Archives par étiquette : Années 1968

Joëlle Le Marec, Mimmo Pucciarelli (sous la direction de), La presse alternative : entre la culture de l’émancipation et les chemins de l’utopie, Lyon, Atelier de création libertaire, 2013, 396 pages, 18 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre rassemble les interventions du colloque réalisé début janvier 2012 à Lyon, et entend participer « d’un effort collectif pour développer un espace contemporain de la réflexion sur la presse alternative qui assume une condition profondément contradictoire et vivante » (p. 11). Dans la mesure où n’a pas été préalablement défini le spectre de la presse alternative et où l’angle privilégié a été celui d’expériences spécifiques, cet essai offre un large tour d’horizon thématique, centré sur la France, même si quelques articles abordent la situation allemande et italienne, avec quelques échappées vers le 19e siècle.

Les premiers chapitres concernent l’archivage et plus spécifiquement l’expérience de la Fanzinothèque à Poitiers, de la BDIC à Nanterre, du CIRA à Lausanne et de la bibliothèque municipale de Lyon. Les chapitres suivants constituent autant d’études de cas, nous faisant voyager de revues autour de la médecine alternative jusqu’à la presse des radios pirates, en passant par les journaux lycéens, Actuel, plusieurs publications lyonnaises et même le Monde Diplomatique (dans lequel Flavie Holzinger souligne l’utilisation de reproduction de tableaux artistiques comme outils de lutte (p. 337-338)). Si la presse alternative, dans son ensemble, a connu en France une explosion dans les années 68 – en lien aussi avec l’apparition des Béruriers noirs et du rock alternatif pour ce qui est des fanzines (p. 28-29) –, deux articles analysent la question au 19ème siècle. Roger Bautier situe l’enjeu de la presse socialiste, qui « va devoir se poser la question de l’écriture destinée au grand public à partir de l’apparition, au cours du Second Empire, de la « petite presse » » (p. 81). De son côté, dans une très intéressante intervention, Bérengère Kolly étudie le premier journal collectif féministe, issu du mouvement saint-simonien, La Femme libre. Il « ouvre un espace nouveau, inédit, d’expression, d’affirmation et de revendications, ailleurs inenvisageable », faisant ainsi effraction – « effraction, qui prend le nom de sororité » – au sein de la société masculine (p. 158). La presse alternative lyonnaise est évoquée à travers des publications du mouvement homosexuel et lesbien des années 1970 et Cosmopolis dans la première moitié des années 1980, qui témoigne de « l’intrication entre une inclinaison antimilitariste et le soutien aux populations immigrés, organisées autour de pôles associatifs plus ou moins institutionnalisés » (p. 185). Antoine Idier, pour sa part, insiste sur la dynamique de « prise de parole » dans le mouvement homosexuel et lesbien dont la spécificité consiste à vouloir fonder une pratique politique collective fondée sur un « vécu homosexuel » (p. 150).

Deux articles sont consacrés à la presse de l’Autonomie italienne ; le premier à Lotta Continua (revue du mouvement du même nom) et le second à la presse de l’autonomie « désirante ». Raffaello Doro met en évidence la triple originalité de Lotta Continua : le fait de « s’adresser aux marginaux des différentes couches sociales, considérés comme sujets révolutionnaires dans la stratégie du groupe » (p. 254) ; « le recours au langage parlé et aux anecdotes des ouvriers » (p. 255) ; et « le constant usage des photographies et des photomontages » (p. 259). Pierre Sommermeyer revient sur son propre itinéraire depuis La lettre des objecteurs jusqu’à Divergences, en passant par Réfractions (ces deux derniers ancrés dans le courant libertaire). De son témoignage stimulant ressort cet « acte de « croyance » dans la force de l’écrit » (p. 230) pour quiconque se lance dans la création d’une publication. Laurence Corroy s’intéresse quant à elle à la presse lycéenne, qui demeure confrontée à trois thématiques, sources de tensions voire de censure : l’engagement politique, la critique de l’Éducation nationale et le sexe (p. 199). Manus McGrogan analyse la revue Tout ! à laquelle il a d’ailleurs consacré une thèse1. Situé « à l’interface du gauchisme politique et du gauchisme culturel » (p. 352), révélateur du « moment de fusion et de friction » de divers courants (p. 358), le journal se situerait « sur la frontière qui sépare un journal d’organisation d’un journal de contestation globale et de contre information » (p. 359). Notre collaborateur, Vincent Chambarlhac, poursuit ses recherches sur Les révoltes logiques et sa « politique de l’archive par la révolte » (p. 362). Il souligne et la proximité et la spécificité de l’histoire par le bas qu’opère la revue à laquelle Jacques Rancière participait, par rapport aux travaux de l’historien britannique E.P. Thompson et au collectif Forum-histoire (p. 367).

Au bout du compte, il s’agit donc d’un ouvrage de qualité, riche et varié, qui a largement réussi son pari de participer d’une réflexion complexe sur la presse alternative.

1Celle-ci doit être publiée prochainement.