Stéphane François, Au-delà des vents du nord. L’extrême droite française, le pôle Nord et les Indo-Européens, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014, 324 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Stéphane François est un chercheur spécialisé dans l’étude de l’extrême droite, auteur de nombreux articles et ouvrages sur la question, parmi lesquels Le Nazisme revisité (chroniqué sur notre ancien site). Dans ce nouveau livre, il s’efforce, selon ses mots, de proposer une ethnologie de l’extrême droite, en lien avec les retours en force, sur la scène médiatique en particulier, des thèses identitaires. Le mythe de la civilisation européenne, d’une identité blanche et païenne1 trouvant ses origines dans une légendaire Hyperborée et des Indo-Européens fantasmés, est donc au cœur de l’approche de l’auteur. Tout au long de ses seize chapitres, il se livre en fait à une stratigraphie de l’extrême droite, déployant une érudition impressionnante mais touffue, qui, loin d’éviter une certaine confusion, finit régulièrement par perdre le lecteur et distendre à l’excès l’analyse et la problématique globales, au profit d’une accumulation de données et de références parfois redondante.

Si l’on devait cibler un sujet central abordé par Stéphane François, ce serait sans nul doute la Nouvelle Droite et son intellectuel emblématique, Alain de Benoist, caractérisés en particulier par « (…) le régionalisme, la promotion du paganisme, la défense d’un empire européen, le refus des États-Unis et de l’Occident (…) » (p. 36). La filiation du GRECE en particulier provient du groupe Europe-Action, fondé par Dominique Venner au début des années 1960 sur des positions européistes, une singularité à l’époque dans l’extrême droite – essentiellement et traditionnellement centrée sur le nationalisme – avec des positionnements plus classiques, supériorité de la race blanche, pureté à préserver et antichristianisme. Dans son analyse de la Nouvelle Droite, Stéphane François souligne à raison sa pluralité interne, certains groupes folkistes, férocement identitaires2, comme Terre et Peuple ou la revue Réfléchir et Agir, en étant issus. Mais en reconstituant les évolutions d’Alain de Benoist, passé apparemment d’un racialisme affiché à un ethnodifférentialisme plus subtil, témoignant à certains moments d’islamophilie et de tiers-mondisme, il nous semble négliger la cohérence d’ensemble de ce dernier, désireux de brouiller les repères afin de rendre plus acceptables des idées finalement traditionnelles de l’extrême droite3 (l’illustrent à plaisir ces références transversales que sont Claude Lévi-Strauss ou Henri Lefebvre, plus surprenantes a priori que celle de Georges Dumézil et sa tripartition devenue figée) ; on n’est sans doute pas si loin de l’optique du national-bolchevisme.

Autres points cruciaux, les thématiques cultivées par toute une partie de l’extrême droite, qui s’avèrent être de quasi invariants, des fondamentaux historiques de longue durée. Il en est ainsi des thèses de Gobineau contre le métissage ou en faveur du différentialisme, et des idées völkisch, apparues dans la seconde moitié du XIXe en Allemagne, parallèlement à la mouvance plus large de retour à la nature, et avec lesquelles les nazis nourrirent des rapports contrastés. Une des figures intellectuelles en est l’anthropologue Hans F. K. Günther, trait d’union entre un Georges Vacher de Lapouge et la Ligue nordique de Roger Pearsons, avant d’être une référence majeure de Jean Haudry, universitaire ayant pris part à la fondation du GRECE et auteur d’un « Que sais-je ? » sur les Indo-Européens en 1981. Ce faisant, Stéphane François relativise la filiation avec le nazisme, plutôt indirecte, préférant privilégier l’impact de la révolution conservatrice et une généalogie finalement fort diverse (le darwinisme social, certains textes d’Ernest Renan4, la théosophie, Julius Evola puis Jean Mabire, Jacques de Mahieu, etc…). En son sein, un des personnages les plus étonnants est sans doute l’Indien Gangâdhar Tilak (1856-1920), membre du Parti du Congrès, et qui, par anticolonialisme, situait l’origine des Aryens au nord de l’Europe, aboutissant de la sorte à une égalité entre Europe et Inde dans la supériorité civilisationnelle.

1Les chrétiens des premiers siècles seraient ainsi a contrario les « bolcheviks de l’Antiquité ».

2 « (…) refus de la mégalopole au profit d’une vie dans les communautés villageoises ; éloge et défense des particularismes régionaux ; attrait pour les activités folkloriques (…) ; éloge du naturisme et des médecines naturelles ; refus du christianisme universaliste destructeur des particularismes culturels locaux ; refus du métissage au nom de la préservation des identités. » (p. 222). Avec d’autres groupes de la même mouvance, ils déploient des efforts de coordination et de rassemblement en vue de la constitution d’une « Eurosibérie ».

3Stéphane François va jusqu’à émettre l’hypothèse d’une sortie d’Alain de Benoist du champ de l’extrême droite dans les années 1990 (p. 243), ce qui rejoint l’analyse de Pierre-André Taguieff dans Sur la Nouvelle Droite. Jalons d’une analyse critique, Paris, Éditions Descartes et Cie, 1994.

4Sur cet esprit d’une époque, on peut consulter le livre d’André Pichot, La Société pure. De Darwin à Hitler, chroniqué dans notre revue électronique, et curieusement absent de la bibliographie. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *