Actualités de Dissidences

IL Y A 80 ANS DÉBUTAIT LA GUERRE D’ESPAGNE/RÉVOLUTION ESPAGNOLE 

 

ESPAGNE 36 3 FUZIER Le Pop 28 juillet 36 p. 1

                     Robert Fuzier, Le Populaire, 28 juillet 1936, page 1 (source : Gallica.bnf.fr)

Le 17 juillet 1936, au Maroc espagnol, l’armée sous la direction du général Francisco Franco se révolte contre le gouvernement de Front populaire élu le 20 février précédent. Ce coup d’État, dirigé par les généraux Mola, Sanjurjo, Queipo de Llano et Franco, soutenu par la bourgeoisie (propriétaires terriens, industriels, banquiers), l’Église et les partis ou organisations de droite/extrême droite (Phalange, milices carlistes/royalistes) atteint l’Espagne elle-même le 18 juillet. Malgré une résistance souvent désespérée d’ouvriers désarmés, des villes comme Séville puis Badajoz tombent aux mains des militaires rebelles, qui exercent une répression féroce, tandis qu’à Madrid, Barcelone et Valence, les organisations de gauche et d’extrême gauche, en particulier les anarchistes de la CNT (Confédération nationale du travail), arment le peuple et mettent en échec les franquistes. La guerre d’Espagne commence.

Ce dessin du journaliste et caricaturiste Robert Fuzier (1898-1982) est sa première illustration parue dans Le Populaire, le quotidien de la SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière). Il paraît donc exactement huit jours après que ce journal ait titré « L’Espagne tient tête à la sédition » (20/07/1936, p. 1). L’Humanité, quotidien du Parti communiste français, annonce, lui, que « L’insurrection fasciste est vaincue à Barcelone, à Séville et à Mellila ». Si les quotidiens socialistes et communistes font preuve de tant d’optimisme les premiers jours – ce n’est pas toute la population qui « tient tête » et Mélilla et Séville sont déjà aux mains des forces franquistes – la raison en est simple : ils ne font que refléter les communiqués de presse d’un gouvernement républicain en plein désarroi.

Dans Le Populaire du 22 juillet 1936, en page 3, un article sur l’Espagne d’un « correspondant particulier » est signé des initiales RF. Il s’agit de Robert Fuzier, arrivé sur place la veille (le 21 donc, jour d’où il envoie son article, par téléphone, de Cerbère) ou alors le 20. En tout cas, pas avant, puisque l’on sait par un entrefilet paru dans le journal le 20 (p. 3) qu’il présidait une réunion du Front populaire à Caen, le 19, avec le journaliste communiste André Wurmser et le caricaturiste Jean Effel. Il y représentait le gouvernement de Léon Blum puisque Robert Fuzier est également, à cette époque, attaché de cabinet au sous-secrétaire d’État aux sports et loisirs, Léo Lagrange.

Robert Fuzier pénètre en Espagne avec d’autres militants socialistes, par des chemins de muletiers, jusqu’à Port-Bou. C’est là qu’il prend contact, à la mairie socialiste, avec les représentants des milices ouvrières, qui en ont fait leur quartier général. Il écrit : « Dans la ville, les milices ouvrières, fusil de chasse sur l’épaule, cartouchière à la ceinture, patrouillent. » On peut penser que c’est à ce moment qu’il crayonne le dessin paru seulement le 28 juillet. L’union fraternelle entre miliciens ouvriers et gardes civils semble étonnante, ces derniers ayant en majorité rejoint le camp franquiste. On note dans cette légende l’emploi des termes « drapeau rouge » et « barricades », qui arriment nettement la riposte antifasciste espagnole à un passé révolutionnaire et romantique, où plane encore l’ombre des insurrections du XIXe siècle.

Robert Fuzier est rejoint en Espagne par un autre correspondant, son ami Jean-Maurice Hermann, dès le 24 juillet.

Christian Beuvain (pour Dissidences)

Nos comptes rendus hebdomadaires

 

Pour cause de vacances, nous interrompons les comptes rendus, du 15 au 30 août 2016. Par contre nous publierons très bientôt un dossier/billet spécial de recensions autour des thématiques de Daech,  de l’islamisme politique et du djihadisme.

 

Notre billet spécial : Révolutionnaires en Seconde Guerre mondiale

 

POUR INTRODUIRE
Longtemps encore après la Seconde Guerre mondiale, gaullistes et communistes eurent tendance à occulter le rôle des autres forces ou courants politiques dans la lutte contre l’occupant allemand et les collaborateurs. Or, il y eut une résistance socialiste, comme il y eut des militants d’extrême gauche qui luttèrent contre les nazis et Vichy. Certes, la résistance de ces derniers fut moins patriotique qu’antifasciste, elle se déroula parfois hors des grands réseaux. Mais ces hommes et ces femmes firent eux aussi preuve d’efficacité et de courage, parfois jusqu’au sacrifice ultime. Ce fut le cas du trotskyste Marcel Hic, le secrétaire du POI (Parti ouvrier internationaliste), mort en déportation ou de son camarade David Rousset. Ce dernier, ayant survécu miraculeusement à la déportation, donna un des premiers témoignages sur les camps de concentration, L’Univers concentrationnaire1.
Les anarchistes, français ou espagnols, ont également joué un rôle important. Certains rejoignirent la résistance armée. D’autres, connaissant bien les lieux de passage dans les Pyrénées, sauvèrent nombre de Juifs ou d’aviateurs anglais pourchassés. Le plus connu de ces anarchistes résistants est sans doute Jean-René Saulière (alias André Arru)2.
En 2002, nous avions consacré le n° 12-13 de notre revue papier Dissidences (1ère série) aux « Révolutionnaires en Seconde Guerre mondiale ». Plusieurs contributions tentaient des synthèses sur les divers courants de l’extrême gauche actifs à cette époque : anarchistes, trotskystes, bordiguistes et pivertistes. Dans le prolongement de ces travaux, nous publions sur notre blog la biographie inédite, éclairage précieux, par Eric Panthou, d’un militant issu du socialisme révolutionnaire, Pierre Bernard, adhérent du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP) avant la guerre, scission de la SFIO, dont le militant le plus connu était Marceau Pivert. Ils furent de ceux qui fondèrent ensuite L’Insurgé (Lyon, 1940). Nous profitons de l’occasion pour republier deux des contributions de ce n° 12-13 (épuisé), de Thierry Hohl d’abord, « « Pivertistes » en résistance » et de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles ensuite, « Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale ». Deux liens renvoient aux comptes rendus de polars qui abordent ces questions au travers de procédés narratifs fictionnels, celui de Roger Martin, Dernier convoi pour Buchenwald (2013) et celui de Marek Corbel, Les Gravats de la rade (2015).
Jean-Paul Salles (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)
1 Publié en décembre 1945 et en janvier-février 1946 par La Revue internationale, repris par les Éditions de Minuit en 1965, aujourd’hui disponible chez Hachette Littératures, Collection Pluriel.
2 Voir sa biographie dans le Maitron, tome 1 (nouvelle série 1940-mai 1968), p. 202-203, également en ligne sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article10285, ainsi que sa notice du Dictionnaire des anarchistes, sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155119

Biographie de Pierre Bernard : Du syndicalisme révolutionnaire chez Michelin à la tête du syndicat national des ingénieurs FO

Par Eric Panthou

* Les « pivertistes » en résistance

Par Thierry Hohl

Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale

Par Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

NOUVEAU !

1) Dorénavant, certains de nos comptes rendus (ou billets) sont suivis d’un entretien avec l’auteur de l’ouvrage, qui en précise ainsi la genèse et/ou ses objectifs. Après Fanny Bugnon (ici) qui entame cette série, vous pouvez lire des entretiens avec les spécialistes de l’URSS et/ou du communisme que sont Alexandre Sumpf (ici), Eric Aunoble (ici) et Georges Vidal (ici), les romanciers Marek Corbel (ici), Patrick Pécherot (ici) et Sylvain Pattieu (ici) et le scénariste de bandes dessinées Wilfrid Lupano (ici).
2) Le Coin des revues remplace désormais l’ancienne Revue des revues : suivez ce lien. 

Quelques comptes rendus récents

Ce recueil rassemble dix textes écrits ces dernières années et dont plusieurs avaient été mis en ligne sur le site www.laviemanifeste.com, dont l’auteure est l’une des cofondatrices. Pressées par la violence, ces pages, au rythme syncopé, opèrent par répétitions et glissements, saturation et déplacements. Lire la suite ici …

 

 

De Marc Perelman, nous avions récemment chroniqué une étude sur Le Corbusier et son projet architectural. Dans ce petit opuscule, il revient à son champ d’étude privilégié, celui du sport de compétition, dans la lignée de la théorie critique du sport fondée par Jean-Marie Brohm. Lire la suite ici …

 

« L’écrivain, aujourd’hui, n’a plus le choix. Ou bien il accepte de lire ses textes en public, ou bien il se condamne à l’inexistence » (p. 9). C’est par ce constat que Jan Baetens, poète1 et essayiste, ouvre ce livre, qui s’inscrit dans le prolongement de ses recherches antérieures. À voix haute entend ainsi interroger les rapports et les aller-retours entre l’écrit et l’oral. Lire la suite ici …

 

zoom

Sur la Révolution française, dans le domaine fictionnel, la seconde moitié du XXe siècle fut surtout marquée, en France, par la trilogie de Robert Margerit, parue dans les années 1960. Celle de Daniel Crozes, rédigée dans l’optique du bicentenaire, a ceci de particulier qu’elle présente elle aussi les événements à travers un prisme local, celui du Rouergue. Lire la suite ici …

 

S. Weil, Ecrits sur l'Allemagne - 1932-1933

 

La philosophe Simone Weil, compagne de route des courants d’extrême gauche de l’entre-deux-guerres s’est rendue en Allemagne entre août 1932 et mars 1933. C’est donc en témoin qu’elle rend compte de ses déplacements dans un pays qui est en train de verser dans le nazisme (rappelons qu’Hitler est nommé Chancelier le 31 janvier 1933). De cette expérience, elle tire un ensemble d’articles. Lire la suite ici …

 

Utopie et socialisme, rédigé en 1945, constitue en quelque sorte, selon Patrick Marcolini, la synthèse de la « trajectoire intellectuelle et politique » de l’auteur (p. 7), ainsi que « le bilan historique de la grande vague révolutionnaire qui a parcouru l’Europe et le monde dans les années 1900 à 1920 ». Lire la suite ici …

 

nad-esquisses-revolutionnaires

On réduit souvent John Reed (1887-1920) à l’auteur d’un seul livre : Dix jours qui ébranlèrent le monde, tableau pris sur le vif des événements révolutionnaires autour d’octobre 1917. John Reed, pourtant, outre d’être un militant du mouvement révolutionnaire étatsunien1 (Socialist Party puis Communist Labor Party, dont il est un des fondateurs en septembre 1919), fut un écrivain prolixe et un journaliste aux reportages engagés. Lire la suite ici…

 

Ce remarquable numéro de Romanesques, à l’occasion du centième anniversaire – âge des bilans – de l’ouvrage de jeunesse de Georg Lukács invite à « une lecture croisée de La Théorie du roman et des œuvres plus tardives de l’auteur ». Lire la suite ici …

 

zoom

zoom

 

Déjà  trois tomes de cette série qui revisite la Commune de Paris au prisme d’un féminisme très contemporain :  Les Eléphants rouges, L’Aristocrate fantôme et Nous ne dirons rien de leurs femelles. Le compte rendu de ce dernier album est  suivi d’un entretien avec Wilfrid Lupano). Lire la suite ici, ici et enfin là.

 

Bennassar disait de ce livre, consulté par lui dans sa traduction espagnole (1989) que « l’historiographie de la guerre civile n’a pas rendu justice à ce livre essentiel ». Grâce aux éditions Agone, à Philippe Olivera et Thierry Discepolo, ainsi qu’au talent du traducteur Etienne Dobenesque, voici le livre en français, traduit de l’édition américaine (1991). Lire la suite ici … 

 

Voilà un ouvrage littéralement passionnant, une magistrale étude sur Paris au XVIIIe siècle, à la fois vivante, riche en détails et en anecdotes significatives, et stimulante, nourrissant la réflexion quant aux origines des processus révolutionnaires1. David Garrioch, universitaire australien, propose en réalité une forme de synthèse de travaux récents, tout en apportant ses propres contributions, ses propres déductions. Lire la suite ici …

 

Ce livre édité par la Société des amis de Régis Messac reprend un travail réalisé par l’auteur pour la revue Nouvel âge, d’Henry Poulaille, et paru début 1939. Écrit dans un style fluide et vulgarisateur, il s’agit d’un tableau de l’histoire mondiale basé sur une optique matérialiste, de l’origine de la Terre à l’âge industriel, insistant sur l’évolution de la pensée. [Nous rééditons cette recension, parue précédemment sur notre ancien site]. Lire la suite ici … 

 

 

Sam Eastland est le pseudonyme choisi par l’écrivain britannique Paul Watkins pour signer ce roman, premier d’une série mettant en scène l’enquêteur Pekkala dans l’URSS de Staline. Cet épisode séminal nous transporte donc en 1929, alors que Pekkala purge une peine de 30 ans de camp. Il est sorti de sa détention en Sibérie afin de mener à bien une mission bien particulière : élucider le mystère de l’exécution des Romanov. Lire la suite ici …

 

 

 Les billets récents

Apocalypse, Staline : Une histoire en miettes ? A propos du documentaire de Isabelle Clarke et Daniel Costelle, Apocalypse Staline : I. Le Possédé, II. L’homme rouge, III. Le maître du monde, trois fois une cinquantaine de minutes (France 2, mardi 3 novembre 2015, 20h 55).

Par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Susan Weissman, Dissident dans la révolution. Victor Serge, une biographie politique. « Le cap est de bonne espérance », Paris, Syllepse, 2006 (2001 pour l’édition originale), 484 pages, 25 €.

Par Jean-Guillaume Lanuque

Compléments en ligne du volume Sexualités en révolutions XIXe-XXIe siècles

  • La résurrection d’Alexandra Kollontaï ?, (seconde partie du travail de Jean-Guillaume Lanuque sur cette révolutionnaire).  Lire la suite ici …
  • Compte rendu du livre de Thomas Bouchet Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours, par Jean-Guillaume Lanuque.  Lire la suite ici … 

 

 

Les parcours sur le blog

 

Vidéo de Victor Serge

Victor Serge : un dossier de comptes rendus

Trotsky et le trotskysme dans nos publications (Comptes rendus, articles, chronologie, bibliographie)

 Afficher l'image d'origine

Le syndicalisme dans nos publications (Comptes rendus, articles, chronologie, bibliographie)

Dissidences en revues

La revue aux éditions du Bord de l’eau

La revue électronique hébergée sur le site de la MSH de Dijon

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2013 : numéro 5

Articles et documents. Compléments du volume : syndicalismes dans l’horizon révolutionnaire

Notes de lecture : autour du post-colonialisme

La revue des revues

Outils : entretiens avec des militants de la LCR

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2012 : numéro 4

Articles : varia

La revue des revues

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire aux Etats-Unis en comptes rendus

Parcours révolutionnaires : Daniel Bensaïd

Outils : la Bataille socialiste, la Gauche révolutionnaire, et les cahiers Rouges en inventaire

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2012 : numéro 3

Articles : varia

Notes de lectures : autour de la LCR et de la naissance du NPA jusqu’à la candidature de Philippe Poutou

Notes de lectures : Trotsky en biographies

Outils : le maoïsme français

Représentations : d’octobre 17 et de son 90ème anniversaire

Revue des revues

Parcours révolutionnaires : Victor Serge

Complément du numéro : Musique et révolution

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2011 : numéro 2

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : le trotskysme en France

Représentations : de la France

Comptes rendus : le mouvement trotskyste

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2011 : numéro 1

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : la gauche socialiste de 1921 à 1933 en documents

Représentations : de la Chine

Revue des revues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *