Lars T. Lih, Lénine. Une biographie, Paris, Les Prairies ordinaires, collection « Singulières modernités », (postface de Jean Batou), 2015 (édition originale en 2011), 288 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ces dernières années en France, les biographies de Lénine continuent de paraître en suivant deux axes principaux : d’un côté, les approches a priori hostiles, dont le dernier et meilleur exemple en date est assurément le livre de Robert Service1 ; de l’autre, des ouvrages plus sympathiques, voire empathiques, à l’image des deux biographies successives écrites par Jean-Jacques Marie2. Le travail de Lars T. Lih, historien anglo-saxon, s’inscrit dans la seconde catégorie. A la différence de Jean-Jacques Marie, toutefois, il ne cherche pas à fournir un récit complet de la vie de Vladimir Illitch Oulianov, mais plutôt à repérer les périodes successives de son parcours, et à proposer des clefs de lecture plus ou moins novatrices à travers une vision globale, totalisante, qui perçoit son personnage comme un tout harmonieux, personnellement et politiquement. Ce que Lars T. Lih nomme le « scénario héroïque » de Lénine, mis au point dans les années 1890 et auquel il demeurera fidèle l’essentiel de sa vie, forme le leitmotiv de son analyse.

Présenté avec un support iconographique original, cette dernière s’articule en trois temps : créer un parti social-démocrate capable d’aider le prolétariat à accéder à une conscience socialiste ; permettre l’émergence d’une révolution démocratique apportant les libertés en Russie, menée par le peuple, mais dont le prolétariat doit prendre la tête ; et ensuite passer à la révolution socialiste proprement dite.

Le récit proprement biographique n’innove pas vraiment, de ses origines familiales marquées par une certaine ascension sociale à la transfiguration de la Première Guerre mondiale, présentant toutefois des silences surprenants comme sur la scission si primordiale de 1903 entre bolcheviques et mencheviques… Sont mis à contribution des documents parfois inhabituels, comme le texte de Georgi Solomon3 (« Portrait de Lénine en sous-vêtements »), et certaines comparaisons ne manquent pas de surprendre (un épisode de la série télévisée Buffy contre les vampires permet d’illustrer la situation du POSDR (Parti ouvrier social-démocrate russe) juste avant la guerre !). Lars T. Lih insiste par ailleurs à plusieurs reprises sur ce qu’il considère comme des exagérations, que ce soit à propos de la joie éprouvée par Lénine lors de la famine de la Volga au début des années 1890 (capable d’accélérer, par exaspération, la révolution populaire) ou sur la violence exercée pendant la guerre civile, qu’il attribue avant tout aux circonstances, partagée par tous les acteurs, et qui ne résume pas la totalité des actions menées durant cette période. Il relativise également certains textes canoniques, ainsi des Que faire ? et L’État et la révolution, débats avant tout livresques, leur préférant des écrits moins célèbres ; ainsi, en 1917, l’essentiel selon Lénine aurait été de détruire l’État bourgeois afin d’édifier un État prolétarien tout en conservant l’appareil économique de la bourgeoisie. Ce sur quoi insiste tout particulièrement Lars T. Lih, c’est l’appartenance des idées de Lénine au corpus théorique de la social-démocratie occidentale. La figure de Kautsky, celui du Chemin du pouvoir, mais également du Programme d’Erfurt, est à ce titre une influence cardinale, y compris après 1914, Lénine estimant être resté fidèle à ses leçons là où lui-même les avait trahies. L’infléchissement de sa praxis a lieu, selon Lars T. Lih, en 1919, lorsque Lénine se rend compte de l’échec de la révolution internationale et de l’impasse d’une transcroissance communiste dans les campagnes. L’inquiétude se met alors à croître au sein de son « scénario héroïque », inquiétude vis-à-vis du capitalisme rural, mais aussi vis-à-vis de la bureaucratie, pour laquelle il estime nécessaire de mettre l’accent sur l’acculturation de la population, qui aurait manqué aux soviets originels. Citons Lars T. Lih : « En somme, le scénario héroïque de Lénine était loin d’être réaliste. Mais la confiance aveugle qu’il avait placée en lui était peut-être une illusion nécessaire, qui lui permit de faire face à une situation agitée, marquée par l’effondrement politique et économique. En 1917, il a tenu bon, alors que les leaders des autres partis russes perdaient la tête en voyant arriver le désastre social et économique. A ses yeux, c’était une occasion à saisir. On peut considérer Lénine comme une sorte de Noé, qui construit imperturbablement son arche malgré la montée des eaux. Mais son arche a pris l’eau parce qu’elle était faite de postulats infondés, le voyage a causé beaucoup plus de souffrances que prévu, et l’arche a échoué bien loin de la destination prévue par son bâtisseur. Néanmoins, elle a réussi à braver la tempête. » (p. 222).

Quant à la postface de Jean Batou, universitaire suisse membre de SolidaritéS, intitulée « Lénine au XXIe siècle », elle revient sur le travail de Lars T. Lih4 et insiste plus spécialement sur la rupture de 1914 dans la vie de Lénine, avec sa redécouverte de Hegel. Loin de la vision noire d’un politicien cynique et méprisant à l’égard des masses, le Lénine de Lars T. Lih, vulgarisateur et riche d’une appréciable iconographie5, renoue avec un véritable romantisme révolutionnaire, et privilégie une vision linéaire, continue, du léninisme, nettement moins complexe que celle d’un Marcel Liebman6, mais qui demeure nuancée et critique.

1Robert Service, Lénine, Paris, Perrin, 2012.

2Le compte rendu de la seconde, qui n’est que la version enrichie de la première (chroniquée en son temps sur notre ancien site), se trouve sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/80

3Georgi Solomon, militant bolchevique et attaché commercial soviétique.

4Un entretien avec Lars T. Lih est disponible dans la revue militante Période, http://revueperiode.net/lire-lenine-entretien-avec-lars-lih/

5Par exemple la famille Oulianov en 1920, différents lieux de résidence de Lénine (dont son appartement à Paris), une photo de Lénine à Stockholm en avril 17, l’inauguration d’une statue de Marx et Engels en novembre 18, Lénine et sa sœur en 18 dans une rue de Moscou, etc.

6Marcel Liebman, Le Léninisme sous Lénine, Paris, Le Seuil, coll. « Esprit », 1973, 2 vol., 333 p. et 397 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *