Archives de catégorie : Bande dessinée

Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (coloriste), La Guerre des amants. 1 – Rouge révolution, Grenoble, Glénat, collection « Grafica », 2013, 50 pages, 13,90 €.

 Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Rouge révolution est le premier volet d’une trilogie de bande dessinée ayant pour cadre ce qu’Enzo Traverso nomme « la seconde guerre de trente ans »1, autrement dit la période allant de la Première à la Seconde Guerre mondiale. Traitement littéraire classique, c’est à travers une histoire d’amour conflictuelle que les événements vont être présentés au lecteur. Les deux protagonistes représentent d’ailleurs chacun les deux futures super-puissances, qui s’affronteront durant la guerre froide : Natalia Socolovia est une révolutionnaire russe, partisane des bolcheviques, tandis que Walter Hancock, fils d’ambassadeur américain, est un idéaliste, rêvant de la fraternité des peuples et du succès de l’espéranto. Leur rencontre se fait dans un cadre particulièrement séduisant, la prise du palais d’hiver en octobre 1917 et la découverte par Walter de ses nombreuses salles désertées, visite au cours de laquelle il sauve la vie de Natalia. Se perdant de vue, les deux personnages se retrouvent en 1920, animés par une véritable passion pour l’art. Élèves de Kandinsky, ils prennent part tous deux au voyage du train de propagande « L’étoile rouge » à travers la Russie, avant de finalement être envoyés avec leur mentor en Allemagne.

Le grand intérêt de cet album est d’offrir un éclairage plutôt réussi sur la dimension culturelle de la révolution russe, sur l’expression novatrice de certains artistes (Malevitch ou Dziga Vertov sont présents dans l’intrigue), les oppositions entre art figuratif et abstraction2, et les efforts déployés par le nouveau pouvoir pour instruire les masses populaires. A cet égard, les planches (pages 24 à 26) illustrant l’arrivée du train dans une gare de province sont exemplaires : wagons décorés de fresques de propagande, spectacle coloré et usant du langage géométrique, tracts de poésie futuriste… distribués à une population analphabète. De même, pages 14-15, la reproduction murale par Natalia de la fameuse œuvre d’El Lissitzky, « Battre les blancs avec le coin rouge », est l’occasion d’un échange fructueux avec la population spectatrice qui s’approprie la création3. Si les auteurs s’efforcent donc de présenter la face exaltante de la révolution, ainsi que les difficultés de la vie quotidienne (pour se chauffer ou se nourrir) et les horreurs de la guerre civile – Natalia est traumatisée par la découverte de l’anthropophagie à laquelle est contrainte une partie de la population du pays –, le substrat politique demeure malheureusement superficiel, et n’évite pas toujours la caricature (l’image de Trotsky, séducteur invétéré auquel Natalia succombe). Un second tome, intitulé Bleu Bauhaus, vient de paraître, avec un dossier réalisé par l’historien Lionel Richard, spécialiste des avant-gardes4.

1 Voir Enzo Traverso, 1914-1945. La guerre civile européenne, Paris, Hachette littératures, collection « Pluriel », 2009.

2 Malevitch s’insurge ainsi contre Chagall et le figuratisme, un affrontement derrière lequel se dessine une rivalité de légitimité et de pouvoir.

3 Natalia : « L’art doit descendre dans la rue pour changer le monde et délivrer un message émotionnel… » (p. 14).

4Ce second tome sera recensé sur ce blog prochainement.

Jean-Pierre Pécau (scénario), Benoît Dellac (dessin), Thorn (couleurs), L’Homme de l’année 5. 1871. L’un des héros de la Commune de Paris, Paris, Delcourt, collection « Série B », 2014, 58 pages, 14,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean-Pierre Pécau est un scénariste renommé et prolifique du milieu de la bande dessinée : on lui doit notamment la série uchronique « Jour J », qui croisait déjà histoire et thématiques politiques entrant dans le champ de Dissidences. Sa récente série, « L’Homme de l’année », est une manière d’appréhender l’histoire par en bas, à travers le parcours d’un individu anonyme, emporté par les tourbillons de l’événementiel, et croisant au passage certaines figures d’importance. Le tome 4 de la série s’était ainsi penché sur 1967. L’Homme qui tua Che Guevara, et dans l’album qui nous intéresse, Abdullah, le personnage principal, a une liaison avec rien moins que Louise Michel, et c’est l’évocation de ses origines qui semble éveiller l’intérêt du jeune Arthur Rimbaud pour les horizons africains.

Abdullah, inspiré en partie de la nouvelle d’Alphonse Daudet « Le Turco de la Commune », est un orphelin originaire d’Abyssinie, jeune noir devenu esclave et offert à un Français, Antoine d’Abbadie (1810-1897), qui, en ce mitan du XIXe siècle, tentait de découvrir les mythiques sources du Nil. Élevé par cette illustre famille, aux idéaux demeurés royalistes, Abdullah s’en sépare en fuguant durant son adolescence, afin de donner par lui-même un sens à sa vie. Il s’engage alors dans l’armée française, participe à la bataille de Solferino, puis est affecté en Algérie. C’est là qu’il prend conscience de la solidarité qui le lie, en tant qu’opprimé colonial, avec les populations autochtones (Jean-Pierre Pécau insistant sur la dimension exterminatrice de la guerre entre Français et résistants algériens). Ayant sympathisé avec un certain Borel, membre de la Ie Internationale dont il représente la section algérienne1, Abdullah rentre en France, prend part à la guerre contre la Prusse, puis se retrouve déserteur à Paris, où il rencontre brièvement Jules Vallès. On le voit acteur de la résistance parisienne à la tentative de réquisition des canons de Montmartre, partisan de marcher au plus vite sur Versailles, et résistant jusqu’au bout aux Versaillais, dont il tue encore certains représentants avant de mourir en plein cimetière du Père-Lachaise.

Dans ce parcours d’une vie, le substrat politique demeure superficiel, même si on apprécie une image de la Commune de Paris dénuée de toute hostilité2. C’est sans doute l’idée de fraternité des exploités, des petits et des sans-grades qui a attiré Abdullah du côté du mouvement ouvrier, mais il n’y a pas chez lui d’idéologie bien structurée. En fait, il incarne en lui l’impossible fusion entre Afrique et Europe, entre nature et culture (tout en étant alphabétisé, il demeure attaché à la nécessité de tuer et au rite initiatique du premier lion à chasser). Quelles que soient ses tentatives pour s’intégrer, Abdullah est confronté au racisme ordinaire, celui de ses officiers surtout, au point d’être emprisonné lorsqu’il dévoile la lâcheté d’un de ses supérieurs blancs. On comprend bien que c’est cette problématique aux échos éminemment contemporains qui a retenu l’attention de Jean-Pierre Pécau3. Les dessins de Benoît Dellac, outre qu’ils réussissent à nous plonger dans les décors pleins d’authenticité d’un Paris en pleine guerre civile, jouent d’ailleurs régulièrement sur ce parallèle entre deux mondes, avec des plans larges sur le désert, la savane mais également la jungle urbaine ou l’enfer des champs de bataille.

1Ce personnage est inspiré de Pétrus Borel (1809-1859), poète surnommé « le lycanthrope » (surnom repris dans la bande dessinée), à ceci près qu’il vit ici au-delà de la date de sa mort réelle, et qu’il semble aux antipodes de ses positions anti-socialistes : sa place en tant que membre de l’AIT tient-elle à sa célébration ultérieure par les surréalistes ?

2A l’opposé du roman de Jean-Philippe Depotte, Le Crâne parfait de Lucien Bel, chroniqué sur ce blog. On notera toutefois la présence d’un Georges Clemenceau qui joue ici le rôle de contradicteur d’Abdullah, le premier défenseur de la guerre civile radicale, le second rêvant d’une impossible réconciliation entre camps opposés.

3Déjà, en 2000, le cinéaste Peter Watkins avait abordé la problématique coloniale dans son film, La Commune (Paris, 1871).

Delphine Le Lay, Alexis Horellou, Plogoff, Paris, Delcourt, collection « Encrages », 2013, 190 pages, 15 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après plusieurs publications (académique1, militante2, cinématographique3) sur la mobilisation antinucléaire de Plogoff, c’est au tour de la bande dessinée de s’emparer du thème. Rappelons que Plogoff est une commune de la pointe du Raz, en Bretagne, retenue pour y construire une centrale nucléaire. De 1976 à 1981 les villageois se mobilisent contre la construction de cette centrale, avec un moment fort lors de l’enquête d’utilité publique contre laquelle une forte mobilisation se développe, incitant les pouvoirs publics à envoyer des gardes mobiles, relayés par des parachutistes, tandis que les habitants usent de cailloux et de lance-pierres. La victoire électorale de François Mitterrand en 1981 sonne l’heure de la victoire puisque l’abandon de la construction de la centrale faisait partie des 101 propositions du candidat socialiste. L’histoire est fort bien documentée (ainsi que les éléments de bibliographie cités ci-dessous, complétés par ceux proposés en fin d’ouvrage), tendent à le montrer. Bien sûr, le scénario proposé par Delphine Le Lay, permet de suivre l’affaire au fil des mois et des années. Mais l’intérêt de ne se limite pas à la production d’une version dessinée de l’histoire (ce qui serait assez restrictif), mais bien de proposer au lecteur un autre mode de lecture de l’événement. Ce qui surprend de prime abord, c’est le choix du noir/gris/blanc par Alexis Horellou pour raconter ce récit. Si la couverture est d’un rouge flamboyant, le dessin se déploie en quasi sépia. Ce choix esthétique étonne, puis convainc. L’histoire est racontée à partir du récit qu’en font les participants, au moins certains d’entre eux qui occupent le centre de l’album. Un peu comme un journaliste (ou un ethnographe) qui pourrait pénétrer dans tous les lieux de l’action, le dessin permet de rendre ce combat quasi-charnel. Il fait ressentir la disproportion entre les moyens de l’État pour développer son activité et ceux déployés pour résister, rendant presque palpable l’intensité de l’action collective. De ce point de vue, même si l’on aurait apprécié ici ou là un trait un peu plus assuré, ce livre permet d’enrichir la connaissance sensible de cette lutte. Il permet de saisir le temps qui passe, la chaleur et la densité des relations qui unissent la population face à la brutalité de la raison étatique. La citation du président de l’époque, Valéry Giscard D’Estaing, reproduite en quatrième de couverture (« Il ne saurait être question d’imposer aux Français un programme électronucléaire auquel ils seraient profondément opposés après avoir été complètement informés »), peut apparaître comme une ultime ruse de la domination de l’État et des instances techno-industrielles dont il accompagne le développement.

1Gilles Simon, Ploggoff. L’apprentissage de la mobilisation, Rennes, PUR, 2010.

2Renée Conan, Anne Laurent, Les femmes de Plogoff, Quimper, La Digitale, 2010 [première édition en 1981].

3Nicole Le Garrec, Des pierres contre des fusils, DVD, 2010. Notons que Nicole Le Garrec et Félix Le Garrec préfacent l’album de Delphine Le Lay et Alexis Horellou.

Carlos Giménez, Les temps mauvais. Madrid, 1936-1939, Paris, Fluide glacial, 2013, 235 pages, 35 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il s’agit de la publication en un seul volume des quatre tomes édités séparément auparavant. Carlos Giménez est ce dessinateur qui s’est fait connaître grâce à Paracuellos, une bande dessinée en plusieurs tomes également évoquant ses souvenirs d’enfant dans un hospice madrilène sous le franquisme. Ici, il revient sur son expérience préalable lors de la guerre civile. La guerre, il la vit avec sa famille à Madrid. C’est la guerre vue à travers les yeux d’un enfant, qui subit comme tous les civils les bombardements, les incendies, les exécutions sommaires, les privations et le rationnement, la faim et les maladies dans une ville assiégée. A chaque fois, en quelques vignettes, le dessinateur sait rendre l’ambiance, lugubre la plupart du temps, de cette période de sa vie et des humbles habitants de la capitale. On est loin du discours militant, même si Carlos Giménez ne cache pas sa haine du franquisme. Ici, il n’y a pas vraiment de romantisme, mais bien plutôt de la souffrance. Autant le dire clairement, avec ces Temps mauvais, on approche du chef d’œuvre car rarement, avec une économie de moyens (dessins en noir et blanc, chacune de ces histoire se déroulant sur 3 ou 4 pages maximum, sauf quelques exceptions), un auteur est parvenu à faire autant sentir le drame humain qui se joue alors. Il n’y a pas vraiment de héros, y compris parmi les défenseurs de Madrid dont quelques histoires montrent un visage assez répugnant, mais à chaque fois des êtres humains en difficulté, en proie à la lâcheté, ou qui souffrent. On ne peut évoquer tous les moments d’émotion qui s’emparent du lecteur à l’évocation de ces temps de barbarie. On se contentera de mentionner le récit intitulé Sito, dont on découvre qu’il s’agit du nom d’un chat, et de son sort tragique en une période où la famine règne. La tragédie se poursuit tout au long du livre, même une fois Madrid tombée, car commence alors une froide et systématique répression de la population, les dénonciations et les revirements. Il y a peu de joie dans ces récits, la mort rôde en permanence. C’est d’ailleurs avec la disparition d’un enfant que se clôt l’album, sous l’œil impitoyable des bigotes qui reviennent dominer l’Espagne. Cet album des Temps mauvais constitue une lecture indispensable, en complément de la littérature abondante sur la guerre d’Espagne, pour percevoir la dureté d’une guerre menée contre l’humanité, et gagnée par les forces réactionnaires. Ce livre, différemment et mieux que beaucoup d’autres, nous fait pénétrer dans l’intimité d’un affrontement fratricide. Une bande dessinée indispensable.

Florent Calvez, American Tragedy. L’histoire de Sacco & Vanzetti, Paris, Delcourt, collection « Mirages », 2012, 112 pages, 14,95 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Au premier abord, l’idée d’adapter en bande dessinée (est-ce la première fois ?), l’histoire de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti est tout à fait bienvenue. Rappelons que ces deux personnages sont des militants anarchistes étatsuniens, d’origine italienne, condamnés à être exécutés pour attaque à main armée et assassinat, malgré leur innocence (déjà patente au moment des faits). Ils ont été réhabilités et innocentés en 1976, un demi-siècle après leur exécution sur la chaise électrique. Le scénario est celui d’une série de flash-back où un grand-père raconte à son petit-fils l’affaire telle qu’il l’a connue dans son jeune temps. Il connaissait personnellement Vanzetti, ayant lui-même été actif dans les milieux anarchistes de l’entre-deux-guerres. Le récit navigue donc entre le rappel des faits et le jeu de dames auxquels les deux narrateurs se livrent dans un parc new yorkais. Si la structure du récit n’a rien de bien particulier (aller-retour entre le passé et la période contemporaine), le dessin n’est pas non plus particulièrement remarquable. Certes les scènes de foules sont particulièrement bien rendues, de même que les vues éloignées (ainsi celle qui figure en couverture), mais se révèle grossier dès qu’il s’agit de saisir les personnages. Les têtes apparaissent mal dégrossies et approximatives. Si encore le découpage des cases offrait un travail de qualité, le lecteur pourrait y trouver un certain plaisir esthétique. Mais ce n’est pas le cas, produisant au final une expression dessinée de type standard et même tout à fait moyenne. A ces limites liées à l’objet lui-même s’ajoutent au moins deux autres aspects qui sont pour le moins fortement contestables. D’abord le parti pris (sur lequel l’auteur revient en postface), d’opposer le « bon » Vanzetti au « méchant » Sacco, sans doute coupable, non pas de l’assassinat pour lequel ils ont été condamnés, mais d’un braquage précédent. Aucun élément substantiel durant le procès n’a pourtant permis de démontrer cette réalité. Malgré les doutes subsistants sur le côté « brigand » de Sacco, Florent Calvez fait donc le choix de le charger, contre Vanzetti, totalement innocent, sans doute pour accroître l’intensité dramatique du scénario, mais au détriment des éléments historiques, ce qui entache naturellement la crédibilité de l’œuvre. A ce contestable parti pris à l’égard de la réalité historique, l’auteur ajoute un discours des plus contestables sur la nature de la solidarité et des engagements en faveur d’une cause. Constatant que certains se sont servis de la cause « Sacco et Vanzetti » pour des buts qui leur étaient propres, il fait dire au vieil homme, en fin de volume : « Ils sont devenus des symboles. Les gens qui ne les connaissaient pas avaient de la pitié, de la compassion pour eux, je suppose. Mais les types engagés, les militants, eux, s’en sont servis. Des deux côtés d’ailleurs. C’est le problème des symboles. Ça devient vite des drapeaux, et là, il y a toujours du dégât ». (p. 108). Cela l’amène à distiller une conception de l’anarchisme, dont ce courant ne ressort pas franchement grandi. A la question de son petit-fils qui lui demande s’il est toujours anarchiste, il répond : « Oui, mais après ça, autant te dire que je me suis toujours tenu éloigné des fédérations, partis et syndicats et tout le tremblement. Au mieux, ça fait des héros, des martyrs quand ça foire ». Ce à quoi le jeune répond, avec son bon sens: « C’est un truc que j’ai jamais compris : les gens prêts au sacrifice pour un idéal… Faut vivre d’abord pour soi et ses proches. On n’a qu’une vie ! Et faut surtout pas crever pour une cause ». Et son grand père d’enchaîner « Si tu dois te défendre, fais-le ! Mais pas pour les autres, pour toi! Faut jamais se laisser embrigader, jamais ! Anarchiste ou pas ! » (p. 109). Cette représentation de l’anarchisme (ou de l’action collective d’un point de vue plus large) n’honore guère, on en conviendra, un auteur qui la réduit ainsi à une philosophe spontanée de l’individualisme à tout crin. Autant de raisons pour ne pas s’attarder sur cette American Tradegy. Pour mieux saisir l’importance de cette affaire célèbre de solidarité internationale pour le mouvement ouvrier des années vingt, on lira par exemple l’ouvrage de Ronald Creagh, L’affaire Sacco et Vanzetti (Les Éditions de Paris, 2004) ou celui de John Dos Passos, Devant la chaise électrique. Sacco et Vanzetti : histoire de l’américanisation de deux travailleurs étrangers (Gallimard/NRF, 2009)1.

1Lire le compte rendu de ce livre sur notre revue électronique, n° 4, automne 2012, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2556

A. Dan [Daniel Alexandre], Maximilien Le Roy, Thoreau. La vie sublime, Bruxelles, Le Lombard, 2012, 88 pages, 20,50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

La bande dessinée n’est plus depuis longtemps un art mineur. La publication de cet opus consacré à Henry David Thoreau en constitue une illustration supplémentaire. Ce livre se présente comme une contribution dessinée à sa biographie. Si la plupart de ses textes sont disponibles en édition courante, en revanche, la personnalité du philosophe américain est moins connue. Cet ouvrage participe, à sa façon, à la découverte de l’individu. Henry David Thoreau est ce philosophe, écrivain et poète auteur du livre Walden ou la vie dans les bois, qui fait l’éloge de la vie au plus près de la nature. Ce livre est également le fruit de son expérience, puisqu’on découvre au fil de la bande dessinée que ce dernier a passé un temps substantiel dans les bois du Massachusetts, son État natal, dans les années 1850-1860 (il meurt en 1862). De cette vie proche de la nature, il en tire une philosophie de la non-violence, qu’il mettra en œuvre à l’occasion de la lutte contre l’esclavagisme (lequel fut aboli en 1865). Agréablement colorée, cette bande dessinée permet de suivre les principales étapes d’une vie engagée, qui le fit reconnaître, après sa disparition, comme une des sources importantes du courant anarchiste individualiste. On lira d’ailleurs avec intérêt l’interview de Michel Granger, professeur de littérature américaine à l’Université de Lyon, qui conclut le volume. Ce dernier fournit de précieuses pistes de compréhension du personnage et de sa pensée. Bref, un livre instructif et qui apporte de très nombreuses informations. Un seul regret, néanmoins, assez personnel, il faut en convenir. Autant le scénario de Maximilen le Roy – déjà auteur en 2011 d’un remarqué Dans la nuit la liberté nous écoute sur les combattants français aux côtés des communistes vietnamiens dans les années cinquante1 – est de bonne qualité, autant le dessin de A. Dan demeure assez frustre et comme inabouti. Malgré cette limite, cette bande dessinée permet une première approche, sensorielle et vivante, par l’exemple pourrait-on dire, des principales réflexions à propos de la lutte contre l’injustice et l’oppression.

1Maximilien Le Roy, Dans la nuit la liberté nous écoute, Bruxelles, Le Lombard, 2011, chroniqué par Christian Beuvain et Georges Ubbiali sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/2960

Olivier Cotte (scénario), Jules Stromboni (dessin), Le Futuriste, Paris, Casterman, 2008, 58 pages, 14,95 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le Futuriste est une bande dessinée qui prend place à la veille de la Première Guerre mondiale. Privilégiant un dessin crayonné, volontairement terne, majoritairement sépia, à l’image des sentiments de son principal protagoniste, elle se fait occasionnellement plus audacieuse, adoptant une démarche plus constructiviste et futuriste, justement, ainsi avec l’escalier de la page 9 qui s’enfonce dans les affres de l’éthylisme, ou sur cette planche de la page 26 qui met en parallèle coït et (petite) mort par artillerie moderne ; on aurait aimé voir cette démarche plus systématisée.

Luciano Salvatori, le héros, est un jeune peintre d’origine italienne, installé à Paris, qui côtoie Guillaume Apollinaire, Giorgio de Chirico et Pablo Picasso. Végétant dans une vie de bohème proche de la misère, il ne parvient pas à percer dans le milieu, malgré la confiance sans faille de sa compagne, la jeune et accorte Marie. Il est toutefois séduit par les vélléités proclamatoires des futuristes, et rencontre un généreux mécène, Kleki Channar, prêt à lui payer généreusement un travail de commande, visant à imaginer les guerres de l’avenir. Il se lance corps et âme dans cette sinécure, abandonnant au passage Marie, tombée enceinte, pour finalement découvrir, alors qu’il s’est exilé en Suisse, que ses créations sont les moules des nouveaux armements déployés pendant le conflit…

Outre cette déclinaison du pacte de Faust, avec une nouvelle incarnation de Lilith, et le tableau social du Paris de la « Belle époque », Le Futuriste se veut également hommage à la première science-fiction française, en l’occurrence celle d’Albert Robida (1848-1926), à la fois dessinateur et écrivain, auteur justement de La Guerre au vingtième siècle. Le pessimisme est en tout cas presque étouffant, illustration à la fois des potentialités autodestructrices de la modernité triomphante, d’une absence de confiance dans la nature humaine (« Il n’y a pas plus diabolique que l’activité de l’homme », p. 52) qui débouche sur un jugement légèrement moralisateur, et des cauchemars qu’allait engendrer ce court XXe siècle (« Dans peu de temps, de véritables usines à exterminer vont prendre le relais, conçues et construites par les hommes », p. 53), sans laisser le moindre espace à un réel espoir révolutionnaire.

Le désir de changement évoqué tout au long de l’histoire, qui s’incarne en particulier dans la fameuse représentation rejetée par le public du Sacre du printemps de Stravinsky par les ballets russes de Diaghilev, ne semble en effet se résoudre que dans la violence autosuffisante et entropique : « La jeune femme venait d’être mise à mort par la tribu pour célébrer et encourager le retour du printemps. (…) La destruction pour créer un nouvel âge… Ce dont nous rêvions, nous autres les futuristes » (p. 31). Sa phrase de conclusion sonne comme un pessimisme crépusculaire, mais hélas ! lucide : « Un peu partout dans le monde, des murs se dressèrent, des camps s’érigèrent » (p. 58).

Warren Ellis (scénario), Raulo Caceres (dessin), Captain Swing et les pirates électriques de Cindery island (Captain Swing and the Electric Pirates of Cindery Island), Paris, Bragelonne – Milayd, collection « Milady Graphics », 2012 (édition originale 2010), 15, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le britannique Warren Ellis est un des scénaristes de comics les plus réputés et les plus engagés de ces dernières décennies, à l’instar de son compatriote Alan Moore (V pour Vendetta, La Ligue des gentlemen extraordinaires). Surtout actif dans l’univers des super-héros, il est également romancier à ses heures perdues, et signe en outre des œuvres moins typées, comme ce Captain Swing. De ce patronyme légendaire donné à des briseurs de machines agricoles dans l’Angleterre de la première moitié du XIXe siècle, Warren Ellis a fait un véritable personnage précurseur, qui lutte pour l’émancipation du peuple et la fin de son exploitation. La force de ce Captain Swing vient de sa maîtrise de l’énergie électrique, déclinée dans des armes létales qui ne tuent – généralement – pas et dans un navire volant qui lui permet de se déplacer.

Au-delà du steampunk1, Warren Ellis s’inspire ici du capitaine Nemo de Jules Verne, mais également du romantisme révolutionnaire de William Morris (la défense de l’artisanat face à l’industrie aliénante et dépersonnalisante, aux échos très actuels2), couplé à la vision des pirates comme combattants libertaires (on pense aux travaux de Marcus Rediker3). Loin de tout manichéisme, le scénario met en scène une double opposition : celle du Captain Swing aux puissants, aux possédants qui restent dans l’ombre, et celle des policiers métropolitains émergents (les fameux bobbies) face à leurs précurseurs, les bow street runners, soumis à l’autorité des magistrats, souvent corrompus. Le dessin, qui alterne avec des pages de textes explicatives du contexte historique, privilégie des teintes volontairement sombres – l’action est exclusivement nocturne –, où la seule couleur est celle de l’électricité, ainsi que celle des entrailles des morts, une dimension légèrement sanglante. La prédominance de l’action s’inscrit graphiquement dans l’esprit des comic books.

Avec Captain Swing et les pirates électriques de Cindery island, Warren Ellis manifeste une confiance affirmée dans les potentialités de la science, le Captain Swing souhaitant la mettre à la portée de tous sans attendre, ce qui explique cette anticipation des découvertes liées à l’électricité. Cette absence de technoméfiance s’accompagne surtout d’une histoire qui laisse le lecteur sur sa faim, tant le potentiel seulement survolé de cet univers apparemment uchronique aurait mérité une série à part entière. L’énigme policière qui ouvre l’album est en effet résolue de manière assez sommaire, et l’allusion à la météorite qui aurait donné le pouvoir aux dirigeants de la société, surnommés les sélénites, véritable symbole du capital inhumain, n’est jamais explicitée dans le détail. On retiendra néanmoins cette matérialisation d’un mythe combattant, le costume de Captain Swing passant d’ailleurs de main en main, comme pour signifier la permanence de la lutte des opprimés.

2 On peut ainsi lire « Le savoir doit être libre » du Captain Swing comme un éloge des logiciels libres et d’un internet autogéré.

3Marcus Rediker, Pirates de tous les pays : L’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726), préface de Julius Van Daal, Paris, Libertalia, 2011 et en collaboration avec Peter Linebaugh, L’Hydre aux mille têtes : l’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire, Paris, éditions Amsterdam, 2008.

Maximilien Le Roy, Dans la nuit, la liberté nous écoute, Bruxelles, Le Lombard, 2011, 183 pages, 25, 5 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali et Christian Beuvain

Il faut tout d’abord souligner la qualité d’édition de cette bande dessinée. Inspirée du récit d’Albert Clavier, De l’Indochine coloniale au Vietnam libre (Indes savantes, 2008)[1], cet ouvrage bénéficie non seulement d’un avant-propos par le dessinateur, où ce dernier raconte les circonstances d’écriture du livre, et d’un court cahier photographique en fin de volume permettant de se familiariser avec les acteurs, Albert Clavier et Oanh, mais également d’un long entretien illustré d’une dizaine de pages avec l’historien Alain Ruscio. Cet éclairage historique permet au lecteur de découvrir le contexte général de la colonisation et de l’impérialisme français en Indochine. L’histoire racontée par Maximilien Le Roy[2] commence en 1943, en France occupée, par une manifestation au son de l’Internationale contre l’occupant nazi à laquelle le tout jeune Henri participe, contre l’avis de son frère aîné qui a déjà rejoint les rangs de la Résistance. Après la guerre, Henri s’engage et est envoyé en Indochine. Sa motivation ? S’éloigner de la misère familiale et partir à l’aventure. D’où le choix de la « coloniale » et l’attrait du voyage. Il déchante rapidement à l’occasion d’une halte à Djibouti lors de sa traversée en direction de l’Indochine. Ce qu’il découvre durant l’escale dans une colonie n’a pas grand-chose à voir avec la mission civilisatrice rabâchée sur les bancs de l’école. Le racisme le plus cru des « petits blancs » l’atteint profondément, au même titre que la misère qui submerge le quartier indigène. Son unité est affecté à Lang-son, à la frontière chinoise. Il y fait la connaissance d’un jeune vietnamien, professeur de français, Bat. Lequel Bat se révèle, par la suite, être un militant du Vietminh[3]. La réalité de la guerre coloniale l’amène à prendre la décision, qui va faire basculer son existence toute entière. Il décide de déserter, en s’appuyant sur les réseaux de Bat, et de rejoindre l’ennemi. Sans jamais prendre les armes contre l’armée française, il  partage pendant de longs mois le sort des combattants vietminh, avant d’accepter de s’occuper du contact avec les soldats français prisonniers dans les camps du vietminh[4]. Devenu commandant de l’armée populaire vietnamienne, une fois la défaite française consommée, il s’occupe de la presse du Vietnam indépendant, en devenant journaliste et photographe à la revue Vietnam en marche.     Parlant vietnamien, il est parfaitement intégré à la société, y fondant un foyer, même s’il ne se sent guère à l’aise dans la vie politique de ce nouvel État. Finalement il finit par quitter le Vietnam. Mais, condamné à mort par contumace en 1950 comme déserteur, il ne peut pas rentrer en France, immédiatement, séjournant alors dans les pays de l’Est. Finalement, en 1966, une loi d’amnistie est votée qui lui permet de rentrer dans l’hexagone en 1968. C’est cette histoire exceptionnelle que raconte ce récit aux tons olivâtres. Selon Alain Ruscio, ils furent plusieurs dizaines à avoir ainsi franchi le cap du ralliement à l’ennemi. Parmi ceux qu’on appelait les « soldats blancs de Hô Chi Minh »[5], on compte également des Maghrébins[6] et des Allemands antifascistes[7] qui avaient rejoint la Légion pour combattre le nazisme. Sur les rayonnages des bibliothèques, cet album rejoint l’intégrale de Franck Giroud et Lax, Les Oubliés d’Annam[8] qui raconte également cette épopée de militants communistes étrangers ayant rallié la cause du communisme vietnamien.


[1]    Cette bande dessinée, l’inspirateur ne la lira pas, car il mourut quelques mois avant la fin de sa réalisation.

[2]    Maximilien Le Roy est également l’auteur de la BD Faire le Mur (Casterman, 2010), l’histoire vraie d’un réfugié palestinien qui, par passion amoureuse, franchit le mur qui marque la frontière avec la Cisjordanie, ainsi que d’un hommage à David Thoreau, La Vie sublime (Le Lombard, 2012).

[3]    Le Vietminh est l’organisation politique vietnamienne, créée en 1941 par le Parti communiste indochinois, dont le but était l’indépendance du Vietnam. Ses leaders sont Hô Chi Minh et le général Giap.

[4]    On ne peut que rapprocher cette histoire de celle de Georges Boudarel : lire son Autobiographie, Paris, Éditions Jacques Bertoin, 1991, 439 p.

[5]    Jacques Doyon, Les soldats blancs de Hô Chi Minh, Paris, Fayard, 1973, 521 p.

[6]    Dans son ouvrage Poussières d’empire, Nelcya Delanoe évoque ces Marocains passés au Vietminh (PUF, 2002, 222 p.).

[7]    On peut lire l’histoire de ces ralliés intellectuels et communistes de langue allemande, qui ont fui le nazisme, ont combattu dans les rangs vietminh puis sont partis s’installer dans les pays de l’Est, dans l’étude de Heinz Schütte, « Les Doktors germaniques dans le Viet Minh », Aséanie, n° 15, vol. 15, 2005, p. 61-85, ou sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/asean_0859-9009_2005_num_15_1_1846

[8]    Franck Giroud, Lax (Christian Lacroix), Les Oubliés d’Annam, Luçon, Éditions Dupuis, coll. « Aire libre », 2000, 118 p. Comme dans l’article de Heinz Schütte et l’ouvrage de Jacques Doyon, on retrouve la figure mythique de Erwin Borchers dit Chien Sy ou Chen Si (Le Combattant), devenu commissaire politique et lieutenant-colonel du Vietminh, après avoir créé une cellule communiste au sein de la Légion étrangère !

Mark Millar (scénario) / Dave Johnson / Kilian Plumkett (dessin), Superman Red Son, St-Laurent-Du-Var, DC Comics / Panini France, 2010 (2003 pour l’édition originale), 250 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tout le monde connaît Superman, ce mythe moderne né aux lendemains de la crise de 1929 comme pour réaffirmer la confiance de l’Amérique en elle-même, et qui a su se renouveler jusqu’à aujourd’hui sous forme des traditionnelles bandes dessinées, mais également en format télévisuel et cinématographique. Parmi ces nombreuses déclinaisons, celle de Superman Red Son est assurément une des plus originales. Dans la trame temporelle imaginée par Mark Millar, en effet, la capsule kryptonienne transportant le bébé qui allait devenir Superman, au lieu de s’écraser dans le Kansas, chute à proximité d’un kolkhoze ukrainien. L’homme d’acier (amusant parallèle avec la signification de Staline) se retrouve donc fils du peuple, au service de l’URSS et de l’idéal communiste.

Plusieurs niveaux de lecture sont proposés. Le premier, qui s’adresse aux amateurs du genre super-héroïque, permet de découvrir des personnages emblématiques de l’écurie DC Comics sous un angle uchronique inédit. C’est ainsi que Loïs Lane est ici mariée à Lex Luthor, que Jeremy Olsen est un agent de la CIA, que The Green Lantern est une arme de destruction massive au service du gouvernement étatsunien, que Wonder Woman est devenue une alliée de la super URSS, que Brainiac, ennemi historique de Superman, en devient le bras droit, ou que Batman incarne le désir de liberté des Soviétiques (le fait d’ajouter une chapka à son masque frisant tout de même le ridicule !). L’aspect visuel est d’ailleurs un des éléments les plus réussis de l’album, avec les traditionnels affrontements au sommet et quelques clins d’œil savoureux : au-delà du logo porté par Superman sur le torse, remplacé par la faucille et le marteau, on peut citer la planche sur laquelle le super-héros évite un accident ferroviaire, faisant de lui le véritable mécanicien de la locomotive de l’histoire (sic).

Le second niveau de lecture, le plus intéressant, est de voir ce que Superman fait au service d’une autre idéologie et d’apprécier l’histoire alternative du monde qui en résulte. Malheureusement, c’est sur ce point que le scénario s’avère le plus faible. L’URSS et le communisme qu’elle est censée défendre apparaissent en effet comme une véritable coquille vide : aucune analyse n’est faite du système politique ou économique réellement existant, et le plus étonnant, c’est que Superman, en dépit de ses pouvoirs extraordinaires, ne découvre pas le fossé entre les idéaux généreux proclamés par la bureaucratie, en lesquels il semble sincèrement croire, et la réalité qui en est aux antipodes. Même Staline, malgré un caractère libidineux exacerbé et de nombreux enfants cachés (l’un d’eux étant même prévu pour lui succéder, ce qui ressemble bien peu au véritable Staline), est présenté sous un jour presque sympathique, en tout cas moins cynique et impitoyable que son alter ego réel. Par contre, aucune trace des autres grands dignitaires du régime. On ne comprend pas non plus les raisons qui semblent pousser la grande majorité des pays du globe à rejoindre le camp soviétique.

L’évolution de l’URSS à partir du moment où Superman en prend directement les rênes dévoile d’ailleurs plus clairement l’image de l’idéologie communiste que semble avoir Mark Millar, pur produit du contexte étatsunien de guerre froide. Le monde d’une perfection glacée et utilitaire que Superman met en place, véritable mécanique imposée d’en haut, évoque en effet fortement celui de Big Brother, enrichi de l’apport des neurotechnologies, loin, très loin, de toute émancipation des travailleurs par eux-mêmes. Par-là, Mark Millar semble avoir voulu non seulement rendre hommage à Orwell, mais également renvoyer dos-à-dos URSS totalitaire et États-Unis dirigés par Lex Luthor, pays au sein desquels la démocratie semble n’être qu’un alibi et la liberté LE bien précieux entre tous qu’il s’agit de conserver ou de (re)conquérir ; les États-Unis du Patriot Act sont probablement directement visés par ce dénouement. La relecture finale des origines de Superman, qui remplace la version traditionnelle par une boucle temporelle, s’avère toutefois aussi artificielle qu’inutile, tandis que la facilité que Superman a d’être dupé ou trompé en fait finalement quelqu’un plus humain que véritablement surhumain…