Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, 333 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ma guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne de combat1 est un classique sur la guerre d’Espagne, écrit par Mika Etchebéhère, une des rares (peut-être même la seule) femmes, étrangère de surcroît, à avoir dirigé une colonne de miliciens, dans les premiers combats lors de l’assaut de Madrid en 1936. C’est pourtant la veine romanesque qui permet de raconter de manière détaillée sa vie, avant et après la période espagnole. En effet, se basant sur la documentation disponible (cahiers, lettres privées, articles publiés dans des revues méconnues, conversations avec des personnes qui l’ont fréquentée) la romancière argentine Elsa Osorio propose avec la Capitana une très sensible évocation de la figure de cette militante révolutionnaire que fut Mika Etchebéhère. Sa vie ressemble en effet à un roman, mais un roman de la cruauté et de la désillusion. Micalea Feldman dite Mika naît en Argentine d’une famille de juifs immigrés. Au début des années 1920, elle rencontre Hippolyte Etchebéhère, révolté et militant du tout jeune Parti communiste. Ce sera l’amour de sa vie et un engagement commun, sans concession. Hippolyte brûle rapidement sa santé dans un activisme sans borne. Exilés en Patagonie pour reprendre des forces, ils y accomplissent un travail militant considérable. Au bout de quelques années, ils décident de partir pour Paris, où ils participent activement au mouvement des oppositionnels communistes, dont jaillira un peu plus tard des organisations trotskystes. Le voyage se poursuit, brièvement, en Allemagne, peu de temps avant l’accession d’Hitler au pouvoir. Hippolyte publiera une analyse de la défaite sans combat du mouvement ouvrier, profondément divisé entre communistes et socialistes2. Avec Mika, il participe au lancement d’une revue de haute teneur politique, Que faire ?, animée par des militants oppositionnels au sein du Parti communiste français. Mais la santé d’Hippolyte continuant de se dégrader, il part en Espagne, espérant profiter du temps sec et chaud pour guérir. Mika le rejoindra quelques mois plus tard. Ils sont donc aux premières loges lorsque éclate le pronunciamento nationaliste. Immédiatement, les qualités politiques d’Hippolyte font de lui un des dirigeants d’une des colonnes du POUM qui, avec la CNT, constitue l’aile marchante de l’opposition au fascisme. Lorsqu’il meurt au combat, comme une bonne partie des premiers combattants, Mika prend la relève et manifeste un courage exceptionnel, à la tête d’une des colonnes du POUM. Enterrée vivante lors d’un bombardement, elle ne doit la vie sauve qu’à l’admiration qu’elle avait suscité auprès de ses miliciens. Mais sa place de Capitana n’est guère appréciée, au moment où la pression politique des armes soviétiques joue un rôle sur les dirigeants militaires. Elle est finalement évincée des combats en première ligne. Nous laissons au lecteur le soin de découvrir la suite des aventures de Mika, au prise avec des envoyés du NKVD (police politique soviétique) dans des circonstances exactes, mais d’une véracité telle que le romanesque s’en empare aisément. Elle ne quitte l’Espagne qu’au moment de l’effondrement du camp républicain, pour se réfugier en Argentin et revenir s’installer en France plusieurs années après la guerre. Construit en aller-retour entre les différentes époques et les multiples lieux de son existence, ce roman laisse apercevoir l’extraordinaire existence qui fut celle de Mika. Par la trame fictionnelle, des dimensions absentes de sa biographie militante surgissent au fil du récit, dont les rencontres, les amitiés ou même l’amour qu’éprouve Mika pour Hippolyte. Admirablement traduit par François Gaudry, ce livre permet de prolonger la lecture des textes politiques de la Capitana. Et les ouvrages de fiction dont le centre de gravité est le POUM sont trop rares pour qu’on ne les remarque pas3.

1Mika Etchebéhère, Ma guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne de combat, Paris, Denoël, 1975, Actes Sud-Babel, 1998 pour l’édition de poche.

2Juan Rustico [Hippolyte Etchebéhère], 1933 : La tragédie du prolétariat allemand, Paris, Les Amis de Spartacus, 2003, 84 p.

3La romancière Elsa Osorio est également l’auteure du roman Luz ou le temps sauvage (Métailié, 2002)sur le destin des enfants de militants révolutionnaires adoptés par les familles des militaires qui avaient torturé et tué leurs parents, pendant la dictature de la junte de Videla. Sur le même sujet, lire de Caryl Férey, Mapuche, Gallimard, 2012, « Folio-policier », 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *