Actualités de Dissidences

RÉVOLUTIONS RUSSES DE 1917 : UN CENTENAIRE

La Une de L’Humanité du 7 novembre 1922

Avant propos : ici

1- 1917 : Des révolutions qui viennent de loin (mi-février fin mars 2017) Ici

2 – 1917 : Lénine, bolchevisme, léninisme : pistes d’approches plurielles (avril 2017)

Pour ce second focus, nous présentons un ensemble principalement centré sur Lénine et le bolchevisme. Car s’il y a bien un personnage qui symbolise plus que tout autre ce basculement du monde, c’est « le bonhomme Lénine », ainsi que le qualifiait Curzio Malaparte. Depuis sa mort en 1924, il fut le sujet de centaines de biographies, dont de très nombreuses parues en France, des plus anciennes, par exemple celle de Henri Guilbeaux (Le Portrait Authentique De Vladimir Ilitch Lénine, 1924), ou après-guerre celle de Gérard Walter1, dont les trois-quarts concernent les années de lutte jusqu’à octobre 1917, jusqu’aux plus récentes, celles de Jean-Jacques Marie2, de Lars Lih en 20153 ou de Dominique Colas, cette dernière sortie il y a quelques jours4 seulement.

L’excessive personnalisation dont il fut l’objet durant l’existence de l’URSS ne s’est pas totalement dissipée à la chute de cette dernière, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Nombre de biographies contemporaines tendent en effet à en faire l’architecte privilégié, sinon exclusif, d’un totalitarisme dont il serait ainsi l’inventeur principal (voir le Lénine d’Hélène Carrère d’Encausse ou la reconstitution de Vladimir Dorozynski, auxquels on peut opposer la biographie de Jean-Jacques Marie). D’autres interprétations, ainsi de celle du documentaire de Cédric Touche diffusé par Arte le 28 février, Lénine, une autre histoire de la révolution russe (que nous analysons en détails tout comme les autres programmes de cette soirée spéciale), présentent à l’inverse un Lénine arc bouté sur des principes rigides, et suiveur plus que leader. Et plutôt que la généalogie de ses influences dressée par Alain Besançon5, nous avons préféré mettre l’accent sur le premier tome de l’analyse menée par Marcel Liebman autour de la praxis léninienne avant la prise de pouvoir par les bolcheviques.

La réalité est assurément bien plus complexe. D’abord parce que le bolchevisme, s’il est bien né avec Lénine, ne se réduit pas à sa seule figure6, et qu’il lui survit, sous des formes plurielles. Ensuite, parce que la Révolution russe fut un phénomène d’une telle ampleur – politique, sociale, culturelle autant que géographique, de l’Ukraine à l’Asie centrale – qu’un seul homme, fut-il doué de certains talents de stratège et de tacticien, ne pouvait en aucune manière le contrôler. Il est donc forcément utile de saisir à bras le corps le corpus idéologique de Lénine, ce que font, séparés de quelques décennies, Marcel Liebman et Lars T. Lih. Utile mais non exclusif. En effet, la principale difficulté étant sans doute d’évaluer la part, dans l’élaboration politique de Lénine, de ce qui relève des acquis de la social-démocratie européenne, l’Allemagne au premier chef, et des caractéristiques proprement russes ; la radicalité de Lénine et son rapport assumé à la violence comme instrument révolutionnaire décisif ont ainsi autant à voir avec l’héritage des combats antérieurs – français et russes, et l’on songe ici à la Révolution de 1789-93, à la Commune de Paris, et aux populistes narodniks – qu’avec la culture « nationale » et sociale de l’empire russe, véritable caisse de résonance des haines de classes. Les analyses de Léon Chestov, et surtout celle de Bertrand Russell, écrites à chaud, s’inscrivent justement dans cette problématique.

Quant au livre d’Alexander Rabinowitch, paru il y a quarante ans aux États-Unis mais publié en français il y a seulement quelques mois, et dont nous rendons compte, il permet de saisir tout ce que le bolchevisme, dans son fonctionnement concret, celui de 1917, révèle de diversité et de connexions avec la réalité sociale. Ce dossier propose également un nouvel entretien avec l’historien Eric Aunoble, portant principalement sur l’historiographie actuelle et ses tendances, ce qui fait écho avec précision à notre avant-propos de février 2017. Nous ne vivons plus sous Lénine, contrairement à ce que pouvait affirmer un Gérard Walter en 19507. Mais le temps de l’étude du bolchevisme et du léninisme, lui, continue.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

1Gérard Walter, Lénine, Paris, Julliard, 1950, Verviers (Belgique), Marabout Université, sd (années 60).

2Jean-Jacques Marie, Lénine. La révolution permanente, Paris, Payot, 2011, chroniqué précédemment sur ce blog de Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/80

3Lars T. Lih, Lénine. Une biographie, Paris, Les Prairies ordinaires, 2015, chroniqué sur ce blog de Dissidences, http://dissidences.hypotheses.org/6226

4Dominique Colas, Lénine, Paris, Fayard, 2017, chroniqué prochainement dans ce dossier sur le centenaire des révolutions russes.

5Alain Besançon, Les Origines intellectuelles du léninisme, Paris, Gallimard, 1977, réédité en 1996.

6Nos prochains dossiers nous donneront l’occasion de mettre l’accent sur d’autres figures du Parti bolchevique.

7Gérard Walter, Lénine, op. cit. Les premiers mots de son introduction (« Note préliminaire ») sont : « Nous vivons sous Lénine » (p. 5).

Les révolutions russes et l’historiographie

Questions à Eric Aunoble (par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque, Dissidences) Entretien les 16 et 26 mars 2017. Lire ici

COMPTES RENDUS DES RÉVOLUTIONS RUSSES : 2

Pratique et théorie du bolchevisme est un texte rédigé par le grand intellectuel Bertrand Russell peu de temps après son retour de Russie soviétique, où il avait séjourné entre mai et juin 1920, accompagnant une délégation britannique. Lire la suite ici …

A la fin des années 1990, dans la continuité de la disparition de l’URSS, Hélène Carrère d’Encausse, qui avait déjà livré en 1979 un Lénine. La révolution et le pouvoir,souhaite proposer un tableau définitif du personnage de Lénine, dissipant tous restes de la légende soviétique d’antan. Lire la suite ici …

Le recueil dont il est question ici compile en réalité trois textes différents : le principal, qui a donné son nom au livre, fut publié au Mercure de France, en septembre 1920, année de son départ définitif de l’ancien empire russe. Lire la suite ici …

Marcel Liebman (1929-1986) est un universitaire belge, auteur de deux œuvres majeures touchant à la révolution russe : un ouvrage de synthèse sur l’événement lui-même, et une étude en deux volumes du léninisme, autrement dit de la praxis telle que Lénine la conçut de son vivant. Lire la suite ici …

Le travail de Lars T. Lih, historien anglo-saxon, cherche à repérer les périodes successives du parcours de Lénine, et à proposer des clefs de lecture plus ou moins novatrices sur ce qu’il nomme son « scénario héroïque », Lire la suite ici …

Alexandre Dorozynski est un auteur touche à tout, qui semble avoir eu le projet, dans la vague initiée par Le Livre noir du communisme, de proposer une vulgarisation de la vie de Lénine. Lire la suite ici …

Jean-Jacques Marie nous a déjà livré une biographie de Lénine en 2004, aux éditions Balland. Cette nouvelle version est en fait remaniée, enrichie de données supplémentaires et complétée par un avant-propos totalement inédit. Lire la suite ici …

Sortie d’actualité :

C’est seulement quarante ans après sa publication originelle en langue anglaise que l’étude fouillée d’Alexander Rabinowitch (né en 1934) est enfin traduite en français. Lire la suite ici …

Soirée spéciale sur Arte : un centenaire des révolutions russes, tiraillé entre 1917 et 2017

Le mardi 28 février 2017, cent ans après la victoire des insurgés de février 1917 en Russie (si l’on suit bien sûr le calendrier russe de l’époque, dit julien), la chaîne franco-allemande organisait, dans le cadre de ses soirées Théma, une spéciale centenaire de la révolution russe. Lire la suite ici …

INTERROGER LES RÉVOLUTIONS RUSSES AVEC LES YEUX

I – L’arrestation d’un propagandiste (1880-1892), de Ilya Efimovitch Repine.

Interrogation de Christian Beuvain : ici

ACTUALITÉS DU CENTENAIRE

* Projet « 1917, année révolutionnaire ». C’est un site pour centraliser les informations dédiées à l’actualité du centenaire. Il est coordonné et animé par des chercheurs, enseignants-chercheurs (Alain Blum, Sophie Coeuré, Sabine Dullin, Taline Ter Minassian, entre autres) et des doctorants de plusieurs universités et laboratoires : Paris Sorbonne, Paris 7, INALCO, MSH de Dijon, Fondation Gabriel Péri, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre européen, etc. Sur https://1917.hypotheses.org/

* Cycle « 1917>2017, la révolution russe à 100 ans ! ». C’est un cycle de conférences organisé par la section russe du Centre de Langues de l’Université Lumière Lyon 2. La première a eu lieu le 15 février 2017, par Wladimir Berelowitch, enseignant-chercheur à l’EHESS : « La Russie au début du XXe siècle », le podcast sur http://cdl.univ-lyon2.fr/fr/langues/russe/la-russie-au-debut-du-xxe-siecle-719485.kjsp. La seconde s’est déroulée le 15 mars 2017, par Emilia Koustova, qui a abordé l’histoire de 1917 à travers les représentations que la révolution russe a générées, véhiculées, combattuesla dimension iconoclaste de Février et d’Octobre, la place des symboles et des rituels dans la radicalisation de la Révolution, ainsi que les débuts de la construction du mythe révolutionnaire au lendemain de la prise du pouvoir par les bolcheviques. (podcast non encore disponible).

* Colloque international « 1917-2017 : Espoirs, utopies et héritages de la Révolution russe », du 2 au 4 novembre 2017, à Bruxelles (Belgique), organisé par, entre autres, le Centre d’histoire et de sociologie des gauches, l’Institut Marcel Liebman, l’Université libre de Bruxelles, etc. Le programme est en préparation mais sont déjà pressentis S. Coeuré, S. Dullin ou E. Aunoble.

 

Notre billet bi-mensuel 

« « L’esprit français », voilà un bon titre casse-couille » d’un catalogue…

A propos de : Guillaume Desanges, François Piron (dir.), Contre-cultures 1969-1989. L’esprit français, Paris, La maison rouge / La Découverte, 2017, 320 pages, 35 €.

Par Vincent Chambarlhac

 

Nos comptes rendus bi-mensuels

Le journaliste Eric Dupin a choisi de se livrer à une investigation autour d’un thème crucial de notre époque, celui de l’identité nationale. Ici
 
Devenir Clair n’est pas un travail académique mais il constitue un apport intéressant aux enquêtes existantes sur l’Église de scientologie. Ici
Julien Guérin offre dans cette plaquette une présentation très synthétique du dirigeant du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) durant la première partie de la guerre civile espagnole. Ici
Après Le pinard des poilus, l’historien du vin Christophe Lucand revient avec un volumineux ouvrage, cette fois sur la Seconde Guerre mondiale. (suivi d’un entretien avec l’auteurIci

QUELQUES COMPTES RENDUS RÉCENTS

Daniel Vander Gucht, Ce que regarder veut dire. Pour une sociologie visuelle, Paris, Les Impressions nouvelles, 2017, 284 pages, 20 €.

Hadrien Klent, La Grande Panne, Paris, Éditions Le Tripode, 2016, 340 pages, 19 €.

Raya Dunayevskaya, Marxisme et liberté, Paris, Syllepse, collection « Mille marxismes », 2016, 406 pages, 22 €.

Ėric Sadin, La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique, Montreuil, éditions L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, 304 pages, 17 €.

John Barzman, Jean-Pierre Castelain (dir.), Jules Durand. Un crime social et judiciaire, Paris, L’Harmattan, collection « Inter-National », 2015, 199 pages (avec des illustrations en couleur et noir et blanc), 24 €.

Louis Janover, La révolution surréaliste, Paris, Klincksieck, collection « Critique de la politique », 2016, 219 pages, 25,50 €.

Anne Morelli (sous la coordination de), Le Bruxelles des révolutionnaires. De 1830 à nos jours, Bruxelles, CFC-Éditions, collection « Regards sur la ville », 2016, 303 pages, 322 illustrations, 40 € (livre relié).

Alessandro Stella, Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », 2016, 168 pages, 14 €.

Paul Mattick, La révolution fut une belle aventure. Des rues de Berlin en révolte aux mouvements radicaux américains (1918-1934), Montreuil, L’Échappée, collection « Dans le feu de l’action », 191 pages, 17 €.

 

LE COIN DES REVUES

Les comptes rendus des revues suivantes, Cahiers du mouvement ouvrier (n° 70), Vacarme (n° 73) et Ni patrie ni frontières (n° 54/55, 56/57) se trouvent dans notre Coin des Revues, ici (13 septembre 2016).

 Les billets récents

*Georges Didi-Huberman, Peuples en larmes, peuples en armes. L’œil de l’histoire, 6, Paris, éditions de Minuit, 2016, 461 pages, 29,50 €.

Par Frédéric Thomas

Biographie de Pierre Bernard : Du syndicalisme révolutionnaire chez Michelin à la tête du syndicat national des ingénieurs FO

Par Eric Panthou

* Les « pivertistes » en résistance

Par Thierry Hohl

Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale

Par Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Apocalypse, Staline : Une histoire en miettes ? A propos du documentaire de Isabelle Clarke et Daniel Costelle, Apocalypse Staline : I. Le Possédé, II. L’homme rouge, III. Le maître du monde, trois fois une cinquantaine de minutes (France 2, mardi 3 novembre 2015, 20h 55).

Par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Susan Weissman, Dissident dans la révolution. Victor Serge, une biographie politique. « Le cap est de bonne espérance », Paris, Syllepse, 2006 (2001 pour l’édition originale), 484 pages, 25 €.

Par Jean-Guillaume Lanuque

Compléments en ligne du volume Sexualités en révolutions XIXe-XXIe siècles

  • La résurrection d’Alexandra Kollontaï ?, (seconde partie du travail de Jean-Guillaume Lanuque sur cette révolutionnaire).  Lire la suite ici …
  • Compte rendu du livre de Thomas Bouchet Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours, par Jean-Guillaume Lanuque.  Lire la suite ici … 

 

Dissidences en revues

La revue aux éditions du Bord de l’eau

La revue électronique hébergée sur le site de la MSH de Dijon

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2013 : numéro 5

Articles et documents. Compléments du volume : syndicalismes dans l’horizon révolutionnaire

Notes de lecture : autour du post-colonialisme

La revue des revues

Outils : entretiens avec des militants de la LCR

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2012 : numéro 4

Articles : varia

La revue des revues

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire aux Etats-Unis en comptes rendus

Parcours révolutionnaires : Daniel Bensaïd

Outils : la Bataille socialiste, la Gauche révolutionnaire, et les cahiers Rouges en inventaire

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2012 : numéro 3

Articles : varia

Notes de lectures : autour de la LCR et de la naissance du NPA jusqu’à la candidature de Philippe Poutou

Notes de lectures : Trotsky en biographies

Outils : le maoïsme français

Représentations : d’octobre 17 et de son 90ème anniversaire

Revue des revues

Parcours révolutionnaires : Victor Serge

Complément du numéro : Musique et révolution

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2011 : numéro 2

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : le trotskysme en France

Représentations : de la France

Comptes rendus : le mouvement trotskyste

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2011 : numéro 1

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : la gauche socialiste de 1921 à 1933 en documents

Représentations : de la Chine

Revue des revues

Une réflexion au sujet de « Actualités de Dissidences »

  1. RUSCIO Alain

    Merci à JG Lanuque pour sa critique de mon ouvrage NOSTALGÉRIE. Je n’ai pas son adresse électronique perso, prière de lui transmettre ces remerciements.

    Amitiés

    Alain Ruscio

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *