Eric Aunoble, « Le Communisme, tout de suite ! ». Le mouvement des Communes en Ukraine soviétique (1919-1920), Paris, Les Nuits rouges, 2008, 286 pages, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali (nouvelle version, remaniée)

Cet ouvrage se présente comme la publication de la première partie d’une thèse d’histoire, soutenue à l’EHESS en 2007. Il s’agit donc d’un travail de première main, sur la base d’archives abondantes, présentées en fin de volume, ainsi que d’une bibliographie en grande partie constituée d’ouvrages en langue russe. Comme à leur habitude, les éditions Les Nuits rouges offrent une édition très soignée, agrémentée de la reproduction de quelques documents. Ce livre offre une vision tout à fait originale du processus révolutionnaire, à partir d’une monographie d’événement s’étant déroulés durant une période très courte, de l’ordre de quelques mois : un exemple de micro-histoire à partir duquel Eric Aunoble réfléchit à la dynamique de la révolution russe dans son ensemble.

La partie de l’Ukraine dans laquelle le mouvement des communes s’est épanoui, située à proximité de Kharkov, a rapidement été reconquise par les troupes blanches de Denikine, ne laissant qu’à peine six mois de tranquillité relative (entre janvier et juin 1919), tant le front était proche. Ce mouvement paysan de mise en commun des terres s’est paradoxalement déroulé avec l’appui des bolcheviques à compter de l’été 1918, dont l’auteur démontre, dans une première et convaincante partie, que, loin d’être un parti uniquement centré sur la classe ouvrière, il avait également largement élaboré sur la question paysanne. Tout le début du livre est en effet consacré à un historique de la notion de commune dans l’empire russe, et à l’étude des positions de la gauche révolutionnaire à l’égard du monde paysan. Les propositions des populistes, des socialistes-révolutionnaires ou des anarchistes apparaissent ainsi marquées par une forme d’individualisme, celles du parti bolchevique demeurant pour leur part dans un certain flou avant 1917 quant à la nature d’une agriculture socialiste. Ce sont finalement les masses radicalisées dans l’élan de 1905 et les anarchistes qui privilégient alors l’appropriation commune des terres, et c’est Lénine en 1917 qui impulse un tournant dans ce sens au Parti bolchevique ; il renoue de la sorte avec le programme défini par Tkatchev en 1875. Le mouvement des communes apparaît ainsi pour une petite fraction du monde paysan, la partie la plus pauvre, comme la réalisation de ses aspirations révolutionnaires. Cette forme de vie communautaire incarne pour ces quelques milliers d’individus et de famille comme la forme rêvée de la démocratie directe à laquelle ils aspirent, l’idéal d’égalité qui brise le carcan de l’obchtchina, la communauté rurale traditionnelle1.

Durant cette phase de la guerre civile, d’ailleurs, Eric Aunoble montre bien qu’il n’y pas encore dictature bolchevique surplombante au sens plein du terme, d’une part en raison de la large autonomie laissée à la base, d’autre part en raison des recrutements au sein de la paysannerie et du prolétariat ouvrier afin de former la nouvelle administration2. Il se distingue également d’une certaine vision historiographique, qui conclut à l’artificielle injection par les bolcheviques d’une lutte de classes à la campagne, estimant qu’il y avait bien au préalable des tensions potentiellement explosives3. Mais ce mouvement communard, non importé de la ville comme dans la Russie voisine, suscite une haine irrépressible de la majorité du monde paysan, tant cette expérience tranche avec le niveau de conscience et les mentalités du milieu rural. Rapidement, les communes et la collectivisation qu’elles suscitent font l’objet d’attaques de la part de groupes paysans, en particulier dans le mouvement de terreur blanche qui accompagne la domination provisoire des armées de Denikine (pogroms et hostilité aux communes relevant selon Eric Aunoble d’un même rejet d’une égalité honnie), tant et si bien que les bolcheviques sont obligés de modérer leur soutien initial à ces communes qui apparaissent si marginales pour le bloc paysan aspirant à la propriété individuelle. Pour essayer de s’attacher le soutien du monde rural, les bolcheviques abandonnent une bonne partie de leur programme d’émancipation.

En 1920, le mouvement a pratiquement disparu, les Comités de paysans pauvres impulsé par le pouvoir, gage à ses yeux d’un radicalisme révolutionnaire maintenu4, ne les remplaçant en aucune manière. L’auteur y voit les prémisses de la faillite future du régime soviétique (« Fin des communes, fin du communisme » titre-t-il en conclusion), l’autonomisation de l’appareil d’État, nécessaire pour contrôler le rythme des changements révolutionnaires, étant en lien direct, selon lui, avec ce rôle d’arbitre joué dans le monde rural. Si cette thèse est précieuse, rappelons toutefois que ce mouvement communard n’a concerné au mieux que quelques milliers d’individus, pesant peu face aux dizaines de millions des masses paysannes. Dès lors, les communes subsistent principalement dans le programme de la Comintern et dans la littérature, dont un échantillon est finement analysé ici. Eric Aunoble propose ainsi une analyse renouvelée des premières années de cette révolution, particulièrement riche et stimulante, à partir d’un angle méconnu, celui de la pénétration de l’idéal communiste au sein de la paysannerie.

1« Les communes ne sont peut-être pas égalitaires, mais elles laissent deviner un mouvement réel sans précédent vers l’égalité et la dissolution du patriarcat. » (p. 118).

2« On ne peut pas parler de dictature du Parti, car l’appareil soviéto-communiste n’est pas séparé des expériences sociales qui sont menées. Les mêmes hommes sont partie prenante de l’État et de l’Utopie. » (p. 81). Autre mythe dissipé, celui d’un Makhno fervent partisan des communes, là où sa politique ressemble fort à celle que les bolcheviques allaient finalement adopter.

3« Le conflit qu’elle [la Section foncière] faisait naître au sein de la communauté n’avait rien de moins naturel que, précédemment, la calme domination des chefs de famille. » (p. 155).

4De la même manière, Eric Aunoble analyse l’utilisation du terme de koulak, selon lui peu approprié à la réalité sociale des campagnes d’alors (le koulak n’étant pas un bourgeois rural, plutôt un petit bourgeois) comme une façon de s’attaquer, indirectement, à l’obchtchina traditionnelle : « Le koulak est un épouvantail commode pour tout le monde. Il assure aux bolchéviks un « ennemi de classe » et il innocente globalement la communauté villageoise des exactions qu’elle a pu commettre contre les communistes, les communards ou les Juifs à l’été 1919. » (p. 189).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *