Archives par étiquette : Violence politique

Alessandro Stella, Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », 2016, 168 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Alessandro Stella, chercheur au CNRS, est surtout connu pour son travail de thèse consacré à la révolte des Ciompi, dans la Florence du XIVe siècle1. Dans ce petit ouvrage, il revient sur son passé, celui d’un acteur des « Années 1968 » en Italie. Plus que d’une véritable étude historique, il s’agit d’un témoignage autobiographique, qui bénéficie de l’expérience de l’historien, sans pour autant chercher à livrer une analyse incontestable sur cette question (on n’y trouve quasiment aucune référence de documents d’époque, essentiellement des notes bibliographiques).

Son récit débute en 1979 par une tragédie, la mort de camarades dans l’explosion d’une bombe qu’ils préparaient, suivie par des arrestations et le suicide d’un autre compagnon. Alessandro Stella est alors contraint de passer dans la clandestinité, même si son groupe, distinct des Brigades rouges ou de Prima Linea, en cela que ses membres pratiquaient militantisme public et lutte armée en parallèle, n’était responsable d’aucun mort, sinon dans leurs propres rangs. Leur pratique, faite de vols de voitures, d’auto-financement, ne peut selon lui être comprise et donc jugée qu’en lien avec le contexte dans lequel elles ont eu lieu, analyse pour laquelle on reconnaît bien l’approche de l’historien.

C’est ce qui amène Alessandro Stella à effectuer un retour en arrière, vers la fin des années 1960, marquées par un état d’esprit puissamment contestataire et l’espoir d’un autre communisme (l’exemple d’Il Manifesto, dissidence du Parti communiste italien [PCI], est cité). Il prend surtout comme événement emblématique le 19 avril 1968, lorsque dans la province de Vicence, celle de sa famille, à Valdagno plus précisément, les ouvriers de l’usine textile Marzotto déboulonnent la statue du fondateur de l’entreprise et revendiquent la mise en place de conseils d’usines. C’est cette organisation par en bas, ces mobilisations diverses et générales, poussant vers des réformes de plus en plus radicales, qui constituent pour Alessandro Stella autant de germes de ce qui allait devenir l’Autonomie ouvrière. De parents enseignants, incarnant l’ascension sociale de la famille, et votant plutôt pour la démocratie-chrétienne, Alessandro Stella, né en 1956, a pu être influencé par leur sensibilité à la misère ; tous deux ont d’ailleurs témoigné à son égard d’une solidarité sans faille, malgré leurs désaccords. Il commence à militer à l’âge de quinze ans, d’abord contre l’autoritarisme du système éducatif. Sa culture se forge alors aussi bien par ses lectures que par la musique, dont l’importance cruciale est soulignée avec une grande justesse. Participant à des manifestations, des grèves, des distributions de tracts de toutes sortes, il adhère finalement au groupe Potere Operaio en 1971, après un bref passage dans les jeunesses du PCI. Mais en 1975, le groupe local se divise en deux : « Classe et parti » regroupe les militants les plus âgés, dans une optique plus théorique, plus intellectuelle, classiquement léniniste, tandis que l’autre branche à laquelle appartenait Alessandro Stella, baptisée « Collectif politique », s’avère plus jeune et plus motivée par des actions pratiques, plus unitaire également.

C’est dans ce contexte de radicalisation générale que la lutte armée devient une option naturelle. Pour expliquer ce « (…) son de tam-tam, de plus en plus fort et diffus, d’appel aux armes. » (p. 81), l’auteur effectue un très utile retour sur l’histoire récente de l’Italie, les occasions manquées de la Libération, génératrices de frustrations (ainsi de l’insurrection avortée de 1948), l’importance de la mémoire révolutionnaire et de certaines figures héroïques de lutte contre le fascisme, ainsi que le massacre de la piazza Fontana et la peur générée par le coup d’État chilien. Ce que l’on retient en particulier de ces analyses, c’est que la lutte armée n’est en aucune manière un phénomène extérieur et étranger aux mouvements de ces longues années 1968, mais au contraire sa prolongation, sa continuation sous d’autres formes. C’est là ce qui fait la singularité de la situation italienne, par rapport à la France, par exemple, où les luttes connaissent un reflux dès la seconde moitié des années 1970. En Italie, l’apogée du mouvement ouvrier et des conquêtes qu’il avait réussi à obtenir – l’échelle mobile des salaires, en particulier – se situe au mitan de la décennie, et dans la continuité de ce mouvement ascendant, l’Autonomie ouvrière, myriade de groupes décentralisés, avança des revendications plus poussées, telles les 35h de travail payées 40, le salaire garanti, ou le salaire domestique. Il y a là, également, un phénomène générationnel, selon les dires d’Alessandro Stella, un désir de révolution totale, qui passait, dans le cas de son groupe, par la consommation de stupéfiants, la pratique de l’amour libre, la mise en place d’une radio clandestine, les auto-réductions, les « rondes ouvrières » afin de lutter contre les heures supplémentaires du samedi, ou l’isolement d’un quartier afin d’y mener des actions symboliques. Ce mouvement multiforme connut une forme de climax en 1977, de par son activité tous azimuts et le soutien populaire dont il bénéficiait.

Dans l’exaspération des événements, leur dénouement en une course folle vers l’abîme, Alessandro Stella incrimine au premier chef la politique étatique de répression forcenée, s’exonérant des lois, pratiquant la torture et ce qu’il compare aux purges staliniennes dans le processus judiciaire, visant à extraire « (…) la « maladie » révolutionnaire » du corps social (p. 42). Mais il souligne également les responsabilités des médias et du Parti communiste italien, ligués également contre eux, ainsi que la trahison de bien des intellectuels « révolutionnaires », n’ayant pas osé aller jusqu’au bout de leurs analyses radicales. Sans oublier la dynamique propre que génère l’usage des armes et de la violence. Dans son cas personnel, après une période de clandestinité, il choisit l’exil2, d’abord en Amérique latine, puis, après la promesse d’un asile faite par François Mitterrand, en France, parmi les premiers Italiens à en bénéficier. Comme d’autres auteurs3, Alessandro Stella contribue par son témoignage à une meilleure appréhension et compréhension de ces « années de plomb », expression éminemment réductrice et intéressée ; loin d’une lecture au filtre « terroriste » ou complotiste, il démontre avec conviction la nature profondément politique de cette période (il évoque un « conflit social politico-militaire », p. 138). Cet amour de la vie, c’est toujours ce en quoi Alessandro Stella croit, même si cela s’incarne aujourd’hui, paradoxalement, avant tout dans des myriades d’autonomies individuelles, bien loin des élans collectifs autour d’un « pouvoir ouvrier ».

1Alessandro Stella, La Révolte des Ciompi : les hommes, les lieux, le travail, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993.

2Il défend cette position contre ceux qui estiment que la solidarité exigeait de demeurer en Italie, en faisant, sans doute de manière légèrement exagérée, une manifestation de lutte collective, par les réseaux que cet exil impliquait et sollicitait.

3Voir l’article « Romans, lutte armée et terrorisme contemporain », à paraître dans le volume 16 de Dissidences.

Jacques Leclercq, (Nos) Néo-nazis et ultras-droite, Paris, L’Harmattan, 2015, 528 pages, 49 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Jacques Leclercq, nous avons eu l’occasion par le passé de rendre compte de ses nombreux travaux documentaires, plus convaincants sur l’extrême droite1 que sur l’extrême gauche2. Ce nouveau fort volume complète les trois précédents consacrés aux franges les plus extrêmes de la droite, à ceci près qu’il présente un caractère plus hybride. Il offre en effet, dans sa plus grande partie, un portrait des nationaux-socialistes à la française. Après quelques définitions préalables (dont celle du fascisme, succincte et réduite à sa spécificité italienne), sont présentées les différentes organisations collaborationnistes durant la Seconde Guerre mondiale, dont Jacques Leclercq souligne l’importance quantitative à l’échelle de la population. Un listage plutôt exhaustif, qui comprend un certain nombre de transfuges de la gauche, comme René Mesnard (SFIO) et Jacques Teulade (PCF) du Comité ouvrier de secours immédiat, mais aussi des personnes ayant opéré l’évolution inverse, à l’image de Serge Vincent-Vidal, fondateur des Formations éclair révolutionnaires, puis Waffen SS, qui passe dans les années 1968 au mouvement maoïste.

La suite se révèle nettement plus indigeste. Les différentes organisations nationales-socialistes plus contemporaines sont en effet abordées sans ordre chronologique ou alphabétique, en un texte d’une pièce duquel on peine souvent à extraire l’essentiel. On y retrouve, pour nous en tenir à ce qui fait le cœur de notre travail à Dissidences, des figures venues du trotskysme (René Binet, pionnier du renouveau national-socialiste après la guerre) et surtout des constructions idéologiques mêlant références a priori opposées : les nationaux-bolcheviques ou Nazbols du MNBF3, qui considèrent la RDA de Honecker comme un modèle, ou de l’OSRE4 ; les nationalistes-autonomes, inspirés des Black Bloc et favorables à une « politique coopérative ouvrière et anticapitaliste » (p. 199) et à une allocation de vie universelle ; les nationalistes révolutionnaires, dont Nouvelle résistance de Christian Bouchet, ayant succédé à Troisième voie, qui pratiqua un entrisme chez les jeunes Verts ou Socialisme international, trotskyste, ou encore la Troisième voie de Serge Ayoub, qui rendit hommage en 2011 à Roger Salengro. Citons également une curiosité qui frise le ridicule, la Sororité aryenne, alliant national-socialisme et sexe, jusqu’à la pornographie, tout en se revendiquant d’une réconciliation de « (…) Marx avec Maurras, Heinrich Himmler avec Herbert Marcuse (…) » (p. 85).

Mais la prose est ici bien trop dense, marquée par plusieurs redites, des transitions parfois peu claires entre réalités numériques et activistes, et il manque clairement des frises chronologiques et des organigrammes permettant de se repérer dans une nébuleuse en constante ébullition, ainsi qu’une bibliographie détaillée. De plus, les sites Internet ou les publications, dont quelques extraits sont proposés (mais souvent en corrigeant les fautes d’orthographe), ne sont pas réellement analysés en profondeur ni en totalité (pourquoi tel numéro plutôt que tel autre ?), et insuffisamment contextualisés. En fait, ce qui manque à ce recueil de données d’une incontestable richesse, c’est une véritable problématisation, un effort d’organisation visant à proposer une typologie de ces divers groupes, et du même coup un certain nombre de définitions : qu’est-ce exactement que l’ultra-droite du titre ? Comment différencier les différents surgeons du national-socialisme en France, que ce soit par leurs références ou leurs positions sur l’évolution du monde5 ? Une organisation comme le GUD, par exemple, dont les actions sont toujours très violentes, peut-elle être considérée comme authentiquement néo-nazie ? Certes, c’est là chose particulièrement difficile à mener, vu la profusion de références, le manque d’informations toujours fiables et précises, et la porosité des frontières entre les catégories proposées par Jacques Leclercq (suprémacistes des groupes Blood and Honour, négationnistes ou skins, qui ont d’ailleurs droit à une bonne synthèse), mais c’est également le seul moyen de dépasser la simple recension documentaire, nécessaire mais qui n’est qu’une première étape.

Autre défaut de ce volume, les nombreuses illustrations reproduites en noir et blanc, souvent de sites Internet, ne sont pas explicitées avec précision. L’ouvrage se termine par une mise à jour des compilations précédentes, où l’on retrouve plusieurs développements intéressants : sur l’œuvre française, dissoute en 2013 à la suite de la mort de Clément Méric mais toujours active et existante, en particulier sur Internet ; sur le Bloc identitaire, cadre de certaines recompositions en validant la résistance gaulliste et en délaissant l’antisémitisme traditionnel (la notion gramscienne d’hégémonie est également explicitement revendiquée) ; d’Égalité et Réconciliation d’Alain Soral, qui se place dans la lignée des SA et s’est engagé fin 2014 dans la création de Réconciliation nationale avec Dieudonné ; du groupe La Dissidence, partisan d’un coup d’État militaire en France ; ou du Lys noir, qui a réussi une intoxication de grande ampleur à l’été 2013, dans le sillage de la Manif pour tous, en réussissant à faire croire à un possible coup d’État préparé par les officiers catholiques contre le gouvernement Hollande…

Jean-Guillaume Lanuque

1Son Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale de 1945 à nos jours, de Droites conservatrices, nationales et ultra. Dictionnaire 2005-2010 a été chroniqué sur notre ancien site, et De la droite décomplexée à la droite subversive. Dictionnaire 2010-2012 l’est sur notre blog.

2Voir la critique détaillée de Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels. 1968-2013 sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3794

3Mouvement national-bolchevique français.

4Organisation socialiste révolutionnaire européenne.

5Est ainsi sensible une ligne de faille entre militants privilégiant l’antisémitisme, en s’alliant au besoin avec des forces musulmanes comme celles de l’Iran chiite (le Parti solidaire français, par exemple), et militants préférant réserver leurs coups aux musulmans. Une autre voit des divergences sur la situation en Ukraine, entre pro-Ukrainiens et pro-Russes (et donc séparatistes).

Fanny Bugnon, Les « Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Payot-Rivages, collection « Bibliothèque historique Payot », 2015, 240 pages, 21 €.

Un compte rendu et un entretien de Jean-Guillaume Lanuque

Sur les groupes ayant appliqué une forme de lutte armée souvent qualifiée de terroriste en Europe dans la seconde moitié du XXe siècle, mis à part des témoignages (surtout sur le cas italien1), les études existent, mais sont souvent rares en français : outre le premier volume de notre collection Dissidences (et ses compléments en ligne) et les travaux pionniers d’Isabelle Sommier, on peut citer l’ouvrage d’Anne Steiner et Loïc Debray2, et celui dirigé par Marc Lazar et Marie-Anne Matard-Bonnucci3. Fanny Bugnon4, pour sa part, a choisi de mener une thèse consacrée à un angle bien spécifique, celui des femmes membres de deux de ces organisations, la Fraction armée rouge allemande et Action directe. L’objectif étant à la fois de « penser la violence politique des femmes » (p. 14) et de comprendre « la fabrique des femmes terroristes » (p. 19), en mettant largement à profit les sources journalistiques.

Le grand intérêt de ce travail, c’est en effet de décrypter la perception médiatique des femmes combattantes de ces deux groupes, qui déclinent plusieurs thématiques particulières. Il y a d’abord, avec les actions initiales de la RAF, l’idée d’un phénomène d’origine étrangère, et plus particulièrement allemand, irréductible à la situation française, avec la réutilisation de stéréotypes (la réactivation de la violence nazie, ou la froideur germanique). Mais la dominante majeure de l’analyse des journaux retenus, c’est une forme de malaise à l’égard de ce qui est perçu comme une transgression des rôles sexués. Dans un contexte qui voit concomitamment les femmes accéder à des fonctions dans l’armée et la police, les militantes armées politiques sont jugées plus dures que les hommes, plus coupables également5. Sont alors réactivées des images ancrées dans la culture dominante, celle d’un déséquilibre psychologique (qui peut être lié au refus d’être mère), mais également celle de séductrices, de produits d’une libération – jugée débridée – des mœurs dans ces années 1968 (même si cette image de séductrice relève clairement de la longue durée des mentalités collectives). Ce qui ressort de ce tableau, c’est une forme appuyée de dépolitisation, un refus apparent de prendre en compte les écrits et les déclarations politiques et argumentées de ces femmes, qui sont de la sorte totalement minorées. Fanny Bugnon s’intéresse également aux figures mythiques qui sont reprises à cette occasion, celle des amazones qui ont donné leur titre au livre, mais également celle des furies, par exemple ; on reste toutefois en partie insatisfaits, cette déclinaison de l’étude manquant en grande partie d’analyses approfondies6.

Le choix de mener une étude parallèle de la RAF et d’AD manque par ailleurs de justifications, car même si les deux organisations connaissent un rapprochement marqué au milieu des années 1980, il aurait sans doute été fertile de prendre également en compte les Brigades rouges italiennes, voire l’ETA ou l’Armée rouge japonaise… A condition, bien sûr, de disposer de davantage de temps de recherche. Autre limite, et non des moindres, une tendance à parfois laisser croire à une sur-interprétation des faits7. C’est ce qui rend certaines parties plus fragiles, comme celles évoquant le modèle de l’amoureuse déçue chez les militantes8 (d’autant qu’il y a derrière réalité ou tactique judiciaire). Une citation isolée ne suffit pas toujours à convaincre d’un état d’esprit général, et il aurait été pertinent de prendre davantage d’exemples dans un corpus de 3 000 articles de presse, tout comme il aurait été utile de disposer d’une comparaison détaillée avec le traitement dévolu aux hommes des deux organisations. Il est à ce titre dommage qu’une thèse que l’on imagine copieuse ne fasse l’objet que d’une transposition visiblement très abrégée, au risque de perdre de sa force de conviction9.

Entretien : Cinq questions à… Fanny Bugnon10

  1. Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont conduite au choix de votre sujet de thèse ?

Dès mes premiers travaux de recherche, je me suis intéressée à l’histoire des femmes et des marges politiques, ainsi qu’aux formes de régulation sociale afférentes : les Repopulateurs comme forme d’antiféminisme au sortir de la Première Guerre mondiale qui débouche sur la législation de 1920 et 1923 réprimant l’avortement et la « propagande anticonceptionnelle » (mémoire de maîtrise) ; l’affaire Germaine Berton, du nom de cette militante anarchiste qui assassine en 1923 Marius Plateau, responsable de l’Action française et des Camelots du Roi et dont le procès s’achève sur un acquittement (mémoire de DEA). Au cours de mes lectures, il est ressorti que la criminalité politique des femmes au XXe siècle constituait un sujet mal connu. C’est à la faveur de ce constat que j’ai décidé de poursuivre mon travail de thèse sur ce sujet, en me concentrant sur la période de l’après-68, marquée par la réactivation de la violence révolutionnaire dans les démocraties occidentales, et la participation remarquable et remarquée de femmes dans les rangs de ces groupes. En raison de l’inaccessibilité des archives de police et de justice, j’ai choisi d’analyser la médiatisation française de la violence politique à travers la fabrique du « terrorisme » comme catégorie médiatique.

  1. Pourquoi vous être uniquement concentrée sur la RAF et Action directe, sans prendre également en compte d’autres groupes armés contemporains, comme les Brigades rouges, l’Armée rouge japonaise ou ETA ?

Mon idée de départ était de travailler sur les militantes des organisations révolutionnaires violentes de l’après-68 dans les démocraties occidentales qui ont en commun de compter un nombre significatif de femmes dans leurs rangs. Le constat de la rareté de la bibliographie sur le sujet, et surtout sur l’histoire de la violence politique en France – notamment dans le cas d’Action directe (1979-1987) –, m’a conduit à redéfinir mon sujet pour retracer l’histoire de la violence révolutionnaire dans le dernier tiers du XXe siècle, en prenant en compte non seulement la période d’activité des organisations, mais également leur démantèlement et leurs procès. Il a donc fallu recentrer la focale. J’ai choisi de me concentrer sur la France et l’Allemagne (RFA) pour deux principales raisons : la violence révolutionnaire outre-Rhin joue un rôle de miroir déformant dans la perception de la violence révolutionnaire en France en mobilisant les stéréotypes nationaux et le passé commun entre les deux pays (l’Allemagne fait également l’objet d’une plus grande attention de la part de la presse française, indépendamment de l’intensité du phénomène en Italie, au Japon ou en Espagne) ; les principales organisations allemande (la Fraction armée rouge – RAF) et française (Action directe) ont en outre annoncé leur fusion en janvier 1985 au nom de l’unité des révolutionnaires en Europe de l’Ouest et ont mené ensemble des attentats anti-impérialistes contre des cibles militaires de l’OTAN.

  1. La version publiée de votre thèse semble très réduite par rapport à la thèse elle-même : comment ce choix a-t-il émergé avec l’éditeur ?

On m’a souvent fait remarquer que ma thèse en comportait en réalité deux : l’une sur l’histoire de la violence révolutionnaire en France et en Allemagne, l’autre sur la fabrique de la catégorie « femmes terroristes ». Après discussion avec mon éditeur, il a été décidé que la version (très) remaniée de ma thèse se concentrerait sur la deuxième, qui était mon sujet de départ et qui constitue un angle mort de l’historiographie.

  1. Songez-vous d’ailleurs à un élargissement géographique ou même historique de votre angle de recherche ?

Pour l’heure, je ne souhaite plus travailler sur la violence politique. Bien des questions restent cependant à étudier, et il serait notamment intéressant de mener une analyse comparée des militantes des organisations révolutionnaires et des organisations nationalistes, dans les processus de décolonisation, mais également du côté des mouvements séparatistes, à la fois sur le plan de leur trajectoire biographique et militante, de leur visibilité dans les organisations armées et de la médiatisation dont elles sont l’objet.

  1. Quels sont actuellement les travaux auxquels vous vous consacrez ? Des publications sont-elles d’ores et déjà prévues ?

A la faveur d’un postdoctorat, j’ai poursuivi mes recherches sur une autre forme de marginalité politique féminine illégale : les femmes élues en France avant d’en avoir le droit (en 1944), c’est-à-dire les femmes élues sur des listes municipales communistes à partir de 1925, sur consigne du Secrétariat féminin de l’Internationale communiste. Cette question met en rivalité communistes et féministes autour de l’accès des femmes à la citoyenneté politique. Je me suis tout particulièrement intéressée au cas de Douarnenez, première municipalité française à porter à sa tête un maire communiste en 1921, et à élire une femme, Joséphine Pencalet, ouvrière des conserveries de poisson de 38 ans, en 1925, et aux débats internes au PCF sur l’opportunité ou non de présenter des candidatures féminines qui seront in fine invalidées par la justice administrative. J’en ai notamment tiré un article pour Vingtième siècle11 et ai participé à un documentaire consacré à cette pionnière (la présentation est en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=f2VQbiiUW38 ).

1Par exemple le livre d’un des créateurs des Brigades rouges, Mario Moretti, Brigate Rosse, Paris, Amsterdam, 2010.

2Anne Steiner, Loïc Debray, RAF. Guérilla urbaine en Europe occidentale, Paris, L’échappée, 2006, chroniqué dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1542

3Marc Lazar, Marie-Anne Matard-Bonnucci (dir.), L’Italie des années de plomb, Paris, Autrement, 2010.

4Fanny Bugnon avait publié un article dans le volume 13 de Dissidences, « Venger Pierre Overney ? Controverse autour d’un mot d’ordre. ».

5Sur ce point, des comparaisons avec des femmes criminelles, de l’époque ou plus anciennes, se seraient sans doute révélées intéressantes.

6Pourquoi les furies antiques plutôt que Médée, par exemple, personnage pourtant oh combien riche et incarnant une forme repoussante de la femme pour bien des hommes ?

7Ainsi, l’assassinat de Georges Besse ne fut pas seulement un choc du fait que les responsables étaient deux femmes (p. 72), mais également de par le statut de la victime celui d’un patron, d’un non combattant, contrairement au général Audran. De même, dans les figures mythiques invoquées, celle des sorcières ou des pétroleuses ne sont appuyées que sur une occurrence des sources chacune, tout comme le thème de la masculinisation / desexualisation de ces femmes militantes (p. 157-158). Enfin, le lien explicitement fait entre le mouvement féministe et l’engagement radical de ces femmes, avec l’exemple de la mort de Georges Besse, ne se trouve ici que sous la plume de Ménie Grégoire.

8Deux exemples seulement sont convoqués, ceux de Frédérique Germain et de Paula Jacques, toutes deux de la nébuleuse d’Action directe.

9Un détail iconographique est également légèrement gênant : le fait que les photographies de femmes retenues pour figurer en couverture et sur la quatrième ne soient à aucun endroit explicitées.

10Entretien réalisé par courriel le 2 septembre 2015.

11Fanny Bugnon, « De l’usine au Conseil d’État. L’élection de Joséphine Pencalet à Douarnenez (1925) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 125, 2015/1, p. 32-44.

Eric Hazan, La Dynamique de la révolte. Sur des insurrections passées et d’autres à venir, Paris, La Fabrique, 2015, 160 pages, 10 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce nouveau petit essai de l’éditeur Eric Hazan s’inscrit dans le prolongement de son précédent livre, Premières mesures révolutionnaires (écrit avec Kamo)1, qui restait justement silencieux sur le moment révolutionnaire proprement dit, ce passage permettant de basculer de l’ordre ancien vers l’ébullition d’un autre temps social. Pour tenter de cerner les grandes lignes de ce que pourrait être la matrice des insurrections – victorieuses – à venir, à défendre, à préparer, l’auteur convoque un certain nombre d’expériences révolutionnaires passées, qu’il estime nécessaires de se réapproprier.

Un souci pour l’histoire qui ne peut que nous réjouir, d’autant qu’il s’efforce de retracer de manière didactique, mais de manière plus brève que dans Une Histoire de la Révolution française2, le déroulement des événements, faisant de La Dynamique de la révolte une sorte d’abrégé révolutionnaire à destination de générations novices en la matière. Les choix opérés n’en demeurent pas moins en partie frustrants, car Eric Hazan évoque surtout la Grande Révolution, la révolution russe (1905 et 1917), la période révolutionnaire allemande de 1918 à 19233 et la révolution espagnole de 1936. S’en dégage une analyse que l’on peut qualifier de nuancée, voire de médiane, très éloignée d’une condamnation sans appel du marxisme ou du léninisme. En fait, l’idéal, selon Eric Hazan, réside dans une synthèse entre les apports respectifs de Lénine et de Rosa Luxembourg. Du premier, il retient le refus de « (…) toute collaboration avec les modérés, les conciliateurs, les opportunistes. » (p. 117), et de la seconde, la nécessité du spontanéisme des masses, contre toute militarisation de la révolution (il salue ainsi dans la victoire d’Octobre le rôle capital des masses, mais aussi, plus surprenant, de la chance !)4.

Ce sont même pratiquement des lois de l’histoire qu’il souhaite dégager, dont on retiendra en particulier l’absence de chaos au cœur même du cyclone révolutionnaire5, et la dangerosité de tout gouvernement provisoire, ayant pour seul objectif le retour à l’ordre traditionnel. C’est d’ailleurs dans le prolongement de cette leçon qu’Eric Hazan rejette le parlementarisme, saluant à la fois l’éviction des Girondins de la Convention en juin 1793 ou la dissolution par les bolcheviques de la Constituante, début 1918 ; une position radicale qui surprend et étonne, au sein d’une extrême gauche ayant eu tendance dans beaucoup de ses franges à incorporer du parlementarisme dans ses projections futures6. La charge est donc ici portée contre le postmodernisme, pour une inscription de la révolution future dans l’épaisseur de l’histoire, et contre ce qu’Eric Hazan traite comme des fétiches, des épouvantails destinés à dissiper les fumées de la lutte de classes, la République et la démocratie7.

Certains pourraient toutefois trouver à redire à ce tableau parfois en partie idéaliste (la force et l’implantation profonde du Front national sont clairement relativisées), qui fait également silence sur les scénarii précis d’une insurrection en France, par exemple8, ou sur les potentialités d’une guerre civile, consécutive au moment insurrectionnel proprement dit… Le sujet d’un prochain essai, peut-être ?

1Nous l’avions chroniqué en son temps sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4160

2Ouvrage également chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/2772

3Une traduction de l’ouvrage écrit par Chris Harman sur ce sujet est justement parue chez La Fabrique au mois de mai dernier, et sera prochainement chroniquée sur ce blog.

4A propos des analyses de Lénine sur le parti révolutionnaire, ou sur le récit de la révolution d’Octobre, on trouve quelques simplifications ou silences (pas de réel combat au palais d’hiver ?), mais très limités.

5« (…) ce qui s’installe lors de ces journées exceptionnelles, c’est une joie collective, le sentiment d’une fraternité retrouvée, et l’invention de nouvelles formes de vie. » (p. 14, souligné par l’auteur).

6On pense par exemple à l’évolution de la LCR. En lieu et place d’une assemblée de ce type, Eric Hazan ne propose malheureusement rien, ni un système alternatif de soviets, de conseils populaires (ceux de 1936 en Espagne sont largement salués), ni un délai minimum avant de procéder à d’éventuelles élections nationales, ainsi que le souhaitait Blanqui dans Le Communisme, avenir de la société, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4198

7« (…) elle tient le rôle essentiel de consoler d’une absence, celle d’une société qui aurait pour but le bonheur commun. Ce mot caoutchouc fait écran à la guerre civile à laquelle « nous sommes contraints depuis si longtemps », comme dit Blanqui de sa voix d’airain. C’est par ce rôle mystificateur que Démocratie est devenu le grand mot contre-révolutionnaire de notre temps » (p. 140).

8A l’exception d’un départ en périphérie plutôt qu’au centre parisien, et d’un nécessaire travail au sein des forces de l’ordre afin d’espérer en rallier une partie, tout cela demeurant très général, de la même manière que les moyens concrets, revendicatifs, permettant de mettre les masses en mouvement.

Albert Parsons, August Spies, Haymarket, pour l’exemple, Paris, Les Amis de Spartacus, collection « Cahiers Spartacus 1936-2006 « , 2006, 94 pages, 9 €.

 

Un compte rendu de Jean-Paul Salles *

Ce petit livre contient essentiellement les autobiographies de deux des animateurs du mouvement socialiste révolutionnaire de Chicago, pendus à la suite de l’attentat à la bombe survenu à la fin du meeting ouvrier de Haymarket Square (Chicago), le 4 mai 1886, au cours duquel ils avaient pris la parole. Une bombe explosa tuant un policier. S’ensuivit une fusillade qui fit six victimes parmi les policiers et de nombreux morts et blessés parmi les travailleurs. 7 policiers étaient morts, 7 anarchistes devaient mourir. Inculpés le 9 octobre 1886, ces militants écrivirent leur biographie à la demande des Chevaliers du Travail, pour populariser leur cause. Outre les deux biographies, on trouve dans ce livre la déclaration qu’August Spies fit à son procès. Ayant refusé de demander leur grâce, Parsons et Spies seront pendus le 11 novembre 1887, avec Fischer et Engel. Les trois autres inculpés seront graciés et libérés peu après. La répression ne mit pas fin à la mobilisation ouvrière, dès 1889 l’Internationale socialiste décide de faire du 1er Mai une journée internationale de lutte, en mémoire des « martyrs » de Chicago.

Dans sa déclaration August Spies nie avoir lancé la bombe ou connaître celui qui l’a fait. Il affirme que les témoins à charge ont été payés et que les juges sont au service des « princes du chemin de fer » et des capitalistes en général. Prenant le contre pied de l’accusation qui lui reproche de n’avoir parlé dans ses discours que de destruction et de dynamite, il affirme sa croyance à des formes de relations sociales plus humaines que le salariat, à savoir la coopération. Il se dit favorable à « une société d’êtres souverains, sans rois ni classes ». Il oppose son idéal d’anarchiste à celui des grandes entreprises américaines : gérées sous la surveillance de la police, de l’armée, des détectives privés, ayant recours à des agents provocateurs, elles refusent toute concession, toute réforme. Et il reproche à ses juges de ne voir dans les luttes ouvrières que complots, d’assimiler les militants à des criminels et à des voleurs. Il réaffirme donc les grands principes qui fondent son action et celle de ses camarades : l’indispensable propriété commune des moyens de travail, la production et la distribution coopératives. Et il ne nie pas que l’expropriation des classes dominantes nécessitera la violence, celle-ci étant nécessaire pour mettre fin à l’accaparement des richesses par une classe privilégiée. Il s’agit de faire en sorte que les réalisations et les bienfaits de l’humanité profitent à tous.

Publié en avril 2006 pour commémorer les 70 ans des Cahiers Spartacus, cet ouvrage nous donne aussi une biographie de René Lefeuvre (1902-1988), l’infatigable artisan de cette entreprise de publication de textes intéressant le mouvement ouvrier. Le premier volume publié par lui, en octobre 1936, fut le texte de Victor Serge, tout juste libéré d’Union soviétique, sur le premier procès de Moscou, qui vit la condamnation à mort et l’exécution des 16 accusés, parmi lesquels Kamenev et Zinoviev. Jusqu’à sa mort Lefeuvre n’a cessé de se battre, en publiant des dizaines de brochures, contre le stalinisme et contre la social-démocratie, pendant la Guerre d’Algérie notamment. C’est à ce moment qu’il quitta la SFIO, à laquelle il avait appartenu quelques années.

* Ce compte rendu, repris ici comme archive, date de mai 2007 et est d’abord paru sur notre ancien site Dissidences.net.

Sidération de la bombe ou le roman comme euphémisme. (Haymarket, 1886) : A propos de Franck Harris, La bombe, Clermont-Ferrand, La dernière goutte, 2015, 301 pages, 20 €.

Un billet de Vincent Chambarlhac

Un fait.

Les éditions La dernière goutte publient La bombe de Franck Harris, initialement paru en 1908. Il s’agit de la première traduction d’un roman consacré à l’attentat de Haymarket Square, à Chicago, le 4 mai 1886. Ce jour-là, après un rassemblement pacifiste pour la journée de 8h, la police chargeait brutalement la manifestation se dispersant, tirant pour tuer. Une bombe, lancée depuis les rangs des manifestants, frappait les forces de l’ordre, tandis que la répression allait crescendo. Le retentissement de ce premier attentat anarchiste sur le sol des États-Unis est énorme, à l’origine du 1er mai, et le procès qui suit largement commenté. Huit hommes sont accusés du meurtre des policiers – August Spies, George Engel, Adolph Fischer, Louis Lingg, Michael Schwab, Oscar Neebe, Samuel Fielden et Albert Parsons – ; le neuvième homme suspecté d’avoir lancé la bombe, Rudolph Schnaubelt, échappe aux arrestations. Sept des accusés sont condamnés à mort puisque Oscar Neebe y échappe. Finalement, trois peines sont commuées en détention à perpétuité après une longue et mondiale campagne de mobilisation ; quatre hommes sont pendus (Spies, Engel, Fischer, Parsons) le 11 novembre 1887, tous étaient innocents, seulement orateurs à Haymarket Square. Louis Lingg, qui fabriqua la bombe, se suicide en prison. Fondateur, l’épisode est connu et bien repéré par la littérature historique1, paradigmatique sur le sol américain des liens de l’anarchisme à la violence terroriste –ce que la vieille Europe connaît dans la décennie 1890 comme propagande par le fait. Haymarket Square, par son retentissement constitue l’une des racines du premier mai, fête des travailleurs. La bombe, donc, comme scansion métonymique d’une des voies de l’anarchisme d’alors.

D’un fait, un roman.

Journaliste, publiciste, directeur de publication, Franck Harris (1856-1931) donne avec La bombe un premier roman de facture somme toute classique au premier abord. Le lecteur pressé prendra plaisir à une écriture fluide. Pourtant cette fiction d’un auteur typique de la communauté américano-irlandaise de la Belle époque est plus complexe qu’il n’y parait. Le récit se construit dans l’après-coup des souvenirs de Rudolph Schnaubelt, de retour en Bavière. L’homme se sait « à bout de course », se remémore un parcours qui le fit lancer la bombe. Le roman se conçoit comme un roman d’apprentissage dont la clé de voûte est Louis Lingg. Schnaubelt, jeune allemand, cultivé, débarque à New York dans l’espoir d’y être journaliste. Espoir vite déçu, il devient prolétaire, enchaînant des métiers harassants – dont la construction du métro sous l’Hudson. L’intellectuel prolétarisé parvient ensuite à vivre de sa plume par des piges dans les journaux socialistes de la communauté allemande, tirant de son expérience le sel de ses articles. C’est en allemand qu’il écrit, c’est en émigré allemand qu’il perçoit l’envers de la liberté américaine et de son système capitaliste. Il parvient à se faire envoyer comme journaliste à Chicago, la grande cité industrielle du Midwest. Par George Engel, un temps militant socialiste allemand mais que l’on devine anarchiste, il entre en contact avec les émigrés allemands anarchistes de Chicago. Le roman cesse là d’être d’apprentissage pour se faire sidération devant l’énigmatique Louis Lingg, croqué comme un ardent anarchiste aux analyses tranchantes et à la voix posée, qui tire une grande part de ses réflexions contre l’ordre capitaliste américain, de la constitution même des États-Unis. Face à la tyrannie (capitaliste), incarnée quotidiennement par la répression policière des manifestations à Chicago comme dans l’invisibilité de la cause prolétarienne dans les articles des journaux anglo-saxons, toujours à charge, la violence lui paraît la seule réponse légitime, dans le droit fil de la déclaration d’indépendance américaine. A la brutalité policière répond la bombe qu’il construit, et teste, en autodidacte. Louis Lingg s’avère là dans la droite ligne du congrès anarchiste de Vevey (septembre 1880) et de sa « Charte de la propagande par le fait », qui invitait les militants à recourir aux « sciences techniques et chimiques ». C’est en lisant des manuels de chimie qu’il confectionne l’explosif dans la solitude de son atelier, en artisan. Franck Harris cisèle peu le personnage, tout en arrêtes, dont le pouvoir de séduction intellectuelle confine, dans son rapport à Rudolph Schnaubelt, à la sidération ; toujours au fil du récit, l’après-coup seul permet à Schnaubelt de se ressaisir tant la domination intellectuelle de Lingg semble le pétrifier. Dans ce qui semble un lapsus, au moment où il accepte d’être le lanceur de la bombe, il le décrit ainsi : « mon camarade, mon amant ». Il sera lanceur donc, mais sa sidération devant le geste est telle qu’il s’acquitte de sa tâche quasiment en spectateur. Sa fuite, l’organisation planifiée de son départ pour l’Angleterre, sont l’effet de Louis Lingg, qui, choisissant de rester sera arrêté, se suicidera en prison, avalant une bombe.

Sidération ?

L’intrigue romanesque replie l’attentat sur la seule relation Lingg/ Schnaubelt, quand la question qui soutient l’écriture se résume ainsi : comment rendre compte de la bombe, de la sidération même qu’elle suscite ? Cette sidération constitue l’avers de la propagande par le fait, dont la dynamique tente de rompre l’invisibilisation de l’intolérable d’une situation sociale. Haymarket s’appréhende en caméra subjective par Schnaubelt. Franck Harris le croque journaliste, aux écrits uniquement publiés dans les feuilles militantes de langue allemande ; quand ses articles sont traduits pour les quotidiens anglo-saxons, c’est systématiquement au prix de l’euphémisation de la nature politique des faits sociaux appréhendés. Le politique de ces articles tient aux revendications des ouvriers immigrés, allemands notamment, à leur rapport à la brutalité policière. Dans la traduction jamais ce politique ne se donne à voir. Aux yeux des Américains, les revendications sont invisibles ; les articles et les impressions de Schnaubelt l’éprouvent au fil des pages. La rationalité de la bombe s’inscrit doublement dans ce hiatus ; elle est le geste qui répond à la brutalité policière selon Lingg, qui légitime ce geste à venir de l’histoire même des États-Unis. Mais la bombe est aussi, dans l’incrédulité fascinée de Schnaubelt qui la lance, la sidération même des médias américains.

A ce point du roman, le lecteur saisit que deux lignes de fuite encadrent l’intrigue. Au plus près de l’écriture journalistique de Franck Harris, il s’agit dans l’après-coup d’écrire sur Haymarket. Vingt-deux ans se sont écoulés, et dans la logique même du roman d’apprentissage qui structure la forme de l’écriture, la rationalité du récit passe par l’examen des conditions sociales à Chicago qui déterminent en partie l’usage de la bombe. Chroniqueur des aléas du prolétariat de langue allemande à Chicago, Schnaubelt montre dans ses souvenirs comment une suite de luttes, dont la logique même est cachée aux yeux des médias américains, débouche sur la proposition de Lingg. Parce que celle-ci sidère jusqu’à celui qui lancera la bombe, le récit mute. Le Faire outrepasse le Dire, et seule l’explication de la fascination de Schnaubelt pour Lingg peut valoir explication. La violence de l’acte, voulue par Lingg, subsume la rationalité antérieure de ses discours. Ce faisant, Franck Harris offre une lecture conservatrice des fictions de l’anarchisme telles qu’Uri Eizensweig les analyse. Franck Harris n’est pas Joseph Conrad, qui publie l’Agent secret en 1907 sur des thématiques identiques2.

Pour autant, en renonçant à la modernité d’une écriture de la violence terroriste pour une facture plus classique, Harris pointe ce qui dans Haymarket participe d’un contexte spécifiquement américain, la question de la langue. C’est là la seconde ligne de fuite du roman, la plus structurante. L’expérience du prolétariat allemand dans une nation d’immigrés qui se construit alors par le nationalisme est indicible, au sens premier du terme. La bombe constitue alors une réponse de fait, quand les discours sont inaudibles, ou travestis dès lors qu’ils sont traduits. La question linguistique domine donc. Elle unit ce milieu des migrants germaniques ; son importance se traduit dans l’attention portée dans le roman aux journaux, aux articles. Si la langue intègre Schnaubelt dans les réseaux du mouvement ouvrier de langue allemande à New York, puis à Chicago, le prix de cette intégration est la mesure de l’ethnicité des revendications, et de leur ignorance dans une société organisée par la race3. La bombe de Haymarket dans le roman signifie alors l’impasse d’un mouvement ouvrier organisé mais d’une certaine manière invisible dans la structuration de la société américaine d’alors. Si sous la plume de Franck Harris, Louis Lingg conjugue nombre de traits propres à la sociologie des anarchistes européens circa 1880 (autodidaxie, artisanat, propagande par le fait…), l’intellectuel qu’est Schnaubelt dans ses souvenirs invite à une réflexion autre sur Haymarket, subtilement décentrée dans l’après-coup de la lecture de la seule violence terroriste.

1Notamment par Howard Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2002, et Normand Baillargeon, L’ordre moins le pouvoir, Marseille, Agone,‎ 2008. Voir aussi, toujours en langue française Albert Parsons et August Spies, Haymarket : pour l’exemple, Paris, éditions Spartacus, 2006, dont le compte rendu (paru précédemment dans Dissidences-BLEMR) figure en annexe à celui-ci.

2Sur cette question, cf. Uri Eizensweig, Fictions de l’anarchisme, Paris, Belfond, 2001.

3Domenico Losurdo, Le péché originel du XXe siècle, Condé sur Noireau, éditions Aden, 2007.

Hervé Kempf, Notre-Dame-Des-Landes, Paris, Seuil, 2014, 159 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans cet ouvrage, Hervé Kempf, ancien responsable de la rubrique écologie du Monde, actuellement journaliste au site Reporterre, nous livre un récit très vivant de la mobilisation suscitée par le projet de construction d’un aéroport à proximité de Nantes. Il rappelle que ce projet est vieux de près de 40 ans et a été envisagé dans une perspective de croissance infinie. Il livre ainsi des informations assez étonnantes, cet aéroport ayant été conçu pour assurer des liaisons vers Paris tous les quart d’heures. La question de l’environnement, de l’écologie, du cadre de vie ou de la protection des espaces naturels n’avait pas vraiment d’importance au moment où le projet a été imaginé. Il en va différemment aujourd’hui, d’autant qu’un certain nombre de projections sur la base desquelles l’aéroport avait été envisagé se sont révélés fausses. Ainsi en va-t-il par exemple de la saturation de l’actuel aéroport de Nantes. Cependant, l’essentiel du propos de Hervé Kempf n’est pas de convaincre les lecteurs de l’inanité technique du projet, mais de décrire la mobilisation suscitée par ce projet. Son point de vue se centre donc sur la ZAD (Zone à défendre), occupée par des communautés qui en ont fait un lieu de vie alternatif. Le moins que l’on puisse dire est que cet auteur semble fasciné par les formes de la mobilisation, « la Zad a capté un imaginaire de l’alternative en lui donnant un contenu concret  (…) C’est un territoire en sécession, permettant de « vivre concrètement un moment cette sortie du système » (p. 74-75). Selon lui, la ZAD constituerait l’exemple vivant des théories d’Hakim Bey sur les Zones d’autonomie temporaire (TAZ). Il décrit ainsi comment les habitants ont (re)pris l’habitude de se déplacer à pied, en harmonie avec la nature. « La Zad, c’est le monde sans l’ennui » (p. 81). On comprend alors la poésie qui émane de ce lieu et de ses habitants. Le journaliste, parfois avec un peu de naïveté, se fait le porte parole des zadistes, n’hésitant pas ainsi à avancer que du fait du refus de se nommer, les zadistes deviennent « innommables, et échappent au contrôle » (p. 84). La ZAD devient ainsi, sous sa plume, une zone à créer de la démocratie, puisque dans cette enclave, les zadistes réinventent des modes de prises de décision associant l’ensemble des participants (en n’oubliant quand même pas de préciser que : « Le nombre restreint de participants facilite certes la tâche », p. 129). On l’a compris, il n’est pas question pour Hervé Kempf de livrer une analyse distanciée et critique de la mobilisation en cours dans cet espace. Tout au plus se livre-t-il à un plaidoyer pro domo. Si son regard est enchanté, il le fait partager à ses lecteurs avec brio car ce court opuscule se lit avec beaucoup de plaisir. Il n’en reste pas moins que le lecteur serait en droit de réclamer un peu plus d’analyse pour comprendre réellement ce qui se déroule sans ce territoire de lutte, ainsi que ses enjeux. Une carte des lieux n’aurait d’ailleurs pas été inutile pour suivre les pérégrinations des zadistes à travers les sentiers, chemins boisées et autres espaces traversiers…

Jean-Clément Martin, La Machine à fantasmes. Relire l’histoire de la Révolution française, Paris, Vendémiaire, collection « Écho », 2014, 352 pages, 10 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet ouvrage de Jean-Clément Martin compile un certain nombre d’articles ou de communications diverses, ayant comme dénominateur commun l’écriture de l’histoire de la Révolution française et le dépassement de certains des mythes qui y sont associés1. Nul hasard, donc, si le recueil s’ouvre par une question cruciale entre toutes : « Qu’est-ce qu’une révolution ? ». Même si le sujet n’est pas embrassé dans sa totalité (sur la question du fascisme révolutionnaire ou non, par exemple), la définition privilégiée est clairement celle du radicalisme le plus prononcé : « La révolution, la vraie, celle qui change les consciences mondiales, c’est celle de 1792, quand la violence rompt tous les arrangements, invente une république qui ne doit rien ni à Sparte ni à Rome et que la survie du régime passe par sa propagation, au moins au reste de l’Europe. » (p. 23).

Plusieurs des textes proposés ici se rattachent à cette étude majeure que nous avons chroniqué il y a peu, Violence et révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national2. Il en est ainsi du massacre de Machecoul, qui a servi à noircir la mémoire de l’insurrection vendéenne, une postérité mythique renforcée par l’ombre de Gilles de Rais ; de la dénomination de « guerre » de Vendée, moyen pour les républicains vaincus de justifier leur défaite3, et de l’identification pérenne de la Vendée à une zone contre-révolutionnaire ; et bien sûr de la « terreur ». Sur cette thématique, Jean-Clément Martin écarte globalement l’expression de pulsions populaires bestiales, préférant valoriser les relations et rivalités entre groupes révolutionnaires, et décrivant la « terreur » avant tout comme « (…) la progressive mise en place d’un gouvernement révolutionnaire centralisant la répression. » (p. 104) Sa nouveauté présumée est ainsi largement relativisée, mise en perspective historique mais aussi géographique (« (…) toute la période expérimente cette extension de la violence de guerre qui va marquer les siècles à venir. », p. 117), et clairement déconnectée de toute anticipation du totalitarisme (p. 108)4. Jean-Clément Martin va jusqu’à proposer une typologie de la violence durant la Révolution, émanant classiquement de l’État, de groupes se réclamant de la justice (les massacres de septembre), de « l’effervescence du politique » (p. 162) s’exprimant par des canaux traditionnels (14 juillet 1789), ou de groupes en concurrence politique (le cas de la Vendée).

Sur un plan plus historiographique, la contribution intitulée « « D’horribles mystères », ou comment on a écrit l’histoire de la violence révolutionnaire » permet de revenir sur la condamnation dominante de la violence et de la « terreur » par ceux qui ont écrit sur la Révolution au cours des XIXe et XXe siècles, partisans du compromis républicain de la IIIe République en particulier, une vision largement tributaire du poids de la mémoire noire encouragée par la Convention thermidorienne. « Une rhétorique contre-révolutionnaire naît ainsi, liant barbarie et innovation sociale, estimant que l’homme est incapable de diriger ses actes en totalité. » (p. 129) Sont également abordés le mythe du jeune Bara, moyen pour Robespierre de contrer le culte des martyrs sans-culottes (Marat en particulier), ou la commémoration de la bataille de Valmy lors du bicentenaire de 1989. Seul événement ne datant pas de 1789 à avoir été retenu par les cérémonies, il fut victime d’une commémoration écartelée, hors-sol, refusant de prendre à bras le corps les mémoires en jeu. A travers l’exemple de Charlotte Corday, Jean-Clément Martin aborde également la riche tradition légendaire qui s’attache à la jeune femme, en s’intéressant surtout à l’Internet, marquant son inquiétude à l’égard de ce média propice à tous les délires5.

Quelques textes s’apparentent davantage à des bancs d’essai, à des ébauches de réflexion, certes stimulants, mais qui manquent encore suffisamment d’envergure. « Tradition et transgression : les femmes soldats de la Révolution et de l’Empire » aborde la situation des femmes durant la période révolutionnaire, et si les exemples choisis ne parviennent pas toujours à faire totalement sens, on en retient une claire réticence des hommes à ce que les femmes débordent de leur rôle et de leur place traditionnels pour investir le domaine public : « (…) paradoxes de la période révolutionnaire, qui construit de nouveaux rapports hommes-femmes, libère et érotise les corps mais délégitime les prétentions des femmes à s’affirmer à égalité avec les hommes ou à user de la violence (…) » (p. 219) Quant à « Pierre Rivière et La Rochejaquelein : de quoi se nourrit l’ogre historien ? », c’est un questionnement original, qui se penche, à travers les deux personnages cités – le premier parricide lettré, le second général vendéen – et l’intérêt qu’ils avaient soulevés chez un Michel Foucault, par exemple, sur la fascination individuelle dont ne sont pas exempts les chercheurs. Un thème vaste, qui n’est qu’effleuré.

Deux articles s’apparentent enfin à un hors-sujet au moins partiel. « Violences sexuelles : la voix étouffée des archives » s’intéresse aux procédures judiciaires opérées en Vendée durant la première moitié du XIXe siècle, dont Jean-Clément Martin déduit à la fois le conflit entre deux époques (celle de la communauté rurale et de ses silences tacites, et celle de l’affirmation de l’individu et de ses droits) et l’existence constante d’agressions sexuelles, contre les historiens défendant une liberté des mœurs plus grande à la campagne6. Quant à « Le commerçant, la faillite et l’historien », c’est au décryptage des faillites d’entreprises à Niort et Nantes dans les secondes moitiés des XIXe et XXe siècles qu’il se consacre. L’occasion, cependant, dans ces deux cas, de revenir encore et toujours à ce qui est l’axe des préoccupations de l’auteur : « (…) une histoire centrée sur les individus, leurs stratégies, leurs discours et leurs souffrances. » (p. 238) Toutefois, si cette volonté de briser tous les miroirs, les faux-semblants et les idées fausses est salutaire, elle s’accompagne d’une volonté de désidéologiser l’histoire qui se heurte elle-même à sa propre contradiction7

1« (…) Retrouver comment les acteurs impliqués dans ces occasions ont eux-mêmes requis ces catégorisations et les ont utilisées. » (p. 10), tant « (…) [le passé] sourd des fissures que les pouvoirs, quels qu’ils soient, ne peuvent jamais colmater. » (p. 32).

3« Le soulèvement paysan est devenu le début d’une guerre contre-révolutionnaire. Il a acquis une importance nationale du fait de la conjonction de logiques d’ordres différents. Le recours habituel à la répression a rendu exceptionnel et inexplicable un échec inattendu, mais prévisible ; le mépris des intérêts des paysans n’a pas permis de comprendre les raisons de leur révolte, condamnées d’emblée ; l’obsession du complot a donné un sens délirant et démesuré à une simple défaite. » (p. 51).

4« Il est sûrement temps de tenir un autre discours qui n’excuse pas la violence mais la met à sa place exacte, au moment où les représentants en mission et les conventionnels dirigent un pays livré à la guerre à l’intérieur comme à l’extérieur (…) » (p. 110).

5« (…) l’air du temps devient particulièrement néfaste quand il se diffuse par les réseaux du Net et qu’il est calibré par les professionnels de l’écriture de masse, novations dont on peine encore à estimer la réalité et la nocivité. (…) Nous vivons dans une autre ère où les fantasmes deviennent des objets communs et commercialisés » (p. 223-224).

6« L’apparente « liberté » des mœurs associée à des fréquentations sexuelles prénuptiales a été décrite (…) comme la marque d’une indépendance paysanne ancienne, en oubliant que le corps n’est, dans cette perspective, qu’un objet manipulé et manipulable et que ces interprétations traduisent, à tout le moins, un total irrespect vis-à-vis des humbles, tout juste bons à se livrer à des « pratiques » automatiques et semi-bestiales. » (p. 237).

7« Quand arrêtera-t-on d’adopter des positions moralisatrices ou idéologiques sur cette période pour la considérer comme toutes les autres ? Quand s’autorisera-t-on à penser que, définitivement, la Révolution est terminée ? » [souligné par nous] (p. 118).

Domenico Losurdo, La Non-Violence. Une histoire démystifiée. Gandhi, Luther King, Dalaï Lama, révolutions colorées… (La non-violenza. Una storia fuori dal mito), Paris, Delga, 2014 (2010 pour l’édition originale), 352 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai du prolifique Domenico Losurdo est à rapprocher d’une autre de ses études de grande ampleur, récemment rééditée en format de poche1, Contre-histoire du libéralisme2. On peut aller jusqu’à voir dans La Non-Violence. Une histoire démystifiée un complément à cette dernière, tant le propos vise à démontrer l’écartèlement des leaders des « évangiles »non-violents, souvent tiraillés entre soutien au libéralisme occidental et appui aux mouvements d’émancipation universalistes.

Le tableau historique brossé par Domenico Losurdo débute aux États-Unis, dans un XIXe siècle traversé par la problématique et dramatique question de l’esclavage. Et d’emblée, ce premier mouvement, séminalement influencé à la fois par le christianisme originel et les Lumières, se trouve confronté à un véritable « dilemme moral ». Ainsi, militants britanniques et étatsuniens s’opposent quant à la répression de la révolte des Cipayes, les seconds l’approuvant, contrairement aux premiers. Le risque de basculement intrinsèque, d’une non-violence revendiquée à une sympathie pour certaines formes de violence, se manifeste également face aux États esclavagistes du Sud, que certains partisans du mouvement, à l’image de William Garrison, repoussent hors de l’humanité, justifiant in fine l’usage de la force à leur égard.

Une grande partie du livre est toutefois consacrée au personnage emblématique de Gandhi, devenu il est vrai une de ces figures mythiques positives valorisées par l’idéologie de quasiment tous les États. Car au début du XXe siècle, le jeune Gandhi, déjà adepte de la non-violence, ne fait aucun mystère de ses commentaires élogieux du Japon vainqueur de la Russie ou du Royaume-Uni, dont l’écrasement des révoltes coloniales (celles des Boxers ou des Zoulous) lui semble alors parfaitement légitime. L’exemple le plus emblématique de cette position d’acceptation de certaines formes de violence se voit lors de la Première Guerre mondiale : Gandhi apporte en effet un soutien sans faille à la métropole coloniale, jouant à son service un rôle de recruteur de troupes. Dans les attentes qu’il nourrit alors, celle d’une démonstration de loyauté appelant une rétribution ultérieure sous forme de desserrement du joug colonial et d’une reconquête par les Indiens d’une « virilité » et d’une fraternité censément perdues, il y a la croyance en une véritable solidarité de race, Indiens et Anglais appartenant tous deux, selon lui, à la souche aryenne… Ce qui ne l’empêche pas de défendre l’idée d’une supériorité morale du peuple indien, à travers la non-violence ou ahimsa.

Développant le contexte plus général dans lequel s’inscrivaient la réflexion et l’action de Gandhi, Domenico Losurdo dresse un parallèle entre mouvements non-violents et mouvements socialistes, rapprochant un Gandhi des positions de certains socialistes pro-coloniaux, l’acceptation de la violence guerrière entrant en porte-à-faux avec la violence révolutionnaire. Ce faisant, il est possible de lire dans cette démonstration une condamnation du libéralisme, qui s’accommode de la guerre, et une défense en partie idyllique des analyses de Marx, Engels ou Lénine, refusant cette violence. L’itinéraire de Gandhi connaît d’ailleurs un infléchissement à la suite d’Octobre 1917 et de la répression britannique d’Amritsar en 1919 contre les Indiens. Dès lors, le leader hindou réclame l’indépendance et la reconnaissance à part entière de son peuple, loin de tout désir de « cooptation » par le peuple « frère ». L’aide au Royaume-Uni durant la Seconde Guerre mondiale est ainsi suspendue à l’engagement d’accorder l’indépendance à l’Inde. C’est au point que Domenico Losurdo compare le parti de Gandhi et celui de Lénine3, insistant dans le même temps sur leurs différences. Là où les bolcheviques assument la modernité et la centralité dévolue aux forces productives, Gandhi fait en effet l’éloge de la pauvreté, du puritanisme et des traditions, assimilant modernité et violence.

Les actions non-violentes auxquels Gandhi appelle sont cependant loin de l’être stricto sensu : l’objectif est en effet de susciter la violence du dominant afin de provoquer une véritable indignation morale, unificatrice pour son camp et désagrégatrice pour l’adversaire. Dans cette optique, l’idée du martyre est valorisée, comme lors de la Marche du Sel en 1930. L’impact réel de ces campagnes non violentes est en outre relativisé, le colonisateur ayant fait le choix réaliste du désengagement afin d’éviter tout embrasement. Mais Gandhi appelle aussi, dans certaines situations, à adopter une passivité assez effarante, ainsi des Juifs allemands sous la férule nazie, invités au sacrifice volontaire. La personnalité de Martin Luther King, également étudiée, est rapprochée de celle de Gandhi, l’action directe prônée impliquant là aussi une violence des autorités en retour. Et si Martin Luther King va jusqu’à accepter des formes de violence plus larges que Gandhi (l’autodéfense privée des noirs, par exemple), il se rapproche du premier Gandhi en revendiquant de la modération à l’égard des autorités et une cooptation à l’égal des blancs davantage qu’une émancipation radicale des noirs. Les dernières années de la vie de Martin Luther King sont toutefois marquées par une certaine radicalisation de ses positions anticoloniales, via en particulier la critique de l’intervention étatsunienne au Vietnam (et son admiration pour W.E.B. Du Bois).

Les derniers chapitres qui abordent les thématiques du Tibet et des révolutions colorées dans l’ancienne URSS sont par contre nettement plus imprégnés de l’engagement de Domenico Losurdo, favorable à la Chine et à ses sphères dirigeantes4. Certes, rappeler la situation du Tibet avant son annexion par la Chine communiste, marquée par une violence traditionnelle et une hiérarchisation sociale et théocratique forte, s’oppose utilement aux nostalgies idylliques du Dalaï Lama, mais en repliant de manière unilatérale la lutte de ce dernier et de ses partisans sur les manipulations de la propagande étatsunienne, désireuse de démanteler la Chine et se situant dans la filiation du racisme occidental de la seconde moitié du XIXe siècle, il nous semble simplifier à l’excès la réalité5. Il n’en reste pas moins exact que la non-violence est relue et instrumentalisée par l’Occident, de manière très profonde, ce qui se ressent également dans les diverses condamnations aux échos judiciaires des violences révolutionnaires dans l’histoire6.

Contenant de nombreux développements stimulants, spécialement sur la complexité évolutive de Gandhi ou de Martin Luther King, souvent peu mis en lumière dans les ouvrages les concernant, La Non-Violence. Une histoire démystifiée souffre malheureusement de ses assemblages parfois baroques, avec une tendance à diversifier le propos à l’excès (ainsi des critiques à l’égard d’Hannah Harendt, défiante vis-à-vis du mouvement des droits civiques), et l’usage de prises de position parfois exagérément marquées.

1La Découverte poche, n° 416, novembre 2014.

2Voir notre critique du livre sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/3567

3« Même si elle se fait dans des modalités différentes, on retrouve cependant une aspiration commune à la réalisation d’un ordre caractérisé par la disparition de toute forme de violence (et de pouvoir). » (p. 305). La page 130 est toute entière consacrée aux similitudes entre les deux mouvements.

4Voir en particulier son recueil d’articles chez le même éditeur, Fuir l’histoire. La révolution russe et la révolution chinoise aujourd’hui, Paris / Pantin, Delga / Le Temps des cerises, 2007, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_asie.htm#losurdo

5« Ainsi réinterprétée, la non-violence semblerait donc être devenue la doctrine même de la CIA ! » (p. 245). Les événements de Tien An Men amènent également une lecture favorable au PCC et à sa modération face à la violence des opposants. A cet égard, on peut rapprocher ces positions, critiques sur les révolutions colorées aux marges de la Russie et à l’égard d’un impérialisme étatsunien puissamment machiavélique, de celles des trotskystes dits « lambertistes »…

6« Mais si le pouvoir, la domination, la violence se nichent jusque dans l’organisation voire dans les discours prononcés au cours d’une manifestation contre l’esclavage ou contre la guerre, en somme si tout est violence, un engagement concret contre des formes déterminées de violence devient assez problématique et même impossible. » (p. 307).

Gaetano Manfredonia, Histoire mondiale de l’anarchie, Paris / Issy-les-Moulineaux, Textuel / Arte éditions, 2014, 290 pages, 45 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette Histoire mondiale de l’anarchie est à la fois une bonne synthèse de l’histoire contemporaine de l’anarchisme et un superbe ouvrage, à classer aux côtés du Révolutions coordonné par Mathilde Larrère1. Son auteur, l’historien Gaetano Manfredonia, est un spécialiste reconnu du sujet, qui a livré entre autre un « Que Sais-je ? » sur l’anarchisme en Europe, en plus d’avoir collaboré au Dictionnaire Maitron. Le propos s’articule en trois grands ensembles.

Le premier, « A la conquête d’un monde nouveau », s’arrête en 1914. Loin de chercher les origines les plus lointaines possibles à l’anarchie, Gaetano Manfredonia pose comme consubstantielle à l’émergence de l’âge industriel la cristallisation d’une doctrine anarchiste, caractérisée par le refus de l’État et l’objectif d’une auto-émancipation des individus, et se différenciant donc des mouvements socialistes par la question des moyens à utiliser pour faire advenir la société idéale. S’il évoque certains prédécesseurs, tel William Godwin, il fait avant tout de Proudhon le père de l’anarchie, en tant que celui ayant le premier revendiqué le terme et défini les cibles privilégiées : l’État, le capital et la religion. Parmi les autres grandes figures de ce courant politique, on en trouve certaines nettement moins connues que Bakounine, Reclus, Malatesta, Louise Michel (pionnière du drapeau noir) ou Kropotkine, par exemple : Joseph Déjacque, féministe et inventeur du terme libertaire2 ; Bernard Lazare, intellectuel juif un temps favorable au sionisme naissant ; Johann Most, défenseur de l’action violente et de la propagande par le fait, qui eut une certaine influence sur le mouvement ouvrier des États-Unis ; Leda Rafanelli, italienne ayant vécu en Égypte, et qui mèle anarchisme et islam… Les étapes clefs que sont la création de la Première Internationale et la Commune de Paris sont bien sûr traitées, mais au moment de la scission de l’AIT en 1872, l’anarchisme ne se décline pas encore en mouvements nationaux dignes de ce nom. Un des grands mérites du livre est en effet d’illustrer la capacité d’adaptation de l’anarchisme à des pays et des cultures diverses. On découvre de la sorte l’implantation de l’anarchisme au Mexique entre 1860 et 1880, sur fond de révoltes paysannes (et ce avant le zénith de Ricardo Flores Magon), en Argentine (un quotidien anarchiste est publié au début du XXe siècle), en Bulgarie (avec un essai de vie anarchiste suite à une insurrection en 19033), au Japon avec Kôtoku Shûsui (pendu au début du XXe siècle) ou en Chine (Ba Jin dans les années 1920 et 1930), dans les deux cas sur des idées proches de celles de Kropotkine. Gaetano Manfredonia insiste également sur la dimension réformatrice de l’anarchisme, une thèse qui ne va pas sans quelque grossissement4. Dans son récit de l’époque de la propagande par le fait, il insiste beaucoup sur le poids d’un contexte répressif5, et aborde également l’essor de l’anarcho-syndicalisme6, avec la figure de Fernand Pelloutier ou la fondation de la CNT espagnole en 1910, ainsi que les efforts de changements des mœurs (milieux libres7, éducation, sexualité, etc…). Même l’art et ses relations avec l’anarchisme n’échappent pas à la sagacité de l’auteur, l’art social en particulier, qui vise à populariser les arts plastiques (via des visites guidées de musées), mais aussi à faire s’épanouir les velléités artistiques de tout citoyen et à se ré-approprier les arts décoratifs (dans la lignée d’un William Morris).

La seconde partie de l’ouvrage se concentre sur les deux guerres mondiales et l’entre-deux-guerres, période de « l’espoir brisé ». Plus que les attitudes durant la Première Guerre, qui suivent finalement une ligne de faille similaire à celle des socialistes (ralliés au militarisme, pacifistes et partisans d’une guerre révolutionnaire), Gaetano Manfredonia se penche sur la période révolutionnaire en Russie, évoquant les rapprochements d’un certain nombre d’anarchistes avec les bolcheviques mais surtout l’opposition entre ces deux camps, non sans condamner très clairement Lénine et les communistes, d’une manière que l’on peut juger un peu rapide. Après quelques germes d’espoir supplémentaire, ainsi de la Bavière des conseils dans laquelle les anarchistes Gustav Landauer et Erich Müsham jouent un rôle de premier plan, ou de la fondation de l’AIT anarcho-syndicaliste en 1923, le tableau qui domine est celui de la répression et de l’échec, tout au moins jusqu’à l’« aurore espagnole »8. Quant à la troisième partie, « La lutte continue », elle court de 1945 à aujourd’hui, et apparaît comme la plus originale, celle qui suscitera également à coup sûr le plus de discussions. Gaetano Manfredonia y défend en effet une vision large de l’anarchie, délaissant pour une bonne part le mouvement anarchiste proprement dit, dont les différentes incarnations organisationnelles, les scissions ou les regroupements sont souvent invisibles (on notera cependant des développements intéressants sur les anarchistes à Cuba, impliqués dans la révolution mais se heurtant très vite au cours castriste, ou sur le penseur écologiste radical Murray Bookchin). Rappelons que le livre s’intitule bien Histoire mondiale de l’anarchie, et non Histoire mondiale de l’anarchisme… En lieu et place, l’influence diffuse, par capillarité, sur les situationnistes, les expériences autogestionnaires de LIP et des kibboutz originels, ou les communautés des années 1970, une vision d’un ensemencement général qui prête le flanc à l’accusation de dispersion ou d’excès (George Orwell) et ne traite pas de figures médiatiques se réclamant pourtant du courant libertaire (Michel Onfray). Dans sa conclusion, d’ailleurs, Gaetano Manfredonia se révèle très mesuré dans les perspectives d’avenir de l’anarchisme, accordant davantage d’importance à sa capacité réformatrice qu’à l’avènement d’un Grand Soir…

Cette Histoire mondiale de l’anarchie n’est pas pour autant la synthèse de référence qu’on aurait pu attendre. Les limites concernent d’abord les textes. Le plus souvent, en effet, Gaetano Manfredonia n’évoque pas les ambiguïtés de certains de ses personnages ou mouvements9 : ainsi de Proudhon, mais également du mouvement makhnoviste, ou du thème éminemment polémique des Black blocs. De même, on aurait souhaité bénéficier de davantage d’analyses (ainsi des raisons précises du succès de l’anarchisme dans les différents pays ou des rapports entre anarchisme et décolonisation, seulement survolés ici). Enfin, quelques manques surprennent, à l’image de la plate-forme d’Archinov, totalement négligée. L’iconographie, pour sa part, est d’une grande richesse, combinant photographies, affiches, unes de presse, couvertures de livres ou de brochures, beaucoup inédites. Cette documentation comprend également quelques chansons, dont « La Dynamite » (p. 81), véritable hymne à la propagande par le fait. Néanmoins, les références de certaines illustrations sont parfois absentes (ainsi des pages 92-93), et l’ensemble sert avant tout d’illustration aux textes plus que de documents analysés pour eux-mêmes, concept éditorial oblige, sans doute.

In fine, un ouvrage passionnant, indispensable en l’état, mais qui pose une fois encore cette question lancinante : une telle synthèse peut-elle être l’œuvre d’un seul individu ? Ne nécessiterait-elle pas, au contraire, les efforts d’un collectif ?

1 Il est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4670

2Des textes réunis sous le titre A bas les chefs ! sont publiés par les éditions Champ libre, en 1970, dans la collection des « Classiques de la subversion », ce qui permet la ré-découverte de cet auteur.

3« (…) sur la commune de Strandja, en Thrace orientale. Guerdjikov, le responsable militaire de l’insurrection, fait stocker toute la récolte dans des dépôts communs et déclare le bétail possession commune. » (p. 144).

4L’autogestion à la yougoslave, impulsée par la bureaucratie d’État après la rupture avec Staline, allant « dans le sens préconisé par les anarchistes » (p. 228), semble à la fois osé et peu conforme à la réalité historique.

5« C’est seulement en ayant à l’esprit l’acuité des conflits de classes – qui mettent ouvertement aux prises les capitalistes et les dirigeants d’un côté et les travailleurs mobilisés pour le changement de leurs conditions de vie de l’autre – que l’on peut comprendre la radicalité de la propagande anarchiste de ces années. » (p. 82).

6Ce dernier n’est toutefois pas assez nettement différencié du syndicalisme révolutionnaire.

7Voir la recension du travail de Céline Beaudet sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_anarchiste.htm#beaudet

8« Cas unique dans l’histoire du mouvement ouvrier mondial, les anarchistes ibériques apportent la preuve que des secteurs entiers de la vie économique et sociale peuvent être administrés par les travailleurs eux-mêmes sans l’intervention ni de l’État, ni du patronat, ni d’un parti imposant sa dictature. » (p. 207). Quelques années auparavant, en Mandchourie, une tentative méconnue de fermes autogérées et de système éducatif large eut également lieu (p. 180).

9La critique qu’il adresse à Kropotkine, celle d’être trop optimiste à l’égard du peuple, apparaît quelque peu isolée.