Archives par étiquette : Syndicalisme révolutionnaire

Edward Sarboni, Le syndicalisme de La Révolution prolétarienne entre 1925 et 1939 – Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français, La Bussière, Éditions Acratie, 2016, 213 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

L’ouvrage qu’Edward Sarboni nous propose, autour du journal La Révolution Prolétarienne, est issu de son DEA d’histoire contemporaine soutenu en 1994. Sept chapitres composent l’ouvrage des « origines de La Révolution Prolétarienne », jusqu’  « au Front populaire, au fascisme et à la guerre » (p. 21-143), suivis d’une bibliographie commentée (p. 148-177) et des annexes (p. 180-213).

La construction du livre et l’importante bibliographie prouvent bien le caractère universitaire de l’étude mais présentent du même coup un premier écueil. Terminée en 1994, cette recherche n’a pas été réactualisée pour la publication si bien qu’on se retrouve avec une bibliographie pour le moins datée alors que ces vingt dernières années de nombreux ouvrages1 et de nombreuses archives2 sont (re)parus et ont renouvelé nos connaissances sur le syndicalisme révolutionnaire et les origines du communisme français.

Si syndicalisme et communisme sont associés dans ce compte-rendu, c’est qu’au fil des pages l’auteur traite en réalité plus de politique que de syndicalisme à tel point qu’avant de parvenir à la seconde moitié du corps de texte (c’est-à-dire au 3e chapitre, 75e page/143) on serait tenté de rebaptiser l’ouvrage Le communisme de La Révolution prolétarienne. En effet si l’auteur est incontestablement un grand connaisseur de la revue et de son « noyau », c’est la dimension politique qui domine très largement son approche comme l’illustrent les biographies des « Hommes de La Révolution prolétarienne » (p. 39-59) qui mettent en avant l’engagement communiste dans le parcours des militants de la R.P. et délaissent le volet syndical jusqu’à disparaître totalement pour certains (Hagnauer, Charbit, Dunois).

Ensuite sur les différents combats menés par la R.P., que ce soit pour l’unité syndicale, l’indépendance du syndicalisme, ou ses relations avec l’anarcho-syndicalisme et le Front populaire, les analyses proposées sont le reflet d’une de lectures datant majoritairement des années 60 et 70. De ce fait, certains propos, certaines  « vérités » assénées sont pour le moins discutables sinon révisées par des travaux plus récents autant au sujet de l’unité syndicale3 (présentée ici comme répondant à la seule volonté de Moscou mais coupée des masses), de la conférence de Saint-Denis4, du Centre syndical d’action contre la Guerre5 ou encore sur l’Occupation6.

Aussi si La Révolution Prolétarienne – revue reconnue pour son succès d’estime plus que pour ses ventes (1500 abonnés) – méritait bien qu’on lui consacre une étude, on reste frustré à l’issue de la lecture car hélas cette Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français n’apporte pas d’éléments nouveaux.

1Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010 et les travaux de Julien Chuzeville :

https://dissidences.hypotheses.org/6302

https://dissidences.hypotheses.org/4705

https://dissidences.hypotheses.org/2856

2Nous pensons en particulier aux archives de la Sureté relatives à la surveillance des anarchistes et aux archives du Komintern.

3Morgan Poggioli, « Le syndicalisme précurseur de l’unité : politisation et recomposition interne », in Gilles Morin, Gilles Richard (dir.), Les deux France du Front populaire. Chocs et contre-chocs, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 147-155.

4Vincent Chambarlhac, « Le meeting de Saint-Denis, contre la guerre, contre l’union sacrée », Dissidences, n° 11, 2002.

5Morgan Poggioli, « Syndicalismes révolutionnaires et Front populaire en France », Dissidences, n° 12, novembre 2012, Lormont, Éditions du Bord de l’eau, p. 49-60.

6Jean-Pierre Le Crom, « De La Révolution Prolétarienne à la Révolution Nationale ? Roger et Yvonne Hagnauer dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale », Dissidences, n°12, novembre 2012, Lormont, Éditions du Bord de l’eau, p. 61-75.

Biographie de Pierre Bernard : Du syndicalisme révolutionnaire chez Michelin à la tête du syndicat national des ingénieurs FO.

Un billet d’Eric Panthou (3 mars 2016)

[Cet article constitue la version longue d’une notice biographique réalisée pour le Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Mis en ligne le 2 janvier 2016, http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article140575]

A travers les 12 ans de l’activité politique et syndicale de Pierre Bernard retracées ici, nous croisons un pan d’histoire de la tumultueuse Fédération des techniciens avant guerre et des relations difficiles entre les dirigeants syndicaux appartenant au PCF et les militants se reconnaissant dans le syndicalisme révolutionnaire.

Pierre Bernard est né le 20 janvier 1903 à Saint-Claude dans le Jura1. Son père était négociant, sa mère était au foyer. Il s’est marié une première fois en 1924 à Paris puis en 1932 à Magny-les-Hameaux (Seine-et-Oise) avec Berthe Lheureux2. Il est ingénieur. Salarié chez Michelin, il est le fondateur à l’été 1936 du syndicat des techniciens et employés d’industrie (Région du Centre) à Clermont-Ferrand. Les membres du syndicat présents dans les différentes entreprises, notamment chez Michelin, sont directement affiliés à la fédération des techniciens CGT. Chez le fabricant de pneumatiques, ils créent une section mais refusent de rejoindre le syndicat d’industrie constitué de la section ouvrière et de la section des agents de maîtrise, technique et dessinateurs.

Ce choix s’explique d’abord par des raisons politiques. Cette fédération des techniciens est celle où l’influence des militants trotskystes, pivertistes ou syndicalistes révolutionnaires fut la plus importante dans cette période du Front populaire. Elle fut la seule fédération à maintenir une orientation “lutte de classes “ pendant ces années3. Ceci suscita la grande hostilité des autres dirigeants syndicaux, en particulier ceux appartenant au PC, comme ceux de la fédération des produits chimiques et du syndicat unique des produits chimiques clermontois. Le rattachement direct des sections syndicales à la fédération des techniciens permettait d’éviter une mainmise du syndicat des produits chimiques sur les syndiqués techniciens.

Pierre Bernard n’était pas trotskyste mais pivertiste, bientôt membre du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP), fondé en 19384. Le courant dirigé par Marceau Pivert au sein de la SFIO représente environ 10% des mandats au congrès départemental du Puy-de-Dôme de 19375.

De la création du syndicat jusqu’à son arrestation en octobre 1939, Pierre Bernard déploie une activité militante importante. Il signe très régulièrement les communiqués du syndicat des techniciens, participe aux instances de l’UD CGT. Il œuvre à faire reconnaître son syndicat pour qu’il participe aux discussions avec le patronat sur la convention collective.

Salarié Michelin, il appartient à une entreprise qui a connu des bouleversements en 1936. Elle connaît ses premières grèves depuis 1920 et deux occupations d’usines tandis que la CGT passe en quelques mois de 200 syndiqués – agissant clandestinement – à près de 7000. Bouleversement qui traumatise durablement la direction de l’entreprise. Pierre Bernard est le témoin privilégié du rôle décisif joué par une partie de cette direction et de l’encadrement dans la création et l’essor d’un groupe d’autodéfense au sein des usines, groupe dont une fraction constitue, bientôt, le noyau local de la Cagoule entre 1936 et fin 19376. Bernard fait alors appel après septembre 1936 au secrétaire de la CGT des ouvriers Michelin pour mieux découvrir l’essor de ce groupe clandestin. « À l’époque, les divergences entre les orientations syndicales paraissaient laisser place encore à la collaboration contre les dangers communs » déclare Pierre Bernard, preuve que dès sa création, le syndicat des techniciens Michelin entretient des relations conflictuelles avec le syndicat ouvrier.

La situation se tend un peu plus dès 1937. Selon le secrétaire du syndicat des produits chimiques, Henri Verde, dans un rapport destiné à une conférence nationale de la CGT caoutchouc, les adhérents de la section des techniciens sont des adeptes d’une « gymnastique révolutionnaire, qui nous couperait d’une partie du prolétariat en lançant les travailleurs dans une aventure »7. Il s’agit là du discours typique des dirigeants politiques et syndicaux du PCF envers les trotskystes ou les pivertistes. La rupture n’est pourtant pas totale. Les 3 sections syndicales disposent d’un journal unique et les techniciens interviennent régulièrement dans les assemblées ouvrières8.

Mais lors de l’assemblée générale des 7 000 syndiqués ouvriers Michelin en janvier 1938, le secrétaire de la section ouvrière, Robert Marchadier, regrette publiquement l’absence de Pierre Bernard et le fait qu’ici, contrairement à Paris, les techniciens n’aient pas tous rejoints la fédération d’industrie9.

Le 30 janvier 1938, Pierre Bernard met en garde les techniciens car la clé du local syndical a disparu et des documents « ont cessé d’exister » (sic). « La plus extrême circonspection est le mot d’ordre dans les circonstances actuelles, devant les attaques convergentes dont nous sommes l’objet » ajoute-t-il. Il demande la plus grande prudence à l’égard de documents du syndicat ne portant pas la signature manuscrite d’un responsable10. Il craint visiblement une provocation et demande en même temps à Verde de dénoncer publiquement ce vol qui porterait justement sur 3 documents concernant la controverse techniciens-ouvriers11. Verde répond que selon lui il s’agit d’une “histoire inventée de toutes pièces” et qu’il serait nécessaire que Bernard fasse un nouveau communiqué retirant ses insinuations12. Au contraire, le 31 janvier, Pierre Bernard laisse entendre que le coup vient de l’intérieur et que ce n’est pas la première fois qu’on pénètre dans leur local. Une enquête interne est réclamée auprès de l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand13.

Le 22 février 1938, Pierre Bernard diffuse un communiqué dénonçant sa mise en cause auprès des techniciens de la Basse-Seine pour les propos qu’il aurait soi-disant tenus lors d’un discours tenu à Clermont-Ferrand. Il dit que le dossier de cette affaire est consultable à la permanence du syndicat14.

Début août, le Comité de coordination de la branche des collaborateurs des industries chimiques écrit à Bernard pour initier une réunion avec les techniciens et éviter les mésententes et errements passés qui nuisent à la discussion et à l’application de la convention collective des collaborateurs du caoutchouc15.

Plus que des désaccords profonds affichés sur l’orientation syndicale à mener, il semble que l’hostilité de la direction du syndicat des produits chimiques au syndicat des techniciens soit davantage due à l’appartenance politique de son secrétaire, membre de la gauche de la SFIO puis du PSOP.

Membre du Comité interdépartemental de l’Union des syndicats ouvriers du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire, Pierre Bernard y joue un rôle actif durant le Front populaire, intervenant fréquemment, présidant même l’instance le 7 mars 1939. Il participe au congrès confédéral de Nantes en novembre 1938. A la suite de la grève générale du 30 novembre 1938, qui a pourtant été un succès local grâce aux piquets de grève et à la discipline ouvrière, il émet des critiques sur l’opportunité de cette grève lancée par la direction nationale. Il regrette qu’on ait affirmé à tort que les usines Michelin étaient réquisitionnées après le 30 novembre, empêchant une grève de solidarité avec les lock-outés, nombreux dans la région16. Il juge cependant que la base n’était pas prête à cette grève, développant une analyse similaire à celle de la frange de la CGT hostile au courant communiste, menée par Belin et le journal Syndicats.

Le 17 février 1939, ayant été écarté des procédures engagées dans l’arbitrage en faveur d’une demande de la CGT d’un réajustement des salaires des ouvriers et des collaborateurs, le syndicat des techniciens décline toute responsabilité dans la teneur de la sentence. Verde, au nom du Syndicat des Produits chimiques écrit à Bernard, lui reprochant de faire le jeu du patronat par ses propos de division et le tenant responsable en cas de rejet du recours déposé par la CGT17.

Bernard, dans un article après-guerre, affirme avoir dès le congrès de janvier 1939 de son syndicat annoncé la prochaine signature du pacte germano-soviétique18, pacte dont il dénonce les conséquences inévitables, dont la guerre, au moment où il est signé19.

En juillet 1939, Henri Verde, écrit à la Fédération nationale des industries chimiques, accusant Pierre Bernard de continuer “son œuvre d’essai de désagrégation de la section Collaborateurs Michelin”, en faisant chaque jour passer des articles démagogiques sur le journal20. Il reproche entre autres à Bernard d’avoir initié un Comité pour la défense des congés payés des collaborateurs suite à la décision de Michelin de ne plus faire récupérer le 15 août. S’inspirant de la ligne du Front unique, Bernard avait justifié la création de ce comité qui se voulait une structure plus large que le syndicat et donc plus efficace pour atteindre l’ensemble des collaborateurs disséminés dans 5 organisations syndicales différentes. Le 4 août, la section Michelin du syndicat des techniciens déclare que des “insinuations et injures redoublent contre lui” tandis qu’un communiqué du Comité regrette le sabotage dont a été l’objet sa revendication sur les congés payés21.

Verde dans sa lettre à la fédération demande “s’il faut dénoncer publiquement le rôle malfaisant que joue Bernard envers notre organisation [ ].” Cette lettre fait suite à la participation de Verde et Marchadier à la réunion du conseil syndical de la section Collaborateurs Michelin où ils ont fustigé l’attitude de Bernard devant les adhérents de son syndicat. Quelques jours plus tard, Bernard signe une “Mise au point” dans laquelle il rappelle que sa fédération ne cherche pas à désagréger les syndicat CGT d’industrie et qu’elle lutte depuis toujours contre les syndicats jaunes et le patronat22, mise au point répondant certainement aux calomnies diffusées par la CGT Michelin.

Ces tensions furent indirectement à l’origine de la perquisition du local du syndicat le 4 octobre 1939 puis de l’arrestation et de l’incarcération de Pierre Bernard, deux jours plus tard. Pierre Bernard affirme que son arrestation fait suite à sa probable dénonciation par un militant communiste à l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand23.

S’il avait pris ouvertement position récemment au sein de l’UD pour condamner les poursuites contre les communistes, Bernard était connu pour ses divergences fondamentales avec le syndicat CGT des ouvriers Michelin. Il est pourtant inculpé pour reconstitution d’organisme de la IIIe Internationale et incarcéré. Lors de la perquisition au local du syndicat, la police a trouvé quelques revues et textes parmi lesquels la brochure La Guerre menace et surtout la résolution prise par la CA fédérale, condamnant le pacte germano-soviétique. Lors du procès, devant l’inanité évidente de l’accusation -le document de base condamnant justement le pacte signé à Moscou et l’inculpation de manœuvre communiste disparaissant-, il fallait trouver un autre chef de poursuites. Ce fut, sur les mêmes pièces, celui de détention de documents « d’inspiration étrangère ». Et le 17 mai 1940, le tribunal militaire devait le condamner à trois ans de prison, parce que la brochure La Guerre menace surestimait la puissance allemande et devait avoir pour but de saper le moral français24.

Dans un témoignage publié dans La Révolution prolétarienne en 1949, Pierre Bernard déclare à propos de ses conditions de détention dans la prison de Clermont-Ferrand où il passa quelques mois : “La vérité m’oblige à dire que, même sans régime politique, elle fut pour moi des plus supportables”. Son article est surtout l’occasion de dénoncer chez les dirigeants communistes de l’UD CGT de la Loire, incarcérés peu après lui, la totale absence de solidarité avec les emprisonnés non communistes, qu’ils soient de droit commun ou politiques25. En juin 1940, il est évacué sur la vieille et “dégoûtante” prison municipale de Riom. Pierre Bernard constate que les dirigeants et militants communistes qu’il côtoyait, avant de “dénoncer la bourgeoisie capitularde “ suite à l’armistice, étaient unanimement favorables à la victoire allemande contre les Anglais et soutenaient inconditionnellement l’accord germano-soviétique. Il exprime crûment son rejet d’une telle orientation et de tels revirements.

Peu de temps après, il est transféré à la Centrale de Riom. Il la décrit comme la pire en France : interdiction de parler, nourriture infecte et insuffisante, fréquence des sanctions et même tortures – pas pour lui – suite aux décisions du Prétoire, le “tribunal” interne. Pierre Bernard dénonce la mainmise des militants communistes sur les postes clés qui leur confèrent des avantages qui atténuent la dureté des conditions d’emprisonnement.

Il travaille à un atelier confectionnant des objets funéraires de l’hiver 1940 au printemps 1941, la période la plus dure de son incarcération où il va souffrir terriblement de malnutrition et du froid, passant de 98 à 48 kilos. Au printemps 1941, il réussit enfin à se faire admettre à l’infirmerie, pouvant se reposer, se réchauffer et lire, tout en continuant à côtoyer la mort autour de lui. Il écrira après-guerre que de ces années d’emprisonnement, il revint avec une santé altérée, plus que ne le feront les camps allemands26Grâce à l’intervention d’amis à l’extérieur, il est mis en liberté conditionnelle deux ans jour pour jour après son arrestation27.

Dès son retour à Clermont-Ferrand le soir même, il reprend contact avec Raymond Perrier, secrétaire de l’UD CGT du Puy-de-Dôme qui, suivant les consignes de Jouhaux, a maintenu l’activité de l’UD jusqu’à la mise en application de la Charte du Travail et tout en participant dès l’été 1941 à l’essor du réseau résistant Libération sud28.

Pierre Bernard parvient à regrouper quelques anciens syndicalistes Michelin autour de lui, et c’est par hasard – sa femme a loué aux Martinet une chambre – qu’il rencontre et bientôt sympathise avec Gilles Martinet, le futur secrétaire national du PSU et du PS, alors jeune journaliste ayant quitté le PCF en 1938. Ils constatent qu’ils partagent la même opinion sur le régime de Vichy mais aussi le même rejet de la soumission totale des dirigeants du PCF au pacte germano-soviétique29. Ensemble, sans doute courant 1942, ils décident de publier un bulletin ronéotypé, le Bulletin ouvrier, diffusé dans le Puy-de-Dôme, L’Allier, la Haute-Loire et la Loire30. Fin 1942, Martinet est mis en relation avec un représentant du groupe l’Insurgé. Celui-ci a été créé à Lyon par d’anciens du PSOP. Le groupe intègre à sa direction des socialistes et prend des positions parfois distinctes de Marceau Pivert, notamment en reconnaissant l’URSS comme État ouvrier ou en défendant l’importance de la lutte armée31. S’il fut d’abord et avant tout influent en région lyonnaise, grâce aux contacts renoués avec d’anciens du PSOP il s’étend dans d’autres régions comme le Languedoc, le Var, Toulouse mais aussi Clermont-Ferrand32. Dès 1943, le groupe clermontois adhère à l’Insurgé et Martinet devient l’un des principaux éditorialistes du journal du groupe qui s’appelle aussi L’Insurgé. Le journal se prononce pour une révolution prolétarienne, dénonçant ainsi ceux qui comme la direction du PCF, rejettent ce mot d’ordre au nom du fait que, selon eux, la révolution ne pourrait se faire sans les classes moyennes et la paysannerie33.

Ses membres attachent une grande importance au travail syndical, diffusent des tracts dans les usines et appellent à la grève contre le STO34. Ils diffusent aussi à partir du n° 15 de L’Insurgé le journal clandestin Le Peuple Syndicaliste fondé par les militants CGT. On retrouve dans le n°10 de L’Insurgé35, de novembre 1942, une brève concernant un débrayage aux usines Michelin de Clermont-Ferrand, tandis que le n° 16 apporte des explications détaillées sur des incidents survenus entre francs-tireurs et gendarmes dans le Puy-de-Dôme. Dans le n° 21, des sabotages sont signalés à l’atelier de réparation de la gare de Clermont-Ferrand. Selon Gilles Martinet, L’Insurgé était diffusé à 600 exemplaires sur Clermont-Ferrand par le biais de trois groupes : celui de Bulletin ouvrier, les membres de Franc-Tireur et ceux du Mouvement ouvrier français (MOF), contactés par Pierre Bernard36. Le MOF a été créé et dirigé par Raymond Perrier, l’homme qui l’avait accueilli à sa sortie de prison et qu’il connaissait bien comme secrétaire de l’UD CGT du Puy-de-Dôme, depuis 1936. Le MOF entendait représenter le mouvement syndical dans la Résistance. Ainsi, en juin 1943, Le Peuple syndicaliste, dont Pierre Bernard a rédigé plusieurs articles (« Unité syndicale, démocratie syndicale » et « Réajustement des salaires, augmentation des rations alimentaires »), salue la naissance du MOF dans son numéro 8. L’Insurgé va se spécialiser dans la réalisation des faux papiers grâce au concours d’un graveur du groupe de Clermont-Ferrand, lui-même ancien du PSOP37. À partir de 1943, la répression s’abat sur différents groupes. Le journal paraît jusqu’à la Libération, le groupe clermontois prenant désormais une part déterminante dans sa rédaction, en particulier Martinet38. L’orientation du journal évolue. « En se situant dans la gauche de l’union nationale, mais en son sein, l’Insurgé rejette la perspective d’une organisation politique indépendante fondée sur un programme révolutionnaire » écrit Jean-Paul Joubert39.

Outre son action au sein de l’Insurgé, Pierre Bernard déclare dans son dossier pour obtenir le titre de déporté avoir été membre du réseau de renseignement « Alibi » depuis juillet 194340. Ce réseau avait vu son poste de commandement implanté en Auvergne courant 1942 et classé par le Ministère des anciens combattants après-guerre parmi les Forces Françaises Combattantes.

Et c’est pour son action au sein du groupe Alibi qu’il est arrêté par la Police de sûreté et des services de sécurité (Sipo-SD) – administrée par la Gestapo – 41 le 15 mai 1944 à Royat. Suite à sa sortie de prison, il n’avait pas été réembauché chez Michelin mais avait trouvé du travail aux Laboratoires Radioélectriques. Il est arrêté au sein des locaux, à Royat, à l’occasion d’une opération qu’il menait pour la radio du réseau Alibi, en conjonction avec le réseau de résistance des PTT42. 17 salariés de l’entreprise, dont le fondateur Mario Nikis, qui avait quitté ses locaux de Puteaux pour Clermont-Ferrand dès 1940, sont également arrêtés ce 15 mai. Ils ont été dénoncés alors que l’entreprise aidait les MUR depuis 1943 en leur fournissant leurs premiers postes émetteurs43. C’est quelques semaines plus tard, fin août 1944, que seront diffusées les premières émissions de “Radio FFI”, à Royat, grâce à un émetteur confectionné au sein des Laboratoires Radioélectriques44Le groupe clermontois de l’Insurgé est au même moment décimé par la répression début 1944, Gilles Martinet parvenant pour sa part à s’enfuir vers Paris.

Pierre Bernard est interné à la prison du 92e Régiment d’Infanterie à Clermont-Ferrand, puis transféré le 15 juin au camp de Compiègne (mle 41150). Il est déporté le 2 juillet à Dachau (« Train de la Mort ») ; il y est enregistré le 5 juillet 1944 sous le n° 76499. Il est transféré le 15 août 1944 à Allach où il est libéré le 30 avril 1945. Il est rapatrié le 13 mai 1945 par Strasbourg45. Il aura été déporté plus de dix mois.

Curieusement, dans son dossier de demande du statut de déporté résistant, Pierre Bernard ne fait aucune allusion à son engagement dans le groupe l’Insurgé ou au groupe clermontois diffusant Le Bulletin ouvrier. Peut-être est-ce dû au fait que dans le dossier doivent figurer uniquement les causes déterminantes de l’arrestation. Dans sa demande, il déclare avoir été arrêté pour son appartenance à un réseau des Forces Françaises Combattantes, pour avoir été chargé de l’entretien du matériel de transmission de ce réseau, pour avoir collaboré à la fourniture de matériel radioélectrique à la Résistance-PTT et enfin pour avoir fabriqué et entretenu et réparé du matériel radio46.

Après la Libération, Pierre Bernard quitte Clermont-Ferrand et rejoint la région parisienne47. Il devient alors le principal dirigeant, avec René Richard, du Syndicat national des ingénieurs et cadres de la Métallurgie – SNICM-CGT. Ce dernier opta très majoritairement, le 4 janvier 1948, en faveur de l’adhésion à FO48. En tant que secrétaire du Syndicat, il est l’un des principaux initiateurs du Congrès fondateur de la Confédération générale du Travail Force Ouvrière des 12 et 13 avril 1948. Il semble alors plutôt proche de l’Union des cercles d’études syndicalistes (UCES), l’un des 4 courants fondateurs de FO. L’UCES a été impulsée par des cadres issus de la fédération des Ingénieurs et Techniciens, dissoute par la CGT en mars 1945. Ce courant se réclamant du syndicalisme révolutionnaire – Pierre Bernard écrivit dans La Révolution prolétarienne de Pierre Monatte – est surtout hostile à un réformisme sans idéal. “Fasciné par le modèle fordiste à l’américaine, il prône la cogestion”49 tôt en manifestant son hostilité au courant dirigé par le PCF au sein de la CGT.

Pierre Bernard fut le premier secrétaire général de la FNIC-FO (Fédération nationale des ingénieurs et cadres supérieurs) dont le congrès constitutif eut lieu le 21 mars 1948. Mais il ne resta que peu de temps en fonction et ce fut René Richard qui lui succéda50.

A cette période, il fait paraître plusieurs articles, pour la plupart consacrés à ses souvenirs, mais dans l’un d’entre eux, il expose sa vision de l’organisation des grèves. Il y défend le principe du vote à bulletin secret pour décider de leur déclenchement. Pour lui, obtenir le vote à main levée pour une grève est facile mais sans le consentement réel des salariés, l’échec peut être au bout, notamment pour la bonne tenue des piquets de grève et pour convaincre les non-grévistes. Il juge les occupations efficaces mais archaïques et pouvant dresser l’opinion publique contre les grévistes, notamment en période de pénurie comme après-guerre. Il défend “l’occupation gestionnaire” c’est-à-dire la poursuite du travail mais au service de la population, citant l’exemple d’une grève du métro, ouvert à tous gratuitement.

Ainsi, conclut-il, les camarades “auront en mains une arme qui conduira, beaucoup plus sûrement que par les émeutes et les sabotages à la Gustave Hervé [ ] à la révolution, c’est-à-dire au remplacement de l’ordre de choses actuel par un ordre plus juste, plus humain et plus efficace. Et non au remplacement dans le même mécanisme d’une équipe de profiteurs par une autre.”

Pierre Bernard est décédé le 8 mars 1986 à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais).

Sources :

Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, Organe de l’Union des Cercles d’Études du 4 décembre 1948, n° 44; Pierre Bernard, “Techniques de Grève”, L’Action Sociale ; Pierre Bernard, “Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons”, La Révolution prolétarienne, n° 328, juin 1949; Pierre Broué et Nicole Dorey, “Critiques de gauche et opposition révolutionnaire au front populaire (1936-1938), Le Mouvement social, n° 54, janvier-mars 1966, p. 132 ; Louis Botella, “Bernard Pierre (FO)”, notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, [en ligne], consultée le 11 juillet 2015 ; Guillaume Davranche, “1948 : Les anarchistes rejoignent à regret la CGT-FO”, Alternative libertaire, n° 172, 2008; Célian Faure, Les socialistes rhodaniens sous l’occupation (1940-1944), mémoire de fin d’études de l’Institut d’Études Politiques de Lyon, 2003, 57 p. [en ligne], consulté le 17 juillet 2015 ; Robert Fiat, L’Insurgé. Un mouvement de résistance. Un journal, Diplôme d’études supérieurs d’Histoire, Lyon, 1961 ; Robert Fiat, « L’Insurgé », Revue d’histoire de la Seconde guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 59-78 ; Histoire de la radio en Auvergne [en ligne], consulté le 24 octobre 2015.

http://100ansderadio.free.fr/HistoiredelaRadio/_Auvergne/1944.html; Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la S.F.I.O. Marceau Pivert et le pivertisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 228-233 ; Jacques Kergoat, Marceau Pivert : socialiste de gauche, Paris, La Découverte, 1994, p. 194-195 ; Lady Henderson”. Notice nécrologique de l’épouse de Mario Nikis, publiée dans la version en ligne du journal The Telegraph [en ligne] consulté le 24 octobre 2015. http://www.telegraph.co.uk/education/3337188/Lady-Henderson.html; Gilles Lévy, Francis Cordet, A nous Auvergne !, Paris, Presses de la Cité, 1981, p. 184.; Livre Mémorial. Fondation pour la mémoire de la déportation. [en ligne] consulté le 1er septembre 2015. http://www.bddm.org/liv/recherche.php, Gilles Martinet, “Le groupe de l’Insurgé à Clermont-Ferrand”, in Mémorial de l’Insurgé, témoignages et documents rassemblés par Marie-Gabriel Fugère, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1968, p. 57-58 ; Gilles Martinet, L’observateur engagé, Paris, éd. J.-C. Lattès, 2004, 269 p. ; quotidien La Montagne, 1938 et 1939; Eric Panthou, “La CGT chez Michelin sous le Front populaire à la lumière des archives de Robert Marchadier et d’Henri Verde”, in Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (dir.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XX° siècle : Enjeux et héritages, Nancy, éditions Arbre bleu, 2013, p. 161-182 ; Eric Panthou, “Des militants syndicaux dans les années noires”, in Nathalie Ponsard, (dir.), Le syndicalisme dans le Puy-de-Dôme de 1864 à 2011, Clermont-Ferrand, éd. Un, deux… Quatre, Conseil général du Puy-de-Dôme, 2011, p. 45-54; Eric Panthou, L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme, Paris, Centre d’Histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation de la Fédération de l’Éducation Nationale, 1995, 381 p. ; Fonds Henri Verde, conservé aux archives de la CGT Michelin de Clermont-Ferrand ; Centre d’Histoire de Science Po, Fonds Gilles Martinet, Carton MR 1 : dossier 2 : historique du groupe de Clermont-Ferrand de l’Insurgé [ce document est la reprise de l’étude parue dans l’ouvrage Mémorial de l’Insurgé]; Dossier de Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », Division des archives des victimes des conflits contemporains (Caen); Lettre d’Albert Paraz à Paul Rassinier, 21 mars 1951, Archives Paul Rassinier, copie aimablement transmise par Dominique Abalain; Extrait de l’acte de naissance de Pierre Bernard. Service état civil commune de Saint-Claude (Jura)..

1Livre Mémorial. Fondation pour la mémoire de la déportation. [en ligne] consulté le 1er septembre 2015. http://www.bddm.org/liv/recherche.php

2Extrait de l’acte de naissance de Pierre Bernard. Service état civil commune de Saint-Claude (Jura).

3Pierre Broué et Nicole Dorey, « Critiques de gauche et opposition révolutionnaire au front populaire (1936-1938) », Le Mouvement social, n° 54, janvier-mars 1966, p. 132.

4JACQUES KERGOAT, Marceau Pivert : socialiste de gauche, Paris, La Découverte, 1994, p. 195.

5Eric Panthou, L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme, Paris, Centre d’Histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation de la Fédération de l’Éducation Nationale, 1995, p. 226.

6Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, Organe de l’Union des Cercles d’Études Syndicalistes du 4 décembre 1948, n° 44, page 1.

7Fonds Henri Verde. Archives de la CGT Michelin à Clermont-Ferrand (dorénavant Fonds Verde) : Rapport présenté à la Conférence du caoutchouc des 27 et 28 juin 1937, à Paris, p. 9-10.

8Eric Panthou, “La CGT chez Michelin sous le Front populaire à la lumière des archives de Robert Marchadier et d’Henri Verde”, in Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (éd.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XX° siècle : Enjeux et héritages, Nancy, éditions Arbre bleu, 2013, p. 177.

9La Montagne, 17 janvier 1938, p. 6.

10La Montagne, 30 janvier 1938, p. 4.

11Fonds Verde : lettre du secrétaire des Techniciens et Employés d’Industrie, Pierre Bernard, à Henri Verde, le 29 janvier 1938.

12Fonds Verde : Verde à Bernard, le 31 janvier 1938.

13La Montagne, 31 janvier 1938.

14Ibid., 22 février 1938.

15Fonds Verde : Le secrétaire du Comité de coordination de la branche des collaborateurs des Industries chimiques, F. Drieu, à Pierre Bernard, le 4 août 1938.

16Ibid. : PV du Comité interdépartemental du 19 février 1939.

17Ibid . : Lettre de H. Verde à Monsieur le Secrétaire du Syndicat des Techniciens, le 21 février 1939.

18Pierre Bernard, “Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons”, La Révolution prolétarienne, n° 328, juin 1949.

19 Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, n° 45, 11 décembre 1948, p. 1.

20Fonds Verde : Lettre d’Henri Verde à la Fédération nationale des industries chimiques, le 31 juillet 1939.

21La Montagne, 4 août 1939.

22La Montagne, 11 août 1939.

23Pierre Bernard, “Le Pain, La paix… », art. cit.

24 Ibidem.

25 Ibidem.

26 Pierre Bernard, « La Cagoule clermontoise », L’Action Sociale, n° 45, 11 décembre 1948, p. 1 ; « J’ai reçu une lettre très longue de Pierre BERNARD dont parlait Galtier-Boissière dans son Crapouillot. C’est lui qui disait qu’il était mieux à Dachau que dans les prisons françaises. Il ajoute que Michelet était un bon copain. » Lettre d’Albert Paraz à Paul Rassinier, 21 mars 1951. Archives Paul Rassinier. Merci à Dominique Abalain, animateur du site Les Pacifistes de plomb [https://tinpacifists.wordpress.com/], consacré à Paul Rassinier, pour m’avoir communiqué cette référence.

27 Pierre Bernard, « Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons », op.cit.

28 Eric Panthou, « Des militants syndicaux dans les années noires », in Nathalie Ponsard, (dir.), Le syndicalisme dans le Puy-de-Dôme de 1864 à 2011, Clermont-Ferrand, Conseil général du Puy-de-Dôme, éd., Un, deux… Quatre, 2011, p. 45-54.

29 Gilles Martinet, L’observateur engagé, Paris, Jean-Claude Lattès, 2004, p. 55.

30 Mémorial de l’insurgé, témoignages et documents rassemblés par Marie-Gabriel Fugère, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1968, p. 57.

31 Jacques Kergoat, op.cit., p. 194-195.

32 Célian Faure, Les socialistes rhodaniens sous l’occupation (1940-1944), mémoire de fin d’études de l’Institut d’Études Politiques de Lyon, 2003. Sur l’histoire de l’Insurgé, voir aussi : Robert Fiat, « L’Insurgé », Revue d’histoire de la Seconde guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 59-78 ; Thierry Holh, « Les pivertistes en résistance »,  Dissidences, n° 12, décembre 2002, p. 59-63 [article en ligne dans ce dossier. Note de juin 2016 de Dissidences].

33 L’Insurgé, n° 23, 3e année.

34 Célian Faure, op.cit.

35 L’Insurgé, n°10, novembre 1942, page 2. [en ligne] consulté le 12 juillet 2015.

36 Mémorial de l’insurgé, op.cit., p. 58-59.

37 Jacques Kergoat, op.cit., p. 194.

38 Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la S.F.I.O. Marceau Pivert et le pivertisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 229-230.

39 Ibid., p. 232-233.

40Attestation d’appartenance aux FFC (réseau Alibi) datée du 21/04/1948, signée du lieutenant Colonel de Dionne. Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit.

41 Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit.

42ibidem

43Gilles Lévy, Francis Cordet, A nous Auvergne !, Paris, Presses de la Cité, 1981, p. 184.

44Histoire de la radio en Auvergne [en ligne], consulté le 24 octobre 2015. http://100ansderadio.free.fr/HistoiredelaRadio/_Auvergne/1944.html

45 Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit, p. 3

46Ibidem, p. 5.

47Il demeure à Colombes en 1951. Ibidem, p. 1.

48 Louis Botella, « Bernard Pierre (FO) », notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, [en ligne], consultée le 11 juillet 2015.

49 Guillaume Davranche, « 1948 : Les anarchistes rejoignent à regret la CGT-FO », Alternative libertaire, n°172, 2008. [consulté en ligne le 11 juillet 2015] http://www.alternativelibertaire.org/?1948-Lesanarchistesrejoignenta,2846

50 Louis Botella, « Bernard Pierre (FO) », op.cit.

Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, Paris, Futuropolis, 2013, 130 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette belle BD relate l’histoire de la catastrophe de Courrières, en 1906. Le 10 mars de cette année-là, à 6 h 30, avait lieu la plus grande tragédie minière de tous les temps : 1 099 mineurs perdent la vie. Parmi eux, on compte 242 enfants. Dans un magnifique noir et blanc teinté sépia, ce livre relate les conditions dans lesquelles s’est déroulée cette catastrophe. L’explosion dans la mine n’avait rien de naturelle, mais était le fruit du manque d’investissement dans les infrastructures et les mesures de sécurité pour les ouvriers. Cette catastrophe provoque une grève, à la suite des obsèques des mineurs morts. Le mouvement s’étend dans les cités minières à proximité de Courrières. La grève scinde en deux le camp des ouvriers, entre le vieux syndicat (dirigé par Emile Basly), un des plus anciens de la jeune CGT, très puissant mais parfaitement modéré et le courant syndicaliste révolutionnaire emmené par Benoît Broutchoux, nettement plus radical1. Confronté à la durée de la grève, à sa radicalité, Georges Clemenceau, ministre de l’Intérieur, fait appel à la troupe. Dans L’Humanité, Jean Jaurès prend la défense des mineurs. Alors que la grève se poursuit aussi dans les débats au Parlement, un fait inouï se produit : treize mineurs qui avaient été comptés parmi les victimes ressortent du puits après 19 jours, preuve éclatante que la compagnie n’a pas non plus fait tous les efforts pour retrouver les survivants. Le ton monte encore un peu plus entre les grévistes ulcérés par ces nouvelles et les non-grévistes. Des affrontements ont lieu sur le carreau de la mine, des militaires sont attaqués. Georges Clemenceau hausse le ton et fait intervenir 25 000 soldats qui envahissent littéralement le Nord-Pas-de Calais. La grève est finalement vaincue et quelques mois plus tard, le tribunal de Béthune prononce un non-lieu contre la compagnie minière, dégagée de toute responsabilité pour cet accident. C’est cette histoire tragique que raconte cet ouvrage. Une partie documentaire complète la bande dessinée. Y est notamment reproduit un éditorial « Justice ! » de Jaurès, du 11 mars 1906, monument de l’art journalistique. Des références bibliographiques et cinématographiques permettent de prolonger la connaissance de ce passé. Sang noir, bande dessinée historique, est une réussite de part en part, à verser au dossier des luttes ouvrières.

1Sur le personnage de Benoît Broutchoux, il existe une bande dessinée, dans le style des Pieds nickelés de Forton, de Phil Casoar et Stéphane Callens, Les aventures épatantes et véridiques de Benoît Broutchoux, Paris, Le Dernier terrain vague, 1979.

Julien Chuzeville, Fernand Loriot, le fondateur oublié du Parti communiste, Paris, L’Harmattan, « collection Historiques », 2012, 235 pages, 25 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Le premier communisme français à nouveau en librairie

Julien Chuzeville consacre une biographie à Fernand Loriot, l’un des – et non « le » – fondateurs du Parti communiste. Le titre dit la tonalité du projet : Fernand Loriot fut oublié, Julien Chuzeville propose de redécouvrir son rôle. Effacée de l’historiographie communiste, la figure de Loriot occupe pourtant les index de la littérature historique sur la question. Plus que l’oubli donc, il faudrait sans doute, hors de feue l’historiographie partisane stalinienne, évoquer à son propos une place estompée par les analyses. Le choix biographique, par sa focale, renouvelle la perspective des études sur le premier communisme français.

Une biographie qui pointe le parcours de cet instituteur et l’interroge : celui-ci passe « du socialisme (1901-1906) au syndicalisme révolutionnaire (1906-1914), au pacifisme révolutionnaire (1915-1919), au communisme (1919-1928), et enfin de nouveau au syndicalisme révolutionnaire (1928-1932) (p. 189) ». La conclusion semble ouvrir sur une clé de lecture absente auparavant : la permanence de l’engagement syndicaliste révolutionnaire dans ce parcours. De bonne facture, l’ouvrage se cantonne plutôt, jusqu’à cette conclusion davantage problématisée, au récit d’une trajectoire biographique dont l’horizon serait le premier communisme français via le Comité de la Troisième Internationale. Cette centralité du Comité constitue sans doute le talon d’Achille d’un travail scrupuleux mais trop étroitement focalisé sur une stricte perspective d’histoire politique en forme de parcours. Si le lecteur trouve dans la combinaison du récit et des notes de bas de page toujours bien informées matière à comprendre l’action de Fernand Loriot, cette dernière peine cependant à acquérir l’épaisseur que lui prête le titre. Il manque au texte des fenêtres contextuellement plus ouvertes pour donner à la figure de Loriot toute sa place dans une historiographie enfin en cours de renouvellement sur les origines du communisme français1. J’en vois trois, principalement.

Au ras du projet biographique, c’est cette frange du syndicalisme révolutionnaire et du monde des instituteurs (les « primaires ») dont relève Ferdinand Loriot qui gagnerait à être davantage explorée. Il y a là une clé de compréhension de son militantisme syndical et politique, lui qui apparaît « pédagogue de la révolution plus que tribun » (p. 87). Sa défiance envers toute carrière politique – qui scelle pour partie sa trajectoire – procède autant du refus de parvenir chevillé à l’ethos syndicaliste révolutionnaire (comme Martinet, Monatte…) qu’au sens des frontières sociales propre au monde des instituteurs2. Ce détour anthropologique aurait permis de marquer davantage la singularité de la silhouette de Fernand Loriot dans la « bigarrure » du premier communisme. Il repérait également des effets de réseaux qui ne sont pas seulement politiques : ainsi, par exemple, du rôle de Marcel Martinet à la Préfecture de la Seine, direction de l’enseignement où chaque jeudi se réunissaient les instituteurs pacifistes, ainsi aussi de ce militantisme de « pairs » qui caractérise le Comité pour la IIIe Internationale.

Pour autant c’est bien sur la question du pacifisme révolutionnaire et de la SFIO que la perspective de fondation du PC gauchit par trop l’analyse. La lutte pacifiste est une lutte en soi, tissée par les réseaux dans l’horizon d’une opinion publique à convaincre. En focalisant le travail militant de Loriot dans la seule arène de la lutte d’une minorité pacifiste clivée et d’une majorité sur la défensive, la perspective éditoriale de cette activité s’échappe. Les citations de Romain Rolland appelaient pourtant ces développements autour d’une histoire renouvelée de la presse pacifiste révolutionnaire dont Fernand Loriot, comme d’autres – Monatte, Rosmer, Martinet, Guilbeaux – est un pôle. Le combat de cette presse dans un espace public oblitéré par le fait national construit le succès de la minorité pacifiste et le retournement de 1916 (largement antécédent donc aux révolutions russes). Cette lutte construit une weltanschauung distincte du syndicalisme révolutionnaire auquel pourtant elle tient en grande partie : tous les débats de la Vie Ouvrière d’après-guerre (Faut-il adhérer au PC ?) participent de cette logique. La dynamique même du Comité pour la IIIe Internationale participe de ce travail propagandiste. L’appréhender aux feux de l’événement nécessitait sans doute un détour plus conséquent sur la structuration de la majorité socialiste qui retarde sur la minorité, sur l’appréhension de Zimmerwald et Kienthal par celle-ci, comme par la CGT, et le durcissement des oppositions : en remarquant alors que c’est la droite de la SFIO (Rosenthal, Bourgin notamment) qui scissionne la première. En remarquant également que la forme du comité est alors la forme ordinaire des différentes tentatives de reconfiguration du socialisme français sur la base de l’expérience de la guerre plus que des révolutions russes. En toute logique alors, le Parti communiste peut se fonder tout en conservant les tendances, et la mésentente (Dunois par exemple) s’établir sur les 21 conditions.

Ici se situe le nœud interprétatif de la biographie dont la conclusion, comme le compte rendu de François Ferrette3 rend compte. Il y a « mésentente », « malentendu », lors de la fondation du Parti communiste et la séquence de bolchevisation entre 1924 et 1926 vaut rupture par le biais du léninisme tel que théorisé par Staline. Le véritable PC cesse d’être et la réalité du communisme français se retrouve dans le mouvement communiste tel que théorisé par Souvarine (les oppositions de gauche). Soit. On retrouve là, mais gauchie et reportée à la séquence 1924-1926, la réflexion d’Annie Kriegel sur la « greffe » du communisme sur le mouvement ouvrier français : le stalinisme serait ce greffon, l’expulser en rendant compte historiquement des origines françaises du communisme permettrait sinon de refonder celui-ci, tout au moins de dépasser l’écueil déligitimant des « crimes du communisme ». Pour dialectique que soit cette opération historique, elle implique de prendre en compte comme telle la lutte pacifiste comme expérience structurante. A ce point de l’analyse se repose et la question de la SFIO, et la question du syndicalisme révolutionnaire. Pour François Ferrette lecteur de Julien Chuzeville l’échec signifié par la bolchevisation tient à la faiblesse de la formation marxiste des protagonistes français ; l’auteur de la biographie ne va pas si loin, mais souligne tout autant l’étiolement du PCF faute de forces révolutionnaires. L’analyse historique devient là procès, singulièrement sous la plume de François Ferrette s’appuyant d’ailleurs sur une vulgate imposée par le stalinisme français à propos du marxisme de la SFIO, reprise ensuite au mitan des années 70 par Daniel Lindenberg4… Ce sont dans ces termes que s’est tramé en partie l’oubli du rôle de Fernand Loriot. De facto, revenir aux racines françaises du communisme impose la centralité de la lutte pacifiste et des mutations qu’elle engendre dans le syndicalisme révolutionnaire, à moins d’oublier le second et rabattre la première sur le seul rôle de la minorité longuettiste. Il y a là un chiasme qui brise le continuum de l’analyse, implique de se situer dans l’œil de la guerre. Le travail de Romain Ducoulombier autour de la thématique régénératrice visait en partie à renouveler ces lectures. On peut ne pas partager toutes ses conclusions5. La biographie de Fernand Loriot permet une autre lecture, à condition de ne pas la situer dans l’horizon du premier communisme français mais bien dans celui de la lutte pacifiste dont ce dernier découle. On lira ainsi, au défaut de son titre, ce beau travail.

1 Cette historiographie en cours de renouvellement se situe à la charnière du militant (François Ferrette, La véritable histoire du parti communiste, Paris, Demopolis, 2011) et d’une historiographie scientifique qui tend à s’éloigner du paradigme totalitaire (Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010).

4Vincent Chambarlhac, « L’orthodoxie marxiste de la SFIO, à propos d’une fausse évidence (1905-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, janvier/ mars 2011.