Christophe Darmangeat, Conversation sur la naissance des inégalités, Marseille, Agone – CVUH, collection « Passé et présent », 2013, 200 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Christophe Darmangeat s’était fait remarquer par un ouvrage majeur, Le Communisme primitif n’est plus ce qu’il était, qui remettait en question les analyses de Friedrich Engels dans L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État en les actualisant, concluant en particulier à l’inexistence d’un matriarcat originel et à la très grande ancienneté des inégalités sexuelles. Dans ce nouveau petit opuscule, construit sous la forme d’une conversation non dénuée d’humour et de références inattendues (les films Avatar ou Les Dieux sont tombés sur la tête sont cités), il présente de manière à la fois vulgarisée et référencée l’origine des inégalités sociales. Toujours attaché à une vision marxiste ouverte, particulièrement sensible dans la conclusion, Christophe Darmangeat montre bien que ces différences de richesse et de propriété sont la résultante d’une construction sociale et non une donnée prétendument naturelle.

Le propos suit essentiellement une périodisation ternaire, partant des sociétés égalitaires pour aboutir aux sociétés de classes (vers -3000) en passant par les sociétés inégalitaires (apparues vers -10 000). Les sociétés égalitaires au sens le plus strict sont celles des chasseurs cueilleurs nomades non éleveurs, chez qui régnait un libre accès aux ressources du territoire et une solidarité collective, particulièrement en cas de manque. La propriété privée y est marginale, et si la division sexuelle des tâches est une réalité, les chefs sont dénués de réels pouvoirs (ils sont avant tout des forces de propositions et de réflexions). Aucune tendance à l’idéalisation d’un mode de vie prétendument plus harmonieux avec la nature, Christophe Darmangeat rappelant la dureté de la vie d’alors, souvent courte et violente, soumise aux aléas naturels. Les sociétés inégalitaires qui leur succèdent sont contemporaines de la sédentarité (cette dernière précédant d’ailleurs l’agriculture), qui permet le développement du stockage et par là d’équivalents matériels, surtout utilisés pour les mariages et les rachats de meurtres. Néanmoins, le libre accès au territoire demeure un fait établi, tout comme la primauté du sens de la collectivité. La richesse nouvelle peut en effet être large ou individuelle, mais doit quoi qu’il en soit répondre à un rôle social, la sanction en cas de non-respect de ce principe pouvant aller jusqu’à la mort.

Les sociétés de classes émergent ensuite à partir de la croissance du surproduit, en lien avec la centralisation des tâches collectives, s’articulant à travers la constitution conjointe d’un groupe de privilégiés libérés du travail productif et d’une masse croissante de dépendants, l’esclavage et l’infériorisation des femmes jouant ici un rôle clef. Là comme précédemment, Christophe Darmangeat insiste en tout cas abondamment sur la variété des évolutions, refusant le principe d’un schéma unique et linéaire. Au sortir de cette synthèse d’une grande qualité, on peut tout au plus regretter que certains thèmes, comme la guerre ou la place et l’évolution des rites religieux en lien avec cette expansion des inégalités, n’aient pas été abordés ; sans oublier la frustration que laisse immanquablement cette ouverture sur la naissance de la civilisation…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *