Henri Deluy, Imprévisible passé, Paris, Le Temps des Cerises, 2012, 230 pages, 15 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre interroge, comme le dit Christian Prigent dans la belle préface, « ce qu’est devenu le passé de nos engagements dans la version qu’en donne le monde d’aujourd’hui » (p. 10). Et il le fait en fonction d’une inquiétude, d’une intimité et des effets « radicalement rétifs au discours » (p. 11).

Henri Deluy, responsable de la revue Action poétique[1] dont l’aventure s’achève cette année 2012, a donc été communiste et connu ce qu’était alors l’URSS. Sans tricher ni faux témoignage, dans ce carnet de voyages en Russie et en Chine, il questionne le présent au croisement de l’histoire et de la mémoire : « Le temps / Le temps passé pas la mémoire » (p. 20). Impressions notées comme en passant, gourmandise des repas et des recettes de cuisine (le fameux borcht), mêlés aux échos de la Seconde Guerre mondiale en URSS et aux poèmes de Maïakovski, d’autres poètes. Mais il s’agit surtout d’une interrogation sur l’impossibilité d’une filiation historique ; et ce jusque dans les mots pour le dire. Ainsi, en quelques lignes, il dit l’ironie amère d’un paradoxe, d’une histoire relue et transformée :

« Les temps ont changé tout

Change tout ce qui peut

Changer

Changement

La

Grande Révolution d’Octobre

Devient

Le

Coup d’État bolchevik

L’art des avant-gardes de la période

Devient

L’art de l’utopie » (p. 108-109).

Cette modification jusque dans les mots, jusque dans les expressions aujourd’hui incomprises et  « ce silence à longue échelle » (p. 222), Deluy l’affronte « un peu de loin », mais sans nostalgie, par le détour de la poésie. Il cherche à en cerner les contours :

« Nous ne parlons pas de politique

Et nous ne parlons pas d’amour

Ni aujourd’hui ni demain la

Politique dans sa solitude et l’amour

Dans sa solitude dans la poussière

Et le sel des rêves de ceux qui rêvent » (p. 230).

Peut-être alors, ce combat contre l’extinction de voix politique, amoureuse, la part non passée ni perdue, imprévisible, de cet engagement réside dans ce programme communiste minimum :

« Une place pour la douleur

Et aussi

Une place

Pour la douleur des autres

(…)

Rendre à chacun son émotion

Pas le chagrin » (p. 48-49).


[1]    Cette revue est créée à Marseille en 1950 par deux poètes membres du Parti communiste, Jean Malrieu et Gérald Neveu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *