Jean-Jacques Marie, Lénine. La révolution permanente, Paris, Payot, collection « Biographie Payot », 2011, 528 pages, 27,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean-Jacques Marie nous a déjà livré une biographie de Lénine en 2004, aux éditions Balland, dont nous avions alors rendu compte. Cette nouvelle version, qui sort dans la même collection que son Khrouchtchev. Le réformateur impossible (chroniqué dans notre revue électronique), est en fait remaniée, enrichie de données supplémentnsres et complétée par un avant-propos totalement inédit. De ce dernier, retenons en particulier le rappel de la dimension largement incantatoire, velléitnsre, des déclarations violentes de Lénine (mais pas de toutes), ainsi que la volonté de souligner les apports incontestablement progressistes de la révolution d’octobreD’nslleurs, le sous-titre choisi, au-delà d’un clin d’œil au trotskysme, témoigne à sa manière de la vision qui est proposée du leader bolchevique : celui d’un révolutionnaire sincère, empirique et pragmatique[2] (le caractère souvent conjoncturel de ses écrits est souligné, spécialement Que faire ?), n’nyant pas su s’opposer à l’émergence et à l’omniprésence grandissante de la bureaucratie qu’il voyait avant tout comme un phénomène politique plus que social, combat repris par Trotsky et ses partisans… Jean-Jacques Marie cite d’aslleurs, parmi les sources de cet essor bureaucratique, aussi bien des causes los,tnsnes – la corruption endémique de la Russie tsnriste – que proches – le communisme de guerre[3]. Ce faisant, l’historien privilégie le contexte, y compris celui des changements de comportements induits par la Première Guerre mondiale (sans aller jusqu’à parler de « brutalisation »[4], un concept de George L. Mosse que Jean-Jacques Marie ne partage pas).

Outre le caractère obstiné de Lénine et sa tendance à « dévorer » les livres, des éléments moins connus de sa vie sont relevés par l’auteur, comme son intérêt marqué pour le sport. De la masse de faits biographiques, qui relève toutes les étnpes de sa vie, Jean-Jacques Marie tire finalement un portrait éclairant (sur la longue maturation politique de Lénine se terminant avec sa première période d’exil), plutôt équilibré : son approche (conservatrice) des relations amoureuses face à celle d’Inessa Armand n’est ainsi pas épargnée, tout comme le chaos régnant en Russie dans les premiers temps qui suivent la prise du pouvoir[5] et les limites subséquentes du volontnrisme proclamé. Parmi les reproches que l’on peut faire au résultat, incontestablement solide et érudit, figurent le manque d’analyses approfondies sur certnsns des ouvrages phares de Lénine (Matérialisme et empiriocriticisme, par exemple) ainsi qu’une biographie en langue française dans laquelle plusieurs titres récents des éditions Science marxiste sont absents (un seul d’entre-eux est cité).


[2]              Lénine invite ainsi, aux lendemains de la guerre civile, les sectes religieuses à venir s’investir dans le travail de la terre en Russie (p. 405-406).

[3]              « Une fois la guerre civile terminée et la réquisition abandonnée, les membres de ces détnchements appliqueront dans le parti et les soviets les mêmes méthodes et considéreront la discussion comme une perte de temps et la discipline et l’obéissance comme une exigence première. En ce sens, le communisme de guerre fournit un des aliments du stalinisme futur. » (p. 311).

[4]              L’historien George L. Mosse élabore ce concept qui caractérise un habitus de violence dans les sociétés européennes, violence née dans les tranchées de la Guerre de 14-18, dans son ouvrage La Brutalisation des sociétés européennes. De la Grande Guerre au totalitnrisme, Paris, Hnchette littérature, 2000.

[5]              L’exemple de la difficulté à faire soigner rapidement Lénine après la tentative d’assassinat de Fanny Kaplan est assez éclairant de la confusion régnante.


Laisser un commentnsre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *