Sophie Cœuré, Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge. Voyages des intellectuels français en Union soviétique, Paris, CNRS Éditions, collection « Mondes russes et est-européens », 2012, 379 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Ce recueil du CNRS rassemble cent cinquante documents inédits, provenant de la VOKS[1] et de l’Intourist[2] , sur les voyages politiques des intellectuels français en URSS des années 1920 aux années 1950. Conservés aux Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF), ces documents sont présentés par deux historiennes spécialisées dans ces problématiques, Sophie Cœuré et Rachel Mazuy. La première publie en 1999 La Grande lueur à l’Est[3] sur la naissance et la fabrication des représentations positives du monde soviétique, et la seconde, dans son ouvrage Croire plutôt que voir ?[4], raconte l’histoire inédite des voyageurs en URSS et explique les usages et fonctions de ces périples politiques et idéologiques. Issus de thèses de doctorat, ces ouvrages apportent des réponses précises et argumentées, basées sur une documentation sans faille, à toutes les questions posées par ces Russie neuve, Chantiers russes et autres Retours d’URSS dont le plus célèbre, par les polémiques et controverses suscitées chez les communistes et les « compagnons de route », est sans conteste celui d’André Gide[5].

Parmi cette abondante documentation utilisée par les deux historiennes (en particulier Rachel Mazuy[6]) pour leurs thèses, elles ont opéré un choix pour ce recueil de sources. Sélectionnés pour leur pertinence, les documents sont classés en trois grandes parties (structures d’accueil et préparatifs de départ, le voyage proprement dit et les bilans de retours), elles-mêmes scindées en sous-parties abordant les questions des institutions soviétiques (VOKS, Intourist), des réseaux français (Cercle de la Russie neuve et Association des Amis de l’URSS), des programmes et itinéraires, de la gestion des voyageurs puis des publications de retours, attendues et espérées. Du côté soviétique, ce sont des cours pour les guides (p. 52), des rapports confidentiels sur les voyageurs par les guides et les interprètes (p. 243-277), des bilans chiffrés (p. 159-173), et du côté français, des projets de visite, des recommandations, des lettres de remerciements, des actions de propagande.

A travers ces sources, le lecteur parcourt les méandres de voyages politiques extrêmement encadrés, dont les concepteurs espèrent au retour un discours favorable aux mondes soviétiques, de la Baltique à la Sibérie. Ces dizaines de milliers de voyageurs – français mais également britanniques, italiens, américains – sont bien sûr au « cœur de la fabrication de l’utopie communiste » mais leur rôle est double. Dans l’esprit des dirigeants soviétiques, ils servent également à desserrer le « cordon sanitaire » politique, économique et culturel qui entoure le premier État ouvrier de la planète. Or donc, directeurs de journaux comme Lucien Vogel (p. 93, 144, 303-304), dessinateurs et affichistes comme Jules Granjouan (p. 297-299), pacifistes belges comme Jean Marestan (p. 138-139) ou féministes comme Gabrielle Duchêne (p. 130-132 et 226-227), toutes et tous sont au centre d’une culture politique partisane, celle de la défense inconditionnelle de l’Union soviétique. A cette aune là, leur voix vaut autant, sinon plus, que celle des intellectuels prestigieux (Romain Rolland, André Malraux, André Gide) dont on ne sait jamais de quel côté le vent peut les porter …

Par petites touches, beaucoup de ces documents (et les indications des deux auteures) nous renseignent également sur ces « passeurs » communistes, ces médiateurs politico-culturels que sont les guides, interprètes et autres journalistes en contact prolongé avec des occidentaux, sympathisants certes, mais néanmoins citoyens de puissances impérialistes. D’abord recrutés parmi les militants bolcheviques maniant plusieurs langues (la culture cosmopolite et érudite de cette génération formée en exil est bien connue[7]) ainsi que parmi les membres de l’ancienne intelligentsia tsariste, ces missi dominici de la VOKS sont ensuite des cadres prolétariens frais émoulus des écoles spécifiques de formation. La terreur des années trente décime leurs rangs, comme pour tous les fonctionnaires-militants de l’État soviétique, avec plus de rigueur, cependant, du fait de leur proximité avec de possibles ou supposés  « espions ».

Cet ensemble documentaire de grande valeur – qui fait regretter de ne pas en connaître de tels, en français, sur d’autres pays[8] – est réservé cependant à un public savant ou du moins possédant une solide culture politique sur le communisme. Pourtant, il renseigne sur ce que Jacques Derrida, dans son ouvrage Moscou aller-retour[9], définit comme une « séquence finie[10] de l’histoire politique (…) qui marqua un moment décisif de l’histoire de l’humanité »[11]. En ce sens, alors, peut-être est-il souhaitable que cet ouvrage (accompagné des précédents de Sophie Cœuré et Rachel Mazuy) circule au-delà d’un public savant ou averti, après tout …

 



[1]    Cet acronyme signifie la Société panrusse pour les relations culturelles avec l’étranger, créée le 25 avril 1925.

[2]    C’est-à-dire la Société pansoviétique par actions, fondée en 1929.

[3]    Sophie Cœuré, La Grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, Le Seuil, 1999, 364 p.

[4]    Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir. Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Paris, Éditions Odile Jacob, 2002, 369 p.

[5]    André Gide, Retour de l’URSS, Paris, Éditions Gallimard, 1936.

[6]    Dans son ouvrage Croire plutôt que voir ?, un simple coup d’œil à l’inventaire des fonds de la VOKS que Rachel Mazuy a consulté, pages 293-301, l’indique amplement.

[7]    Le lecteur peut en trouver maints exemples dans les autobiographies rassemblées par Georges Haupt et Jean-Jacques Marie dans Les bolchéviks par eux-mêmes, Paris, François Maspero, coll. « Bibliothèque socialiste 13 », 1969, 398 p.

[8]    Par exemple, à quand une traduction du travail de Sylvia R. Margulies, The Pilgrimage to Russia. The Soviet Union and the Treatment of Foreigners (1924-1937), Madison, University of Wisconsin Press, 1968 ?

[9]    Jacques Derrida, Moscou aller-retour, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1995.

[10]  Souligné par Jacques Derrida.

[11]  Jacques Derrida, Moscou aller-retour, op. cit., cité dans l’introduction (S. Cœuré) de Cousu de fil rouge, p. 33.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *