Actualités de Dissidences

Notre billet bi-mensuel  

Michel Onfray, ou les habits neufs de la réaction

A propos de :  Michel Onfray, Décadence. Vie et mort du judéo-christianisme, Paris, Flammarion, 2017, 656 pages, 22,90 €., et La Force du sexe faible. Contre-histoire de la Révolution française, Paris, Autrement, collection « Universités populaires et Cie », 2016, 224 pages, 18 €. Lire ici

par Jean-Guillaume Lanuque

Nos comptes rendus bi-mensuels

 

Il manquait jusqu’ici une biographie intellectuelle de cette figure méconnue de l’anti-stalinisme de gauche que fut Kostas Papaïoannou (…). L’essai de François Bordes, nourri de ses recherches dans les fonds de l’IMEC, vient combler cette lacune. Lire la suite ici

C’est tout l’intérêt de ce livre de rappeler la centralité et le parcours de cet « apôtre » du courant socialiste (…). L’ouvrage de Jean-Numa Ducange examine à nouveaux frais la place et le rôle que Jules Guesdel a pu jouer dans la création et le développement du socialisme au sein de l’hexagone. Lire la suite ici

Le livre de Dominic Rousseau est la plus récente étude consacrée à celui qui fut souvent considéré comme le « leader » des Enragés (…). L’intérêt de son approche réside dans son parcours biographique extrêmement détaillé. Lire la suite ici

 

Cet ouvrage est écrit par des militants du cercle Podemos de Paris, à l’aide de la presse en ligne espagnole. Il se présente comme une introduction didactique sur le phénomène Podemos. Lire la suite ici

 

 

 

 

 

Avec ces deux nouveaux titres de la collection Dyschroniques, vingt-et unième et vingt-deuxième, ce sont deux géants de la science-fiction étatsunienne qui sont à l’honneur. Lire la suite ici

 

 

RÉVOLUTIONS RUSSES DE 1917 : UN CENTENAIRE

La Une de L’Humanité du 7 novembre 1922

Avant propos : ici

1- 1917 : Des révolutions qui viennent de loin (mi-février fin mars 2017) Ici

2 – 1917 : Lénine, bolchevisme, léninisme : pistes d’approches plurielles (avril 2017) Ici

3 – 1917 : Les guerres civiles (juin/juillet 2017)

Après avoir abordé, dans nos précédents dossiers numériques, les prolégomènes de la révolution de 1917 et le rôle crucial du bolchevisme et de Lénine en particulier, thèmes sur lesquels nous reviendrons ultérieurement, il sera question cette fois-ci de la guerre civile. Si, en effet, elle ne fut pas une surprise pour les bolcheviques, nourris des leçons du passé, de la Révolution française et de la Commune de Paris tout spécialement, ils firent tout pour s’y préparer au mieux. Néanmoins, son ampleur, sa durée et son intensité provoquèrent une véritable sidération, à commencer chez ses acteurs eux-mêmes. Pour Alexandre Sumpf, « plutôt que d’une guerre civile, il convient de parler de guerres civiles, de conflits armés (…) intriqués, avec de terribles confrontations sociales et de non moins profondes dissensions ethniques. »1 Elle fut également la matrice des évolutions ultérieures de la Russie soviétique, domination du parti unique, militarisation de la société, exacerbation des oppositions sociales et politiques, même si l’on ne doit pas oublier le rôle de l’extrême violence quotidienne de la vie paysanne russe2 ainsi que la brutalisation née de la guerre – véritable catalyseur des révolutions russes –, les combats tout autant que la violence hiérarchique subie par les soldats au sein de leur propre armée3. Parallèlement, se manifesta durant cette période un véritable bouillonnement créatif, de la part des autorités locales comme de la part des artistes – y compris au sein de l’Armée rouge, sous la forme d’une section spéciale (PUR), qui organise séances de films, causeries, bibliothèques ambulantes, etc. – ce qui empêche de privilégier un regard unilatéralement tragique quant à cette séquence historique.


Illustration de Boris Efimov (1900-2008), pour la Pravda, reproduite dans L’Humanité du 14 mars 1923, p. 4 (source : Gallica)

Un autre point posant question, c’est justement la délimitation chronologique de la guerre civile russe. Et là comme ailleurs, les sous-entendus partisans ne sont jamais bien loin. Pour certains, elle débute avec l’accession au pouvoir des bolcheviques, considérés dès lors comme les géniteurs d’un affrontement jugé fratricide entre citoyens du même pays. Pour d’autres, elle est initiée par les opposants à la nouvelle légitimité, celle des soviets, comprenant donc d’emblée une partie de l’armée et du parti des Cadets (KD), rejointe ensuite par les socialistes-révolutionnaires (SR) et les mencheviques, alors que de nombreux militants de ces deux organisations eurent des positions beaucoup plus complexes, allant du ralliement au pouvoir soviétique à une prudente expectative. En réalité, il nous semble plus juste de lire la (ou les) guerre(s) civile(s) comme intimement liée(s) au processus révolutionnaire dans sa totalité. On peut dès lors voir dans les affrontements de février 1917 et dans les moments de tension se manifestant les mois suivants une forme de guerre civile froide ou tiède, les haines de classe – latentes et tapies dans les profondeurs de la société russe depuis longtemps – s’aggravant à compter de l’été, début d’une guerre civile chaude, qui ne cessera progressivement qu’à compter de 1921-1922.

Pour retracer cette histoire, nous avons choisi de chroniquer un certain nombre de parutions. Tout d’abord, le vaste ouvrage d’Alexandre Jevakhoff, penchant du côté de l’anti-bolchevisme, ainsi que le nouveau livre de Jean-Jacques Marie, déjà auteur d’un titre sur le sujet4, favorable aux bolcheviques. Un livre déjà ancien (Les Blancs et les Rouges) de Dominique Venner, figure historique de l’extrême droite, le récit inégalement fiable de Giles Milton, Roulette russe, ainsi que celui de l’historienne Taline Ter Minassian, Reginald Teague-Jones, d’une autre tenue, consacrés tous deux aux agissements de renseignement, de déstabilisation et de sabotage des services secrets britanniques en Russie durant cette période, s’ajoutent comme recensions inédites5. Nous avons en outre ressorti de nos archives trois comptes rendus déjà publiés sur notre blog, ceux des livres de Thomas Chopard sur la guerre civile en Ukraine, de Vladimir Lipovetsky sur l’odyssée d’enfants ballottés dans la tourmente d’un pays embrasé, et de Marc Ferro sur la fin discutée des Romanov.

Comme pour nos précédents mini dossiers, nous mettons en vedette deux sorties récentes, intervenues dans le cadre du centenaire de 1917. Il s’agit du livre de Victor Loupan, Une Histoire secrète de la révolution russe, antithèse archétypique de l’étude scientifique nécessaire à une bonne compréhension des événements révolutionnaires, et de celui de Claude Renard, Octobre 1917 et le mouvement ouvrier belge (réédition d’un texte de 1967), à propos de l’impact de la révolution russe sur le mouvement ouvrier belge.

Deux entretiens, le premier avec Jean-Jacques Marie6, qui permet d’apporter un éclairage plus étendu sur la révolution russe, le second, avec Alexandre Sumpf, sur l’historiographie de la révolution russe, complètent l’échange déjà mené avec Eric Aunoble sur ces thème7. D’autres entretiens devraient suivre.

Enfin, l’analyse d’un tableau, celui d’Isaak Brodsky (1884-1939), L’Exécution des 26 commissaires de Bakou, épisode célèbre magnifié/mythifié par les bolcheviques, ainsi que le compte rendu d’un roman de 1930 d’Alexandre Serafimovitch, Le Torrent de fer (sur un moment de la guerre civile en territoire cosaque) complètent ce troisième focus.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

1Alexandre Sumpf, La Grande guerre oubliée. Russie, 1914-1918, Paris, Perrin, coll.  « Tempus », 2017, p. 426.

2Voir Orlando Figes, La Révolution russe, le chapitre « Icônes et cancrelats », sur la société paysanne sous le tsarisme, p. 132-178 (édition originale, Denoël).

3Alexandre Sumpf, La Grande guerre oubliée. Russie, 1914-1918, op. cit., p. 541.

4Jean-Jacques Marie, Histoire de la guerre civile russe 1917-1922, Paris, Tallandier, collection Texto, 2015 (reprise de La Guerre civile russe, 1917-1922. Armées paysannes rouges, blanches et vertes, Paris, Autrement, collection Mémoires/Histoire, 2005).

5La guerre civile est également décrite dans des ouvrages embrassant une périodisation plus étendue, ainsi de la somme d’Orlando Figes, La Révolution russe (Denoël), précédemment chroniquée sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/8146

6Cet entretien sera mis en ligne dans les jours qui viennent.

Les révolutions russes et l’historiographie

Questions à Eric Aunoble (par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque, Dissidences) Entretien les 16 et 26 mars 2017. Lire ici

Questions à Alexandre Sumpf (par Jean-Guillaume Lanuque, Dissidences) Lire ici

Soirée spéciale sur Arte : un centenaire des révolutions russes, tiraillé entre 1917 et 2017

Le mardi 28 février 2017, cent ans après la victoire des insurgés de février 1917 en Russie (si l’on suit bien sûr le calendrier russe de l’époque, dit julien), la chaîne franco-allemande organisait, dans le cadre de ses soirées Théma, une spéciale centenaire de la révolution russe. Lire la suite ici …

INTERROGER LES RÉVOLUTIONS RUSSES AVEC LES YEUX

I – L’arrestation d’un propagandiste (1880-1892), de Ilya Efimovitch Repine. Interrogation de Christian Beuvain : ici

II – L’Exécution des 26 commissaires de Bakou, de Isaak Brodsky. Interrogation de Christian Beuvain 

ACTUALITÉS DU CENTENAIRE

* Projet « 1917, année révolutionnaire ». C’est un site pour centraliser les informations dédiées à l’actualité du centenaire. Il est coordonné et animé par des chercheurs, enseignants-chercheurs (Alain Blum, Sophie Coeuré, Sabine Dullin, Taline Ter Minassian, entre autres) et des doctorants de plusieurs universités et laboratoires : Paris Sorbonne, Paris 7, INALCO, MSH de Dijon, Fondation Gabriel Péri, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre européen, etc. Sur https://1917.hypotheses.org/

* Cycle « 1917>2017, la révolution russe à 100 ans ! ». C’est un cycle de conférences organisé par la section russe du Centre de Langues de l’Université Lumière Lyon 2. La première a eu lieu le 15 février 2017, par Wladimir Berelowitch, enseignant-chercheur à l’EHESS : « La Russie au début du XXe siècle », le podcast sur http://cdl.univ-lyon2.fr/fr/langues/russe/la-russie-au-debut-du-xxe-siecle-719485.kjsp. La seconde s’est déroulée le 15 mars 2017, par Emilia Koustova, qui a abordé l’histoire de 1917 à travers les représentations que la révolution russe a générées, véhiculées, combattuesla dimension iconoclaste de Février et d’Octobre, la place des symboles et des rituels dans la radicalisation de la Révolution, ainsi que les débuts de la construction du mythe révolutionnaire au lendemain de la prise du pouvoir par les bolcheviques. (podcast non encore disponible).

* Colloque international « 1917-2017 : Espoirs, utopies et héritages de la Révolution russe », du 2 au 4 novembre 2017, à Bruxelles (Belgique), organisé par, entre autres, le Centre d’histoire et de sociologie des gauches, l’Institut Marcel Liebman, l’Université libre de Bruxelles, etc. Le programme est en préparation mais sont déjà pressentis S. Coeuré, S. Dullin ou E. Aunoble.

 *Colloque international, « 1917-2017 : Regards croisés sur les avant-gardes artistiques soviétiques », les 7 et 8 décembre 2017 à l’Université Paris Nanterre et à l’Université Paris 8, qui fait suite à un séminaire doctoral. Comité d’organisation : Julie Deschepper, Louisa Martin-Chevalier, Claire Thouvenot. L’appel à communication est sur Fabula, https://www.fabula.org/actualites/1917-2017-regards-croises-sur-les-avant-gardes-artistiques-sovietiques_79646.php

QUELQUES COMPTES RENDUS RÉCENTS

Daniel Vander Gucht, Ce que regarder veut dire. Pour une sociologie visuelle, Paris, Les Impressions nouvelles, 2017, 284 pages, 20 €.

Hadrien Klent, La Grande Panne, Paris, Éditions Le Tripode, 2016, 340 pages, 19 €.

Raya Dunayevskaya, Marxisme et liberté, Paris, Syllepse, collection « Mille marxismes », 2016, 406 pages, 22 €.

Ėric Sadin, La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique, Montreuil, éditions L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, 304 pages, 17 €.

John Barzman, Jean-Pierre Castelain (dir.), Jules Durand. Un crime social et judiciaire, Paris, L’Harmattan, collection « Inter-National », 2015, 199 pages (avec des illustrations en couleur et noir et blanc), 24 €.

Louis Janover, La révolution surréaliste, Paris, Klincksieck, collection « Critique de la politique », 2016, 219 pages, 25,50 €.

Anne Morelli (sous la coordination de), Le Bruxelles des révolutionnaires. De 1830 à nos jours, Bruxelles, CFC-Éditions, collection « Regards sur la ville », 2016, 303 pages, 322 illustrations, 40 € (livre relié).

Alessandro Stella, Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », 2016, 168 pages, 14 €.

Paul Mattick, La révolution fut une belle aventure. Des rues de Berlin en révolte aux mouvements radicaux américains (1918-1934), Montreuil, L’Échappée, collection « Dans le feu de l’action », 191 pages, 17 €.

 

LE COIN DES REVUES

Les comptes rendus des revues suivantes, Cahiers du mouvement ouvrier (n° 70), Vacarme (n° 73) et Ni patrie ni frontières (n° 54/55, 56/57) se trouvent dans notre Coin des Revues, ici (13 septembre 2016).

 Les billets récents

Yves Meunier, La Bande noire. Propagande par le fait dans le bassin minier (1878-1885), Paris, L’échappée, 2017, 189 pages, 17 €.

 *Ni Dieu, ni maître. Une histoire de l’anarchisme. Première partie : la volupté de la destruction (1840-1914) – Seconde partie : la mémoire des vaincus (1911-1945), documentaire, auteur/réalisateur, Tancrède Ramonet, diffusé le mardi 12 avril 2017 sur Arte, narrateur Redjep Mitrovitsa, textes récités par Audrey Vernon, conseillers historiques Gaetano Manfredonia et Frank Mintz, musique originale Julien Deguin, production Temps Noir, France, coffret de deux DVD (les deux parties + des compléments, 3h 41 mn), Arte Éditions, 34,95 €.

*Guillaume Desanges, François Piron (dir.), Contre-cultures 1969-1989. L’esprit français, Paris, La maison rouge / La Découverte, 2017, 320 pages, 35 €.

Par Vincent Chambarlhac

*Georges Didi-Huberman, Peuples en larmes, peuples en armes. L’œil de l’histoire, 6, Paris, éditions de Minuit, 2016, 461 pages, 29,50 €.

Par Frédéric Thomas

Biographie de Pierre Bernard : Du syndicalisme révolutionnaire chez Michelin à la tête du syndicat national des ingénieurs FO

Par Eric Panthou

* Les « pivertistes » en résistance

Par Thierry Hohl

Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale

Par Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Apocalypse, Staline : Une histoire en miettes ? A propos du documentaire de Isabelle Clarke et Daniel Costelle, Apocalypse Staline : I. Le Possédé, II. L’homme rouge, III. Le maître du monde, trois fois une cinquantaine de minutes (France 2, mardi 3 novembre 2015, 20h 55).

Par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Susan Weissman, Dissident dans la révolution. Victor Serge, une biographie politique. « Le cap est de bonne espérance », Paris, Syllepse, 2006 (2001 pour l’édition originale), 484 pages, 25 €.

Par Jean-Guillaume Lanuque

Compléments en ligne du volume Sexualités en révolutions XIXe-XXIe siècles

  • La résurrection d’Alexandra Kollontaï ?, (seconde partie du travail de Jean-Guillaume Lanuque sur cette révolutionnaire).  Lire la suite ici …
  • Compte rendu du livre de Thomas Bouchet Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours, par Jean-Guillaume Lanuque.  Lire la suite ici … 

 

Dissidences en revues

La revue aux éditions du Bord de l’eau

La revue électronique hébergée sur le site de la MSH de Dijon

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2013 : numéro 5

Articles et documents. Compléments du volume : syndicalismes dans l’horizon révolutionnaire

Notes de lecture : autour du post-colonialisme

La revue des revues

Outils : entretiens avec des militants de la LCR

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2012 : numéro 4

Articles : varia

La revue des revues

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire aux Etats-Unis en comptes rendus

Parcours révolutionnaires : Daniel Bensaïd

Outils : la Bataille socialiste, la Gauche révolutionnaire, et les cahiers Rouges en inventaire

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2012 : numéro 3

Articles : varia

Notes de lectures : autour de la LCR et de la naissance du NPA jusqu’à la candidature de Philippe Poutou

Notes de lectures : Trotsky en biographies

Outils : le maoïsme français

Représentations : d’octobre 17 et de son 90ème anniversaire

Revue des revues

Parcours révolutionnaires : Victor Serge

Complément du numéro : Musique et révolution

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2011 : numéro 2

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : le trotskysme en France

Représentations : de la France

Comptes rendus : le mouvement trotskyste

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2011 : numéro 1

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : la gauche socialiste de 1921 à 1933 en documents

Représentations : de la Chine

Revue des revues

3 réflexions au sujet de « Actualités de Dissidences »

  1. Christian Mahieux

    Bonjour,

    ce message, juste pour vous informer que nous avons mis un lien avec votre site, à partir de celui de la revue Les utopiques : http://www.lesutopiques.org/

    Nous espérons contribuer ainsi, modestement, aux nécessaires échanges entres forces luttant pour l’émancipation sociale.

    Amicalement.

    Christian Mahieux
    +33 (0)6 83 43 00 84
    mahieux@solidaires.org

    Union syndicale Solidaires
    http://www.solidaires.org
    Fédération des syndicats SUD-Rail
    http://www.sudrail.fr

    Répondre
    1. dissidences Auteur de l’article

      Bonjour

      Nous vous remercions pour ce lien sur votre site. Nous tenons néanmoins à préciser que nous n’appartenons, en tant que « Dissidences », ni à la sphère politique ni à la sphère syndicale (ceci indépendamment des engagements personnels de telle ou tel), mais que nous sommes un collectif interdisciplinaire (historiens, sociologues, philosophes etc.) qui tentons de pratiquer une histoire sociale et culturelle des extrêmes gauches et des avant-gardes politiques et/ou culturelles, afin de rendre lisibles, visibles et surtout intelligibles les différentes luttes et forces d’émancipation sociale (que vous évoquez) des siècles passés. Amicalement. C.Beuvain pour Dissidences.

      Répondre
  2. RUSCIO Alain

    Merci à JG Lanuque pour sa critique de mon ouvrage NOSTALGÉRIE. Je n’ai pas son adresse électronique perso, prière de lui transmettre ces remerciements.

    Amitiés

    Alain Ruscio

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *