Archives par étiquette : Violence

John Gibler, Mourir au Mexique. Narcotrafic et terreur d’État, Toulouse, Collectif des métiers de l’édition, collection « À l’ombre du maguey », 2015, 223 pages, 15 €. [Traduction par Stephen Sánchez et Anna Touati. Excellentes gravures de Yoel Jimenez qui scandent chaque chapitre].

 

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Publié originellement en anglais (américain) en 2011, ce livre écrit par un journaliste est, hélas, toujours d’actualité. Le nombre de morts causés par le trafic de drogue, la rivalité entre bandes (les cartels), la terreur d’État – évalué à 80 000 et 20 000 disparus depuis 2006 – ne cesse d’augmenter. Les éditeurs français du livre ont, à juste titre, éprouvé le besoin de le compléter, de l’actualiser, en rappelant les nouvelles victimes, ces malheureux étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa (État de Guerrero) tués ou disparus (pour 43 d’entre eux) le 26 septembre 2014. L’enquête officielle elle-même a conclu que les disparus, arrêtés par des policiers municipaux de la ville d’Iguala, ont été remis à des tueurs d’un cartel de la drogue. Le maire d’Iguala et son épouse, liés à ce cartel, ont été arrêtés après un mois de cavale. La barbarie continue! Le 5 août 2015, le journal Le Monde annonçait l’exécution à Mexico d’un jeune journaliste de 31 ans, Ruben Espinosa, et de quatre jeunes femmes. Récemment réfugié dans la capitale car menacé de mort dans l’État de Veracruz où il officiait, il est le treizième journaliste assassiné depuis 2010 dans cet État, date de l’entrée en fonction du gouverneur Duarte. Jusqu’ici, note l’auteur de l’article Frédéric Saliba : « Mexico était considéré comme un refuge pour les journalistes menacés de mort en province ».

En effet, l’enquête de John Gibler, qui s’appuie sur les témoignages de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme, se déroule surtout en province : États frontaliers des États-Unis où se dirige la drogue, Tamaulipas (ville de Reynosa), Coahuila (Torreón), Chihuahua (Ciudad Juárez1) et aussi l’État de Sinaloa (ville de Culiacán) situé non loin. Mais ce “ cancer social ” s’est étendu, aujourd’hui il n’épargne plus aucun État du pays. Les journalistes notent tous qu’il est impossible d’exercer leur métier normalement : « le journalisme d’investigation est mort » : « Quand tu écris, tu ne penses pas au lecteur, tu penses aux narcos et tu te demandes s’ils vont l’ (l’article) l’aimer, s’il va les déranger, s’ils viendront t’attendre à la sortie de ton travail » (p. 77). L’État n’offre aucune protection aux journalistes. Il est totalement contaminé par les mafias de la drogue. Selon le témoignage d’une journaliste mexicaine, « sa stratégie consiste à s’allier avec le cartel de Sinaloa pour lutter contre le cartel du Golfe … ils organisent des opérations conjointes » (p. 87). Les escadrons de la mort des trafiquants, plus lourdement armés que les forces de police, défient la police fédérale, avec la complicité active de la police municipale2. Et quand la tuerie laisse au sol un blessé grave, la Croix Rouge ne veut pas l’emmener à l’hôpital parce que c’est trop dangereux : « une victime de la guerre de la drogue qui survit devient une menace pour tous ceux qui l’entourent par le simple fait d’avoir survécu » (p. 112). La société mexicaine est paralysée par la peur. Mais paradoxalement, certains barons de la drogue – dont la tête est mise à prix par le Département d’État étatsunien – sont les héros de « corridos », ces chants populaires mexicains, ainsi Metro 3, de son vrai nom Samuel Flores Borrego :

“ Il était du gouvernement / aujourd’hui il est dans le gang /

il commande beaucoup de monde / qu’il envoie où il veut /

Honnêtement les gens c’est comme ça; dédicace à monsieur Metro 3 /

un des bons, il règne sur son territoire /

avec un petit calibre, avec le AK / il t’envoie en enfer ” (p. 130).

Certes les violences sont dues au trafic de drogue, aux rivalités entre cartels, à la compromission des autorités politiques avec ceux-ci. Mais comme le remarque l’auteur à deux ou trois reprises, comme l’écrit plus nettement un spécialiste de l’Amérique latine, le sociologue Yvon Le Bot : « Ces violences visent aussi à détruire les mouvements sociaux, le foyer de contestation qu’était l’école normale d’Ayotzinapa ». Le problème, c’est qu’à plus long terme, « elles détruisent les fondements de toute vie en commun, elles minent l’espoir, corrodent la valeur de la vie humaine et l’idée même d’humanité » (in Le Monde, 12 novembre 2014). Alors, la solution serait-elle la fin de la prohibition, la légalisation des drogues, comme le suggère l’auteur à diverses reprises (p. 29, 147, 188) ? Cela “casserait” les énormes marges bénéficiaires que crée l’illégalité. C’est le message lancé par le poète très célèbre Javier Sicilia, le 6 avril 2011, après l’assassinat de son fils. Il est à l’origine d’un mouvement qui grandit pour en finir avec l’indifférence qui entoure ces meurtres.

1 Outre de longues citations empruntées à Howard Campbell, Drug War Zone : Frontline Dispatches from the streets of El Paso and Juárez, 2009, l’auteur consacre un chapitre (p.151-178) à Ciudad Juárez, une des villes les plus violentes du Mexique, endeuillée également par le meurtre de centaines de femmes, en majorité jeunes et pauvres. Un film a été réalisé en 2008 par Carlos Carrera, El TraspatioL’arrière-cour, sous-entendu des États-Unis – sur ce véritable « féminicide ».

2 C’est ce qu’observait déjà Joëlle Stolz, correspondante du Monde au Mexique, à Torreón, le 12 septembre 2008 : « une fusillade a opposé des agents fédéraux à des policiers municipaux qui protégeaient le transfert d’un chargement de drogue ».

 

Jacques R. Pauwels, 1914-1918. La Grande Guerre des classes (De Groote Klassenoorlog. 1914-1918), Bruxelles, Aden, collection « EPO », 2014, 880 pages, 33 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jacques R. Pauwels s’est fait connaître par deux ouvrages abordant déjà la période de « la seconde guerre de trente ans », Le Mythe de la bonne guerre, sur l’engagement des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, et Big Business avec Hitler, consacré à la dénonciation du soutien accordé par les classes économiquement dominantes à Hitler (et inversement). On l’aura ainsi déjà compris, la démarche de l’auteur est clairement engagée, militante même, et au minimum proto-communiste, pour ne pas dire davantage1. Dans ce nouvel ouvrage, véritable somme (presque 900 pages!) sur le premier conflit mondial, son objectif est de prouver que si guerre il y a eu, ce fut avant tout, de la part des classes dirigeantes, pour conjurer la menace de la révolution sociale (et nationale dans certaines situations) et mettre fin au processus de démocratisation en cours dans les puissances occidentales, voire même revenir à la situation d’Ancien Régime d’avant 17892. Et pour justifier sa thèse, Jacques Pauwels n’hésite pas à être très démonstratif, allant jusqu’à « tailler à la serpe » dans la rétrospective et l’analyse historiques.

Il effectue d’abord un retour sur le long XIXe siècle, utilisant en particulier les travaux d’un Arno J. Mayer sur La Persistance de l’Ancien régime : l’Europe de 1848 à la Grande Guerre, pour montrer qu’après avoir été révolutionnaire, la bourgeoisie européenne, alliée à la noblesse, devient contre-révolutionnaire entre 1848 et 1870, adoptant les thèses du social-darwinisme et entretenant peu à peu un véritable éloge de la guerre3. Le gros de son étude de synthèse retrace le déroulement de la guerre proprement dite, alternant chapitres sur la guerre « horizontale », c’est-à-dire entre pays (opérations militaires), et la guerre « verticale », entre classes antagonistes, usant pour ce faire abondamment de poèmes et de chansons d’époque. Il évoque assez fidèlement l’évolution des mentalités populaires, d’abord enclines à la résignation au début de la guerre, face aux pressions sociales diverses et aux « appareils idéologiques de domination »4, puis de plus en plus critiques à l’égard de cet affrontement prolongé qui semblait sans fin, allant parfois jusqu’aux fraternisations5. Les considérations sur la stratification sociale régnant dans les armées belligérantes et sur les profondes inégalités de traitement entre soldats et officiers, finalement moins prononcées dans la France issue de la Révolution, sont également précieuses.

Outre une empreinte marquée de la vision marxiste des événements, avec l’accent mis de manière justifiée sur les motivations impérialistes de la Première Guerre mondiale (celles du Royaume-Uni sur le Moyen-Orient ou de l’Allemagne sur l’Europe de l’est), deux caractéristiques sont notables et hautement discutables : une tendance à simplifier les enjeux, aboutissant à une forme de manichéisme quelque peu outrancier, qui le conduit ainsi à replier le mouvement ouvrier socialiste, dans la seconde moitié du XIXe siècle, sur le seul marxisme, et des raccourcis qui versent dans l’erreur pure et simple. Comment, par exemple, affirmer que les paysans français voient leurs revendications satisfaites dès 17896 ? Que le romantisme est par essence uniquement réactionnaire7, et l’antisémitisme « antisocialiste »8 ? Que le fascisme et partant le nazisme sont de simples retours en arrière, négligeant totalement leur caractère de « modernisme réactionnaire » ? Que le président de la IIIe République française avait « une fonction dotée d’un énorme pouvoir » (p. 83) ? Que l’essor du nationalisme raciste, racial même, a pour seule origine les progrès du socialisme dont il serait l’opposé9 ? Ces exemples indiquent une méconnaissance ou une non prise en compte, plutôt étonnante, des progrès de l’historiographie sur ces thématiques.

Pour autant, en dépit de ces critiques, auxquelles on peut ajouter une inclinaison relative à la répétition tout au long d’un ouvrage sans doute un peu trop long, 1914-1918. La Grande Guerre de classes a le mérite de s’extraire à la fois des visions nationalistes et d’une perception actuelle plus consensuelle, misérabiliste, repoussant la violence intra-européenne dans les noirceurs du passé tout en évacuant les responsabilités premières. L’auteur sait mettre l’accent sur les origines à la fois économiques et politiques du gigantesque embrasement mondial, mais aussi sur les limites de la démocratie européenne à la veille de la guerre (types de suffrages, découpages électoraux, possibilité d’être élu…)10 et la fiction d’une guerre faite « pour la démocratie ». Jacques Pauwels est également plutôt convaincant lorsqu’il s’efforce de prouver que le fascisme et le totalitarisme n’ont pas attendu la victoire de la révolution bolchevique pour émerger11, le second se dégageant de sa gangue à travers la suspension des libertés démocratiques acquises au bénéfice de la paix antérieure. Une vaste fresque qu’il s’agit donc de prendre avec les précautions requises, mais qui peut se révéler intéressante, tout au moins comme une source de second plan.

1Il fait longuement l’éloge des bolcheviques, les présentant comme plus démocratiques que les dirigeants occidentaux et saluant leur volonté de briser l’asservissement des peuples coloniaux.

2« L’élite voulait et préparait la guerre afin de résoudre définitivement les grands problèmes sociaux, c’est-à-dire éviter la révolution et mettre un terme à la démocratisation. » (p. 516). Il est plus nuancé lorsqu’il écrit, p. 300, que « Du côté des socialistes, du moins en Europe centrale et orientale, l’espoir d’une révolution immédiate en 1914 n’existait certainement pas, mais, du côté des familles nobles et grandes-bourgeoises, la crainte de la révolution existait bel et bien et on fut enchanté de voir la guerre éliminer comme par magie le spectre de la révolution. » [souligné par nous].

3Voir Emilio Gentile, L’Apocalypse de la modernité. La Grande Guerre et l’homme nouveau, Paris, Flammarion / Aubier, 2011 (2008 pour l’édition originale), curieusement absent de la bibliographie, comme d’autres titres du reste. Il est chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1365

4Erreur étonnante parmi d’autres, Jacques Pauwels ne cite que les sociaux-démocrates russes comme opposants à la guerre dès son déclenchement, oubliant les Serbes, et nomme curieusement « défaitisme » la position classique de Lénine durant la période…

5A cet égard, Jacques Pauwels évoque un étrange mythe (p. 416), mais sans citer ses sources, selon lequel sous le no man’s land, des déserteurs de toutes les armées survivraient en harmonie…

6Voir Pierre Kropotkine, La Grande Révolution (1789-1793), Paris, éditions du Sextant, 2011 (édition originale en 1909), chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1822

7Voir Michael Löwy et Robert Sayre, Esprits de feu. Figures du romantisme anti-capitaliste, Paris, éditions du Sandre, 2010.

8Voir Michel Dreyfus, L’Antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe de 1830 à nos jours, Paris, La Découverte, 2009, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2661

9Voir André Pichot, La Société pure. De Darwin à Hitler, Paris, Flammarion, 2000, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1483

10Voir Luciano Canfora, La Démocratie. Histoire d’une idéologie, Paris, Seuil, 2006.

11Dommage toutefois que sa réflexion sur le Parti allemand de la patrie (DVLP), fondé en 1917, en tant que formation « proto-fasciste » ne soit que survolée (p. 674).

Harald Welzer, Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle (Klimakriege wofür im 21. Jahrhundert getötet wird), Paris, Gallimard, collection « Folio actuel », 2009 (2008 pour l’édition originale), 448 pages, 9,50 €.

.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai, qui s’inscrit dans les préoccupations larges liées au réchauffement climatique et à ses conséquences, présente la particularité de favoriser le retour sur le passé plutôt que la simple prospective. Il faut dire qu’Harald Welzer est un historien qui s’est spécialisé dans l’étude du judéocide : il est en particulier l’auteur de Les Exécuteurs. Des hommes normaux aux meurtriers de masse (Paris, Gallimard, collection « NRF essais », 2007).

Ses hypothèses d’avenir sont liées par une vision foncièrement pessimiste. Il postule en effet une aggravation de « l’asymétrie » déjà existante entre pays du Nord et du Sud1, et un accroissement de la violence, dû aux flux croissants de réfugiés et aux guerres pour les ressources. Le prototype de ces dernières étant, selon lui, le conflit du Darfour, véritable guerre climatique aux origines non ethniques, mais écologiques et démographiques, éclatant dans une société fragilisée, fruit d’une forme de développement inégal et combiné dégénéré induisant une privatisation de la violence (et une économie propre). C’est cette question de la violence qui lui permet de convoquer l’histoire afin de démontrer qu’elle est non seulement probable, mais qu’elle sera également parfaitement assumée par les populations. Il argumente en effet dans le sens d’une violence humaine plus évidente, plus « normale » (au sens premier du terme), plus rationnelle également, que ce que le sens commun a tendance à considérer. Les tendances actuelles vont, pour les puissances occidentales, vers une violence plus indirecte, où les responsabilités connaissent une certaine dilution.

En s’appuyant sur les exemples du judéocide, mais également de la guerre du Vietnam ou du génocide rwandais, étonnamment ordonné2, Harald Welzer décrypte les causes de ces violences massives, liées au sentiment de menace, de changement, et qui s’accommodent de la coexistence d’une bonne conscience personnelle des meurtriers, justement nécessaire à la conservation d’un équilibre moral. Il les lie également à la modernisation, à la manière d’un Losurdo ou d’un Traverso3, sans hésiter pour autant à grossir le trait4 et à utiliser cet exemple désormais quelque peu usé qu’est l’île de Pâques, où la résolution de la crise écologique se réalisa via guerre et cannibalisme. Il n’empêche, selon lui, s’appuyant sur le concept de shifting baselines, les comportements sociaux peuvent parfaitement évoluer jusqu’à trouver admissible des formes de violence de plus en plus marquées à l’égard des réfugiés climatiques.

C’est justement ce regard très sombre posé sur l’humanité et son devenir5 qui fait de cette étude d’Harald Welzer un travail partial et discutable6, vertébré par une conception de l’histoire que l’on peut qualifier de postmoderne, tant elle met l’accent sur le contingent et le hasard7, possibles générateurs d’une certaine fatalité. Le cas de l’Allemagne nazie retient ainsi l’attention de l’auteur pour la rapidité de l’accoutumance de la population vis-à-vis du rejet des juifs, mais il néglige les formes pourtant réelles de résistance populaire, et a tendance de manière générale à considérer comme acquis des résultats d’enquêtes récentes (sur le sentiment sécuritaire par exemple)…

Les Guerres du climat est de la sorte une contribution utile à la discussion sur la violence et la géopolitique du proche avenir, mais clairement incomplète.

1 « (…) les populations les plus durement frappées sont celles qui ont jusqu’ici émis le moins de gaz à effet de serre, alors que les plus grands pollueurs seront probablement ceux qui pâtiront le moins des conséquences. » (p. 69).

2« La violence génocidaire, vue de l’extérieur, faisait l’effet d’être éruptive, archaïque et spontanée, mais vue de l’intérieur elle était étonnamment réglée et – pour les exécuteurs – sensée. » (p. 116).

3Domenico Losurdo, Contre-histoire du libéralisme, chroniqué sur notre blog, et Enzo Traverso, La Violence nazie : une généalogie européenne, chroniqué dans notre revue électronique. « (…) purifications ethniques et génocides sont étroitement liés à des processus de modernisation, même si la violence apparemment archaïque de leur exécution peut dissimuler ce lien. » (p. 43).

4« Tous les pays occidentaux, à l’exception de la Suisse, de la Belgique, de la Grande-Bretagne et de l’Espagne, doivent leur forme actuelle d’États-nations à une politique d’homogénéisation ethnique dont l’envers est la purification ethnique (…) », (p. 192), une réflexion où l’on sent l’influence des postcolonial studies.

5« Est-ce que, devant le panorama des innombrables exemples qu’offre l’histoire en matière de formes de violence et de disposition à tuer, il ne faudrait pas plutôt partir de l’idée que l’holocauste a encore accru la probabilité que de telles choses se produisent à nouveau ? » (p. 49).

6On peut également citer le parallèle fragile entre terrorisme d’extrême gauche des années 1970 et terrorisme islamiste contemporain, qui reposerait principalement sur un supposé élitisme commun.

7« (…) les catégories de causes et d’effets, de conditions et de conséquences, de structures et de fonctions perdent un peu de l’éclat qu’elles ont (…) et ce sont des catégories « sales », comme le hasard et les sentiments, qui passent au premier plan. » (p. 157).

Jean-Clément Martin, Violence et révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2006, 352 pages, 23 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (merci à Christian Beuvain)

Jean-Clément Martin est un des plus éminents spécialistes actuels de la Révolution française, auteur ou coordinateur de très nombreux ouvrages sur le sujet, et particulièrement sur la guerre de Vendée. Dans cet essai – qui présente le défaut de ne posséder que très peu de notes de bas de page affichant des renvois bibliographiques précis –, il s’attache à « (…) une lecture de la Révolution par la violence (…) » (p. 11). Cette lecture, il l’effectue en suivant le cours chronologique de la Révolution, en commençant par un rappel de la violence de l’Ancien Régime, particulièrement marquée et sévère dans le domaine judiciaire1 (peines de mort, torture, galère…). Plus largement, la société française est alors imprégnée en profondeur d’une violence polymorphe, quotidienne, liée à la dureté de la vie, au prix de l’honneur, aux anciens affrontements religieux ou aux haines et solidarités locales et sociales. Autant d’émotions, d’éléments constitutifs qui allaient ressortir avec d’autant plus de force dans cette émulsion que représente toute révolution, période de recomposition marquée par une violence multiforme. Ainsi que l’écrit l’auteur, « La Révolution française est un des lieux d’expérimentation de la liberté humaine. » (p. 308)2. En outre, la fin du XVIIIe siècle est une période de mutations mentales, témoignant d’une certaine réaction vis-à-vis de la violence, dans laquelle on peut identifier l’influence des philosophes, aboutissant à ce qu’un « bloc qui se réclame de la vertu, privée et publique, se constitue dans les classes moyennes lettrées. » (p. 38), s’opposant à la fois aux aristocrates et aux masses populaires « primaires », ces mêmes masses qui provoquent toute une série d’émeutes contre le pouvoir et les nobles en amont du début « officiel » de la Révolution.

A partir de 1789, la disparition du pouvoir central, auquel supplée la multiplication des initiatives locales à la base, libère les violences, qu’il s’agira désormais de canaliser ou de mettre à profit3. La prise de la Bastille, précédée par la destruction des barrières d’octroi, est l’exemple même d’une violence légitimée, qui permet de considérer comme secondaire les dégâts collatéraux qui lui sont associés. La violence est de la sorte « (…) devenue un moyen de faire de la politique, l’occasion d’exprimer des revendications. » (p. 79) Face aux efforts de la Constituante pour imposer un cadre national unificateur volontiers réconciliateur, les émeutes paysannes se poursuivent contre les droits féodaux (elles sont très bien racontées par Pierre Kropotkine dans La Grande Révolution (1789-1793), chroniqué sur ce blog), la contestation des officiers gagne l’armée, tandis que des demandes égalitaires émergent, tournées contre la liberté des échanges. La fuite du roi et son arrestation à Varennes sont justement lus comme un symptôme d’une politisation populaire, ayant intégré l’existence d’une nouvelle légitimité en lieu et place de celle du roi. Les événements du Champ de Mars, postérieurs de quelques semaines, marquent alors « (…) le divorce avec cette force populaire qui avait été seule à contrebalancer, par sa violence, les menaces et les entreprises des partisans de la monarchie. » (p. 116). La guerre amplifie encore l’usage de la violence jusqu’à l’incandescence, ouvrant selon Jean-Clément Martin sur une véritable « guerre civile mondiale » (p. 121), anticipant sur les événements ayant suivi Octobre 1917, mais également sur la « brutalisation » véhiculée par la Première Guerre mondiale, que l’auteur voit à l’œuvre dès cette époque. La population est mobilisée en profondeur par l’appel aux fédérés, là où les gardes nationaux demeuraient plus bourgeois, les luttes politiques s’approfondissent, suscitant des hésitations quant à la légitimité du pouvoir, contexte qui est celui des fameux massacres de septembre 1792. « La fascination de la mort, des reliques et des sacrifices traverse la société. » (p. 174)

Dès lors la Convention, qui garde ses distances vis-à-vis des sans-culottes4, cherche à contrôler cette violence populaire (avec la création du tribunal révolutionnaire, par exemple) et à faire régresser la pluralité de pouvoirs concurrents. Les événements de Vendée en sont une excellente illustration, cette idée de guerre intérieure étant avant tout propagandiste, selon Jean-Clément Martin, véritable champ clos des rivalités de pouvoirs révolutionnaires qui entraînent un manque d’organisation, des défaites et un renforcement de cette propagande. Sur ces massacres pratiqués en Vendée, et à travers lesquels on peut sans doute discerner une influence des pratiques coloniales, les révolutionnaires sont en outre clairement divisés5. Dans ce contexte, la « terreur » est bien plus difficile à définir que la vision stéréotypée qui est souvent privilégiée. Même la « Grande Terreur » doit être relativisée dans la prétendue sévérité des lois qui l’instaureraient. Un tournant décisif est à repérer dans l’histoire de la Révolution, selon Jean-Clément Martin, au printemps 1794 (qui l’emporterait ainsi sur Thermidor), puisque la Convention, en reprenant la main de manière décisive, fait que « (…) l’État clôt la période de « guerre civile » et lance des programmes de reconstruction de la société. » (p. 214)6, ce qui s’accompagne de la constitution d’une classe politique inédite. Thermidor n’est dès lors qu’un coup d’État effectué sans usage de la violence populaire, finalement rejetée, tandis que Robespierre et Carrier deviennent de véritables boucs émissaires. La restauration de la liberté de la presse conduit d’ailleurs à une déferlante de fantasmes et de sensationnalisme nourrissant les légendes noires : « La sidération et l’incompréhension dominent, créant des amalgames. » (p. 249). Ce dans le même temps où la violence est plus que jamais réappropriée, condensée et pratiquée par le pouvoir sur un mode plus traditionnel, face aux résurgences jacobines et au « royalisme de grand chemin »7. Le Directoire s’efforce également de donner un nouveau ciment fédérateur à travers le sentiment national et la « gloire militaire ».

Une réflexion aux éléments précieux, qui insiste davantage sur les pesanteurs historiques avec lesquelles les acteurs se démènent que sur une idéologie fanatique et mortifère8, de laquelle on parvient à percevoir l’opinion personnelle de l’auteur, plutôt favorable à la fin des violences via une amnistie, et qui considère la Révolution à la fois comme moment de transition majeur et crépuscule d’un certain archaïsme au profit d’« (…) une unification, une centralisation et une sécularisation de la violence (…) » (p. 269).

1« Le but cherché n’est pas l’amendement ou la privation temporaire des droits mais l’application de la toute-puissance du roi sur les corps de ses sujets, sur la chair du condamné et celle des spectateurs, en frappant leur imagination et en « terrorisant » le crime. » (p. 19).

2Il poursuit d’ailleurs ainsi : « C’est aussi à ce titre qu’elle fait peur, ayant voulu dissiper les secrets recouvrant ordinairement les mystères du pouvoir. »

3« (…) contrairement à la Révolution américaine étroitement contrôlée par une oligarchie réduite, en France, le pouvoir a été mis en cause dans sa totalité, ouvrant un espace où les violences ont pu se déployer. Il a donc fallu que des hommes imaginent de nouvelles façons de les capter, de les canaliser et de les transformer. » (p. 51).

4« (…) les Conventionnels entendent si bien conserver un équilibre politique entre contre- et ultra-révolutionnaires, que le 18 mars précisément [1793] un décret stipule que la peine de mort s’applique à quiconque veut instaurer la loi agraire, ou en d’autres termes le partage des communautés. » (p. 151).

5Jean-Clément Martin insiste également sur les informations contradictoires reçues par les Conventionnels, noyés de données, une complexité à laquelle se heurtent également les historiens…

6Implicitement, il y a bien sûr la question du rétablissement d’un État digne de ce nom, dont la nécessité n’est certainement pas partagée par les courants révolutionnaires d’extrême gauche contemporains…

7« Elles [les « révélations » évoquées] rendent paradoxalement « la terreur » d’autant plus exceptionnelle que la politique des années suivantes, après 1795, est précisément marquée par l’usage systématique de la violence d’État sans contrôle ni débat. » (p. 252).

8« (…) le massacreur (…) est d’abord l’homme de son temps et de son espace, dans la mesure où il exprime des aspirations anciennes dans un moment où tout s’invente. » (p.180). « La force des idées n’est pas à nier, mais sans le jeu des acteurs qui les portent, avec leurs grandeurs et leurs faiblesses, les rapports de pouvoir et de concurrence, les manœuvres, aucune idéologie, même celle des Lumières, ne mène le monde. » [souligné par nous], (p. 232-233).

Georg K. Glaser, Schluckebier, Paris, Rue des Cascades, 2014, 172 pages, 14 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Georg K. Glaser s’est fait connaître en France grâce à la réédition en 2005 chez Agone de Secret et violence1, ouvrage publié précédemment par Maurice Nadeau en 1951. Le relatif succès de cet ouvrage important a sans doute convaincu un courageux petit éditeur de sortir de l’oubli un texte (publié en allemand) datant de 1932 et enfin disponible pour les lecteurs français. Ce roman autobiographique raconte l’initiation à la vie d’un jeune prolétaire à la fin des années 1920. Par ce récit de formation, Georg K. Glaser entre de plein pied dans la littérature âpre. C’est le premier qualificatif qui vient à l’esprit quand on lit ces brèves pages. Brèves, certes, mais d’une intense densité. Rarement le lecteur n’a eu l’occasion de lire avec tant de force ce qui fait le quotidien d’un jeune garçon, doué, mais que la misère de son appartenance de classe empêche de poursuivre des études. C’est le cas du jeune Schluckebier qui voit un potentiel avenir moins sombre s’éloigner à grands pas. Il rentre en apprentissage, puis s’enfuit tant les conditions sont rudes. Il s’embauche à l’usine, où il découvre la dureté des conditions faites à ses semblables, mais a aussi l’occasion, pour la première fois de sa vie, de découvrir que certains pensent à s’organiser pour combattre ce système qui fait d’eux des esclaves des temps modernes. Las, le jeune Schluckebier n’a pas le temps d’approfondir cette découverte, il est chassé de l’usine, suite à une grève qui échoue devant la pression de la faim et les matraques qui s’abattent sur les ouvriers. Durant un bref temps, il est comme suspendu en l’air, n’ayant plus de travail. Il partage son sort avec quelques jeunes comme lui, qui forment une sorte de bande qui s’arrange pour pouvoir se nourrir tous les jours, par des moyens guère conventionnels. Mais cette liberté dans la misère ne dure pas. Schluckebier et ses comparses sont emprisonnés dans une maison de redressement. Il avait connu la faim et la misère, il va connaître la violence érigée en système de dressage. Le récit est impitoyable et chaque page permet à leur gardien de développer un peu plus son sadisme foncier, sadisme proprement institutionnel auquel il s’adonne sans compter. Les coups, la faim, la violence, les affrontements, l’épuisement du travail constituent le quotidien d’une institution qui ne fonctionne qu’en cassant les jeunes qu’elle est en charge d’éduquer. Mais même dans cet univers sans pitié, des limites ne peuvent être franchies. C’est ce qui finit par arriver quand un des pensionnaires meurt après un mauvais traitement. Avec ses camarades, Schluckebier participera à une révolte, brutale, immédiate, sans pitié. Il y a mort d’homme, la violence du système ne pouvant produire autre chose qu’une nouvelle violence, et victoire, brève, avant que l’ordre ne revienne à la maréchaussée. Mais la révolte, bien que brisée et chère payée, a au moins laissé entrevoir à ces jeunes qu’un autre avenir est possible, que ce monde ne leur laissant aucune possibilité, il est sans doute de salubrité publique de le briser. On plonge dans ce récit, comme en apnée, pour en ressortir quelques dizaines de pages plus loin, les poumons brûlés et ravagés par la puissance du style, par la rudesse de l’évocation. Souhaitons que ce récit rencontre un large public. Il confortera ceux qui ont déjà lu Georg K. Glaser dans l’opinion que ce dernier figure parmi les grands écrivains du XXe siècle. Aux nouveaux lecteurs de se confronter à cette écriture de la souffrance et de l’insoumission.

1Lire le compte rendu dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2589

Anne Steiner, Le Goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « belle époque », Montreuil, L’échappée, collection « Dans le feu de l’action », 2012, 208 pages, 17 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Anne Steiner, spécialisée dans l’étude des mouvements de lutte armée et dans celle des milieux anarchistes à la « Belle époque » – on se souvient en particulier de son livre Les En-dehors. Anarchistes individualistes et illégalistes à la « Belle époque », chroniqué sur notre ancien site –, élargit ici la focale pour se pencher sur quelques événements de fièvre populaire ayant eu lieu dans la seconde moitié des années 1900. Le point de départ de l’étude est le lancement par une CGT syndicaliste révolutionnaire, le 1er mai 1906, d’une active campagne pour les 8h de travail quotidiennes, décision qui ouvre sur plusieurs années d’agitation sociale, de peur également, ressentie par une partie de la petite-bourgeoisie1.

Anne Steiner se penche alors sur certains de ces moments d’émotion populaire, à commencer par la grève massive, en 1908, dans les sablières de Draveil, au sud de Paris. Les tirs de la police sur le quartier général des grévistes suscitent en effet une véritable escalade entre la troupe et des manifestants bâtisseurs de barricades et maniant le browning. Des événements qui accentuent l’opposition entre État et gauche révolutionnaire, sensible dans la répression anti-syndicale qui suit et dans la découverte postérieure de l’action d’un indicateur provocateur au service de la police.

C’est un enchaînement proche qui touche l’Oise l’année suivante, lors des grèves des boutonniers, opposés à l’industrialisation de leur métier et à une baisse programmée des salaires. Le blocage des négociations entre patrons et responsables ouvriers engendre des émeutes prenant pour cibles les usines, les stocks et les logements des patrons. La même année (1909), c’est la réaction à l’écrasement de l’insurrection de Barcelone en juillet et à l’exécution de Francisco Ferrer qui appelle des manifestations parisiennes vers l’ambassade espagnole, se muant en affrontements avec les forces de l’ordre, en incendies puissants et autre destructions de mobilier urbain. Face à un tel déferlement, les efforts de Jean Jaurès et Jules Guesde pour calmer les esprits demeurent vains.

Enfin, en 1910, deux événements quasiment concomitants font naître de nouveaux soulèvements ponctuels. Une grève des ateliers du faubourg Saint-Antoine, spécialisé dans la fabrication de meubles, conduit à une répression policière sur les grévistes qui surveillaient les « jaunes » (ou renards), avec pour résultat la mort d’un ouvrier anarchiste, Henri Cler. Les rassemblements à l’occasion de ses obsèques voient s’exercer des violences contre les ateliers, les policiers et les commerces ne marquant pas le deuil, avant de véritables émeutes à la sortie du cimetière. Parallèlement, l’affaire Liabeuf, jeune ouvrier coupable d’avoir tué un policier à la suite du harcèlement de la brigade des mœurs et qui fut condamné à mort, suscite également des mouvements de foule lors de l’accomplissement de la sentence. Un fait divers tragique dont l’impact sera certain sur la tragique équipée de la bande à Bonnot2.

De cette courte séquence chronologique, on retiendra tout particulièrement, outre un éloge partiel d’une violence créatrice proche de celle des autonomes, l’opposition entre le spontanéisme de ces fièvres et la volonté des socialistes de les canaliser, la manifestation du 17 octobre 1909, commémorant l’exécution de Francisco Ferrer, étant la première à bénéficier d’un véritable service d’ordre et à avoir été précédé d’un accord préalable avec les autorités, véritable innovation normative. L’iconographie est riche, principalement composée de cartes postales d’époque, avec pour seul bémol l’absence de sources pour ce qui concerne certaines des autres illustrations.

Quant à la lecture, bien qu’indéniablement prenante, elle laisse toutefois un goût d’inachevé, d’incomplétude, les différents chapitres s’apparentant davantage à une succession de monographies distinctes, alors qu’on aurait attendu une synthèse plus approfondie, replaçant en particulier ces violences populaires dans le temps long, prolongeant en aval l’étude jusqu’à la Première Guerre mondiale qui ne semble pas marquer réellement la fin de ces fièvres populaires, et analysant plus en détails la sociologie des émeutiers, leurs motivations éventuelles.

1Voir, entre autres exemples, le roman de J.H. Rosny aîné, La Vague rouge. Roman de mœurs révolutionnaires. Les syndicats et l’antimilitarisme, chroniqué dans notre revue électronique.

2Voir Renaud Thomazo, « Mort aux bourgeois ! » Sur les traces de la bande à Bonnot, Paris, Larousse, 2007, chroniqué sur notre ancien site. 

Danielle Tartakowsky, Les droites et la rue. Histoire d’une ambivalence de 1880 à nos jours, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2013, 221 pages, 18 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Par cet opus, qui poursuit un travail sur la manifestation entamé de longue date, Danielle Tartakowsky tord le cou à une idée fausse, « selon laquelle la manifestation de rue, quelque nom qu’on lui donne, serait en France consubstantiellement ouvrière et de gauche » (p. 7). La manif pour tous, Jour de colère, s’inscrivent dans une histoire longue, ouverte depuis la victoire des républicains en 1879. La « manif de droite » est inséparable de son homologue de gauche, avec laquelle elle interagit depuis. Comme elle, la droite a une culture manifestante, évanescente dans les mémoires mais présente sur le siècle.

L’auteure fait le choix d’un plan chronologique où se détachent quelques traits marquants du répertoire d’action manifestant des droites. Avant la Grande guerre, manifestations et processions catholiques s’inscrivent sous le sceau du nationalisme. La Première Guerre mondiale vaut là coupure, les manifestations de droite se républicanisent, trouvant dans les commémorations du 14 juillet, du 11 novembre, comme à la fête de Jeanne d’Arc, autant d’occasions pour disputer aux gauches la rue. A ce jeu, l’Action française se montre la plus moderne, la plus inventive, tôt imitée par des groupuscules fascistes. La manifestation, toujours conjuguée au pluriel, se comprend comme un moyen de pression sur les équilibres fragiles des coalitions parlementaires : le Cartel chute ainsi. La manifestation de droite est alors surtout parisienne, la province peinant à mobiliser, sinon sur des appels larges et apolitiques. L’acmé de ce mouvement est bien entendu la manifestation-émeute du 6 février 19341. Dans la mémoire des droites, elle jouit d’un éclat particulier, mais ouvre la voie à un progressif reflux des manifestations de droite : interdiction des ligues, affirmation de la manifestation/souveraineté des gauches, nouvelle législation.

C’est cette mémoire du 6 février que l’on trouve active après-guerre, notamment le 13 mai 1958, ou lors de la « journée des tomates » à Alger en 1956. Le gaullisme, avec sa logique de manifestation/levée en masse, lui fait pièce. Le Général a, par son rôle durant la Seconde Guerre mondiale, pu s’affranchir du cadre parisien : il procure à la droite la possibilité de manifester en province. A Paris, la manifestation du 30 mai 68 vaut affirmation d’une souveraineté nationale, contre le désordre de la chienlit. Le répertoire des droites manifestantes s’est là largement étoffé et, si la droite assiste, dans les années 70, du balcon aux manifestations de la gauche, l’extrême droite renoue à nouveau avec la mémoire émeutière du 6 février. Les combats de 1984 autour de l’école libre réactivent ensuite la part des catholiques dans les manifestations de droite, réactivation qui s’appuie d’ailleurs sur le terreau d’une « alliance » entre le FN et les intégristes de Saint Nicolas du Chardonnet dès la fin de la décennie 70, sur le terreau d’actions manifestantes au répertoire importé des États-Unis contre l’avortement. Il y a sans doute ici, dans ce jeu, l’amorce de la reprise de l’antienne maurassienne sur le pays réel contre le pays légal, que l’on retrouve dans les manifestations d’aujourd’hui largement innervées par la composante catholique. Comme en 1900, en 1920, la France est terre de mission…

Un ouvrage donc à lire, ne serait-ce que pour ce qu’il confond les idées fausses sur une droite qui répugnerait à la manifestation, ne serait-ce que par ce qu’il complète des travaux antérieurs sur la gauche manifestante, la question du pouvoir dans la rue.

1Voir le livre récent de Vincent Chambarlhac et Thierry Hohl, 1934-1946. Un moment antifasciste, Paris, La ville brûle, 2014, les billets de Vincent Chambarlhac, Commémorer le 12 février ? L’historiographie de l’antifascisme aujourd’hui… (sur le blog de Dissidences, http://dissidences.hypotheses.org/4298 ), et Le 9 février 1934, journée rouge, journée sans lendemain ? sur le portail http://anrpaprika.hypotheses.org/1679

ZAD partout. Zone à défendre à Notre-Dame-des-Landes. Textes et images, Paris, L’insomniaque, 2013, 142 pages, 15 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il s’agit d’un recueil d’images et de textes en provenance de la ZAD du lieu envisagé pour devenir le nouvel aéroport de Nantes, situé à Notre-Dame-des-Landes. Ce livre ne prétend donc pas proposer une analyse du conflit suscité par ce grand projet, mais plutôt d’offrir un point de vue, celui du courant le plus radical, ou tout au moins qui s’affirme et se revendique de ce qu’on nomme de plus en plus communément la « radicalité ». Laquelle radicalité s’illustre précisément dans la ZAD. Concrètement, la ZAD se manifeste par l’occupation d’une partie des terres destinées à la construction du futur aéroport. Sur ces terres, chèrement défendues (une certaine dimension proprement « militaire » du rapport de force s’affirme au long du livre, dont témoignent aussi bien les photos des affrontements avec la police, que des textes1), des communautés s’efforcent, par la remise en culture des terres en friche, de défendre un projet de vie alternatif. Comme le présente l’éditeur, c’est un processus de « communisation qui s’y dessine à tâtons (même si il ) n’atteint pas donc pas – et c’est heureux – à l’inaccessible harmonies des utopies clés en main » (p. 9). Le livre magnifie donc les actes de résistance, dont il est précisé qu’ils sont « à deux doigts de bouter Vinci hors de Notre-Dame-des-Landes » (p. 9). Il faut souligner l’excellente qualité des photos, dessins, graphiques, insérés dans une maquette très bien faite, imprimé sur papier glacé, qualité qui participe au plaisir de lire l’ouvrage. Certains textes peuvent prétendre à une résonance quelque peu situationniste : on pense notamment à celui du 23 janvier, intitulé « De boue : les damnés de la terre », manifestation d’une certaine appropriation culturelle de ses auteurs. On rit même franchement à la mise en scène de la photo de Zadistes ultra-légumes, parodiant un commando du FLNC (nationalistes corses), avec des potirons et autres courges en lieu et place d’armes. Ce livre manifeste donc des capacités d’innovation de ces « zadistes », usant de méthodes renouvelées et inusitées de lutte pour s’opposer à ces « grands projets inutiles ». En revanche, les auteurs manquent de recul critique pour analyser leur lutte. En effet, ils ne se posent pas la question de savoir si le ton décalé des textes, l’invention d’une nouvelle vie collective et communautaire par le retour à la terre soient suffisants, et surtout efficaces, pour faire plier l’État, les collectivités locales et l’entreprise Vinci. L’autorisation donnée par la justice de reprise des travaux à NDDL, en début d’année 2014, risque sans doute de provoquer de nouveaux affrontements et une poursuite de la lutte. En attendant, ce livre permet de découvrir une forme de résistance qui mérite d’être connue. Les bénéfices du livre sont destinés à financer les activités de la ZAD, ce qui ne peut manquer d’inciter les sympathisants de ce combat à acquérir ce livre.

1Ainsi le lecteur découvrira une fiche technique lui permettant de construire, de ses propres mains, un lance-pierre … (p. 91)

Maman Jones [Mary Harris Jones], Autobiographie, Paris, Les bons caractères, 2012, 174 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

 se réjouira de cette réédition d’un ouvrage qui n’était plus disponible depuis l’édition réalisée par feu les éditions Maspero en 1977 (première publication, Éditions Ouvrières, 1952). Cette autobiographie, c’est « Le bruit et la fureur » dans l’histoire du mouvement ouvrier américain. Certes, il ne s’agit pas de rapporter le style de cette écriture à celle de Faulkner. Mais l’histoire que raconte Mother Jones, s’inscrit bien dans la démesure de ce que fut la constitution du mouvement ouvrier étatsunien au tournant des XIX-XXe siècle. Marry Harris Jones (1837-1930) fut de tous les combats syndicaux du début des années 1880 au sortir de la Première Guerre mondiale. Née en Irlande, sa famille immigre aux États-Unis. Elle eut jusque vers la quarantaine une vie d’institutrice, mère de famille. Elle eut quatre enfants, qui moururent, ainsi que son mari, du fait de la fièvre jaune. Si bien, sans qu’elle explicite réellement les ressorts de cette transformation, qu’à partir de 1871 elle se retrouve veuve et disponible pour le combat syndical. A partir de 1880, soit à cinquante ans, elle devient totalement absorbée par le mouvement ouvrier, au point d’en devenir une figure mythique, en particulier chez les mineurs. Catholique, bien que ni pratiquante ni bigote, elle refuse le féminisme, s’opposant au droit de vote pour les femmes (en arguant que ça ne servait à rien et que si jamais un jour ces dernières votaient, ça serait pour choisir la conservation sociale[1]). Son récit est constitué d’une série de mouvements de grève auxquelles elle a participé au premier plan, connaissant, comme les mineurs, la peur, la répression, la violence et, plus souvent qu’à son tour, le poids de la défaite. En effet, le patronat se révèle absolument sans pitié en cas de contestation de son pouvoir sur les quasi serfs constitués par la population des mineurs[2]. S’engager dans la lutte collective, c’est, bien trop souvent, risquer sa vie et celle de ses proches : « Les hommes qui entraient au syndicat étaient mis sur la liste noire dans toute la région. Leurs familles étaient jetées sur les grands routes. On tirait sur les hommes, on les passait à tabac. Plusieurs d’entre eux disparurent sans laisser de trace. Ordre fut donné aux commerçants de ne rien vendre aux syndicalistes, ni à leurs familles. Il fallait tenir les réunions la nuit, dans les bois, dans les mines abandonnées ou dans les hangars » (p. 47), à propos d’une grève, sanglante, tenue en 1902 en Virginie de l’Ouest. Si l’ambiance est celle de Règlement de compte à OK Corral, ce sont bien toujours les travailleurs qui sont les victimes désignés. En parallèle, elle dénonce avec vigueur, dans une veine très morale, le début d’appropriation privative des organisations syndicales par leurs dirigeants. Ainsi, après un mouvement gagné par les mineurs, il est proposé aux délégués que chaque mineur verse une contribution pour permettre au dirigeant du syndicat de s’acheter une maison, en récompense de ses loyaux services. Mother Jones fait échouer ce projet et on comprend qu’elle ne fut pas particulièrement en odeur de sainteté dans la hiérarchie syndicales. Elle cultive cette défiance à l’égard des « chefs » (boss) tout au long de son engagement. Ainsi voici comment elle décrit, en 1914, le milieu des dirigeants syndicaux : « Grâce aux efforts d’hommes tels que Ed Nockels, leader des travailleurs de Chicago, John Lawson fut relâché sous caution. Ed Nockels est un de ces grands hommes qui consacrent leur vie et leurs dons à la cause des travailleurs. L’honnêteté n’est pas toujours l’apanage des leaders de la classe ouvrière. Il y a parmi eux des hommes aussi cruels et aussi violents que chez les capitalistes. Il y a des jaloux, il y a des ambitieux. Les faibles sont envieux des forts » (p. 137). Elle accentue encore cette défiance dans le chapitre final en avançant que : « Les hommes de la base se sont laissé faire par ceux qui auraient dû être à leur service. Les travailleurs ont aujourd’hui à combattre non seulement leurs oppresseurs, mais aussi leurs propres chefs qui souvent les trahissent et les vendent, qui placent le souci de leur propre carrière au-dessus des intérêts de la masse, et qui manœuvrent ceux de la base comme des pions » (p. 166). Dans une veine proche de celle que développait dans la même période Roberto Michels[3], elle affirme :  « Il en est pour qui le mouvement ouvrier est un métier comme un autre et qui s’y enrichissent » (p. 167). Si l’essentiel de ses activités s’est déroulé dans l’univers de la mine, elle participe aussi à des mouvements dans le secteur des filatures, ce qui l’amène à côtoyer un prolétariat encore plus défavorisé, si c’est possible, que celui de la mine. Elle rapporte ainsi le cas d’une « mère et de ses trois enfants qui tous travaillaient à la même usine que moi. Le père était mort de tuberculose et la famille avait dû emprunter trente dollars pour l’enterrement. Depuis des années, ils peinaient tous les quatre pour rembourser la compagnie » (p. 89). La « chance », pour les très jeunes enfants de s’échapper de l’usine, c’est d’avoir un accident : « les enfants allaient à l’école quand un accident les avaient rendus inaptes au travail » (p. 92). Face au degré inouï de répression dont elle est témoin (massacre de Ludlow en 1914 où les mitrailleuses furent utilisées), elle en appelle elle-même à l’armement des ouvriers ! Louis  Adamic[4] dans son livre a bien montré comment une partie du mouvement ouvrier a su user fonctionnellement de la violence en réponse aux attaques du patronat. Mother Jones s’inscrit dans cette veine également : « Les grévistes lancèrent un appel aux armes ; tout homme valide devait s’armer d’un fusil pour se défendre, lui et sa famille, contre l’assassinat, l’incendie prémédité et le pillage. Depuis la loi de la jungle jusqu’à notre soit-disant civilisation, c’est le droit naturel et imprescriptible de l’homme » (p. 13. Son texte se termine par l’évocation de grève de l’acier, en 1919 où, tout en développant un soutien à l’Union soviétique (en particulier pour l’aide humanitaire), elle s’appuie sur les valeurs américaines de la culture démocratique (lire par exemple p. 152 et suivantes), en évoquant par exemple le fait que « Cinquante mille garçons américains sont morts sur les champs de bataille d’Europe pour que la démocratie progresse partout dans le monde » (p. 156). A 92 ans, en 1922, elle participe encore à un congrès de mineurs. Avec cette autobiographie, le lecteur dispose d’un témoignage de première main à la fois sur l’impétuosité du développement du capitalisme aux États-Unis, de la violence et de la cruauté du sort des travailleurs, ainsi que sur la culture politique et les valeurs portées par le mouvement ouvrier au tournant du siècle. Un récit âpre, qui s’inscrit parmi les titres (en nette croissance) disponibles en français sur  les combats et les espoirs révolutionnaires de la classe ouvrière des États-Unis, dont Dissidences a déjà rendu compte dans un récent dossier[5]. A ce propos, un éditeur ne pourrait-il rééditer également l’ouvrage de Malkiel Theresa Serber, Journal d’une gréviste, paru chez Payot en 1980 ?


[1]           Dans le dernier chapitre, elle revient sur sa conception du rôle des femmes, pas particulièrement en avance sur son temps : « Une grande tâche est réservée aux femmes : l’éducation des enfants. C’est la plus belle de leurs responsabilités. Si les hommes gagnaient assez d’argent, les femmes ne seraient pas forcées de négliger leurs foyers et leurs petits pour accroître le revenu familial » (p. 164).

[2]           De ce point de vue, l’excellent polar de James Lee Burke, Vers une aube radieuse, Paris, Rivages, 1996, qui raconte une grève dans les mines du Kentucky dans les années 1970, permet de constater que les pratiques patronales semblent avoir peu évolués en un siècle.

[3]           Sociologue allemand, disciple de Max Weber, auteur de la thèse de la loi d’airain de l’oligarchie. Cf. Les partis politiques, Bruxelles, ULB Lire, 2009 (première édition 1911).

[4]           Louis Adamic, Dynamite. Un siècle de violence de classe en Amérique, Paris, Sao Mai, 2010. Chroniqué par Dissidences, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2550

Yannick Blanc, Les esperados. Une histoire des années 1970, Montreuil, éditions L’échappée, collection « Négatif », 2012, 218 pages, 14 €.

 Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les esperados est un docu-fiction littéraire paru initialement en 1984, qui se conçoit comme un anti Génération[1]. Sa réédition dans la collection dirigée par le collectif Pièces et main d’œuvre s’explique sans doute par le regard porté sur ces « Années 68 » vécues par l’auteur, un temps maoïste, un regard amer et sans illusions sur ces espoirs échoués, critique de l’extrême gauche organisée (seuls les situationnistes ont droit à des éloges appuyés), des opportunistes, des drogues, du communautarisme[2] ou de la récupération des mythes d’une époque. Tous éléments qui transparaissent bien dans le texte inédit ajouté en complément au livre originel, « Le troupeau par les cornes », au-delà d’un accord sur les dangers véhiculés par la techno-science.

Car Yannick Blanc pointe du doigt ce qui, selon lui, explique la faillite des soixante-huitards, leurs propres tendances à l’autodestruction. Il a choisi de porter son regard sur l’exemple d’une communauté paysanne du fin fond de l’Ardèche, et plus particulièrement sur son leader, Pierre Conty dit Pierrot, qui finit par tuer trois personnes en 1977 des suites d’un braquage ayant mal tourné. Yannick Blanc a mené pour ce faire une enquête longue et fouillée, rencontrant un très grand nombre d’acteurs et de témoins de cette tranche de vie (on y croise même quelques figures comme Jean Ferrat ou Paul Barril, ami d’enfance de Pierre Conty). Si le sujet n’est pas sans évoquer le récent Osons l’utopie ! de Christian Dupont (chroniqué dans notre revue électronique[3]), l’éclairage est plus sombre, la prose plus vivante et empathique, véritablement prenante.

Yannick Blanc nous plonge ainsi dans l’enfance grenobloise de Pierre Conty, né en 1946 d’un père communiste, ancien résistant et ouvrier. Faisant le choix de la rébellion à l’adolescence, et éprouvant de grandes difficultés à accepter les contraintes d’une hiérarchie subie dès l’enseignement technique, il voyage jusqu’en Israël pour participer à un kibboutz, avant de faire le choix d’une vie rurale. Enfant de 68 et du gauchisme ambiant, il s’oppose alors au PCF, et finit par fonder une communauté vivant principalement de l’élevage en 1969, à Rochebesse, subissant l’hostilité chronique des locaux, jusqu’à des poursuites judiciaires autour des questions de propriétés foncières. Cette communauté connaît nombre de changements, entre nouvelles arrivées et départs plus ou moins volontaires.

En effet, Yannick Blanc, au-delà de réelles notes d’humour (le règlement des tensions internes grâce aux maximes du Petit livre rouge !), montre bien les difficultés de la vie en commun, les conflits issus de cette promiscuité recherchée et des relations sexuelles afférentes. La violence contenue en Pierre Conty s’exprime alors de plus en plus, accentuant l’ambiance délétère.  Le mythe de la guérilla en arrière-plan, les vols de marchandises présentées comme des réappropriations sont bientôt suivis par des vols d’armes puis d’argent, jusqu’au tragique braquage final. Un regard sur ces « Années 68 » qui ne peut laisser indifférent, vision alternative à celle, plus médiatisée, de Pierre Goldman, et totalement à l’écart, en effet, de celle codifiée par Hamon et Rotman.


[1]              Il s’agit de l’ouvrage de Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération (tomes I et II), Paris, Seuil, 1987, 1988.

[2]              « Les communautaristes identitaires sont l’extrême droite de l’extrême gauche (…) », p. 235, Yannick Blanc affirmant par ailleurs sa fierté d’être simplement Français.

Christophe Bourseiller, L’extrémisme. Une grande peur contemporaine, Paris, CNRS éditions, 2012, 304 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

 Fort désormais de son statut d’enseignant à Sciences Po et de l’édition de ses ouvrages aux éditions du CNRS (voir son recueil A gauche toute ! chroniqué dans notre ancien site[1]), Christophe Bourseiller propose une synthèse de ses recherches qui se trouve être en même temps un retour à son point de départ. Rappelons en effet qu’en 1989 sortait Les ennemis du système, son premier livre qui juxtaposait extrême gauche et extrême droite. Le même postulat est repris ici, enrichi d’un essai de justification qui peine à convaincre. Car bien qu’annonçant le refus les amalgames, il valide celui de la proximité des extrêmes, s’étonnant au passage de l’absence du terme d’extrémisme dans les dictionnaires politiques, alors que son origine, loin d’être historienne, est de nature avant tout journalistique et politicienne. La définition de l’extrémisme qu’il invoque, œuvre de l’étatsunien Leird Wilcox, et qui met l’accent sur les méthodes plus que sur les idées, s’avère d’ailleurs souvent caricaturale, et si Christophe Bourseiller la complète[2], c’est pour mettre en valeur trois idées forces de l’extrémisme, la hiérarchie, la violence[3] et la transgression, l’ensemble étant surtout connoté négativement ![4]

Concernant l’extrême gauche, on retiendra, au-delà de la dichotomie déjà défendue entre invariants et modernistes (voir Extrêmes gauches, la tentation de la réforme, chroniqué sur notre ancien site[5]), un tableau assez large et complet des diverses tendances, ainsi que l’analyse du NPA comme héritier du groupe Révolution ! et influencé par la pratique maoïste, ce qui mériterait assurément discussion… Malheureusement, certaines de ses catégories prêtent le flanc à la critique, le post-anarchisme et l’ultra gauche servant par trop de fourre-tout : le premier avec les Autonomes, la lutte armée (Action directe) ou le SCALP ; le second avec une place privilégiée accordée aux situationnistes. Enfin, l’ouvrage reprend, mêlés à des données factuellement justes, un certain nombre d’erreurs[6], de mythes (L’Union communiste actuelle fondée dès 1939), d’affirmations surprenantes (Elie Domota « lambertiste » ?), d’oublis (quid du collectif « technophobe » Pièces et main d’œuvre ?) ou de raccourcis intéressés (les convergences superficielles entre bordiguisme et fascisme, p.113, ou les extrêmes gauches voulant remplacer « l’élection par la révolution », p.58, en une opposition absurde des deux termes). Il faut dire que la bibliographie proposée par Christophe Bourseiller est lacunaire, ne mentionnant pas, entre autre exemples, les travaux de Dissidences, pourtant conséquents, sur les trotskysmes[7].

Pour l’extrême droite, Christophe Bourseiller fait le choix, hautement discutable, de ne pas y inclure le Front national, qui relève selon lui du populisme, c’est-à-dire d’un autre vecteur de transversalité en tant que forme de popularisation d’idées extrémistes. Une réflexion selon nous excessivement grossière et discutable, tout comme la séparation entre extrême droite contre-révolutionnaire (royalistes, traditionalistes radicaux) et extrême droite révolutionnaire (néo-nazis, nationalistes révolutionnaires). Son catalogue des diverses composantes de l’extrême gauche reste enfin très classique, sans réflexions d’ordre sociologique, ni même d’exposé complet de leurs positions respectives. Finalement, on peut se demander si Christophe Bourseiller ne se rapproche pas du très médiatique Lorant Deutsch dans son travail de recherche : là où le second sélectionne ses sources pour célébrer le passé royal et chrétien de la France, le premier valide la vision dominante du régime démocratique libéral en repoussant les extrémismes dans l’enfer politique… Il estime d’ailleurs, Jacques Ellul lui servant de référence, qu’actuellement toute remise en cause révolutionnaire du système est impossible, et que le seul impact des extrêmes est d’ordre (contre-) culturel, à la manière d’une vision de Mai 68 ou du trotskysme culturel invoqué il y a plus de dix ans maintenant par Edwy Plenel[8]. Une singulière réduction de la focale.



[2]              « Partisan d’une doctrine politique poussée jusqu’à ses extrémités [sic – c’est le serpent qui se mord la queue], qui détermine un certain nombre de comportements et de pratiques, l’extrémiste appelle à un changement radical de société. Ce changement ne peut s’effectuer que par la violence. » (p. 38).

[3]              L’exemple cité de Gerry Healy, trotskyste britannique, et des abus sexuels dont il s’est rendu coupable, étant tout sauf représentatif !

[4]              Certaines questions posées par Christophe Bourseiller font d’ailleurs sourire : « Naît-on extrémiste, ou le devient-on ? (…) Serions-nous tous menacés par une part extrémiste, comparable à un démon qui nous guiderait vers l’abîme ? » (p.23). La préface de Pascal Ory cède d’ailleurs occasionnellement à la même tendance : « (…) je n’exclus pas que l’entrée en extrémisme soit, plus que le résultat d’une démarche raisonnée, l’effet d’un caractère » (p.11). Sans oublier l’hypothèse saugrenue selon laquelle l’extrémiste serait finalement un libéral poussé à son terme, en tant qu’individu-roi (p. 261).

[6]              Confusion entre entrisme et travail syndical (p. 64), Trotsky responsable de la répression de Cronstadt (p.70), le même qui ne défend pas la démocratie au début de sa lutte contre Staline (p. 99), la grande scission mondiale de la IVe Internationale en 1952 au lieu de 1953 (p. 75), des milliers de trotskystes présents entre 1962 et 1965 en Algérie (p. 78), jusqu’à une IVe Internationale (secrétariat unifié) actuellement épaulée par le Venezuela (p. 85-86), en guise de florilège non exhaustif.

[7]              Christophe Bourseiller accorde pourtant à Dissidences le privilège de quelques lignes. Il est toutefois remarquable de voir que plutôt que de répondre sur le fond aux critiques que notre collectif a pu formuler sur ses travaux (et ce depuis Cet étrange Monsieur Blondel, voir les deux premiers numéros du BLEMR sur notre ancien site), il préfère se poser en victime (avec des sous-entendus sur les mobiles de notre « hostilité » qui ne seraient pas que scientifiques… mais de quel ordre, alors ?) et égrener des affirmations gratuites afin de nous dévaloriser. Outre notre supposé échec à devenir référentiel (mais auprès de qui ? Là est toute la question), il n’hésite pas à m’attribuer une responsabilité dans la campagne visant à le décrédibiliser en affirmant que sa charge d’enseignement à Sciences Po aurait été fictive : il suffit pourtant de lire mes comptes rendus de ses derniers ouvrages pour voir que je cite tout à fait clairement cette même charge ! Plus sérieusement, il nous attribue une « posture partisane » (p.52) qui s’éloigne notablement de notre démarche réelle (ce que nous condamnons plutôt, c’est le fait d’aborder l’étude de l’extrême gauche avec des a priori négatifs par principe), en nous attribuant une volonté d’assujettissement (sic) du champ de la recherche de ce domaine, ce qui tend à nous accorder des intentions de contrôle autoritaire qui sont aux antipodes de notre optique (il en est d’ailleurs de même avec le CERMTRI ou l’Institut Léon Trotsky, nommément cités et ainsi injustement dévalorisés).

[8]              Cette grille de lecture se trouve dans son livre Secrets de jeunesse, Paris, Stock, 2001, Folio, 2003.