LES FANTÔMES DE CHICAGO : IL Y A CENT UN ANS, NAISSANCE DU (DES) PARTI (S) COMMUNISTE (S) AUX ÉTATS-UNIS (première séquence)

Une étude de Christian Beuvain

LES FANTÔMES DE CHICAGO : IL Y A CENT UN ANS, NAISSANCE DU (DES) PARTI (S) COMMUNISTE (S) AUX ÉTATS-UNIS

« Quels liens entretient-on avec nos fantômes ? Tenter de décrire ce qui fut, ce qui a disparu, ce que l’on n’entend plus (…) c’est décider (…) que ce matériau devant nos yeux mérite d’être sauvé. Car ce n’est pas ce qu’est l’archive qui importe, mais ce qu’elle désigne : un passé. » (Adrien Bosc, Capitaine, Paris, Stock, 2018, p. 345.)

INTRODUCTION

Aux États-Unis, il y a cent un ans, dans les premiers jours de septembre 1919, des militants révolutionnaires fondent à Chicago, grande métropole industrielle du nord du pays et « ville rouge » par excellence, non pas un mais deux partis communistes, le Parti communiste du travail (Communist Labor Party – CLP) et le Parti communiste d’Amérique (Communist Party of America – CPA) ! Bien que ce ne soit pas les premières organisations dédiées à l’instauration du socialisme qui naissent sur le sol de ce pays – le Parti ouvrier socialiste d’Amérique (SLP) fondé en 1876, le Parti socialiste américain (SPA) en 1901, les Travailleurs industriels du monde (IWW) en 1905, lors d’un congrès également à Chicago, l’ont précédé – ce sont néanmoins les premières à se réclamer explicitement d’une révolution communiste réussie (la révolution bolchevique d’octobre 1917) au point d’en adopter mots d’ordre et objectifs. Cette histoire du communisme aux États-Unis, de ses débuts comme des décennies suivantes, est presque totalement inconnue en France1 puisqu’il n’existe à ce jour ni étude scientifique documentée – même si les pages, déjà anciennes, que lui consacre Marianne Debouzy dans l’Histoire générale du socialisme de Jacques Droz2 restent précieuses –, ni traduction d’ouvrages étatsuniens – monographies, synthèses, histoires politiques, culturelles, etc. – pourtant fort nombreux. Ne reste que peu de choses : le témoignage de James P. Cannon3, un des fondateurs du CLP, des romans, dont En un combat douteux, de John Steinbeck4, qui raconte une grève d’ouvriers agricoles préparée par deux organisateurs communistes itinérants et quelques scènes du film Reds (1981) de Warren Beatty sur la vie de John Reed. Lire les ouvrages ou les articles en anglais demeure donc indispensable pour se replonger dans cette histoire5.

Les fantômes de Chicago, ce sont ces 210 délégués6 qui fondent les deux partis communistes. Immigrants de fraiche date (Russes, Polonais, Lettons, Juifs, etc.) ou nés sur le sol américain, bien qu’issus eux-mêmes de familles européennes arrivées à la fin du XIXe siècle, ils viennent de Brooklyn (New York), de San Francisco, d’Oakland (Californie), d’Akron, de Cleveland (Ohio), de l’Utah, de l’Oregon, du Kansas, de l’Illinois, etc. Mais qui se souvient encore de Louis Fraina, d’origine italienne, du Russe Nicholas Hourwich, de Rose Pastor Stokes, juive polonaise, de Charlotte Anita Whitney, descendante d’un des premiers colons du Mayflower, de Maximilian Cohen, de Meyer Lunin, de Charles Ruthenberg, pourtant inhumé dans les murs du Kremlin aux côtés de deux autres militants étatsuniens, Bill « Big » Haywood et John Reed ? Si le nom de ce dernier est célèbre, il le doit à son récit de la révolution d’octobre 1917 (Dix jours qui ébranlèrent le monde), alors qu’est passée inaperçue sa participation active à la fondation d’un des deux partis communistes, le Parti communiste du travail. Les autres, tous les autres, hommes (l’immense majorité) et femmes (quelques-unes cependant) subissent une injustifiée mise en silence. Pour que leurs vies écartées ne correspondent plus, selon la belle formule de Laurent Gaudé, à « des réalités lointaines qui resteront toujours étrangères »7, ce silence est ici même brièvement rompu.

Une caricature de presse hostile au communisme, un journal de l’aile gauche pro-bolchevique du Parti socialiste américain et deux photographies du film Reds fournissent la trame de ce récit, en trois séquences. Nous allons, à travers ces images, ouvrir des portes nous permettant d’accéder au contexte politique et social en nous imprégnant de l’esprit du temps, ainsi qu’aux forces et tendances de la gauche socialiste des États-Unis, où s’originent ces deux partis communistes américains fondés début septembre 1919. Cette « promenade historique » nous a été inspirée par deux réflexions de Timothy Brook, dans Le Chapeau de Vermeer8 : les « forces historiques (…) se dissimulent dans [les] détails » d’une œuvre, et ce qui existe dans une image « suggère tout ce qui existe d’autre »9. Une bibliographie succincte clôt chaque séquence.

A – Première séquence : Les années 1917-1919. Un contexte social agité

Carey Cassius Orr, « Unanimous », Chicago Tribune, 18 février 1919.

Cette caricature de presse, due à Carey Cassius Orr (1890-1967), qui paraît dans le principal quotidien de Chicago (Illinois), le Chicago Tribune, le 18 février 1919, entre en résonance avec les peurs suscitées par l’agitation sociale et les mouvements révolutionnaires. Carey Orr est entré dans ce journal en 1917, à 27 ans, et sa carrière en tant que caricaturiste politique s’étale pendant cinquante ans, dont quarante-six au Chicago Tribune. Fondé en juin 1847, ce quotidien républicain qui soutient le président Lincoln et l’abolition de l’esclavage lors de la guerre de Sécession, participe au XIXe puis tout au long du XXe siècle, comme d’ailleurs l’immense majorité des journaux du pays, aux campagnes de presse contre les radicaux10 regroupés sous le terme générique de « rouges ». Son statut de principal quotidien dans une ville d’environ 1,7 million d’habitants en fait un passeur privilégié de la propagande « anti-rouge », à laquelle Carey Orr participe pleinement avec ce dessin. Intitulé « Tous unanimes », il représente un homme littéralement jeté à la porte d’une maison dans laquelle il n’a même pas le temps de rentrer. La porte ouverte est surmontée d’un blason reprenant les symboles du drapeau des États-Unis, les étoiles et les bandes (Stars and Stripes). Par cette porte ouverte, surgissent six pieds chaussés, levés dans la position du « coup de pied au derrière » ; sur les semelles sont inscrits « travailleur », « fermier », « presse », « capital », « législateur » et « opinion publique ». L’homme qui est ainsi jeté à la porte, dans un nuage de poussière, est habillé d’une redingote, d’un gilet, de pantalons et d’une chemise, chaussé de guêtres, portant des gants mais point de chapeau. Sa coiffure semble mi-longue, les cheveux sur les oreilles, et il porte une longue barbichette blanche. Il git dans la poussière, « les quatre fers en l’air », la tête raclant le sol. Les mots « agitateur bolchevik » sont inscrits sur son pantalon. Il portait à la main gauche une torche, qui fume encore, marquée « IWW » (Industrial Workers of the World) sur le manche et un livre, La Vie de Trotsky, sans nom d’auteur, dans la droite. Le livre est en train de tomber par terre, la torche est encore dans l’air.

Que dit ce dessin ? Bien que reprenant ici certains des clichés les plus utilisés par la presse de l’époque pour susciter la peur et la haine des « rouges », Carey Orr les utilise avec plus de finesse, toutefois, que beaucoup de ses collègues, journalistes ou dessinateurs. Son personnage d’agitateur bolchevique, représenté en entier, bien habillé, se différencie d’autres productions propagandistes où n’apparait souvent qu’une tête hirsute et démoniaque surgissant d’un horizon européen, brandissant couteaux sanglants ou bombes, comme dans le dessin de son confrère d’Atlanta, Lewis Crumley Gregg, un mois auparavant.

Lewis Crumley Gregg, « The Cloud » (Le nuage), The Atlanta Constitution, 19 janvier 1919 (source : http://americainclass.org/sources/becomingmodern/divisions/text8/politicalcartoonsrs.pdf )

Le personnage mis en scène par Carey Cassius Orr, par quelques détails (la redingote, le gilet, les cheveux mi-longs, la grande barbichette), ressemble à l’Américain type – l’Oncle Sam – de la célèbre affiche de James M. Flagg (1877-1960), I want you for U.S. Army, en 1917, pour inciter les jeunes à s’engager dans l’armée pour combattre en Europe. En dessinant un révolutionnaire de cette manière, le caricaturiste indique la volonté de celui-ci de se déguiser, d’avancer masqué, pour tromper son monde afin de se faire passer pour ce qu’il n’est pas, un Américain. Carey Orr dote ainsi son communiste d’une intelligence, d’une réflexion, d’une tactique même, ce qui en fait à ses yeux quelqu’un d’autant plus dangereux. Car un révolutionnaire – bolchevique, anarchiste ou syndicaliste des IWW – ne peut être américain. L’américanité, modèle à atteindre pour les nouveaux immigrants, se vérifie par l’intégration des différences (nationales, culturelles, etc.) dans un unique creuset, qui se constitue et se prouve – doit se prouver – au fur et à mesure de l’histoire du pays. Celui qui ne s’y conforme pas reste un étranger (alien), ou bien quelqu’un au service de l’étranger. Un ennemi, alors. « Il [l’ennemi] a débarqué chez nous et (…) fait de grands discours aux mineurs et aux ouvriers et se prétend l’ami du travailleur et de l’opprimé (…) c’est un menteur, un manipulateur, une maladie venue d’ailleurs11 (…). Il faut le pulvériser. » Ces mots, mis dans la bouche d’un jeune fonctionnaire du ministère fédéral de la Justice, John Edgar Hoover, en 1919, par le romancier Dennis Lehane dans Un pays à l’aube12, reflètent une vision du monde largement dominante chez les gouvernants. John Edgar Hoover, qui travaille en tant qu’assistant spécial dans l’équipe du procureur général (attorney general) Alexander Mitchell Palmer, est promu le 1er août 1919 à la tête de la toute nouvelle General Intelligence Division (GID) du Bureau of Informations (BoI, le futur FBI). Sa mission consiste « à rassembler des renseignements sur les radicaux, les communistes, les bolcheviks, les anarchistes et les galléanistes13 »14 en créant un fichier massif. Les agents spéciaux du BoI s’y emploient avec zèle.

Fiché, dénoncé, arrêté et expulsé, l’agitateur non-américain se retrouve seul face au « peuple américain », unanime – c’est le titre du dessin – dans son rejet des « rouges ». Ce peuple unanime n’apparaît pas vraiment ici, il est caché, représenté seulement par des pieds levés repoussant l’intrus. Non visible, face cachée, mais présenté uni dans le refus. Cette unité nationale affichée, jugée menacée par le dessinateur, n’est pourtant pas exempte de contradictions, ici écartées. Par exemple, si la concorde proclamée entre les travailleurs et le Capital peut se lire, en pratique, dans les conventions particulières signées entre la Fédération américaine du travail (American Federation of Labor – AFL15) et certains secteurs du patronat, elle n’en occulte pas moins des phénomènes essentiels. D’abord que ces conventions sont souvent obtenues au prix de conflits très durs, voire sanglants, pour les ouvriers16, ensuite qu’elles sont soumises à de purs rapports de force donc non pérennes, qu’elles ne concernent que les secteurs qualifiés voire très qualifiés de la classe ouvrière, et enfin que ces conflits durs sont la plupart du temps organisés à la base par ces radicaux honnis de l’AFL et des pouvoirs. En associant la presse, l’État (ici le « législateur ») et le Capital, le caricaturiste semble donner raison aux révolutionnaires étatsuniens qui n’ont cessé, dans leurs discours, brochures, caricatures, d’associer, pour mieux les dénoncer, ces trois pouvoirs. Ajouter l’opinion publique à ce panel national supposé unanime, de la part d’un journaliste de la grande presse, peut apparaître comme de la naïveté ou du cynisme. En effet, la fonction de cette caricature politique de Carey Orr n’est-elle, pas justement, d’être un éditorial offensif, une « arme balistique » contre le désordre étranger, de manière à influencer l’opinion publique ?

Ce désordre étranger présente deux facettes.

* La torche IWW (Industrial Workers of the World), outil des incendiaires, représente le premier danger. Mettre le feu au pays, aux biens. Accusation récurrente, dont la dénonciation des « pétroleuses » lors de la Commune de Paris en 1871 est le plus beau fleuron, si l’on peut dire. Et qui resurgit périodiquement lors des conflits sociaux violents. Le syndicat d’action directe des IWW, bien que de constitution récente – il est né à peine quatorze ans auparavant – possède déjà un long passé d’agitation, de grèves et de répression derrière lui. La fondation des Travailleurs industriels du monde a lieu le 27 juin 1905, à Chicago, « par plus de 200 socialistes et syndicalistes se prévalant du principe de la lutte des classes et du syndicalisme d’action directe »17. Leur objectif est double : regrouper l’ensemble des ouvriers en un seul syndicat – « One Big Union » – fédéré sur des bases industrielles, et non par corps de métiers, sans distinction de qualification, de nationalité ou de sexe, et abolir le salariat en s’emparant des usines. A partir de ce moment, les wobblies (nom donné aux militants du syndicat à partir de 1912) sillonnent le continent américain pour organiser les ouvriers non qualifiés (bûcherons, travailleurs agricoles, mineurs de fond, ouvriers du textile, etc.). En ce début d’année 1919, les IWW ont derrière eux l’organisation des grandes grèves du textile à Lawrence (1912) et Paterson (1913), la participation aux actions contre la Première Guerre mondiale, mais aussi les arrestations massives de septembre 1917 et, surtout, le grand procès de Chicago, qui débute en avril 1918, et qui leur porte un coup terrible. Ce plus long procès de l’histoire du pays (cinq mois), avec 101 inculpés (un total de 10 000 délits figure dans les dossiers des juges !), se termine par les condamnations de quinze leaders à des peines de 20 ans de prison, les autres écopant de de 1 à 10 ans.

Lorsque Carey Orr commence à crayonner cette caricature, probablement le 17 février 1919, il se trouve, comme beaucoup de ses contemporains, encore sous le choc provoqué par la première grève générale des États-Unis, survenue à Seattle, le grand port du Pacifique (État de Washington), du 6 au 11 février. En solidarité avec la grève des 35 000 dockers et travailleurs des chantiers navals, qui a débuté le 21 janvier, 65 000 ouvriers et ouvrières paralysent la ville. Un Comité de grève, élu par la base, composé de 3 délégués pour chacune des 110 sections syndicales locales, appartenant (en majorité) à l’AFL, mais aussi aux IWW, dirige et organise l’action. Farouchement opposée à toute solidarité ouvrière, la direction de l’AFL ordonne très rapidement à ses sections locales de reprendre le travail, malgré l’opposition des wobblies – approximativement 900 à Seattle. A la suite de ce conflit, des perquisitions ont lieu dans les milieux socialistes et anarchistes, alors qu’une trentaine de membres des IWW sont incarcérés. Le patronat et les autorités, très inquiets, voient dans l’organisation de cette grève – prise en mains par les grévistes de services essentiels pour subvenir aux besoins des habitants (hôpitaux, crèches, repas), création d’une milice formée d’Anciens combattants pour assurer l’ordre, etc. – le surgissement de soviets bolcheviques sur le sol étatsunien, alors que circulent des tracts en hommage à la révolution d’Octobre 17 (Russia dit it/La Russie l’a fait18). Un quotidien, The Seattle Star, dénonce, en pleine grève, les bolcheviques comme des incendiaires : « The Bolshevik method is the use of the torch. »19 De nouveau, l’image de la torche, reprise, on vient de le voir, par le caricaturiste. Quelques mois plus tard, ces mêmes dockers refuseront de laisser partir des navires allant livrer des armes à l’amiral Koltchak, un des chefs des Blancs, en Russie20.

Leur inquiétude s’accroit d’autant plus lorsqu’ils apprennent l’organisation de Conseils de travailleurs et de soldats (démobilisés) à Portland (Oregon) et dans la ville minière de Butte (Montana), ce même mois de février 1919. A Portland, où la tradition de lutte des IWW est forte, une centaine de travailleurs, enthousiasmés par la révolution bolchevique et la vague révolutionnaire européenne, se réunissent le 9 janvier 1919 au quartier général du Parti socialiste pour créer un Conseil des travailleurs, soldats et marins. Ils élisent un Comité central exécutif, présidé par le journaliste Harry M. Wicks (1889-1956), leader de l’aile gauche du Parti socialiste à Portland – un des futurs fondateurs du Parti communiste d’Amérique. Á Butte, site minier de l’Anaconda Copper Company où, en août 1917, une grève des 75 000 mineurs de cuivre est brisée par le lynchage de l’organisateur des IWW Frank Little par des hommes de main de l’agence Pinkerton – enlevé en pleine nuit, traîné derrière une voiture dans les rues de Butte et finalement pendu à un viaduc de chemin de fer21 –, une nouvelle grève contre la baisse des salaires (moins 1 $/jour) est lancée du 6 au 17 février 1919. Elle est dirigée par un Conseil des ouvriers et des soldats, dominé par les wobblies et soutenu par le Butte Daily Bulletin, dont le rédacteur en chef, William « Bill » Dunne (1887-1953), futur communiste lui aussi, s’emploie à lui donner le plus grand retentissement possible, malgré la répression sanglante organisée par le gouverneur du Montana qui a demandé le renfort de l’armée (trois compagnies d’infanterie).

Il est fort probable que Carey Orr ait eu connaissance de ces deux événements. Pourtant, il ne peut non plus ignorer que les IWW, au faîte de leur puissance en 1917 (environ 100 000 adhérents), ont subi une répression légale (procès innombrables, dont celui de Chicago, emprisonnements) et illégale (assassinats ciblés de leaders, comme Frank Little) qui les a fortement affaiblis, mais pas complètement éliminés des luttes ouvrières. Il ne peut non plus ignorer, du moins supposons-le, l’existence de nombreux wobblies devenus bolcheviques dans ces années 1918-1919, à l’image de Harrison George, un des accusés de ce procès de Chicago de l’été 1918, qui écrit en prison en décembre 1917 le premier pamphlet pro-bolchevique publié aux États-Unis, The Red Dawn (L’Aube rouge)22.

Couverture du livre de Harrison George, The Red Dawn, Chicago, IWW Publishing Bureau, 1918.

Le second danger, dans l’esprit du dessinateur et des différents pouvoirs, vient de Russie. La révolution bolchevique y a éclaté il y a déjà un peu plus d’un an et son retentissement, renforcé par la révolution en Allemagne et la proclamation de la République en Hongrie, commence à faire sentir ses effets sur le sol américain, chez un certain nombre d’intellectuels new yorkais mais également au sein du Parti socialiste ou du mouvement ouvrier radical (IWW, anarchistes)23. Le livre brandi par cet agitateur, La Vie de Trotsky, signifie qu’il est bien au service de l’étranger, qu’il travaille pour les bolcheviques ou alors qu’il souhaite instaurer aux États-Unis un régime communiste. Pourtant, ce livre est une invention. Aucune biographie de Léon Trotsky n’existe, à notre connaissance, en 1919, aux États-Unis. Sa célèbre autobiographie, My Life, ne paraît dans ce pays qu’en 1930, à New York (Charles Schribner’s Sons). Donc, pourquoi choisir Trotsky plutôt que Lénine ? Parce qu’il a séjourné à New York un peu plus de deux mois, en 1917 (du 13 janvier au 27 mars) et s’est impliqué de façon active dans l’aile gauche du Parti socialiste, qui commençait alors à s’organiser ? C’est possible, d’autant plus qu’un de ses livres24 est publié en 1918, à New York, ce qui a pu renforcer chez Carey Orr l’idée d’inclure Trotsky dans son dessin. Mais surtout, n’oublions deux particularités du leader bolchevique, propres à susciter l’hostilité. Son appartenance au peuple juif, en premier lieu, réveille un antisémitisme latent ou déclaré chez les conservateurs, ce que le rapport Overman révélera sous peu. Ensuite, la couverture quasi quotidienne de la guerre civile en Russie, ainsi que du rôle joué par Trotsky comme chef de l’Armée rouge, par la presse étatsunienne, qui dramatise à l’envie les combats, instille dans l’opinion publique la peur d’une autre guerre civile, mais cette fois-ci sur le sol étatsunien. Il n’est d’ailleurs pas le seul caricaturiste à utiliser son nom, et à jouer sur cette peur, puisque un de ses collègues, Daniel R. Fitzpatrick, dans le St. Louis Post-Dispatch (Missouri) du 6 février 1919, soit une dizaine de jours avant lui, montre un sénateur paniqué, la nuit, dans son lit, avec la légende suivante :  « Trotsky va s’emparer de vous si vous ne réagissez pas ! ». La grève générale de Seattle débute justement ce 6 février….

Daniel R. Fitzpatrick, St. Louis Post-Dispatch, 6 février 1919.

Dans ce contexte, la figure de Lénine semble moins propice aux instrumentalisations, bien que les militants radicaux la connaissent. Un portrait dessiné du leader soviétique fait la couverture du numéro 11 du magazine new yorkais de la gauche pro-bolchevique, The Liberator, en janvier 1919, pour annoncer (pages 8-11) sa Lettre aux ouvriers américains (A Letter to American Workingmen, du 20 août 1918). Celle-ci est entrée clandestinement aux États-Unis25 pour être publiée d’abord en décembre 1918, par John Reed, dans The Class Struggle (New York) et The Revolutionary Age (Boston), deux organes de l’aile gauche du Parti socialiste, lieux de « ralliement de tous ceux qui souhaitaient entrainer le parti vers le bolchevisme. »26. Au même moment, la Socialist Publication Society, la maison d’édition socialiste qui publie The Class Struggle, imprime et diffuse la Lettre sous forme d’une brochure. Pour insister sur la soi-disant origine étrangère donc soviétique des troubles révolutionnaires dans le pays, Carey Orr possédait, en cette Lettre, un argument de poids, bien dans l’esprit du journal et de ses propres représentations idéologiques. Mais il ne l’utilise pas. Bien mieux que Lénine, ici, Trotsky, le militaire rouge, figure le péril subversif dont il faut absolument conjurer la peur.

Lénine, A Letter to American Workingmen, brochure, New York, The Socialist Publication Society, 1918, 15 pages.

Le 11 février 1919, date de la fin de la grève de Seattle, et une semaine avant la parution de la caricature de Carey C. Orr, débutent à Washington D.C. (jusqu’au 10 mars suivant) les séances du Comité d’investigation du Sénat [des États-Unis] sur les activités bolcheviques (Senate Overman Committee Investigation on Bolshevik Activity), dit « comité Overman » car il est présidé par le démocrate de Caroline du nord Lee Slater Overman (1854-1930). Lancée le 4 février par une résolution votée unanimement, cette première enquête d’un comité sénatorial sur le communisme préfigure de nombreux autres sous-comités créés les décennies suivantes, en particulier, dans les années 40-50, la Commission parlementaire sur les activités non-américaines (la célèbre HCUA) qui lança en 1947 et en 1951 ses célèbres auditions pour lutter contre les communistes dans l’industrie du divertissement (cinéma, théâtre, radio) et la Sous-commission sénatoriale d’enquête permanente de McCarthy en 1952. Le rapport du comité Overman, rendu en juin 1919, évoque les « atrocités bolcheviques » de Russie – insistant à l’envie sur la « nationalisation des femmes », une légende qui commence à s’ancrer dans les esprits et que l’on retrouvera plus tard dans quasiment toute la panoplie anti-communiste dans le monde – et la volonté de révolution mondiale du communisme, mais contient peu de preuves d’une quelconque propagande communiste aux États-Unis. Le conte de Louise Bryant, la compagne de John Reed, « Fables for Proletarian Children », publié fin janvier 1919 dans The Revolutionary Age27, qui raconte comment la révolution débuta en Amérique, a-t-il été considéré comme tel ?

Quoiqu’il en soit, même avant la création effective d’une organisation communiste puisant son inspiration dans le bolchevisme – ou du moins dans ce que les militants révolutionnaires des États-Unis en connaissaient – régnaient dans le pays à la fois une atmosphère répressive lourde de menaces mais également, ce qui ne pouvait qu’encourager ces militants dans leur objectif, une tension sociale dans le monde ouvrier, ou du moins dans certains secteurs de celui-ci. Il n’en fallait pas plus pour que Louis Fraina, Nicholas Hourwich, Charlotte Anita Whitney, Meyer Lunin, Charles Ruthenberg ou John Reed, soit l’aile gauche du Parti socialiste, décident de s’organiser, de se doter d’organes de presse et de passer à l’action. Une seconde partie questionnera ce foisonnement28.

BIBLIOGRAPHIE

Études

Louis Adamic, Dynamite ! Un siècle de violence de classe en Amérique (1830-1930), Meudon, Sao Maï Éditions, 2010.

James P. Cannon, L’histoire du trotskysme américain, 1928-1938, New York, Pathfinder, 2002.

Michel Cordillot, « Industrial Workers of the World », in La Sociale en Amérique. Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis (1848-1922), Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2002.

Marianne Debouzy, « L’échec du socialisme aux États-Unis », in Jacques Droz, Histoire générale du socialisme, tome 4, De 1945 à nos jours, Paris, Quadrige/PUF, 1997.

Théodore Draper, The Roots of American Communism, Chicago, Ivan R. Dee, Inc. Publisher, Elephant Paperback, 1989.

Philip S. Foner (ed.), The Bolshevik Revolution. Ils Impact on American Radicals, Liberals, and Labor, A Documentary Study, New York, International Publishers, 1967.

Robert Rosenstone, John Reed, le romantisme révolutionnaire, Paris, François Maspero, collection « Cahiers libres 323-325 », 1977.

The Seattle General Strike. An Account of What Happened in Seattle and Especially in the Seattle Labor Movement, During the General Strike, February 6 To 11, 1919, Seattle, the History Committee of The General Strike Committee, march, 1919. Récit « à chaud » de la grève par un comité de six militants grévistes, dont la rédactrice du journal syndical Seattle Union Record et future communiste, Anna Louise Strong ; réédité par un groupe marxiste-libertaire du Massachussets, Root & Branch en 1972, avec une nouvelle préface, puis ensuite en 2009 et 2012, à Seattle, par les libraires-éditeurs Left Bank Books et Charlatan Stew ; lire sur http://struggle.ws/hist_texts/seattle1919_p2.html et http://struggle.ws/hist_texts/seattle1919.html

Howard Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, Paris, Agone, 2002.

Fictions historiques

Valerio Evangelisti, Nous ne sommes rien, soyons tout !, Paris, Rivages/Thriller, 2008.

Dennis Lehane, Un pays à l’aube, Paris, Rivages/Thriller, 2009.

1Dans son célèbre ouvrage Une Histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours (Paris, Agone, 2002), Howard Zinn évacue la naissance du communisme d’une formule lapidaire : « Après la guerre, tandis que le parti socialiste s’essoufflait, un parti communiste fut créé. » (p. 436).

2Marianne Debouzy, « L’échec du socialisme aux États-Unis », in Jacques Droz, Histoire générale du socialisme, tome 4, De 1945 à nos jours, Paris, Quadrige/PUF, 1997, p. 49-88.

3James P. Cannon, L’histoire du trotskysme américain, 1928-1938, New York, Pathfinder, 2002. Les soixante premières pages (de cette édition en français) sont consacrées aux débuts des deux partis communistes.

4John Steinbeck, En un combat douteux …, Paris, Gallimard, 1940, réédition, Le Livre de poche, 1957.

5Dont bien sûr l’ouvrage classique de Théodore Draper, The Roots of American Communism, Chicago, Ivan R. Dee, Inc. Publisher, Elephant Paperback, 1989 [1957].

6Ce chiffre, cité par Theodore Draper dans The Roots of American communism, op. cit., (p. 178 et 181) semble se rapprocher de la réalité bien que nous ne possédons aucun compte rendu officiel des séances des deux partis, mais seulement des témoignages de délégués, des articles de la presse socialiste et communiste ainsi que des rapports d’agents du futur FBI, infiltrés sous des « couvertures » diverses (journalistes, syndicalistes, un délégué même) dans les deux congrès : L. Loebl pour le CLP, J. O. Peyronnin, A. H. Loula et J. Spolansky pour le CPA, entre autres.

7Laurent Gaudé, entretien in Papiers. La revue de France culture, n° 28, avril-juin 2019, p. 66.

8Timothy Brook, Le chapeau de Vermeer, Paris, Payot, 2010 ; première citation p. 20, seconde citation p. 40. T. Brooks a choisi quelques toiles du peintre Johannes Vermeer (1632-1675) ainsi que la ville de Delft comme entrée d’une histoire mondiale des transformations interculturelles au XVIIe siècle.

9Timothy Brook, Le chapeau de Vermeer, op. cit.

10Ce terme regroupe, pour l’époque, les organisations, partis ou individus se réclamant du socialisme, du syndicalisme révolutionnaire, de l’anarchisme, du communisme, du féminisme aussi.

11C’est nous qui soulignons.

12Dennis Lehane, Un pays à l’aube, Paris, Rivages/Thriller, 2009, p. 215.

13Les galléanistes sont des anarchistes partisans de Luigi Galleani (1861-1931), qui défend la propagande par le fait. Les attentats à la bombe des années 1919-1920 sont attribués aux galléanistes. Luigi Galleani est expulsé des États-Unis en 1919, vers l’Italie, où le régime fasciste de Mussolini l’emprisonne à plusieurs reprises.

14Dennis Lehane, Un pays à l’aube, op. cit., p. 547.

15L’American Federation of Labor, créée en 1886, est un syndicat basé sur l’union des intérêts particuliers de chaque corps de métier, et qui se tient donc à l’écart de tout ce qui ressemble à une lutte pouvant rassembler l’ensemble de la classe ouvrière.

16Sur l’extrême violence des rapports sociaux aux États-Unis, lire de Louis Adamic, Dynamite ! Un siècle de violence de classe en Amérique (1830-1930) (Meudon, Sao Maï Éditions, 2010), dont une recension est parue dans notre revue électronique, https://preo.u-bourgogne.fr/dissidences/index.php?id=277

17Michel Cordillot, « Industrial Workers of the World », in La Sociale en Amérique. Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis (1848-1922), Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2002, p. 19-20.

19The Seattle Star, 10 février 1919.

20La scène de ce boycott débute le roman de Valerio Evangelisti sur les luttes sociales aux États-Unis, Nous ne sommes rien, soyons tout !, Paris, Rivages/Thriller, 2008.

21Cette grève et le meurtre sont restitués dans le roman noir de Jon A. Jackson, Go By Go, aux éditions Gallimard/Série noire n° 2614, en 2001.

22Harrison George, The Red Dawn. The Bolsheviki & the IWW, Chicago (Illinois), IWW Publishing Bureau, 1918.

23Philip S. Foner (ed.), The Bolshevik Revolution. Ils Impact on American Radicals, Liberals, and Labor, A Documentary Study, New York, International Publishers, 1967.

24Léon Trotsky, The Bolsheviki and World Peace, introduction par Lincoln Steffens, New York, Boni and Liveright, 1918.

25L’acheminement de cette Lettre est organisé par Mikhail Markovich Borodine (1884-1951), bolchevique de longue date, qui vécut en exil à Boston et Chicago de 1907 à 1917. Aidé d’un certain P. I. Travin (Sletov), Borodine contacte des militants de l’aile gauche du Parti socialiste, qu’il connaissait bien, dont John Reed, qui la fait publier dans les deux organes pro-bolcheviques. Il se trouve de nouveau aux États-Unis lors de la fondation des deux partis communistes. Colporteur infatigable de l’utopie soviétique, M. Borodine part en Chine en 1923, comme conseiller auprès du Kuomintang. Il figure dans le roman d’André Malraux, Les Conquérants (1928).

26Robert Rosenstone, John Reed, le romantisme révolutionnaire, Paris, François Maspero, collection « Cahiers libres 323-325 », 1977, p. 525.

27Louise Bryant, « Fables for Proletarian Children », The Revolutionary Age, 25 janvier 1919. Louise Bryant, qui était revenue aux États-Unis avant John Reed, publia en octobre 1918 son récit de la révolution bolchevique Six Red Months in Russia (Six mois rouges en Russie, Paris, Libertalia, 2017), dont la recension figure sur ce blog, https://dissidences.hypotheses.org/8892

28Je tiens à remercier Jean-Guillaume Lanuque et Frédéric Thomas pour leur lecture attentive et leurs remarques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.