Actualités de Dissidences

Nos comptes rendus bi-mensuels

(4 décembre 2017)

Jonathan Rabb s’est fait remarquer, il y a quelques années, parmi les auteurs de romans policiers historiques grâce à sa trilogie berlinoise. Voici Rosa, le premier volet du cycle. Ici

Largement inspiré du livre de John Peter Nettl, Rosa Luxemburg, la traduction (de l’anglais) d’une biographie en bande dessinée constitue un motif de satisfaction. Ici

Traduit de l’anglais (américain), cette bande dessinée permet de mieux connaître un pan de l’histoire du mouvement féministe des États-Unis et l’une ses figure centrales, Margaret Sanger. Ici 

Bernard Ravenel livre ici une histoire rigoureuse sur le PSU, tout en refusant une position d’impartialité historique. Disons-le d’emblée, la position assumée par l’auteur dans l’introduction se révèle, à la lecture, tout à fait accomplie. Ici 

Depuis de nombreuses années, Viktoriya et Patrice Lajoye déploient de vastes efforts visant à (mieux) faire connaître au public français la richesse de la science-fiction russe et soviétique : Il était donc logique qu’ils proposent un jour un panorama de ce patrimoine méconnu, en même temps qu’un guide de lecture. Ici 

Militant reconnu du mouvement social et syndical, Christophe Aguiton propose dans cet ouvrage à la fois un bilan de la gauche depuis l’entrée dans le XXIe siècle et ses contours possibles pour la période qui s’ouvre. Ici

 

RÉVOLUTIONS RUSSES DE 1917 : LE CENTENAIRE

                                     I’m free now too ! [Maintenant, moi aussi je suis libre !]

Affiche créée à Moscou en 1921, pour le Turkestan. Elle est tirée à 10 000 exemplaires. Elle invite les jeunes musulmanes à rejoindre l’Union des Jeunesses communistes (Komsomol), en montrant une jeune fille « en cheveux » foulant aux pieds son voile déchiré, tournant le dos à sa famille et à la religion, brandissant fièrement le drapeau rouge. (Une analyse précise de cette affiche sera proposée ultérieurement par Christian Beuvain)
 

Artiste inconnu, carte postale anti-religieuse, Crimée, 1925. Elle met en opposition le monde ancien des traditions religieuses de l’islam (mollah, Coran, mosquée) avec les institutions nouvelles communistes qui participent de la libération des femmes, ici la maison du Zhenotdel le Département des femmes du Parti communiste. (Une analyse précise de cette carte postale sera proposée ultérieurement par Christian Beuvain)

 

Nouveau mini-dossier sur 1917 

5 – Centenaire d’Octobre, un pas de côté : révolution par en bas, culture, diplomatie (novembre 2017)

Depuis le début de 2017, Dissidences s’est inscrit dans le centenaire des révolutions russes en publiant sur ce blog quatre mini-dossiers, consacrés à des problématiques spécifiques : les origines de la déflagration révolutionnaire de 1917, Lénine et le bolchevisme, les guerres civiles ayant suivi la révolution, ainsi que les lectures plurielles de cette révolution portées par l’extrême gauche d’hier et d’aujourd’hui. Nous souhaitions toutefois marquer encore davantage l’événement, en proposant un dossier plus substantiel en ce début novembre 2017, qui coïncide, dans le calendrier grégorien1, avec la prise du pouvoir par les bolcheviques.

a) La spécificité de ce dossier est de livrer des textes de chercheurs français, permettant d’explorer l’événement sous des angles hors des sentiers (déjà) battus : l’attitude des militaires français face à l’énigme bolchevique (Georges Vidal), l’ambition d’un théâtre promesse d’un Octobre mondial (Haramila Jolly) ou le prisme de la fiction, portant particulièrement ici sur la figure de Makhno (Jean-Guillaume Lanuque). Ces trois articles, précisons-le, sont totalement inédits, et émanent aussi bien d’un spécialiste reconnu – Georges Vidal est docteur en histoire, chercheur associé à l’UMR SIRICE (Sorbonne-IRICE), auteur en particulier d’une synthèse de qualité, Histoire des communismes au XXe siècle2– que d’une jeune chercheuse – Haramila Jolly prépare une thèse sous la direction de Philippe Buton sur « Le théâtre communiste international durant l’entre-deux-guerres (1917-1939) ».

b) Le lecteur retrouvera, comme pour les précédents ensembles documentaires, une copieuse série de notes de lecture.

* Sur des témoignages anarchiste : Ceux d’Alexander Berkman et Emma Goldman, classiques, mais également celui, méconnu et récemment mis au jour par Olivier Rolin, d’Evguénia Iaroslavskaïa-Markon.

* Sur des souvenirs de divers visiteurs ou témoins : Il s’agit en l’occurrence de Nadejda Teffi, aristocrate russe, Louise Bryant, journaliste et compagne de John Reed, Louis de Robien, membre du corps diplomatique français en Russie, Marylie Markovitch, journaliste française, et de l’écrivain H.G. Wells, grand nom de la science-fiction.

* Également sur des études universitaires anciennes ou récentes proposées pour la première fois en français : C’est principalement le cas des travaux de Stephen Smith sur les comités d’usine à Petrograd, de la biographie de Boukharine par Stephen Cohen (que complète l’édition partielle de la revue des communistes de gauche, Kommunist, en 1918) et de Michael J. Carey sur la politique étrangère soviétique et ses relations avec les puissances occidentales.

* Nous y avons ajouté un recueil de nouvelles consacrées à l’aventure bolchevique, de l’écrivain Philippe Videlier, bien connu de nos lecteurs.

c) Une analyse du documentaire récent diffusé sur France 3, Il était une fois la révolution, de Bernard Georges, complète cet ensemble. D’ici la fin 2017 et le début de 2018, voire au-delà, lorsque paraîtront les actes des différents colloques qui se sont déroulés ces derniers mois, nous poursuivrons notre mise en ligne de mini-dossiers, afin de couvrir au maximum les répercussions éditoriales et médiatiques de ce centenaire.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque pour Dissidences

1Rappelons qu’en Russie , l’écoulement du temps se matérialisait par le calendrier julien, l’Eglise orthodoxe ayant refusé l’introduction du nouveau calendrier, décidée par le pape Grégoire XIII, pour toute la chrétienté, en 1582. La révolution d’Octobre 1917 eut donc lieu, suivant les Russes, le 25 octobre (calendrier julien) et selon le reste de l’Europe, le 7 novembre (calendrier grégorien). Dans son optique modernisatrice de rupture totale avec les normes anciennes et traditionnelles du tsarisme, le Conseil des commissaires du peuple (Sovnarkom) décide d’adopter le calendrier grégorien, par un décret en janvier 1918 : le lendemain du 31 janvier 1918 devient le 14 février 1918. Les partisans de l’Église orthodoxe et du tsarisme refusent cette mutation et continuent, les premières années du régime soviétique, à utiliser le calendrier julien. Il serait très intéressant de savoir si, à l’instar des révolutionnaires français de 1789-1794, des projets de calendrier révolutionnaires n’ont pas été imaginés.

2Ouvrage chroniqué sur le blog de Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/4367

 Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque pour Dissidences

Aleksei Ushin, affiche du film Transport Ognya [Transport d’armes] d’Alexandre Ivanov (1930).

« La langue des pauvres, la langue la plus riche, le russe ! (…) C’est ce qu’il y a de mieux (…) Les mots les plus forts de la terre, du monde, les plus …. (…) les mots les plus … bons … » (Jean Védrines, La Belle étoile, Paris, Fayard, 2010, p. 22-23)

Avant propos : ici

1- 1917 : Des révolutions qui viennent de loin (mi-février fin mars 2017) Ici

Nouveau !

Boris Jitkov, Viktor Vavitch, Paris, Le Livre de poche, 2010, (Russie, 1999, Calmann-Lévy, 2008), 957 pages, préface et traduction de Anne Coldefy-Faucard et Jacques Catteau, 9 €

2 – 1917 : Lénine, bolchevisme, léninisme : pistes d’approches plurielles (avril 2017) Ici

3 – 1917 : Les guerres civiles (juin/juillet 2017, modifié en août 2017) Ici

4 – De la pluralité des mondes… Lectures d’extrême gauche de la révolution russe (30 septembre 2017) Ici

Militants bolcheviques de Tomsk (non daté).
On notera les tenues disparates, avec néanmoins des casquettes militaires en majorité. Le personnage central, à lunettes, semble un intellectuel. La femme présente, distraite par ce qui se passe sur sa gauche, est la seule qui sourit. Derrière, peut-être un bâtiment officiel.

 

Les révolutions russes et l’historiographie

Questions à Eric Aunoble (par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque, Dissidences) Entretien les 16 et 26 mars 2017. Lire ici
Questions à Alexandre Sumpf (par Jean-Guillaume Lanuque, Dissidences) Lire ici

Soirée spéciale sur Arte : un centenaire des révolutions russes, tiraillé entre 1917 et 2017

Le mardi 28 février 2017, cent ans après la victoire des insurgés de février 1917 en Russie (si l’on suit bien sûr le calendrier russe de l’époque, dit julien), la chaîne franco-allemande organisait, dans le cadre de ses soirées Théma, une spéciale centenaire de la révolution russe. Lire la suite ici …

INTERROGER LES RÉVOLUTIONS RUSSES AVEC LES YEUX

I – L’arrestation d’un propagandiste (1880-1892), de Ilya Efimovitch Repine. Interrogation de Christian Beuvain : ici
II – L’Exécution des 26 commissaires de Bakou, de Isaak Brodsky. Interrogation de Christian Beuvain 

ACTUALITÉS DU CENTENAIRE

* Projet « 1917, année révolutionnaire ». C’est un site pour centraliser les informations dédiées à l’actualité du centenaire. Il est coordonné et animé par des chercheurs, enseignants-chercheurs (Alain Blum, Sophie Coeuré, Sabine Dullin, Taline Ter Minassian, entre autres) et des doctorants de plusieurs universités et laboratoires : Paris Sorbonne, Paris 7, INALCO, MSH de Dijon, Fondation Gabriel Péri, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre européen, etc. Sur https://1917.hypotheses.org/
* Colloque international « 1917-2017 : Espoirs, utopies et héritages de la Révolution russe », du 2 au 4 novembre 2017, à Bruxelles (Belgique), organisé par, entre autres, le Centre d’histoire et de sociologie des gauches, l’Institut Marcel Liebman, l’Université libre de Bruxelles, etc. Le programme est en préparation mais sont déjà pressentis S. Coeuré, S. Dullin ou E. Aunoble.
*Colloque international, « 1917-2017 : Regards croisés sur les avant-gardes artistiques soviétiques », les 7 et 8 décembre 2017 à l’Université Paris Nanterre et à l’Université Paris 8, qui fait suite à un séminaire doctoral. Comité d’organisation : Julie Deschepper, Louisa Martin-Chevalier, Claire Thouvenot. L’appel à communication est sur Fabula, https://www.fabula.org/actualites/1917-2017-regards-croises-sur-les-avant-gardes-artistiques-sovietiques_79646.php

Notre billet mensuel  (23 octobre 2017)

Un meeting nazi avec des universitaires (Martin Heidegger est marqué d’une croix), en novembre 1933 (source : Ullstein Bild/Roger Viollet)

Emmanuel Faye, Arendt et Heidegger. Extermination nazie et destruction de la pensée, Paris, Albin Michel, collection « Bibliothèque Idées », 2016, 560 pages, 29 €. Ici

par Stéphanie Roza

LE COIN DES REVUES

Les comptes rendus des revues suivantes, Cahiers du mouvement ouvrier (n° 70), Vacarme (n° 73) et Ni patrie ni frontières (n° 54/55, 56/57) se trouvent dans notre Coin des Revues, ici (13 septembre 2016).

 

Dissidences en revues

La revue aux éditions du Bord de l’eau

La revue électronique hébergée sur le site de la MSH de Dijon

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2013 : numéro 5

Articles et documents. Compléments du volume : syndicalismes dans l’horizon révolutionnaire

Notes de lecture : autour du post-colonialisme

La revue des revues

Outils : entretiens avec des militants de la LCR

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2012 : numéro 4

Articles : varia

La revue des revues

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire aux Etats-Unis en comptes rendus

Parcours révolutionnaires : Daniel Bensaïd

Outils : la Bataille socialiste, la Gauche révolutionnaire, et les cahiers Rouges en inventaire

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2012 : numéro 3

Articles : varia

Notes de lectures : autour de la LCR et de la naissance du NPA jusqu’à la candidature de Philippe Poutou

Notes de lectures : Trotsky en biographies

Outils : le maoïsme français

Représentations : d’octobre 17 et de son 90ème anniversaire

Revue des revues

Parcours révolutionnaires : Victor Serge

Complément du numéro : Musique et révolution

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2011 : numéro 2

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : le trotskysme en France

Représentations : de la France

Comptes rendus : le mouvement trotskyste

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2011 : numéro 1

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : la gauche socialiste de 1921 à 1933 en documents

Représentations : de la Chine

Revue des revues

3 réflexions au sujet de « Actualités de Dissidences »

  1. Christian Mahieux

    Bonjour,

    ce message, juste pour vous informer que nous avons mis un lien avec votre site, à partir de celui de la revue Les utopiques : http://www.lesutopiques.org/

    Nous espérons contribuer ainsi, modestement, aux nécessaires échanges entres forces luttant pour l’émancipation sociale.

    Amicalement.

    Christian Mahieux
    +33 (0)6 83 43 00 84
    mahieux@solidaires.org

    Union syndicale Solidaires
    http://www.solidaires.org
    Fédération des syndicats SUD-Rail
    http://www.sudrail.fr

    Répondre
    1. dissidences Auteur de l’article

      Bonjour

      Nous vous remercions pour ce lien sur votre site. Nous tenons néanmoins à préciser que nous n’appartenons, en tant que « Dissidences », ni à la sphère politique ni à la sphère syndicale (ceci indépendamment des engagements personnels de telle ou tel), mais que nous sommes un collectif interdisciplinaire (historiens, sociologues, philosophes etc.) qui tentons de pratiquer une histoire sociale et culturelle des extrêmes gauches et des avant-gardes politiques et/ou culturelles, afin de rendre lisibles, visibles et surtout intelligibles les différentes luttes et forces d’émancipation sociale (que vous évoquez) des siècles passés. Amicalement. C.Beuvain pour Dissidences.

      Répondre
  2. RUSCIO Alain

    Merci à JG Lanuque pour sa critique de mon ouvrage NOSTALGÉRIE. Je n’ai pas son adresse électronique perso, prière de lui transmettre ces remerciements.

    Amitiés

    Alain Ruscio

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *