Actualités de Dissidences

Nos comptes rendus du mois (septembre 2019)

Denis Charbit : Retour à Altneuland. La traversée des utopies sionistes, Paris, L’éclat/poche, 2018 (première édition 2004), 235 pages, 8 €. Lire ici

Lluís Llach, Le théâtre des merveilles, 2019, Arles, Actes Sud, 397 pages, 23 €. Lire ici

La guerre des pauvres par Vuillard

Éric Vuillard, La guerre des pauvres, Arles, Actes Sud, 2019, 68 pages, 8,50 €. Lire ici

Éric Fournier, La Critique des armes. Une histoire d’objets révolutionnaires sous la IIIe République, Paris, Libertalia, collection « Ceux d’en bas », 2019, 498 pages, 20 €, suivi d’un entretien avec l’auteur. Lire ici

Éric Delbecque, Les Ingouvernables. De l’extrême gauche utopiste à l’ultragauche violente, plongée dans une France méconnue, Paris, Grasset, 2019, 352 pages, 20,90 €. Lire ici 

Les ingouvernables

Kyle Harper, Comment l’empire romain s’est effondré. Le climat, les maladies et la chute de Rome (The Fate of Rome. Climate, Disease and the End of an Empire), Paris, La Découverte, préface de Benoît Rossignol, traduction de Philippe Pignarre, 2019 (édition originale en 2017), 544 pages, 25 €. Lire ici

NOUVEAU!

Traces du passé et ombre portée : images, récits

Pour le collectif Dissidences, Christian Beuvain (28 août 2019)

L’histoire des mouvements révolutionnaires et des avant gardes politiques et esthétiques est fertile en événements, qu’ils soient de nature politique, sociale ou culturelle. Néanmoins, par suite de lacunes historiographiques et/ou par manque de traductions, beaucoup sont aussi mal connus que reconnus. Ne dirait-on pas qu’ils périssent « dans les habituels trous qui se creusent dans la mémoire collective à l’issue des conflits », comme le remarque très lucidement le romancier Parisa Reza1 ?

Cette nouvelle rubrique de notre blog entend redonner vie et compréhension à ces conflits, transmettre leur histoire, même (et surtout) si cette convocation d’un certain passé se risque à exhumer, parfois, des pratiques et une tradition d’écriture et de rhétorique aujourd’hui épuisées, perdues voire quasi mortes. Mais n’est-ce pas le travail de l’historien de partir en quête de traces laissées, exercice d’autant plus passionnant qu’elles s’effacent, au fil du temps qui passe ?

Dans la mesure du possible, chaque événement s’inscrira dans une sorte d’éphéméride large, utilisant des documents culturels (caricatures de presse, affiches, films, etc.) comme accroche d’un récit, d’un compte rendu ou formant eux-mêmes matière à interroger différemment l’événement.

1Parisa Reza, Les confessions d’un anarchiste, Paris, Gallimard, 2019, p. 134.

Le premier billet de cette rubrique concerne la République hongroise des conseils, qui tombe le 1er août 1919, soit il y a cent ans.

Le prochain abordera les débuts tumultueux, il y a également cent ans, des partis communistes (car deux sont fondés au même moment) des Etats-Unis.

Le printemps hongrois oublié : 1919, la Commune de Budapest

Si le centenaire des révolutions russes de 1917 a été marqué par toute une série de publications, numéros spéciaux de revues, rééditions et nouveautés diverses aussi bien dans les sujets abordés que dans leur qualité intrinsèque, bien peu de choses ont été proposées sur les autres révolutions, nées dans le sillage de celles qui ont secoué l’empire russe : la révolution finlandaise, les révolutions allemandes – parmi lesquelles celle de Bavière en 1919 également – et la révolution hongroise des conseils1, donc. Est-ce en raison de l’idée de vague révolutionnaire qu’elles valident, là où certains préfèreraient cantonner la révolution russe à un particularisme national n’ayant pas vocation universelle ?

Une image de propagande de cette révolution des conseils hongrois introduit ce court récit événementiel.

Mihály Biró, lithographie en couleurs, 95 cm x 127 cm, Canailles ! Est-ce cela que vous vouliez ?, Musée national hongrois, Budapest (Hongrie)

Présenter

Cette lithographie en couleurs (95 cm x 127 cm) de Mihaly Biró participe, de par son symbole principal et sa composition, au style de la caricature politique. Sous forme d’affiche, elle est destinée à la rue, espace public. Sa fonction est d’être vue, commentée, appréciée ou au contraire vilipendée, déchirée. Oeuvre de propagande, il s’agit probablement d’une commande du Commissariat du peuple à l’éducation et à la culture, dirigé par Georg Lukács, de la République hongroise des conseils. Elle est produite par les imprimeurs Jenö et Gyula Radó (père et fils), à Budapest (Szemere-U.19), à la toute fin de mars 1919. Elle s’intitule Bitangok ! Ezt akartatok ? ce qui signifie « Canailles ! Est-ce cela que vous vouliez ? ». Elle est conservée actuellement au musée national hongrois, à Budapest. On peut raisonnablement penser que la grande majorité des affiches de ces artistes travaillant pour la République « rouge » ont été lacérées, arrachées et détruites lors de la période de « terreur blanche » qui suivit la chute du régime communiste. Tout aussi raisonnablement, un certain nombre ont du être sauvegardées par des collectionneurs avisés, puisque outre les œuvres que l’on retrouve dans les musées et les expositions, d’autres sont vendues aux enchères.

Mihály Biró (1886-1948) est l’auteur de ce document. D’origine juive, c’est un des grands noms de l’affiche révolutionnaire européenne des premières décennies du XXe siècle. Après des études artistiques à Budapest (1904-1908), il voyage à Munich, Berlin et en Angleterre, où là, devenu « apprenti à la Guild of Handicraft de Charles Robert Ashbee à Londres, [il] apprit le métier d’imprimeur et assimila la philosophie socialiste et les idéaux utopiques du mouvement britannique des arts et métiers »2. Il découvre également l’affiche comme moyen de propagande. En 1910, revenu en Hongrie (empire austro-hongrois), il adhère au Parti social-démocrate et devient leur principal graphiste, en particulier pour le journal Népszava (La Voix du peuple), pour lequel il crée en 1912 son fameux homme rouge au marteau. Démobilisé en 1917 pour raison de santé, il participe avec enthousiasme, en 1919, à la Commune de Budapest, dont il devient un des propagandistes graphiques les plus actifs : affiches, décorations de fêtes populaires – dont la célébration du 1er mai, dont il dessine la majorité des décors – sculptures, etc. Exilé en Autriche pour fuir la répression après les 133 jours de la République des conseils, il travaille pour le parti social-démocrate de ce pays et publie en 1920 un ensemble de litographies sur la Terreur blanche exercée par le régime du régent Horthy. Il ne rentre en Hongrie qu’en 1947, très malade, à l’invitation de la nouvelle République, qui comporte socialistes et communistes. Il y décède en 1948.

Décrire

Le dessinateur représente une grande salle, avec de très hautes fenêtres, d’où un énorme poing rouge et son avant-bras nu surgissent avec fracas, repoussant une vitre du milieu et s’abattant sur une immense table, la brisant net, renversant les encriers et éparpillant les dossiers. Les hommes assis autour sont renversés de leurs sièges, tombent à terre, lèvent les bras au ciel. La stupeur et la peur se lisent sur les visages. On compte trois personnages sur la gauche de l’affiche, dont un officier (uniforme), un autre militaire au milieu, au premier plan, à quatre pattes, et six hommes sur la droite, dont un roi, reconnaissable à sa couronne et au trône, au sol. Excepté les militaires, ces hommes sont en costume ou en frac. Le titre est en bas, en lettres rouges et la signature de Biró se trouve en bas à droite. Les personnages et le décor sont dans des couleurs passées, plutôt ternes (gris, bleu pâle, marron clair, rose) alors que le poing/avant-bras est rouge vif, ainsi que le titre, en grosses lettres.

Analyser

Cette affiche représente une réunion dans la galerie des glaces du château de Versailles, dans le cadre de la conférence de paix, des principaux chefs d’Etat vainqueurs de la Première Guerre mondiale, ainsi que d’officiers supérieurs. L’auteur ne présente que les dirigeants qui prennent les décisions cruciales, grosses de conséquences pour l’avenir de la Hongrie. Tout à gauche, en bas, il est possible de reconnaître le ministre anglais Lloyd George, avec au-dessus de lui le général Franchet d’Espérey – qui début avril demandera à Clemenceau une intervention militaire contre la Hongrie – et le président des États-Unis Woodrow Wilson. A droite, le roi est Ferdinand 1er de Roumanie, et à côté de lui se trouve Clemenceau, le président du conseil français. Ces dirigeants, traités de « canailles » par l’auteur, discutent ici de la partition de la Hongrie, afin de lui faire payer son rôle (d’après les vainqueurs) dans le déclenchement de la guerre. Le roi de Roumanie, admis parmi les « puissants » (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France) espère bien, lui, récupérer les territoires austro-hongrois à majorité roumanophone. Mihaly Biro laisse entendre ici que si l’Entente n’avait pas voulu s’en prendre aux Hongrois en dépeçant leur pays, la révolution communiste qui menace leur pouvoir – survenant après celle de la Russie et celle, concomitante, en Bavière – ne serait peut-être pas survenue. La volonté des vainqueurs de remodeler par la force les frontières européennes a précipité les événements et favorisé la vague révolutionnaire (Allemagne, Italie) qui fait « craquer l’écorce » du vieux continent, entre 1918 et 1920. Ces dirigeants sont également réunis pour discuter des mesures à prendre contre cette république soviétique qu’ils ne peuvent tolérer. Franchet d’Espérey, début avril, demandera à Clemenceau une intervention militaire contre ce qu’un diplomate a nommé le « poste avancé de Lénine ».

Mihaly Biró, dans la composition de son affiche, utilise avec brio les oppositions. La République soviétique de Hongrie affirme sa puissance par le poing rouge. Il s’agit d’un défi, qui surgit brutalement, brise les fenêtres et le mobilier et bouleverse tout. La couleur rouge (celle du drapeau de la révolution sociale mais aussi couleur guerrière jadis, et qui appelle donc celle du sang qui coulera), la nudité du bras, sa jeunesse, sa vigueur, sa vitesse d’exécution ainsi que sa taille disproportionnée n’en soulignent que mieux la petitesse, la grisaille des habits, la vieillesse et la fragilité des dirigeants d’un monde capitaliste figé dans ses traditions et appelé, selon l’auteur, à disparaître de l’histoire. Le surgissement brutal du poing rouge dans cette assemblée policée, c’est le dehors, la périphérie, le refoulé, ce qui a été repoussé au loin. Et qui fait retour sous la forme du « péril rouge ». C’est le monde ouvrier qui s’invite sans ménagement à la table des « grands », dans un univers suranné, symbole d’une époque déjà révolue.

Réappropriations

Le poing, rouge ou non, devient dans les années et les décennies suivantes un symbole quasi obligé de la propagande visuelle des mouvements révolutionnaires dans le monde. La reprise la plus proche, dans le temps, est celle d’une affiche du jeune Parti communiste allemand (KPD), en juin 1920, pour les élections au Reichstag. Cette lithographie, Votez Spartakus, dont l’auteur est inconnu, représente un poing rouge, presque identique à celui de Mihaly Biró, qui s’abat avec violence sur un pupitre du parlement, tandis que des députés, vêtus de noir, s’enfuient, effrayés. L’artiste, sans aucun doute, s’est inspiré de son collègue hongrois.

********

Le contexte de la révolution hongroise est celui d’un pays défait, confronté à des difficultés convergentes, à l’instar de la Russie ou de l’Allemagne. Devant subir, aux yeux des puissances de l’Entente, le sort de l’Autriche des Habsbourg, déclarée premier responsable de l’alliance avec l’Allemagne des Hohenzollern, la Hongrie ressent comme une profonde injustice les pertes territoriales qui lui sont promises. C’est donc dans ce sentiment national blessé que se forge le profil bien particulier de cette révolution radicale, une blessure alimentée entre autres par les anciens combattants de retour au pays, et qui puise également sa légitimité dans un Ancien régime encore bien présent3. Une multitude de conseils naissent dans les derniers jours du conflit – y compris, étonnamment, chez les prêtres – dans le même temps où l’agitation sociale grandit en ville comme à la campagne. Confronté à cette situation tendue, le gouvernement modéré de coalition du comte Mihaly Karolyi, opposant traditionnel au pouvoir des Habsbourg, qui accompagne l’indépendance retrouvée de son pays depuis novembre 1918 (la République est proclamée le 16), ne parvient pas à renverser la situation et à contrer l’intransigeance manifestée tout particulièrement par la France. C’est ce qui amène les sociaux-démocrates hongrois, jusqu’alors membres du gouvernement, et qui avaient initialement approuvés l’arrestation des leaders communistes4, au premier rang desquels Béla Kun, à négocier avec eux un accord de gouvernement dans l’espoir de mieux réussir à préserver l’intégrité territoriale de la nation5.

On assiste donc à une convergence aux antipodes de la situation allemande, puisque les deux partis décident même de fusionner sous le nom de Parti socialiste de Hongrie (devenu en juin Parti des ouvriers socialistes-communistes de Hongrie) et d’en appeler à une alliance avec la Russie bolchévique. Des messages télégraphiques seront à moult reprises échangés entre Béla Kun et Lénine6, sans que l’aide de ce dernier puisse être autre que symbolique. La République des conseils de Hongrie est donc officiellement proclamée le 21 mars 1919. Devenue République des conseils socialiste fédérative de Hongrie en juin, elle se dote au même moment d’une Constitution. Si le pouvoir se veut centralisé, il est dans les faits partagé avec les conseils, dotés d’une relative autonomie, en particulier hors de Budapest. Les mesures révolutionnaires décidées, réforme agraire, nationalisation des banques, des assurances, ainsi que de la plupart des industries, des commerces, et des immeubles d’habitation, libéralisation des moeurs, accès à la culture au sens large pour le peuple, création d’une armée rouge de volontaires, séparation de l’Église et de l’État, bouleversent profondément les rapports sociaux : « le socialisme tout de suite ». S’y ajoute la participation active des artistes avant-gardistes, prosateurs, poètes, et surtout graphistes, comme Mihaly Biró, Robert Berény, Arpad Bardocz, Odön Dankö ou Lajos Szántós7. Certains occupent des fonctions officielles, comme Jölan Szilagyi, cofondatrice de l’Union des graphistes avec Mihaly Biró, qui travaille au Commissariat du peuple à l’éducation et à la culture, et qui se réfugia à Berlin puis à Moscou, d’autres pas, tout en partageant l’idéal socialiste d’un monde plus juste, auquel leur conception des arts entend oeuvrer. Sandor Barta, par exemple, publie un recueil de poèmes, édité par la revue d’avant-garde Ma (Aujourd’hui) – qui publie aussi le premier texte d’un jeune auteur, Janos Székely, futur romancier de L’enfant du Danube – où il exalte les travailleurs, « fils de la lutte rouge ». Certains de ces artistes, qui polémiquent durement avec le Parti communiste – Béla Kun déclare par exemple en juin 1919 que l’art du poète Lajos Kassak, fondateur d’une revue censurée en 1916, est « étranger à l’esprit du prolétariat » – revendiquent avec force ce qu’ils appellent les « forces de démantèlement, tels l’amour libre et l’éclatement de la cellule familiale. »8 Pour Jean-Michel Palmier, la révolution artistique de l’avant-garde hongroise « appartient aussi à la République des conseils. »9 La rapidité et la radicalité de ce bouillonnement social et culturel font éclater l’unité nationale initialement revendiquée avec force. C’est chez les paysans, surtout, très majoritairement attachés à la religion et choqués par la politique anticléricale, que l’agitation contre-révolutionnaire et antisémite rencontra un écho croissant. S’ajoutaient à ces tensions internes les difficultés économiques ainsi que la menace extérieure, l’Entente étant à la manœuvre dans les offensives répétées des troupes tchèques et surtout roumaines, ces dernières avides de récupérer des territoires tandis que la République sœur de Bavière était tombée le 1er mai 1919, qu’une brève République slovaque des conseils n’avait qu’une existence éphémère mi-juin, et qu’un projet de prise du pouvoir communiste à Vienne au même moment était finalement mort-né. Le refus par Bela Kun d’un Brest-Litovsk hongrois devant les propositions plus favorables que jamais du général Smuts semble avoir scellé le sort de la jeune République déjà corsetée.

Le 1er août, après 133 jours d’exercice du pouvoir, Béla Kun est démis de ses fonctions, et son gouvernement remplacé par une majorité social-démocrate – syndicale. Mais elle n’est pas jugée suffisamment représentative aux yeux de l’Entente, qui laisse les armées roumaines pénétrer à Budapest le 6 août. La « terreur blanche » exerce ses ravages, sous la forme entre autres de pogroms, et d’une ampleur et d’une férocité sans commune mesure avec ce que fut la « terreur rouge »10. L’archiduc Joseph-Auguste de Habsbourg, parfait représentant de l’Ancien régime, devient brièvement le nouveau dirigeant du pays, pavant la voie pour l’amiral Horthy. Si Tibor Szamuely, ancien commissaire du peuple aux affaires militaires, se suicide pour ne pas tomber aux mains de ses ennemis, Béla Kun parvient à revenir en Russie soviétique à l’occasion d’un échange avec des prisonniers autrichiens ; il jouera un rôle dans les derniers développements de la guerre civile contre Wrangel, et exercera une fonction conséquente dans l’Internationale communiste, avant d’être emporté par les purges staliniennes de la seconde moitié des années 1930. Parmi les autres figures du mouvement communiste ayant participé à cette expérience, on peut citer le philosophe Georg Lukacs, l’économiste Eugène Varga, ou Matias Rakosi, futur dirigeant de la Hongrie communiste des années 1940, qui exerça la fonction de commissaire du peuple au commerce…

La question qui sera abondamment discutée jusqu’à nos jours concerne bien sûr les causes de l’échec communiste en Hongrie. Les communistes, en s’alliant avec les sociaux-démocrates, plus puissants et surtout mieux implantés dans les masses – rappelons que le Parti communiste hongrois fut principalement créé en Russie révolutionnaire, et que ses dirigeants ne regagnèrent la Hongrie qu’au moment de son indépendance, s’associant alors à des socialistes de gauche et à un courant anarcho-syndicaliste – ont-ils négligé de se construire une base suffisamment solide ? La politique mise en place a-t-elle manqué de radicalité, ainsi d’une réforme agraire qui n’alla pas jusqu’au partage léniniste ? Le parti communiste hongrois ne souffrit-il pas de ses tiraillements entre l’aile gauche représentée par Tibor Szamuely et un centre que tenta d’incarner Béla Kun, face à la droite social-démocrate ? Sans oublier un isolement que la Russie bolchevique, encore menacée dans son existence par la contre-révolution, n’était alors pas en mesure de rompre, isolement renforcé par le blocus de l’Entente, véritable asphyxie économique : les puissances victorieuses ne pouvaient absolument pas se permettre d’accepter, au coeur de l’Europe, un Etat communiste. 

Sur le plan mémoriel, passée sa célébration rituelle durant l’existence de la Hongrie socialiste d’après-guerre, cette révolution connaît une postérité limitée. Signalons néanmoins le film d’un réalisateur injustement tombé dans l’oubli, lui aussi, Miklos Jancso, Les Rouges et les Blancs (1967) qui retrace le développement d’une fermentation révolutionnaire permise par le relâchement les prisonniers de guerre par la Russie et leur retour en Hongrie, deux excellents romans, le premier d’Isabel Alba, La Véritable histoire de Matias Bran (La Contre allée, 2014, chroniqué sur notre blog11) centré sur un quartier ouvrier entre 1898 et 1920, et le second de Janos Székely, L’enfant du Danube (10-18, 2002) qui évoque surtout la survie du peuple sous le régime de l’amiral Horthy ; enfin, une nouvelle dystopique de Meddy Ligner, « Les trois Béla », (in Jean-Guillaume Lanuque (dir.), Dimension Merveilleux scientifique 3, Pamiers, Rivière blanche, 2017), imagine une République hongroise ayant survécu et permis la victoire d’une Europe rouge…

Bibliographie indicative

  • Roland Bardy, 1919 la commune de Budapest, Paris, La Tête de feuilles, 1973.

  • Sandor Barta, Tibor Déry, Gyula Illyés, Lajos Kassak, Destins croisés de l’avant-garde hongroise, 1918-1928, édition de Marc Martin, Lausanne, L’âge d’homme, coll. « Cahiers des avant-gardes », 2002.

  • Cahiers du CERMTRI n° 97, « La révolution prolétarienne en Hongrie (mars-août 1919) », juin 2000.

  • Cahiers du mouvement ouvrier n° 82, « Autriche, Hongrie, Bulgarie : trois défaites de la révolution mondiale », deuxième trimestre 2019.

  • Dominique Gros, thèse (inédite) de science politique Les conseils ouvriers, espérances et défaites de la révolution en Autriche-Hongrie, 1917-1920, Université de Bourgogne, 1973.

  • Miklos Molnar, De Béla Kun à Janos Kadar, soixante-dix ans de communisme hongrois, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques / Institut universitaire des hautes études internationales, 1987.

  • Jean-Michel Palmier, « Budapest 1919 : l’an 01 d’une avant-garde », http://stabi02.unblog.fr/2009/04/04/budapest-1919-lan-01-dune-avant-garde/

  • Julien Papp, De la guerre en Autriche-Hongrie à la République des conseils (1914-1920), Paris, Les Bons caractères, 201512.

  • Arpal Szelpad, Les 133 jours de Béla Kun, Paris, Fayard, 1959.

1Rappelons que les conseils (soviets en russe, räte en allemand) sont la forme prise par les assemblées de travailleurs s’organisant directement, sans intermédiaires ni médiations extérieures. Les premiers conseils apparaissent en Russie lors de la révolution de 1905, puis de nouveau en 1917 où les ouvriers sont rejoints par des soldats. Cette forme originale d’organisation insurrectionnelle – revendiquée et théorisée par ceux qu’on appellera par la suite les conseillistes – se répand ensuite, entre 1918 et 1920, en Allemagne (Kiel, Berlin, en Bavière, dans la Ruhr), en Hongrie, en Alsace et en Italie. Pour un premier aperçu historique, Anton Pannekoek, Les conseils ouvriers (2 tomes), Paris, Spartacus, 2010.

2Juliet Kinchin, commissaire de l’exposition du Musée d’art moderne de New York, Seing Red : Hungarian Revolutionary Posters, 1919 [Voir rouge : Affiches révolutionnaires hongroises, 1919], février-août 2011, https://post.at.moma.org/content_items/759-hungarian-posters-from-the-1910s?_ga=2.182691171.494956236.1567156493-169437376.1567156493

3Bien qu’engagé dans une révolution industrielle capitaliste, le pays conserve encore des structures semi-féodales (Miklos Molnar).

4Le Parti communiste hongrois est créé le 24 novembre 1918 par la fusion de plusieurs groupes : l’aile gauche du Parti social-démocrate, des anarcho-syndicalistes et des communistes revenus de Russie soviétique, dont Béla Kun, qui prend la direction de ce parti.

5Le traité de Trianon, en 1920, ampute la Hongrie des 2/3 de son territoire et de sa population…

6Miklos Molnar recense plus de deux cent messages télégraphiques échangés entre les dirigeants des deux pays.

7Des affiches de ces artistes (ainsi qu’une courte biographie, parfois) peuvent être vues ici, https://budapestposter.com/history

8Lire Sandor Barta, Tibor Déry, Gyula Illyés, Lajos Kassak, Destins croisés de l’avant-garde hongroise, 1918-1928, édition de Marc Martin, Lausanne, L’âge d’homme, coll. « Cahiers des avant-gardes », 2002.

9Jean-Michel Palmier, « Budapest 1919 : l’an 01 d’une avant-garde », http://stabi02.unblog.fr/2009/04/04/budapest-1919-lan-01-dune-avant-garde/

10Contre cette « terreur blanche » exercée par les propriétaires terriens et les miltaires, Mihali Biró édite à Vienne (Autriche) en 1920 une série de 20 images au format carte postale, Horthy ; voir ces dessins sur https://graphicwitness.org/contemp/biro.htm

12Compte rendu sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/7135

Le billet de Dissidences (6 mai 2019)

Tombeau pour Jean-Jacques Pauvert ou contre-histoire de l’édition ?

A propos de Chantal Aubry, Pauvert l’irréductible. Une contre-histoire de l’édition, Paris, L’Échappée, 2018, 591 pages, 26 €. Lire ici

Par Vincent Chambarlhac

PREMIER MAI

A) Une analyse d’image

Pour le 1er mai 1907, le caricaturiste Jules Grandjouan (1875-1968) dessine cette couverture de La Voix du peuple, le journal de la CGT [Confédération générale du travail, à l’époque syndicaliste-révolutionnaire], fondé en décembre 1900 et dirigé à ce moment-là par Émile Pouget (1860-1931) . Entre 1904, date de son entrée au journal, et octobre 1910, Grandjouan y donne plus de 200 dessins, dont beaucoup en une. Au premier plan de celui-ci, Clemenceau, président du Conseil (octobre 1906) et ministre de l’Intérieur (mars 1906), cherche à rattacher un masque représentant Marianne sur une énorme pieuvre jaune, marquée « capital », dont les tentacules écrasent, étranglent et étouffent des travailleurs, dont certains sont déjà réduits à l’état de squelettes. Marianne est ceinte d’une couronne de laurier, avec le mot « patrie ». Face à eux, une marée humaine, qui s’étend à perte de vue, brandissant des drapeaux rouges, est en passe de les submerger. Pour les militants syndicalistes révolutionnaires de l’époque, le capitalisme, même paré dans l’urgence et la panique des attributs républicains et patriotiques, censés calmer le peuple, ne peut plus masquer ce qu’il est : un système d’exploitation des travailleurs. L’État, en la personne de Clemenceau, « Premier flic de France » selon ses propres termes, est dénoncé comme le garant de ce système. En représentant le capitalisme sous les traits d’une pieuvre1, animal mystérieux, dangereux, à l’affût de ses proies au fond des mers, Grandjouan convoque ici un classique de la symbolique animale dans la caricature politique révolutionnaire, qui ailleurs peut incarner l’État ou tout autre ennemi du genre humain. Le jaune de cette pieuvre renvoie à une couleur péjorative au sein du mouvement ouvrier, depuis la création en 1899 au Creusot et à Montceau-les-Mines de syndicats anti-grévistes vite nommés « jaunes ». A cette couleur honnie s’oppose bien entendu le rouge des drapeaux, qui forment aussi « 1er mai 1907 » au-dessus de la foule. La Charte d’Amiens, votée à une écrasante majorité six mois auparavant (au IXe congrès de la CGT en octobre 1906), consacre l’apogée du syndicalisme révolutionnaire – avec un syndicat conçu comme outil de lutte et de résistance, mais également comme base d’un « autre futur ». La marée humaine représentée par Grandjouan illustre à merveille cet apogée. Pourtant, ce Grand soir articulé autour de la grève générale2, raconté dans un récit, qui se voulait prémonitoire, de Pataud et Pouget (Comment nous ferons la Révolution, 1909, réédité par Syllepse, 2017) se fait attendre, puis s’éloigne à l’horizon. En 1914, Marianne et la patrie gagnent la partie.

1Lire l’excellente étude de Christian Moncelet sur les multiples représentations iconographiques de la pieuvre, http://www.caricaturesetcaricature.com/article-17261296.html

2Lire à ce sujet l’ouvrage d’Aurélie Carrier, Le Grand soir. Voyage dans l’imaginaire révolutionnaire et libertaire de la Belle Epoque, Paris, éditions Libertalia, 2017, dont Frédéric Thomas fit un compte rendu pour ce blog, https://dissidences.hypotheses.org/8676

B) Une référence

Maurice Dommanget, Histoire du premier mai, Paris, Le Mot et le reste, 2019 (première édition en 1953, nombreuses rééditions depuis).

Christian Beuvain

Un billet spécial de Dissidences (13 avril 2019)

Le mot est faible.

Une collection, deux ouvrages, un parti-pris.

A propos de : Ludivine Bantigny, Révolution, Paris, Anamosa, 2019, Déborah Cohen, Peuple, Paris, Anamosa, 2019. Lire ici 

par Vincent Chambarlhac 

Nous remercions Vincent Chambarlhac pour avoir autorisé Dissidences à publier son article, publié précédemment (20 mars 2019) dans Territoires contemporains, revue en ligne du Centre Georges Chevrier (Dijon), UMR 7366-CNRS-uB, « Sociétés et sensibilités », http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/TC_VARIA/CR_ouvrages/chambarlhac_mars2019.html

Une recension inédite par Edouard Sill

Almudena Carracedo et Robert Bahar, Le silence des autres (El silencio de otros), film documentaire, États-Unis/Espagne (Lucernam Films, Semilla Verde Productions), 1h 35, 2018, sortie en France le 13 février 2019. Lire ici 

 

DOSSIER GILETS JAUNES

 

Un Gilet jaune le 17 novembre, Acte I, à Vénarey-les-Laumes (Côte-d’Or), photo Jean-Marc Trimbalet, Le Bien Public.

 

Le mouvement des “Gilets jaunes” : Regards sur une révolte populaire et sociale

L’automne 2018 a été marqué en France, dans l’hexagone mais également à la Réunion, par l’irruption du mouvement dit des gilets jaunes, du nom de ce signe de ralliement né à l’origine, fin octobre1, sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter principalement) afin de protester contre la hausse annoncée des taxes sur le diesel2 (et profitant du fait qu’une récente loi imposait à chaque automobiliste d’en avoir un dans son véhicule).

Ironie du sort, ce mouvement s’est levé contre un président présenté au moment de son élection comme celui qui dépassait les clivages anciens et était censé incarner un nouveau monde : l’auteur du bien nommé Révolution pendant sa campagne a donc vu surgir un an et demi plus tard un mouvement qui questionne et interpelle les institutions étatiques et médiatiques, les simples citoyens mais aussi et surtout bouscule les lignes des organisations représentatives classiques (partis, syndicats) de toutes les familles du mouvement ouvrier et/ou révolutionnaire, de toutes les gauches en fait. De manière générale, les dirigeants et cadres de ces organisations (les syndicats en particulier) sont réservés sur la nature et les objectifs de ce mouvement – qu’ils ne maîtrisent absolument pas – y voyant pour certains une forme de contournement par la base, et de concurrence dans la défense de certaines demandes populaires, ceci valant certainement pour la CGT par exemple.

A l’extrême gauche, le NPA, d’abord plus que réticent devant ce qu’il dénonçait comme une révolte poujadiste au début de novembre, a finalement rallié la contestation le soir de la première manifestation parisienne du samedi 17, rejoignant Lutte ouvrière, les marxistes-léninistes/maoïstes (PCM, OCML-VP, PCOF) et les anarchistes, tandis que le POID continue à y voir une forme de réaction nationale et anti-syndicale, donc anti-ouvrière…3

Les gilets jaunes en action

Ce mouvement existe à quatre échelles distinctes. Il y a d’abord le terrain, disséminé sur tout le territoire, avec les barrages filtrants aux ronds-points ou aux péages, devenus pour beaucoup des campements permanents, rassemblement de dynamiques individuelles très variées, mais semblant majoritairement provenir de salariés du bas de l’échelle (payés au SMIC), de petits artisans, des « classes moyennes » les plus proches d’eux (franges du prolétariat les plus instables et précaires), de retraités et des femmes en nombre variable selon les endroits. Autant d’individus qui ont pris conscience, souvent pour la première fois de leur vie, de ce qu’ils constituaient une force collective, éprouvant une forme de dépassement de soi, de fraternité mutuelle et de solidarités.

Seconde incarnation, les manifestations (« Actes I, II, III » etc.), devenues rituelles le samedi à compter du 17 novembre, principalement à Paris, mais avec des répliques dans diverses villes de province ensuite. Autre réalité, celle des réseaux sociaux, où voisinent des récits de vie très concrets et des fantasmes complotistes, comme sur l’immigration sans frein, avec le désormais fameux « Pacte de Marrakech », inconnu de la majorité des Français jusqu’alors, brandi comme un symbole par les droites extrêmes. Outils essentiels des mobilisations, ils favorisent aussi les sur-réactions épidermiques et trop peu réfléchies.

Quatrième et dernier terrain, celui, plus diffus, de l’opinion publique, dont les sondages successifs présentent le soutien majoritaire, étonnamment constant quels que soient les événements (66% le 22 novembre, 75% le 28 novembre, 72% le 3 décembre, 68% le 12 décembre), et des médias qui répercutent le mouvement, principalement les médias audiovisuels ; initialement, leur rôle fut incontestablement celui d’un accélérateur, mais avec un regard méfiant, voire totalement hostile devant les violences abondamment répercutées. Mais en dépit de cette focale partielle, sinon partiale, ce soutien de l’opinion aux gilets jaunes ne s’est pas démenti.

Qui sont-ils ?

Les gilets jaunes sont surtout une force incontestablement populaire, issue du monde du travail mais pas exclusivement, volatile et composite. Le manteau d’arlequin conviendrait bien davantage à la description de cette France mobilisée que le seul gilet jaune. Dans les premiers temps, des forces d’extrême droite tentent de se servir du mouvement, de l’intégrer afin d’en tirer profit (Debout la France, le Rassemblement national et des mouvances identitaires). Mais peu à peu, les revendications qui sont avancées, au-delà de la seule suppression des taxes annoncées sur les carburants, participent d’une remise en cause plus globale, questionnant en outre la dichotomie ville-campagne, ville-centres en cours de gentrification (un processus déjà pratiquement réalisé pour Paris, Lyon ou Bordeaux) et zones périurbaines paupérisées. En ce sens, on peut poser l’hypothèse d’un refus de la métropolisation du territoire français, dont la revendication diffuse autour des services publics au sens large serait l’une des traductions.

Parmi toutes ces demandes, plusieurs témoignent d’une forme d’inconscient collectif des luttes, porté probablement par certains individus plus âgés, plus expérimentés ou plus instruits, ainsi de la dénonciation de la vie chère, de l’échelle mobile des salaires, du retour d’une taxation sur les plus aisés, ou des demandes élargies de démocratie directe dans les prises de parole et de décisions (les assemblées citoyennes, le référendum d’initiative populaire ou citoyenne-RIC), comme dans la revendication d’une solidarité territoriale contre les métropolisations et leur lot d’exécutifs urbains, qui rejoue parfois également l’affrontement entre Paris et les régions. Il y a donc un agglomérat de tendances, plus ou moins conscientes, plus ou moins avouées, au sein des gilets jaunes, de fascistes patentés à des antifascistes et autres Autonomes, en passant par une protestation qui se déclare apolitique, mais qui en réalité confronte socialement la politique de face.

De quelques analyses

Des tentatives ont été faites afin de comprendre ce mouvement en le comparant à des épisodes antérieurs dont il se rapprocherait : jacqueries, révoltes fiscales telles qu’elles ont pu éclater sous l’Ancien Régime, colères des sans-culottes ou des Enragés pendant la Révolution française, etc… Les parallèles avec le passé sont indéniablement utiles, afin de replacer cette séquence dans la longue histoire des luttes, comme l’explique Gérard Noiriel par exemple (voir plus loin).

Mais en l’occurrence, peut-être faut-il davantage questionner notre temps présent, celui des lendemains de la chute de l’URSS et de notre époque dite postmoderne, marquée par un affolement des boussoles idéologiques de l’émancipation, une domination du « présentisme » et la recherche de nouvelles formes de lutte et d’organisation des opprimés et des dominés. Car ce mouvement des gilets jaunes n’est-il pas proche, dans son caractère spontané, imprévisible, non dirigé par une quelconque organisation, et dans la place déterminante occupée par les outils numériques, des « printemps arabes » du début de la décennie ?

Une révolte d’abord partielle, issue d’une question que d’aucuns experts ont pu trouver anecdotique ou de courte vue, mais qui a ensuite, par la réaction d’abord méprisante du pouvoir (qui a incontestablement sous-estimé sa puissance sous-jacente) et par la coagulation d’énergies individuelles prenant conscience de leur force collective, permis d’exprimer des colères nombreuses et diverses, un mal de vivre qu’il serait sans doute hasardeux de qualifier de civilisationnel, en tout cas social, et qui débouche sur une occupation de l’espace (des places aux carrefours) et un questionnement généralisé de la légitimité politique et sociale (y compris donc celles des organisations représentatives).

Violence politique : quel retour ?

Cette question de la caractérisation du mouvement recoupe en partie celle de la violence. Sans service d’ordre comme en ont constitué, dans la tradition du mouvement ouvrier, partis et syndicats (y compris les plus réduits, ainsi des organisations trotskystes par exemple), les gilets jaunes étaient particulièrement sensibles à l’agglomération de diverses forces autonomes, qu’elles soient issues de l’extrême droite et de l’extrême gauche – ce que le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner nomme4 les « séditieux » et les « factieux » de l’ultra droite et de l’ultra gauche, formulations reprises à l’envie par les médias audiovisuels – sans même parler des simples pilleurs dénués du moindre message politique, ou participants brusquement attirés par l’effet d’aubaine.

Mais on trouve également, et c’est là une nouveauté à retenir, un certain nombre de gilets jaunes de la base, initialement apolitiques ou peu politisés, qui ont connu un authentique processus de politisation engageant des passages à l’acte plus radicaux. Il resterait à analyser finement les cibles de cette violence, telle qu’elle a pu s’exprimer à Paris certains samedis de mobilisation, ainsi de l’Arc de Triomphe, symbole des soldats prétendument morts pour la nation, mais aussi de l’expansionnisme guerrier napoléonien… Même si le niveau de violence n’a pas encore atteint celui des manifestations de l’entre-deux-guerres (citons seulement les 15 morts de la manifestation du 6 février 1934), il témoigne d’un retour massif des affrontements avec la police en manifestation. Il est trop tôt cependant pour dire si cette tendance va se confirmer, et il reste à dégager les raisons exactes de ce changement, face à la réelle radicalisation de l’appareil de répression avec la loi sur la sécurité intérieure de 2017, et la préparation d’une nouvelle “loi anti-casseurs”, qui vide pratiquement de son sens la notion et le dispositif d’état d’urgence.

Un manifestant porte une pancarte dénonçant l’usage du lanceur de balles de défense  (LBD40) lors des manifestations, pendant l’acte XII des « gilets jaunes » à Paris, samedi 2 février 2019.

A Paris, samedi 2 février 2019, contre les flashball LBD-40 (source : Zakaria Abdelkafi/AFP/https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/02/02/pour-leur-acte-xii-les-gilets-jaunes-marchent-contre-les-violences-policieres_5418386_3224.html)

Des gilets jaunes au pouvoir gouvernemental, l’usage d’un champ lexical tombé en sommeil depuis longtemps en métropole, et en lui-même performatif, a accueilli, interprété et dramatisé ces scènes largement médiatisées par la télévision et les réseaux sociaux : manifestations, protestations, émeutes et mêmes insurrections ont été les termes les plus utilisés. La condamnation de la part de l’État, relayée par les médias, répond pour sa part, davantage qu’à une menace réelle pour l’heure, à une volonté de délégitimer toute violence échappant au monopole étatique. Autrement plus virulente apparaît la violence des mots, sur Internet en particulier, ou dans certaines mises en scène de rassemblements de gilets jaunes (un pendu symbolisant Macron, par exemple, ou des guillotines de fortune érigées sur des barrages).

Cette violence des mots et des images, qui puise dans le répertoire d’action de la Révolution française et de 1848 notamment, sonne comme l’exacte antithèse d’un mode de gouvernement « jupitérien », épithète qui n’est en soi que la dernière modulation du caractère monarchique de la Ve République. Enfin, toujours dans ce jeu, l’adjectif « républicain » répété à satiété par la classe politique s’oppose à une colère où la question de la nation, de l’État-nation, paraît cardinale. Non dans la lecture complotiste, ou celle voulue par le gouvernement de la « peste brune » dénoncée par Gérald Darmanin (le 25 novembre 2018), mais davantage dans l’horizon européen comme la possibilité d’un espace de repli et de défense des droits sociaux face à la dérégulation néo-libérale. Il y a là un enjeu des communs dont la dénégation actuelle politique et médiatique tient toute entière dans l’étiquette fourre-tout du populisme.

Et maintenant ?

Difficile, en tout cas, de prévoir les suites de ce mouvement, après le message du président de la République le lundi 10 décembre 2018, censément pacificateur et compréhensif – bien qu’ayant débuté par cinq ou six minutes consacrées à la loi et l’ordre –, et la mobilisation en baisse des 15 et 22 décembre. Qu’elle s’apaise ou se durcisse, se scinde ou se trouve un second souffle, cette colère indéniablement populaire aura laissé une marque profonde dans la société française, des braises pouvant assurément se rallumer dans les mois ou les années à venir, avec la promesse de cette presque mythique convergence des luttes qui agit comme un succédané du Grand Soir ou de la grève générale révolutionnaire, mais sans horizon d’attente réellement dégagé, noyé qu’il est dans l’incertain idéologique.

1 En octobre, la pétition que Priscillia Ludosky, une habitante de Seine-et-Marne, avait lancée le 29 mai, sur Internet, pour réclamer une baisse du prix des carburants, d’abord passée inaperçue, a recueilli une dizaine de milliers de signatures, alors que parallèlement une bretonne (Jacline Mouraud) publie sur sa page Facebook une vidéo pour dénoncer « la traque des conducteurs » et qu’un routier appelle à bloquer les ronds-points.

2 Rappelons que la grande majorité des salariés des zones périurbaines utilisent ce type de carburant, qui était beaucoup plus économique à la pompe il y a une dizaine d’années.

3Nous présenterons ces différentes positions de manière plus précise dans une autre contribution, prochainement.

4Christophe Castaner, le 1er décembre 2018.

La rédaction de Dissidences, 10-23/12/2018, actualisé en janvier-février 2019

Points de vue d’historiens

Depuis le début du conflit, des historiens (spécialistes de la séquence 1789-1793, des révolutions de 1830 ou de 1848, de Mai 68, du mouvement ouvrier et révolutionnaire) mais également des sociologues expliquent, analysent ou donnent leurs points de vue sur ce mouvement : Gérard Noiriel, Sophie Wahnich, Michel Biard, Xavier Vigna, Danielle Tartakowsky, Ludivine Bantigny, Samuel Hayat, Quentin Deluermoz, Mathilde Larrère, etc. Parmi ceux-ci, Gérard Noiriel, le meilleur spécialiste de l’histoire des immigrations ouvrières, récent auteur d’une monumentale Histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours (Agone), est celui qui nous semble apporter le meilleur éclairage, pertinent et documenté, sur cet événement dans son rapport aux luttes anciennes, particulièrement dans cet article sur son blog, https://noiriel.wordpress.com/2018/11/21/les-gilets-jaunes-et-les-lecons-de-lhistoire/ ou ici https://www.franceinter.fr/societe/gilets-jaunes-les-elites-continuent-a-dire-au-peuple-vous-n-avez-pas-compris-on-va-vous-expliquer ou lorsqu’il évoque la violence politique (nécessaire ?) dans une émission de France culture, https://www.youtube.com/watch?v=79f8hr-ZuCw

On lira également avec profit la contributions de Samuel Hayat, spécialiste de la révolution de 1848 et de l’histoire des organisations et des idées ouvrières au XIXe siècle, https://samuelhayat.wordpress.com/2018/12/05/les-gilets-jaunes-leconomie-morale-et-le-pouvoir/, l’entretien au Monde de Mathilde Larrère, https://www.lemonde.fr/societe/video/2018/12/07/gilets-jaunes-peut-on-comparer-le-mouvement-aux-revoltes-du-passe_5394281_3224.html ainsi que le « tour de table » effectué par Michel Pinault, qui permet de retrouver les références d’interventions publiées dans la presse ces dernières semaines, https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/041218/les-gilets-jaunes-sous-la-loupe-des-historiens.

Lire également les textes de François Cusset, historien des idées, https://www.liberation.fr/debats/2018/12/11/la-nuee-jaune-ou-le-retour-de-la-politique_1697279 et d’un sociologue de l’université d’Aix-Marseille, Manuel Cervera-Marzal, « La première des violences n’est pas celle des « casseurs » », https://usbeketrica.com/article/gilets-jaunes-la-premiere-violence-n-est-pas-celle-des-casseurs

Beaucoup de slogans, de banderoles ou de mises en scènes sur des rond-points font référence explicitement à la Révolution française. Parmi les historiens de cette période qui s’expriment en évoquant des « résurgences » signalons Sophie Wahnich, entre autres sur Mediapart que l’on peut lire ici https://forum.atoute.org/forum/forums-d%C3%A9di%C3%A9s-%C3%A0-une-maladie/schizophr%C3%A9nie/8547022-1789-2018-les-gilets-jaunes-vus-par-une-historienne-de-la-r%C3%A9volution-fran%C3%A7aise ou dans un entretien plus court pour L’Humanité, https://www.humanite.fr/les-gilets-jaunes-et-1789-resurgences-revolutionnaires-665258. L’analyse de Michel Biard se trouve ici https://actu.fr/normandie/rouen_76540/gilets-jaunes-lhistorien-rouennais-michel-biard-ce-stade-ce-nest-pas-une-revolution_20208096.html et ici http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2018/12/07/37002-20181207ARTFIG00024-gilets-jaunes-assiste-on-a-une-revolte-ou-a-une-revolution.php

C. Beuvain, pour la rédaction de Dissidences, 23/12/2018

DOCUMENTS

Il nous semble pertinent de documenter ce mouvement, d’abord par quelques tracts issus de ronds-points (Poitiers, Meung-sur-Loire, Boulay-Moselle) récoltés par des membres de Dissidences en novembre et décembre 2018, puis par un début de recension [à venir prochainement] des slogans inscrits au dos des gilets, ainsi que des banderoles et pancartes, outils politiques de contestation. Ces “écrits exposés” (A. Petrucci) témoignent, à leur manière, de la diversité des revendications des Gilets jaunes. Instantanés authentiques d’un mouvement en constante évolution, ces documents évoquent tout à la fois son originalité et parfois aussi, des dérives racistes. Quand sera venu le temps de faire une histoire documentée de cette révolte inédit, la focale devra tendre à être la plus englobante possible. Bien que nous n’en soyons pas encore là, puisque le mouvement continue, ces éléments peuvent néanmoins fournir déjà, les linéaments d’une telle approche.

C. Beuvain, pour la rédaction de Dissidencesjanvier-février 2019.

 A – TRACTS

 

Tract de Gilets jaunes, rond-point près de Poitiers, novembre-décembre 2018 (David Hamelin, Dissidences, DR)

Tract de Gilets jaunes, rond-point de Meung-sur-Loire (Loiret), sortie d’autoroute, vendredi 21 décembre 2018 (Jean-Guillaume Lanuque, Dissidences, DR)

 

Tract de Gilets jaunes, rond-point de Boulay-Moselle (Moselle), début décembre 2018 (Florent Schoumacher, Dissidences, DR)

 

UNE LETTRE INCONNUE D’ARTHUR RIMBAUD1

 

Une lettre inconnue d’Arthur Rimbaud datée d’avril 1874 à Londres. Son objet – « L’Histoire splendide » – et l’exposé de sa stratégie littéraire ouvrent une voie passionnante à la poursuite et au renouvellement des études rimbaldiennes.

par Frédéric Thomas

Découverte exceptionnelle : une lettre inconnue d’Arthur Rimbaud. Celle-ci se trouvait dans les archives de Jules Andrieu, dont l’un des descendants, arrière-petit-fils du communard – qui vient de réaliser et de mettre en ligne sa biographie : C’était Jules. Jules Louis Andrieu (1838-1884). Un homme de son temps – en reproduit une copie (page 209)2. Si, dans l’impossibilité actuelle de consulter l’original, en raison de la succession en cours, il convient de demeurer prudent, l’origine, les mots et l’esprit de cette lettre poussent à conclure à son authenticité.

Situation

Écrite de Londres, où Rimbaud est revenu, accompagné non pas de Paul Verlaine, incarcéré, depuis l’été précédent, après avoir menacé de tirer sur son compagnon à Bruxelles, mais d’un autre poète, Germain Nouveau, cette lettre est datée du 16 avril 1874 ; soit à l’époque où Rimbaud (re)travaille aux Illuminations.

Mais qui est Jules Andrieu ? Pédagogue, journaliste et poète, auteur entre autres des Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris de 1871 (rééditées en 2016 par Libertalia3), il fut l’un des dirigeants de la Commune. Au cours de la Semaine sanglante, il réussit à se cacher, puis à échapper à la répression, et à se réfugier à Londres. C’est là que Rimbaud fait sa connaissance, en compagnie de Verlaine, en septembre 1872. Celui-ci est en effet un ami et un ancien collègue d’Andrieu à l’Hôtel de Ville de Paris.

Jules Andrieu participe en réalité d’un micro-réseau politico-culturel, où se croisent des intellectuels « déclassés », la plupart communards, qui constitue comme le milieu naturel des pérégrinations de Verlaine et de Rimbaud à Bruxelles et à Londres. Au sein de cette confluence, Rimbaud considérait Andrieu comme un « frère d’esprit » selon son ami d’enfance, Ernest Delahaye. Sous les dehors « bonhomme » d’Andrieu et l’insolence maladroite de Rimbaud, ils partagent la volonté d’une régénération globale, de renouer les paroles avec la morale, la poésie avec l’action.

« L’Histoire splendide »

Ce qui emporte la conviction que Rimbaud est bien l’auteur de cette lettre tient à son contenu et son style. Cette sommation empressée de renseignements et de livres, cette impatience de tout et de tous les jours sont bien dans sa manière. Sans compter les échos à nombre de poèmes. La référence à Flaubert, à Quinet et, « mieux », à Michelet semble en outre confirmer tout un pan des études rimbaldiennes. Et impossible évidemment, de ne pas penser aux lettres de 1871, en lisant : « on se pose en double-voyant pour la foule, qui ne s’occupa jamais à voir, qui n’a peut-être pas besoin de voir ».

Cette lettre présente le projet de « L’Histoire splendide», confirmant ainsi les souvenirs de Delahaye, évoquant un projet de Rimbaud, que l’on croyait perdu : L’histoire magnifique, qui débutait par une série de photographies du temps passé. Difficile de faire la part d’ironie, de lucidité critique ou de détournement dans la volonté de Rimbaud de « faire une affaire ici », en usant d’« une réclame frappante » comme « vrai principe de ce noble travail ».

Le projet témoigne en tout cas d’une hybridation des écritures, du parasitage des frontières de la littérature, pour toucher à cette forme nouvelle – nouvelle et « libre d’aller mystiquement, ou vulgairement, ou savamment » –, au croisement du journalisme, du romantisme, de la fantaisie… et « du poème en prose [à la mode d’ici] », dont c’est l’unique occurrence dans les écrits de Rimbaud.

Mais, à suivre les indications de la lettre – « style […] négatif », avec des détails étranges, le tout perverti –, force est de constater que c’est une certaine histoire et sous un angle spécifique – celui de la violence – que veut écrire Rimbaud. Soit une contre-Légende des siècles. Non pas la marche de la barbarie à la civilisation, mais des « morceaux […] détachés », qui font voler en éclats l’histoire-spectacle, en donnant à voir, « illustrés en prose à la Doré », le « décor » des religions, « les traits du droit » et « l’enharmonie des fatalités populaires ». Tout le poids des déterminations sociales et idéologiques, qui pèse comme une fatalité. Et l’ensemble, « dévidé » de ses prétentions progressistes, « pris et dévidé à des dates plus ou moins atroces ».

La « splendeur » de l’histoire s’entendrait par dérision ou de manière ambivalente ? Comme un grand éclat de lumière, attaché à la modernité clinquante des villes, du tourisme et du commerce ? Manière de fixer le progrès et l’Ordre des vainqueurs dans le miroir des « batailles, migrations, scènes révolutionnaires » ; triptyque qui structure d’ailleurs nombre de poèmes de Rimbaud. L’envers et le coût de cette splendeur.

Conclure

Ernest Delahaye a rattaché le projet d’« Une histoire magnifique » aux Illuminations. Ces pages n’en donnent-elles pas le décor, les mots, sinon leur détour, ce sur quoi elles ne cessent de buter ? L’ensemble placé sur un plan particulier : « pour une forme inouïe et anglaise ». « L’Histoire splendide », par sa « (magnifique) perversion » participerait aussi, à sa manière, du recodage des images, de leur fabrication comme de leur enchantement, pour redonner à la poésie sa puissance d’action.

En fin de compte, si l’auteur de cette lettre est bien Rimbaud, comme tout le laisse à penser, une (faible) part d’incertitude demeure et appelle à poursuivre les recherches. Mais si cette lettre est authentique, elle ouvre une voie passionnante à l’étude sur les Illuminations, sur le milieu communard fréquenté par Rimbaud et Verlaine, et sur cette zone grise entre l’écriture poétique de Rimbaud et les écrits de la période abyssine, qui se disputent son silence.

1Une analyse plus développée ainsi que la retranscription de la lettre de Rimbaud est en ligne sur le site de la revue rimbaldienne Parade Sauvage : https://sites.dartmouth.edu/paradesauvage/decouverte-dune-lettre-de-rimbaud-frederic-thomas/
 

2Voir http://renaissance.carnot.pagesperso-orange.fr/Andrieu/.

3Voir le compte-rendu que nous avons fait de cet ouvrage : https://dissidences.hypotheses.org/6934. Voir le dossier consacré à Jules Andrieu ci-dessous.
 
 

Dossier Jules Andrieu

 

Jules Andrieu, « frère d’esprit » d’Arthur Rimbaud. 

Autour de la découverte d’une lettre d’Arthur Rimbaud1

par Frédéric Thomas

Qui est Jules Andrieu (1838-1884), dans les archives duquel se trouve la lettre signée Rimbaud et datée du 16 avril 1874 ? Né à Paris le 30 septembre 1838, il fut à la fois pédagogue, journaliste et poète, auteur de nombreux livres, où se déclinent sa curiosité intellectuelle et l’étendue de ses savoirs : L’Amour en chanson (1859), Histoire du Moyen-Age (1866), Philosophie et Morale (1867)… Passionné et grand travailleur, il dirige, de 1863 à 1870, un cours d’enseignement secondaire destiné aux classes populaires ; cours suivi entre autres par Henri Tolain et Eugène Varlin, futurs dirigeants communards. De 1868 à 1870, il collabore au Grand Dictionnaire du XIXe siècle, dirigé par Pierre Larousse, et pour lequel il rédige nombre de notes concernant des sujets aussi variés que : Temps, Série, Sciences occultes, Poésie populaire, Démopédie, Pédagogie, Empédocle, Paracelse, Misanthropie, Ellipse (astronomie et philosophie) ».

Il fut aussi l’un de ces « poètes de l’Hôtel de Ville de Paris », aux côtés de Léon Valade et Albert Mérat, et l’on retrouve son nom, en mai 1867, dans La Gazette rimée (n°4), aux côtés de son ami Paul Verlaine, devenu également employé à l’Hôtel de Ville.

Il est encore une figure importante et autorité morale, quoique discrète, de l’opposition littéraire et politique à l’Empire – il rencontre régulièrement, parmi d’autres, Jules Vallès et Hippolyte Prosper Olivier Lissagaray au café de Madrid –, qui, à la fin des années 1860, se développe et se radicalise. Les rares témoignages que nous avons sur lui, soulignent sa force de caractère et son influence. En avril 1870, il participe à la campagne de la candidature du républicain démocrate Ulric de Fonvielle, aux côtés d’une autre figure de ce milieu intellectuel : Georges Cavalier, mieux connu sous le pseudonyme de Pipe-en-bois2.

D’abord chef du personnel de l’administration communale, Andrieu est, le 16 avril 1871, élu comme membre de la Commune de Paris, et devient chef des services administratifs. Au sein de la Commune, il vote contre l’instauration d’un Comité de salut public et signe le manifeste de la minorité. À la fin de la Semaine sanglante, il réussit à se cacher, puis à échapper à la répression, et à se réfugier à Londres. De cette expérience, il nous a livré un document précieux et important, rédigé en 1871, ses Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris de 18713, et qui « tranchent par leur intelligence des événements, considérés d’un œil libre et critique » selon Bernard Noël4. Après l’amnistie de 1880, déjà malade, il est nommé sous l’intervention de Gambetta, vice-consul de France à Jersey. Il y meurt peu de temps après, en février 1884.                                                                                                                                            

UNE CONSTELLATION POLITICO-CULTURELLE

Lorsque Verlaine et Rimbaud débarquent pour la première fois à Londres, en septembre 1872, ils rendent visite à Andrieu, et demeureront en contact, comme en témoigne la correspondance de Verlaine. Andrieu et Vermersch représentent d’ailleurs les amis les plus proches de Verlaine à Londres, et ceux que Rimbaud et lui fréquenteront le plus5. Le nom d’Andrieu apparaît également dans la lettre du 7 juillet 1873 de Rimbaud à Verlaine, qui, après une énième crise amoureuse entre les deux hommes, a quitté Londres sur un coup de tête : « Tu veux revenir à Londres ! Tu ne sais pas comme tout le monde t’y recevrait ! Et la mine que me ferait Andrieu et autres s’ils me revoyaient avec toi »6.

Jules Andrieu participe en réalité d’un micro-réseau. Le travail réalisé par Denis Saint-Amand pour mettre en évidence « une certaine homogénéité générationnelle », sociale, culturelle et politique au sein des membres du cercle zutiste à Paris, que Rimbaud découvrit par l’intermédiaire de Verlaine, à partir de l’été 1871, doit s’étendre aux proscrits communards rencontrés à Bruxelles et à Londres7. De même, la « relative homologie entre les pouvoirs littéraire et politique » décelée par Saint-Amand pour les zutistes est plus marquée encore au sein de cette confluence d’exilés.

Appartiennent à ce micro-réseau, Pipe-en-Bois, condamné à dix ans de bannissement suite à sa participation à la Commune de Paris (il travaillait justement sous les ordres d’Andrieu), que Verlaine et Rimbaud retrouvèrent à Bruxelles au cours de l’été 1872, Vermersch et Andrieu. En font également partie, de manière quelque peu plus périphérique, le caricaturiste et ami de Verlaine, Félix Régamey (que Verlaine et Rimbaud rencontrèrent également à Londres), et les journalistes révolutionnaires Jules Vallès8 et Lissagaray (chez qui Andrieu trouva refuge quand il débarqua à Londres, et pour qui, en 1872, Verlaine joua le rôle de facteur). C’est d’ailleurs grâce à la recommandation d’Andrieu, que Verlaine put s’inscrire et Rimbaud ? au Cercle d’études sociales9 à Londres, un « club de réfugiés » dont sont également membres Lissagaray, Vallès, Marx…

Cette confluence constitue comme le milieu naturel des pérégrinations de Verlaine et de Rimbaud à Bruxelles et à Londres. Elle se situe à la conjonction d’une fraction sociale (la petite-bourgeoisie intellectuelle), d’un positionnement politique radicalisé (ils sont partisans de la « Sociale ») et d’une activité culturelle hybride et (jugée) mineure (la « petite presse », les caricatures, la fantaisie) qu’ils gauchissent et subvertissent. D’où la haine de la grande majorité des intellectuels envers ces « déclassés », en raison non seulement de leur participation à la Commune bien sûr, mais aussi au regard de leurs écrits et de la transgression qu’ils entretiennent entre haute et basse cultures, et entre art et politique10.

UN « FRÈRE D’ESPRIT »

Non seulement Rimbaud connaissait Jules Andrieu, mais, selon Ernest Delahaye, l’ami commun de Verlaine et de Rimbaud, ce dernier le considérait comme un « frère d’esprit »11. Au-delà du micro-réseau que j’ai évoqué, cette fraternité spirituelle participe des affinités entre les deux hommes. De manière générale, tous les deux ont en commun une même boulimie de savoirs et le goût des langues étrangères. À cela vient s’ajouter une certaine parenté dans l’intérêt pour la poésie populaire, l’éducation et la morale.

De manière plus organique, l’inspiration fouriériste, les thèmes de l’unité et de l’harmonie, la critique du mythe du progrès, la dialectique de la force et du droit12, et la volonté de construire une « science de l’homme », une « science pratique de la vie »13, où se fondraient philosophie et histoire, science et art, et qui serait basée sur la morale ont des correspondances dans les poèmes de Rimbaud. Surtout, sous les dehors « bonhomme » d’Andrieu et l’insolence maladroite de Rimbaud, les deux hommes partagent la volonté d’une régénération globale, l’exigence, tirée d’une réinterprétation de l’art grec, de renouer les paroles avec la morale, la poésie avec l’action publique.

1Ce texte, centré sur la figure de Jules Andrieu, reprend une partie de l’article original « Découverte d’une lettre d’Arthur Rimbaud », mis en ligne sur le site de la revue Parade Sauvage : https://sites.dartmouth.edu/paradesauvage/.

2Georges Cavalier, Les mémoires de Pipe-en-bois. Précédé de « Georges Cavalier, dit Pipe-en-bois » par Jean-Jacques Lefrère, Paris, Champ Vallon, 1992.

3Publié pour la première fois en 1971 par Payot, le livre a été réédité en 2016 par Libertalia, avec une préface de Louis Janover et une postface de Maximilien Rubel.

4Bernard Noël, Le Dictionnaire de la Commune, Paris, Hazan, 1971, p. 45-46.

5« Jules Andrieu, l’érudit et le polygraphe, que la politique et l’exil devaient ravir aux Lettres pendant, après et depuis la Commune, aujourd’hui consul de France à Jersey, par moi connu et apprécié comme excellent ami parmi mes assez longs séjours à Londres », Paul Verlaine, « Charles Cros » dans Les hommes d’aujourd’hui, n°338, octobre 1888, Paris, Léon Vanier.

6 Arthur Rimbaud, « Lettre à Paul Verlaine du 7 juillet 1873 » dans Arthur Rimbaud, Œuvres complètes, Pierre Brunel (éd.), Paris, Librairie Générale Française, 1999, p. 387.

7Denis Saint-Amand, « Genèse du Zutisme », dans La Poésie jubilatoire : Rimbaud, Verlaine et l’Album zutique, Whidden Seth (dir.), Paris, Classiques Garnier, « Études Rimbaldiennes », 2010, p. 65-82. On lira également Luc Badesco, La Génération poétique de 1860. La Jeunesse des deux rives, Nizet, 1971.

8Rimbaud connaissait déjà les écrits de Vallès, de Vermersch et de Henri Rochefort : dans sa lettre du 17 avril 1871 à Paul Demeny, il évoque son récent séjour parisien en ces termes : « Les choses du jour étaient Le Mot d’ordre et les fantaisies, admirables, de Vallès et de Vermersch au Cri du Peuple ». Rimbaud, op. cit., p. 236.

9Voir sur ce blog l’article que nous lui avons consacré.

10Je me permets de renvoyer à Frédéric Thomas, « Commune de Paris », Dictionnaire Rimbaud, éd. Yann Frémy et Alain Vaillant, Paris, Classiques Garnier, à paraître, Frédéric Thomas, Rimbaud révolution, Paris, L’échappée, à paraître.

11Ernest Delahaye, Rimbaud. L’artiste et l’être moral, Paris, Meissen, 1923. , p. 51. Sauf indications contraires, les citations proviennent de ce texte.

12Mais celle-ci était également présente dans les écrits de Vermersch et constituait l’un des principaux sujets de discussion (et de polémique) parmi les proscrits communards. Lire à ce propos Steve Murphy, Rimbaud et la Commune. Microlectures et perspectives, op. cit.

13Jules Andrieu, Philosophie et morale, Paris, L’École mutuelle, 1867.   

                                                          

Jules Andrieu, Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris, Paris, Libertalia, collection « Ceux d’en bas », 2016, 387 pages, 18 €, préface de Louis Janover, postface de Maximilien Rubel.

(compte rendu par Frédéric Thomas)           

 

Qu’est le cercle d’études sociales ?

par Frédéric Thomas

Le Cercle d’études sociales est fondé le 20 janvier 1872 au 31 Francis Street, Tottenham Court Road, à Londres. Il constitue tout à la fois un groupe d’entraide pour les communards en exil, un lieu de débats et un centre d’études et de conférences, bref un « club de réfugiés ». Y participent, de manière ponctuelle ou régulière, Prosper Olivier Lissagaray (l’un des fondateurs du Cercle), Jules Vallès, Karl Marx, Jules Andrieu… C’est d’ailleurs grâce à la recommandation de ce dernier que Paul Verlaine put s’y inscrire. Et Arthur Rimbaud ? On ne sait.

C’est au sein du Cercle d’études sociales que naît le projet, en mai 1872, de mener une « enquête générale sur la Révolution sociale du 18 mars, en réponse aux calomnies de l’enquête versaillaise ». Si cette enquête est portée principalement par Lissagaray, qui en tirera son Histoire de la Commune, elle participe aussi des Notes d’Andrieu, du roman L’Insurgé de Vallès et du poème Les Incendiaires de Vermersch. Sous ces diverses formes, il s’agit d’un retour sur l’histoire, pour interroger son sens (à la fois orientation et signification), et donner à voir le point de vue des vaincus. En réalité, cette contre-enquête hante les conversations et les têtes des communards que Verlaine et Rimbaud fréquentent à Londres. Et, à leur manière, le recueil Les Vaincus auquel travaillait alors Verlaine, ainsi que nombre de poèmes de Rimbaud doivent aussi s’entendre comme un fragment de cette contre-enquête.

                                                 

 

**********************************

 

Comptes rendus complémentaires du volume 16 de Dissidences

Les Talons rouges d’Antoine de Baecque tranche quelque peu avec ses ouvrages précédents, puisqu’il s’agit d’un roman historique mâtiné de fantastique. Ici

Jérémie Lefebvre, déjà auteur de quelques romans, a décidé dans Avril de prendre à bras le corps l’ébullition sociale actuelle, en proposant une anticipation. Ici

Arnaud Delalande est un écrivain et scénariste prolifique, auteur aussi bien de romans que de bandes dessinées ; le diptyque dont il est question ici traite de la Grande Révolution. Ici 

LE COIN DES REVUES

Les comptes rendus des revues suivantes, Cahiers du mouvement ouvrier (n° 70), Vacarme (n° 73) et Ni patrie ni frontières (n° 54/55, 56/57) se trouvent dans notre Coin des Revues, ici (13 septembre 2016).

  

Dissidences en revues

La revue aux éditions du Bord de l’eau

La revue électronique hébergée sur le site de la MSH de Dijon

 
  http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2013 : numéro 5

Articles et documents. Compléments du volume : syndicalismes dans l’horizon révolutionnaire

Notes de lecture : autour du post-colonialisme

La revue des revues

Outils : entretiens avec des militants de la LCR

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2012 : numéro 4

Articles : varia

La revue des revues

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire aux Etats-Unis en comptes rendus

Parcours révolutionnaires : Daniel Bensaïd

Outils : la Bataille socialiste, la Gauche révolutionnaire, et les cahiers Rouges en inventaire

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2012 : numéro 3

Articles : varia

Notes de lectures : autour de la LCR et de la naissance du NPA jusqu’à la candidature de Philippe Poutou

Notes de lectures : Trotsky en biographies

Outils : le maoïsme français

Représentations : d’octobre 17 et de son 90ème anniversaire

Revue des revues

Parcours révolutionnaires : Victor Serge

Complément du numéro : Musique et révolution

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2011 : numéro 2

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : le trotskysme en France

Représentations : de la France

Comptes rendus : le mouvement trotskyste

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2011 : numéro 1

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : la gauche socialiste de 1921 à 1933 en documents

Représentations : de la Chine

Revue des revues

3 réflexions sur « Actualités de Dissidences »

  1. Christian Mahieux

    Bonjour,

    ce message, juste pour vous informer que nous avons mis un lien avec votre site, à partir de celui de la revue Les utopiques : http://www.lesutopiques.org/

    Nous espérons contribuer ainsi, modestement, aux nécessaires échanges entres forces luttant pour l’émancipation sociale.

    Amicalement.

    Christian Mahieux
    +33 (0)6 83 43 00 84
    mahieux@solidaires.org

    Union syndicale Solidaires
    http://www.solidaires.org
    Fédération des syndicats SUD-Rail
    http://www.sudrail.fr

    Répondre
    1. dissidences Auteur de l’article

      Bonjour

      Nous vous remercions pour ce lien sur votre site. Nous tenons néanmoins à préciser que nous n’appartenons, en tant que “Dissidences”, ni à la sphère politique ni à la sphère syndicale (ceci indépendamment des engagements personnels de telle ou tel), mais que nous sommes un collectif interdisciplinaire (historiens, sociologues, philosophes etc.) qui tentons de pratiquer une histoire sociale et culturelle des extrêmes gauches et des avant-gardes politiques et/ou culturelles, afin de rendre lisibles, visibles et surtout intelligibles les différentes luttes et forces d’émancipation sociale (que vous évoquez) des siècles passés. Amicalement. C.Beuvain pour Dissidences.

      Répondre
  2. RUSCIO Alain

    Merci à JG Lanuque pour sa critique de mon ouvrage NOSTALGÉRIE. Je n’ai pas son adresse électronique perso, prière de lui transmettre ces remerciements.

    Amitiés

    Alain Ruscio

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.