Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Perrin, collection « Pour l’histoire », 2012, 404 pages, 24 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Pour l’auteur, l’histoire des ouvriers en France au XXe siècle est plutôt celle du naufrage d’un monde que d’une mutation[1]. Il choisit de regrouper sa matière en quatre séquences chronologiques (1900-1936, le Front populaire et la guerre, 1945-1970 et les années de crise), alternant l’étude du « monde ouvrier » et de ses organisations, « le mouvement ouvrier ». Inévitablement, étant donné l’ampleur de la période envisagée, on peut regretter la rapidité de certains passages. Ainsi, quand il parle des travailleurs coloniaux déportés en France en 1940, il n’évoque pas le remarquable travail de Pierre Daum[2] . De même, son développement sur les colonies de vacances organisées par les municipalités communistes de la région parisienne avant 1939 aurait gagné en consistance s’il avait connu l’originale contribution d’Arnaud Baubérot[3].

Mais ce ne sont là que péchés véniels qui ne remettent pas en question la valeur d’un travail qui s’appuie sur une masse de lectures impressionnante : l’abondance des notes infra-paginales et la longueur de la bibliographie en attestent. Et l’historien se fait ethnologue du monde ouvrier, évoquant bistrots, lavoirs et bornes-fontaines pour l’avant 1939-1945, sociétés de colombophiles, orphéons et harmonies dans le Nord, mais aussi les pratiques d’opposition à l’ordre patronal et usinier : « freinage », « grapillage » chez les dockers, « perruque » (détourner l’outil du patron pour son propre compte) ou « macadam » (accident de travail simulé). Les grandes figures des maires ouvriers, socialistes notamment, sont présentes : Jean Lebas à Roubaix ou François Blancho à Saint-Nazaire. Mais Henri Sellier à Suresnes n’est pas seulement un maire bâtisseur, il a l’audace d’autoriser le Docteur Dalsace à ouvrir un dispensaire, en 1935, dans lequel sont donnés des conseils contraceptifs, bravant la loi de 1920.

Parmi d’autres vertus, l’auteur a le mérite d’insister sur l’hétérogénéité du « monde » ouvrier » – peut-être est-ce pour cela qu’il hésite à parler de « classe ouvrière » , – coloniaux, étrangers, femmes … dont les caractéristiques et les combats sont suivis jusqu’à la fin du XXe siècle. L’auteur n’hésite pas non plus, malgré les inéluctables limites du format de l’ouvrage, à évoquer également l’hétérogénéité du « mouvement ouvrier » : opposition entre « unitaires » et réformistes avant 1939, éclatement de la grève chez Renault-Billancourt en avril 1947 à l’initiative de militants trotskystes, qui remet en question l’unanimisme issu de la Résistance, ou encore hégémonie du PCF-CGT bousculée en Mai 68. Il rappelle aussi l’adhésion d’ouvriers aux idées d’extrême droite à la fin des années 30, regrettant à juste titre le peu d’études consacrées à ce thème, « véritable angle mort de l’historiographie » (p. 139), une adhésion réactivée par la crise actuelle.

Parlant successivement de la « segmentation, du morcellement du monde ouvrier », et même de « la fin du mouvement ouvrier » pour la période récente, Xavier Vigna n’insiste-t-il pas trop sur les nouveautés (attrait pour le pavillon et repli sur la cellule domestique, individualisme) au détriment des permanences ? Face aux nouvelles formes d’exploitation de la main d’œuvre (précarisation des statuts, dégradation des conditions de travail), n’est-il pas possible d’imaginer la renaissance d’un mouvement ouvrier prenant mieux en compte la diversité de la condition ouvrière et salariée, alors que, comme le dit justement l’auteur, les organisations traditionnelles, « viriles, françaises, métallo-centrées (sic) » ne pouvaient pas et ne peuvent toujours pas prendre en compte un monde ouvrier si hétérogène (p. 278). Travail de Sisyphe à n’en pas douter. A trop vouloir prendre en compte certaines singularités – par exemple les femmes voilées – le parti ou le syndicat ne risque-t-il pas d’entraîner des effets contre-productifs, de jeter dans les bras de l’extrême droite cocardière et xénophobe des fractions de « la classe » ?

 



[1]              Déjà en 1965, trois jeunes économistes, frappés par la diminution drastique du nombre des agriculteurs, publiaient au Seuil un livre intitulé Une France sans paysans (Michel Gervais, Claude Servolin et Jean Weil).

[2]              Pierre Daum, Immigrés de force. Les travailleurs indochinois en France (1939-52), Paris, Éditions Solin, 2009.

[3]              Arnaud Baubérot, « L’enfance en rouge et noir. Colonies de vacances communiste et catholique à Ivry-sur-Seine dans l’entre-deux-guerres » in Ludivine Bantigny et Arnaud Baubérot (dir.), Hériter en politique, Paris, PUF, 2011, p.111-122.

La présentation du livre par Xavier Vigna

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *