Jean-Claude Seine, Lionel Bourg, Un prolétariat rêvé. Photographies de Jean-Claude Seine, Grenouilleux (01190), La passe du vent, 2010, 125 pages, 19 €.

Compte rendu de Georges Ubbiali

Préfacé par Michel Onfray, ce formidable ouvrage de photographies permet de découvrir le travail d’un journaliste reporter-photographe, Jean-Claude Seine, qui a surtout travaillé pour la presse communiste et syndicaliste : L’Humanité, La Vie ouvrière, France nouvelle par exemple. C’est un ensemble de 84 photographies d’une extraordinaire richesse[1], accompagné par les textes de l’écrivain Lionel Bourg, qui est offert dans ce livre. Couvrant une période d’une dizaine d’années environ, depuis le début des années 1970, l’ouvrage s’ouvre sur une image qu’on pourrait croire issue de l’ex-URSS des plans quinquennaux. En fait, il s’agit d’une fonderie à Caen en 1970, qui se découvre au détour d’un paysage bucolique. Choc extraordinaire d’une période où la vision d’usines géantes faisait partie du paysage quotidien, d’un environnement présent et immédiat. Les photographies qui suivent sont celles de l’usine Chausson de Gennevilliers et montrent un affrontement entre des CRS et des ouvriers en grève. C’est toute une époque marquée par la centralité ouvrière qui soudain se révèle page après page. Un ouvrier mineur en 1973 succède à une une ouvrière des filatures en 1974, un ouvrier de Peugeot-Sochaux en 1970, un intérieur ouvrier dans la région du Nord en 1974 ou une file d’attente à l’ANPE de Gennevilliers en 1976 sont ainsi immortalisés par ces photographies noir et blanc, pleine page. Bien souvent, ce sont des groupes qui sont ainsi donnés à voir. Un piquet de grève à l’usine Gobin-Daudé à Asnières en 1968, des ouvrières de la confection en train de débrayer à Lens en 1969, une réunion syndicale dans un hôpital en 1972 ou encore un groupe de femmes, en mai 1968, unies sous une banderole qui proclame : « Trust Bourjois-Chanel, Barbara Gould. Augmentation de nos salaires. CGT »[2]. C’est l’émotion qui saisit le lecteur page après page. Comment ne pas être submergé par la photographie d’un meeting d’éboueurs à la Bourse du travail de Paris en 1973 ou encore, en vis-à-vis, un quai de gare en 1966 sur lequel s’agglutinent des groupes de travailleurs immigrés dont on ne sait s’ils arrivent, ou s’ils embarquent pour les vacances ? Les textes de Lionel Bourg accompagnent avec sensibilité cette évocation d’un passé très proche, mais qui semble désormais ne plus exister que par la magie de la photographie. Acte de foi dans le prolétariat, ce livre ne se contente pas d’évoquer le passé. Comme l’indique l’une des dernières phrases du livre : « La classe ouvrière doit toujours se défendre. Elle n’a pas le choix. On ne le lui donne pas : elle doit le prendre ! ». Ouvert par la photo de la fonderie à Caen, l’ouvrage se ferme par celle d’un ouvrier, de dos et dans le brouillard, qui part « au chagrin » à cinq heures du matin à Merlebach en 1971. Magnifique image de fidélité à la classe.

 

 


[1]    On peut voir ces photos, parmi es centaines d’autres, sur http://www.journaliste-reporter-images.com/

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.