Actualités de Dissidences

Nos comptes rendus hebdomadaires

 

En langue française, la dernière étude historiographique sur Spartacus, le légendaire esclave révolté, date de 2011 : il s’agit de celle d’Eric Teyssier, intitulée Spartacus. Entre le mythe et l’histoire. Yann Le Bohec, spécialiste incontesté de la civilisation romaine et plus particulièrement de sa composante militaire, a décidé d’y revenir. Lire la suite ici …

 

Ce volume rassemble les actes de la journée d’études, qui s’est tenue fin 2015, et avait pour ambition d’éclairer ce « grand oublié de l’histoire socialiste » que fut Édouard Vaillant (1840-1915), ainsi que la « position singulière » (p. 7-8) qu’il occupa. Lire la suite ici …

« Ils portent ainsi l’histoire silencieuse de l’humanité. Tout a été effacé. (…) On a tout repris du début. On avance malgré nous ». Ainsi s’ouvre le livre de Justin Delareux. Au fil des pages se précise un état des lieux, parfois teinté d’une vague ironie. Lire la suite ici …

NOS COMPTES RENDUS RECENTS

Grégory Chambat, L’École des réac-publicains. La pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Paris, Libertalia, collection « N’autre école », n° 7, 2016, 264 pages, 10 €

François Jarrige, « Gravelle, Zisly » et les anarchistes naturiens contre la civilisation industrielle, Paris, Le Passager clandestin, collection « Les précurseurs de la décroissance », 2016, 106 pages, 8 €.

Michel Cordillot, Eugène Varlin, internationaliste et communard, Paris, Spartacus, 2016, 236 pages, 13 €.

Julien Brygo, Olivier Cyran, Boulots de merde ! Du cireur au trader, enquête sur l’utilité et la nuisance sociales des métiers, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2016, 280 pages, 18,50 €.

Mary M. Talbot, Bryan Talbot, Louise Michel. La vierge rouge, Paris, Librairie Vuibert, 2016, 136 pages, 19,90 €.

Eithan Orkibi, Les étudiants de France et la guerre d’Algérie, Paris, 2012, Syllepse, 295 pages, 25 €.

Fred Guichen, Pigeon, Canard et Patinette et Ann Warren Griffith, Audience captive (Captive audience), Paris, éditions Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques », 2016, 72 et 60 pages, 7 et 5 €, postface de Jean-Pierre Andrevon (pour Pigeon, Canard et Patinette).

Désirée Frappier (auteur), Alain Frappier (dessinateur), Le Choix, Paris, éditeur La Ville brûle, 2015, 118 pages 15 €.

Marianne Stern, 1993. Echappée rouge, Verberie, éditions Voy’[el], 2014, 270 pages, 18 €.

Thierry Paquot, Lettres à Thomas More sur son utopie (et celles qui nous manquent), Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2016, 192 pages, 12,50 €.

Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, 280 pages, 23 €.

Adrien Le Bihan, Isaac Babel. L’écrivain condamné par Staline, Paris, Perrin, 2015, 345 pages, 22 €.

Murray Bookchin, Au-delà de la rareté. L’anarchisme dans une société d’abondance, Gatineau, Québec, Écosociété éditions, collection « Retrouvailles », 2016, 279 pages, 20 €. Édition présentée par Vincent Gerber, traduite de l’anglais (États-Unis) par Helen Arnold, Daniel Blanchard, Vincent Gerber et Annick Stevens.

Patrick Amand, Didier Daeninckx, Roger Martin et alii, Brigadistes !, Saint-Étienne, Éditions du Caïman, 2016, 320 pages, 15 €.

Julian Mischi, Le Bourg et l’atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Agone, collection « L’ordre des choses », 2016, 400 pages, 23 €.

Dominique Heinry (scénario), Henri Labbé (scénario), Alexis Robin (dessinateur), La poussière du plomb, Paris, Édition Delcourt, 2016, 218 pages, 23,95 €.

Notre mini-dossier spécial : Du djihadisme et de la confessionnalisation du politique : au fil de quelques écrits et travaux

Mini-dossier préparé par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Après les attentats de janvier 2015 contre la rédaction de Charlie Hebdo et la supérette casher porte de Vincennes (17 morts), puis la tuerie de masse de novembre 2015 dans les rues de Paris et au Bataclan (130 morts et 413 blessés), diverses analyses des événements (desquelles nous faisons abstraction des commentaires « à chaud » de spécialistes auto-proclamés omniprésents) ont été proposées dans l’espace public. Pour certaines, leur adéquation au sociologisme ambiant leur a valu adoubement médiatique. D’autres peinent à s’imposer.  Nous avons décidé de chroniquer douze titres, issus dans leur grande majorité de la seconde catégorie, dans ce dossier : ouvrages d’historiens (Pascal Ory, Pierre-Jean Luizard), de philosophes (Alain Badiou, Michel Surya), de psychanalystes (Fethi Benslama), d’essayistes et/ou d’écrivains (Alain Bertho, Jean Birnbaum, Michel Onfray, Jean-Louis Comolli), d’un romancier (Boualem Sansal), de collaborateurs de revue (Lignes) et de militants révolutionnaires (la revue Ni patrie ni frontières).

Ces ouvrages se sont imposés à nous de manière totalement subjective, au gré de rencontres avec des titres, en les feuilletant ou suite à des échanges amicaux. Pas de bilan synthétique ou définitif, donc, bien que chaque ouvrage ait été traité avec le sérieux qu’il méritait. Plutôt une première approche des thématiques et des sujets qui, depuis bien avant les attentats d’ailleurs, taraudent, désarçonnent, divisent militants et/ou sympathisants, femmes et hommes, des extrêmes gauches (notre champ d’études), que ce soit au travers des organisations, des collectifs ou des revues : la laïcité, la religion, l’islam, le djihadisme, les comportements religieux de plus en plus visibles, les Juifs, les positionnements « anti-impérialistes », les modèles conceptuels issus des théories post-coloniales retravaillées (« islamophobie », « races sociales »), etc. 

Pierre-Jean Luizard, Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’Histoire, Paris, La Découverte, 2015, 187 pages, 13,50 €. (Christian Beuvain)
Michel Surya, Capitalisme & Djihadisme. Une guerre de religion. De la domination, 6, Paris, Lignes, 2016, 54 pages, 9 €. (Christian Beuvain)
Ni patrie ni frontières, n° 52-53, décembre 2015, « Premiers questionnements sur les causes immédiates et lointaines des massacres du 13 novembre 2015 », 299 pages, 12 €. (Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque)
Michel Onfray (avec Asma Kouar), Penser l’islam, Paris, Grasset, 2016, 180 pages, 17 €. (Jean-Guillaume Lanuque)
Alain Badiou, Notre mal vient de plus loin. Penser les tueries du 13 novembre, Paris, Fayard, collection « Ouvertures », 2016, 63 pages, 5 €. (Christian Beuvain)
Alain Bertho, Les Enfants du chaos. Essai sur le temps des martyrs, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2016, 216 pages, 13 €. (Jean-Guillaume Lanuque [avec la collaboration de Christian Beuvain])

Fethi Benslama (dir.), L’Idéal et la cruauté. Subjectivité et politique de la radicalisation, Paris, Lignes, 2015, 203 pages, 20 €. (Christian Beuvain)

Boualem Sansal, 2084. La fin du monde, Paris, Gallimard-NRF, collection « Blanche », 2015, 288 pages, 19,50 €. (Jean-Guillaume Lanuque)
Jean-Louis Comolli, Daech, le cinéma et la mort, Paris, éditions Verdier, 2016, 128 pages, 13,50 €.  (Frédéric Thomas)
Reconnaître le retour du religieux, une parole impossible à gauche ? A propos de Jean Birnbaum, Un Silence religieux. La gauche face au djihadisme, Paris, Seuil, 2016, 240 pages, 17 €. (Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque)
Pascal Ory, Ce que dit Charlie. Treize leçons d’histoire, Paris, Gallimard, collection « Le débat », 2016, 241 pages, 15,90 €. (Christian Beuvain)

 

A L’OCCASION DE SON 80e ANNIVERSAIRE : Deux ou trois choses sur le Front populaire 

A) Brève analyse de deux images de presse (Le Populaire, SFIO)

 

fuzier-pop-1er-janvier-35

Robert Fuzier, Le Populaire, 1er janvier 1935, page 1, titre : « Espoir », légende : « Bonne année camarade ». (source : Gallica.bnf.fr)

Dans Le Populaire (quotidien de la SFIO) du 1er janvier 1935, le militant socialiste et dessinateur attitré du journal Robert Fuzier représente, en page une, l’espoir, incarné par l’union des travailleurs socialistes et communistes, pour chasser le fascisme (incarné par un membre armé des Croix-de-feu du colonel La Rocque), la guerre (la « grande faucheuse », représentation traditionnelle de la mort) sous le regard abasourdi d’un patron. On remarque la disproportion de taille des personnage, procédé classique dans la caricature, les ouvriers dominant ici largement leurs adversaires, sur fond de cheminées d’usine. Ces voeux de « bonne année », entre « camarades », expriment le souhait que le 6 février 1934 ne puisse plus se reproduire. Tous les symboles sont ici rassemblés : l’ouvrier viril, grand, musclé, la tête droite, le regard assuré, le patron et ses attributs (haut de forme, habits de soirée, embonpoint), les usines en pleine activité, la mort et sa faux, le fasciste et son pistolet, et bien sûr la faucille entre-mêlée du marteau pour le communiste, les trois flèches dirigées vers le bas, « signe » de combat conçu par Serge Tchakhotine en Allemagne pour contrer les croix gammée des nazis et adopté par les socialistes dès 1934. (Christian Beuvain)

fuzier-pop-3-mai-36

Robert Fuzier, Le Populaire, 3 mai 1936, page 1 (source : Gallica.bnf.fr)

L’espoir est bien près de se concrétiser puisque dans Le Populaire du 3 mai 1936, Robert Fuzier, à la veille du premier tour des élections législatives, envisage que cette « union des travailleurs » non seulement fera fuir les anciens gouvernants (on reconnait par exemple Pierre Laval), mais conduira également à « la paix dans le monde ». L’auteur pense sincèrement que la victoire des gauches peut modifier la situation de crise en Europe, provoquée par l’installation des dictatures en Italie, Allemagne, Hongrie etc. Le cortège populaire est composée à parts égales de socialistes, de communistes et de républicains, le bonnet phrygien au milieu du drapeau tricolore est une référence à 1789, et l’on sait que de nombreux manifestants de 1936 portaient ces bonnets. Le cortège brandit le poing, autre symbole de ces années-là, « importé », comme les trois flèches, des luttes antifascistes en Allemagne. Cette foule manifestante montre sa puissance, sa force irrésistible, au point que certains fuyards, dans leur. hâte, tombent. Ce dessin de presse est relativement connu, mais assez souvent il est coupé à la moitié, ne laissant subsister que le cortège. (Christian Beuvain)

B) Comptes rendus d’ouvrages récents (et reprise de comptes rendus de 2006, lors du 70e anniversaire) 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE COIN DES REVUES

Les comptes rendus des revues suivantes, Cahiers du mouvement ouvrier (n° 70), Vacarme (n° 73) et Ni patrie ni frontières (n° 54/55, 56/57) se trouvent dans notre Coin des Revues, ici (13 septembre 2016).

 

IL Y A 80 ANS DÉBUTAIT LA GUERRE D’ESPAGNE/RÉVOLUTION ESPAGNOLE 

ESPAGNE 36 3 FUZIER Le Pop 28 juillet 36 p. 1

                     Robert Fuzier, Le Populaire, 28 juillet 1936, page 1 (source : Gallica.bnf.fr)

Le 17 juillet 1936, au Maroc espagnol, l’armée sous la direction du général Francisco Franco se révolte contre le gouvernement de Front populaire élu le 20 février précédent. Ce coup d’État, dirigé par les généraux Mola, Sanjurjo, Queipo de Llano et Franco, soutenu par la bourgeoisie (propriétaires terriens, industriels, banquiers), l’Église et les partis ou organisations de droite/extrême droite (Phalange, milices carlistes/royalistes) atteint l’Espagne elle-même le 18 juillet. Malgré une résistance souvent désespérée d’ouvriers désarmés, des villes comme Séville puis Badajoz tombent aux mains des militaires rebelles, qui exercent une répression féroce, tandis qu’à Madrid, Barcelone et Valence, les organisations de gauche et d’extrême gauche, en particulier les anarchistes de la CNT (Confédération nationale du travail), arment le peuple et mettent en échec les franquistes. La guerre d’Espagne commence.

Ce dessin du journaliste et caricaturiste Robert Fuzier (1898-1982) est sa première illustration parue dans Le Populaire, le quotidien de la SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière). Il paraît donc exactement huit jours après que ce journal ait titré « L’Espagne tient tête à la sédition » (20/07/1936, p. 1). L’Humanité, quotidien du Parti communiste français, annonce, lui, que « L’insurrection fasciste est vaincue à Barcelone, à Séville et à Mellila ». Si les quotidiens socialistes et communistes font preuve de tant d’optimisme les premiers jours – ce n’est pas toute la population qui « tient tête » et Mélilla et Séville sont déjà aux mains des forces franquistes – la raison en est simple : ils ne font que refléter les communiqués de presse d’un gouvernement républicain en plein désarroi.

Dans Le Populaire du 22 juillet 1936, en page 3, un article sur l’Espagne d’un « correspondant particulier » est signé des initiales RF. Il s’agit de Robert Fuzier, arrivé sur place la veille (le 21 donc, jour d’où il envoie son article, par téléphone, de Cerbère) ou alors le 20. En tout cas, pas avant, puisque l’on sait par un entrefilet paru dans le journal le 20 (p. 3) qu’il présidait une réunion du Front populaire à Caen, le 19, avec le journaliste communiste André Wurmser et le caricaturiste Jean Effel. Il y représentait le gouvernement de Léon Blum puisque Robert Fuzier est également, à cette époque, attaché de cabinet au sous-secrétaire d’État aux sports et loisirs, Léo Lagrange.

Robert Fuzier pénètre en Espagne avec d’autres militants socialistes, par des chemins de muletiers, jusqu’à Port-Bou. C’est là qu’il prend contact, à la mairie socialiste, avec les représentants des milices ouvrières, qui en ont fait leur quartier général. Il écrit : « Dans la ville, les milices ouvrières, fusil de chasse sur l’épaule, cartouchière à la ceinture, patrouillent. » On peut penser que c’est à ce moment qu’il crayonne le dessin paru seulement le 28 juillet. L’union fraternelle entre miliciens ouvriers et gardes civils semble étonnante, ces derniers ayant en majorité rejoint le camp franquiste. On note dans cette légende l’emploi des termes « drapeau rouge » et « barricades », qui arriment nettement la riposte antifasciste espagnole à un passé révolutionnaire et romantique, où plane encore l’ombre des insurrections du XIXe siècle.

Robert Fuzier est rejoint en Espagne par un autre correspondant, son ami Jean-Maurice Hermann, dès le 24 juillet.

Christian Beuvain

 

 Les billets récents

Biographie de Pierre Bernard : Du syndicalisme révolutionnaire chez Michelin à la tête du syndicat national des ingénieurs FO

Par Eric Panthou

* Les « pivertistes » en résistance

Par Thierry Hohl

Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale

Par Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Apocalypse, Staline : Une histoire en miettes ? A propos du documentaire de Isabelle Clarke et Daniel Costelle, Apocalypse Staline : I. Le Possédé, II. L’homme rouge, III. Le maître du monde, trois fois une cinquantaine de minutes (France 2, mardi 3 novembre 2015, 20h 55).

Par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Susan Weissman, Dissident dans la révolution. Victor Serge, une biographie politique. « Le cap est de bonne espérance », Paris, Syllepse, 2006 (2001 pour l’édition originale), 484 pages, 25 €.

Par Jean-Guillaume Lanuque

Compléments en ligne du volume Sexualités en révolutions XIXe-XXIe siècles

  • La résurrection d’Alexandra Kollontaï ?, (seconde partie du travail de Jean-Guillaume Lanuque sur cette révolutionnaire).  Lire la suite ici …
  • Compte rendu du livre de Thomas Bouchet Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours, par Jean-Guillaume Lanuque.  Lire la suite ici … 

Les parcours sur le blog

 

Vidéo de Victor Serge

Victor Serge : un dossier de comptes rendus

Trotsky et le trotskysme dans nos publications (Comptes rendus, articles, chronologie, bibliographie)

 Afficher l'image d'origine

Le syndicalisme dans nos publications (Comptes rendus, articles, chronologie, bibliographie)

Dissidences en revues

La revue aux éditions du Bord de l’eau

La revue électronique hébergée sur le site de la MSH de Dijon

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2013 : numéro 5

Articles et documents. Compléments du volume : syndicalismes dans l’horizon révolutionnaire

Notes de lecture : autour du post-colonialisme

La revue des revues

Outils : entretiens avec des militants de la LCR

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2012 : numéro 4

Articles : varia

La revue des revues

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire aux Etats-Unis en comptes rendus

Parcours révolutionnaires : Daniel Bensaïd

Outils : la Bataille socialiste, la Gauche révolutionnaire, et les cahiers Rouges en inventaire

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2012 : numéro 3

Articles : varia

Notes de lectures : autour de la LCR et de la naissance du NPA jusqu’à la candidature de Philippe Poutou

Notes de lectures : Trotsky en biographies

Outils : le maoïsme français

Représentations : d’octobre 17 et de son 90ème anniversaire

Revue des revues

Parcours révolutionnaires : Victor Serge

Complément du numéro : Musique et révolution

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2011 : numéro 2

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : le trotskysme en France

Représentations : de la France

Comptes rendus : le mouvement trotskyste

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2011 : numéro 1

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : la gauche socialiste de 1921 à 1933 en documents

Représentations : de la Chine

Revue des revues

Une réflexion au sujet de « Actualités de Dissidences »

  1. RUSCIO Alain

    Merci à JG Lanuque pour sa critique de mon ouvrage NOSTALGÉRIE. Je n’ai pas son adresse électronique perso, prière de lui transmettre ces remerciements.

    Amitiés

    Alain Ruscio

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *