Actualités de Dissidences

Compléments en ligne du volume Sexualités en révolutions XIXe-XXIe siècles

  • La résurrection d’Alexandra Kollontaï ?, (seconde partie du travail de Jean-Guillaume Lanuque sur cette révolutionnaire).

Pour le volume 15 de Dissidences, « Sexualités en révolutions », nous avons mené à bien une analyse de la postérité d’Alexandra Kollontaï, de ses actions et surtout de ses écrits, entre l’année de sa mort, au début des années 1950, et la fin des années 1968. Toutefois, au-delà des inévitables contraintes quantitatives induites par la préparation d’un ouvrage collectif, il nous semblait intéressant de poursuivre ce travail jusqu’à aujourd’hui, ce que nous proposons dans le cadre de cette étude uniquement disponible en version numérique, sur le blog de Dissidences : un moyen de compléter et d’accompagner la sortie de ce volume 15. Lire la suite ici …

  • Compte rendu du livre de Thomas Bouchet Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours, par Jean-Guillaume Lanuque.

Thomas Bouchet, maître de conférence à l’université de Bourgogne, avait déjà par le passé porté sur le champ politique un regard original, celui de l’usage des insultes, à la fois par l’organisation (juin 2004) d’un colloque sur le sujet et par la rédaction d’un livre, Noms d’oiseaux. L’insulte en politique de la Restauration à nos jours (Stock, 2010). Avec ce nouvel essai, il souhaite explorer les liens entre socialismes et sensualité, cette dernière étant comprise comme jouissance des cinq sens, afin « (…) d’écrire une histoire insolite des socialismes » (p. 18). Lire la suite ici …

Nos comptes rendus hebdomadaires

 

Le lecteur ne peut que se réjouir de voir (enfin) paraître un ouvrage de synthèse, en français, sur le bref épisode révolutionnaire hongrois (mars-août 1919). En effet, en dehors de la thèse de Dominique Gros, la bibliographie courante en français est quasi-vierge. A la principale réserve que ce livre ne consacre que trente pages (le seul et ultime chapitre 7 du livre, p. 189-219) à l’épisode conseilliste, l’ouvrage militant de Julien Papp comble indéniablement un manque. Lire la suite ici …

 

Voilà un ouvrage littéralement passionnant, une magistrale étude sur Paris au XVIIIe siècle, à la fois vivante, riche en détails et en anecdotes significatives, et stimulante, nourrissant la réflexion quant aux origines des processus révolutionnaires1. David Garrioch, universitaire australien, propose en réalité une forme de synthèse de travaux récents, tout en apportant ses propres contributions, ses propres déductions. Lire la suite ici …

On s’en souvient peut-être, au moment de la campagne présidentielle de 2012, le candidat socialiste François Hollande s’était rendu à Florange, cette usine de la sidérurgie rachetée quelques années plus tôt par l’entreprise indienne Mittal et menacée de fermeture. Le candidat avait alors promis qu’il ferait tout pour que le site ne ferme pas, Lire la suite ici …

 Claudio Sergio Ingerflom est un chercheur aguerri, spécialiste de l’histoire de la Russie et de l’URSS. Dans cette nouvelle étude, marquée par une érudition pointue, une prose exigeante et l’utilisation de sources nombreuses et cosmopolites, il se penche sur l’histoire longue de la Russie, et sur un phénomène selon lui constitutif de la construction nationale, l’auto-nomination, obstacle au succès d’un processus de modernisation politique. Lire la suite ici …

Notre billet spécial : Révolutionnaires en Seconde Guerre mondiale

 

POUR INTRODUIRE
Longtemps encore après la Seconde Guerre mondiale, gaullistes et communistes eurent tendance à occulter le rôle des autres forces ou courants politiques dans la lutte contre l’occupant allemand et les collaborateurs. Or, il y eut une résistance socialiste, comme il y eut des militants d’extrême gauche qui luttèrent contre les nazis et Vichy. Certes, la résistance de ces derniers fut moins patriotique qu’antifasciste, elle se déroula parfois hors des grands réseaux. Mais ces hommes et ces femmes firent eux aussi preuve d’efficacité et de courage, parfois jusqu’au sacrifice ultime. Ce fut le cas du trotskyste Marcel Hic, le secrétaire du POI (Parti ouvrier internationaliste), mort en déportation ou de son camarade David Rousset. Ce dernier, ayant survécu miraculeusement à la déportation, donna un des premiers témoignages sur les camps de concentration, L’Univers concentrationnaire1.
Les anarchistes, français ou espagnols, ont également joué un rôle important. Certains rejoignirent la résistance armée. D’autres, connaissant bien les lieux de passage dans les Pyrénées, sauvèrent nombre de Juifs ou d’aviateurs anglais pourchassés. Le plus connu de ces anarchistes résistants est sans doute Jean-René Saulière (alias André Arru)2.
En 2002, nous avions consacré le n° 12-13 de notre revue papier Dissidences (1ère série) aux « Révolutionnaires en Seconde Guerre mondiale ». Plusieurs contributions tentaient des synthèses sur les divers courants de l’extrême gauche actifs à cette époque : anarchistes, trotskystes, bordiguistes et pivertistes. Dans le prolongement de ces travaux, nous publions sur notre blog la biographie inédite, éclairage précieux, par Eric Panthou, d’un militant issu du socialisme révolutionnaire, Pierre Bernard, adhérent du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP) avant la guerre, scission de la SFIO, dont le militant le plus connu était Marceau Pivert. Ils furent de ceux qui fondèrent ensuite L’Insurgé (Lyon, 1940). Nous profitons de l’occasion pour republier deux des contributions de ce n° 12-13 (épuisé), de Thierry Hohl d’abord, « « Pivertistes » en résistance » et de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles ensuite, « Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale ». Deux liens renvoient aux comptes rendus de polars qui abordent ces questions au travers de procédés narratifs fictionnels, celui de Roger Martin, Dernier convoi pour Buchenwald (2013) et celui de Marek Corbel, Les Gravats de la rade (2015).
Jean-Paul Salles (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)
1 Publié en décembre 1945 et en janvier-février 1946 par La Revue internationale, repris par les Éditions de Minuit en 1965, aujourd’hui disponible chez Hachette Littératures, Collection Pluriel.
2 Voir sa biographie dans le Maitron, tome 1 (nouvelle série 1940-mai 1968), p. 202-203, également en ligne sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article10285, ainsi que sa notice du Dictionnaire des anarchistes, sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155119

Biographie de Pierre Bernard : Du syndicalisme révolutionnaire chez Michelin à la tête du syndicat national des ingénieurs FO

Par Eric Panthou

* Les « pivertistes » en résistance

Par Thierry Hohl

Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale

Par Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

 

 

NOUVEAU !

1) Dorénavant, certains de nos comptes rendus (ou billets) sont suivis d’un entretien avec l’auteur de l’ouvrage, qui en précise ainsi la genèse et/ou ses objectifs. Après Fanny Bugnon (ici) qui entame cette série, vous pouvez lire des entretiens avec les spécialistes de l’URSS et/ou du communisme que sont Alexandre Sumpf (ici), Eric Aunoble (ici) et Georges Vidal (ici), les romanciers Marek Corbel (ici), Patrick Pécherot (ici) et Sylvain Pattieu (ici). 

2) Le Coin des revues remplace désormais l’ancienne Revue des revues : suivez ce lien. 

Nos comptes rendus récents

Dans une collection de bande dessinée consacrée à des femmes remarquables, il était tout à fait logique d’y trouver un volume consacré à la figure de la Pasionaria. Pour mémoire, rappelons que cette dirigeante du Parti communiste espagnol durant la guerre civile fut l’auteur du célèbre slogan « No Pasaran » (Ils ne passeront pas, les franquistes), devenu mot d’ordre du camp républicain. Lire la suite ici … 

 

 

Dès les premières pages et le beau poème, « Dimanche, l’esprit de Brecht revisité », on est fixé ; il sera question de poésie, en prise avec la futilité des dimanches, l’ivresse des voyages, de l’amour et du reste, et le détraquement du monde. Lire la suite ici …

 

Ce livre édité par la Société des amis de Régis Messac reprend un travail réalisé par l’auteur pour la revue Nouvel âge, d’Henry Poulaille, et paru début 1939. Écrit dans un style fluide et vulgarisateur, il s’agit d’un tableau de l’histoire mondiale basé sur une optique matérialiste, de l’origine de la Terre à l’âge industriel, insistant sur l’évolution de la pensée. [Nous rééditons cette recension, parue précédemment sur notre ancien site]. Lire la suite ici … 

 

Régis Messac est un des grands noms de la première science-fiction française, dite « merveilleux scientifique », auteur de deux romans importants dans les années 1930, Quinzinzinzili et La Cité des asphyxiés. Mais il fut aussi un penseur prolixe, réfléchissant à l’enseignement (A bas le latin !) ou à l’évolution du monde (Brève histoire des hommes, que nous avions chroniqué sur notre ancien site et que nous rééditons en complément de cette recension). Lire la suite ici …

 

Sam Eastland est le pseudonyme choisi par l’écrivain britannique Paul Watkins pour signer ce roman, premier d’une série mettant en scène l’enquêteur Pekkala dans l’URSS de Staline. Cet épisode séminal nous transporte donc en 1929, alors que Pekkala purge une peine de 30 ans de camp. Il est sorti de sa détention en Sibérie afin de mener à bien une mission bien particulière : élucider le mystère de l’exécution des Romanov. Lire la suite ici …

 

 

 

Ce petit ouvrage d’Eric Aunoble, historien remarqué en particulier par son livre sur « Le Communisme, tout de suite ! ». Le mouvement des Communes en Ukraine soviétique (1919-1920), se penche sur la perception de la révolution russe en France. Il s’agit donc d’une synthèse qui se pense en même temps comme une invitation à reprendre les études sur la période 1917-1921. [Ce compte rendu est suivi d’un entretien avec Eric Aunoble]. Lire la suite ici …

 

 

Cet ouvrage se présente comme la publication de la première partie d’une thèse d’histoire, soutenue à l’EHESS en 2007. Il s’agit donc d’un travail de première main, sur la base d’archives abondantes, présentées en fin de volume, ainsi que d’une bibliographie en grande partie constituée d’ouvrages en langue russe. Comme à leur habitude, les éditions Les Nuits rouges offrent une édition très soignée, agrémentée de la reproduction de quelques documents. [Version remaniée d’un précédent compte renduLire la suite ici …

Jaune Berlin – dont le choix de teinte s’explique par la volonté de compléter le spectre des trois couleurs primaires – conclut la trilogie de La Guerre des amants entamée avec Rouge révolution et poursuivie dans Bleu Bauhaus. Là où les deux premiers tomes se suivaient à quelques années d’intervalle seulement, Jaune Berlin se déroule vingt ans plus tard, en 1945. Lire la suite ici …

 


Cette jeunesse allemande dont il est question dans le titre du film, c’est celle qui au début des années 60 ne s’identifie plus à la jeunesse de ses pères. Ces derniers sont illustrés par un extrait d’actualité de la fin de la période nazie où Adolf Hitler tapote la joue d’un adolescent des Jeunesses hitlériennes qui mourra quelques jours plus tard lors de l’assaut final de Berlin par les troupes soviétiques. Lire la suite ici …

 

Matthieu Renault, qui avait déjà livré par le passé une étude sur Frantz Fanon, s’est intéressé à une figure bien moins connue en terre française, celle de Cyril Lionel Robert James (1901-1989), que l’on retient principalement pour son ouvrage Les Jacobins noirs, consacré à la révolution haïtienne, voire, en ce qui concerne les plus « trotskologues », pour ses discussions avec le « Vieux » [Léon Trotsky] sur la question noire. Lire la suite ici …

 

 

Dans les milieux d’extrême gauche, Herman Gorter (1864-1927) est surtout – voir uniquement – connu pour la polémique qui l’a opposé à Lénine en 1919. Ainsi, La maladie infantile du communisme (1920) prend notamment pour cible la brochure La révolution mondiale (1919) de Gorter. (…) Mais Herman Gorter est aussi un grand poète dont l’œuvre, devenue un classique aux Pays-Bas, « ouvre la poésie néerlandaise à la modernité ». Lire la suite Ici …

 

Dans la catégorie des beaux livres sur le communisme, nous avions déjà évoqué Sous les plis du drapeau rouge1 ou Sous le signe de l’étoile rouge. La Lutte continue est relativement différent, puisqu’il s’agit d’une sélection de photographies réalisées au cours de la première décennie du XXIe siècle, par un journaliste ayant collaboré à des titres réputés internationalement. Lire la suite ici …

Pour les militants des différents courants trotskystes les plus au fait de leur passé historique, le nom de Leonid Eitingon, certes moins célèbre que celui de Ramon Mercader, n’en résonne pas moins à leur esprit d’une lugubre façon. Il s’agit en effet du maître d’œuvre de l’assassinat de Léon Trotsky orchestré par le pouvoir soviétique stalinien. Ramon Mercader fut la main qui frappe et Leonid Eitingon, son recruteur, en fut le pilote, l’organisateur sur le terrain. Lire la suite ici …

 

Jean-Marc Ligny (né en 1956) est un auteur confirmé de science-fiction. Ayant débuté à la fin des années 1968, il a touché à toutes les déclinaisons du genre, space opera, cyberpunk, et même littérature jeunesse. Avec AquaTM, il revenait justement à la littérature dite adulte, en reprenant le sujet d’un roman paru en 1993 au Fleuve noir, Aqua, pour le développer de manière significative, sa taille étant pratiquement multipliée par cinq. Ce faisant, Jean-Marc Ligny inaugurait ce qui allait devenir sa « trilogie climatique ». Lire la suite ici …

 

 

Il faut se féliciter de l’important travail autour de la Commune de Paris mené par les éditions Libertalia qui, après avoir publié la somme de Robert Tombs, Paris, bivouac des révolutions (voir le compte-rendu sur notre blog), met en circulation ces Notes, initialement parues en 1971 chez Payot (puis rééditées en 1984 par Spartacus). Lire la suite ici …

 

Cuba, une révolution est la publication d’une partie de la thèse soutenue en 2012 par Vincent Bloch, chercheur de l’EHESS, que nous avions précédemment évoqué à l’occasion d’un de ses articles paru dans la revue Communisme1. Souhaitant aller à rebours des mythologies pro ou anti construites autour de la révolution cubaine, il revient dans cette étude touffue principalement sur la mise en place du nouveau pouvoir. Lire la suite ici …

 

 

Ce livre revient sur les grèves quasi-insurrectionnelles de l’été 1932 dans la région du Borinage, en Belgique, dont il analyse les spécificités, notamment en termes de classe sociale et de positionnement politique ; développement d’un prolétariat mobile, semi-rural et combatif, devenu au cours du début du XXe siècle un fief du Parti ouvrier belge (POB), affilié à l’Internationale socialiste. Lire la suite ici …

 

 

L’historien Sylvain Pattieu, maître de conférences à Paris VIII, s’impose aussi désormais comme un écrivain talentueux avec Des Impatientes, Avant de disparaître ou Beauté parade1. Délaissant en apparence ces « romans vrais », il a choisi cette fois de créer un récit de piraterie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il le fait avec brio et style. [Ce compte rendu est suivi d’un entretien avec Sylvain PattieuLire la suite ici …

 

Comme il est précisé dans l’utile préface de Sebastian Budgen, ce livre de Chris Harman a été publié initialement en anglais en 1982. Il est édité en français sans modification, ce que l’on ne peut que regretter au vu de l’avancée des connaissances historiographiques, qui auraient au moins nécessité une actualisation des références bibliographiques citées2. Chris Harman (1942-2009), dirigeant du SWP (Socialist Workers Party) anglais, livre ici un « récit critique écrit par un militant révolutionnaire pour des militants révolutionnaires ». Lire la suite ici …

 

Cet essai biographique, parsemé de nombreuses citations, s’attache avec beaucoup d’empathie à la figure de l’écrivain roumain de langue française, Panaït Istrati (1884-1935). Au fil des pages, on suit ainsi son parcours de Braïla à Paris, en passant par l’Égypte, l’URSS… et même Conflans-Sainte-Honorine, lieu de naissance de l’auteur, Jacques Baujard, tant celui-ci s’est impliqué, engagé dans ce livre, écrit au présent de l’amitié et de la lutte. Lire la suite ici …

 

En ce centenaire du premier embrasement mondial, nombreux sont les témoignages réédités, et en ce qui concerne ceux qu’on nomme les « gens du commun » mobilisés, celui de Louis Barthas1 est assurément un des plus connus. La démarche des éditions Plein Chant2 est d’autant plus méritante, car le livre de Louis Hobey, publié initialement à la Librairie du Travail en 1937, s’impose comme un regard de première importance. Lire la suite ici …

 

On ne peut que souligner l’excellent travail de traduction entrepris par les éditions Science marxiste, avec ce nouveau volume de Paul Frölich (on trouvera sur ce blog et dans notre revue électronique les comptes rendus de ses autres livres, Autobiographie1 et Impérialisme, guerre et lutte de classes en Allemagne, 1914-19182). D’autant que ce livre est, pour la compréhension de la révolution allemande de 1918-1920, aussi important que l’Histoire de la Révolution russe de Trotsky l’est pour le cas soviétique. Lire la suite ici …

 

Le travail de Thomas Chopard, doctorant à l’EHESS, s’inscrit dans une approche de la révolution russe par la base, à travers des études de cas, qu’elles soient sociologiques, thématiques ou nationales. Ce qui constitue véritablement le sujet de ce livre, basé sur une large bibliographie et un travail dans les archives (en Ukraine, Russie, États-Unis, Suisse et France), c’est la population, et les souffrances qui furent les siennes durant les années de guerre civile. Lire la suite ici …

 

 

L’édition ce Master s’inscrit dans la lignée des travaux qui, depuis quelques années (Vincent Chambarlhac-Romain Ducoulombier1, Emmanuel Jousse2, notamment) visent à réintégrer – l’oubli historiographique régnant plutôt sur ces questions – l’action des socialistes réformistes d’avant la Première Guerre mondiale dans l’histoire du socialisme. Lire la suite ici …

 

L’ouvrage dirigé par Christine Bard nous propose de revenir sur les (mouvements) féministes de la Troisième République, parents pauvres de l’historiographie du féminisme. En fait, l’introduction précise que les études portant sur cette période ont surtout été menées sous le prisme marxiste du mouvement ouvrier mais que la « nébuleuse réformatrice » a été quelque peu oubliée voire dénigrée car qualifiée de bourgeoise. Lire la suite ici …

 

Une Alliance improbable est le complément du précédent livre de Georges Vidal, L’Armée française et l’ennemi intérieur1, issu comme ce dernier du travail réalisé dans le cadre d’une HDR [Habilitation à diriger des recherches]. Cette fois, c’est à la politique extérieure que l’auteur s’intéresse particulièrement, en mettant à profit des sources similaires, ainsi des articles de La France militaire, et surtout des rapports rédigés par les militaires envoyés en URSS dans les années 1930, fort peu connus.[Ce compte rendu est suivi d’un entretien avec Georges VidalLire la suite ici …

Quatre ans après la publication d’une biographie et de ses œuvres (voir le compte-rendu sur notre blog), les éditions La Découverte reviennent avec des inédits de Frantz Fanon. Divisé en cinq parties thématiques – théâtre ; psychiatrie ; politique ; publication ; et bibliothèque – cet essai pourvu d’un important travail critique et d’une introduction générale ainsi que d’une introduction spécifique à chaque partie, est centré sur « les notes cliniques et les analyses sur les phénomènes de l’aliénation colonialiste vue au travers des maladies mentales ». Lire la suite ici…

 

 

Et si on s’intéressait à la Commune de Paris par le biais de portraits de femmes qui y ont participé ? Telle est l’ambition de cet ensemble de bandes dessinées1, sous l’égide du scénariste confirmé Wilfrid Lupano, le dessin étant confié à chaque fois à un dessinateur (ou une dessinatrice) différent(e). Lire la suite ici …

A priori, on ne peut que se réjouir qu’un film (relativement) grand public aborde la question de l’anarchisme. Dotée d’acteurs au renom certain (Tahar Rahim, Angèle Exarchopoulos, remarquée dans le film d’Abdellatif Kechiche, La vie d’Adèle, 2013), cette fiction signée Élie Wajeman se déroule à la fin du XIXe siècle, le point de vue choisi par le réalisateur étant celui de la police, donc de l’État et de ses forces de répression, très actives à l’époque contre le mouvement anarchiste. Lire la suite ici …

 

 

Patrick Pécherot, un auteur de polar confirmé, dont nombre de romans s’inscrivent dans un arrière-plan historique très politique (citons L’Homme à la carabine sur la bande à Bonnot, ou La Trilogie parisienne dans l’entre-deux guerres), a choisi d’évoquer la Commune de Paris dans son nouveau livre, Une Plaie ouverte. [Ce compte rendu est suivi d’un entretien avec PatrickPécherotLire la suite ici…

 

 Les billets récents

Apocalypse, Staline : Une histoire en miettes ? A propos du documentaire de Isabelle Clarke et Daniel Costelle, Apocalypse Staline : I. Le Possédé, II. L’homme rouge, III. Le maître du monde, trois fois une cinquantaine de minutes (France 2, mardi 3 novembre 2015, 20h 55).

Par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Susan Weissman, Dissident dans la révolution. Victor Serge, une biographie politique. « Le cap est de bonne espérance », Paris, Syllepse, 2006 (2001 pour l’édition originale), 484 pages, 25 €.

Par Jean-Guillaume Lanuque

 

 

 Charlie Hebdo

 

* Nous condamnons avec la plus extrême fermeté l’ignoble attentat du mercredi 7 janvier 2015, perpétré par deux « djihadistes » français contre la rédaction de ce journal satirique, iconoclaste et blasphématoire. Les dessinateurs-caricaturistes Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski, l’économiste Bernard Maris, la chroniqueuse Elsa Cayat ainsi que cinq autres personnes sont abattus froidement à la kalachnikov, « pour venger le prophète Mohammed » ; (cinq autres personnes dont quatre ressortissants juifs sont ensuite abattus le jeudi 8 janvier par un autre « djihadiste » français, complice des deux premiers).

* Les différentes composantes de l’extrême gauche, comme toutes les autres forces politiques, n’ont pas manqué de réagir à cet acte criminel. Dans une liste non exhaustive, et uniquement à titre de témoignage documentaire « à chaud », voici un très bref échantillon de quelques réactions (voir plus bas). Bien que de multiples tribunes ne vont pas manquer de fleurir dans les semaines qui viennent, seul un recul suffisant peut permettre aux historiens de mesurer sereinement l’impact de cette tuerie et ses suites, dont les « marches citoyennes ». Quant aux prises de position des extrême gauches, qui relèvent du terrain d’études de Dissidences, là aussi le recul est nécessaire pour peser le poids des mots respectifs employés et donc d’en analyser le contenu, que ce soit sous l’angle des fondamentaux du mouvement ouvrier et révolutionnaire dont se réclament (ou pas, ou plus), ces organisations et/ou ces militants, ou bien au miroir d’orientations nouvelles, du fait d’aggiornamenti plus ou moins récents.

* En attendant que notre collectif Dissidences produise des articles sur et autour de cet événement, un site créé par un historien de la caricature politique, Guillaume Doizy ( http://www.caricaturesetcaricature.com/) nous semble incontournable pour l’étude du dessin de presse. En effet, celui-ci permet aux historiens de l’image de prendre le pouls d’une société à un moment donné, de mesurer l’intensité des débats idéologiques et, in fine, d’analyser les imaginaires sociaux et culturels d’une époque. Enfin, voici les liens vers trois comptes rendus, le premier sur l’ancien site de Dissidences consacré à un ouvrage de Cabu, http://www.dissidences.net/mouvement_social_mai68.htm#cabu, le second à un ouvrage de Daniel Bensaïd (leader de la LCR et du NPA récemment décédé), et de Charb, sur notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=685le troisième enfin est un ouvrage sur le capitalisme, de Michel Husson et de Charb de nouveau, sur ce blog,  http://dissidences.hypotheses.org/3124 .

Quelques prises de positions

Lutte ouvrière (LO)http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/communiques/article/contre-un-attentat-barbare-et

Nouveau parti anticapitaliste (NPA) : http://www.npa2009.org/sites/default/files/tract_du_14_janvier_2015.pdf

Front de gauche (FDG) : https://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/face-l-attentat-meurtrier-contre-charlie-hebdo-une-reaction-democratique-populaire-s-impose-31165

Parti ouvrier indépendant (POI) : http://poi67.no-ip.org/spip.php?breve41

Ensemble (membre du Front de gauche) : https://www.ensemble-fdg.org/content/soulvement-dmocratique

Claude Guillon : https://lignesdeforce.wordpress.com/2015/01/09/vous-faites-erreur-je-ne-suis-pas-charlie/

Philippe Corcuff : http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-corcuff/080115/mon-ami-charb-les-salauds-les-cons-l-emotion-ordinaire-et-la-tendresse

Groupe marxiste internationaliste (GMI) : http://groupemarxiste.info/documents/20150108GMICharlieHebdo.pdf

Confédération nationale du travail (CNT) : http://www.cnt-f.org/la-cnt-reagit-a-l-attaque-du-siege-de-charlie-hebdo.html

etc. etc.

par Christian Beuvain au nom de la rédaction de Dissidences

Les parcours sur le blog

 

Victor Serge : un dossier de comptes rendus
Trotsky et le trotskysme dans nos publications (Comptes rendus, articles, chronologie, bibliographie)
  Le syndicalisme dans nos publications (Comptes rendus, articles, chronologie, bibliographie)

Dissidences en revues

La revue aux éditions du Bord de l’eau

La revue électronique hébergée sur le site de la MSH de Dijon

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2013 : numéro 5

Articles et documents. Compléments du volume : syndicalismes dans l’horizon révolutionnaire

Notes de lecture : autour du post-colonialisme

La revue des revues

Outils : entretiens avec des militants de la LCR

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2012 : numéro 4

Articles : varia

La revue des revues

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire aux Etats-Unis en comptes rendus

Parcours révolutionnaires : Daniel Bensaïd

Outils : la Bataille socialiste, la Gauche révolutionnaire, et les cahiers Rouges en inventaire

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2012 : numéro 3

Articles : varia

Notes de lectures : autour de la LCR et de la naissance du NPA jusqu’à la candidature de Philippe Poutou

Notes de lectures : Trotsky en biographies

Outils : le maoïsme français

Représentations : d’octobre 17 et de son 90ème anniversaire

Revue des revues

Parcours révolutionnaires : Victor Serge

Complément du numéro : Musique et révolution

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2011 : numéro 2

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : le trotskysme en France

Représentations : de la France

Comptes rendus : le mouvement trotskyste

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2011 : numéro 1

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : la gauche socialiste de 1921 à 1933 en documents

Représentations : de la Chine

Revue des revues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *