Archives par étiquette : Stalinisme

Adrien Le Bihan, Isaac Babel. L’écrivain condamné par Staline, Paris, Perrin, 2015, 345 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Cette biographie d’Isaac Babel est due à la plume d’Adrien Le Bihan, qui, ayant déjà écrit sur James Joyce ou de Gaulle, a décidé de dresser le portrait de cet auteur juif soviétique – mondialement connu pour Cavalerie rouge1 – qui vécut tous les renversements de perspective de la Russie communiste, d’Octobre 17 aux dernières purges de 1939, dont il fut victime. Ce n’est pas la première biographie consacrée à cet écrivain, puisque l’universitaire Judith Stora-Sandor en 19682 ou Jérome Charyn en 20073 s’y étaient déjà attelés.

Né en 1894 à Odessa (ville incluse à l’époque dans la zone de résidence de l’Empire russe réservée aux populations juives, maintenant en Ukraine), dans le quartier juif de la Moldavanka, Isaac Babel passe son enfance à Nikolaïev, port industriel proche d’Odessa, à l’atmosphère « plus provinciale » selon Léon Trotsky – qui y étudia une année en 1896 avant l’année suivante de fonder l’Union ouvrière de la Russie méridionale, de tendance marxiste– mais qui n’en comptait néanmoins pas moins de « huit mille ouvriers d’usine et à peu près deux mille artisans. »4 Son père étant un courtier en machines agricoles relativement aisé, Isaac Babel, par ses études, d’abord dans une école religieuse (« Ah, les Talmuds moisis de mon enfance ! lira-t-on dans Cavalerie rouge) puis dans une école financière et commerciale, est plongé très tôt dans l’apprentissage des langues étrangères, la culture classique et les livres, écrivant ainsi ses premiers textes, en français, dès l’âge de 15 ans, avant d’en publier dans les Annales, la revue de Gorki, en 1916. Mobilisé en 1917, il se trouve sur le front roumain lorsque les bolcheviks déclenchent la révolution en octobre. Revenu d’abord à Odessa puis à Petrograd, accueillant cette révolution « avec enthousiasme » (p. 36), il se tourne de nouveau vers Gorki pour publier de nouveaux textes, en même temps qu’il devient une sorte de « compagnon de route » de la Tchéka5, en tant que traducteur.

Recruté à Odessa par l’antenne méridionale de l’Agence télégraphique russe (acronyme Rosta), l’organisme de propagande révolutionnaire, dirigée dans cette ville par Mikhaïl Koltsov, jeune (21 ans) agitateur bolchevique6, il est envoyé comme propagandiste aux côtés de la première armée de cavalerie rouge, la Konarmia de Semion Boudionny7 lors de l’offensive soviétique contre la Pologne (mai/septembre 1920). Il écrit alors pour le journal de la 6e division, Le Cavalier rouge, envoyant ses dépêches à Rosta du train affecté à la section politique, un « train peinturluré de slogans, qui transporte une section de radio et le matériel d’imprimerie d’où sortent Le Cavalier rouge et les tracts distribués en chemin. » (p. 63). Il vit et travaille, au début, dans ce train, avant d’être logé, ensuite, aux étapes, chez l’habitant des shtetls8 traversés. Ses articles évoquent, entre autres, les pogroms perpétrés sur les Juifs par les troupes polonaises et les cosaques de l’Ukrainien Petlioura, mais pas celui commis en septembre à Polonoe par des cosaques de la 6e division, accompagné de l’assassinat de son commissaire politique, aux cris de « Mort aux Juifs, aux communistes et aux commissaires ! » (p. 82). Cette division est dissoute de force et 700 soldats sont exécutés pour activités contre-révolutionnaires.

Ses premiers écrits issus de son expérience dans les troupes rouges datent de 1923, ainsi que des textes anti-religieux. Dans ces années-là, les revues littéraires abondent, qu’elles soient de tendance Proletkult (prolétarienne) comme En Sentinelle, d’avant-garde comme LEF (Front de gauche des arts) de Maïakovski et Ossip Brik, ou La Friche rouge de Voronski. Babel publie dans les deux dernières. Isaac Babel se rend-il compte qu’être appuyé par Voronski, soutien d’écrivains comme Boris Pilniak et Zazoubrine très mal vus par les « prolétariens », mais aussi (et surtout ?) éditeur de Léon Trotski (Littérature et révolution), ne peut que lui valoir de se retrouver au centre de conflits qui dépassent le seul domaine littéraire, alors que les attaques des partisans de Staline (Vorochilov entre autres) visent d’abord ses écrits de cavalerie ? Il est accusé de n’être ni dialecticien ni marxiste, d’être donc « idéologiquement étranger » à la cause du communisme et sa « haine des moujiks » l’apparenterait à Dénikine ! (p. 107). Pourtant, cette première attaque fait long feu. Son recueil de trente-quatre nouvelle, L’Armée de cavalerie (Cavalerie rouge) publié en 1926 sous les auspices de Fourmanov, l’auteur réputé de Tchapaïev, est épuisé en six semaines. Il y aura jusqu’à sept rééditions.

Isaac Babel, devenu un auteur reconnu, s’essaie à l’écriture de scénarios pour le jeune cinéma soviétique, parmi lesquels celui d’après son récit de voleurs, Bénia Krik, dont le contenu, considéré comme anti-soviétique, le fit retirer rapidement des salles (1927). Le scénario tiré du roman d’Upton Sinclair, Jimmie Higgins, a plus de chance : le film sort en 1928. Plus tard, l’adaptation de Boule de suif de Maupassant est abandonnée. Une pièce de théâtre, Le Crépuscule, est montée au Théâtre des ouvriers de Bakou en 1927, puis à Odessa et enfin à Moscou. Un séjour en France de juillet 1927 à octobre 1928 (Paris principalement, avec une courte escapade à Marseille) lui permet de flâner sur les quais, de rencontrer Boris Souvarine, Paul Vaillant-Couturier, Nino Frank, etc., d’entamer des recherches sur la Révolution française, à la Bibliothèque nationale, pour un récit (qui ne vit jamais le jour), de lire les auteurs ou livres français du moment. En juillet 1928 il assiste à la sortie de son recueil, traduit par Maurice Parijanine9 et rebaptisé Cavalerie rouge, chez Rieder10, dans la collection « Lettres étrangères » (p. 142). Il se dit déçu des réactions.

En URSS, Isaac Babel enquête dans les kolkhozes de la région de Kiev sur la collectivisation forcée, appuyée par les unités de l’Armée rouge de ses amis du temps de la guerre civile, les généraux Iakir et Primakov, et sur l’industrialisation autour du barrage hydroélectrique de Dnieprostoi. Bien qu’ayant fini par obtenir un appartement à Moscou (deux pièces au premier étage d’une maisonnette en bois11), il décide néanmoins de repartir pour Paris à la fin de 1932 et obtient, après plusieurs refus, son passeport, grâce à la persuasion de son ami Gorki auprès de Staline. Il participe à de nombreux meetings, pour le XVe anniversaire d’Octobre 17 ou en faveur de la jeune Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), où il rencontre André Malraux, André Gide ou d’autres « compagnons de route » célèbres. Isaac Babel, qui selon Adrien Le Bihan « n’est pas loin de considérer le stalinisme de ces années-là [période de la primauté donnée à l’industrialisation lourde] comme une civilisation » (p. 187) rencontre sans doute une oreille attentive auprès de ces intellectuels, mais ses échanges avec Boris Souvarine doivent être plus circonspects. Après une longue visite à Gorki dans sa résidence de Sorrente (dans le golfe de Naples) au printemps 1933, où il termine une pièce de théâtre (Maria), que Gorki, la trouvant mauvaise, ne défendit pas, il rentre à Moscou en août 1933. Il revient une troisième fois à Paris, en juin 1935, pour le célèbre Congrès international des écrivains pour la défense de la culture12, comme membre de la délégation soviétique, avec Boris Pasternak, qui n’est pas de ses proches, mais sans Maxime Gorki. Il sympathise avec l’écrivain communiste étatsunien Michael Gold [de son vrai nom Itzok Isaac Granich], rédacteur en chef de la revue New Masses, auteur d’un roman « prolétarien » autobiographique, Juifs sans argent (Jews Without Money), que le quotidien du Parti communiste français, L’Humanité, passa en feuilleton (de septembre à novembre 1922), après que les ESI (Éditions sociales internationales) l’aient publié au début de la même année.

Dans l’URSS de la fin des années trente, la stalinisation des cadres dirigeants va de pair avec l’élimination, progressive puis brutale, de la génération militante des années héroïques, dans les Grands procès publics, mais également dans les déportations et les exécutions à l’écart de toute mise en scène. Nikolaï Iéjov devient, en septembre 1936, commissaire du peuple à l’Intérieur, donc le dirigeant de la police politique, le NKVD, à la place de Guenrikh Iagoda. Isaac Babel, qui depuis la guerre civile a toujours côtoyé des tchékistes, est un ami d’Evguénia Feigenberg, devenue la femme de Iéjov. Il devient, selon l’expression d’Adrien Le Bihan, une « proie protégée » (p. 250), puisqu’il semble que Iéjov soit pour Isaac Babel une seconde protection (contre Staline), efficace, maintenant que Gorki est décédé. Mais deux ans plus tard Staline décide de remplacer Nikolaï Iéjov par Lavrenti Béria, et Isaac Babel est arrêté chez lui le 15 mai 1939, enfermé à la prison de la Loubianka. Tous ses écrits (manuscrits, correspondances …) sont saisis et jusqu’à aujourd’hui n’ont été retrouvés dans aucun dépôt d’archives ouverts aux chercheurs. Ses aveux (du moins ce que l’on en connaît13) ressemblent aux aveux extorqués à cette époque : dirigés et instrumentalisés pour correspondre à ce qui doit apparaître, même si tout n’est pas forcément utilisé pour confondre d’autres personnalités qui pourraient être incarcérées. Ainsi, il semble qu’il impliquât/qu’on lui fit impliquer Ilya Ehrenbourg et Sergueï Eisenstein mais pas Boris Pasternak… Ensuite, dans des lettres au Parquet (et de nouveau lors de son procès) Isaac Babel désavoue ses aveux mensongers, en particulier à propos de Sergueï Eisenstein et de la femme de Nikolaï Iéjov. Le 26 janvier 1940, il est jugé dans sa prison, par trois juges militaires, en vertu du fameux article 58 qui englobe le sabotage de l’économie socialiste, le terrorisme contre le Parti, l’espionnage, etc. Il est condamné à mort – alors que Staline et le Bureau politique ont déjà paraphé, dix jours avant, une liste de personnes à exécuter … dont Isaac Babel et Mikhaïl Koltsov – et exécuté le lendemain. Sa réhabilitation intervient en décembre 1954.

Adrien Le Bihan livre à ses lecteurs une honnête biographie d’Isaac Babel, confrontant autant qu’on puisse le faire sa vie d’écrivain soviétique inséré dans les différents cercles des privilégiés de l’intelligentsia (Mikhaïl Koltsov pour les journalistes/agitateurs, Sergueï Eisenstein pour les cinéastes, Maxime Gorki, Ilya Ehrenbourg pour les écrivains, pour ne citer que ceux-là), sa vie privée agitée (une femme à Moscou et une autre à Paris) et ses œuvres. En l’absence d’une plongée dans les archives, son récit s’arrime aux œuvres complètes d’Isaac Babel, et emprunte à une bibliographie (restreinte) sur le communisme soviétique, sur des témoignages de contemporains ainsi que des essais dont la pertinence de certains paraît douteuse, alors qu’il manque des travaux littéraires universitaires14. Par exemple, si Adrien Le Bihan caractérise correctement, on vient de la voir, les écrits d’auteurs comme Vitali Chentalinski, on s’étonne qu’en ce qui concerne la révolution ou la guerre civile, des évocations aussi partiales que celle du romancier Ivan Bounine (p. 45), qui trouva refuge chez les Blancs, avant de s’exiler en France, ou de Sergueï Melgounov15 (p. 35), émigré blanc lui aussi, soient données sans distance critique. Au sujet de la relation entre littérature et politique en URSS, il nous semble que l’Union des écrivains, qui dès 1934 réunit ceux que Staline invitait, dès 1932, à être les « ingénieurs de l’âme humaine » est largement négligée alors que c’est l’intermédiaire officiel entre le pouvoir et les écrivains. Adrien Le Bihan n’évite pas l’écueil de nous présenter un écrivain russe fameux, privilégié, confronté néanmoins à la censure de l’État/Parti, en butte, à cause d’un livre – Cavalerie rouge – à la haine farouche de Staline, lequel aurait attendu (pourquoi ?) la fin de la terreur de masse (la Iejovtchina) pour se débarrasser de lui. L’argument, central puisqu’il donne son sous-titre au livre (« L’écrivain condamné par Staline »), paraît court, à moins de croire que Gorki et Iejov ont pu, par-delà la haine de Staline, protéger Isaac Babel ? Guère convaincant non plus. Il reste néanmoins un livre agréable à lire, cohérent dans la maîtrise de son sujet et de sa problématique, aux nombreux éléments d’information sur quelques personnages fascinants, comme le passeur littéraire Alexandre Voronski16, le journaliste d’influence Mikhaïl Koltsov ou le chef de cosaques rouges Vitali Primakov17.

1Isaac Babel, Cavalerie rouge suivi de Journal de 1920, Arles, Actes sud, collection « Babel », 1997, 398 pages, 9,70 €.

2Judith Stora-Sandor, Isaac Babel : 1894-1941, l’homme et l’œuvre, Paris, Klincksieck, 1968. Cette auteur travailla sur Alexandra Kollontaï dans les années 1970 : Judith Stora-Sandor, Alexandra Kollontaï : Marxisme et révolution sexuelle, Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste, n° 25 », 1973, 286 pages.

3Jérome Charyn, Sténo sauvage. La vie et la mort d’Isaac Babel, Paris, Le Mercure de France, 2007.

4Léon Trotsky, Ma Vie, Paris, Gallimard/Le Livre de poche, 1966 (1ere édition chez Rieder, 1930), p. 125, 134.

5Acronyme de la Commission extraordinaire pan-russe pour la répression de la contre-révolution et du sabotage, créée en décembre 1917 par le Conseil des commissaires du peuple.

6Mikhaïl Koltsov devient dans les années trente un journaliste et un propagandiste reconnu. Il est envoyé en Espagne pendant la guerre. Il est arrêté pendant les purges et meurt en 1940 ou 1942. Ernest Hemingway dépeint Koltsov sous les traits de Karkov dans son roman sur la guerre d’Espagne, Pour qui sonne le glas (octobre 1940, chez Gallimard/folio, 1973).

7Orthographié aussi Boudienny.

8Un shtetl est une petite ville ou un quartier juif.

9Ce même Parijanine dont Léon Trotsky blâma la traduction de Ma Vie chez ce même Rieder.

10Les éditions Rieder, du nom de leur fondateur en 1913, Frédéric Rieder, publient des auteurs marqués à gauche, communistes comme Paul Nizan, Jean Richard-Bloch, pacifistes comme Romain Rolland ainsi que des romanciers populistes.

11Dans son roman policier qui se passe dans l’URSS des années trente, Le Royaume des voleurs (Éditions des Deux Terres, 2012, 10-18, 2013), le romancier William Ryan domicilie son héros moscovite, l’inspecteur Korolev, à la même adresse (4, Bolchoï Nikolo Vorobinski), mais la maisonnette est devenue un immeuble, et Isaac Babel est bien un de ses voisins (en réalité, l’auteur n’avait qu’un seul voisin, un représentant commercial autrichien).

12Sur cet événement primordial pour la culture anti-fasciste des années trente, lire Sandra Teroni, Wolfgang Klein, Pour la défense de la culture : les textes du Congrès international des écrivains, Paris, juin 1935, Éditions universitaires de Dijon, 2005.

13Les sources indiquées par Adrien Le Bihan en ce qui concerne les aveux (p. 304, 308) proviennent de Vitali Chentalinski, La Parole ressuscitée. Dans les archives du KGB, Paris, Robert Laffont, 1993 et d’un ouvrage russe (non traduit) de Sergueï Povartsov, Cause du décès : fusillé. Chronique des derniers jours d’Isaac Babel, Moscou, Terra, 1996. Sur leur fiabilité, on s’en tiendra à cette remarque de l’auteur : « Chentalinski, suivi par ceux qui promènent dans l’Histoire le lumignon des secrets d’alcôve (…) » (p. 308).

14Comme par exemple ceux de Simon Markis, spécialiste de la littérature russe juive ou de Deborah Levy-Bertherat, « Cavalerie rouge d’Isaac Babel, version dissidente de la légende populaire ? », Silène, n° spécial, « Une dissidence intérieure ? La littérature soviétique en résistance », janvier 2012, sur http://www.revue-silene.com/f/index.php?sp=comm&comm_id=90 , consulté le 18 octobre 2016.

15Son livre, La Terreur rouge en Russie, 1918-1924, édité en France en 1927, est actuellement au catalogue des éditions des Syrtes, qui publient des auteurs anti-communistes, chrétiens ainsi qu’Ernest Nolte ou Alexandre del Valle, néoconservateur au passé d’extrême droite.

16Sur ce bolchevique, lire Claude Kastler, Alexandre Voronski, 1884-1943. Un bolchevik fou de littérature, Grenoble, Ellug, 2000, ainsi que le compte rendu dans la revue électronique de Dissidences, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1035

17Cet officier de l’Armée rouge, qui périt lors des purges des années 1936-37, épousa Lili Brik (sœur d’Elsa Triolet) après le suicide de Maïakovski, le compagnon de cette dernière.

 

Sam Eastland, L’œil du tsar rouge (Eye of the Red Tsar), Paris, éditions Anne Carrière, collection « Pocket », 2011 (2010 pour l’édition originale), 416 pages, 7,80 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Sam Eastland est le pseudonyme choisi par l’écrivain britannique Paul Watkins pour signer ce roman, premier d’une série mettant en scène l’enquêteur Pekkala dans l’URSS de Staline. Cet épisode séminal nous transporte donc en 1929, alors que Pekkala purge une peine de 30 ans de camp1. Il est sorti de sa détention en Sibérie afin de mener à bien une mission bien particulière : élucider le mystère de l’exécution des Romanov. L’intrigue se divise alors en deux types de chapitres, les uns localisés dans le présent, les autres permettant des retours en arrière, dans le passé de Pekkala.

Ce dernier, fils d’un entrepreneur de pompes funèbres finlandais dans la Russie tsariste, fut en effet choisi par son père pour remplacer son frère aîné, chassé du corps prestigieux des régiments finlandais du souverain absolu. C’est ce qui lui a permis de faire la connaissance de Nicolas II, avec qui il noue très une vite une relation de confiance, et même d’amitié. Celui-ci le fait recruter par l’Okhrana, avec un statut unique, celui d’ « œil d’émeraude », c’est-à-dire d’agent ne rendant de comptes qu’au tsar lui-même. Pekkala dispose en effet d’une particularité, une mémoire visuelle prodigieuse, atout considérable pour ses investigations. La seule de cette époque qui est racontée concerne un individu recruté par la police secrète afin d’attirer à lui des apprentis terroristes, et qui se retourna finalement contre les autorités. Pekkala, après la chute du régime, tente sur les conseils de son souverain déchu de fuir à Paris retrouver sa fiancée, mais capturé par les gardes rouges, puis reconnu par son insigne (une maladresse plutôt étonnante de sa part), il subit les interrogatoires menés par un certain Staline, avant de se retrouver déporté. Une dizaine d’années plus tard, le voici donc, épaulé par son frère retrouvé et un jeune membre du Guépéou, chef cuisinier bridé, se mettant à la recherche de la vérité sur la disparition des Romanov. Très vite, une fois les corps de la famille identifiés, l’enquête se concentre sur Alexei, le tsarévitch, qui aurait survécu, et sur le trésor que Nicolas II aurait dissimulé.

Le choix de sa narration alternée et le sujet, éminemment intrigant2, font beaucoup dans l’intérêt de la lecture, car le style, pour sa part, est relativement terne et plat, avec en outre un certain nombre d’éléments bien peu crédibles (comment imaginer que Pekkala ait pu se laisser abuser par un Alexeï qu’il avait longtemps côtoyé ?). Hélas, L’œil du tsar rouge souffre de deux défauts rédhibitoires. Le premier est un déficit de documentation historique, qui nous vaut une série d’approximations ou d’erreurs. Ainsi, selon Sam Eastland, la révolution de février amène déjà au pouvoir les bolcheviques, et le passage du calendrier julien au grégorien est avancé d’un an ; dès leur arrivée au pouvoir, d’ailleurs, les bolcheviques mettent en place la collectivisation des terres, provoquant une famine de cinq millions de morts (p. 174). Par ailleurs, la proximité de Pekkala avec le tsar semble un peu trop familière, au vu des conventions et des préjugés sociaux, et on comprend mal la place d’un Staline en chef des interrogatoires, lui qui n’est pas « conseiller en chef au commissariat au peuple » (sic, p. 297), mais commissaire du peuple aux nationalités, en aucune manière lié aux activités de la Tchéka.

Il faut dire que cette tendance à traiter l’histoire réelle de manière bien légère entretient des liens étroits avec le second défaut majeur de ce roman finalement mineur, un parti pris anti-révolutionnaire profondément marqué. Le tsar ne nous est présenté que sous un jour intime et humain foncièrement sympathique, qui débouche sur un profond sentiment d’injustice quant à son sort ultérieur. Inversement, les bolcheviques sont ici de véritables barbares, ayant soif de sang et de viols (les gardes rouges ayant arrêté Pekkala s’y livrent très naturellement), avec cette figure de croquemitaine de la Tchéka (un « escadron de la mort » p. 53, ou Dzerjinski déjà « assassin polonais » lors de son affectation comme chef de l’organisme nouveau-né3), et condamnant la Russie nouvelle à un véritable calvaire. « Nous sommes tous victimes de la révolution. Certains en ont souffert, d’autres ont souffert pour elle, mais dans un cas comme dans l’autre, la souffrance est la même pour tous. » (p. 368).

Certains auteurs de romans policiers, anglo-saxons principalement mais également français, semblent éprouver le désir de traiter le réel révolutionnaire, communiste et stalinien de l’ex-Union soviétique à travers le prisme de leur imaginaire artistique, en suivant les enquêtes de policiers. C’est le cas de Sam Eastland, donc, avec cette série qui ne comporte pas moins de six romans4, mais aussi de William Ryan, avec l’inspecteur Korolev (trois romans déjà traduits5). Si le polar est bien une « littérature de la crise » (Jean-Patrick Manchette), il sera intéressant de suivre une certaine Weltanschauung sur la crise du communisme soviétique en questionnant les fictions historiques de Sam Eastland, William Ryan, Robert Littell6 ou Guillaume Prévost7. En effet, d’après l’historien Eric Aunoble, les représentations littéraires, « guident le regard sur l’événement »8. Mais quel regard ? Si ce premier récit de Sam Eastland livre une vision négative (véhiculant des clichés qui datent pour certains des débuts de la révolution d’octobre), en accord avec une image majoritaire (mais pas unanime) dans l’historiographie sur les phénomènes communistes (école dite « totalitarienne »), d’autres peuvent (peut-être ?) consolider ou adoucir voire, au contraire, infirmer la tendance. C’est ce qu’il nous appartiendra d’analyser, dans des comptes rendus ultérieurs.

1Dans un endroit imaginaire, la vallée de Krasnagolyana, pour une peine dont la sévérité évoque davantage les années 1930 que la décennie 20…

2Voir notre chronique du livre de Marc Ferro, La Vérité sur la tragédie des Romanov : http://dissidences.hypotheses.org/5284

3Sans oublier l’invention apparente d’un personnage de femme meurtrière, Rosa Schwartz, prenant plaisir à exécuter les officiers blancs.

4Outre L’Œil du tsar rouge, suivent, dans l’ordre, Le Cercueil rouge, Rouge Sibérie, Le Papillon rouge, La Bête de la forêt rouge et L’Icône rouge, tous parus aux Éditions Anne Carrière.

5William Ryan, Le Royaume des voleurs, Paris, Éditions des Deux Terres, 2011 (10-18, 2012), Film noir à Odessa, Paris, Éditions des Deux Terres, 2012 (10-18, 2013) et Les Enfants de l’État, Paris, Éditions des Deux Terres, 2014 (10-18, 2015).

6Robert Littell, Les Larmes des choses, Paris, Julliard, 1989, réédité sous le titre Requiem pour une révolution, Paris, Éditions Baker Street, 2014.

7Guillaume Prévost, La Berceuse de Staline, Paris, Nil Éditions, 2014 (10-18, 2015).

8Lire l’entretien d’Eric Aunoble sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/7004

Mary-Kay Wilmers, Nous les Eitingon (The Eitingons. A Twentieth-Century Story), Paris, Liana Levi, 2013 (2009), 478 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Pour les militants des différents courants trotskystes les plus au fait de leur passé historique, le nom de Leonid Eitingon, certes moins célèbre que celui de Ramon Mercader, n’en résonne pas moins à leur esprit d’une lugubre façon. Il s’agit en effet du maître d’œuvre de l’assassinat de Léon Trotsky orchestré par le pouvoir soviétique stalinien. Ramon Mercader fut la main qui frappe et Leonid Eitingon, son recruteur, en fut le pilote, l’organisateur sur le terrain. Si cet agent des « services » n’est donc inconnu ni des militants, ni des historiens des communismes ni de certains auteurs de fictions historiques1, ce serait par contre mentir que d’affirmer que Max Eitingon, psychanalyste ami de Sigmund Freud (le premier à le rejoindre à Vienne) et surtout Motty Eitingon, négociant international en fourrures, ne le sont pas2. Grâce au livre de Mary-Kay Wilmers, cofondatrice de la prestigieuse London Review of Books en 1979, nous en savons un peu plus, même si cette fresque historico-familiale n’est pas sans faiblesses.

Deux articles dans The New York Review of Books (revue non moins célèbre que sa consœur britannique), les 24 janvier et 16 juin 19883, sous la plume de Stephen Schwartz, ex-militant et journaliste gauchiste devenu propagandiste néo-conservateur, dénoncent la complicité des intellectuels européens avec ceux que l’auteur nomme les Killerati4 de Staline. Véhiculant les thèmes classiques d’un anticommunisme de type guerre froide, ces articles suscitent la polémique. En effet, Stephen Schwartz « révèle » que dans la famille Eitingon, Motty et Max ne sont en réalité que des agents sous couverture, travaillant sous les ordres de Leonid pour le Guépéou. Réfutées par Theodore H. Draper5, l’historien spécialiste du communisme étasunien, que nul ne peut soupçonner de philo-communisme, ces allégations n’interpellent pas moins Mary-Kay Wilmers, puisque sa grand-mère maternelle est une Eitingon, et que sa mère et ses sœurs vivaient à Moscou avant octobre 17.

Mary-Kay Wilmers, qui n’est pas une historienne, décide alors de « découvrir la vérité (à supposer qu’elle existe) (…) [ou] au moins rendre justice à ces hommes en décrivant leur vie du mieux possible » (p. 39). Une gageure, car les preuves qu’elle a « pu amasser sont souvent minces, voire contradictoires. » (p. 26) et l’on perçoit comme un regret. Outre des entretiens avec des membres de la parentèle Eitingon, y compris en Russie lors d’un voyage en 1991 (mai et novembre), elle utilise surtout des sources de seconde main, des ouvrages principalement ou par exemple le New York Times pour Motty Eitingon. Elle a pu consulter quelques archives du PCUS de la région de Gomel (Biélorussie) en 2001, ainsi que d’autres archives de l’institut Hoover (grâce à l’historien Theodore Draper) mais sans plus de précision sur ces sources primaires, dont elle ne donne pas les références.

Son livre entrelace trois récits, essayant de trouver des points de convergences entre les vies riches d’émotions de Leonid, Motty et Max Eitingon qui pourraient indiquer (ou infirmer) l’instrumentalisation des deux derniers au profit du premier. A l’origine, la famille Eitingon, qui appartient au milieu des marchands juifs, vit dans l’actuelle Biélorussie, qui appartenait sous le tsarisme à la « zone de résidence » assignée aux Juifs à partir de 1791. Assez vite spécialisés dans le commerce des fourrures, ces marchands progressent socialement, au point de faire partie de la bourgeoisie capitaliste de Lodz (Pologne actuelle)6, centre industriel à l’égal de Manchester. Après la Révolution de 1917, une partie des Eitingon quitte la Russie. Motty Eitingon (qui a été incarcéré avec son frère, grand-père de l’auteure) s’installe à New York dès 1920. Grâce à ses connaissances sur le commerce des fourrures et aux besoins de l’URSS en ce domaine, sa compagnie signe en janvier 1926 un contrat avec le gouvernement soviétique pour l’exportation de fourrures vers les Etats-Unis. Lors de la grande grève des ouvriers fourreurs juifs de New York en février 1926, dirigée par les communistes (contre l’avis de leur direction syndicale), il semble que Motty Eitingon se soit servi de son statut de plus important importateur de peaux pour obtenir que les ouvriers obtiennent satisfaction et mettent fin à leur grève. La rumeur persistante de collusion avec le communisme, voire avec les intérêts soviétiques, commence alors à prendre forme, alimentée par le fait qu’il ne cache ni ses amitiés ni ses fréquentations très progressistes, comme le scénariste autrichien exilé Franz Hoellering, le compositeur Marc Blitzstein, etc. (p. 208-209, 212-213). Son second mariage avec Béatrice Tepfer, sympathisante du régime soviétique (les jeunes mariés passent leur lune de miel en URSS en 1934), décrite comme ayant « beaucoup de contacts dans le milieu du spectacle de gauche » (p. 205) ce qui dans les années trente désignait concrètement les « compagnons de route » du communisme, ne fit que renforcer les suspicions … et l’intérêt du FBI, qui ouvre un dossier à son nom en 1942, le refermant en 1946, pour le rouvrir un an plus tard, puis de nouveau en 1954.

Max Eitingon, après des études de médecine à Leipzig, entre en relation avec Freud en 1906, mais termine sa thèse avec Jung. Devenu psychiatre, il s’installe à Berlin tout en continuant à échanger une nombreuse correspondance avec Freud7. Après la Première Guerre mondiale, Max Eitingon finance la création de la Policlinique de Berlin en 1920, qu’il dirige avec Karl Abraham8 . L’équipe autour de Max Eitingon considère la psychanalyse « comme une branche de la santé publique » (p. 178), et le traitement « était accessible aux chômeurs, aux ouvriers, aux étudiants, aux domestiques (…) à tout le monde, adultes comme enfants. » (p. 178). Remarquons au passage l’absence, dans cette partie du récit, de Wilhelm Reich, psychanalyste, marxiste et militant du Parti communiste allemand alors que celui-ci travaillait à Berlin à cette époque, en particulier avec Otto Fenichel, également collaborateur de Max Eitingon à la Policlinique (p. 182, 185). Les nombreux voyages de Max Eitingon à l’étranger ont donné matière à certains (Stephen Schwartz, par exemple) pour imaginer des rencontres avec un agent traitant du Guépéou (Leonid, peut-être ?) ou des missions secrètes, alors que les fonds illimités dont il dispose – et qui lui viennent de ses origines familiales – permettent à d’autres de prétendre à un contrôle du mouvement psychanalytique par Moscou ! Un séjour, surtout, intrigua. En septembre 1937, lorsque le général Miller, leader des Russes blancs exilés à Paris, disparaît (enlevé par les Soviétiques), Max Eitingon et son épouse Mirra sont à Paris, en compagnie de leurs amis Nadejda Plevitskaïa et du général Skobline, qui travaillent, eux, réellement pour le Guépéou. Mary-Kay Wilmers, bien que n’ayant trouvé aucune preuve de l’implication du psychanalyste dans cette affaire, n’en demeure pas moins perplexe et concède que Max Eitingon possédait le profil de certains agents (riche, amoureux de l’art, une certaine incarnation de l’esprit moderniste viennois). Pour elle, le mystère reste entier (p. 239-259).

Sur Leonid Eitingon, Mary-Kay Wilmers retrace son parcours, bien connu, depuis son entrée dans la Tchéka en mai 1920 jusqu’à ses arrestations (la première lors du « complot des blouses blanches » en 1951, la seconde comme membre du groupe de Beria en 1953), sa libération en 1964 et son décès en 1981, en passant par son rôle majeur en Espagne et dans l’assassinat de Léon Trotsky. Mais aucun éclairage nouveau dans cette évocation.

Mary-Kay Wilmers a tenté une mise en récit ambitieuse de trois vies, emblématiques selon elle du XXe siècle, puisque reliées au capitalisme étasunien (Motty Eitingon), au communisme soviétique (Leonid Eitingon) et à la psychanalyse (Max Eitingon). Trois figures d’une modernité certaine, trois vies riches et richement vécues, plus ou moins proches du pouvoir, des pouvoirs. Même s’il s’y glissent trop d’erreurs factuelles, d’approximations et une confiance excessive dans une bibliographie souvent peu scientifique9, le récit est vivant, jamais ennuyeux, avec des informations sur quelques aspects du mouvement ouvrier et communiste étasunien. Pourtant, nous savons que toute « mise en récit obéit à des règles : schèmes logiques, méthodes explicatives, choix des sources, sélection des documents, croisement des données, mises en relation logiques entre événements et discours sur les événements, preuves, etc. »10. N’ayant que partiellement réussi à mettre en application ces règles de base de toute recherche historienne – sur un sujet il est vrai ardu, les agissements des services secrets soviétiques – Mary-Kay Wilmers échoue dans cette (en)quête d’une vérité familiale qu’elle pensait quand même appréhender11. Sur un sujet similaire, on peut comparer avec le récit d’Ivan Jablonka, parti sur les traces de ses grands-parents12. Au net avantage de celui-ci.

1L’implication de Leonid Eitingon dans la préparation et l’exécution de l’assassinat de Léon Trotsky est retracée dans l’extraordinaire roman de Leonardo Padura, L’Homme qui aimait les chiens (Métailié, 2011), tandis que Gani Jakupi l’intègre dans sa bande dessinée, également sur le meurtre de Léon Trotsky, Les amants de Sylvia (Futuropolis, 2010). Les comptes rendus se trouvent pour le premier ouvrage sur http://dissidences.hypotheses.org/616, et pour le second, sur https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=711

2On citera pourtant un article concernant Max Eitingon : Jacques Chemouni, « Le psychanalyste Eitingon a-t-il participé à l’assassinat de Léon Trotsky ou à des actions d’espionnage au profit du régime stalinien ? », Cahiers Léon Trotsky, n° 77, avril 2002, p. 35-63. Jacques Chemouni est l’auteur de Trotsky et la psychanalyse, Paris, Éditions In Press, 2004 (Jean-Guillaume Lanuque avait chroniqué ce livre sur l’ancien site de Dissidences).

4Par ce jeu de mots, l’auteur entend rapprocher les agents soviétiques de l’époque stalinienne d’un mythe propagé par les adeptes des théories complotistes, la société des Illuminati, qui serait composée de noyaux infiltrés au plus haut niveau des États ou des banques aux fins de domination mondiale.

6Sur l’expansion capitaliste de Lodz (grâce au textile) et sur ses luttes ouvrières, on lira les romans de Israël Joshua Singer, Les frères Ashkenazi (Le Livre de poche-Biblio, 2015) et de Wladyslaw Reymont, La Terre promise (éditions Zoe, 2011), dont s’est inspiré le cinéaste polonais Andrzej Wajda pour La Terre de la grande promesse (1975).

7Sigmund Freud-Max Eitingon, Correspondance, 1906-1939, Paris, Hachette/Littératures, 2009, 976 p.

8Ne connaissant pas encore la correspondance Freud-Eitingon, Jean-Michel Palmier, dans son Wilhelm Reich de 1969 (UGE/10-18) ne mentionne que Karl Abraham comme directeur (p. 49).

9Parmi les erreurs ou approximations, relevons celle sur les Soviétiques obligés de « rédiger des « autobiographies » » (p. 115) alors que seuls les membres du parti communiste devaient s’y astreindre, Borodine qualifié de « plus illustre agent » du Komintern (p. 131), alors qu’ils étaient des centaines de même statut, l’existence de trotskystes dans les Brigades internationales en Espagne (p. 265), « révolution perpétuelle » au lieu de « révolution permanente » (p. 282), etc. Quant à la bibliographie, s’appuyer sur des spécialistes de l’anticommunisme de guerre froide comme Isaac Don Levine, John Costello, Cyrille Henkine ou sur des récits de transfuges comme Alexandre Orlov ou Walter Krivitsky est la marque d’un certain laisser aller, ce qui est plutôt étonnant de la part de la responsable de la London Review of Books.

10Arlette Farge, « Écrire l’histoire », Hypothèses, n° 7, 2004/1, p. 317-320.

11Mais n’était-ce pas biaisé d’avance que de suivre pour cela un fil rouge complaisamment tendu par un publiciste anticommuniste, féru de complots de surcroît ?

12Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Une enquête, Paris, Éditions du Seuil, 2012, coll. « Points Histoire », 2013.

Jacques Baujard, Panaït Istrati. L’amitié vagabonde, Paris, Transboréal, collection « Compagnons de route », 2015, 187 pages, 14,90 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet essai biographique, parsemé de nombreuses citations, s’attache avec beaucoup d’empathie à la figure de l’écrivain roumain de langue française, Panaït Istrati (1884-1935). Au fil des pages, on suit ainsi son parcours de Braïla à Paris, en passant par l’Égypte, l’URSS… et même Conflans-Sainte-Honorine, lieu de naissance de l’auteur, Jacques Baujard, tant celui-ci s’est impliqué, engagé dans ce livre, écrit au présent de l’amitié et de la lutte.

Le lecteur accompagne donc Panaït Istrati, au croisement de la révolte, des voyages et de l’amitié… puis de la littérature, car longtemps durant, « le vagabond récolte des histoires et cueille des anecdotes. Dans quelque temps viendra le désir de partager la moisson d’histoires de vive voix; viendra ensuite l’envie de les raconter au plus grand nombre et de les écrire » (p. 51). Ce n’est, en effet, qu’en 1921, à l’âge de 37 ans, encouragé par Romain Rolland (1866-1944), avec qui il est entré en correspondance, qu’il se met à écrire des récits – récits qu’il rédige en français, qu’en « autodidacte farouche » (p. 68), il a appris seul, en quatre mois – dont l’un d’eux est publié dans L’Humanité. Son premier roman, Kyra Kyralina, préfacé par Romain Rolland, est publié en 1923, et connaît d’emblée un large succès. Il faut dire qu’Istrati est un conteur magnifique, qui trempe sa plume dans la culture populaire balkanique – et ses fameux haïdoucs, sorte de Robin des Bois – ainsi que dans les péripéties, anecdotes, rencontres et accidents de ces nombreux périples à travers l’Europe et la Méditerranée.

En octobre 1927, par l’intermédiaire de l’ambassadeur soviétique à Paris, Christian Rakowski (1873-1941), qu’il a connu une vingtaine d’années plus tôt, au sein du mouvement socialiste roumain où tous deux militaient alors, Panaït Istrati est invité en URSS. Il y passera au total 16 mois (en 1927 d’abord, puis d’avril 1928 à avril 1929), parcourant le pays – contrairement à la grande majorité des intellectuels, compagnons de route, qui, dans ces années-là, n’y restaient que quelques semaines, et essentiellement à Moscou – y rencontrant l’écrivain grecque Nikos Kazantzaki (1883-1957), en compagnie duquel il voyagera sur place. Il se lie également à l’opposant révolutionnaire Victor Serge (1890-1947), qui catalyse sa découverte du déconcertant mensonge de l’URSS stalinienne. De retour en France, Panaït Istrati écrit, en 1929, Vers l’autre flamme, en trois volumes, mais dont, en réalité, seul le premier – Confession pour vaincus – est de lui ; les deux autres sont de la plume des opposants : Boris Souvarine (1895-1984) et Victor Serge. Il devînt dès lors la cible d’attaques et de calomnies, qui durèrent jusqu’à la fin de sa vie. Comme l’écrit joliment son biographe : « Personne ne lui a appris à danser sous la pluie ; il est de ceux qui forcent les tempêtes » (p. 127). Il en garda cependant une certaine amertume.

Est-ce justement en partie cette amertume qui le désorienta quelque peu ? Ainsi, il mît en avant, à partir de 1932, son concept ambigu d’« homme qui n’adhère à rien », et refusa toute organisation (p. 141) – alors que le fascisme gagne du terrain et le nazisme s’installe. Il ira jusqu’à solliciter une rente au roi Carol, collaborer à la revue fascisante Croisade du roumanisme, et déclarer que « les mots « gauche » et « droite » n’ont plus aucun sens », préférant la franchise des fascistes à l’hypocrisie des communistes… (p. 148-152). Certes, Jacques Baujard a raison d’insister sur la nécessité de contextualiser ces propos, et d’affirmer qu’Istrati n’a jamais été antisémite, et ne peut être considéré comme un fasciste. Cependant – et c’est la principale critique (la seule ?) que l’on peut émettre à son livre – il se montre étonnamment peu sévère, et tend à minimiser un tel fourvoiement.

Cet essai, jusque dans son titre, est aussi un éloge de l’amitié et du voyage. Et de la littérature ; au moins d’une certaine littérature, qui est le contraire de l’acte isolé (p. 91), et qui ne cesse de bousculer la frontière entre la fiction et le vécu. Il convient également de souligner le soin et la finesse du travail d’édition : deux jeux de couleurs, une carte des voyages d’Istrati, et, en fin de volume, de riches miscellanées. Ce livre constitue une belle introduction à la vie et à l’œuvre d’Istrati; œuvre qu’il donne envie de (re)découvrir et, en ce sens, n’a-t-il pas rempli sa mission, réaliser son pari ? Un livre attachant donc sur un personnage captivant.

Apocalypse, Staline : Une histoire en miettes ? A propos du documentaire de Isabelle Clarke et Daniel Costelle, Apocalypse Staline : I. Le Possédé, II. L’homme rouge, III. Le maître du monde, trois fois une cinquantaine de minutes (France 2, mardi 3 novembre 2015, 20h 55).

Un billet de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

« Lénine et une poignée d’hommes ont plongé un continent dans le chaos. (…) Tels des cavaliers de l’Apocalypse, les bolcheviques sèment la mort et la désolation (…) pendant vingt ans. » (I. Le Possédé, 47e et 48e minute).

France 2, une des chaînes du service public audiovisuel France Télévisions, vient de proposer aux téléspectateurs (le 3 novembre 2015) le quatrième volet de la série documentaire1 de Daniel Costelle et Isabelle Clarke, Apocalypse, dont le nom lui-même indique sans ambages l’ambition première. En effet, il s’agit de (re)lire le « siècle des extrêmes » sous l’angle principalement meurtrier. Par le choix assumé des deux journalistes/documentaristes, les deux guerres mondiales, Hitler, Staline (et prochainement la guerre froide) se colorent ainsi d’une tonalité à base de chaos, d’hubris, de folie, de haine et de volonté sanguinaire de conquérir le pouvoir et de s’y maintenir à tout prix. S’agissant de Joseph Vissarionovitch Djougachvili dit Staline, mais aussi d’Octobre 1917, des bolcheviques et de l’hypothèse communiste, la complexité de cette Histoire disparaît derrière une seule grille de lecture et se présente comme une évidence : le Mal s’est abattu sur la Russie de la première moitié du XXe siècle2.

I – Situer une méthode ou que faire des images ?

Comme pour les précédents volets, les images d’archives animées collectées, triées et choisies par les techniciens ont toutes été colorisées. Elles proviennent de différents fonds, entre autres ceux du British Film Institut, du Gosfilmofond de Russie, du Bundesarchiv-filmarchiv d’Allemagne, de Gaumont Pathé, etc. Les photographies sont extraites de banques d’images comme Corbis, Getty Images ou du RGASPI3 de Moscou. Même si le rendu de ces images colorisées peut sembler positif quant à l’appréhension facilitée des jeunes générations (c’est d’ailleurs l’argument d’autorité martelé par les réalisateurs dans les entretiens qu’ils accordent à la presse : il s’agit de « carrément séduire un jeune public » [Daniel Costelle, cité par l’historien Georges Didi-Huberman]4), il n’en demeure pas moins que ce type de traitement appliqué à des documents historiques subit de vives critiques de quasiment tous les historiens spécialistes de l’image. Contrairement à une idée reçue (qui apparemment perdure, malgré les travaux déjà anciens de Marc Ferro5, de Laurent Gervereau6 ou de Georges Didi-Huberman7), une image ne véhicule pas de discours vrai. C’est une source historique qui répond à des logiques et à des enjeux de production, ainsi qu’à des règles d’interprétation. Comme l’archive papier, ni plus ni moins mais en respectant sa particularité, l’archive filmique nécessite donc un travail de contextualisation, y compris de sa production, une critique interne et externe et bien sûr une mise en perspective. Cette procédure est vraiment le b.a.-ba de tout travail sur l’image (qu’elle soit fixe ou animée) que chaque étudiant en histoire se fait fort d’apprendre et de respecter. Mais lorsqu’un historien et sociologue de l’image, le suisse Gianni Haver, ose rappeler ces vérités basiques à Daniel Costelle en 2009 à propos du volet sur la Deuxième Guerre mondiale, le réalisateur s’énerve et le lendemain, dans un journal, traite Gianni Haver d’« obscur petit prof » !8 Isabelle Clarke, quant à elle, avait par avance, dans Libération, exposé sa conception du traitement des traces laissées par l’histoire des hommes : « Je ne supporte pas les intégristes qui refusent de toucher aux archives »9. Avec le recul, on apprécie le sens de la mesure dans l’emploi du terme « intégriste »…

Avec Georges Didi-Huberman, nous croyons que « les images nous rendent l’histoire visible »10, et qu’elles ont donc un rôle crucial. Encore faut-il ne pas les maltraiter en leur rendant « une fausse unité, un faux présent de reportage et de mondiovision »11. Ces critiques, énoncées il y a six ans, restent valables pour ce volet sur Staline, dans lequel, communisme oblige, sans doute, le rouge apparaît souvent un peu surexposé (une volonté d’accentuer sa proximité d’avec la couleur du sang ?). Des effets sonores de synthèses recomposés ont également été ajoutés, et les bruits de pas, en particulier, paraissent bien seuls dans les scènes de foules ou de groupes, émettant sans nul doute d’autres sons (froissements de vêtements, tintements d’armes, éclats de voix…). Là aussi, l’audio original a été effacé au profit d’une reconstruction arbitraire. Le marketing qui accompagnait la diffusion du documentaire insistait également sur le caractère inédit de certaines images, mais force est de reconnaître qu’elles sont fort peu nombreuses12. Surtout, et c’est là une autre critique majeure que l’on peut faire à Apocalypse Staline, ces images ne sont le plus souvent pas référencées13 : seuls certains noms d’individus sont ajoutés, ainsi que les extraits de longs-métrages soviétiques, mais pour le reste, commentaire en voix off de Mathieu Kassowitz, à la recherche d’un spectaculaire volontiers dramatisant, et images utilisées semblent en (grande) partie déconnectées. Où est donc la (supposée) volonté pédagogique ?

II – Rétablir « la véritable histoire » du bolchevisme et de Staline ?

La guerre entre l’Allemagne nazie et l’URSS de Staline est au centre de la construction narrative, selon une structure a priori intéressante : les différents événements de la Seconde Guerre mondiale sont régulièrement l’occasion de retours en arrière, permettant de composer, de façon quelque peu éclatée, le portrait et l’itinéraire de Joseph Staline, mais également de revenir sur Octobre 17. Ainsi, le récit de la résistance de Stalingrad à l’hiver 1942 permet le retour à Tsaritsyne (ancien nom de la ville) où Staline dirigea la lutte durant la guerre civile, et s’opposa d’ailleurs à Trotsky, tandis que des images du siège de Léningrad entre 1941 et 1944 par les nazis sont précédées de l’évocation du changement de nom de Petrograd devenue Léningrad, conséquence d’une « déification » de Lénine, selon les auteurs.

Toutefois, nos critiques s’arriment aux choix analytiques privilégiés par les deux réalisateurs, ainsi qu’aux erreurs. En premier lieu, pour expliquer le parcours de Staline, l’accent est mis principalement sur sa personnalité. L’évocation de son enfance et de son passage au séminaire sont justes14, les images de cette époque précieuses15, et les considérations sur son caractère généralement pertinentes16, mais le propos devient très vite partisan, lorsque Staline adhère au Parti social-démocrate. La grille de lecture appliquée par Isabelle Clarke et Daniel Costelle au mouvement communiste au sens large est en effet franchement biaisée. Le Manifeste du Parti communiste appelle à la fin de la propriété privée (en général, une distorsion traditionnelle chez les contempteurs du socialisme, puisqu’il s’agit de celle des moyens de production), les militants du POSDR « endoctrinent » les ouvriers, Lénine est un « exalté », qui « apprécie son [à Staline] sectarisme marxiste » (alors qu’il reconnaît surtout son efficacité pratique) et qu’il charge prétendument de surveiller Trotsky à Tsaritsyne durant la guerre civile17… Autrement dit, l’histoire se fait ici purement idéelle, idéologique, voire manipulatrice, policière, sans réelle – et nécessaire ! – mise en contexte. C’est particulièrement le cas sur la question des expropriations, que Staline et les bolcheviques étaient loin d’être les seuls à pratiquer, dans une période de reflux de la révolution de 1905, ce qui est totalement passé sous silence. Les socialistes-révolutionnaires, salués, plus avant dans le commentaire, comme des « modérés », n’hésitaient pas eux aussi à pratiquer des expropriations pour financer leur parti, de même que de nombreuses autres organisations révolutionnaires. Ces activités deviennent, retravaillées par les auteurs, des « actes de pur banditisme » et Staline devient rien de moins qu’un « des parrains du banditisme georgien »18…. Si les quelques extraits (l’attaque de la banque de Tiflis en juin 1907) d’un film du réalisateur soviétique arménien Stepan Kevorkov, Connu personnellement, sont bienvenus, il n’eut pas été inutile de préciser qu’il s’agit, en 1957, du premier film19 d’une trilogie consacrée au révolutionnaire géorgien d’origine arménienne, Sémion Ter Petrossian dit Kamo20, un des responsables de ces expropriations.

En outre, plusieurs erreurs pures et simples sont repérables. Petrograd aurait été nommé ainsi après la révolution de février (alors qu’elle le fut en fait au tout début de la guerre mondiale), Lénine et Trotsky seraient les inventeurs du « mythe néfaste de la dictature du prolétariat »21 (au lieu de Marx), le procès de mars 1938 aurait abouti à la mort entre autres de Zinoviev, Kamenev et Toukhatchevski (tués respectivement en 1936 et 1937 lors d’autres procès), le meilleur culminant autour de Léon Trotsky, « militaire dans l’âme » (sic), lui dont la seule formation en la matière, avant la création de l’Armée rouge, était d’avoir été correspondant de presse durant les guerres des Balkans. N’affirme-t-il pas, dans Ma vie, lorsqu’il évoque sa nomination au poste de Commissaire du peuple à la Guerre : « Étais-je préparé pour le métier des armes ? Bien entendu, non ! »22. En outre, Léon Trotsky devient l’initiateur de l’offensive contre la Pologne23 (il y était opposé !), et le chef de la répression de Cronstadt (à laquelle il n’a en fait pas participé, même si il l’approuva24), tout en étant présenté comme l’unique partisan du communisme de guerre et de l’extension de la révolution au monde, un point de vue pourtant partagé, du vivant de Lénine, par tous les dirigeants bolcheviques !25

III – Conclure : Une lecture criminogène du temps de l’homme rouge ?

Ces légèretés et ces erreurs manifestes témoignent d’un réel manque de sérieux dans le travail de recherche et de préparation. Pourtant, le générique nous l’apprend, le documentaire est placé sous la supervision d’Olivia Gomolinski. Cette doctorante travaille à une thèse sur le dirigeant bolchevique Alexandre Lozovsky, secrétaire général de l’Internationale syndicale rouge (le Profintern). Bien que ses recherches n’aient pas encore reçu l’aval final de ses pairs, elle a néanmoins déjà rédigé des articles sérieux et documentés ainsi qu’une contribution à la récente somme codirigée par Alya Aglan et Robert Franck, 1937-1947. La guerre-monde, I. Nous sommes donc légitimement étonnés qu’elle puisse avoir donné son aval à la soi-disant historicité d’Apocalypse, Staline. Quel fut son rôle véritable ? N’a-t-elle donnée qu’une sorte de « caution morale », sans chercher à en savoir plus ? Pour l’instant, à notre connaissance, elle ne semble pas être intervenue dans les controverses qui entourent ce volet documentaire. Quant aux sources historiographiques mobilisées pour l’occasion, il s’agit principalement des biographies de Staline par les auteurs anglo-saxons Robert Service et Simon Sebag Montefiore, par Jean-Jacques Marie et Boris Souvarine, ainsi que des témoignages recueillis par Svetlana Aleksievitch26 (prix Nobel de littérature en octobre 2015). Robert Service27 et Simon Sebag Montefiore28 ne sont nullement des historiens dont les recherches novatrices ou les angles d’approches inédits permettraient d’appréhender différemment le bolchevisme et le stalinisme. Leurs ouvrages, qui appartiennent à la catégorie de l’histoire politique la plus traditionnelle, sont en outre très anticommunistes, sans aucune distance critique, puisque pour eux Octobre 17 représente la matrice principielle du « totalitarisme » soviétique. La présence de Boris Souvarine, qui appartient au corpus des auteurs anti-staliniens revendiqués par la gauche dissidente depuis des décennies (écrit militant donc) et de Jean-Jacques Marie, historien sérieux mais qui n’a jamais fait mystère de son militantisme trotskyste, peut étonner. Néanmoins, dans la mesure où il est impossible de savoir précisément ce que les documentalistes (Valérie Combard et Marie-Cécile Bouguet) ont extrait de leurs ouvrages (excepté pour la formule de Boris Souvarine que nous citons plus haut), on peut raisonnablement penser que leur qualité reconnue d’anti-staliniens vaut brevet d’objectivité et peut apporter une légère touche progressiste à l’entreprise documentaire de Daniel Costelle et Isabelle Clarke.

Las ! Apocalypse Staline semble chercher en priorité à susciter la sidération chez le téléspectateur, à le choquer, à l’émouvoir (l’insistance sur le sort des enfants), afin de bien lui faire comprendre le caractère barbare de Staline et du bolchevisme. Pour ce faire, le tableau à charge est encore alourdi d’accusations fausses mais qui valent circonstances aggravantes. Ainsi, « des famines » ont été organisées par les bolcheviques en Ukraine (il n’y en eut qu’une en 1932-3329), et le Birobidjan, « État » juif d’URSS, fut soi-disant peuplé par la déportation des juifs soviétiques. De nouveau, la méconnaissance totale de la question abordée est flagrante. Ce furent en réalité des volontaires encouragés par la propagande soviétique, dès la décision prise par Staline en 1934. Comment ignorer l’intérêt, voire l’enthousiasme que le projet d’une région autonome (oblast en russe) juive, avec le yiddish comme langue, pouvait légitimement susciter parmi la population juive, non seulement d’URSS mais d’ailleurs ? Même si le projet sioniste de construire un État juif en Palestine séduisait également nombre de juifs de la diaspora, la propagande en faveur du Birobidjan fut très active dans les milieux juifs communistes de par le monde. Aux États-Unis, par exemple, un Comité américain pour l’installation des juifs au Birobidjan fut créé à New York en février 1934. Quant aux développements sur Hitler et les nazis, qui pouvaient de prime abord sembler quelque peu hors sujet (ou redondants avec Apocalypse Seconde Guerre mondiale), ils servent une problématique claire : montrer les parallèles entre deux barbaries, l’une ne pouvant être écrasée que par une autre de même nature, sinon plus violente encore… Il s’agit bien ici de jouer sur la corde sensible, de provoquer dégoût, horreur et peur30, à l’aide d’une véritable mélodramatisation des événements, sans aider à la compréhension profonde et plurielle des phénomènes historiques, ce qui explique également le grand nombre de raccourcis explicatifs31.

Dès lors, la réflexion sort clairement vaincue de ce documentaire. Le parti pris des auteurs est clair : construire une œuvre de combat. Le poids du passé russe et de ses tsars successifs est inexistant, la révolution de 1905 totalement ignorée, le creuset de 1914-1918 négligé (un comble pour de tels documentaires !), la prise du pouvoir bolchevique réduite à un coup d’État, l’exercice du pouvoir par Lénine et ses camarades seulement capable de meurtres32 et de destructions (d’où les formules absolument ahurissantes que nous avons placé en exergue) sans que les étapes du régime de dictature ne soient explicitées, ni les responsabilités des puissances occidentales33 ou des armées anti-bolcheviques dans l’embrasement de la guerre civile et les actes de « terreur » suffisamment développées. Le vrai testament de Lénine, selon les réalisateurs, n’est donc pas celui des recommandations évoquées dans Le Dernier combat de Lénine, de Moshe Lewin, mais dans la « purge permanente » et l’épuration du corps social. Dès lors, la « part de responsabilité » de Lénine et Trotsky dans l’émergence du pouvoir de Staline (une idée appuyée sur une citation de Boris Souvarine) est un des seuls éléments explicatifs du phénomène stalinien, à qui tous les malheurs de l’URSS sont attribués, sans mise en perspective plus large.

Apocalypse Staline, prototype presque parfait d’histoire-spectacle et caricature d’histoire réelle, dont la structure complexe vire peu à peu à un procédé confus de collage d’éléments mis bout à bout (en particulier dans la troisième partie), s’inscrit ainsi, à l’instar de son prédécesseur Staline le tyran rouge34, avec qui il partage bien des similitudes, dans le courant d’une perception du communisme comme intrinsèquement criminogène. Il est donc logique que ce documentaire soit le pendant du travail écrit d’Henri Wolton, Une Histoire mondiale du communisme, car le hasard du calendrier (sortie pour les deux en novembre 2015) n’y est pour rien, mais bien plutôt la similitude de l’intention. Cela dispense-t-il pour autant d’appliquer les normes de la recherche historique ? Il semble que oui… Il n’est pas si étonnant, alors, que Danielle Costelle, Isabelle Clarke et leurs documentalistes aient fait l’impasse sur les travaux dont rendent compte, par exemple, depuis des années, les Cahiers du monde russe35, ou sur les dernières recherches novatrices en histoire sociale : celles  des meilleurs connaisseurs actuels de la société soviétique, François-Xavier Nérard ou Alexandre Sumpf36, celles de Juliette Denis37 sur les violences en URSS ou de Vanessa Voisin38 sur l’épuration de guerre, toutes deux ayant eu accès aux archives de films documentaires soviétiques, celles de Valérie Pozner39 sur le cinéma, etc. Toutes problématiques qui pouvaient nourrir un véritable travail historique, mais à condition de miser sur l’intelligence du spectateur, et pas seulement sur ses affects. Ici, comme toujours, un certain silence est fondateur de sens.

1En 2011, à l’occasion du second volet de la série Apocalypse, qui s’intéressait à Hitler, nous avions anticipé avec un peu d’avance sur le sujet d’un épisode ultérieur (voir notre recension sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1471 ). Entre-temps, en effet, Isabelle Clarke et Daniel Costelle avaient livré celui consacré à la Première Guerre mondiale.

2Avec un trou noir étonnant pourtant : les dernières années, celles qui vont de 1945 à 1953, sont quasi totalement négligées.

3C’est le centre des Archives d’État russe pour l’histoire sociale et politique.

4Georges Didi-Huberman, « En mettre plein les yeux et rendre Apocalypse irregardable », Libération, 21 septembre 2009.

5Marc Ferro, Cinéma et Histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 1993.

6Laurent Gervereau, Histoire du visuel au XXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Points-histoire », 2003 (2000) et Voir, comprendre, analyser les images, Paris, La Découverte, 1994, réédité souvent depuis.

7Georges Didi-Huberman, L’Œil de l’histoire, tome 1, Quand les images prennent position, Paris, Minuit, 2009.

8L’incident a lieu sur la radio suisse romande le 25 septembre 2009, et la réponse de Daniel Costelle paraît dans Le Temps du 26 septembre 2009 : sur cet événement, lire https://blogs.mediapart.fr/edition/usages-et-mesusages-de-l-histoire/article/031009/touche-pas-apocalypse

9Libération, 8 septembre 2009.

10Georges Didi-Huberman, art. cité.

11Georges Didi-Huberman, art. cité.

12On notera pourtant d’étonnantes images d’un Moscou rêvé, projet d’architecture usant d’effets spéciaux, mais sans précision chronologique.

13Il en est d’ailleurs de même pour les diverses citations, au sujet desquelles seul l’auteur nous est connu, sans précision de date ni recul critique. Ainsi, que penser de la déclaration selon laquelle Staline et ses partisans doivent être fusillés, attribuée à Trotsky par… le secrétaire de Staline, déclaration faite de surcroît après le passage à l’Ouest du dit secrétaire (il s’agit de Bajanov) ! Quant à Staline qualifié de « meilleur disciple de Lénine » en 1922, on s’interroge sur l’origine de la déclaration…

14Curieusement, rien n’est dit sur le truquage de sa date de naissance, repoussée de 1878 à 1879.

15Ainsi cette photographie de Staline enfant de chœur en 1892.

16 Relevons tout de même une pseudo contradiction d’un Staline athée se mariant à l’église, puisque dans la Russie tsariste, le seul mariage légal était le mariage religieux !

17Staline était chargé d’y collecter du grain pour Moscou, mais contrairement à ce qui est dit dans le documentaire, échoua à remplir ses objectifs.

18I – Le Possédé, 27e à 29e minute.

19Suivront Mission spéciale en 1965 et Dernier exploit de Kamo en 1973.

20Sur Kamo, lire le récit, déjà ancien, de sa vie aventureuse par Jacques Baynac, Kamo. L’homme de main de Lénine, Paris, Fayard, 1972. A l’époque, Jacques Baynac est militant dans la mouvance ultra-gauche et s’intéresse aux révolutionnaires russes : il rédige en 1979 le premier volume sur Les socialistes-révolutionnaires (1881-1917), chez Robert Laffont.

21Réflexion attribuée à Boris Souvarine par les auteurs, sans que l’on connaisse, une nouvelle fois, la source précise.

22Léon Trotsky, Ma vie, Paris, Gallimard, coll. « Le Livre de poche », 1966 [1953], p. 404.

23Celle-ci est en outre présentée comme victime pure et simple du conflit, alors qu’en réalité, elle a attaqué en premier la Russie soviétique.

24Revient également dans le commentaire l’idée erronée selon laquelle les marins de 1921 sont les mêmes que ceux de 1917 ; quant à la question du risque potentiel représenté par la forteresse vis-à-vis d’une éventuelle offensive ennemie, elle constitue un point aveugle supplémentaire. Voir Jean-Jacques Marie, Cronstadt, Paris, Fayard, 2005.

25Enfin, avant son assassinat, en 1940, il « finit par croire qu’il est à l’abri », lui qui estimait que chaque jour gagné était un sursis de plus.

26Svetlana Aleksievitch, La Fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement, Arles, Actes sud, 2013.

27Sur cet auteur, très controversé et critiqué par la communauté historienne anglo-saxonne qui travaille sur les phénomènes communistes, lire notre recension de sa biographie de Trotsky, sur notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1908

28Simon Sebag Montefiore, Le Jeune Staline, Paris, Calmann-Lévy, 2008 et Staline. La Cour du Tsar rouge, Paris, Éditions des Syrtes, 2005.

29Une autre famine est citée pour 1918, mais elle n’existe que dans l’imagination des réalisateurs.

30Dans le troisième volet, la question d’emblée posée porte sur la volonté (réelle ou non) de la part de Staline, de devenir « maître du monde » (sic), sans qu’il ne soit jamais répondu explicitement à cette problématique…

31Ainsi, la marginalisation de Trotsky au milieu des années 1920 n’est jamais expliquée ou détaillée, seulement signalée, tout comme la Grande Terreur, dont les conséquences meurtrières sont abondamment décrites sans jamais s’intéresser à ses finalités profondes (en dehors du fait que Staline se serait senti menacé par la mort de Kirov).

32La Tchéka recrute ainsi soit « des fanatiques bolcheviques », soit des « psychopathes », ceci expliquant cela (les bolcheviques sont en effet qualifiés de « paranoïaques »). Les 50 000 assassinats qui lui sont attribués pratiquement dès sa fondation sont également une légende, de tels chiffres ne pouvant être reliés qu’à la terreur rouge, effective à partir de l’été 1918.

33Leur intervention n’est citée qu’à compter de 1919.

34Documentaire de Mathieu Schwartz, Serge de Sampigny et Yves Demeulandre, 2007, 1h 40 (diffusé en son temps sur M6 et ayant obtenu la validation pour utilisation pédagogique de l’Éducation nationale !).

35Les numéros sont en accès libre sur http://www.persee.fr/collection/cmr

36 François-Xavier Nérard, Cinq pour cent de vérité. La dénonciation dans l’URSS de Staline (1928-1941), Paris, Tallandier, 2004 et Alexandre Sumpf, De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, Gallimard, collection « Folio-Histoire », 2013, Bolchéviks en campagnes, Paris, CNRS Éditions, 2010. Son dernier ouvrage (septembre 2015), Révolutions russes au cinéma. Naissance d’une nation, URSS 1917-1985, Paris, Armand Colin, fera l’objet d’un compte rendu très prochainement sur ce blog, suivi d’un court entretien avec l’auteur.

37Juliette Denis, La fabrique de la Lettonie soviétique : 1939-1949 : une soviétisation de temps de guerre, thèse d’histoire sous la direction d’Annette Becker et Nicolas Werth, Paris X, janvier 2015. Même si cette thèse n’est pas encore publiée, il était parfaitement loisible aux documentalistes d’en obtenir un résumé exhaustif de la part de l’intéressée.

38Vanessa Voisin, L’épuration de guerre en URSS, à partir de l’exemple de la région de Kalinine, 1941-1953, thèse d’histoire sous la direction de Marie-Pierre Rey, Paris I, 2011. Un article résume son travail : « Une répression méconnue : l’épuration de guerre en URSS », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n° 39, 2014/1, p. 155-164. Cet article est en ligne : https://www.cairn.info/revue-bulletin-de-l-institut-pierre-renouvin-2014-1-page-155.htm

39Valérie Pozner est directeure de recherche au CNRS (UMR 7172), responsable d’un programme ANR, Le cinéma en Union soviétique et la guerre, 1939-1949.

Vie et mort de Victor Serge. A propos de Susan Weissman, Dissident dans la révolution. Victor Serge, une biographie politique. « Le cap est de bonne espérance », Paris, Syllepse, 2006 (2001 pour l’édition originale), 484 pages, 25 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un travail d’importance que les éditions Syllepse ont choisi de proposer au public français, une étude historique d’envergure consacrée à Victor Serge, révolutionnaire écrivain et écrivain révolutionnaire, dont les œuvres ont fait l’objet de nombreuses rééditions en ce début de XXIe siècle. On peut aller jusqu’à parler de travail d’une vie pour Susan Weissman1, qui a mis à profit, outre l’œuvre de Serge, des documents inédits issus d’investigations dans de nombreux dépôts d’archives et des entretiens, issus de voyages dans divers pays, dont l’URSS. Il ne s’agit pas, cependant, d’une biographie exhaustive, dans la mesure où Susan Weissman a choisi d’axer son propos sur ce centre de gravité que fut pour Serge (ainsi que pour bien d’autres militants de sa génération) la révolution d’octobre, foyer d’incandescence qui lui procura une indéniable énergie vitale mais auquel il se consuma… Ce faisant, son ambition était de mettre en valeur l’héritage politique de Victor Serge, précieux selon elle pour marier harmonieusement socialisme et liberté, socialisme et démocratie2.

Destin d’un révolutionnaire

L’enfance de Serge ou son militantisme de jeune socialiste en Belgique, puis dans les milieux français de l’anarchisme individualiste, sont donc rapidement évoqués, le récit se déployant véritablement à partir de l’arrivée de Victor Serge en Russie, au début de l’année 1919. Auparavant, il avait fait un séjour dans l’Espagne pré-révolutionnaire de 1917 puis dans un camp de prisonniers en France, qui lui servit d’école du marxisme et du bolchevisme, attiré qu’il était par sa praxis ; c’est d’ailleurs à travers un échange de prisonniers qu’il put rallier la Russie révolutionnaire. « S’il considère [toujours] l’anarchisme comme une façon de mener sa vie, les bolcheviks sont pour lui désormais l’incarnation d’une technique de la révolution qui rend concrète la théorie de l’émancipation. » (p. 61). Installé à Petrograd, il est soumis à une certaine polyvalence activiste, travaillant aussi bien dans les services de la Comintern que dans la gestion des archives de l’Okhrana tsariste. En tant que témoin engagé, il se révèle un analyste de tout premier ordre de l’évolution de la révolution, « (…) expression authentique des sentiments de l’immense majorité des ouvriers et paysans. » (p. 71), qu’il ne considère pas comme inéluctable et programmée d’avance3. Les développements sur l’écrasement de la révolution en Finlande lié aux contraintes du traité de Brest-Litovsk, et cruciale selon Serge pour comprendre l’évolution autoritaire de la Russie bolchevique face à une impitoyable terreur blanche, sont tout particulièrement précieux. De même, le printemps 1920, selon Serge, aurait pu inaugurer un nouveau cours, allant vers une normalisation et un retour au moins partiel à la démocratie, espoirs d’une bifurcation brisés par la guerre avec la Pologne, entre autres. Susan Weissman souligne toutefois ce qu’elle perçoit comme une contradiction, qui oppose la défense de la politique bolchevique dans les premières années de la révolution et le déficit de liberté, sur lequel Serge mit l’accent dans la dernière période de sa vie. Les événements de Cronstadt voient ainsi Victor Serge écartelé entre la justification des efforts bolcheviques pour conserver le pouvoir (sauvant le pays d’un chaos généralisé) et le caractère démesuré de la répression. Il critique également la NEP, lui préférant son projet économique de « communisme des associations », basé sur une certaine autonomie des coopératives ouvrières sous protection de l’État ; quinze ans plus tard, il considérera que la mise en place d’un gouvernement de coalition et une certaine détente politique auraient également pu éviter le cours tragique ultérieur. Parmi les critiques de Serge à l’égard de la politique bolchevique, il y a justement la mise en place de la Tchéka, et l’absence de procès publics (sans doute sur le modèle de ce qui avait existé à l’époque de la Révolution française).

Naissance d’un écrivain

A la fin de l’année 1921, il part pour Berlin au service de la Comintern, et se révèle là aussi un témoin acéré de ce qu’il perçoit comme la décadence de l’Allemagne en crise4. L’échec de l’octobre allemand de 1923 sert à ses yeux de révélateur de la « maladie bureaucratique » (p. 111) touchant le Parti russe. Serge analyse également le danger fasciste, mais ce thème est malheureusement trop peu développé par Susan Weissman. Muté ensuite à Vienne jusqu’au milieu des années 1920, il réfléchit au statut des artistes5, et se rallie à l’Opposition de gauche menée par Trotsky. De retour en URSS en 1926, il fait le constat d’une crise morale de la jeunesse6, et surtout d’un changement générationnel au sein du Parti. Serge nous fait alors pénétrer de façon très concrète au sein de la lutte de l’Opposition de gauche, dont il est pour Susan Weissman un véritable « historien » (p. 42). Comparativement à Trotsky, d’ailleurs, Serge estime le processus de dégénérescence de la révolution plus avancé, l’année 1927, celle de la défaite de la révolution chinoise et de l’exclusion des dirigeants de l’Opposition du Parti, étant pour lui décisive. Lui-même est exclu l’année suivante, refusant toute capitulation, et il débute alors sa carrière d’écrivain, ne pouvant plus agir directement par l’action politique7. Il est dans ce cadre un fin analyste de la politique de Staline et du tournant de 1929 : dans Soviets 1929 en particulier (signé de Panaït Istrati mais écrit par Victor Serge), il dénonce le chaos de la planification, le gaspillage qu’elle engendre, et plus largement la gestion bureaucratique du système. De cette époque datent également Les Hommes dans la prison8 et Ville conquise9. La répression, dont il décrit le caractère de plus en plus oppressant et impitoyable10, finit par se resserrer sur lui, avec l’aboutissement logique de son arrestation dans les premiers mois de 1933. Quelques semaines auparavant, il avait envoyé une lettre à ses amis de La Révolution prolétarienne, qu’il considérait comme son possible testament politique : il y défendait la nécessité du respect des droits de l’homme sous le socialisme11 et qualifiait l’État soviétique de « totalitaire » et réactionnaire. Résistant aux interrogatoires, il est finalement déporté à Orenbourg, avec l’impossibilité d’y travailler. Souffrant de la faim avec son fils Vlady, il ne parvient à survivre que grâce à l’aide de ses amis français et à l’argent de ses livres vendus à l’étranger. Il n’en continue pas moins de nourrir de l’espoir, en fréquentant d’autres oppositionnels déportés, au point d’entrevoir en 1934 un possible dégel du régime, voire un retour à la NEP, avant que l’assassinat de Kirov n’annonce la Grande Terreur à venir.

Minuit dans le siècle

Grâce à la campagne menée en France en sa faveur, et au rôle actif d’André Gide et Romain Rolland, Victor Serge est finalement libéré et quitte l’URSS en avril 1936, trois ans après son arrestation. Les quatre livres qu’il écrivit durant son séjour à Orenbourg, bien qu’ayant fait l’objet de nombreuses copies manuscrites, sont restés en URSS et n’ont jamais été retrouvés. Il s’agit de L’An 2 de la Révolution russe, des romans Les Hommes perdus (sur les anarchistes français avant la Première Guerre mondiale) et La Tourmente (suite de Ville conquise située en 1920), ainsi que d’un recueil de poèmes intitulé Résistance. De cette dernière période de sa vie, de 193612 à sa mort d’une crise cardiaque en 1947 au Mexique13, c’est l’isolement croissant qui domine, même s’il se rapproche en particulier de Natalia Sedova, représentant les « seuls survivants de la Révolution russe ici et peut-être dans le monde » (p. 268), pour reprendre ses propres mots14. Il faut dire qu’une fois parvenu en Europe occidentale, Serge subit la pression indirecte du NKVD, gênant ses efforts pour publier et survivre financièrement15. Il participe d’ailleurs pleinement, avec Léon Sedov, à la lutte pour la vérité sur les procès de Moscou, qu’il analyse comme une véritable contre-révolution à l’œuvre en URSS16. D’abord sur la même ligne globale que Trotsky, dont il fut le traducteur (sa version de La Révolution trahie reçut d’ailleurs des éloges de Trotsky), il s’en sépare peu à peu, la divergence centrale tenant à la construction d’une IVe Internationale élitiste, que Trotsky juge essentielle à la victoire future de la révolution, là où Serge préconise un rassemblement plus large, « alliance de tous les courants de gauche du mouvement ouvrier (sa plate-forme : la lutte des classes et l’internationalisme) » (p. 331), au risque d’un certain émoussement17… Un des points culminants de leurs divergences réside dans la présentation du pamphlet Leur Morale et la nôtre, traduit par Serge. Dans cette affaire, Susan Weissman dédouane totalement Serge, qui a d’ailleurs toujours nié être l’auteur de la dite présentation, et incrimine Étienne, alias Zborowski, proche collaborateur de Sedov et agent soviétique. Elle montre bien l’ambiance délétère générée à l’époque par le poids de la suspicion et de la paranoïa dans les milieux oppositionnels (Krivitsky pensait d’ailleurs que Serge était l’agent soviétique infiltré dans l’Opposition de gauche). En juin 1940, alors à Paris, il fuit avec sa famille vers le sud, échouant finalement à Marseille, où il finit, difficilement, par obtenir le précieux « sésame » permettant de quitter l’Europe. Plus que Varian Fry, dont les efforts étaient contrés aux États-Unis même18, ce sont surtout les Macdonald, Nancy et Dwight, qui lui apportèrent dans ces moments d’adversité un soutien sans faille. Finalement, après un voyage de six mois aux multiples rebondissements, Serge parvient en Amérique. Dans son exil mexicain, Serge poursuit ses réflexions, insistant en particulier sur l’hégémonie croissante d’un collectivisme anti-socialiste, à l’œuvre en URSS, le stalinisme étant pour lui un danger nodal. C’est à cette époque que sont rédigées ses Mémoires d’un révolutionnaire, « l’un des livres majeurs du mouvement ouvrier révolutionnaire de la première moitié du 20ème siècle », pour reprendre la formule de Frédéric Thomas19.

Un livre de référence, marqué par l’empathie, ce qui constitue certainement à la fois sa force et sa faiblesse. Susan Weissman a en particulier voulu montrer que Serge était toujours demeuré un combattant de la cause socialiste, un marxiste et un défenseur de la révolution russe et des bolcheviques20, attaché jusqu’au bout à un sens de l’histoire possiblement progressiste, ce qui l’amène à dévaloriser de manière assurément trop abrupte l’anarchisme21 ou le trotskysme. Esprit indépendant et engagé, Victor Serge fut en effet attaqué de tous côtés, apparaissant insatisfaisant pour la plupart des militants révolutionnaires. D’autre part, la centralité de la Russie revendiquée pour ce travail délaisse, non sans surprise, les événements d’Espagne, la politique du stalinisme et les débats autour du POUM et de ses positions, tous sujets qui ne sont ici que survolés.

1« C’est la passion politique qui m’a amenée à Serge et il est clair à mes yeux qu’il y a un sens politique à sauver de l’histoire une voix importante pour le 21e siècle. » (p. 14).

2« Il s’agit plutôt d’une étude biographique qui tente d’exprimer, au travers des yeux et de l’œuvre de Serge, le cœur et l’âme de l’optimisme révolutionnaire libérée en 1917 et muselé après que l’abjecte tyrannie contre-révolutionnaire de Staline ait étouffé la société soviétique, tout en reconstituant les efforts courageux – mais voués à l’échec – de ceux qui, l’ayant vu survenir, ont tenté de la combattre et d’en analyser le sens et le rôle historique. » (p. 26).

3« Serge a toujours considéré que les germes autoritaires existaient dans la pensée bolchevik et qu’ils s’étaient répandus comme de la mauvaise herbe sous Staline. Il souligne cependant que d’autres germes auraient pu fleurir et s’épanouir au sein d’une démocratie généralisée, si d’autres circonstances l’avaient permis. » (p. 62).

4En leur temps, les éditions La Brèche de la LCR avaient publié une série d’écrits de cette période baptisée Notes d’Allemagne (Montreuil, La Brèche, 1990).

5« Les écrivains et les artistes appartenant à une catégorie particulière, Serge considère que leur droit d’expression artistique est au-dessus de toute lutte politique. (…) la révolution doit se mesurer en termes humains, spirituels et culturels et non seulement économiques. » (p. 118).

6Susan Weissman commet à cette occasion une erreur, reprenant le mythe de la théorie du verre d’eau attribuée à Alexandra Kollontaï (p. 126). Voir mon article à paraître bientôt sur ce blog, « La résurrection d’Alexandra Kollontaï ».

7« Serge utilise le roman comme un moyen pour pénétrer la vérité intérieure des luttes politiques tumultueuses auxquelles lui et ses camarades ont participé. Ses œuvres de fiction atteignent une authenticité que les écrits historiques ne peuvent pas restituer. » (p. 217).

8Il a été rendu compte de sa réédition de 2011 sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3225

9Le roman a été analysé par Frédéric Thomas sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/3227

10Son épouse, Liouba, subissant cette folie politique, finit par fusionner avec elle ; elle termine d’ailleurs sa vie en clinique psychiatrique, ne décédant qu’en 1985.

11« Il écrit que le socialisme ne pourra s’imposer que « s’il se montre supérieur au capitalisme […] non dans la fabrication des tanks, mais dans l’organisation de la vie sociale ; s’il offre à l’homme une condition meilleure que le capitalisme : plus de bien-être matériel, plus de justice, plus de liberté, une dignité plus haute. » » (p. 206).

12C’est le début de l’écriture de ses Carnets, tenus jusqu’à sa mort et édités en 2012 par Agone : http://dissidences.hypotheses.org/3220

13Susan Weissman met en discussion l’hypothèse de son assassinat par les services secrets soviétiques, mais à cette époque, Staline se sent-il vraiment menacé par un individu aussi isolé que Serge ?

14 C’est en recueillant son témoignage qu’il écrivit Vie et mort de Léon Trotsky, dont ce billet détourne le titre, recensé dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=461

15Les articles qu’il écrivit pour le journal syndical belge, La Wallonie, de 1936 à 1940, ont été publiés dans Retour à l’ouest, analysé par Frédéric Thomas dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=336

16C’est également lui qui écrit le livre d’Alexandre Barmine, transfuge soviétique, Vingt ans au service de l’URSS. Souvenirs d’un diplomate soviétique.

17Il qualifie d’ailleurs le mouvement trotskyste de « débile et sectaire » (p. 329), gardant constamment respect et admiration pour Trotsky.

18Serge fut d’ailleurs jusqu’à sa mort sous surveillance du FBI, Susan Weissman ayant utilisé certains documents déclassifiés pour son livre.

19Extrait de notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=849 Citons également l’analyse de son ultime roman, Les Années sans pardon, dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1835

20Y compris pendant la discussion sur Cronstadt, à la fin des années 1930. « Est-ce qu’il est sage de juger un organisme vivant à partir des bactéries que l’autopsie révèle et dont il peut, par ailleurs, avoir été porteur depuis sa naissance ? » (p. 333-334).

21« (…) forme de romantisme révolutionnaire (…) lequel appartient vraiment à l’époque préindustrielle. » (p. 35).

Mika Etchebéhère, Ma Guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne au combat, Paris, Éditions Milena et Libertalia, 2015, 424 pages + en DVD, un documentaire de Fito Pochat et Javier Olivera. Préface de Charles Jacquier, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles (juillet 2015)

Extirpée du tas de boue et de terre sous lequel elle avait été ensevelie à la suite du bombardement de sa tranchée sur le front de Madrid, ayant réussi à s’échapper par miracle de la cathédrale de Sigüenza où s’étaient barricadés les derniers défenseurs de la ville, Mika Etchebéhère est une miraculée, une survivante. Cette femme « comme il en existe peu », pour reprendre les mots de Julio Cortázar1, a eu la bonne idée d’écrire ses Mémoires, publiés une première fois chez Denoël en 1976, réédités chez Actes Sud en 1998, et opportunément remis à notre disposition par les éditions Milena et Libertalia, dans une version enrichie2. C’est tout d’abord un témoignage précieux, car de première main, d’une combattante qui nous rappelle que la guerre d’Espagne ne consista pas seulement en des assauts romantiques de casernes de militaires factieux. Ce fut aussi une guerre longue, de position, présentant bien des points communs avec la guerre de 1914-18. Le froid terrible, la boue, les poux furent le quotidien de Mika et de ses compagnons … l’ennui aussi. C’est d’ailleurs pour tromper cet ennui qu’elle organisera des bibliothèques ambulantes et des cours d’alphabétisation sur le front (p. 319).

Née en 1902 en Argentine, elle est mariée à Hippolyte Etchebéhère, basque né en Argentine, engagée au PC avec lui dès le début des années 1920, mais tous deux sont presqu’aussitôt exclus lors de la période de bolchevisation. Proches des Rosmer dans les années 30, ils sont un moment militants du groupe Que faire ? à Paris. Ayant assisté à Berlin, impuissants, à la montée d’Hitler vers le pouvoir, ces révolutionnaires professionnels viennent d’arriver en Espagne dans un but à la fois médical et touristique, quand débute la guerre civile. Malade de la tuberculose mais bien décidé à ne pas mourir de maladie, Hippolyte est fauché dès le mois d’août 1936 par une balle de mitrailleuse, à la tête de la colonne du POUM qu’il commande. Naturellement c’est sa compagne qui devient « capitana »3, une femme qui, selon le témoignage d’un combattant paysan d’Estrémadure, dirigera « ceux de ma terre que personne ne peut commander ». Situation singulière d’égalité des sexes qui intrigue le chef anarchiste Cipriano Mera, admiratif mais paternaliste aussi envers celle qu’il ne cessera d’appeler « la petite », ce qui lui vaut cette réflexion cinglante : « toi, avec tout ton anarchisme, pourri de préjugés comme n’importe quel mâle » (p. 375)4.

Les pages dans lesquelles Mika Etchebéhère s’interroge sur les liens étranges qui l’unissent aux combattants du POUM, étudiants et instituteurs madrilènes ou paysans estrémègnes semi-analphabètes, ne sont pas les moins intéressantes. Ayant constamment à l’esprit le bien-être de ses soldats, et jouant de la sorte le rôle d’une mère, tout aussi intouchable, elle peut leur demander beaucoup. Eux, en revanche, veillent sur elle quand elle est épuisée, malade : « Ce sont mes enfants et en même temps mon père » (sic, p. 251). Et elle ajoute : « On aura tout vu. C’est une femme qui commande la compagnie et les miliciens qui lavent les chaussettes. Pour une révolution, c’est une révolution. Toutes leurs idées sur la femme sont embrouillées » (p. 247 et 251). Mais de manière générale, bien des notations, au fil de la plume, possèdent une profondeur incitant à la réflexion : la mutation de la perception du temps en révolution, l’importance des odeurs (p. 241-242), l’infiltration des fascistes au sein du camp républicain (p. 166), le choix de l’aviation franquiste de bombarder en priorité les quartiers populaires… Et par-dessus tout, la sensibilité de Mika Etchebéhère, qui supporte mal la vision des blessures, et pleure toutes ces morts imposées par la nécessité de la guerre et de la révolution5.

Armes dérisoires – « fusils surannés, dépareillés » (p. 251) » –, bombes artisanales allumées au feu d’un cigare » (p. 198), renforts promis qui n’arrivent pas, manque d’avions … aucune difficulté ne sera épargnée au camp républicain, vu ici sous son angle madrilène plus que barcelonais, mieux connu. Et pourtant jamais, dit-elle, des combattants aussi désarmés, aussi mal équipés, n’ont été « aussi héroïques, aussi endurants que les nôtres » (p. 271), dès les premières heures du coup d’État, qui voit jusqu’aux prostituées désireuses de s’armer ! Les miliciens du POUM ont d’autant plus de mérite à tenir que très tôt le Parti communiste lance « une campagne criminelle » contre leur parti, dit-elle (p. 266), « nous traitant de fascistes, de traîtres, d’alliés de Franco » : « pour empêcher que la campagne organisée contre le POUM ne nous sape le moral nous demandons qu’on nous apporte seulement La Batalla et La Antorcha, journaux de l’organisation, et CNT, organe de la CNT ». Au fur et à mesure que passent les mois, la campagne s’intensifie : « ces calomnies sont un affront à nos combattants qui ont vu tomber tant de leurs compagnons dès les premiers jours de la guerre » (p. 302)6. C’en est fini de la fraternité des premiers jours, déplore-t-elle. Malgré l’arrestation des dirigeants du POUM, la disparition d’Andreu Nin, le procès fait au parti, les combattants du POUM continuent la lutte sur le front de Madrid, désormais intégrés dans l’armée commandée par le cénétiste Cipriano Mera. La guerre l’emporte peu à peu sur la révolution. Pour autant, cette dimension politique demeure globalement à l’arrière-plan d’un récit qui est avant tout témoignage par en bas, évocation profondément humaine de ces individus comme les autres, ayant fait le choix d’un engagement entier. La fin, abrupte, nous prive de leur sort ultérieur, tant Ma Guerre d’Espagne à moi se lit comme un roman aux personnages attachants.

Et pourtant, on comprend ce que l’écriture de ce témoignage a coûté à son auteure, en même temps qu’elle le jugeait certainement nécessaire, une façon de rendre hommage à ses camarades sacrifiés7. Le chagrin ressenti à la suite de la mort de son mari est récurrent, et avec la mort de ce combattant de quinze ans seulement, qui occupe les dernières lignes du récit, c’est une forme de cénotaphe de l’innocence qu’elle édifie. La conclusion de Mika Etchebéhère est amère : la guerre sera perdue, mais « les travailleurs espagnols auront lavé la honte de la défaite sans combat des travailleurs allemands et inscrit dans les annales des luttes ouvrières les pages les plus fulgurantes de leur histoire » (p. 317)8. Ayant réussi à quitter l’Espagne après s’être réfugiée à l’ambassade de France à Madrid, Mika Etchebéhère repart en Argentine en 1939. Elle finira sa vie dans la région parisienne en 1992, ayant revu ses chers amis, les Rosmer.

Le documentaire latino-américain joint à cette édition en format DVD, et réalisé par Fito Pochat et Javier Olivera, date de 2013. Il suit les traces de Mika et Hippolito Etchebéhère à travers la plupart des endroits évoqués dans le livre. Menés par la figure de leur neveu Arnold, nous découvrons l’Argentine de leurs années étudiantes, la Patagonie, tellement superbe qu’elle faillit devenir leur paradis, Berlin, où ils assistèrent à la défaite sans combat du mouvement ouvrier, là où Mika était persuadée d’une victoire possible de la révolution, Paris, où ils habitèrent quelques temps… Puis l’Espagne, bien sûr. Visuellement, les vues actuelles voisinent avec des photographies ou des films d’époque, sans qu’aucun d’entre eux ne nous soit présenté et explicité. Seule la masse des anonymes, de ces miliciens levant le poing et serrant leurs armes, nous cherchent du regard, sans que l’on sache où et quand ces prises ont pu être faites. Tout au long du documentaire, les commentaires du neveu Etchebéhère alternant avec le témoignage de Mika, filmé en 1973 (en français) et en 1984, ainsi qu’avec la lecture de nombreux extraits de son livre. Quelques anecdotes supplémentaires nous sont ainsi contées : l’interrogatoire d’un aviateur allemand par Mika, son arrestation après qu’un camarade ait lancé en public « Vive Trotsky ! » et sa libération grâce à Cipriano Mera, et la dernière image qu’elle a d’un Madrid sur le point d’être investie par les forces franquistes, lorsque les réfugiés quittent les quartiers riches qu’ils avaient occupés, résumé poignant du retour à l’ordre antérieur. Un DVD certes intéressant, mais qui souffre d’un manque de recherches sur les documents présentés. Contrairement à une idée hélas trop répandue, les images ne parlent pas d’elles-mêmes.

1Dans une lettre manuscrite qu’il écrivit à Mika Etchebéhère près avoir lu son manuscrit, reproduite en annexe.

2Outre le documentaire vidéo, dont il sera question ci-dessous, ont été ajoutées quelques lettres de Mika aux Rosmer, dont elle était une grande amie, datant de la période de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs photographies, ainsi qu’une bibliographie commentée.

3Une fiction historique retrace son parcours sous ce titre : Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, et le compte rendu de cet ouvrage se trouve sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/4549

4L’estime réciproque est très forte cependant entre les deux personnages. Dans ses Mémoires Guerre, exil et prison d’un anarcho-syndicaliste (édités en 2012 par les éditions Le Coquelicot, dont un compte rendu se trouve sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3077 ), Cipriano Mera raconte comment il arracha « la camarade Mica » (sic) aux mains des communistes qui venaient de l’arrêter comme militante du POUM, après les journées de mai 1937 à Barcelone (p. 149-150). Mika Etchebéhère, elle, n’évoque pas du tout cet épisode, son récit s’arrêtant en amont.

5« Je dois assumer entièrement cette révolution tant désirée, n’en rien renier, même pas les sinistres paseos (…) Il faut effacer l’image d’Épinal de ma révolution d’adolescente… Il le faut, il le faut… Mais pour aller dans la guérite de l’aiguilleur où sont entreposées les munitions et la dynamite qu’il faut recenser, je ne passe plus devant les curés [sur le point d’être exécutés]. » (p. 56-57).

6Ce fut le cas de Germán Vidal, responsable des JCI, organisation de jeunesse du POUM, à Barcelone, le 18 juillet 1936, celui également de Jesús Blanco, « téméraire capitaine de 21 ans » (M.E.), chef de la 1ère compagnie du POUM, tué sur le front de Madrid. Mika Etchebéhère commandait pour sa part la 2e compagnie.

7« Dans la lutte pour la Révolution la devise peut-être : Combattre c’est nécessaire, vivre n’est pas nécessaire. », p. 152.

8« (…) un excès de discipline empêcha les travailleurs allemands de déclencher le combat quand Hitler fut appelé à prendre le pouvoir. Et c’est l’indiscipline espagnole qui a gagné les premiers grands combats contre les généraux fascistes. », p. 235.

Patrick Deville, Viva, Paris, Seuil, collection « Fiction & Cie », 2014, 224 pages, 17,50 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Depuis plusieurs livres, l’écrivain Patrick Deville s’est fait une spécialité de croiser itinéraires et époques, embrassant une matière à la fois totale et sélective pour brosser l’histoire d’un lieu, d’un pays, construisant de la sorte une sorte de méta-cycle de « romans vrais » arborant des figures récurrentes1. Car d’intrigue au sens traditionnel du terme, il n’est guère question dans Viva, non plus de fiction, en dehors des liens ajoutés par l’auteur. A travers le prisme du Mexique et d’une bonne quinzaine de personnages centraux, figures de l’exil ou révolutionnaires clandestins pour la plupart, l’auteur nous entraîne dans l’esprit exalté d’une époque, celle de l’entre-deux-guerres.

Sélectionnant quelques couples gémellaires (Trotsky/Lowry, Rivera/Kahlo, Modotti/Vidali), à l’instar du Leonardo Padura de L’Homme qui aimait les chiens2, Patrick Deville s’en sert pour dévoiler les diverses faces du drame. Celui qui domine les autres, c’est bien sûr Trotsky/Lowry (bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés), véritables « étoiles jumelles », écrivains tous les deux, utopistes également3, le premier ayant fait le choix d’agir dans le réel (« Il a brisé en deux l’Histoire. », p. 12) tandis que le second en restait à l’écart, accouchant de Au-dessous du volcan (« Lowry ne cherche pas à libérer les hommes, il cherche à écrire le Volcan » p. 28), véritable trou noir qui absorbe en lui tout le récit conté par Patrick Deville ; matière et antimatière, en somme. Dès le début il annonce sa méthode : « Nous pourrions le [Sandino] suivre » (p. 10). En fait, il ne les suit, ses personnages, qu’une courte unité de temps. Juste de quoi leur laisser … le temps de croiser, au détour d’un lieu ou d’une phrase, une autre vie. Dans une sorte de « fil rouge » ainsi dévidé, s’avancent, alternativement ou ensemble, Frida Kahlo et Tina Modotti4, Blaise Cendrars et Graham Greene, Arthur Cravan alias Fabian Lloyd et Mina Loy, André Breton et Leonid Eitingon5, Benjamin Péret et Victor Serge, Jean van Heijenoort6 et Larissa Reisner7 sans oublier quelques électrons libres (Antonin Artaud). Une galerie plus vaste, tel le kaléidoscope de « la petite bande des treize » (parmi lesquels, outre Frida Kahlo et Tina Modotti, déjà évoquées, Diego Rivera, Alfredo Siqueiros, Orozco, Xavier Guerrero8, Edward Weston9, Traven [Ret Marut]10, Augusto Sandino11, Antonio Mella12, Vittorio Vidali13, Maïakovski ou Dos Passos), permet d’illustrer la rupture meurtrière entre staliniens et trotskystes… Patrick Deville démultiplie également les carrefours, usant des hasards objectifs14 pour relier entre eux des points chronologiques ou géographiques en apparence disparates, comme pour faire apparaître des figures dans une trame de l’histoire dont on peine désormais à discerner un sens. La concordance des temps est à prendre ici au sens figuré, chaque événement faisant écho à d’autres, une construction savante et ambitieuse, insatiable, véritable démultiplication des images, des noms, des identités, qui suggère une sorte de communication occulte entre les ans15, doublée d’une superposition troublante entre réalité et fiction.

L’érudition est ici constante, la prose riche, certaines images marquantes (le train blindé de Trotsky16), des développements littéralement incontournables (la genèse du « Manifeste pour un art révolutionnaire indépendant »), et le travail de documentation, mis en abyme dans le cours même du livre – plusieurs chapitres racontent la quête, les enquêtes et les voyages (au Mexique, en Russie17) menés par l’auteur en personne, dont une visite émouvante à Maurice Nadeau (p. 57) –, est incontestable, solide, quand bien même on relève parfois quelques omissions vénielles, erreurs isolées ou opinions contestables18. L’empathie avec les divers personnages est sensible, le portrait tracé de Trotsky évite habilement toute caricature, n’ayant pas peur d’écorner le conformisme sous lequel nous vivons (Patrick Deville estime parfaitement justifiée l’exécution du tsar), et évitant d’accorder une place excessive à des aventures sentimentales (Frida Kahlo, Tina Modotti) qui ne sont en réalité que la manifestation de vies libérées de la morale sexuelle dominante. Il n’empêche, le sens du tragique est bien ce qui domine cette fresque19, à laquelle on pourrait appliquer cette formule, sous laquelle trois romans de la même veine ont été regroupés20 : sic transit. A ceci près que de cet ancrage à un esprit du temps, fait de postmodernité et de distance vis-à-vis des volontés de changer le monde, Patrick Deville laisse du jeu : il valorise en effet les figures prométhéennes de Trotsky et Lowry, incarnations de cette volonté d’absolu qui donne un sens à la vie humaine. « Chez ces deux-là, c’est approcher le mystère de la vie des saints, chercher ce qui les pousse vers les éternels combats perdus d’avance, l’absolu de la Révolution ou l’absolu de la Littérature, où jamais ils ne trouveront la paix, l’apaisement du labeur accompli. (…) Ce qu’ils nous crient et que nous feignons souvent de ne pas entendre : c’est qu’à l’impossible chacun de nous est tenu. » (p. 129).

Depuis une dizaine d’années, Patrick Deville fait le pari d’écrire des romans « d’invention sans fiction », une « littérature utile »21. Faire revivre par l’écriture, par les mots, des ruptures historiques et artistiques qui ont fait croire, au XXe siècle, qu’il était possible de suspendre durablement le temps figé22 de la bourgeoisie, pour imposer, à toute vitesse, en force (d’où la reprise de l’image du train, train blindé de Trotsky ou la locomotive comme symbole du progrès), de nouvelles règles, n’est-ce pas une manière d’exorciser la défaite ou de surmonter une fatigue historique ?23 En exergue, Patrick Deville a placé une sentence très messianique de Walter Benjamin sur le rôle des passeurs de mémoire24 : « Il existe un rendez-vous tacite entre les générations passées et la nôtre. Nous avons été attendus sur la terre ». S’il paraît indéniable qu’une chaîne relie entre eux les révolutionnaires internationalistes à travers les siècles, il ne l’est pas moins que la littérature nous fixe de plus en plus de rendez-vous troublants entre ces derniers et leur insertion dans un univers qui pour être romancé n’en renvoie pas moins à une réalité historique faites de ruptures sanglantes et de tragédies, mais porteuses, pourtant, d’espoirs. Si Patrick Deville, à l’instar d’autres auteurs25, « pince des fils, dévide des bobines, tisse des liens, assemble des vies » (p. 20), celles de personnages emblématiques (morts) qui peuvent servir de miroir (aux vivants)26, peut-être est-ce pour révéler, comme un négatif, ces quelques moments particuliers d’où avait surgi, de l’écorce craquelée des continents27, « la lumière du monde ».

1L’itinéraire d’Antonin Artaud, par exemple, permet une résurgence de Peste et choléra, le précédent livre de l’auteur.

2Voir notre critique détaillée du roman sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/616

3« (…) ce qu’il imagine, Lowry, c’est d’à nouveau révolutionner l’art de la prose poétique, un rêve aussi immense, magnifique et inaccessible, que celui de la Révolution permanente chez Trotsky. » (p. 61).

4Tina Modotti fait l’objet du livre Tinisima de Elena Poniatowska, dont la traduction en français vient de paraître (avril 2015) à L’atinoir édition (Marseille). Lire également Pino Cacucci, Tina ou la beauté incendiée, Paris, Belfond, 1993 et la bande dessinée de Angel de la Calle, Tina Modotti, Paris, Vertige Graphic, 2011.

5Leonid Eitingon est l’agent des services de renseignements soviétiques qui recruta Ramon Mercader, l’assassin de Trotsky. Lire de Mary-Kay Wilmers, Nous les Eitingon, Paris, Liana Levi, 2013, dont un compte rendu est à paraître prochainement sur notre blog.

6Jan van Heijenoort, mathématicien et militant trotskyste fut secrétaire de Trotsky : il a écrit Sept ans auprès de Léon Trotsky, Paris, Maurice Nadeau, 2001.

7Larissa Reisner est une bolchevique qui occupa des postes de commandement dans l’Armée rouge, et qui meurt du typhus à l’âge de 31 ans. Lire sa notice dans Georges Haupt, Jean-Jacques Marie, Les bolchéviks par eux-mêmes, Paris, Maspero, 1969, p. 361-366, et Paco Ignacio Taibo II, Archanges. 12 histoires de révolutionnaires sans révolution possible, Paris, Métailié, 2012, p. 27-51. Un compte rendu d’Archanges est à paraître prochainement sur notre blog.

8Ces quatre peintres sont des muralistes, auteurs de fresques réputées et animateurs du Syndicat des peintres mexicains. Lire Monique Plaa, Aspects du muralisme mexicain, Paris, PUF-CNED, 2008, ainsi que Paco Ignacio Taibo II, Archanges, op. cit., p. 53-78.

9Il s’agit du photographe étasunien qui dévoila le talent photographique de Tina Modotti.

10L’occasion, en le mettant en parallèle avec Trotsky, d’opposer l’efficacité communiste à l’idéalisme anarchiste. Sur cet auteur, lire Golo, B. Traven. Portrait d’un anonyme célèbre, Paris, Futuropolis, 2007, et le compte rendu de Georges Ubbiali dans la revue électronique de Dissidences, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2683, ainsi que Jonah Raskin, A la recherche de B. Traven, Arles, Les Fondeurs de briques, 2007, chroniqué sur notre ancien site http://www.dissidences.net/mouvement_social_artistique_intellectuel.htm#raskin

11Augusto Sandino conduit la guérilla au Nicaragua au début des années trente contre le pouvoir totalement inféodé aux États-Unis. Il est assassiné en 1934. En 1961, les révolutionnaires qui créent le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) pour combattre la dictature de Somoza se réclament de Sandino.

12C’est un des fondateurs du Parti communiste cubain, qui, se rapprochant des trotskystes, est exclu. Amant de Tina Modotti (après Weston, Rivera et Guerrero), il est abattu dans la rue, aux bras de celle-ci, en 1929. Cet assassinat n’a jamais vraiment été élucidé.

13Il s’agit du célèbre communiste italien, dernier amant de Tina Modotti et conspirateur kominternien auquel une certaine historiographie prête généralement (et généreusement) de nombreux crimes. Lire par contre l’article de Claudio Albertani, « Vittorio Vidali, Tina Modotti, le stalinisme et la révolution », Agone, n° 46, 2011, p. 197-218, en ligne sur http://revueagone.revues.org/1041

14Dernier d’entre eux, et non des moindres : « C’est l’ancien président Lazaro Cardenas qui obtient leur libération [Che Guevara, Fidel Castro et leurs camarades en 1956]. Par un de ces retournements dont l’Histoire n’est pas avare, c’est à celui qui avait sauvé Trotsky que Castro devra la possibilité de la révolution à Cuba, et ainsi la possibilité, plus tard, d’offrir à Ramon Mercader de venir achever sa vie paisible à La Havane. » (p. 209).

15« Ce déraillement de l’espace et du temps, qui en quelques enjambées vous ramène dans la première moitié de l’autre siècle, est accentué par les images tournées ici, devant les clapiers à lapins [de Trotsky], dans l’éternel présent de la pellicule cinématographique. » (p. 81), ou « Comme si toute la littérature devait être inventée par un seul écrivain exilé sous pseudonyme. » (p. 130-131).

16« Les yeux fermés, comme s’il marchait le long des rails, il remonte un à un les wagons du train blindé dans lequel il a passé plus de deux ans de sa vie, dans le rêve d’une société utopique en marche, un monde d’autarcie, d’ordre et de raison, parfaitement huilé. » (p. 35).

17En Russie, Patrick Deville constate avec horreur la renaissance d’un antijudéobolchevisme chez certains historiens locaux, tandis qu’à Kazan, l’Arabie Saoudite a fait édifier « la plus grande mosquée de l’ancien empire de l’athéisme » (p. 41)…

18Faisant sienne la thèse de l’assassinat de Léon Sedov par les tueurs au service de Staline, Patrick Deville ne cite pas Jeanne Martin des Palières, la compagne du premier, rendant peu explicite le procès intenté par Trotsky pour obtenir la garde de son petit-fils. Il fait également de Trotsky l’auteur d’un Lénine, alors qu’il ne s’agit en réalité que d’un prélude à une véritable biographie, intitulé La Jeunesse de Lénine (p. 86). Enfin, il considère la IVe Internationale déjà fondée au printemps 1938, alors qu’elle ne l’est officiellement que début septembre. Plus gênant, Patrick Deville cède aux idées reçues, en écrivant que « La Quatrième Internationale est une usine à gaz. Dès qu’un groupe trotskiste atteint six membres il se scinde. » (p. 189). De même, écrire que ce sont les conflits internes au camp républicain qui ont permis aux franquistes de s’emparer du pouvoir (p. 190) ou que les maquis de la Résistance en France ont connu la même traque aux trotskystes et aux anarchistes qu’en Espagne – le maquis Wodli (exécution de 4 militants trotskystes en 1943) reste un cas isolé, emblématique certes, mais un cas isolé tout de même – (p. 103) est erroné. Enfin signalons une coquille : « maccartisme » (p. 175).

19A l’image du sort de Raskolnikov, « (…) défenestré de son hôtel par le Guépéou peut-être, ou bien après avoir plongé de lui-même, la tête emplie des souvenirs de Kazan et du sourire de Larissa [Reisner], des espoirs fracassés des révolutions russe et espagnole. » (p. 47), ou plus largement du choix fait de se centrer sur la dernière période de vie de Trotsky, comme Leonardo Padura l’avait également fait.

20Il s’agit de Pura Vida, Equatoria et Kampuchea, compilés en septembre 2014.

21Cité par Philippe-Jean Catinchi dans son portrait de Patrick Deville, « Itinéraire d’un voyageur artificier », Le Monde des livres, 22 septembre 2011.

22Ce temps figé n’est pas contradictoire avec l’incessant mouvement du capital qui le pousse à produire de plus en plus de marchandises.

23« … il est bien possible que l’humanité soit fatiguée » déclare Léon Trotsky lors des audiences de la commission Dewey (p. 125).

24Ce qui doit être distingué fortement du devoir de mémoire, auquel l’institution nous somme, en quelque sorte, d’adhérer.

25Au choix, Léonardo Padura et Paco Ignacio Taibo II, déjà cités, mais aussi, dans le désordre, Jean-François Vilar, Romain Slocombe, Roger Martin, Leif Davidsen, Milena Agus, Lydie Salvayre, Philippe Videlier, Tariq Ali, Yannick Haenel, Elena Poniatowska, Alicia Dujovne Ortiz, etc. Les fictions historiques de certains de ces auteur(e)s ont été ou seront prochainement chroniquées sur notre blog.

26Suivant le critique Philippe Lançon, il s’agit du procédé littéraire utilisé par Leonardo Padura pour L’Homme qui aimait les chiens : Philippe Lançon, « Piolet et lévriers », Libération, 13 janvier 2011.

27Cette expression est empruntée à John Dos Passos , dans sa trilogie USA (Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2002, 1344 p.) : « Quand Octobre fit craquer l’écorce du vieux continent ».

Simone Weil, Conversation avec Trotski, Paris, L’Herne, collection « Carnets », 2014, 112 pages, 7,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Débutons d’emblée par une mise au point : le titre choisi pour ce petit opuscule est trompeur, et en large partie erroné. Car si le couple Trotsky a bien eu l’occasion de rencontrer Simone Weil chez elle, en décembre 1933, la vive discussion qu’ils ont eu n’a été transcrite que partiellement, les notes en question n’occupant que trois pages, d’un format qui plus est réduit et avec une mise en page aérée… Certes, la suite du recueil entretient un lien avec le révolutionnaire russe alors en exil, mais il s’agit dès lors davantage de débats écrits, seulement exposés ici par les textes de Simone Weil (1909-1943)1.

En dehors d’un avant-propos de François L’Yvonnet, spécialiste de Simone Weil2, quatre articles sont reproduits, datant tous des années 1930. Le premier, « Conditions d’une révolution allemande » (juillet 1932), rend hommage à Trotsky, à son analyse de la situation allemande3, mais émet de sérieux doutes quant à son espoir d’un redressement du KPD [Parti communiste d’Allemagne], estimant que les moyens concrets de réalisation d’un front unique des organisations ouvrières font défaut. Il est complété par le très court « Sur la situation en Allemagne » (avril 1933), qui reproche surtout à Trotsky et aux trotskystes leur analyse encore différenciée de la Comintern, seul le KPD étant considéré comme failli ; le tournant vers la nécessaire création d’une nouvelle Internationale, la IVe, allait en réalité intervenir à l’été suivant.

Mais l’article majeur de Conversation avec Trotski est sans nul doute « Perspectives. Allons-nous vers la révolution prolétarienne ? », daté également de 1933. Il s’agit en effet d’une analyse de fond, dans laquelle Simone Weil expose ses conceptions politiques fondamentales. Critiquant la conception trotskyste d’un État ouvrier bureaucratiquement dégénéré en URSS, elle estime que le problème fondamental révélé par les dernières décennies, l’émergence du fascisme et la régression en URSS, est celui de la bureaucratie, plus exactement de la domination croissante d’une couche administrative, technicienne, qu’une révolution comme celle d’Octobre n’a pas suffi à mettre à bas. Il y a pour elle tendance générale au capitalisme d’État, le miroir tendu par l’URSS stalinienne offrant la vision cauchemardesque de cette évolution possible, contribuant à la domination totalitaire de l’État et à la suppression de tout espace de liberté.

Nous reconnaissons là des analyses qui s’inscrivent dans le sillage de celles d’un Bruno Rizzi4 ou d’autres secteurs de la gauche révolutionnaire dite ultra. Simone Weil insiste également sur la subordination de l’ouvrier à la machine, y voyant là aussi une tendance de fond5. « Il y aura socialisme quand la fonction dominante sera le travail productif lui-même ; mais c’est ce qui ne peut avoir lieu tant que durera un système de production où le travail proprement dit se trouve subordonné, par l’intermédiaire de la machine, à la fonction consistant à coordonner les travaux. » (p. 65) Ce pessimisme éclairé débouche sur des perspectives somme toutes limitées, contribuer à faire toute la lumière sur les phénomènes en cours, et, pour les prolétaires les plus conscients – et ils sont rares, selon Simone Weil, à ne pas être sous l’emprise d’une bureaucratie, quelle qu’elle soit, – s’investir dans le militantisme à la base, les syndicats étant encore finalement les organisations de classe les plus authentiques6. « Examen critique des idées de révolution et de progrès » (1937), enfin, se penche sur le « mysticisme » de la révolution, perçue individuellement comme solution miracle à tous les problèmes, et insiste sur l’incapacité des masses à spontanément la mener à bien, trop soumises qu’elles sont à l’emprise de la société. Surtout, et c’est là le lien avec l’article précédent, Simone Weil porte un regard désabusé, voire résigné, sur les révolutions passées et à venir, seulement bonnes à consacrer des évolutions antérieures et à consolider de nouvelles dominations sur les plus exploités. On peut voir dans ce dernier texte la marque d’un pessimisme croissant, proche du fatalisme, qui est aussi et surtout manifestation du poids de cette époque où il était, pour reprendre les mots célèbres de Victor Serge, « Minuit dans le siècle ».

1Il est d’ailleurs curieux qu’aucune table des matières n’ait été incluse, du fait sans doute de la faible épaisseur de l’ouvrage.

2Il a en particulier dirigé plusieurs ouvrages collectifs qui lui sont consacrés.

3Voir Léon Trotsky, Comment vaincre le fascisme ? (Écrits sur l’Allemagne 1930-1933), Paris, Les Éditions de la Passion, 1993.

4Bruno Rizzi, L’URSS : collectivisme bureaucratique, Paris, Champ libre, 1976.

5Sur cette thématique, voir François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014, chroniqué sur ce blog.

6Rappelons d’ailleurs qu’elle-même, agrégée de philosophie et enseignante, se fit ouvrière en 1934 et 1935. 

Serge Wolikow, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la révolution, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 2010, 287 pages, 26 € (DVD inclus).

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Ce livre constitue la réécriture du texte de l’HDR (Habilitation à diriger des recherches) du professeur d’histoire contemporaine de l’Université de Bourgogne, Serge Wolikow. Ce dernier s’est fait connaître d’un large public au fil des années en publiant ou co-dirigeant plusieurs ouvrages sur le mouvement communiste, dont Le Siècle des communistes (L’Atelier 2000), réponse collective au Livre noir du communisme initié par Stéphane Courtois. Serge Wolikow fut également un des initiateurs du Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste (L’Atelier, 2001), qui accompagne ce livre sous la forme d’un DVD. C’est un apport très précieux car celui-ci présente près de 800 biographies de kominterniens francophones, dont certains sont évoqués dans le cadre du livre. Il s’agit donc d’un complément fort utile à la lecture du livre.

Ce n’est certes pas le premier ouvrage consacré à l’IC (Komintern en russe), livres de témoignages1 ou analyses historiques2. Récemment, ceux de Pierre Broué3, M Andrieu4 et surtout, en anglais, celui de Kevin McDermott et Jeremy Agnew5. Mais avec le livre de Serge Wolikow, il s’agit de la première synthèse publiée (en français) depuis l’ouverture des archives de Moscou. Ajoutons que c’est également la première histoire anti-stalinienne6 écrite par un auteur proche du courant communiste (ainsi, dès l’introduction, l’auteur peut rappeler à la fois le rôle décisif de la répression stalinienne, tout en avertissant qu’il « faut donc prendre en garde à ne pas oublier ces opposants au prétexte qu’il n’auraient pas joué un rôle majeur dans l’histoire de l’organisation dès leur mise à l’écart », p. 15).

Le propos de l’auteur s’ordonne autour de trois parties. Dans un premier temps, ce sont les questions de l’organisation et de la stratégie qui sont exposées. La IIIe Internationale est créée en opposition à l’organisation socialiste internationale, tout en s’appuyant sur un État révolutionnaire en construction, l’Union soviétique. Cinq chapitres sont nécessaires pour couvrir le quart de siècle qui va de la naissance (chap. 1) à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale et de la dissolution de l’IC (chap. 5), en passant par l’époque charnière de la stratégie du Front populaire (1934-1938, chap. 4). A l’origine, l’IC se présente comme un drapeau et un symbole pour les courants politiques révoltés par l’attitude des socialistes qui ont cautionné (aussi bien en France, en Allemagne que dans la plupart des pays européens, sous des formes variées) la Première Guerre mondiale. La construction de l’appareil du Komintern est longue (au moins au regard de la perspective révolutionnaire qui enflamme le continent européen jusqu’en 1923), aboutissant à la bolchevisation des différents partis communistes. Par bolchevisation, il faut entendre la soumission des partis communistes nationaux au processus de stalinisation croissant qui envahit le parti soviétique et l’État ouvrier. C’est à travers ce processus de bolchevisation, finement décrit, que se forme l’ossature organisationnelles des partis communistes dans les différents pays européens et au-delà, jusque dans les années 1960. Partant du centre européen, l’implantation de l’IC gagne les périphéries (au-delà du continent européen qui l’a vu naître, dans les Amériques ainsi que dans les pays colonisés). Mais cette extension géographique ne doit pas faire oublier que le noyau demeure le continent européen. D’ailleurs, Serge Wolikow apporte au final assez peu d’éléments sur le communisme hors Europe. L’Amérique latine7 est absente de son propos, comme l’Afrique8 ou l’Asie, à l’exception notable de la Chine. Autour de cette Internationale se mettent en place une série d’organisations auxiliaires, ainsi le Profintern (Internationale syndicale rouge), le Sportintern (Internationale rouge des sports), le Krestintern (Conseil international paysan) ou l’Internationale des jeunes, sur lesquels l’auteur offre des informations, certes inédites, mais très ramassées.

Une fois la stabilisation capitaliste entamée, au milieu des années 1920, l’IC adopte ce qui sera considérée ensuite comme une période gauchiste et sectaire, la « Troisième période » où, selon l’heureuse formulation de l’historien la « mobilisation suscitée par la bolchevisation représente un moment politique où le volontarisme et l’espérance révolutionnaire se déplacent de la société vers l’organisation » (p. 77). Cette période « classe contre classe » (1929-1934) conduit à un affaiblissement généralisé des divers partis communistes à travers le continent et au-delà, mais aussi à la formation d’un corps de militants et de cadres dévoués et solides. Ce qui prédomine, c’est l’insistance sur la différenciation avec la social-démocratie et la défense de l’URSS comme forteresse, assiégée, du socialisme. Stratégie qui aboutit en Allemagne – le pays régulièrement montré comme le modèle à suivre pour l’ensemble de l’Internationale – à l’accession au pouvoir du parti nazi et d’Hitler, présentés comme l’ultime étape préalable à l’effondrement du système capitaliste et au triomphe du KPD (Parti communiste d’Allemagne)9. Comme l’exprime avec diplomatie l’auteur, « Au début de 1934, le bilan du Komintern est pour le moins contrasté » (p. 86).

Auteur d’un ouvrage sur le thème du Front populaire10, Serge Wolikow consacre un chapitre complet au retournement stratégique opéré par l’IC. Selon son interprétation, la stratégie du Front populaire ne peut se résumer à l’imposition d’une ligne politique d’alliance avec les socialistes et les radicaux, mais résulte également d’un usage des marges stratégiques par les différents partis communistes nationaux (et en particulier du PCF, le seul parti communiste important agissant dans la légalité). Durant plusieurs années, le PCF, du fait de ses responsabilités politiques (Serge Wolikow rappelle ainsi que Maurice Thorez a pu se montrer favorable à la participation gouvernementale dans le gouvernement de Front populaire, contre l’avis de l’IC11), se trouve au centre de l’IC. De manière inattendue, l’auteur choisit de conclure son chapitre sur le Front populaire par l’évocation des partis belge et suisse, préférant traiter de l’Espagne dans l’ultime chapitre de cette première partie.

En effet, la question de l’antifascisme, et du retournement patriotique constituent la trame de l’approche de la Seconde Guerre mondiale. Engagés dans une dénonciation de celle-ci comme « guerre impérialiste », les partis de l’IC développent cette thématique12, jusqu’à ce que
Hitler révèle ses véritables intentions et attaque l’Union soviétique le 18 juin 1941, après avoir proposé, dans des tractations secrètes avec Staline, un partage du monde entre les deux puissances
13. Finalement, Staline décide lui-même de dissoudre le Komintern en 1943. C’est à la fois le signe de l’abandon du projet révolutionnaire initial et un gage donné aux Alliés. Selon l’historien, cette dissolution ne fait que traduire une fonctionnalité déclinante de l’IC pour la direction russe qui aurait dû aboutir à une disparition plus précoce de l’Internationale, « sauvée » en quelque sorte par l’invasion nazie. Cette première partie, constituant pratiquement la moitié de l’ouvrage, présente une vue synthétique d’une haute densité.

Les deux parties suivantes rompent avec la présentation chronologique et se présentent sous forme thématique. La partie II aborde les thématiques de la culture et de la doctrine du Komintern, invitation à une analyse de la dimension anthropologique de l’IC, et plus particulièrement du Parti communiste français.

Il s’agit d’analyser le mouvement communiste comme producteur d’une culture politique spécifique, comme « la constitution d’une pensée monolithique et globalisante à prétention scientifique » (p. 148). Le chapitre 6 aborde cette culture par le biais de la presse et du livre, qui constituent une pièce maîtresse d’imposition d’une culture politique, système éditorial rapidement clé de voûte de diffusion de la Weltanschauung soviétique. Les chapitres suivants (7, 8 et 9) sont consacrés à des approches qui auraient méritées de plus ample développements, à savoir l’analyse économique14, à celle de l’État de classe15 et enfin à la nation (oscillant entre sa négation radicale en début de période et son exaltation en fin).

La troisième pourrait constituer une introduction à la lecture du DVD qui accompagne le livre puisqu’elle aborde la question des hommes, formation et destins des kominterniens. Les écoles nationales et surtout internationales de formation mises en place par les différents partis communistes permettent de développer une culture d’organisation, faite de discipline, de dévouement, mais aussi de soumission, parallèlement au développement de la stalinisation du système soviétique16. Le Komintern a été à la fois un instrument et une victime de la répression, diffusant « dans l’ensemble du monde communistes des comportements de discipline et d’obéissance aveugle et de remise de soi des militants et des cadres à leur organisation » (p. 239). Cette culture politique régressive est confortée par les défaites politiques successives auxquelles elle conduit : « Le silence et le secret, la discipline imposée et le contrôle de l’organisation sur les cadres et les militants deviennent des normes partagées par tous les partis communistes d’autant plus que l’extension de la guerre et bientôt sa mondialisation semblent justifier et associer la centralisation avec le monolithisme idéologique » (p. 245). Cette culture de la répression (allant jusqu’à l’élimination physique, dont l’exemple de Trotsky ne constitue qu’un épisode) a, selon Serge Wolikow, contribué à l’affaiblissement de l’IC, en accentuant la russification de l’appareil ainsi créé.

Cet ouvrage, d’un grand intérêt, malgré quelques limites, se conclut par une présentation des ressources archivistiques, permettant d’envisager une compréhension à la fois sociale et culturelle d’un activité politique, centrale pour le mouvement ouvrier, singulièrement dans l’hexagone, qui ne saurait laisser aucun lecteur indifférent. Tout le sel de ce livre de Serge Wolikow tient dans la dimension historique de son sujet.

1Jules Humbert-Droz, De Lénine à Staline. Dix ans au service de l’Internationale communiste, 1921-1931, Neuchatel, Éditions de la Baconnière, 1971, 507 p. Signalons aussi le témoignage/réquisitoire de Margarete Buber-Neumann, La révolution mondiale. L’histoire du Komintern (1919-1943) racontée par l’un de ses principaux témoins, Tournai, Éditions Casterman, 1971, 416 p.

2Un livre pionnier, celui dirigé par Jacques Freymond, Contributions à l’histoire du Komintern, Genève, Librairie Droz, 1965, 265 p.

3Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943, Paris, Fayard, 1997.

4Maurice Andreu, L’Internationale communiste contre le capital, 1919-1924, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx », 2003.

5Kevin McDermott, Jeremy Agnew, The Comintern : A History of International Communism from Lenin to Stalin, Basingstoke, MacMillan, 1996.

6 Dès la première page, l’auteur avance ainsi que « La dimension répressive et dictatoriale des communismes au pouvoir est un élément majeur de l’interprétation du communisme (… ) » (p. 5).

7Sur l’Amérique latine, lire l’ouvrage, en forme de quête, d’Alicia Dujovne Ortiz sur son père, Camarade Carlos. Un agent du Komintern en Amérique latine, Paris, La Découverte, 2008, bientôt chroniqué sur ce blog.

8 En fait la seule mention de l’Afrique se situe dans la dernière partie de l’ouvrage (p. 202) avec le Congrès de la ligue anti-impérialiste.

9 Notons au passage que l’on peut regretter la quasi absence de références aux documents d’analyse de l’IC sur le précédent historique de Mussolini en Italie, une dizaine d’années plus tôt.

10 Le Front populaire en France, Bruxelles, Complexe, 1999.

11 Serge Wolikow considère d’ailleurs que « La non-participation gouvernementale, à première vue paradoxale, témoigne des limites de sa marge de manœuvre à l’égard de l’IC » (p. 99).

12 Ligne qui rencontre de fortes résistances au sein des différents partis communistes, envisagées à travers le cas, peu connu, du Parti communistes de Grande Bretagne (p. 116 et suivantes). En France, cela amène la direction du PCF, dont Jacques Duclos, qui n’est en rien exonéré de ses responsabilités par Serge Wolikow, à envisager de faire reparaître légalement L’Humanité. Des rencontres entre des représentants du PCF illégal à l’époque et des diplomates nazis ont été organisées. Sur cet aspect spécifique, Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, Juin 1940. La négociation secrète, Paris, L’Atelier, 1996. Citant ce livre, basé sur des archives inédites, l’auteur rappelle que la déclaration d’intention du PCF, élaborée par Duclos et Tréand est « non exempte de connotations antisémites » (note 57, p. 143).

13 Négociations diplomatiques par ailleurs assez paradoxales si l’on songe que Hitler « réservait » aux Russes le Moyen-Orient et l’Asie, tandis que Staline se montrait pour sa part « intéressé » par les Balkans et l’Europe de l’Est, que visaient aussi directement les nazis en envahissant la Yougoslavie et développant des accords avec la Bulgarie ou la Hongrie.

14 Dont le bilan n’apparaît pas franchement satisfaisant : « l’analyse économique du Komintern, en synchronie avec la stalinisation, a abandonné l’ambition d’une approche théorique fondée sur l’observation, mais a fractionné l’analyse, et oscillé entre radicalisation politique et pragmatisme, la rendant ainsi largement inaudible sinon inutile pour le mouvement ouvrier qui traditionnellement y puisait des arguments pour l’action. En fait, cela marquait un affaiblissement durable de l’analyse économique face à l’urgence de l’action politique » (p. 174).

15 Chapitre à la fois dense et trop rapide puisque y sont notamment abordées les questions de l’émergence de la revendication des nationalisations par le PCF, de la nature du gouvernement de Front populaire espagnol (démocratie populaire ou démocratie d’un type nouveau ?) Le bilan qu’en tire Serge Wolikow est lui aussi mitigé pour le moins, « l’héritage doctrinal de l’IC est donc contradictoire et incertain » (p. 197).

16 Le lecteur intéressé peut se reporter à la réédition récente du livre de Léon Trotsky, Staline, Éditions Laville, 2011, dont une note de lecture figure sur notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1353

Louis Aragon, L’homme communiste, Paris, Le temps des cerises, 2012, 498 pages, préface de Francis Combes, 22 €.

Un compte rendu de Florent Schoumacher

Francis Combes, poète et par ailleurs traducteur, notamment de Vladimir Maïakovski, ne se trompe guère lorsqu’il commence sa préface à l’ouvrage de Louis Aragon en écrivant : «Voici un livre dont on ne pourra pas soupçonner l’éditeur de le rééditer pour céder à un effet de mode » (p. 7). Cependant, il poursuit en déclarant qu’il faille y prendre garde, qu’Aragon sera peut-être un jour ce qu’il est convenu de nommer un auteur « dans le vent ». Admettons. En tant que poète du XXe siècle c’est certain, en tant que romancier, peut-être, mais en tant qu’essayiste, la question peut être posée.

L’ouvrage publié en deux tomes à l’époque, l’un en 1946, célébrant les héros tombés sous le joug nazi, l’autre en 1953 célébrant un parti tout puissant, possède-t-il une vraie valeur historiographique ? Cet ouvrage nous a plu – comme il peut également plaire à tout communiste –, mais avec des réserves, cependant. Reste à savoir s’il possède une valeur intrinsèque hors de tout militantisme. Tel est sans doute le cas d’un texte lumineux, poignant sur Gabriel Péri. Dans ce texte nommé « La passion de Gabriel Péri », Aragon est Aragon, il raconte le froid, la douleur. Nous sommes encore en 1944, il s’agit d’un écrit de résistance, l’oraison funèbre pour un homme sans tombeau. Aragon parle de Péri le résistant, s’imagine l’enfant Péri, « c’était un homme de mon pays, du pays des miens » (p. 185). Dans ce texte entrecoupé de citations de Gabriel Péri lui-même, Aragon dialogue avec le mort d’outre-tombe. « Nous arrivons à cette nuit qui est la dernière de Péri vivant et la première de Péri l’immortel »  (p. 191). Si c’est une passion, Péri est Jésus, mais il faut alors un Judas Iscariot, c’est le rôle de Camille Fégy, rédacteur à L’Humanité, son délateur. « Ainsi commence sa légende ».

Notre poète va aussi se servir de sa plume pour multiplier les hommages aux martyrs. « C’est peut-être mal écrit, mais il n’y a rien dont je ne sois …Je vous jure que je donne tous les Paysan de Paris comme tous les Crève-cœur pour ces quelques pages qui, de machine en machine, ont fait le tour de France » (p. 110) écrit-il en 1946 en préface à des textes datant de 1942. Aragon fait dans la martyrologie sublime, traite de l’engagement communiste sous l’Occupation nazie. Le 20 octobre 1941, le responsable des troupes d’occupation en Loire, le lieutenant-colonel Karl Hotz, est abattu à Nantes par des résistants. En représailles, les autorités nazies fusillent, le 22 octobre 1941, 48 militants pris comme otages, 27 à Châteaubriant, dont Guy Môquet, exécuté alors qu’il est évanoui après des tortures, et 21 à Nantes.

Au sortir de la guerre, il faut reconstruire un monde nouveau. Certains autres textes comme « Écrit pour une réunion de quartier » datant de 1946 (p. 21-54) sont tout simplement une « école du communisme », on y explique la cellule, le communisme, l’engagement. « C’est parmi les non-communistes que les communistes recrutent, et cette La Palissade, il ne faut la perdre de vue » dit Aragon. Certaines phrases résonnent comme un vieux phonographe désuet, d’autres se mesurent à une réalité toujours contemporaine : « Oui chaque fois que quelque chose va mal, on dit que ce sont les communistes. Ces gens-là, ma parole, sont si utiles comme boucs émissaires, que s’ils n’existaient pas il faudrait les inventer » (p. 29). Louis Aragon ne connaissait pas encore le maccarthysme, et il ne connaîtra jamais les nouvelles lois anticommunistes des ex-pays baltes, où par exemple l’usage des symboles du communisme est désormais réprimé.

Néanmoins, une critique. Dès ses premiers romans Aragon nous livre son intérêt pour le genre féminin: « Ils cherchent, ils attendent de ces bosquets perdus sous les feux du risque une femme qui n’y soit pas tombée, une femme de propos délibérée, une femme ayant de la vie un sens si large, une femme si vraiment prête à tout, qu’elle vaille enfin la peine de bouleverser l’univers. »1. Ici, dans ce long livre, ne valent-elles donc pas l’univers ? Ne sont-elles pas des communistes à part entière. Sont-elles la « moitié du ciel » qui doit le rester, là-bas, dans un coin ? C’est vrai, ici Aragon parle de Paul Vaillant-Couturier, de Maurice Thorez, de Gabriel Péri de Jacques Duclos et de Paul Eluard, mais jamais de femmes. Francis Combes de le souligner : « Sans aucun doute, celui qui nous paraît aujourd’hui le plus évident est la quasi-absence des femmes ». Oui, quelques mots sur une héroïne de la Résistance Berthie Albrecht, il est vrai, non-communiste, pendue à Fresnes (et non décapitée comme le dit Combes dans la préface et Aragon à la page 241). On y retrouve vaguement Maïe Politzer, morte à Auschwitz. En somme, on trouve des épiphénomènes ou des « femmes de », mais pas de communistes femmes. Quel gâchis ! Aragon s’en explique lui-même dans la préface au deuxième tome, avec une grande maladresse : « A vrai dire il y a ici un manque subsistant et qui, à la réflexion me semble grave…personne ne m’a dit que, dans ce livre, il n’y avait pas d’image de femme….Mais [l’auteur] voudrait aussi dire… qu’en fait on ne saurait l’accuser de méconnaître le rôle de la femme dans le monde, après Les Cloches de Bâle, et en général ses romans. ..[L’auteur] a pour habitude de dire que [le titre de son dernier roman paru], Les Communistes, est en réalité pensé au féminin et que c’est Les femmes communistes qu’il avait en tête d’appeler quand il l’entreprit. C’est à peine une exagération » (p. 241), et nous répondons, c’est à peine une excuse !

En effet, non seulement Aragon avoue qu’il exagère un peu, sans doute parce que Elsa Triolet l’y a quelque peu incité, mais en plus il préface un livre où la femme n’aura pas plus sa place, voire moins, que dans le premier tome. Notre poète communiste, ici essayiste de circonstance n’a-t-il pas produit ces vers d’une puissance inaltérable, certes bien après, en 1963: 

« L’avenir de l’homme c’est la femme.

Elle est la couleur de son âme

Elle est sa rumeur et son bruit

Et sans Elle il n’est qu’un blasphème …» (Le Fou d’Elsa).

J’en conclus donc que ce livre est partiellement un blasphème et je ne le tairais pas, même s’il faut souligner le courage de l’éditeur. De plus, ce dernier a décidé de publier in extenso les deux tomes en un volume, sans caviardage et donc avec une grande honnêteté. L’impression reste tout de même mitigée. Véritable manuel du communiste, véritable martyrologie magnifique en 1946, l’exercice tourne en 1953 à la farce tragique surtout dans le paragraphe où Maurice Thorez est qualifié de « professeur d’énergie nationale » (sic !). L’exergue du second tome, une citation du Joseph Staline sur la dialectique, n’a strictement aucun sens dans le contexte supra-hagiographique du livre (on parle de celui de 1953). Elle est du plus bel effet, certes, d’autant qu’elle est d’une approximation rare2.

«La critique devrait, en matière de littérature, être une sorte de pédagogie de l’enthousiasme » (J’abats mon jeu, 1959)… on aura essayé Louis !

1Le paysan de Paris, 1927.

2 Pour les lecteurs intéressés, le texte de Staline est disponible ici : http://www.meeus-d.be/marxisme/classiques/diamat.html

Georges Vidal, Histoire des communismes au XXe siècle, Paris, Ellipses Marketing, 2013, 368 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Nous avons déjà eu l’occasion, dans Dissidences, de recenser favorablement les travaux de Georges Vidal1. Cette fois, il s’essaye à la synthèse d’envergure, proposant rien moins qu’un tableau des communismes essentiellement durant le court XXe siècle, débordant légèrement en ses extrémités. Loin d’une histoire monochrome, il en souligne le « caractère foncièrement composite » (p. 9), estimant que « le communisme a été le grand paradoxe du XXe siècle » (p. 5). Déplorant la « balkanisation historiographique » régnant sur le communisme, il fait donc sienne une vision privilégiant la pluralité et la diversité du phénomène, loin des excès de ce que l’on nommera « l’école Courtois » (le pluriel du titre choisi par l’auteur fait déjà sens). La synthèse que nous propose Georges Vidal est de qualité, relativement complète sur le plan politique, et on discerne la patte plus personnelle de son auteur à travers l’insistance mise sur la dimension militaire de l’histoire des communismes. Cette histoire des communismes s’articule en une appréhension périodique faite de deux grandes tendances, trop générales en apparence mais finalement stimulantes : un essor et une volonté « d’intégration internationale » de 1917 à 1953, puis un déclin progressif lié à un polycentrisme croissant et un épuisement aussi bien économique que politique. Dans notre lecture, nous nous arrêterons sur quelques éléments seulement d’une synthèse fort riche, mais dont une bonne partie des développements n’apprendront que peu de choses aux lecteurs accoutumés du sujet.

A propos des bolcheviques, Georges Vidal défend l’idée d’un syncrétisme entre social-démocratie européenne et tradition révolutionnaire autochtone, et rappelle le contexte de désagrégation de la société qui fut celui d’Octobre 1917. A cet égard, ses remarques sur la volonté limitée de démocratisation, aussi bien venant des masses (on reconnaît là les travaux de Marc Ferro) que des bolcheviques eux-mêmes, par souci d’efficacité, méritent d’être soulignées2. Dans ce cadre, la bureaucratisation du Parti en est facilitée, mais Georges Vidal insiste également sur le « (…) phénomène plus large de militarisation du système soviétique, d’une part parce que les méthodes militaires paraissent être la solution pour relever un pays exsangue après des années de guerre, d’autre part parce que la guerre civile et la victoire de l’Armée rouge deviennent dans la mythologie soviétique le véritable creuset de la Russie communiste (…) » (p. 33). Il met également en valeur la rupture entre l’avant et l’après-Staline, la première période étant caractérisée par un « sens de l’adaptation » qui tranche avec la rigidité et le recentrage national de la période suivante. Dès lors, l’auteur estime que s’édifie un totalitarisme, usant d’une « logique génocidaire » (p. 44) dès 1932-1933 – ce que l’on peut trouver discutable –, que la Grande Terreur finalise3. De même, Georges Vidal montre bien que l’Internationale communiste est passée de la révolution mondiale comme finalité à sa « vassalisation » par Staline, servant à l’URSS d’instrument de politique extérieure ; sa dimension de « mécanique à produire des fantasmes » (p. 80) est un autre angle à prendre en considération.

Concernant les Partis communistes étrangers, justement, les développements à leur sujet sont souvent précieux : on relèvera par exemple la « résistance passive » manifestée par le PCF à la « stalinisation », la définition d’une identité durable à compter des années 19304, le rappel de la dissidence de droite alsacienne souvent moins connue que celle d’un Doriot, ou cet autre parti de masse que fut le parti tchèque… Quant à ce que l’auteur nomme les périphéries du communisme, essentiellement les partis communistes chinois et indochinois, il constate une plus grande part d’empirisme, de syncrétisme avec les cultures nationales, laissant déjà émerger de futurs « national-communismes ». Sur la fin de la Seconde Guerre mondiale, Georges Vidal montre bien qu’en opposition aux projets de Staline, la situation était bien favorable à la révolution, et que l’URSS était loin d’être à la hauteur des États-Unis et des fantasmes d’agression qu’elle a nourri pendant la guerre froide5. Pour la seconde grande partie de son approche, on retiendra un exposé clair de l’impossibilité de réformer le système bureaucratique en dépit des efforts d’un Khrouchtchev, en particulier, ou une analyse pertinente de la révolte hongroise de 1956. En Europe de l’est, justement, le développement est national plus qu’inter-national, et les réformes économiques tentées finissent toutes par échouer, même en Hongrie, véritable pointe avancée en la matière. Toutes les difficultés des partis communistes occidentaux, tiraillés entre révisionnisme et conservatisme, sont bien exprimées par la situation du parti communiste italien, à l’ambivalence chronique6 (p. 204). L’URSS de Brejnev connaît dès lors une évolution riche en potentialités d’éclatement, que ce soit la mise en place d’une « féodalité soviétique » ou l’affirmation d’une société civile dans laquelle la dissidence trouve son terreau. En ce qui concerne le déclin des PC occidentaux, Georges Vidal lui attribue une cause sociale déterminante, la recomposition de la classe ouvrière (p. 288). Dans le récit de la crise finale du camp soviétique, il est intéressant de noter la déconnexion que l’auteur fait des événements de 1989 en Chine, selon lui davantage liés aux divisions internes du PCC qu’aux mutations alors en cours en URSS et en Europe de l’est. Enfin, le rôle central du « discours moral » (p. 344) dans les références des PC actuels et qui serait un élément clef de différenciation d’avec les partis socialistes nous paraît être un axe explicatif porteur.

Les points faibles de son étude tiennent d’abord à la nature de son objet7. Lorsque le PCC n’a, selon Georges Vidal, comme seule continuité historique que son rôle dirigeant et son nationalisme, la question de son identité réellement communiste mérite d’être posée, ce qui fragilise toute la structure de l’ouvrage, car Georges Vidal estime dès son introduction que l’idéologie des États communistes remplit un rôle qui n’est pas seulement incantatoire… Paradoxalement, d’ailleurs, il ne traite pas de plusieurs pays ayant pourtant choisi un temps l’affiliation au camp socialiste, Mongolie, Angola, Éthiopie, Afghanistan, Laos, Corée du nord, etc… Surtout, ce que l’auteur nomme les « dissidences » du communisme, auxquelles il consacre tout de même un chapitre entier, ne sont prises en considération que pour la période de l’entre-deux-guerres. Cela s’accompagne également de certaines erreurs8 et de conclusions fragiles. Comment peut-on affirmer que le trotskysme connut après la Seconde Guerre mondiale un « recul inexorable de son influence », en oubliant aussi bien la Bolivie que le Sri Lanka, sans parler des années 68… Quant aux communismes de gauche, ils sont de toute façon jugés, dès l’entre-deux-guerres, issus de « scissions sans avenir » (p. 123). De même, les maoïstes sont trop rapidement traités, particulièrement les organisations les plus amples sinon les plus singulières (en Inde ou au Népal, en particulier).

Néanmoins, la synthèse que nous propose Georges Vidal est de qualité, dans laquelle on discerne la patte plus personnelle de son auteur à travers l’insistance mise sur la dimension militaire, relativement complète sur le plan (géo)politique et socio-économique, bien que l’on puisse regretter que la dimension culturelle du communisme soit totalement délaissée9.

1 Voir dans notre revue électronique la recension de La grande illusion ? Le Parti communiste français et la Défense nationale à l’époque du Front populaire, Lyon, PUL, 2006.

2« Ainsi, dès sa fondation, la république des soviets est soumise à des forces profondes qui l’écartent d’un processus de démocratisation. » (p.26). On notera toutefois que l’exercice de la démocratie au sein du Parti bolchevique, au moins jusqu’au début des années 1920, semble en partie sous-estimé.

3A titre de comparaison, la Chine communiste serait sorti du totalitarisme avec Deng Xiaoping prenant les rênes du pouvoir.

4« Désormais, l’identité communiste en France est faite de la combinaison de quatre dimensions : sociale avec un enracinement ouvrier, territoriale avec une large assise municipale, nationale par la légitimation d’un discours républicain et patriotique, téléologique avec la république des soviets. » (p. 96).

5« Cette position paradoxale des Soviétiques qui sortent à la fois renforcés et affaiblis de la guerre explique l’attitude contradictoire adoptée par Staline qui désormais mène une politique de grande puissance tout en étant conscient de la vulnérabilité de l’URSS. » (p.157).

6Ce dans le même temps où, durant les Trente Glorieuses, « (…) leur culture politique atteint sa pleine maturité au terme d’un long processus de cristallisation de réseaux de sociabilités et de solidarités, qui leur assurent un solide enracinement dans les pays où le PC dispose d’une large base sociale. » (p.264). Ce que l’on peut relier à l’affirmation, selon nous fort juste, selon laquelle le PCF ne nourrissait aucune volonté de prise du pouvoir au moment de la crise de mai 68 (p. 272).

7Quelques erreurs ponctuelles ou analyses contestables peuvent également être relevées, mais elles sont relativement dérisoires au vu de l’ampleur du sujet embrassé : Leningrad existant dès 1921 (p. 36) ; l’oubli de l’opposition cristallisée autour de Rioutine au début des années 1930 (p. 38) ; la mise en parallèle des critiques de Rosa Luxemburg et de Karl Kautsky à l’égard des bolcheviques, alors que la première est fraternelle (p.56) ; un Staline antisémite dès les années 1930 (p.110) ; un massacre des communistes indonésiens en 1965 délaissé, alors qu’il fit au bas mot environ 500 000victimes..

8La définition de la révolution permanente incomplète (p.117), Nin catalogué trotskyste au moment de sa mort (p.119), Voix ouvrière existant dès 1939 (p.120), les scissions au sein du mouvement trotskyste expliquées surtout par une « logique permanente de conflit interne » et « un strict dogmatisme » (p.120) [voir sur ce sujet mon article « La nébuleuse trotskyste, ou le pullulement des micro-organisations », in Dissidences, volume 6 « Trotskysmes en France », avril 2009, p.171 à 188], un tableau erroné du trotskysme français (p.121) et une mention bien trop brève d’un trotskysme indochinois pourtant développé dans la seconde moitié des années 1930…

9Le format limité de l’ouvrage explique dans doute, en partie du moins, ce hiatus.

Jean-Jacques Marie, Beria. Le bourreau politique de Staline, Paris, Tallandier, collection « Biographies », 2013, 512 pages, 25,90 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après avoir livré les biographies des dirigeants successifs de la Russie révolutionnaire puis de l’URSS, Lénine, Staline et Khrouchtchev1, l’historien émérite Jean-Jacques Marie a décidé de se pencher sur Beria, celui qui reste pour la postérité l’âme damnée de Staline. Le lien est d’autant plus étroit avec les figures précédentes que Beria, à la mort de Staline, exerce pendant quelques semaines un leadership de fait au sein de la direction collective du pays. « Une biographie de Beria est donc une histoire du stalinisme, de sa crise récurrente et des convulsions qu’entraîne toute tentative de le réformer. » (p.13). L’inculture de Beria, sa sinistre médiocrité, font ainsi écho à celles de la bureaucratie toute entière2. Surtout, au-delà du contrepoint aux quelques autres biographies avec lesquelles il a des désaccords de fond3, Jean-Jacques Marie poursuit dans ce travail son étude de la bureaucratie soviétique4. Il met en outre à profit des documents publiés dernièrement, relatifs au procès de Beria, ce qui le conduit à de longs développements finaux sur ce thème ; il insiste en particulier sur la réalité de la tenue de l’instruction et du procès, a contrario de la légende, reprise par des auteurs comme Nicolas Werth, d’un Beria exécuté dès son arrestation et remplacé par un sosie (sic).

D’origine paysanne modeste, Beria semble avoir eu une existence instable durant la guerre civile, oscillant entre les camps en lutte. Son ascension dans le parti communiste et la police politique débute à l’orée des années 1920, en Géorgie et en Transcaucasie, mais faillit rapidement être brisée : en 1922, en effet, la commission centrale de contrôle du parti recommanda son retrait de la tchéka, suite à de possibles abus de pouvoir. En 1934, à l’occasion du XVIIe Congrès du Parti communiste, Beria, comme Khrouchtchev, fait son entrée au comité central, s’imposant dans le même temps comme le dirigeant suprême des PC de Transcaucasie. C’est à l’été 1938 que Beria intègre le premier cercle dirigeant en étant nommé à la tête du NKVD, ce nexus du système bureaucratique : « (…) la police politique est à la fois le cœur de la nomenklatura, le concentré de son parasitisme, de sa corruption et de sa violence organique ; et, en même temps, l’instrument qu’utilise Staline pour contrôler, voire terroriser, la nomenklatura elle-même et l’appareil du Parti. » (p.13). Il participe donc pleinement aux purges de la Grande Terreur, et accroît également les privilèges des cadres de son administration, qui finissent par dépasser ceux des cadres du Parti ! S’ensuit alors une longue litanie d’arrestations et d’exécutions, Beria s’avérant être un serviteur zélé de Staline.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il supervise la production d’avions, de fusées et de mortiers, permet le transfert des industries vers l’est, et assure la sécurité des conférences de Téhéran, Yalta et Potsdam. C’est également lui qui prend en charge la déportation, voulue par Staline, des peuples du Caucase et de Crimée dans des conditions terribles5. Autant de titres de gloire qui lui valent le statut de maréchal en juillet 1945. La même année, il dirige le projet atomique, basé en grande partie sur les résultats de l’espionnage, et abandonne la direction du NKVD pour devenir vice-président du conseil des ministres. Les choses sont réellement bouleversées au lendemain de la mort de Staline. Beria devient en effet ministre de l’Intérieur et de la sécurité, deux fonctions réunifiées, tandis que Malenkov est chef du gouvernement. Mieux informé de l’état réel du pays que le Parti lui-même, Beria lance toute une série de réformes visant à préserver le régime en place : libération de 40% des détenus d’un goulag décidément improductif, début d’une séparation de l’appareil du parti et du gouvernement au profit du second, remise en cause de la russification des appareils des Républiques de l’URSS et des démocraties populaires, projet d’une Allemagne réunifiée et neutre… Mais réalisées dans la précipitation, et surtout sans réel soutien ni de la population, pour qui il est toujours associé à la répression, ni d’une fraction du Parti, qu’il a mécontenté, ces réformes conduisent à son arrestation par ses collègues dirigeants6.

En plus de cette reconstitution de la vie de Beria, Jean-Jacques Marie se penche sur l’évolution de son image, en particulier en Russie depuis la fin de l’URSS, débouchant sur une réhabilitation mitigée. Un travail toujours érudit, parfois même trop riche en données factuelles (sauf sur la vie privée de ce dirigeant, laissée pour l’essentiel dans l’ombre en dehors de son alcoolisme7), souffrant de l’absence totale d’iconographie (en particulier de cartes), mais qui est une plongée saisissante dans la réalité policière de l’URSS stalinienne.

1 Staline, Paris, Fayard, 2002, chroniqué dans Dissidences-BLEMR n°10, février 2002 ; Khrouchtchev, la réforme impossible, Paris, 2010, chroniqué sur notre ancien site ; Lénine, la révolution permanente, Paris, 2011, chroniqué sur notre blog.

2 « Pour un Staline qui lisait, l’appareil du Parti était composé d’individus ternes, souvent ignares, bureaucrates professionnels sans aucune compétence dans aucun domaine, plus doués pour les intrigues que pour les problèmes économiques, sociaux et politiques (…) » (p.75).

3 Essentiellement celles de Thaddeus Wittlin, Beria : chef de la police secrète stalinienne, récemment rééditée chez Nouveau monde éditions, et celle de Amy Knight, Beria, Paris, Aubier, collection « Histoires / Biographies », 1993.

4 Il va même jusqu’à prendre une relative distance avec Trotsky, qui revendiquait seulement une révolution politique en URSS, lorsqu’il parle du « (…) coup d’État [de Staline qui] est aussi social : l’instauration du pouvoir absolu de la caste bureaucratique parasitaire. » (p.109), nécessitant dès lors également une révolution sociale…

5 Voir du même auteur, Les Peuples déportés d’Union soviétique, Bruxelles, Complexe, 1995.

6 « L’offensive contre Beria recouvre une attaque plus générale des apparatchiks du Parti contre l’appareil policier, dont ils ont besoin, mais qu’ils veulent étroitement contrôler. » (p. 387).

7Dans le roman-fleuve de Vassili Axionov (1932-2009) Une Saga moscovite (Gallimard, 1995) des aspects particulièrement peu reluisants de la sexualité de Beria sont représentés : Légendes ? Réalités ?

Jean-Jacques Marie, Staline. 1878-1953. Mensonges et mirages, Paris, Autrement, collection « Vies parallèles », 2013, 288 pages, 21 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce nouvel ouvrage de Jean-Jacques Marie est le tout premier d’une nouvelle collection lancée par les éditions Autrement, visant à étudier les représentations d’un personnage historique et leur évolution, tout en proposant une iconographie soignée. On sait l’auteur familier de son sujet, puisque sa première biographie de Staline fut publiée en 1967 au Seuil, et qu’elle fut suivie d’un « Que sais-je ? » en 1995, d’une étude en 1998 sur la jeunesse de Staline, déjà chez Autrement, dans la collection « Naissance d’un destin »[1], et surtout de l’ouvrage de référence qu’est son Staline chez Fayard en 2003[2].

A tous les lecteurs de ces précédents livres, cette nouvelle parution risque de n’apporter que peu de choses nouvelles. Elle n’en est pas moins une excellente synthèse, qui, sans être réellement centrée sur les représentations, s’intéresse plutôt au phénomène Staline. Se situant ainsi dans la continuité de ses biographies de Khrouchtchev et de Lénine (voir nos recensions sur l’ancien site et le blog de Dissidences), Jean-Jacques Marie décrit avec beaucoup de précisions le cancer bureaucratique qui ne cessa de ronger l’URSS. Le renforcement de la bureaucratie par Staline dès 1922 lui permet progressivement de s’extraire d’elle en éradiquant le Parti bolchevique lors des « Grandes Purges » (Jean-Jacques Marie met l’accent sur cet aspect de la Grande Terreur plutôt que sur les cibles prises dans la population) et en formant une nouvelle caste dirigeante privilégiée, soumise[3], qui, sitôt l’ennemi nazi écrasé, entreprit le dépeçage de la propriété d’État.

A la lecture de ces pages parfois sidérantes, d’où suintent la douleur et le sang, on ne peut que constater un bilan globalement négatif ; la position trotskyste traditionnelle de « défense de l’État ouvrier dégénéré » et des acquis de la révolution d’Octobre n’apparaît d’ailleurs que dans les toutes dernières pages, tout comme la critique de l’usage du concept de « totalitarisme » englobant dans une semblable condamnation l’étude du fascisme nazi et de l’URSS stalinienne… Évoquant également diverses légendes, comme celle sur la paternité de Staline ou son statut mythique d’agent de l’Okhrana, Jean-Jacques Marie s’arrête à plusieurs reprises sur le culte de la personnalité, de sa mise en place à l’extrême fin des années vingt, même si certains chapitres ont des intitulés partiellement trompeurs : « Le culte », « Le plus grand génie de tous les temps et de tous les peuples » et « La dernière flambée du culte » reprennent en fait rapidement le fil biographique du personnage, et on aurait aimé bénéficier de davantage d’éclairages sur les funérailles de Staline ou le sort de sa momie.

Parmi les pages les plus intéressantes, celles qui évoquent l’évolution de l’image de Staline en URSS puis en Russie, jusqu’à son partiel retour en grâce sous l’ère Poutine, qui voit « La transformation de Staline en héros national russe opposé au cosmopolitisme révolutionnaire » (p. 257), en parallèle d’un contrôle effrayant de l’histoire nationale. On regrettera enfin de ne pas avoir d’éléments suffisamment probants sur la perception de Staline à l’étranger au fil du temps, et sur l’évolution de l’historiographie sur Staline autrement que par de brèves allusions (si Simon Sebag Montefiore est accusé d’être trop complaisant avec Staline, rien n’est dit par exemple de la récente biographie de Domenico Losurdo).


[1]              Elle fut chroniquée dans le tout premier numéro du BLEMR, décembre 1998, consultable sur l’ancien site de Dissidences : http://www.dissidences.net/documents/blemr1.pdf

[2]              Voir la recension de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles dans Dissidences-BLEMR n°10, février 2002.

[3]              Devant la catastrophe de la collectivisation et l’arrivée d’Hitler au pouvoir, « La bureaucratie affolée serre les rangs autour d’un sauveur suprême, une situation que ses collaborateurs approuveront jusqu’à sa mort » (p.142).

Sygmunt Stein, Ma guerre d’Espagne. Brigades Internationales : la fin d’un mythe, Paris, Seuil, 2012, 266 p., 19 €

Un compte rendu de Christian Beuvain, Edouard Sill, Georges Ubbiali (avec la collaboration de Rémi Skoutelsky)

I – Le récit

En 2012, les éditions du Seuil publient un livre de souvenirs (écrit en 1938) de Sygmunt Stein, un ancien combattant juif des Brigades internationales, Ma guerre d’Espagne, avec un sous-titre volontairement provocateur, Brigades internationales : la fin d’un mythe, et une postface rédigée par un spécialiste de l’histoire du communisme et du trotskysme (mais pas des Brigades), Jean-Jacques Marie. L’ouvrage connaît un certain succès médiatique, de par son contenu – anti-stalinisme et anti-communisme mêlés – qui vient renforcer une des tendances actuelles des travaux sur le communisme, mais suscite aussi une controverse dans le milieu des historiens travaillant (ou ayant travaillé) sur les Brigades. Publié en yiddish au début des années soixante, ce livre est demeuré inédit en français jusqu’à cette publication. Néanmoins, le propos de Sygmunt Stein est connu depuis plus d’un demi-siècle, du moins par les auteurs lisant le yiddish, comme Arno Lustiger[1] et David Diamant[2] pour ne citer qu’eux. Sygmunt Stein, militant communiste juif polonais, réfugié en Tchécoslovaquie, travaille dans les services de propagande du GEZERD (OZET en russe), qui est le nom yiddish de la Société pour l’installation agricole des travailleurs juifs, au Birobidjan[3] : il est rédacteur de la revue en allemand  Birobidjan en construction. Ébranlé par les procès de Moscou, il demande à partir en Espagne, afin de raviver son engagement : « la victoire de la République espagnole serait peut-être le début d’une vague révolutionnaire, qui pourrait déferler sur l’Europe et influencer le déroulement de la révolution en Union soviétique » (p. 20). C’est donc avec un grand espoir qu’il est autorisé à rejoindre les Brigades internationales. Mais il va de déconvenue en déconvenue. Selon lui, les Brigades sont gangrenées par la pègre, car nombreux sont parmi eux les individus attirés par les promesses financières tenues par les communistes. Il y règne la corruption et même la terreur à l’égard de toute forme de dissidence potentielle. Les beuveries succèdent aux beuveries, les orgies rassemblent les dirigeants corrompus, et les amours tarifés (avec des prostituées syndiquées à la CNT,  ou avec des militantes étrangères) font des ravages sanitaires dans les rangs des brigadistes. Les Soviétiques règnent en maître sur ce milieu décadent. Ainsi, les médicaments envoyés par l’aide internationale ou achetés par le gouvernement républicain sont renvoyés en Union soviétique. Il en va de même de l’armement russe qui est fourni aux combattants en fonction de critères politiques, ceux de l’allégeance à Moscou. Les dirigeants communistes, André Marty, le commandant communiste français des Brigades à Albacète ou la Pasionaria apparaissent, sous sa plume, comme des brutes (Marty) ou des icônes fabriquées (Dolorès Ibarruri). La compagnie Botwin[4], qui subit une véritable hécatombe (perte de 85% de combattants au premier assaut), est, toujours selon l’auteur, composée de pauvres juifs immigrés (les milieux  juifs parisiens cherchant à se débarrasser des juifs polonais immigrés en les expédiant en Espagne), déboussolés et sans tradition politique. Bref, « Rome et Berlin fournissaient des avions et des chars, tandis que Moscou continuait à envoyer des commissaires de police, des surveillants de prison et des pelotons d’exécution » (p. 238).

II – Le contexte originel de construction du livre

Ce témoignage, écrit à Paris en 1938, est d’abord donné par Sygmunt Stein à un militant socialiste, Roman Abramovitch. Après la Seconde Guerre mondiale, il sort en feuilleton dans le grand quotidien yiddish de New York, Forverts (The Forward, En Avant) en 1956, avant d’être publié en livre, toujours en yiddish, fin 1961. La parution sous forme d’articles est due à l’initiative du correspondant parisien de Forverts, Avrom Shulman. En 1961, le texte est relu avant publication par un certain Yitskhok Kletshevski, un ex-membre du Bund[5]. C’est du moins ce que nous apprend l’auteur dans l’avant-propos, rédigé à Paris en novembre 1961. Le manuscrit original est donc relu, sans doute corrigé, et (peut-être) retravaillé pour correspondre à la politique éditoriale du Forverts. Ce quotidien, qui est créé en 1897 dans la mouvance socialiste du milieu des émigrés juifs new yorkais, se retrouve assez rapidement, dans les années 1920, en opposition aux communistes. Son orientation devient franchement anti-communiste, surtout à l’époque de la guerre froide, où il est de tous les combats contre les « rouges infiltrés » dans les administrations fédérales ou à Hollywwood, contre les « espions atomiques », soutenant la guerre de Corée puis la guerre du Vietnam, etc. Le mode opératoire (contacts préliminaires avec des socialistes anti-staliniens, réécriture du manuscrit avec l’aide d’un spécialiste, écrivain ou journaliste anti-communiste, publication du texte en articles dans un journal puis ensuite chez un éditeur), une anti-leftist rhetoric issue de la théorie du totalitarisme et le contexte éditorial de l’ouvrage construisent une configuration semblable à celle d’autres écrits célèbres de la guerre froide, parus aux États-Unis une décennie plus tôt. Par exemple, les récits des ex-militants du Komintern Walter Krivitsky, J’étais un agent de Staline[6] et Jan Valtin, Sans patrie, ni frontières[7] sont passés entre les mains d’un groupe comprenant Eugene Lyons, Max Eastman et Isaac Don Levine[8], Krivitsky ayant été mis en relation avec eux par l’ancien socialiste (menchevik) David Dallin. Krivitsky avait également des contacts avec un socialiste juif, ex-menchevik lui aussi, David Shub, rédacteur de 1924 à sa mort (1973) au … Forverts ![9]

III – Distance critique ?

Sygmunt Stein dresse donc, sans l’ombre d’une nuance, et sous la forme d’un pamphlet typique de la période de guerre froide, un portrait à charge de l’action du communisme/stalinisme (écrivant indifféremment « stalinisme » ou « communisme ») en Espagne, au sein des Brigades internationales. Tel quel, ce livre doit légitimement susciter, comme tout document partisan, et nonobstant la stratégie éditoriale du Seuil et la publicité faite autour de sa traduction en français, un vigoureux examen critique et historiographique. Pourtant, le caractère très problématique de la postface de Jean-Jacques Marie n’aide guère à apporter les grandes nuances que l’ouvrage nécessite absolument. Si Jean-Jacques Marie rappelle tout d’abord, à juste titre, que l’histoire des Brigades internationales fut un domaine longtemps et fermement réglé par la mémoire communiste, un grand nombre d’études récentes sont venues corriger en partie cette exclusivité. La postface pose légitimement la question de savoir à quel point Stein exagère, mais c’est fort curieusement par la négative qu’elle y répond. Pour preuve du cynisme soviétique, et donc des Brigades internationales, dans une confusion quelque peu étonnante, Jean-Jacques Marie s’étend longuement sur la duplicité soviétique envers l’Espagne. Or, sur ce point, des études américaines, comme celles de l’historien Daniel Kowalski (dont Stalin and the Spanish Civil War, 2004) à partir des archives soviétiques, nuancent très fortement cette assertion, ainsi que la thèse de Gerald Howson (Arms for Spain : The Untold Story of the Spanish Civil War, 1998) que cite d’ailleurs Jean-Jacques Marie. Cette question est importante, fondamentale même, car elle met en évidence la confusion générale existant dans les distinctions entre les Brigades internationales elles-mêmes, le rôle du Komintern, la diplomatie soviétique, l’aide militaire soviétique à l’Espagne et les intérêts particuliers des partis communistes nationaux. Ces différents curseurs ne furent pas toujours synchronisés et n’obéissaient pas aux mêmes objectifs, avec parfois d’énormes décalages, donc. In fine, il n’y eut pas, en Espagne, un monolithe communiste conquérant incarné par une seule volonté soviétique, donc stalinienne. Le propos de Stein – en fait surtout exceptionnel pour la complication qu’il apporte au travail des historiens – doit être lu avec circonspection et il faut fortement relativiser l’aspect sensationnel des « révélations ». Stein n’apporte aucune précision à son propos, très peu de dates et il n’a pour l’essentiel pas vu ce dont il parle, tout en colportant ragots et rumeurs circulant dans le milieu fermé des cadres des Brigades internationales et pour l’essentiel bien connus des spécialistes. Quant aux « horreurs » dépeintes par Sygmunt Stein (beuveries, corruption, banditisme, prostituées etc.), elles ne sont après tout qu’une variante de ce qui s’écrivait dans la presse d’extrême droite de la fin des années trente. Bien qu’elles réjouissent aujourd’hui l’essayiste conservateur Jean Sévillia[10] dans Le Figaro Histoire[11], les journalistes des grands magazines[12] ou certains syndicalistes d’extrême gauche[13], elles ont pourtant été balayées il y a 15 ans, définitivement croyait-on (sans doute naïvement !) par le livre de Rémi Skoutelski[14] sur les volontaires français des Brigades, et continueront de l’être par les travaux récents en voie d’achèvement d’Edouard Sill[15]. Rien que sur André Marty, le soi-disant « boucher d’Albacete », que de toutes façons Stein n’a pas pu voir à cette époque comme il le prétend, puisque celui-ci se trouvait alors à Moscou, les recherches de Rémi Skoutelski dans les archives des Brigades à Moscou, dans celles de l’Internationale communiste et du fonds André Marty ont fait justice des « légendes noires » attachées à sa personne, mais également de celles sur la présence de truands et de prévaricateurs installés aux postes clés, ou de la participation de brigadistes à la répression contre les libertaires, poumistes[16] ou trotskystes.

IV – Conclure, enfin

Les différences d’appréciation, sur les Brigades internationales en général, et leurs militants juifs particulièrement, entre ce témoignage de Sygmunt Stein et celui de Ephraïm Wuzek[17] sont patentes. Le travail de l’historien ne consiste pas à admettre l’un ou l’autre, encore moins à en privilégier l’un par rapport à l’autre, mais à soumettre ces témoignages/documents aux feux croisés d’une critique interne et externe. Ainsi, dans le cas de Sygmunt Stein, l’écriture de son récit se déploie sous la tension d’un sentiment de trahison de ses idéaux de jeunesse, auquel succède un violent rejet du communisme. L’ouvrage participe à rendre plus subjectif et caricatural un sujet qui, sur la plupart des aspects, demeure plutôt mal connu que méconnu. L’accumulation de poncifs (y compris ceux qui concernent les femmes étrangères volontaires des Brigades internationales, dont l’histoire invisible n’avait vraiment pas besoin d’une telle série de calomnies), par Sygmunt Stein et ses « agents littéraires » étatsuniens, donne le sentiment d’une volonté de « tuer le père », soit son (leur) propre engagement communiste.

Pour conclure, nous laissons la plume à Rémi Skoutelsky : « Nous avons affaire à un ouvrage intéressant sur les méthodes de propagande utilisées à Moscou dans les années 1930 et sur la guerre froide dans les années 60, donc à un objet d’histoire. Mais – est-il utile de le préciser ? – pas sur l’histoire des Brigades internationales. »[18]


[1]              Arno Lustiger, Shalom Libertad !, Paris, Le Cerf, 1991.

[2]              David Diamant, Combattants juifs dans l’armée républicaine espagnole, 1936-1939, Paris, Éditions Renouveau, 1979.

[3]              En 1928, le pouvoir soviétique décide de créer une région autonome (un oblast) juive dans le Birobidjan. Ce projet se conçoit comme une entité communiste pour le peuple juif, d’URSS ou de la diaspora et donc en opposition au sionisme jugé « nationaliste-bourgeois ». Ce projet est officiel dès 1934.

[4]              Lire la recension du livre de Efraïm Wuzek et Larissa Wozek-Gruszow, Les combattants juifs dans la guerre d’Espagne. La compagnie Botwin, Paris, Syllepse, 2013, dans les comptes rendus de la semaine de ce blog.

[5]              Le Bund est un parti socialiste juif fondé à Wilno (aujourd’hui Vilnius, capitale de la Lituanie), en octobre 1897, par des militants du cercle marxiste de la ville. Il cherche à unifier tous les travailleurs juifs de l’Empire russe. Une partie des militants du Bund rallie le parti bolchevique après la Révolution d’Octobre 1917, mais le Bund subit la répression stalinienne ensuite.

[6]              Walter Krivitsky, J’étais un agent de Staline, Paris, Champ libre, 1979.

[7]              Jan Valtin, Sans patrie, ni frontières (Out of the Night, 1941), Paris, Éditions Dominique Wapler, 1947, Jean-Claude Lattès, 1975 (postface de Jacques Baynac), Éditions Actes Sud, coll. « Révolutions », 1997 (postface de Jean-François Vilar). Sur ce roman, on lira l’article de Constance Micalef, « Sans patrie, ni frontières. Analyse des réceptions de l’ouvrage de Jan Valtin », Dissidences, n° 14-15, octobre 2003/janvier 2004, p. 15-18.

[8]              Ces trois personnages ont été, à divers moments des années vingt et trente, proches (Don Levine) ou membres du Parti communiste américain  (E. Lyons) ou de l’opposition trotskyste (M. Eastman). Ils deviennent, à des degrés divers, des spécialistes de l’anti-communisme.

[9]              John V. Fleming, The Anticommunist Manifestos : Four Books that Shaped the Cold War, New York, W. W. Norton & Company, Inc., 2009. Cet auteur analyse les écrits de Jan Valtin, Arthur Koestler, Viktor Kravchenko et Whittaker Chambers, un transfuge célèbre du Parti communiste des États-Unis.

[10]             Un ouvrage de cet auteur, Historiquement correct (Perrin, 2003), est chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/schumaines_historiographie.htm#sevillia

[11]                    Jean Sévillia, « La face cachée de la guerre d’Espagne », Le Figaro Histoire, n° 3, 20 septembre 2012, sur http://www.jeansevillia.com/index.php?page=fiche_article&id=227

[12]             Par exemple, Grégoire Kauffmann, « La guerre d’Espagne vue par un brigadiste désabusé », L’Express, 20 juin 2012, sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-guerre-d-espagne-vue-par-un-brigadiste-desabuse_1128933.html

[13]             Voir par exemple la position du collectif Autre Futur, qui regroupe des militants de différentes organisations syndicales (CGT, SUD, CNT ou CNT Solidarité Ouvrière), sur http://www.autrefutur.net/Revolution-espagnole-un-76eme , qui avalise l’existence d’une « légende dorée » des Brigades, ainsi que les « exécutions arbitraires du boucher d’Albacete », etc.

[14]             Rémi Skoutelski, L’Espoir guidait leurs pas. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris, Grasset, 1998. Lire également, Rémi Skoutelsky, « L’Espagne après l’Espagne : La mémoire des Brigades internationales », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 70, n° 70, 2003, p. 27-33, aussi sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769-3206_2003_num_70_1_402449#

[15]             Edouard Sill est un doctorant à l’École pratique des hautes études, qui termine sa thèse sur les soldats politiques et les militants combattants de la guerre d’Espagne, sous la co-direction de Gilles Pécout et Serge Wolikow. Il participe à l’écriture de ce compte rendu.

[16]             Le POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste), organisation marxiste anti-stalinienne, qualifiée souvent à tort de trotskyste, est créé en 1935, par la fusion de deux groupes issus de scissions de gauche du Parti communiste espagnol.

[17]             Voir la note 4.

[18]             Entretien par courriel entre Christian Beuvain et Rémi Skoutelsky le 19 mai 2013.