Désirée Frappier (auteur), Alain Frappier (dessinateur), Le Choix, Paris, éditeur La Ville brûle, 2015, 118 pages 15 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Les auteurs s’étaient déjà fait remarquer pour leur première bande dessinée consacrée à l’affaire de la station de métro Charonne1 le 8 février 1962 (répression sanglante d’une manifestation contre la guerre d’Algérie et l’OAS, qui fit 9 morts, tous membres de la CGT et du Parti communiste français, sauf une personne)2. Cette fois ci, il s’agit de faire revivre la lutte pour l’obtention du droit à l’avortement. Par un dessin très épuré, en noir et blanc, l’histoire s’inscrit à travers le destin d’une jeune fille, au début des années 1970, bringuebalée entre différents membres de sa famille et internats divers. Éternellement placée, elle se confronte aux mouvements de son époque. Grâce à ses copines, elle découvre le MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception)3 et la mobilisation pour le droit de choisir d’avoir, ou non, un enfant. Les grands moments de luttes féministes de l’époque (le manifeste des 3434, les projections de films, le procès de Bobigny5, les avortements clandestins, le vote final de la loi Veil en décembre 1974-janvier 1975) sont retracés avec sobriété. Mêlant aspects autobiographiques (le rapport à ses parents, à sa famille), vie au travail et développement de la vie politique et sociale, le récit se poursuit jusqu’en 2014, au moment où, en Espagne, le droit à l’avortement est remis en question, à travers précisément l’écriture d’un ouvrage pour célébrer les 40 ans de la loi Veil.

Très sensible et personnel, ce travail permet, par le biais d’une représentation dessinée, de comprendre, à travers des dimensions intimes, comment ce combat demeure aujourd’hui un combat d’actualité, tant les menaces d’un retour à l’ordre ancien, aux valeurs machistes et patriarcales sont encore présentes, en France, comme dans de nombreux autres pays, y compris européens. Comme l’écrit la romancière Annie Ernaux – dont le livre L’évènement, a été un déclencheur de l’écriture de cette bande dessinée – dans sa courte présentation : « Le Choix, travail de mémoire et de vigilance est aussi un manifeste pour une vie libre et heureuse ».

Sur le principe des DVD, l’ouvrage offre des « bonus », de très grand intérêt. On y trouve ainsi une présentation de documents d’époque, comme des tracts du MLAC, des témoignages, le manifeste des 343, des scènes coupées, la narration de quelques rencontres qui ont permis l’existence du livre ou encore la valise du MLAC et son contenu permettant la réalisation d’un avortement. On apprend également qu’une bande originale, une musique a été composée pour accompagner la lecture du livre. Une riche sélection de livres, articles et films (aussi bien des fictions que des documentaires) complète enfin cette BD qui se révèle être ainsi un véritable travail de documentation illustrée, une tendance que l’on retrouve de plus en plus souvent dans certaines bandes dessinées traitant de sujets historiques.

Ouvrage de grande qualité, Le Choix remet en mémoire les mobilisations passées pour obtenir cet acquis proprement révolutionnaire pour les femmes qu’est le droit à l’avortement.

1Alain Frappier (dessinateur), Désirée Frappier (auteur), Dans l’ombre de Charonne, Paris, éditions du Mauconduit, 2012, 136 pages.

2Sur cet événement, LE livre à lire est celui d’Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962, anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, collection « Folio-Histoire », 2006, 897 pages. Alain Dewerpe est le fils d’une des victimes de Charonne.

3Le MLAC est une organisation de lutte féministe créée en avril 1973 dans le but de légaliser l’IGV. Les médecins du MLAC pratiquent des avortement en particulier par la méthode de Karman, qui consiste à aspirer et vider ainsi le contenu de l’utérus. Lire Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Pratique des avortements (1973-1979) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 29, 2009, p. 79-96, et Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire(s) du MLAC (1973-1975) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 18, 2003, p. 241-252.

4Manifeste intitulé « Je me suis fait avorter », rédigé par Simone de Beauvoir, signé par 343 personnalités, paru dans Le Nouvel observateur le 5 avril 1971. Ce manifeste est souvent appelé « Le Manifeste des 343 salopes », d’après la couverture satirique de Charlie Hebdo la semaine suivante.

5Il s’agit d’un procès pour avortement, à l’automne 1972, devenu célèbre par le retentissement que l’avocate des cinq prévenues, Gisèle Halimi, sut lui donner dans l’espace public.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *