, diffusent des tracts dans les usines et appellent à la grève contre le STO34. Ils diffusent aussi à partir du n° 15 de L’Insurgé le journal clandestin Le Peuple Syndicaliste fondé par les militants CGT. On retrouve dans le n°10 de L’Insurgé35, de novembre 1942, une brève concernant un débrayage aux usines Michelin de Clermont-Ferrand, tandis que le n° 16 apporte des explications détaillées sur des incidents survenus entre francs-tireurs et gendarmes dans le Puy-de-Dôme. Dans le n° 21, des sabotages sont signalés à l’atelier de réparation de la gare de Clermont-Ferrand. Selon Gilles Martinet, L’Insurgé était diffusé à 600 exemplaires sur Clermont-Ferrand par le biais de trois groupes : celui de Bulletin ouvrier, les membres de Franc-Tireur et ceux du Mouvement ouvrier français (MOF), contactés par Pierre Bernard36. Le MOF a été créé et dirigé par Raymond Perrier, l’homme qui l’avait accueilli à sa sortie de prison et qu’il connaissait bien comme secrétaire de l’UD CGT du Puy-de-Dôme, depuis 1936. Le MOF entendait représenter le mouvement syndical dans la Résistance. Ainsi, en juin 1943, Le Peuple syndicaliste, dont Pierre Bernard a rédigé plusieurs articles (« Unité syndicale, démocratie syndicale » et « Réajustement des salaires, augmentation des rations alimentaires »), salue la naissance du MOF dans son numéro 8. L’Insurgé va se spécialiser dans la réalisation des faux papiers grâce au concours d’un graveur du groupe de Clermont-Ferrand, lui-même ancien du PSOP37. À partir de 1943, la répression s’abat sur différents groupes. Le journal paraît jusqu’à la Libération, le groupe clermontois prenant désormais une part déterminante dans sa rédaction, en particulier Martinet38. L’orientation du journal évolue. « En se situant dans la gauche de l’union nationale, mais en son sein, l’Insurgé rejette la perspective d’une organisation politique indépendante fondée sur un programme révolutionnaire » écrit Jean-Paul Joubert39.

Outre son action au sein de l’Insurgé, Pierre Bernard déclare dans son dossier pour obtenir le titre de déporté avoir été membre du réseau de renseignement « Alibi » depuis juillet 194340. Ce réseau avait vu son poste de commandement implanté en Auvergne courant 1942 et classé par le Ministère des anciens combattants après-guerre parmi les Forces Françaises Combattantes.

Et c’est pour son action au sein du groupe Alibi qu’il est arrêté par la Police de sûreté et des services de sécurité (Sipo-SD) – administrée par la Gestapo – 41 le 15 mai 1944 à Royat. Suite à sa sortie de prison, il n’avait pas été réembauché chez Michelin mais avait trouvé du travail aux Laboratoires Radioélectriques. Il est arrêté au sein des locaux, à Royat, à l’occasion d’une opération qu’il menait pour la radio du réseau Alibi, en conjonction avec le réseau de résistance des PTT42. 17 salariés de l’entreprise, dont le fondateur Mario Nikis, qui avait quitté ses locaux de Puteaux pour Clermont-Ferrand dès 1940, sont également arrêtés ce 15 mai. Ils ont été dénoncés alors que l’entreprise aidait les MUR depuis 1943 en leur fournissant leurs premiers postes émetteurs43. C’est quelques semaines plus tard, fin août 1944, que seront diffusées les premières émissions de “Radio FFI”, à Royat, grâce à un émetteur confectionné au sein des Laboratoires Radioélectriques44Le groupe clermontois de l’Insurgé est au même moment décimé par la répression début 1944, Gilles Martinet parvenant pour sa part à s’enfuir vers Paris.

Pierre Bernard est interné à la prison du 92e Régiment d’Infanterie à Clermont-Ferrand, puis transféré le 15 juin au camp de Compiègne (mle 41150). Il est déporté le 2 juillet à Dachau (« Train de la Mort ») ; il y est enregistré le 5 juillet 1944 sous le n° 76499. Il est transféré le 15 août 1944 à Allach où il est libéré le 30 avril 1945. Il est rapatrié le 13 mai 1945 par Strasbourg45. Il aura été déporté plus de dix mois.

Curieusement, dans son dossier de demande du statut de déporté résistant, Pierre Bernard ne fait aucune allusion à son engagement dans le groupe l’Insurgé ou au groupe clermontois diffusant Le Bulletin ouvrier. Peut-être est-ce dû au fait que dans le dossier doivent figurer uniquement les causes déterminantes de l’arrestation. Dans sa demande, il déclare avoir été arrêté pour son appartenance à un réseau des Forces Françaises Combattantes, pour avoir été chargé de l’entretien du matériel de transmission de ce réseau, pour avoir collaboré à la fourniture de matériel radioélectrique à la Résistance-PTT et enfin pour avoir fabriqué et entretenu et réparé du matériel radio46.

Après la Libération, Pierre Bernard quitte Clermont-Ferrand et rejoint la région parisienne47. Il devient alors le principal dirigeant, avec René Richard, du Syndicat national des ingénieurs et cadres de la Métallurgie – SNICM-CGT. Ce dernier opta très majoritairement, le 4 janvier 1948, en faveur de l’adhésion à FO48. En tant que secrétaire du Syndicat, il est l’un des principaux initiateurs du Congrès fondateur de la Confédération générale du Travail Force Ouvrière des 12 et 13 avril 1948. Il semble alors plutôt proche de l’Union des cercles d’études syndicalistes (UCES), l’un des 4 courants fondateurs de FO. L’UCES a été impulsée par des cadres issus de la fédération des Ingénieurs et Techniciens, dissoute par la CGT en mars 1945. Ce courant se réclamant du syndicalisme révolutionnaire – Pierre Bernard écrivit dans La Révolution prolétarienne de Pierre Monatte – est surtout hostile à un réformisme sans idéal. “Fasciné par le modèle fordiste à l’américaine, il prône la cogestion”49 tôt en manifestant son hostilité au courant dirigé par le PCF au sein de la CGT.

Pierre Bernard fut le premier secrétaire général de la FNIC-FO (Fédération nationale des ingénieurs et cadres supérieurs) dont le congrès constitutif eut lieu le 21 mars 1948. Mais il ne resta que peu de temps en fonction et ce fut René Richard qui lui succéda50.

A cette période, il fait paraître plusieurs articles, pour la plupart consacrés à ses souvenirs, mais dans l’un d’entre eux, il expose sa vision de l’organisation des grèves. Il y défend le principe du vote à bulletin secret pour décider de leur déclenchement. Pour lui, obtenir le vote à main levée pour une grève est facile mais sans le consentement réel des salariés, l’échec peut être au bout, notamment pour la bonne tenue des piquets de grève et pour convaincre les non-grévistes. Il juge les occupations efficaces mais archaïques et pouvant dresser l’opinion publique contre les grévistes, notamment en période de pénurie comme après-guerre. Il défend “l’occupation gestionnaire” c’est-à-dire la poursuite du travail mais au service de la population, citant l’exemple d’une grève du métro, ouvert à tous gratuitement.

Ainsi, conclut-il, les camarades “auront en mains une arme qui conduira, beaucoup plus sûrement que par les émeutes et les sabotages à la Gustave Hervé [ ] à la révolution, c’est-à-dire au remplacement de l’ordre de choses actuel par un ordre plus juste, plus humain et plus efficace. Et non au remplacement dans le même mécanisme d’une équipe de profiteurs par une autre.”

Pierre Bernard est décédé le 8 mars 1986 à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais).

Sources :

Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, Organe de l’Union des Cercles d’Études du 4 décembre 1948, n° 44; Pierre Bernard, “Techniques de Grève”, L’Action Sociale ; Pierre Bernard, “Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons”, La Révolution prolétarienne, n° 328, juin 1949; Pierre Broué et Nicole Dorey, “Critiques de gauche et opposition révolutionnaire au front populaire (1936-1938), Le Mouvement social, n° 54, janvier-mars 1966, p. 132 ; Louis Botella, “Bernard Pierre (FO)”, notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, [en ligne], consultée le 11 juillet 2015 ; Guillaume Davranche, “1948 : Les anarchistes rejoignent à regret la CGT-FO”, Alternative libertaire, n° 172, 2008; Célian Faure, Les socialistes rhodaniens sous l’occupation (1940-1944), mémoire de fin d’études de l’Institut d’Études Politiques de Lyon, 2003, 57 p. [en ligne], consulté le 17 juillet 2015 ; Robert Fiat, L’Insurgé. Un mouvement de résistance. Un journal, Diplôme d’études supérieurs d’Histoire, Lyon, 1961 ; Robert Fiat, « L’Insurgé », Revue d’histoire de la Seconde guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 59-78 ; Histoire de la radio en Auvergne [en ligne], consulté le 24 octobre 2015.

http://100ansderadio.free.fr/HistoiredelaRadio/_Auvergne/1944.html; Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la S.F.I.O. Marceau Pivert et le pivertisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 228-233 ; Jacques Kergoat, Marceau Pivert : socialiste de gauche, Paris, La Découverte, 1994, p. 194-195 ; Lady Henderson”. Notice nécrologique de l’épouse de Mario Nikis, publiée dans la version en ligne du journal The Telegraph [en ligne] consulté le 24 octobre 2015. http://www.telegraph.co.uk/education/3337188/Lady-Henderson.html; Gilles Lévy, Francis Cordet, A nous Auvergne !, Paris, Presses de la Cité, 1981, p. 184.; Livre Mémorial. Fondation pour la mémoire de la déportation. [en ligne] consulté le 1er septembre 2015. http://www.bddm.org/liv/recherche.php, Gilles Martinet, “Le groupe de l’Insurgé à Clermont-Ferrand”, in Mémorial de l’Insurgé, témoignages et documents rassemblés par Marie-Gabriel Fugère, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1968, p. 57-58 ; Gilles Martinet, L’observateur engagé, Paris, éd. J.-C. Lattès, 2004, 269 p. ; quotidien La Montagne, 1938 et 1939; Eric Panthou, “La CGT chez Michelin sous le Front populaire à la lumière des archives de Robert Marchadier et d’Henri Verde”, in Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (dir.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XX° siècle : Enjeux et héritages, Nancy, éditions Arbre bleu, 2013, p. 161-182 ; Eric Panthou, “Des militants syndicaux dans les années noires”, in Nathalie Ponsard, (dir.), Le syndicalisme dans le Puy-de-Dôme de 1864 à 2011, Clermont-Ferrand, éd. Un, deux… Quatre, Conseil général du Puy-de-Dôme, 2011, p. 45-54; Eric Panthou, L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme, Paris, Centre d’Histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation de la Fédération de l’Éducation Nationale, 1995, 381 p. ; Fonds Henri Verde, conservé aux archives de la CGT Michelin de Clermont-Ferrand ; Centre d’Histoire de Science Po, Fonds Gilles Martinet, Carton MR 1 : dossier 2 : historique du groupe de Clermont-Ferrand de l’Insurgé [ce document est la reprise de l’étude parue dans l’ouvrage Mémorial de l’Insurgé]; Dossier de Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », Division des archives des victimes des conflits contemporains (Caen); Lettre d’Albert Paraz à Paul Rassinier, 21 mars 1951, Archives Paul Rassinier, copie aimablement transmise par Dominique Abalain; Extrait de l’acte de naissance de Pierre Bernard. Service état civil commune de Saint-Claude (Jura)..

1Livre Mémorial. Fondation pour la mémoire de la déportation. [en ligne] consulté le 1er septembre 2015. http://www.bddm.org/liv/recherche.php

2Extrait de l’acte de naissance de Pierre Bernard. Service état civil commune de Saint-Claude (Jura).

3Pierre Broué et Nicole Dorey, « Critiques de gauche et opposition révolutionnaire au front populaire (1936-1938) », Le Mouvement social, n° 54, janvier-mars 1966, p. 132.

4JACQUES KERGOAT, Marceau Pivert : socialiste de gauche, Paris, La Découverte, 1994, p. 195.

5Eric Panthou, L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme, Paris, Centre d’Histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation de la Fédération de l’Éducation Nationale, 1995, p. 226.

6Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, Organe de l’Union des Cercles d’Études Syndicalistes du 4 décembre 1948, n° 44, page 1.

7Fonds Henri Verde. Archives de la CGT Michelin à Clermont-Ferrand (dorénavant Fonds Verde) : Rapport présenté à la Conférence du caoutchouc des 27 et 28 juin 1937, à Paris, p. 9-10.

8Eric Panthou, “La CGT chez Michelin sous le Front populaire à la lumière des archives de Robert Marchadier et d’Henri Verde”, in Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (éd.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XX° siècle : Enjeux et héritages, Nancy, éditions Arbre bleu, 2013, p. 177.

9La Montagne, 17 janvier 1938, p. 6.

10La Montagne, 30 janvier 1938, p. 4.

11Fonds Verde : lettre du secrétaire des Techniciens et Employés d’Industrie, Pierre Bernard, à Henri Verde, le 29 janvier 1938.

12Fonds Verde : Verde à Bernard, le 31 janvier 1938.

13La Montagne, 31 janvier 1938.

14Ibid., 22 février 1938.

15Fonds Verde : Le secrétaire du Comité de coordination de la branche des collaborateurs des Industries chimiques, F. Drieu, à Pierre Bernard, le 4 août 1938.

16Ibid. : PV du Comité interdépartemental du 19 février 1939.

17Ibid . : Lettre de H. Verde à Monsieur le Secrétaire du Syndicat des Techniciens, le 21 février 1939.

18Pierre Bernard, “Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons”, La Révolution prolétarienne, n° 328, juin 1949.

19 Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, n° 45, 11 décembre 1948, p. 1.

20Fonds Verde : Lettre d’Henri Verde à la Fédération nationale des industries chimiques, le 31 juillet 1939.

21La Montagne, 4 août 1939.

22La Montagne, 11 août 1939.

23Pierre Bernard, “Le Pain, La paix… », art. cit.

24 Ibidem.

25 Ibidem.

26 Pierre Bernard, « La Cagoule clermontoise », L’Action Sociale, n° 45, 11 décembre 1948, p. 1 ; « J’ai reçu une lettre très longue de Pierre BERNARD dont parlait Galtier-Boissière dans son Crapouillot. C’est lui qui disait qu’il était mieux à Dachau que dans les prisons françaises. Il ajoute que Michelet était un bon copain. » Lettre d’Albert Paraz à Paul Rassinier, 21 mars 1951. Archives Paul Rassinier. Merci à Dominique Abalain, animateur du site Les Pacifistes de plomb [https://tinpacifists.wordpress.com/], consacré à Paul Rassinier, pour m’avoir communiqué cette référence.

27 Pierre Bernard, « Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons », op.cit.

28 Eric Panthou, « Des militants syndicaux dans les années noires », in Nathalie Ponsard, (dir.), Le syndicalisme dans le Puy-de-Dôme de 1864 à 2011, Clermont-Ferrand, Conseil général du Puy-de-Dôme, éd., Un, deux… Quatre, 2011, p. 45-54.

29 Gilles Martinet, L’observateur engagé, Paris, Jean-Claude Lattès, 2004, p. 55.

30 Mémorial de l’insurgé, témoignages et documents rassemblés par Marie-Gabriel Fugère, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1968, p. 57.

31 Jacques Kergoat, op.cit., p. 194-195.

32 Célian Faure, Les socialistes rhodaniens sous l’occupation (1940-1944), mémoire de fin d’études de l’Institut d’Études Politiques de Lyon, 2003. Sur l’histoire de l’Insurgé, voir aussi : Robert Fiat, « L’Insurgé », Revue d’histoire de la Seconde guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 59-78 ; Thierry Holh, « Les pivertistes en résistance »,  Dissidences, n° 12, décembre 2002, p. 59-63 [article en ligne dans ce dossier. Note de juin 2016 de Dissidences].

33 L’Insurgé, n° 23, 3e année.

34 Célian Faure, op.cit.

35 L’Insurgé, n°10, novembre 1942, page 2. [en ligne] consulté le 12 juillet 2015.

36 Mémorial de l’insurgé, op.cit., p. 58-59.

37 Jacques Kergoat, op.cit., p. 194.

38 Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la S.F.I.O. Marceau Pivert et le pivertisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 229-230.

39 Ibid., p. 232-233.

40Attestation d’appartenance aux FFC (réseau Alibi) datée du 21/04/1948, signée du lieutenant Colonel de Dionne. Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit.

41 Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit.

42ibidem

43Gilles Lévy, Francis Cordet, A nous Auvergne !, Paris, Presses de la Cité, 1981, p. 184.

44Histoire de la radio en Auvergne [en ligne], consulté le 24 octobre 2015. http://100ansderadio.free.fr/HistoiredelaRadio/_Auvergne/1944.html

45 Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit, p. 3

46Ibidem, p. 5.

47Il demeure à Colombes en 1951. Ibidem, p. 1.

48 Louis Botella, « Bernard Pierre (FO) », notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, [en ligne], consultée le 11 juillet 2015.

49 Guillaume Davranche, « 1948 : Les anarchistes rejoignent à regret la CGT-FO », Alternative libertaire, n°172, 2008. [consulté en ligne le 11 juillet 2015] http://www.alternativelibertaire.org/?1948-Lesanarchistesrejoignenta,2846

50 Louis Botella, « Bernard Pierre (FO) », op.cit.

Jeanne Puchol, Laurent Galandon, Laurence Croix, Vivre à en mourir, Paris, Le Lombard, 2014, 96 pages, 17,95 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Sur la tristement célèbre Affiche rouge que les nazis apposent sur les murs de Paris pour dénoncer le caractère étranger de l’« armée du crime » – puisque c’est ainsi qu’ils qualifient la résistance communiste organisée par les FTP-MOI [Francs-tireurs partisans-Main d’œuvre immigrée] – Marcel Rayman figure juste au dessus, à gauche, du chef du groupe, Missak Manouchian. La photo du résistant est affublée d’une cartouche indiquant : « Rayman, juif polonais, 13 attentats ». Cette bande dessinée se propose d’évoquer la figure d’un de ces étrangers magnifié dans de fameuses Strophes pour se souvenir, celles du poème d’Aragon (1955) plus couramment appelé L’Affiche rouge, mis en musique par Léo Ferré (1959) puis Catherine Sauvage, Monique Morelli, Leni Escudero et plus récemment Bernard Lavilliers.

La famille de Pierre Rayman, d’origine polonaise, émigre en France pour fuir les conditions de vie faites aux juifs, pensant trouver dans la France le pays des droits de l’homme. Pourtant, ce sont bien les autorités dudit pays qui déportent le père à Drancy, avant la déportation et la mort à Auschwitz, sort que subissent également Anna Rayman, sa mère ainsi que Joseph, Hélène et Régine Peltin, oncle et tante de Marcel Rayman. Seul son frère, Simon Rayman, déporté à Buchenwald, survivra à la guerre. Celui-ci n’avait pas attendu le déclenchement de la guerre contre l’Union soviétique en juillet 1941 pour distribuer de la propagande antifasciste. Car ce qui anime les frères Rayman, c’est tout autant la défense de la terre des droits de l’homme et de 1789 que la lutte contre le capitalisme dans sa version nazie. Après avoir pris contact avec la résistance communiste, Marcel plonge dans la clandestinité et la lutte armée : sabotages, attentats, exécution de traîtres ou d’officiers allemands (dont le général SS Julius Ritter, le responsable du Service du travail obligatoire (STO), etc. Dans son combat, il est trahi par une amie d’enfance, qui livre la totalité du réseau à la police française. Avec ses camarades, ceux qui figurent sur l’Affiche rouge, il est torturé puis fusillé. Marcel Rayman avait vingt ans. Parmi ses 24 camarades fusillés en même temps que lui, on compte trois Français. Ils ne figureront pas sur l’Affiche, afin de renforcer l’effet propagandiste sur un « complot international judéo-bolchevique » voulu par les forces nazies d’occupation.

Très bien documentée et de bonne facture graphique cette bande dessinée s’inscrit dans la longue liste des adaptations, films (L’Affiche rouge de Frank Cassenti, 1976, où M. Rayman est interprété par Pierre Clémenti, L’Armée du crime de Robert Guédigian, 2009, Robinson Stevenin jouant M. Rayman) ou romans (dont les récents Le tombeau de Tommy, de Raymond Blottière, centré lui sur Thomas Elek et Missak, de Didier Daeninckx, tous deux de 2009) qui racontent, chacun à leur manière, cette épopée résistante et anti-fasciste, dont la mémoire et l’histoire restent (et doivent rester) vivaces.

Collectif, L’honneur des poètes, Le Temps des cerises, Paris, 2014, 108 pages, 12 € ; Benjamin Péret, Le déshonneur des poètes, La Bussière, Acratie, 2014, 155 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Publié clandestinement en juillet 1943 par les Éditions de Minuit, L’Honneur des poètes est une anthologie de poèmes, réunis par Paul Éluard (qui fit la préface) et Jean Lescure, écrits sous des pseudonymes par Aragon, Seghers, Desnos, Vercors, Emmanuel… Selon La Résistance et ses poètes, dont un extrait est cité en postface, le retentissement est immense, et Pierre Seghers de conclure : « À Londres, aux États-Unis, au Québec, partout dans le monde libre L’Honneur des poètes est un événement. Seul, au Mexique, ne courant d’autre risque que de n’être pas compris, Benjamin Péret s’élèvera contre le déshonneur des poètes » (p. 91).

L’appel à l’Histoire et plus encore à la France – « droite dans son deuil » (Octobre, p. 15) –, ainsi qu’à Paris (et parfois à l’URSS), se fait récurent. À distance, ce qui ressort pour le lecteur d’aujourd’hui, outre le ton souvent édifiant, voire « christique », est le recours à la haine et à la vengeance, à un ton guerrier, faisant régulièrement référence la Marseillaise d’ailleurs. Bien sûr, ces poèmes sont de qualité inégale et plusieurs ont (mal) vieillis. Ce n’est pas le cas pour ceux qui empruntent la forme de la fable – Deux Décembre Quarante de Jean Silence (Lucien Scheler) et Chanson de Serpières (Guillevic) – et plus encore celle de la chanson, faussement naïve, comme Maurice Hervent (Paul Éluard) avec Chant nazi, et Louis Maste (Pierre Seghers) avec Le beau travail :

« J’ai chanté mes amours sur de grands chevaux noirs.

     La réforme a passé et mes amours, on me les a prises
Elles se baladent quelque part là-bas
Dans un monde lointain et je ne sais plus d’elles
Rien. Il paraît qu’il pleut, qu’elles ont froid.

J’ai chanté mes amis en ouvrant grands les bras.

     La charrette à passé, et mes amis, ils sont en fourrière
Dans une tour on les a mis, par-ci, par-là,
Des chiens, quoi. Ils avaient la rage d’aimer leurs

frères.

J’ai chanté mon travail en m’agrippant à lui.

     La police m’a dit: un poète, une affaire
On en a besoin dans les mines. J’y suis.

Mais mes chevaux noirs m’ont suivi
Mes bras battus s’ouvrent encore
Et mon travail n’est pas fini
 ».

Ressortent également les beaux poèmes d’Anne (Édith Thomas), qui dénotent par leur ton mélancolique, une fragilité qui demeure rare dans ce recueil :

« Tous mes amis sont morts
ou bien sont en prison,
et moi si loin du port,
l’orage à l’horizon.

L’orage sur la terre
et la mer embrasée.
L’ouragan se resserre
Et moi je suis brisée.

Et il me faut aller
en cachant ma grand peine,
avoir courage et haine
jetés dans la mêlée.

Mais je voudrais bercer
comme les autres femmes
dans un berceau tressé
un enfant tout en larmes » (Tous mes amis sont morts).

Le déshonneur des poètes, pamphlet publié en exil par Benjamin Péret et qu’Acratie réédite cette année, est une attaque, faite à partir d’une très haute idée de la poésie ; refusant que celle-ci se résume en termes d’utile et d’inutile. Mais elle articule également une analyse contextuelle, voyant dans la guerre « une conjonction de toutes les forces de régression » (p. 91), qui se manifestent par un retour et une association du nationalisme et du catholicisme – retour qui correspond à un retour à l’alexandrin et à la rime classiques – dans les poèmes. L’auteur les dissocie de « la pensée créatrice des révolutionnaires de l’An II ou de la Russie de 1917 » (p. 93), pour affirmer : « en définitive, l’honneur de ces « poètes » consiste à cesser d’être des poètes pour devenir des agents de publicité » (p. 94). Et Péret de conclure : « la poésie n’a pas à intervenir dans le débat autrement que par son action propre, par sa signification culturelle même, quitte aux poètes à participer en tant que révolutionnaires à la déroute de l’adversaire nazi par des méthodes révolutionnaires » (p. 97).

Péret cite des extraits des poèmes et s’en prend plus particulièrement à Aragon et Éluard, anciens surréalistes, passés au stalinisme, leur reprochant – surtout au dernier – l’usage d’une « litanie civique » (p. 96). Bien sûr, la critique était surdéterminée par la distance (Péret dût fuir la France pour le Mexique au début de la guerre) et le positionnement trotskiste de l’auteur du Déshonneur des poètes, et était orienté par le refus d’un unanimisme basé sur la défense de la Patrie. Cependant, le débat, qui, en ces années, rebondissait dans et autour du surréalisme, malgré son caractère polémique, est plus complexe qu’une simple opposition (surréaliste) aux « poèmes de circonstance » – c’est, plutôt qu’à un rejet, à une reconfiguration des circonstances, qu’en appelait le surréalisme – et demeure toujours actuel.

Serge Pey, Agenda rouge de la résistance chilienne, Marseille, Al Dante, 2014, 420 pages, 27 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce recueil réunit plusieurs textes de l’auteur, Serge Pey (né en 1950, « enfant de l’immigration et de la guerre civile espagnole » comme il se définit lui-même (www.sergepey.fr)), écrits entre le 5 octobre 1974, jour de l’assassinat du dirigeant du MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire) chilien, Miguel Enriquez1, et 1986. Leur point commun est de constituer des poèmes de circonstances, tant ils ont partie lié aux événements, et plus spécifiquement à l’histoire de la lutte anti-Pinochet au Chili. L’agenda de 1978 de la résistance chilienne, édité par le MIR, et sur les pages duquel, au jour le jour, Serge Pey dessine, note des maximes, des réflexions concernant les affinités entre poésie et révolution, reprend des citations (dont plusieurs de l’Internationale situationniste) et écrit de courts poèmes, qui parfois se suivent et se répondent, représente de manière la plus évidente cette poésie de circonstance. Il s’agit dans ce cas-ci d’un exercice de style, d’une expérience, mais dont les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous. Cependant, c’est l’ensemble de ses poèmes qui cherchent à s’inscrire dans le quotidien de cette lutte.

Serge Pey écrit comme on tient un journal de bord où se croisent les noms, les lieux, où l’on tente de mettre en lumière les rencontres, les questions, quelques faits divers, entre rituels, hasards et habitudes, qui s’avèrent autrement significatifs : les propos anti-anarchiste d’une actrice saoule dans un bar (p. 317) ; l’inquiétante interrogation sur « que faire des bourreaux » (p. 327) ; l’évocation de Floridor (p. 337 et suivantes) ou celle d’Amanda :

« Je ne peux voir un stade aujourd’hui

sans penser à tes lèvres

et aux doigts brûlés

des livres que tu lisais » (p. 364 et suivantes).

Mais le journal peut prendre un tour plus prosaïque et allusif. À la date du 21 février, il écrit : « Le visage s’efface lentement derrière la main. Le lit absent / un verre sale / compter les anciens bruits / de la maison / mon enfant ».

L’auteur écrit moins une histoire que contre celle-ci, contre cette histoire faite de silences, d’ordres du jour, moralisant et normalisant les heures, effaçant le combat. Il note ainsi, à propos du Chili :

« Rien à signaler

sauf ce serpent en caoutchouc

sur le chemin

sauf le silence soudain des oiseaux

dans les fils

sauf le fer qui rouille devant la mer

sauf l’université où un commandant

fait office de recteur » (p. 54).

Ce « rien à signaler » falsificateur se situe au croisement de mots d’ordre et de silence, prenant la forme de ce que Pey nomme « l’ensilencement ». « Nous couchons les douleurs dans un jardin provisoire. Les herbes récitent des prières rouges et « ensilencent » nos pas » (1er juin). Parler, écrire, c’est dès lors s’engager – et l’auteur de noter d’ailleurs avec ironie : « il existe des poèmes engagés, des poèmes dégagés et même des poèmes à gages » (p. 13). Au fil des pages, se dessinent alors un art poétique, qui emprunte ses métaphores et ses mouvements à la guérilla :

« Une armée ne peut l’emporter

que si elle poursuit une stratégie

Il convient de lasser l’adversaire

et d’inventer une méthode

du temps et de l’espace

La poésie ne fait que cela

La poésie est aussi un art militaire » (p. 28).

S’il s’agit donc de poésie de circonstance, c’est dans la mesure où ces circonstances sont redessinées pour prendre en compte le silence ramassée dans les brouettes par les ouvriers de la place (p. 291), « la mitraillette fantôme / d’Allende / qui tire encore dans un couloir de la Moneda » (p. 7) et tout l’alphabet d’espoirs et de souffrance de cette lutte. D’amour aussi :

« Je ne t’appellerai plus jamais Camarade

car pour toi j’en ai supprimé

la première lettre

comme une langue retournée

dans les théâtres

blancs de la mort

Dis-leur qu’à jamais

je t’appellerai simplement

Amarade

car je t’aime » (p. 7)

Outre la présentation et la postface – qui situe ces écrits et l’engagement de l’auteur auprès du MIR – ainsi qu’un très bref rappel concernant le MIR, ce livre contient également une lettre de Carmen Castillo, ex-compagne de Miguel Enriquez et réalisatrice du beau documentaire Rua Santa Fe (2007), adressée à Serge Pey. Elle lui écrit : « tu sais te placer pour voir / lors des nuits les plus noires » (p. 417). En effet, le point de convergence des écrits réunis ici est justement ce positionnement particulier, au creux des circonstances, où la lutte, l’étonnant et l’ordinaire, la poésie et la révolution se répondent.

1Concernant le MIR et, plus globalement, les dynamiques de mobilisations sociales et politiques sous le gouvernement de Salvador Allende (1970-1973), nous renvoyons à l’ouvrage de notre collaborateur, Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973. Mille jours qui ébranlèrent le monde, Rennes, PUR, 2013.

Roger Martin, Dernier convoi pour Buchenwald, Paris, Le Cherche-Midi, 2013, 427 pages, 19 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Avec ce roman du prolifique Roger Martin, le lecteur dispose non seulement d’un polar absolument prenant, mais aussi d’une fiction politique. Sur la déportation politique, il existe bien sûr déjà de nombreux romans de bonne qualité (que l’on songe au KZ. Retour vers l’enfer de Gérard Delteil ou Les orpailleurs de Thierry Jonquet, sur l’extermination des juifs), mais l’épais ouvrage de Roger Martin s’approche plus de Les jours de notre mort, de David Rousset, livre présenté comme un roman par son auteur, mais dont la dimension documentaire éclate à chaque page. Dans Dernier convoi pour Buchenwald, hormis le narrateur, Danglars et quelques autres individus, tous les personnages ont réellement existé. Le livre se présente comme les mémoires d’un certain Robert Danglars1, à la fin de sa vie, se souvenant de son existence pendant la période de l’Occupation. Celui-ci fut un militant, d’abord du PSOP (Parti socialiste ouvrier et paysan, fondé en 1938, scission de la SFIO), le parti de Marceau Pivert, avant la guerre, puis du POI (Parti ouvrier internationaliste, trotskyste) durant la guerre. Il participe aux actions menées à Brest par les trotskystes rassemblé autour de la figure d’André Calvès (Ned dans le livre), qui organisent les contacts avec les soldats allemands et publient un journal antinazi destiné aux troupes d’occupation. Après avoir perdu ses camarades de vue lors du déclenchement de la guerre, Danglars renoue les contacts et s’engage dans ce travail très périlleux. Si périlleux, d’ailleurs, qu’il est rapidement arrêté, tandis que la militante dont il est tombé amoureux connaît un sort plus funeste encore. On laisse découvrir au lecteur les conditions de son arrestation, conditions dans lesquelles le rôle des nationalistes bretons du Bagadoù Stourm, auxiliaires zélés des nazis, est nettement mis en lumière. Torturé par la police française, il est expédié à Buchenwald. Le récit du voyage en train constitue d’ailleurs un des moments les plus cruciaux du récit. Mais, et c’est là que la dimension policière s’en mêle vraiment, il est chargé d’exécuter un dirigeant de la résistance communiste, sous peine de voir sa famille mise en danger. Arrivé à Buchenwald, le narrateur découvre une réalité qui dépasse toutes les horreurs pensables. Mais il se lie aussi avec les noyaux résistants, en particulier animée par les communistes, allemands et français, au sein d’un univers d’une violence inouïe. Par les hasards du destin, il rencontre l’homme qui constitue la cible à abattre que les résistants anticommunistes lui ont désignés. Danglars va-t-il remplir la mission qui lui a été confiée ou va-t-il sacrifier la vie de sa sœur et sa mère ? En fait, le sort en décide autrement et son appartenance au mouvement trotskyste, qu’il avait réussi à cacher jusque là, est découvert par une singulière rencontre au sein de cet enfer concentrationnaire.

Comme indiqué sur la quatrième de couverture, il s’agit bien d’un roman au cœur de l’Histoire. Bien sûr, ce roman ne remplace pas la lecture des grands textes de David Rousset et de Jorge Semprun2, mais il rafraîchit la mémoire de celles et ceux qui les ont déjà lu. Et surtout, Roger Martin nous livre un récit qui s’inscrit dans une tendance très actuelle, celle des rapports entre extrême gauche réelle et fictionnelle3, ici les militants trotskystes pendant l’Occupation. Son mérite est de faire connaître au grand public deux épisodes largement occultés, d’abord celui des actions anti-nazies des trotskystes à l’arsenal de Brest4, connu seulement des militants de cette famille politique, et ensuite celui de la mise en place d’une organisation clandestine de résistance, dirigée par les communistes, à Buchenwald, à la suite d’une lutte sanglante contre les droits communs qui régissaient l’ordinaire de la vie du camp, sous l’autorité des SS. Par la forme générale d’une fiction, l’auteur, dans cet épisode particulier, fait litière des calomnies complaisamment répandues dès 1948, principalement parPaul Rassinier5, sur la collusion communistes-nazis au détriment de la masse des déportés6. Manifestement, pour ce récit, Roger Martin choisit la représentation d’archétypes, ce qui semble logique avec une situation de clandestinité, tant à Brest que dans le camp de Buchenwald. Dans ce cas extrême, représenter, d’une manière ou d’une autre, des foules militantes n’aurait eu que peu de rapport avec la réalité historique. On note une documentation sans failles, ce qui est à saluer, tant les approximations et les erreurs sont légion dans beaucoup trop d’œuvres, y compris parmi celles se targuant d’un sérieux parfois mal avisé7 qui se traduit par quelques notes de bas de pages, sur des militants tombés dans l’oubli, pour beaucoup. Ce n’est sans doute pas le lieu, dans ce compte rendu, de s’appesantir sur la manière dont l’auteur, justement, rend compte, par son écriture, de ces militants trotskystes, de leur vie, leurs espoirs, leurs doutes, leurs peurs. Tout au plus peut-on quand même remarquer une langue plutôt plate, alternant dialogues, retours en arrière et descriptions plus ou moins détaillées. Nulle trace ici d’un style qui rappellerait, par « la morsure des mots », la brûlure d’engagements messianiques ou d’un « effort pour inventer une écriture en révolution permanente », évoquée par l’essayiste Jean Birnbaum à propos d’autres auteurs8. C’est le principal regret.

1On remarquera que Roger Martin a choisi comme nom de son héros positif celui d’un des dénonciateurs d’Edmond Dantés, ce Danglars devenu banquier et baron, dans le roman d’Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, dont le destin diffère pourtant de celui de son personnage. En effet, ce dernier refuse finalement l’alternative honteuse qu’on lui propose.

2Une brève bibliographie qui a servi de support documentaire à l’auteur est proposée en fin d’ouvrage.

3Dissidences prépare d’ailleurs un volume sur cette thématique.

4Malgré la publication des mémoires d’André Calvès, Sans bottes ni médailles. Un trotskyste breton dans la guerre, Paris, Éditions La Brèche, 1984, dont une réédition en ligne se trouve ici : http://andre-calves.org/resistance/J_ai_essaye_de_comprendre_%28livre%29.htm

5Dans son livre Le Passage de la ligne ou l’Expérience vécue (1949). Ce livre est salué au début de la guerre froide par des socialistes enclins à l’anti-communisme, avant que la SFIO décide d’exclure cet adhérent quand même trop compromettant.

6On lira avec profit La zone grise ? La Résistance française à Buchenwald, d’Olivier Lalieu (Éditions Tallandier, 2005), d’ailleurs cité par Roger Martin.

7Ce sérieux se traduit par quelques notes de bas de pages sur des militants tombés dans l’oubli, pour beaucoup.

8Jean Birnbaum, « Écritures insurgées », Le Monde des livres, 26 novembre 2010.

Daniel Cordier, Alias Caracalla, Paris, Gallimard, collection « Folio », 2011, 1144 pages, 10,50 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Pourquoi la lecture des mémoires de Daniel Cordier, qui fut le secrétaire de Jean Moulin, suscite-t-elle tant d’intérêt et même, chez certains, tant d’émoi ? La facture, la fluidité du style y sont sans doute pour quelque chose, rendant aisée la lecture des mille cent et quelques pages. Mais bien d’autres raisons, évidemment, font de ce livre un document incontournable pour qui veut connaître ces années 1940-43. On saisit mieux tout d’abord l’entrée en résistance d’un très jeune homme de province – ses parents sont établis à Pau –, d’un milieu bourgeois et d’extrême droite. Lycéen, Daniel Cordier organise un cercle de l’Action française. Avec ses camarades, il vend le journal à la criée. Il assiste, hébété, à la débâcle de l’armée française puis, « anti-boche » primaire, il fait confiance jusqu’à la mi-juin au Maréchal Pétain pour poursuivre le combat. Quelle ne fut pas sa surprise quand il apprit que ce dernier décide qu’il faut cesser le combat ! Dès le 17 juin donc, encouragé par ses parents, en compagnie de 16 camarades de Pau, aussi jeunes que lui, il s’embarque à Bayonne, pour l’Afrique du Nord pense-t-il, mais au dernier moment le bateau se dirige vers l’Angleterre où il arrive quelques jours plus tard. Les jeunes gens n’ont pas entendu l’Appel du 18 juin, mais ils apprennent assez vite l’existence du Général de Gaulle. Parvenir jusqu’à lui ne sera pas chose aisée, mais ils arrivent enfin dans l’immeuble où sont logés les premiers volontaires de la France libre, tous des gamins et à une énorme majorité originaires de Bretagne. Arrivé en Angleterre, Cordier, conquis par la combativité et la cordialité des Anglais, voit s’évanouir un de ses préjugés tenaces … la haine des Anglais. Ne sont-ils pas pour les royalistes responsables de la mort de Jeanne d’Arc ! C’est le début d’une remise en question, un à un, des préjugés et idées criminelles de son courant politique originel.

Il raconte la formation reçue à Londres. Il s’agit de faire de ces jeunes gens à peine sortis de l’adolescence des guerriers. Tous les exercices sont supportés avec patience et les progrès rapides des jeunes recrues étonnent les officiers français qui les encadrent. Ils voient de Gaulle épisodiquement, à l’occasion du 14 juillet ou du 11 novembre, et peu à peu l’adhésion au « grand homme » croît. La présence à Londres d’une famille amie des parents de Daniel Cordier l’aide à supporter l’éloignement de Pau et l’absence de Domino, la jeune fille qu’il considérait comme sa fiancée. Quelle ne sera pas sa désillusion quand il apprendra deux ans plus tard qu’elle s’est mariée. Mais les solides amitiés nouées au sein de la France libre et la volonté de chasser les Allemands, les Boches disait-il, chassent vite la mélancolie. Au bout de quelques mois de formation intense – les Anglais ayant suppléé les FFL pour les formations les plus techniques – Daniel Cordier est prêt. Il maîtrise le saut en parachute, il sait décrypter et envoyer les messages codés et est capable de manier les explosifs. Brûlant d’entrer dans la résistance active, il demande au BCRA de l’envoyer en mission en France, où il est parachuté, après une première tentative avortée. Destiné à être secrétaire de Georges Bidault à Lyon, il est « détourné » par Rex/Jean Moulin qui manque cruellement de collaborateurs.

Le récit de la première rencontre entre les deux hommes est un moment d’anthologie. Sans aucune retenue, le jeune Cordier narre ses exploits de militant d’extrême droite à Pau à un Jean Moulin médusé qui, malgré tout, garde Cordier à son service. La « conversion » de ce dernier est progressive, jalonnée de moments marquants, comme par exemple la découverte brutale, à Paris, d’un vieux Juif et de son petit-fils porteurs de l’étoile jaune. Comment peut-on ainsi humilier des êtres humains ? Et là ce sont ses préjugés antisémites qui tombent ! Mais c’est surtout Jean Moulin qui se charge de son éducation, politique autant qu’artistique – après la guerre Daniel Cordier devient marchand d’art – non sans virulence parfois, quand Jean Moulin lui interdit de répandre des calomnies à l’endroit de Pierre Cot. Quand on ne sait pas, on se tait ! Aux côtés de Moulin pendant près d’un an, jusqu’à l’arrestation de celui-ci à Caluire, Daniel Cordier déploie une activité étonnante de secrétaire/homme à tout faire de Jean Moulin, dont il ne connaîtra la vraie identité qu’à la Libération. Il rencontrera presque tous les dirigeants de la résistance, Henry Frénay de Combat, encore fortement marqué par son idéologie d’extrême droite ou Emmanuel d’Astier de la Vigerie, dont le dilettantisme ne séduit pas Daniel Cordier. Que de temps passé à concilier des egos démesurés ! Plus rarement sont croisés les dirigeants de la résistance communiste. Jean Moulin consacrera une bonne partie de son énergie à rapprocher les divers groupes épars de la résistance. Il aura beaucoup travaillé, lui le républicain, le radical qui a tenté, sous la direction de Pierre Cot, d’armer le camp républicain espagnol à l’époque du Front populaire, à imposer la figure du Général de Gaulle, un homme venu du rivage de l’extrême droite et du catholicisme traditionaliste. Union la plus large face au danger nazi pour Moulin ou à l’ennemi « boche » pour le jeune Daniel Cordier. C’est le choix que firent ces hommes, au prix de leur vie pour certains. Y avait-il un autre moyen de lutter contre Hitler, en échappant au chauvinisme ? C’est la voie étroite qu’ont suivie certains militants révolutionnaires, certains trotskystes notamment, mais aussi des communistes1, en organisant un travail en direction des soldats allemands, souvent aussi au prix de leur vie2.

1Le TA (Travail allemand) est organisé par la MOI en direction des troupes d’occupation : lire les souvenirs de Peter Gingold, chroniqués sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3735 

2Un téléfilm d’après ce livre, Alias Caracalla. Au cœur de la Résistance (180 mn) d’Alain Tasma, avec Éric Caravaca dans le rôle de Daniel Cordier et Jules Sadoughi dans celui de Rex/Jean Moulin, est sorti sur FR3, les 25 et 26 mai 2013, à 20 h 45.

 

Peter Gingold, Jamais résignés ! Parcours d’un résistant du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de Mémoire », 2013, 183 pages, 23 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette autobiographie d’un militant communiste allemand, mort en 2006, possède le souffle des grandes aventures épiques. Sauf qu’ici, tout est réel. Écrit à la demande de sa nouvelle compagne peu de temps avant sa mort, ce témoignage, préfacé par son frère (lui-même auteur des Mémoires d’un indésirable, L’Harmattan, 2004), constitue une pièce maîtresse de tout un pan méconnu de la lutte antinazie. Né en Allemagne dans une famille juive, Peter Gingold adhère au communisme à son adolescence, à la fin de la République de Weimar. C’est par le biais de son affiliation syndicale qu’il découvre, grâce au bibliothécaire de la maison des syndicats, une littérature qui emporte son adhésion. Pourtant, au départ, comme il l’évoque avec humour, c’est la mixité des adhérents qui l’attire… Commence alors pour lui un très long engagement avec le mouvement communiste, qui ne s’achève qu’avec sa mort. Les premiers pas de cet engagement l’amènent ainsi à participer à Francfort à un débat contradictoire entre les jeunesses communistes et les jeunesses hitlériennes. Expérience qui n’aura pas de lendemain tant le jeune débatteur communiste suscite le doute dans l’esprit des adolescents hitlériens. Durant l’été 1933, sa famille décide d’émigrer en France. Mais lui, convaincu de la nécessité de la poursuite du combat clandestin, décide de rester en Allemagne. Rapidement arrêté, il est relâché, bien que juif, à condition de rejoindre sa famille outre-Rhin. Le pouvoir nazi n’a encore que quelques semaines d’existence et les conditions de répression, bien que fortement accrues depuis l’incendie du Reichstag, demeurent encore assez lâches. A Paris, il rejoint sa famille, vivant dans les conditions précaires de l’immigration allemande. Employé comme commis au Pariser Tageblatt, le quotidien de l’immigration antifasciste, il fréquente le gotha de l’émigration antifasciste, Bertolt Brecht, Lion Feuchtwanger, Stephan Hermlin, Arthur London ou encore Willy Brandt. Ce dernier fera partie, avec quelques autres, de l’aventure de la formation de la FDJ (Freie Deutsche Jugend), la Jeunesse libre allemande. Au déclenchement de la guerre d’Espagne, il est volontaire pour rejoindre la brigade des combattants allemands, mais les responsables communistes refusent sa candidature, préférant bénéficier des renseignements qu’il peut fournir à partir de sa fonction au Pariser Tageblatt. S’il est surpris par le pacte germano-soviétique, l’argumentation déployée par les responsables communistes – la nécessité pour l’URSS de gagner du temps – le convainc rapidement. Avec le déclenchement de la guerre, il devient l’un des responsables du TA (Travail allemand), organisé par la MOI en direction des troupes d’occupation. Rédaction de tracts, contacts avec des soldats, éditions de journaux pour les soldats, son activité totalement clandestine dure jusqu’au 4 janvier 1943. Sa famille subit la répression, un de ses frères se fait arrêter à sa place, ainsi que sa sœur. L’un et l’autre disparaîtront à Auschwitz. Sa propre femme et ses deux enfants sont également menacés. Il doit accompagner ses enfants à l’adresse que lui fournit la résistance, mais il est arrêté, conséquence de la trahison d’un prétendu déserteur alsacien. En fait, il parvient à échapper au suivi policier, mais retourne chercher les documents qu’il avait laissés dans sa chambre, ne respectant pas les strictes consignes de sécurité et tombe dans une souricière à Dijon. Il est remis à la Gestapo, puis à la SS, pour interrogatoire approfondi (tortures). Par un extraordinaire subterfuge, auquel seuls les films de fiction nous avaient habitués, il parvient à échapper aux mains de ses geôliers le 23 avril 1943. Il poursuit alors son action au sein de la résistance jusqu’au soulèvement de Paris. Le lecteur apprendra, sans doute avec étonnement, que les responsables du TA avaient noué des contacts avec des responsables de l’État-major allemand de Paris, lesquels seront brisés par l’attentat contre Hitler, qui décapite toute opposition au sein de la direction militaire. L’organe politique de la résistance allemande en France, le CALPO1 (Comité Allemagne libre pour l’Ouest), le missionne pour poursuivre le travail de démoralisation des troupes allemandes qui continuent le combat. Mais cette mission tourne rapidement court, les troupes américaines n’envisageant pas ce type de d’action. Il est arrêté et emprisonné avec des prisonniers de l’armée allemande. Finalement libéré, il est envoyé en Italie pour poursuivre ce travail du côté de la Wehrmacht qui a remplacé le gouvernement mussolinien failli. Mais la vitesse de l’évolution du recul allemand ne lui permet pas de remplir correctement sa mission. Une fois la défaite consommée, sur ordre de la direction communiste, il part en Allemagne, après un long transit par Vienne. Il débarque à Berlin, mais dans cette ville coupée en quatre secteurs, il refuse de demeurer dans la partie soviétique, sa famille ayant de nouveau immigré en sens inverse, mais dans la partie ouest de l’Allemagne. C’est dans sa ville de Francfort qu’il poursuit son activité communiste, participant notamment à la fondation de la VVN, l’Association des victimes du nazisme. Il s’agit pour lui de rappeler, dans les prémices de la guerre froide qui va submerger son pays, qu’il existait une résistance interne, composée majoritairement de communistes pour l’immense majorité de ses membres, de sociaux-démocrates pour une petite partie et d’une infime minorité bourgeoise. En 1956, le KPD est interdit et il connaît de nouveau durant quelques mois une existence clandestine. Pour d’obscures raisons de procédure, sa nationalité allemande, ainsi que celle de ses enfants, lui est retirée. Toute sa famille devient apatride. Il faudra une intense compagne politique pour que tous puissent récupérer leur nationalité. Mais les tracasseries contre lui et ses proches ne s’arrêtent pas là puisqu’une de ses filles subit les interdictions professionnelles (les Berufsverbote), qui seront surmontées là encore grâce à une intense mobilisation internationale. Avec sa femme Ettie, il est du très important combat contre l’implantation des Pershing sur le sol allemand au début des années 1980. La chute du système soviétique n’entame en rien sa détermination politique et son allégeance au système stalinien. On ne trouve quasiment aucune critique2 à l’encontre du modèle de la RDA. Les dernières années de sa vie sont consacrées au combat pour la mémoire, l’amenant à parcourir les écoles et multiplier les interventions. L’ultime chapitre est d’ailleurs constitué des questions et réponses les plus fréquentes que les adolescents lui posaient lors de ses interventions. A la question « Comment peut-on encore être communiste ? », il répondait avec l’argument assez traditionnel dans les milieux de l’ex-RDA que si l’URSS n’avait pas écrasé la Wehrmacht, aucun juif n’aurait été sauvé de la destruction. Si le lecteur n’est pas obligé de suivre Peter Gingold dans ses ultimes argumentations en faveur du « socialisme réellement existant », il n’en reste pas moins que ce témoignage constitue une formidable leçon sur un pan d’une histoire trop peu connue, celle de ces Allemands qui ont combattu, au coude à coude avec d’autres nationalités, au sein de la résistance française, au nom de principes auxquels ils sont demeurés fidèles, ceux de l’internationalisme et de la haine du fascisme. Ces mémoires constituent de ce point de vue une salutaire lecture.

1http://fr.wikipedia.org/wiki/Comit%C3%A9_Allemagne_libre_pour_l%E2%80%99Ouest

2Lire notamment p. 140 et suivantes.

Jean Lemaître, C’est un joli nom, camarade. Jean Fonteyne, avocat de l’Internationale communiste, Bruxelles, Aden, 2012, 380 pages, 22 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cette biographie, commencée comme un polar, au moment de l’arrestation de Jean Fonteyne par la Gestapo, est écrite (par l’un des propres petits-fils de Fonteyne) de manière empathique et dans un style léger, agréable à lire. Le livre interroge longuement cette figure paradoxale et le parcours fascinant de cet avocat belge issu d’une famille bourgeoise, qui s’est mis corps et âme au service du communisme et du Komintern. Ce faisant, ces pages reviennent sur une série d’événements politiques majeurs tels que les grèves quasi insurrectionnelles de 1932 en Belgique, la Guerre d’Espagne, la Résistance, l’assassinat de Julien Lahaut[1], … qui dessinent les contours de son activisme. C’est d’ailleurs un grand mérite de cet essai de marier la « petite » et la « grande » histoire, à travers, entre autres, l’évocation du contexte familial, le caractère de Fonteyne et surtout la lutte quotidienne au sein de la prison belge de Breendonk puis du camp allemand de Buchenwald durant la guerre. Mais le livre se rapproche parfois des romans d’aventure ou d’espionnage lorsque sont décrits le montage et le fonctionnement de la compagnie « France navigation »[2] durant la Guerre d’Espagne (p. 171 et suivantes), pour alimenter la République en armes et assurer un juteux financement au Komintern ou lorsque le lecteur suit Fonteyne, parti au début de la Seconde Guerre mondiale dans le Sud de la France, libérer les militants communistes belges arrêtés et incarcérés dans les camps de concentration de Pétain (chapitre 16). Au fil des pages, apparaissent également l’un ou l’autre personnage emblématique, tels que Jacques Grippa, dirigeant communiste et résistant ou Eugen Fried[3] – « Clément » -, le chef du Komintern pour l’Europe occidentale.

Si l’auteur se concentre principalement sur la période 1914-1945, il revient cependant sur le rôle plus institutionnalisé de Fonteyne au sein du Parti communiste belge comme sénateur (son nom reste attaché à la modification de la loi sur les baux à loyer en 1947) et comme membre de la Commission de Contrôle Politique (CCP) à partir de la fin 1954, jusqu’à son exclusion du Parti en 1965, dans le prolongement de la scission sino-soviétique ; Fonteyne étant « partagé entre sa solidarité amicale avec Jacques Grippa [qui opère une scission pro-chinoise en 1963] et sa fidélité à la ligne majoritaire du parti » (p. 344).

Le principal regret, au bout de ces près de 400 pages, est que soit finalement si peu développées (une trentaine de pages seulement) les années pourtant charnières 1930-1935, qui marquent l’adhésion de Fonteyne au communisme et, de manière plus générale, l’absence de sens critique par rapport à l’URSS (p. 356-359)[4].


[1]    Julien Lahaut, dirigeant du Parti communiste belge, un des chefs de la Résistance, est assassiné chez lui le 18 août 1950, en pleine « guerre froide ».

[2]    Sur cette compagnie maritime fondée en 1937, on lira l’enquête, déjà ancienne, de Dominique Grisoni et Gilles Hertzog, Les Brigades de la mer, chez Grasset (1979).

[3]    Sur ce personnage, on lira Annie Kriegel, Stéphane Courtois, Eugen Fried, le grand secret du PCF, Le Seuil, 1997 et Michel Dreyfus, « Eugen Fried », in José Gotovitch, Mikhaïl Narinski (dir.), Komintern, l’histoire et les hommes : dictionnaire biographique de l’Internationale communiste en France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et à Moscou : (1919-1943), Paris, 2001, p. 292-295.

[4]    On lira utilement, en parallèle, le livre dirigé par José Gotovitch sur la présence communiste en Belgique, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden,  2012. Lire sa recension sur ce blog.