Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2012 (édition originale 2010), 280 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette étude de l’universitaire britannique Stephen Graham s’inscrit dans la lignée de celles de David Harvey, Naomi Klein ou Mike Davis, en démontrant la volonté d’omniscience du contrôle technologique manifestée par la Triade à l’égard du terrorisme, réel ou fantasmé ; cette volonté se déclinant dans les villes occidentales via l’accroissement de la surveillance sécuritaire, et dans les champs de bataille urbains du Sud via le contrôle des ressources, manifestation d’un « capitalisme par dépossession »[1]. Autant de marques d’une militarisation globale des sociétés, voire d’une « métaguerre », dans la lignée du concept de guerre totale, surtout sensible depuis le 11 septembre 2001, militarisation qui ouvre des marchés particulièrement lucratifs pour certaines entreprises, testant leurs techniques en guerre avant de les transférer dans des villes en paix.

Se dévoile alors, selon l’auteur, un véritable complexe, plus large que le traditionnel militaro-industriel, regroupant « armée-industrie-médias-divertissement » ; l’industrie bénéficiant du soutien des États dans un secteur porteur mais concurrentiel, tandis que les médias se chargent de faire de la guerre un spectacle. Le propos de Stephen Graham porte essentiellement sur les États-Unis, au risque de manquer de données comparatives (ainsi du recrutement de plus en plus rural de l’armée étatsunienne, qui irait dans le sens d’un rejet de la grande ville vue comme cosmopolite). Les changements de doctrine militaire sont particulièrement analysés, le rêve de suprématie militaire totale sans pertes s’incarnant, suite à l’impasse irakienne, dans des projets de robotisation des interventions létales, allant jusqu’à des insectes robots dotés d’armes biologiques et/ou génétiques. Stephen Graham précise toutefois qu’il n’existe pas d’unanimité au sein de l’armée étatsunienne sur ce fétichisme de la machine, d’autant qu’en plus du risque d’erreurs de cibles, se dessinerait une dilution des responsabilités en cas de crimes de guerre.

S’y ajoutent certains développements sur Israël, dont la gestion des territoires palestiniens, et en particulier de la bande de Gaza, fait office d’expérience modèle, que ce soit pour les assassinats ciblés ou pour la destruction des infrastructures urbaines. Ces dernières, cibles privilégiées, seraient selon l’auteur davantage détruites par les États-nations que par les groupes terroristes, au mépris du droit humanitaire international qui interdit théoriquement de s’en prendre aux populations civiles[2]. Assurément, les exemples convoqués par Stephen Graham ont de quoi faire réfléchir, voire carrément saisir le lecteur : on découvre en effet que certains jeux vidéo de guerre ont été directement commandés par l’armée, offrant une vision de la mort aseptisée, avec en retour l’inspiration des commandes de console PlayStation pour les tableaux de commande de drones étatsuniens. De même, les fausses villes du Sud conçues par l’armée étatsunienne, réelles (Paris est un leurre est dépassé !) ou virtuelles, et qui transposent les « clichés orientalistes », ont un caractère proprement sidérant. Ce « réenchantement » de la guerre contraste avec la réalité sur le terrain.

Toutefois, cette version française du livre laisse un profond goût d’inachevé : n’ont en effet été traduits que la moitié des chapitres de l’édition originale, sans qu’aucune justification n’apparaisse, faisant du même coup disparaître la conclusion ! On est ainsi privé de probables développements sur les systèmes de sécurité utilisés dans les villes occidentales, capables de repérer des déviances par rapport à une normalité préétablie[3]… Les autres limites de l’étude, un prisme colonial un peu trop systématique (l’idée de colonisation interne des pays développés, ou l’exploitation des villes du Sud par celles du Nord, trop indifférenciée), une tendance ponctuelle à la simplification (la stigmatisation des Arabes après le 11 septembre  visible dans la production hollywoodienne, sans exemples…) ou le concept d’urbicide, qui peine à convaincre totalement, sont peu de choses face à cette amputation incompréhensible.



[1]              David Harvey, Le nouvel impérialisme, chroniqué dans notre revue électronique.

[2]              Stephen Graham prend l’exemple de la première guerre d’Irak, pour laquelle ce genre de cibles serait responsable de plus de 100 000 morts.

[3]              Voir à cet égard Frédéric Gaillard / Pièces et main d’œuvre, L’industrie de la contrainte, chroniqué dans notre revue électronique.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *