Alexandre Jevakhoff, La Guerre civile russe (1917-1922), Paris, Perrin, 2017, 688 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les ouvrages en langue française sur la guerre civile russe ne sont guère nombreux : aucune traduction de livres étrangers, et deux études seulement, celle de Jean-Jacques Marie et celle de Dominique Venner1. Le travail d’Alexandre Jevakhoff est donc d’autant plus intéressant s’il apparaît pouvoir transcender ces deux titres. Pourtant, première source d’étonnement, ni Jean-Jacques Marie ni Dominique Venner n’apparaissent dans la bibliographie pourtant copieuse publiée en annexe. Second constat, Alexandre Jevakhoff, précédemment auteur d’un ouvrage sur Les Russes blancs, développe davantage l’analyse du camp des Blancs, au risque de déséquilibrer son propos, par exemple en se focalisant souvent plus sur la terreur rouge que sur celle du camp adverse.

On ne peut en tout cas dénier à Alexandre Jevakhoff un certain talent d’écriture. Le prologue de son récit, relativement original, est ainsi construit autour d’une revue sur Saint-Pétersbourg créée en 1913 par Vladimir Krimov à destination d’un public aisé. L’occasion d’évoquer par la bande les inégalités sociales prononcées, la vivacité des haines de classes, particulièrement depuis l’abolition du servage, ou l’isolement complet du pouvoir impérial généré par la Première Guerre mondiale. Si l’incapacité du gouvernement (malgré un rapport prémonitoire de l’Okhrana sur les bouleversements à venir, daté d’octobre 1916) ou le désir de changement manifesté par les élites est bien restitué, il est dommage que les mouvements et les opinions de la base soient délaissés, contrairement à la somme d’Orlando Figes sur la révolution. L’évocation de l’année 1917 se distingue, outre l’atmosphère de déliquescence et d’anarchie croissante au sein de la société, par des critiques à l’égard de Kerenski (sa personnalité vaniteuse, ou son entourage franc-maçon, donnée à visée complotiste, qui pourrait laisser entendre que …. n’est-ce-pas …), des autres membres des gouvernements provisoires (dont Lvov, « (…) qui a de l’homme d’État ce qu’un percheron a du pur-sang arabe », p. 102) ou de Lénine (à qui il est implicitement reproché de s’être accordé avec l’Allemagne pour revenir en Russie). Alexandre Jevakhoff retrace avec précision la manœuvre ayant conduit Kerenski à pousser Kornilov vers un coup d’État, mais fait sienne la thèse de l’école « totalitarienne », ne voyant dans les événements d’octobre qu’un simple coup d’État, et dans les bolcheviques les artisans d’un système totalitaire dès son origine (en ne proposant malheureusement pas un récit complet des semaines qui suivirent)2. De la même manière, il tend à rendre les bolcheviques, et Lénine surtout, responsables de la guerre civile3. Il y aurait pourtant matière à s’interroger sur le réel début de celle-ci : plutôt que de la prise du pouvoir par les bolcheviques, ne peut-on déjà la voir à l’œuvre à compter des journées de juillet et de l’extension croissante des soulèvements paysans contre les propriétaires terriens ?

Le premier noyau sérieux d’opposition militaire aux bolcheviques prend place dans le Don, un des territoires cosaques, fin 1917 et début 1918, mais déjà, la mésentente profonde entre les chefs (Kornilov, Alexeïev), les effectifs limités et les financements alliés réduits (contrairement à ceux dont bénéficient Savinkov et Semenov) posent de graves problèmes. Autre épisode crucial retracé en détails, celui de l’affaire de la rébellion tchèque, attisée et utilisée par les Français dans le cadre de l’intervention étrangère contre les bolcheviques. Par contre, on reste dubitatif, pour le moins, quant aux hypothèses soulevées par Alexandre Jevakhoff concernant la situation de l’été 1918 : son idée d’un soulèvement SR (Socialistes-révolutionnaires) de gauche voulu par les bolcheviques demeure très fragile, et c’est encore davantage le cas quant à la tentative d’assassinat de Fanny Kaplan sur Lénine (comment en effet imaginer une seule seconde Dzerjinski, ou Sverdlov, véritable ombre de Lénine, comploter afin d’évincer ce dernier du pouvoir ?)4. Certains développements sont moins connus, ainsi des tentatives de Milioukov pour collaborer avec les Allemands afin de restaurer une Russie débarrassée des bolcheviques, une position qui ne dura qu’un temps, et qui n’était pas partagée par la majorité du parti des Cadets (KD). De manière générale, d’ailleurs Alexandre Jevakhoff, s’il concentre le gros de ses accusations de violence5 et de duplicité sur les Rouges, n’épargne pas ses critiques à l’égard des Blancs, non sur leurs atrocités6, mais sur leurs divisions ou leurs programmes, souvent inaudibles (le cas de Denikine est particulièrement développé). Le tournant de la guerre civile, il le situe en juin 1919, lorsqu’après la reconnaissance par les chefs blancs de l’autorité suprême de l’amiral Koltchak et l’offensive réussie des forces de Denikine s’approchant de Moscou comme jamais, ce dernier décide d’un plan d’attaque désavoué par Wrangel, et qui allait signer l’échec de cette dernière attaque d’ampleur contre les territoires contrôlés par les bolcheviques.

Si La Guerre civile russe d’Alexandre Jevakhoff est précieux par les nombreux témoignages qu’il invoque et cite abondamment7, ainsi que par certains éclairages ponctuels, offrant une série non exhaustive de tableaux de cette période, il souffre, outre d’une tendance à privilégier les Blancs sur les Rouges8, d’une approche trop centrée sur les manœuvres diplomatiques, les divisions au sommet, au détriment de la réalité sociale9. L’ouvrage donne par ailleurs l’impression d’avoir été achevé dans l’urgence, tant le gros du livre porte sur 1918 et, dans une moindre mesure, 1919. La guerre russo-polonaise, le soulèvement de Cronstadt, le front extrême oriental (le baron Ungern n’est pas cité une seule fois !), celui du Turkestan ou les mouvements verts sont traités avec brièveté dans le meilleur des cas, la guerre civile donnant l’impression de s’achever avec l’évacuation de la Crimée par les forces du baron Wrangel. Ce constat, énoncé avec beaucoup de justesse par Alexandre Jevakhoff lui-même, donne une idée de l’ampleur des travaux encore possibles et à venir : « Moins que tout autre conflit la guerre civile russe n’est une suite de vérités incontestables. » (p. 341). Ces études devront en tout cas, pour restituer toute l’épaisseur humaine de cette guerre, ses cruautés ainsi que sa complexité, éviter le fil directeur manichéen du récit d’Alexandre Jevakhoff, abruptement énoncé ici (p. 622) : « Les chefs bolcheviques sont des metteurs en scène de la guerre civile, les chefs blancs (…) des hommes contraints à la guerre civile. ».

1Du premier, La Guerre civile russe, Paris, Autrement, 2005, réédité en 2015 chez Tallandier ; du second, Les Blancs et les rouges, Monaco, éditions du Rocher, 2010 (ce dernier chroniqué sur ce blog). Jean-Jacques Marie vient de publier cette année (2017) La Guerre des Russes blancs, également chez Tallandier, dont nous rendons également compte.

2Dans les négociations qui eurent lieu avec les autres forces socialistes afin de mettre en place un gouvernement de coalition, il omet la revendication d’une exclusion de Lénine et Trotsky, condition difficilement acceptable pour le Parti bolchevique…

3Tout en évoquant pourtant (p. 221), le réseau d’officiers mis en place par le général Alexeïev avant même la prise du pouvoir par les bolcheviques afin de s’y opposer…

4Cette hypothèse est énoncée en note, pages 361 et 362. Pour le reste, Fanny Kaplan n’aurait été qu’un bouc émissaire.

5Dans ses développements sur la Tchéka d’Ukraine, il met à profit le travail de Thomas Chopard, Le Martyre de Kiev (chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6805), mais ne s’interroge pas en profondeur sur la surreprésentation des juifs au sein des tchékistes.

6Le témoignage du blanc Mamontov, page 542, est valable aussi bien pour les rouges que pour les blancs, lui qui explique que l’exécution des prisonniers s’expliquait souvent par le manque de médicaments et de médecins pour les soigner…

7Cette remarque d’un fils de koulak prisonnier d’un camp de concentration bolchevique, destinée au KD Izgoev qu’il a aidé physiquement et qui en témoigne, est ainsi terriblement symptomatique : « S’il n’y avait pas de gens cultivés, faibles mais honnêtes, ce serait bien ennuyeux. Mais il ne faut pas vous donner le pouvoir. Vous ne savez rien faire… » (p. 449-450).

8On peut ainsi citer un dédain manifesté à l’égard de John Reed, « le révolutionnaire communiste déguisé en journaliste » (p. 194), la reproduction sans commentaire critique d’un rapport du MI5 britannique faisant d’Alexandra Kollontaï une ancienne maîtresse de Lénine, l’attribution aux bolcheviques de l’effondrement économique dès 1918, ou la terreur rouge vue seulement à travers les déclarations vindicatives de Lénine, en négligeant la violence et la terreur par en bas, phénomènes pourtant analysés et documentés tant par Marc Ferro que par Orlando Figes.

9Alexandre Jevakhoff estime pourtant que « deux guerres civiles se superposent » (p. 271), entre blancs et rouges, et entre affamés (urbains, principalement) et non affamés (ruraux). Rien non plus n’est dit de la fondation de la Comintern, pourtant capitale dans ce contexte agité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *