Archives par étiquette : sexualité

Peter Bagge, Femme rebelle. L’histoire de Margaret Sanger, Paris, Nada, 2017, 120 pages, 18 €.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

Traduit de l’anglais (américain), cette bande dessinée permet de mieux connaître un pan de l’histoire du mouvement féministe des États-Unis et l’une ses figure centrales, Margaret Sanger. Bien qu’elle ait fait l’objet de deux ouvrages en français [1], Margaret Sanger demeure probablement inconnue du plus grand nombre. Pourtant, il suffit d’évoquer le nom de l’association qu’elle a contribué à créer, le Planning familial, pour comprendre immédiatement son rôle dans l’histoire du mouvement des femmes.

Le dessinateur Peter Bagge [2], auteur de la scène alternative américaine, avec déjà plusieurs ouvrages traduits à son actif, illustre à merveille ce roman graphique consacré à Margaret Sanger (1879-1966). Cette dernière naît dans une famille pauvre, dotée de nombreux enfants qui épuisent la mère et marquent au fer rouge la conscience de la petite Margaret. Cette dernière devient infirmière et fréquente les milieux socialistes anti-malthusiens. Elle y rencontre des figures réputées du mouvement de lutte pour la libéralisation de l’avortement, dont le sexologue Havelock Hellis, avec qui elle entretient des relations inhabituelles. Femme libre, après avoir eu plusieurs enfants avec son mari, Margaret Sanger pratique une sexualité tout aussi libre (y compris pour son époque, puisque tout indique qu’elle eût des relations amoureuses avec une domestique noire), multipliant les amants, y compris à l’âge de 70 ans passé.  Ses rapports avec le courant socialiste évoluent vers la rupture lors de la Première Guerre mondiale, tandis qu’elle écrit de nombreuses brochures et effectue des tournées de conférence pour éveiller les consciences sur la question de la prévention des naissances.

Cette activité militante lui vaut à la fois de subir les foudres de la répression (largement diligentée par l’Église catholique) et d’effectuer un lent rapprochement avec des représentants des classes favorisées, qui soutiennent ses initiatives, en l’encourageant financièrement. Par contrecoup, son rapport aux pauvres s’en ressent assez fortement et elle développe alors une conception parfois élitiste, en particulier en matière d’eugénisme (lire par exemple, sous la forme d’une interview très didactique, le développement de ses analyses, p. 65 et suivantes). Elle est d’ailleurs fortement critiquée lorsqu’elle accepte d’aller donner une conférence aux femmes du Ku Klux Klan sur la contraception, à la fin des années 1920. Cette initiative ne sera jamais renouvelée, mais elle la traînera comme un boulet. De nombreux épisodes, parfois assez cocasses de son combat, sont ainsi rapportés au fil des pages. On voudrait évoquer le cas d’une policière venue à une des permanences qu’elle organisait dans sa clinique, se faisant passer pour une femme ordinaire. L’objectif était évidemment de piéger Margaret Sanger. Un procès s’en suivra d’ailleurs, pour exercice illégal de la médecine. Mais la policière, venue témoigner à charge, découvre alors que, des examens qu’elle avait subie pour pouvoir constituer l’accusation, il ressortait que des signes potentiels d’un cancer de l’utérus avaient été détectés, manifestant ainsi de manière paradoxale l’utilité du travail engagé dans cette clinique. Margaret Sanger participe par la suite à la création du Planning familial dans les années d’avant la Seconde Guerre mondiale, responsabilités qui l’amènent à entreprendre de nombreux voyages à travers le monde.

Cette bande dessinée, qui s’arrête à la mort de Margaret Sanger, se poursuit, sur vingt-cinq pages, par des notes, des photos et autres illustrations, que Peter Bagge a collecté pour construire son récit. Sur la base de ce véritable travail d’enquête approfondie, l’auteur éclaire et prolonge de nombreux aspects de cette biographie, évoqués au détour d’une phrase ou d’une allusion dans le récit, conférant ainsi une belle solidité à l’ensemble. On ne peut que souhaiter que cette bande dessinée d’un grand intérêt historique et d’une qualité graphique irréprochable rencontre son public, à l’instar des autres titre publiés dans la même collection chez Nada [3].

[1]    Angeline Durand-Vallot, Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances. Textes traduits et présentés par Angeline Durand-Vallot, Lyon, ENS Éditions, coll. « Les fondamentaux du féminisme », 2012, Jonathan Eig, Libre comme un homme (traduction), Paris, Globe, 2017.

[2]    Un avant propos de Tom Spurgeon, rédacteur de The Comics Reporter, expose la place qu’occupe Peter Bagge dans le monde de la bande dessinée américaine et la raison pour laquelle il a décidé de dessiner ce parcours biographique. Retenons également, parmi les multiples qualités de cet ouvrage, que Peter Bagge revient dans une postface sur son rapport à l’objet Margaret Sanger, en manifestant à la fois ses accords avec son entreprise, mais aussi, parfois, ses désaccords avec les prises de position de cette dernière. Le dessinateur montre ainsi que tout en restant le plus fidèlement possible attaché à l’histoire de son personnage, il n’en devient pas pour autant un admirateur a-critique.

[3]    Évoquons par exemple Bohemians. Une histoire graphique des avant-gardes artistiques aux États-Unis, qui a précédé cet album.

Julie Gothuey, Quidora Morales La Mura, Thomas Pierre, François Oudin, Sabrina Sinigaglia-Amadio, Jérémy Sinigaglia, Enquêter sur le genre. Terrains et pratiques, Nancy, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, 2012, 193 pages, 15 €.

Un compte rendu de Maud Navarre

Issu des journées d’études qui se sont tenues les 4 et 5 juin 2009 à l’Université de Lorraine, cet ouvrage a pour objectif de contribuer à la valorisation des études de genre en publiant des recherches de jeunes chercheurs (doctorant-e-s et docteur-e-s) et en proposant une réflexion critique sur les usages actuels du concept dans les sciences humaines. Il se structure en trois parties. Les deux premières présentent les résultats de recherches menées dans le domaine artistique ainsi que dans le milieu professionnel et militant. La troisième partie regroupe des contributions de chercheurs confirmés. Ces derniers expliquent leur positionnement théorique, à travers les diverses études qui les ont conduits à utiliser la notion de genre.

La première partie débute par la contribution originale de Nelly Quemener. Cette dernière analyse plusieurs générations d’humoristes français, à partir du milieu des années 1980, dans le but de saisir les représentations des femmes. On passe ainsi de la féminité vulgaire et stéréotypée, incarnée par Antoine De Caunes et José Garcia dans Nulle Part Ailleurs (Canal +) à partir de la fin des années 1980, à de nouvelles figures féminines à partir du début des années 2000, comme celle de Julie Ferrier ou Florence Foresti. Elles incarnent des formes d’empowerment dans la mesure où ce sont des femmes qui se livrent à la satire des femmes, et non plus des hommes. Cet humour au féminin conduit même à tourner en dérision certains regards d’hommes sur les femmes, par exemple, lorsque Armelle se déguise en Petite Sirène dans le célèbre talk show, T’empêches tout le monde de dormir, afin de caricaturer les fantasmes masculins de Philippe Lucas, l’entraîneur de Laure Manaudou dont les affaires sentimentales étaient particulièrement médiatisées à cette époque. Reguina Hatzipetrou-Andrnikou s’intéresse ensuite au parcours des femmes instrumentistes de musique traditionnelle en Grèce. Elle analyse leur socialisation dans ce milieu masculin. Puis, Irina Kirchberg propose une étude de la natation synchronisée. Elle montre comment les performances sportives des nageuses sont dévalorisées, voire tues, par les commentateurs de cette discipline olympique, au profit des dimensions esthétiques. Les normes de genre conduisent les nageuses à jouer des marqueurs de la féminité à travers leur tenue, par exemple, afin de correspondre aux attentes et à masquer la dimension « masculine » de leurs performances.

La deuxième partie se compose de quatre autres contributions relatives au monde professionnel et militant. Ève Meuret-Campfort revient sur les grèves des ouvrières de l’usine Chantelle dans les années 1980 et 1990. Elle montre que la dimension genrée est absente des registres argumentatifs des ouvrières, ces dernières mobilisant davantage leur appartenance de classe que celle de genre. La principale explication de ce phénomène émane du contexte industriel de l’époque, marqué par des fermetures de chantiers navals. Établir des liens entre les différentes mobilisations est ainsi un moyen pour les femmes en grève d’obtenir le soutien des syndicats locaux et des autres ouvriers mobilisés. Ce sont les spectateurs de ce mouvement qui perçoivent cette lutte à travers son caractère féminin. Suivent ensuite trois autres contributions d’Alban Jacquemart concernant les mobilisations féministes d’hommes, d’Édith Gaillard au sujet des squats anarcho-féministes français et allemands et de Mathieu Caulier qui s’intéresse aux usages politiques du militantisme sacrificiel de femmes dans des ONG mexicaines.

La dernière partie du livre propose une réflexion sur les usages du genre. Laura Leonardi dresse le bilan des études de genre en Italie. Puis Lilian Mathieu revient sur son positionnement théorique – controversé, notons-le – à l’égard de la prostitution. Il montre les limites des approches féministes concernant cet objet d’étude en raison principalement du caractère non-systématisé des enquêtes menées sur le sujet. Pour lui, ces analyses relèvent davantage de l’ordre de la propagande idéologique que d’une démarche scientifique. Virginie Vinel présente ensuite les différents enjeux de ses recherches : concilier une analyse des déterminants structurels des comportements féminins avec la « puissance d’agir » (agency) dont disposent les femmes ; étudier les rapports sociaux de sexe sans durcir les clivages entre masculin et féminin ; mener des analyses microsociales du genre en tenant compte des autres rapports sociaux qui le structurent, notamment ceux d’âge. Au final, l’approche en situation qu’elle développe, avec l’équipe de recherche dont elle fait partie, au sujet de la construction du corps selon le genre et les âges de la vie (jeunesse et vieillesse), permet de saisir les déterminants institutionnels et les stratégies individuelles. Dans le dernier chapitre, Roland Pfefferkorn livre une synthèse des travaux menés aux États-Unis et de leur réception en France.

L’ouvrage se termine par une conclusion organisée autour de trois remarques concernant les études de genre en France : leur récente, mais incontestable, institutionnalisation ; la nécessité de développer ce champ d’étude en parfaite autonomie au regard des positionnements féministes ne reposant pas sur une démarche analytique rigoureuse ; la prise en compte de l’intersectionnalité c’est-à-dire de l’imbrication des rapports sociaux de sexe avec ceux d’âge, de classe, de « race », etc. Ceci représente les conditions sine qua non à la reconnaissance institutionnelle de ce domaine d’étude, le solipsisme risquant de le maintenir dans une position marginale. Si les terrains analysés dans cet ouvrage présentent le mérite d’être relativement inédits, voire marginaux, ils souffrent toutefois d’un déficit d’articulation. Les deux premières parties, sans titre explicite, manquent de mise en lien, tâche forcément ardue, compte tenue du caractère hétéroclite des analyses présentées, mais nécessaire dans un ouvrage collectif. Ce n’est qu’à la lecture de la conclusion que le lecteur peut mieux saisir les logiques qui ont présidé à l’organisation de l’ouvrage. La troisième partie est sans doute la plus aboutie car elle soulève des questions théoriques et épistémologiques concernant le genre. La conclusion y apporte quelques réponses permettant de dessiner les stratégies possibles pour une institutionnalisation définitive des gender studies en France.

Roland Pfefferkorn, Genre et rapports sociaux de sexe, Lausanne, Édition Page 2, collection « Empreinte », 2012, 138 pages, 9 € 50.

   Un compte rendu de Maud Navarre

Alors que fleurissent les ouvrages concernant le genre1, Roland Pfefferkorn propose dans cet opus synthétique une analyse critique de ce concept à la mode. Le livre se découpe en quatre chapitres dans lesquels l’auteur dresse la genèse des Gender Studies puis analyse les apports respectifs des concepts de « genre » et de « rapports sociaux de sexe ». Fidèle à la thèse soutenue dans ses précédents ouvrages2, Roland Pfefferkorn développe dans celui-ci un véritable plaidoyer en faveur de la notion française de « rapports sociaux de sexe », issue des analyses féministes matérialistes3.

Le premier chapitre s’intéresse à la volonté de rompre avec le naturalisme qui préside à l’émergence des Gender Studies. Celle-ci est illustrée par les travaux des féministes matérialistes des années 1970, à l’instar de ceux de Christine Delphy qui théorise à cette époque les rapports entre les hommes et les femmes grâce à la notion de « patriarcat ». Se fondant sur la prise en charge du travail domestique par les femmes, cette dernière analyse les rôles sexués à partir de la dialectique production/reproduction. Mais, rapidement, comme le rappelle l’auteur, ces analyses s’avèrent limitées par le développement du travail salarié des femmes. C’est pourquoi, dans les années 1980, les chercheurs féministes adoptent la notion de « division sexuelle du travail » transposable aussi bien dans l’espace domestique que dans le monde professionnel.

En parallèle, aux États-Unis, un autre concept destiné à appréhender les relations entre les hommes et les femmes se développe : le « genre ». Roland Pfefferkorn en synthétise, dans le deuxième chapitre de son ouvrage, les différentes significations prises par ce terme. Le genre désigne initialement la part sociale (ou culturelle) du sexe, suivant les analyses qu’en livre Ann Oakley. Cette dernière est la première chercheuse à en donner une définition, parachevant ainsi les travaux pionniers de John Money ou encore du psychanalyste Robert Stoler, sur les « gender identities » et « gender roles » destinés à rompre eux aussi avec l’idée de nature. Dans la deuxième acception du terme évoquée par Roland Pfefferkorn, le genre fait référence à un processus social à travers les travaux de Gayle Rubin ou encore Judith Lorber et Joan Acker. Ces chercheuses introduisent l’idée d’un système de genre produisant des organisations elles-mêmes « genrées ». Le genre devient alors une structure sociale garantie par des institutions. Par exemple, ces auteures montrent que dans les organisations, un ensemble de règles a priori neutres favorise toutefois les hommes et exclut les femmes. En France, à cette même période, Colette Guillaumin évoque pour sa part la notion de « sexage » pour désigner, un peu comme l’esclavagisme, le processus d’appropriation des femmes par les hommes dans la sphère privée et, plus globalement, dans l’ensemble de la société. Le genre renvoie également, dans une troisième acception, à la construction sociale du biologique (le sexe), notamment sous la plume de la philosophe Judith Butler, au début des années 1990. L’auteure prend de la distance quant aux thèses de l’assignation sexuée de Gayle Rubin en introduisant l’idée de performativité des rôles de genre : s’il y existe des contraintes sociales générant le masculin et le féminin, chacun dispose d’une relative liberté lui permettant de respecter plus ou moins les répertoires sexuels préconisés par la société. Ce travail pour contrer l’essentialisation des identités genrées ouvre alors la porte aux théories Queer qui présentent la classification binaire en masculin et féminin comme une construction sociale. Cependant, et c’est surtout cette dernière dimension qui intéresse Roland Pfefferkorn, le genre désigne aussi des rapports de pouvoir dans les travaux de l’historienne Joan Scott. Au milieu des années 1980, cette auteure analyse le genre comme un système d’antagonismes. Le masculin et le féminin sont définis de manière relationnelle et suivant les contextes spatio-temporels. Cette acception contribue alors à rapprocher sensiblement le genre de la notion de « rapports sociaux de sexe ».

Avant de présenter les enjeux théoriques de ce concept français, Roland Pfefferkorn se livre, dans le troisième chapitre, à quelques critiques concernant la notion anglo-saxonne de genre. La polarisation sur le discours amène tout d’abord à s’intéresser davantage au symbolique et aux représentations du masculin et du féminin qu’à leurs aspects matériels. L’oubli du contexte et, plus globalement, de l’historicité des relations entretenues par les hommes et les femmes risquent par ailleurs de conduire à une nouvelle essentialisation, d’autant plus lorsque persiste l’idée d’un sexe biologique imperméable aux rapports sociaux. Enfin, l’évacuation de la dimension antagoniste du genre générant une relation asymétrique conduit, selon Roland Pfefferkorn, à des analyses erronées, notamment dans le domaine de la sociologie du couple et de la famille. Dans certaines de ces études, en effet, les hommes et les femmes sont considérés comme des contractants égaux alors qu’il n’en est rien.

C’est pour cette raison que Roland Pfefferkorn défend, dans un dernier chapitre, la notion de « rapports sociaux de sexe » afin d’appréhender les relations entre les hommes et les femmes. Refusant la thèse du « retard français » en matière d’adoption du concept de genre, l’ouvrage défend plutôt l’idée d’une autre voie empruntée par les études féministes : celle de l’analyse des « rapports sociaux de sexe », s’inscrivant dans la droite lignée des analyses marxistes. Ainsi, très tôt, des études sur les femmes se sont développées à l’instar des travaux pionniers de Madeleine Guilbert sur les fonctions des femmes dans l’industrie en 1966. Et si l’on ne parle pas – ou très peu – de « genre » jusqu’à la fin des années 1990, c’est parce qu’un autre angle d’approche domine, s’inspirant de la notion de division sexuelle du travail : l’analyse des « rapports sociaux de sexe ». Elle place le travail au cœur du système des inégalités entre les hommes et les femmes. Ce dernier est à la fois le levier de la domination masculine et, en même temps, de l’émancipation des femmes. Par ailleurs, la notion permet de ne pas essentialiser le féminin et le masculin en postulant une tension entre les êtres humains, constructrice de la vie en société et capable de reproductions comme de changements. Ainsi, l’idée de contingence est inhérente au concept de « rapports sociaux de sexe ». Ce dernier invite à la comparaison historique et spatiale (d’une société à l’autre). En outre, il permet de prendre en compte à la fois les déterminants structurels et les libertés individuelles. Face aux contraintes sexuées, tous les individus ne réagissent pas de la même manière. Certains les acceptent et d’autres les refusent, voire essaient de les changer. Les individus sont à la fois les agents et les acteurs des « rapports sociaux de sexe », ce qui invite donc à s’intéresser aux modalités de construction des marges de liberté et d’action individuelles. Enfin, la notion de rapports sociaux de sexe permet de faire le lien avec d’autres rapports sociaux sévissant dans la société, à l’instar de ceux de classe et de « race », et de s’y intéresser. Les rapports sociaux sont consubstantiels : ils agissent les uns sur les autres, structurent ensemble la totalité du champ social et tenir compte de leur imbrication dans la construction de l’ordre social fait toute l’originalité du concept aux yeux de l’auteur. Cet entrecroisement est d’autant plus important en ce qui concerne les rapports sociaux de sexe que, contrairement aux autres groupes dominés, les femmes sont moins ségréguées dans l’espace social.

Cet ouvrage de synthèse apporte ainsi un point de vue critique sur les Gender Studies. Contre l’omniprésence du genre et les déformations que la notion subit, Roland Pfefferkorn rappelle l’intérêt historique de certains concepts tels que celui de « rapports sociaux de sexe ». L’ouvrage, facile d’accès, intéressera les novices, comme les plus avertis, de ces questions. Il soulève toutefois quelques interrogations, par exemple, celle de la pertinence actuelle de la distinction des notions de genre et de « rapports sociaux de sexe ». En effet, la notion de genre telle qu’elle est définie par Joan Scott à partir des années 1980 finit par recouvrir une acception similaire à celle de « rapports sociaux de sexe ». Et si, effectivement, le second terme semble plus explicite que le premier, on peut cependant se demander dans quelle mesure il est encore pertinent d’établir une distinction aujourd’hui. Certaines études semblent d’ailleurs avoir dépassé ce clivage en proposant des analyses en termes de « rapports sociaux de genre »4. De plus, la notion de « rapports sociaux de sexe », inspirée des rapports sociaux de classes, telle qu’elle est analysée dans cet ouvrage, ne prend pas en compte la question, pourtant cruciale pour les analyses d’inspiration marxiste, relative à la conscience d’appartenir à un groupe social déterminé. Dès lors, on peut se demander s’il est nécessaire d’utiliser ce vocable dans la mesure où l’unité et l’antagonisme des groupes « femmes » et « hommes » ne sont pas nécessairement avérés. Ne serait-il pas plus pertinent d’employer un vocabulaire plus « apaisé » à l’instar des approches dites « relationnelles » du genre, sans retomber toutefois dans le piège de l’essentialisation à travers l’idée de complémentarité des sexes5 ? Enfin, ces définitions relativement proches du genre et des rapports sociaux de sexe invitent à s’interroger en même temps sur les influences réciproques des deux traditions de recherche, notamment dans la période précédant l’adoption en France du concept de genre. Autant de questions auxquelles il est de toute façon difficile de répondre dans un ouvrage qui se veut, avant tout, une synthèse brève et originale des Gender Studies.

1 Voir par exemple Bereni L., Chauvin S., Jaunait A., Revillard A., Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, collection « Ouvertures politiques », 2008, 246 p. ; Guionnet C., Neveu E., Masculin/féminin. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, collection « U », 2009 (2004), 430 p. ; et, plus récemment, Clair I., Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 2012, 128 p.

2 Notamment Pfefferkorn R., Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2007, 413 p.

3 Notamment les études de Danièle Kergoat dont on pourra trouver un panorama dans son dernier ouvrage, Kergoat D., Se battre disent-elles, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2012, 353 p.

4 Entre autres, voir Fillieule Olivier et Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po., 2009, 361 p.

5 Telle est l’ambition par exemple d’Irène Théry : Théry I., La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Odile Jacob, 2007, 688 p. ; Théry I., « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? », Revue française de pédagogie, n° 171, avril-mai-juin 2010, p. 103-117.