Irène Pereira, Travailler et lutter. Essai d’auto-ethnobiographie, Paris, L’Harmattan, collection « Logiques sociales », préface de Philippe Corcuff, 2016, 247 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

La lecture de ce livre fait immanquablement surgir le parallèle avec ces artistes contemporains qui font de leur vie, de leur être, de leur corps, une œuvre. Telle une Sophie Calle débarquée dans le monde de la sociologie, Irène Pereira marque chacune des étapes de sa vie.

S’inscrivant dans un point de vue pragmatiste (explicité dans un premier chapitre), par le biais d’une approche auto-ethnobiographique, l’auteure sélectionne quelques séquences de son parcours : « (par ce) projet auto-ethnobiogragique il s’agit (…) de mettre en œuvre l’impératif pragmatiste de continuité existentielle de l’expérience » (p. 243). En arrière fond, il y a l’ouvrage de Pierre Bourdieu, Esquisse pour une socio-analyse, dont très rapidement l’auteure s’éloigne par la revendication explicite de la continuité expériencielle d’un sujet postulé, comme si tout n’était au final, comme écrit à plusieurs reprises, qu’un choix de décisions1 (exemple de ce décisionnisme, p. 49). Il y a aussi, indéniablement, du Tintin reporter, dans l’ouvrage, qui explicite des actions collectives, à partir des expériences de travail de l’auteure. Le statut de gardien de musées et ses insatisfactions, la construction d’une section syndicale, la difficile entrée dans l’Éducation nationale constituent autant de moments où Irène Pereira se livre à une auto-analyse située de son engagement. S’y ajoutent d’autres situations, comme sa participation à un débat (une dispute) sur la prostitution, la découverte du milieu de Bourges, ville dans laquelle elle est affectée comme professeur de philosophie stagiaire, son intervention en tant que consultante dans une mobilisation d’un syndicat CNT de la Région parisienne, lui permettant, au passage, de faire poindre un rapport social supplémentaire de domination, le rapport technocratique (largement documenté dans la littérature sous l’appellation de la bureaucratie).

Ce livre est tout entier sous tendu par l’idée de valoriser « la mise en œuvre d’une méthode qui accorde au faire et à l’expérimentation, un primat sur l’observation, fusse-telle participante » (p. 247), le tout teinté d’une défiance à l’égard de la hiérarchie (singulièrement dans l’Éducation nationale) et d’une inscription dans des valeurs libertaires. L’objectif de « faire de l’enquête sociologique une expérience existentielle (laquelle…) ne suppose pas un acte fondateur de rupture avec le sens commun, mais il s’agit d’un processus continu d’observation » (p. 54). A cette « démarche hérétique en sciences sociales » comme l’exprime Philippe Corcuff dans la préface, on rappellera néanmoins, avec Donna Haraway, auteure mobilisée par Irène Pereira, que « L’identité à soi-même est un mauvais système de décision » (p. 121, in Manifeste Cyborg et autres essais. Sciences, fiction, féminisme , 2007).

1Symptomatique apparaît ainsi son refus d’analyser un stage d’auto-défense mis en place pour des femmes car elle n’a aucun « désir d’investir sociologiquement cette pratique de loisir. Ainsi, en fonction des personnes, toutes les expériences sociales n’ont pas vocation à s’inscrire dans une enquête sociologique » (p. 52).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.