Cornelius Castoriadis, La question du mouvement ouvrier, tomes 1 et 2, Écrits politiques 1945-1997, I, Paris, éditions du Sandre, 2012, 417 et 574 pages, 32 € chacun.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Le lecteur ne peut que se réjouir que l’ensemble des textes de Cornélius Castoriadis – dont ses écrits au sein du groupe Socialisme ou Barbarie (de 1946 au début des années 1960), qui avaient précédemment été rassemblés en plusieurs volumes dans la collection 10/18 – soient enfin rassemblés et publiés par les éditions du Sandre. Et ce d’autant plus que cette publication n’entend pas être « une simple reprise » (p. 7), mais bien s’enrichir de nombreux inédits. Voici donc les deux premiers tomes, se concentrant sur les luttes ouvrières dans les pays occidentaux, alors que d’autres sont annoncés pour les deux années à venir (2013 et 2014).

L’ouverture définit, faute de meilleure formulation, Castoriadis comme un « écrivain politique » (p. 17) et met en avant son originalité. Elle présente ainsi sa redéfinition de l’antinomie principale au sein du capitalisme – la nécessité simultanée et contradictoire de faire participer et d’exclure les travailleurs à la production – entre les classes d’exécutants et de dirigeants, tout en analysant avec précision la rupture avec le marxisme (p. 21). La bureaucratisation et la privatisation constituent la double cible des analyses critiques de Castoriadis, qui entend « partir de la situation concrète des ouvriers dans la production » (p. 35). Mais plutôt qu’un exposé de la théorie de Socialisme ou Barbarie – ce qui dépasserait largement le cadre de cette recension –, c’est au type de lecture à laquelle nous invite l’introduction que je veux m’intéresser, car celle-ci est significativement problématique.

« Nous avons ainsi estimé, prévient l’avertissement, qu’il convenait de renvoyer en annexe certains textes de la fin des années 1940 et du début des années 1950 (…) trop éloignés de sa [le public] propre expérience » (p. 8). Par souci donc de marquer son actualisation, de ne pas trop dérouter le lecteur également, le volume commence par un texte de 1953, prenant violemment à parti Sartre. S’il n’est pas question, comme l’indiquent les auteurs, de céder à une fidélité fétichiste à l’organisation des textes telle que Castoriadis l’avait réalisée, il faut tout de même se demander si ce qui se gagne en accessibilité ne se perd pas en compréhension. Et si ce montage des textes ne recouvre pas d’autres enjeux, plus importants.

Il ne fait aucun doute que les écrits de la seconde moitié des années 1940 et du tout début des années 1950 sont plus ardus, plus éloignés – marqués par la double obsession de l’organisation et de la guerre mondiale – des questions actuelles. Cependant, le découpage opéré ici sous-tend une lecture particulière du parcours de Castoriadis, qui se serait d’abord libéré du communisme, ensuite du marxisme, pour être enfin compréhensible et actuel aujourd’hui. Ainsi, l’auteur affirme que « dès 1953 Castoriadis avait mis en question la conception marxienne de la dynamique économique du capitalisme » (p. 37, c’est l’auteur qui souligne). Ce serait donc le rapport critique puis la rupture avec le marxisme qui détermineraient l’actualité du texte. Je ne tiens pas à discuter cette hypothèse en général – elle soulève de nombreuses questions et objections –, mais uniquement par rapport à Castoriadis et Socialisme ou Barbarie.

Tout d’abord, en suivant ce principe, d’autres options auraient été possibles, telles que commencer par les textes de 1956 – annonçant les grandes élaborations de Sur le contenu du socialisme, Bilan, Prolétariat et Organisation, et Le mouvement révolutionnaire sous le capitalisme moderne –, marqués par la « révolution hongroise », qui a revêtu une importance fondamentale pour le groupe. Ensuite, le risque est d’opérer une relecture rétrospective en identifiant tout ce qui est daté avec ce qui relèverait trop encore d’une approche marxiste, et d’isoler la réflexion de Castoriadis, d’un terreau et d’une réflexion collective où la question du marxisme et du communisme a fait débat. Il est dommage qu’ici encore, les écrits de Castoriadis soient publiés de manière si détachée du groupe dans, avec et à partir duquel ils se sont forgés : Socialisme ou Barbarie. Or, les débats et conflits au sein du groupe, au tournant des années 1950, éclairent les textes réunis ici et sont d’une actualité tout aussi prégnante. À n’en pas tenir compte, on risque de présenter de manière a-critique le parcours de Castoriadis, en passant à côté de ses contradictions, zones d’ombres ou paradoxes. Ainsi, la rupture avec le marxisme se traduit par un désengagement de l’activité militante et une accentuation du pessimisme – autour du concept de « privatisation » –, qui entraîne finalement la dissolution du groupe sur base d’un désenchantement général – « parce qu’une activité politique, même embryonnaire, est impossible aujourd’hui »1 – moins d’un an avant la plus grande grève ouvrière que la France ait connue et la vague de politisation des années 1968 ! Ainsi, quoi qu’on pense de l’évolution de Castoriadis et indépendamment de l’évaluation que l’on fait de son travail critique, force est de constater que le statut théorique des textes et son engagement politique prennent un autre sens à partir du début des années 1960, et que s’y dessine dès lors aussi un autre découpage.

Enfin, faire commencer cette édition par un texte de 1953 ne permet pas d’expliquer le « contraste entre l’archaïsme apparent de la forme (…) et la nouveauté ou modernité (…) des idées » (p. 22) de Castoriadis repéré dans l’introduction. Les explications données ici sont partielles et passent à côté de son élément central. Aussi communistes et marxistes qu’aient été Castoriadis et Socialisme ou Barbarie dans la seconde moitié des années 1940, ils se distinguaient déjà par une approche et une volonté particulières, qui contenaient en germe, potentiellement, leur futur développement. Sans pouvoir m’étendre, disons que la condamnation sans équivoque de l’URSS et du capitalisme, la volonté de reconstruire le mouvement révolutionnaire – ce qui supposait de renouveler sa théorie et de l’ancrer organiquement dans l’autonomie, les contradictions et les luttes constantes des travailleurs, d’une part, dans une redéfinition du socialisme, d’autre part – ouvraient la voie à l’expérience et la réflexion originales de Socialisme ou Barbarie dans la seconde moitié des années 1950. C’est ce noyau dialectique et son développement au sein du groupe, qui sont occultés en mettant en annexe les textes précédant 1953, tendant à faire du communisme et du marxisme seulement le contrepoint daté d’une réflexion pertinente. C’est d’autant plus regrettable que l’introduction aurait pu, pour souligner la nouveauté qui s’opère en 1953, mettre en avant la propre autocritique du groupe et/ou de Castoriadis sur leur évolution, plutôt qu’un abrupt et faussé découpage. Ainsi, dans « Bilan, perspectives, tâches » (1957), Castoriadis écrit que « l’erreur principale que contiennent nos analyses de la période 1949-1953 : l’idée que la troisième guerre mondiale était inévitable » (p. 199), tandis que dans « Prolétariat et Organisation I » (1959), il écrit : « on est donc entré dans une nouvelle phase de développement du prolétariat – que l’on peut si l’on veut dater de 1953 ; c’est le début d’une période historique pendant laquelle le prolétariat tendra à se débarrasser des résidus de ses créations de 1890 et de 1917 » (p. 301, tome II).

S’il ne s’agit donc pas de bouder notre plaisir d’avoir enfin rassemblés, de manière accessible au plus grand nombre, l’ensemble des écrits d’un penseur de l’envergure de Cornélius Castoriadis et si l’on ne peut que féliciter les éditions du Sandre d’une telle initiative, encore convient-il de s’interroger sur l’organisation de sa réception et la clef historique ici offerte. Celles-ci peuvent se lire également de manière symptomatique dans le titre, qui reprend celui de l’introduction de 1973 de Castoriadis lui-même dans la collection 10/18 – « La question de l’histoire du mouvement ouvrier » – plutôt que « L’expérience du mouvement ouvrier ». De l’expérience à la question, il y a certes le changement d’époque, la rupture avec une certaine tradition révolutionnaire, mais il est loin d’être sûr que ce passage soit ipso facto le marqueur d’une meilleure compréhension sinon d’une actualité plus aiguë.

1« La suspension de la publication de Socialisme ou Barbarie » dans Castoriadis, L’expérience du mouvement ouvrier, tome 2, 10/18, page 422. Ce texte n’est pas repris dans cette édition.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.