Marianne Enckell, La Fédération jurassienne. Les origines de l’anarchisme en Suisse, Genève-Paris, Entremonde, 2012, 140 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Édité initialement en 1971 (L’Age d’homme, Lausanne), réédité vingt ans plus tard (Canevas, Saint-Imier, 1991), cet ouvrage n’était plus disponible depuis de nombreuses années. Sa lecture, agrémentée d’une préface actualisée, permettra à des lecteurs plus jeunes de découvrir ce pan de l’histoire ouvrière. Si Marianne Enckell précise bien qu’ « il ne s’agit pas d’un ouvrage d’érudition », elle a pris soin de compléter la bibliographie en fin de volume, même si son récit demeure tributaire des mémoires du témoin décisif que fut James Guillaume (L’Internationale, documents et souvenirs, Paris, Champ libre, 2 vol., 1985. Édition originale 1905-1910). Cette histoire se déroule en trois chapitres. Dans un premier et cursif chapitre sont présentées les conditions de fondation de l’AIT en Suisse, dans les mois qui suivent sa création en 1864 à Londres. C’est un milieu économique où domine l’atelier, en particulier ceux relevant de l’horlogerie (on lira avec plaisir l’analyse classique de Mario Veuilleumier, Horlogers de l’anarchisme, émergence d’un mouvement : la Fédération jurassienne, Lausanne, 1988). Le programme qui rassemble ces travailleurs des montagnes est loin d’être révolutionnaire. Si Bakounine fonde à Genève son Alliance internationale de la démocratie socialiste en 1868, le personnage décisif de l’histoire de la Fédération est James Guillaume. C’est lui qui est l’éditeur de la presse, Le Progrès, La Solidarité, puis, à partir de 1872, le Bulletin de la Fédération jurassienne. Marianne Enckell analyse les tensions qui se manifestent au sein de la fédération romande autour d’un axe assez facile à saisir. D’un côté les militants jurassiens se réclament d’une libération inscrite strictement sur le plan économique, tandis que de l’autre ceux de La Chaux-de-Fonds et de Genève soutiennent la perspective marxiste d’une émancipation politique. Bakounine, soutenu par Guillaume, se situe sur le terrain des Jurassiens. La liste des abonnés au journal La Solidarité permet de se faire une idée assez précise des forces regroupées autour de ce qui est encore La Fédération romande des montagnes puisqu’en mai 1870, on compte 586 abonnés, dont 477 en Suisse. Après la rupture avec l’AIT, la Fédération jurassienne à son apogée, en 1873, compte au maximum 400 membres, ce qui relativise, du point de vue historique (à ne pas confondre avec la dimension politique, bien entendu) l’importance de cette organisation. Au Congrès de la Haye de l’AIT, les partisans européens de Bakounine (dont les Suisses) sont exclus de l’Internationale. La seule exception notable est celle d’Adhémar Schwitzguébel. La minorité du Congrès de la Haye (Italiens, Espagnols, Suisses et quelques autres) se réunit à Saint-Imier, dans les montagnes suisses, pour fonder le 15 septembre 1872 la Fédération jurassienne. La composante suisse est la plus petite fédération de cette nouvelle internationale avec quelques centaines de membres, tandis que la section espagnole rassemblera jusqu’à 50 000 membres au bout de quelques années. La fédération jurassienne oppose à la violence et au radicalisme, son  « langage (qui) correspond à une pratique sage, calme, organisatrice, joyeuse parfois », comme la caractérise l’auteure, avec des formulations parfois sybillines : « L’importance de la Fédération jurassienne tient plus à la critique sociale et politique, à l’attention prêtée à tout ce qui concerne le mouvement ouvrier, qu’à la lutte contre le capital » (p. 80). La statistique tiendra d’ailleurs lieu de science de l’action sociale pour ces militants horlogers. Quelques portraits (ainsi Paul Brousse, réfugié communard qui y joue un rôle non négligeable) et un développement sur la fin de l’activité de Bakounine complètent ces quelques pages. Plus que par son implantation, la Fédération a joué un rôle politique : « Le pacte de Saint-Imier de 1872, qui disait que « la destruction du tout pouvoir politique est le premier devoir du prolétariat », reste une des références constante pour les anarchistes » (p. 131). Ce petit livre en fournit quelques points de repère.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *