Actualités de Dissidences

UNE LETTRE INCONNUE D’ARTHUR RIMBAUD1

 

Une lettre inconnue d’Arthur Rimbaud datée d’avril 1874 à Londres. Son objet – « L’Histoire splendide » – et l’exposé de sa stratégie littéraire ouvrent une voie passionnante à la poursuite et au renouvellement des études rimbaldiennes.

par Frédéric Thomas

Découverte exceptionnelle : une lettre inconnue d’Arthur Rimbaud. Celle-ci se trouvait dans les archives de Jules Andrieu, dont l’un des descendants, arrière-petit-fils du communard – qui vient de réaliser et de mettre en ligne sa biographie : C’était Jules. Jules Louis Andrieu (1838-1884). Un homme de son temps – en reproduit une copie (page 209)2. Si, dans l’impossibilité actuelle de consulter l’original, en raison de la succession en cours, il convient de demeurer prudent, l’origine, les mots et l’esprit de cette lettre poussent à conclure à son authenticité.

Situation

Écrite de Londres, où Rimbaud est revenu, accompagné non pas de Paul Verlaine, incarcéré, depuis l’été précédent, après avoir menacé de tirer sur son compagnon à Bruxelles, mais d’un autre poète, Germain Nouveau, cette lettre est datée du 16 avril 1874 ; soit à l’époque où Rimbaud (re)travaille aux Illuminations.

Mais qui est Jules Andrieu ? Pédagogue, journaliste et poète, auteur entre autres des Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris de 1871 (rééditées en 2016 par Libertalia3), il fut l’un des dirigeants de la Commune. Au cours de la Semaine sanglante, il réussit à se cacher, puis à échapper à la répression, et à se réfugier à Londres. C’est là que Rimbaud fait sa connaissance, en compagnie de Verlaine, en septembre 1872. Celui-ci est en effet un ami et un ancien collègue d’Andrieu à l’Hôtel de Ville de Paris.

Jules Andrieu participe en réalité d’un micro-réseau politico-culturel, où se croisent des intellectuels « déclassés », la plupart communards, qui constitue comme le milieu naturel des pérégrinations de Verlaine et de Rimbaud à Bruxelles et à Londres. Au sein de cette confluence, Rimbaud considérait Andrieu comme un « frère d’esprit » selon son ami d’enfance, Ernest Delahaye. Sous les dehors « bonhomme » d’Andrieu et l’insolence maladroite de Rimbaud, ils partagent la volonté d’une régénération globale, de renouer les paroles avec la morale, la poésie avec l’action.

« L’Histoire splendide »

Ce qui emporte la conviction que Rimbaud est bien l’auteur de cette lettre tient à son contenu et son style. Cette sommation empressée de renseignements et de livres, cette impatience de tout et de tous les jours sont bien dans sa manière. Sans compter les échos à nombre de poèmes. La référence à Flaubert, à Quinet et, « mieux », à Michelet semble en outre confirmer tout un pan des études rimbaldiennes. Et impossible évidemment, de ne pas penser aux lettres de 1871, en lisant : « on se pose en double-voyant pour la foule, qui ne s’occupa jamais à voir, qui n’a peut-être pas besoin de voir ».

Cette lettre présente le projet de « L’Histoire splendide», confirmant ainsi les souvenirs de Delahaye, évoquant un projet de Rimbaud, que l’on croyait perdu : L’histoire magnifique, qui débutait par une série de photographies du temps passé. Difficile de faire la part d’ironie, de lucidité critique ou de détournement dans la volonté de Rimbaud de « faire une affaire ici », en usant d’« une réclame frappante » comme « vrai principe de ce noble travail ».

Le projet témoigne en tout cas d’une hybridation des écritures, du parasitage des frontières de la littérature, pour toucher à cette forme nouvelle – nouvelle et « libre d’aller mystiquement, ou vulgairement, ou savamment » –, au croisement du journalisme, du romantisme, de la fantaisie… et « du poème en prose [à la mode d’ici] », dont c’est l’unique occurrence dans les écrits de Rimbaud.

Mais, à suivre les indications de la lettre – « style […] négatif », avec des détails étranges, le tout perverti –, force est de constater que c’est une certaine histoire et sous un angle spécifique – celui de la violence – que veut écrire Rimbaud. Soit une contre-Légende des siècles. Non pas la marche de la barbarie à la civilisation, mais des « morceaux […] détachés », qui font voler en éclats l’histoire-spectacle, en donnant à voir, « illustrés en prose à la Doré », le « décor » des religions, « les traits du droit » et « l’enharmonie des fatalités populaires ». Tout le poids des déterminations sociales et idéologiques, qui pèse comme une fatalité. Et l’ensemble, « dévidé » de ses prétentions progressistes, « pris et dévidé à des dates plus ou moins atroces ».

La « splendeur » de l’histoire s’entendrait par dérision ou de manière ambivalente ? Comme un grand éclat de lumière, attaché à la modernité clinquante des villes, du tourisme et du commerce ? Manière de fixer le progrès et l’Ordre des vainqueurs dans le miroir des « batailles, migrations, scènes révolutionnaires » ; triptyque qui structure d’ailleurs nombre de poèmes de Rimbaud. L’envers et le coût de cette splendeur.

Conclure

Ernest Delahaye a rattaché le projet d’« Une histoire magnifique » aux Illuminations. Ces pages n’en donnent-elles pas le décor, les mots, sinon leur détour, ce sur quoi elles ne cessent de buter ? L’ensemble placé sur un plan particulier : « pour une forme inouïe et anglaise ». « L’Histoire splendide », par sa « (magnifique) perversion » participerait aussi, à sa manière, du recodage des images, de leur fabrication comme de leur enchantement, pour redonner à la poésie sa puissance d’action.

En fin de compte, si l’auteur de cette lettre est bien Rimbaud, comme tout le laisse à penser, une (faible) part d’incertitude demeure et appelle à poursuivre les recherches. Mais si cette lettre est authentique, elle ouvre une voie passionnante à l’étude sur les Illuminations, sur le milieu communard fréquenté par Rimbaud et Verlaine, et sur cette zone grise entre l’écriture poétique de Rimbaud et les écrits de la période abyssine, qui se disputent son silence.

1Une analyse plus développée ainsi que la retranscription de la lettre de Rimbaud est en ligne sur le site de la revue rimbaldienne Parade Sauvage : https://sites.dartmouth.edu/paradesauvage/decouverte-dune-lettre-de-rimbaud-frederic-thomas/
 

2Voir http://renaissance.carnot.pagesperso-orange.fr/Andrieu/.

3Voir le compte-rendu que nous avons fait de cet ouvrage : https://dissidences.hypotheses.org/6934. Voir le dossier consacré à Jules Andrieu ci-dessous.
 
 

Dossier Jules Andrieu

 

Jules Andrieu, « frère d’esprit » d’Arthur Rimbaud. 

Autour de la découverte d’une lettre d’Arthur Rimbaud1

par Frédéric Thomas

Qui est Jules Andrieu (1838-1884), dans les archives duquel se trouve la lettre signée Rimbaud et datée du 16 avril 1874 ? Né à Paris le 30 septembre 1838, il fut à la fois pédagogue, journaliste et poète, auteur de nombreux livres, où se déclinent sa curiosité intellectuelle et l’étendue de ses savoirs : L’Amour en chanson (1859), Histoire du Moyen-Age (1866), Philosophie et Morale (1867)… Passionné et grand travailleur, il dirige, de 1863 à 1870, un cours d’enseignement secondaire destiné aux classes populaires ; cours suivi entre autres par Henri Tolain et Eugène Varlin, futurs dirigeants communards. De 1868 à 1870, il collabore au Grand Dictionnaire du XIXe siècle, dirigé par Pierre Larousse, et pour lequel il rédige nombre de notes concernant des sujets aussi variés que : Temps, Série, Sciences occultes, Poésie populaire, Démopédie, Pédagogie, Empédocle, Paracelse, Misanthropie, Ellipse (astronomie et philosophie) ».

Il fut aussi l’un de ces « poètes de l’Hôtel de Ville de Paris », aux côtés de Léon Valade et Albert Mérat, et l’on retrouve son nom, en mai 1867, dans La Gazette rimée (n°4), aux côtés de son ami Paul Verlaine, devenu également employé à l’Hôtel de Ville.

Il est encore une figure importante et autorité morale, quoique discrète, de l’opposition littéraire et politique à l’Empire – il rencontre régulièrement, parmi d’autres, Jules Vallès et Hippolyte Prosper Olivier Lissagaray au café de Madrid –, qui, à la fin des années 1860, se développe et se radicalise. Les rares témoignages que nous avons sur lui, soulignent sa force de caractère et son influence. En avril 1870, il participe à la campagne de la candidature du républicain démocrate Ulric de Fonvielle, aux côtés d’une autre figure de ce milieu intellectuel : Georges Cavalier, mieux connu sous le pseudonyme de Pipe-en-bois2.

D’abord chef du personnel de l’administration communale, Andrieu est, le 16 avril 1871, élu comme membre de la Commune de Paris, et devient chef des services administratifs. Au sein de la Commune, il vote contre l’instauration d’un Comité de salut public et signe le manifeste de la minorité. À la fin de la Semaine sanglante, il réussit à se cacher, puis à échapper à la répression, et à se réfugier à Londres. De cette expérience, il nous a livré un document précieux et important, rédigé en 1871, ses Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris de 18713, et qui « tranchent par leur intelligence des événements, considérés d’un œil libre et critique » selon Bernard Noël4. Après l’amnistie de 1880, déjà malade, il est nommé sous l’intervention de Gambetta, vice-consul de France à Jersey. Il y meurt peu de temps après, en février 1884.                                                                                                                                            

UNE CONSTELLATION POLITICO-CULTURELLE

Lorsque Verlaine et Rimbaud débarquent pour la première fois à Londres, en septembre 1872, ils rendent visite à Andrieu, et demeureront en contact, comme en témoigne la correspondance de Verlaine. Andrieu et Vermersch représentent d’ailleurs les amis les plus proches de Verlaine à Londres, et ceux que Rimbaud et lui fréquenteront le plus5. Le nom d’Andrieu apparaît également dans la lettre du 7 juillet 1873 de Rimbaud à Verlaine, qui, après une énième crise amoureuse entre les deux hommes, a quitté Londres sur un coup de tête : « Tu veux revenir à Londres ! Tu ne sais pas comme tout le monde t’y recevrait ! Et la mine que me ferait Andrieu et autres s’ils me revoyaient avec toi »6.

Jules Andrieu participe en réalité d’un micro-réseau. Le travail réalisé par Denis Saint-Amand pour mettre en évidence « une certaine homogénéité générationnelle », sociale, culturelle et politique au sein des membres du cercle zutiste à Paris, que Rimbaud découvrit par l’intermédiaire de Verlaine, à partir de l’été 1871, doit s’étendre aux proscrits communards rencontrés à Bruxelles et à Londres7. De même, la « relative homologie entre les pouvoirs littéraire et politique » décelée par Saint-Amand pour les zutistes est plus marquée encore au sein de cette confluence d’exilés.

Appartiennent à ce micro-réseau, Pipe-en-Bois, condamné à dix ans de bannissement suite à sa participation à la Commune de Paris (il travaillait justement sous les ordres d’Andrieu), que Verlaine et Rimbaud retrouvèrent à Bruxelles au cours de l’été 1872, Vermersch et Andrieu. En font également partie, de manière quelque peu plus périphérique, le caricaturiste et ami de Verlaine, Félix Régamey (que Verlaine et Rimbaud rencontrèrent également à Londres), et les journalistes révolutionnaires Jules Vallès8 et Lissagaray (chez qui Andrieu trouva refuge quand il débarqua à Londres, et pour qui, en 1872, Verlaine joua le rôle de facteur). C’est d’ailleurs grâce à la recommandation d’Andrieu, que Verlaine put s’inscrire et Rimbaud ? au Cercle d’études sociales9 à Londres, un « club de réfugiés » dont sont également membres Lissagaray, Vallès, Marx…

Cette confluence constitue comme le milieu naturel des pérégrinations de Verlaine et de Rimbaud à Bruxelles et à Londres. Elle se situe à la conjonction d’une fraction sociale (la petite-bourgeoisie intellectuelle), d’un positionnement politique radicalisé (ils sont partisans de la « Sociale ») et d’une activité culturelle hybride et (jugée) mineure (la « petite presse », les caricatures, la fantaisie) qu’ils gauchissent et subvertissent. D’où la haine de la grande majorité des intellectuels envers ces « déclassés », en raison non seulement de leur participation à la Commune bien sûr, mais aussi au regard de leurs écrits et de la transgression qu’ils entretiennent entre haute et basse cultures, et entre art et politique10.

UN « FRÈRE D’ESPRIT »

Non seulement Rimbaud connaissait Jules Andrieu, mais, selon Ernest Delahaye, l’ami commun de Verlaine et de Rimbaud, ce dernier le considérait comme un « frère d’esprit »11. Au-delà du micro-réseau que j’ai évoqué, cette fraternité spirituelle participe des affinités entre les deux hommes. De manière générale, tous les deux ont en commun une même boulimie de savoirs et le goût des langues étrangères. À cela vient s’ajouter une certaine parenté dans l’intérêt pour la poésie populaire, l’éducation et la morale.

De manière plus organique, l’inspiration fouriériste, les thèmes de l’unité et de l’harmonie, la critique du mythe du progrès, la dialectique de la force et du droit12, et la volonté de construire une « science de l’homme », une « science pratique de la vie »13, où se fondraient philosophie et histoire, science et art, et qui serait basée sur la morale ont des correspondances dans les poèmes de Rimbaud. Surtout, sous les dehors « bonhomme » d’Andrieu et l’insolence maladroite de Rimbaud, les deux hommes partagent la volonté d’une régénération globale, l’exigence, tirée d’une réinterprétation de l’art grec, de renouer les paroles avec la morale, la poésie avec l’action publique.

1Ce texte, centré sur la figure de Jules Andrieu, reprend une partie de l’article original « Découverte d’une lettre d’Arthur Rimbaud », mis en ligne sur le site de la revue Parade Sauvage : https://sites.dartmouth.edu/paradesauvage/.

2Georges Cavalier, Les mémoires de Pipe-en-bois. Précédé de « Georges Cavalier, dit Pipe-en-bois » par Jean-Jacques Lefrère, Paris, Champ Vallon, 1992.

3Publié pour la première fois en 1971 par Payot, le livre a été réédité en 2016 par Libertalia, avec une préface de Louis Janover et une postface de Maximilien Rubel.

4Bernard Noël, Le Dictionnaire de la Commune, Paris, Hazan, 1971, p. 45-46.

5« Jules Andrieu, l’érudit et le polygraphe, que la politique et l’exil devaient ravir aux Lettres pendant, après et depuis la Commune, aujourd’hui consul de France à Jersey, par moi connu et apprécié comme excellent ami parmi mes assez longs séjours à Londres », Paul Verlaine, « Charles Cros » dans Les hommes d’aujourd’hui, n°338, octobre 1888, Paris, Léon Vanier.

6 Arthur Rimbaud, « Lettre à Paul Verlaine du 7 juillet 1873 » dans Arthur Rimbaud, Œuvres complètes, Pierre Brunel (éd.), Paris, Librairie Générale Française, 1999, p. 387.

7Denis Saint-Amand, « Genèse du Zutisme », dans La Poésie jubilatoire : Rimbaud, Verlaine et l’Album zutique, Whidden Seth (dir.), Paris, Classiques Garnier, « Études Rimbaldiennes », 2010, p. 65-82. On lira également Luc Badesco, La Génération poétique de 1860. La Jeunesse des deux rives, Nizet, 1971.

8Rimbaud connaissait déjà les écrits de Vallès, de Vermersch et de Henri Rochefort : dans sa lettre du 17 avril 1871 à Paul Demeny, il évoque son récent séjour parisien en ces termes : « Les choses du jour étaient Le Mot d’ordre et les fantaisies, admirables, de Vallès et de Vermersch au Cri du Peuple ». Rimbaud, op. cit., p. 236.

9Voir sur ce blog l’article que nous lui avons consacré.

10Je me permets de renvoyer à Frédéric Thomas, « Commune de Paris », Dictionnaire Rimbaud, éd. Yann Frémy et Alain Vaillant, Paris, Classiques Garnier, à paraître, Frédéric Thomas, Rimbaud révolution, Paris, L’échappée, à paraître.

11Ernest Delahaye, Rimbaud. L’artiste et l’être moral, Paris, Meissen, 1923. , p. 51. Sauf indications contraires, les citations proviennent de ce texte.

12Mais celle-ci était également présente dans les écrits de Vermersch et constituait l’un des principaux sujets de discussion (et de polémique) parmi les proscrits communards. Lire à ce propos Steve Murphy, Rimbaud et la Commune. Microlectures et perspectives, op. cit.

13Jules Andrieu, Philosophie et morale, Paris, L’École mutuelle, 1867.   

                                                          

Jules Andrieu, Notes pour servir à l’histoire de la Commune de Paris, Paris, Libertalia, collection « Ceux d’en bas », 2016, 387 pages, 18 €, préface de Louis Janover, postface de Maximilien Rubel.

(compte rendu par Frédéric Thomas)           

 

Qu’est le cercle d’études sociales ?

par Frédéric Thomas

Le Cercle d’études sociales est fondé le 20 janvier 1872 au 31 Francis Street, Tottenham Court Road, à Londres. Il constitue tout à la fois un groupe d’entraide pour les communards en exil, un lieu de débats et un centre d’études et de conférences, bref un « club de réfugiés ». Y participent, de manière ponctuelle ou régulière, Prosper Olivier Lissagaray (l’un des fondateurs du Cercle), Jules Vallès, Karl Marx, Jules Andrieu… C’est d’ailleurs grâce à la recommandation de ce dernier que Paul Verlaine put s’y inscrire. Et Arthur Rimbaud ? On ne sait.

C’est au sein du Cercle d’études sociales que naît le projet, en mai 1872, de mener une « enquête générale sur la Révolution sociale du 18 mars, en réponse aux calomnies de l’enquête versaillaise ». Si cette enquête est portée principalement par Lissagaray, qui en tirera son Histoire de la Commune, elle participe aussi des Notes d’Andrieu, du roman L’Insurgé de Vallès et du poème Les Incendiaires de Vermersch. Sous ces diverses formes, il s’agit d’un retour sur l’histoire, pour interroger son sens (à la fois orientation et signification), et donner à voir le point de vue des vaincus. En réalité, cette contre-enquête hante les conversations et les têtes des communards que Verlaine et Rimbaud fréquentent à Londres. Et, à leur manière, le recueil Les Vaincus auquel travaillait alors Verlaine, ainsi que nombre de poèmes de Rimbaud doivent aussi s’entendre comme un fragment de cette contre-enquête.

                                                 

 

 

MAURICE AUDIN

 

Résultat de recherche d'images pour "Siné et maurice Audin"Siné, carte postale éditée par Vérité Liberté : Cahiers d’informations sur la guerre d’Algérie, 1960.

Le billet de Dissidences (1er octobre 2018)

Maurice Audin, la reconnaissance officielle : une brèche historique dans la raison d’Etat de la période de la décolonisation

par Julien Hage

Au fil des années, notre revue, Dissidences, a compilé nombre d’articles, de billets et de compte-rendus d’ouvrages et d’études sur la guerre d’Algérie ou la décolonisation. Vous trouverez ci-après une première sélection.

* Eithan Orkibi, Les étudiants de France et la guerre d’Algérie, Paris, 2012, Syllepse, 295 pages, 25 €.
* Catherine Brun (dir.), Guerre d’Algérie. Les mots pour la dire, Paris, CNRS éditions, 2014, 326 pages, 25 €.
* Nils Andersson, Mémoire éclatée, de la décolonisation au déclin de l’Occident, préface de Gérard Chaliand, Lausanne, éditions d’en bas, 2016, 544 pages, 25 €.
* Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser. Exterminer. Sur la guerre et l’État colonial, Paris, Fayard, 2005, 374 pages, 22 €.
* Pierre Daum, Ni valise ni cercueil. Les Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance, Paris, Solin-Actes Sud, collection « Archives du colonialisme », 2012, 403 pages, bibliographie, chronologie, préface de Benjamin Stora, 24 €.
Sophie Leclercq, La rançon du colonialisme. Les surréalistes face aux mythes de la France coloniale (1919-1962), Saint-Étienne, Les presses du réel, collection « Œuvre en société », préface de Jean-Yves Mollier, 2010, 443 pages, 27 €.

**********************************

Le film "Une histoire de vent" de Marceline Loridan-Ivens avait été projeté lors du 42e festival du film de Locarno, en 1989 (archives). Marceline Loridan-Ivens en 1989 (source ats, msn.com/fr-ch/actualité)

Marceline Rozenberg dite Marceline Loridan-Ivens a terminé sa vie balagan mardi 18 septembre 2018. Survivante d’Auschwitz-Birkenau avec son amie Simone Weil, libérée par l’Armée rouge, elle est dans les années 1970 « compagne de route » de la Chine maoïste avec son mari le cinéaste Joris Ivens. Lors de la parution de ses mémoires, nous leur avions consacré un compte rendu. Nous le remettons en exergue.

Marceline Loridan-Ivens, Ma vie balagan, Paris, Robert Laffont, 2008, 259 pages, 19 €.

 

 

 

Comptes rendus complémentaires du volume 16 de Dissidences

Les Talons rouges d’Antoine de Baecque tranche quelque peu avec ses ouvrages précédents, puisqu’il s’agit d’un roman historique mâtiné de fantastique. Ici

Jérémie Lefebvre, déjà auteur de quelques romans, a décidé dans Avril de prendre à bras le corps l’ébullition sociale actuelle, en proposant une anticipation. Ici

Arnaud Delalande est un écrivain et scénariste prolifique, auteur aussi bien de romans que de bandes dessinées ; le diptyque dont il est question ici traite de la Grande Révolution. Ici 

 

RÉVOLUTIONS RUSSES DE 1917 : LE CENTENAIRE

 

                

 

Sixième mini-dossier sur 1917 

6 – Filmer, peindre et dessiner la révolution russe (février 2018)

Le centenaire des révolutions russes, en dehors d’une production éditoriale conséquente bien qu’inégale, et d’assez nombreux colloques, s’est achevé sans avoir marqué profondément la sphère publique. Pour notre part, le blog de Dissidences continue, tout au long du premier semestre de 2018, à proposer des mini dossiers revenant sur diverses thématiques et publications autour des révolutions russes. Rappelons qu’en plus de quatre ensembles portant sur les origines de la révolution, sur Lénine et le bolchevisme, sur la guerre civile, et sur les lectures d’extrême gauche de la révolution russe, nous avons publié fin 2017 un copieux dossier comprenant articles inédits et notes de lecture.

a Nous nous penchons plus particulièrement, pour cette nouvelle livraison, sur quelques manières de représenter la révolution russe, par l’image fixe et animée. Trois films occidentaux sont ainsi analysés, trois exemples scandant l’histoire des représentations et matérialisant l’évolution de l’image de cette révolution, regardée de l’extérieur : Le Docteur Jivago, ou l’impossible paix familiale au cœur de la tourmente révolutionnaire ; Reds, ou l’enthousiasme militant se muant progressivement en désillusion face à la trahison des espoirs initiaux ; Cafard, enfin, ou la révolution vue un pas de côté, critique des bolcheviques et de la violence jugée inutile en même temps que drame humain renouant d’une certaine manière avec Le Docteur Jivago.

b Les comptes-rendus de lecture que nous proposons sont pour une bonne part dédiés à l’iconographie révolutionnaire, que ce soit Le Spectacle de la révolution, approche plurielle du principe commémoratif soviétique, Revolution Russian Art, catalogue d’une exposition à Londres, que bien peu de Français auront, sans doute, eu le plaisir de voir, et Sous le signe de l’étoile rouge, beau livre reproduisant une partie de la riche collection iconographique du britannique David King. Nous avons également lu et chroniqué deux bandes dessinées, l’une portant sur la révolution d’octobre et la prise du pouvoir par les bolcheviques, l’autre consacrée plus spécifiquement au Lénine d’avant 1917. Enfin, pour terminer, la reprise d’un compte rendu sur Rodtchenko et Maïakovski, précédemment paru sur notre ancien site.

c – Nous avons également choisi d’associer deux nouvelles biographies de Lénine, celle de Stéphane Courtois et celle de Luc Mary, car elles relèvent toutes deux d’une grille de lecture totalitaire, en partie fantasmatique (voire quasi complotiste) du personnage, incarnant une histoire à la fois idéologique et ultra-politique, aux antipodes d’une histoire sociale et culturelle, plurielle, privilégiée depuis des décennies par les universitaires et chercheurs russophones anglo-saxons et français, et dans laquelle se reconnaît Dissidences. Parmi les prochains mini dossiers que nous confectionnons, signalons tout spécialement la révolution russe comme fiction littéraire, qui entrera en résonance avec le nouveau volume papier de la collection Dissidences, intitulé « L’extrême gauche saisie par les lettres », paru ce mois de janvier 2018.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

 

Troupe de théâtre d’agitation-propagande Les Blouses bleues, dans les années vingt (source : http://soviet-art.ru/category/ussr-films-actors-posters/page/2/)

« La langue des pauvres, la langue la plus riche, le russe ! (…) C’est ce qu’il y a de mieux (…) Les mots les plus forts de la terre, du monde, les plus …. (…) les mots les plus … bons … » (Jean Védrines, La Belle étoile, Paris, Fayard, 2010, p. 22-23)

Avant propos : ici

1- 1917 : Des révolutions qui viennent de loin (mi-février fin mars 2017) Ici

Nouveau !

Boris Jitkov, Viktor Vavitch, Paris, Le Livre de poche, 2010, (Russie, 1999, Calmann-Lévy, 2008), 957 pages, préface et traduction de Anne Coldefy-Faucard et Jacques Catteau, 9 €

2 – 1917 : Lénine, bolchevisme, léninisme : pistes d’approches plurielles (avril 2017) Ici

3 – 1917 : Les guerres civiles (juin/juillet 2017, modifié en août 2017) Ici

4 – De la pluralité des mondes… Lectures d’extrême gauche de la révolution russe (30 septembre 2017) Ici

Militants bolcheviques de Tomsk (non daté).
On notera les tenues disparates, avec néanmoins des casquettes militaires en majorité. Le personnage central, à lunettes, semble un intellectuel. La femme présente, distraite par ce qui se passe sur sa gauche, est la seule qui sourit. Derrière, peut-être un bâtiment officiel.

Les révolutions russes et l’historiographie

Questions à Eric Aunoble (par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque, Dissidences) Entretien les 16 et 26 mars 2017. Lire ici
Questions à Alexandre Sumpf (par Jean-Guillaume Lanuque, Dissidences) Lire ici

Soirée spéciale sur Arte : un centenaire des révolutions russes, tiraillé entre 1917 et 2017

Le mardi 28 février 2017, cent ans après la victoire des insurgés de février 1917 en Russie (si l’on suit bien sûr le calendrier russe de l’époque, dit julien), la chaîne franco-allemande organisait, dans le cadre de ses soirées Théma, une spéciale centenaire de la révolution russe. Lire la suite ici …

INTERROGER LES RÉVOLUTIONS RUSSES AVEC LES YEUX

I – L’arrestation d’un propagandiste (1880-1892), de Ilya Efimovitch Repine. Interrogation de Christian Beuvain : ici
II – L’Exécution des 26 commissaires de Bakou, de Isaak Brodsky. Interrogation de Christian Beuvain 

                                     I’m free now too ! [Maintenant, moi aussi je suis libre !]

Affiche créée à Moscou en 1921, pour le Turkestan. Elle est tirée à 10 000 exemplaires. Elle invite les jeunes musulmanes à rejoindre l’Union des Jeunesses communistes (Komsomol), en montrant une jeune fille « en cheveux » foulant aux pieds son voile déchiré, tournant le dos à sa famille et à la religion, brandissant fièrement le drapeau rouge. (Une analyse précise de cette affiche sera proposée ultérieurement par Christian Beuvain)
 
 

Artiste inconnu, carte postale anti-religieuse, Crimée, 1925. Elle met en opposition le monde ancien des traditions religieuses de l’islam (mollah, Coran, mosquée) avec les institutions nouvelles communistes qui participent de la libération des femmes, ici la maison du Zhenotdel le Département des femmes du Parti communiste. (Une analyse précise de cette carte postale sera proposée ultérieurement par Christian Beuvain)
 

LE COIN DES REVUES

Les comptes rendus des revues suivantes, Cahiers du mouvement ouvrier (n° 70), Vacarme (n° 73) et Ni patrie ni frontières (n° 54/55, 56/57) se trouvent dans notre Coin des Revues, ici (13 septembre 2016).

  

Dissidences en revues

La revue aux éditions du Bord de l’eau

La revue électronique hébergée sur le site de la MSH de Dijon

 
  http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2013 : numéro 5

Articles et documents. Compléments du volume : syndicalismes dans l’horizon révolutionnaire

Notes de lecture : autour du post-colonialisme

La revue des revues

Outils : entretiens avec des militants de la LCR

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2012 : numéro 4

Articles : varia

La revue des revues

Le mouvement ouvrier et révolutionnaire aux Etats-Unis en comptes rendus

Parcours révolutionnaires : Daniel Bensaïd

Outils : la Bataille socialiste, la Gauche révolutionnaire, et les cahiers Rouges en inventaire

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2012 : numéro 3

Articles : varia

Notes de lectures : autour de la LCR et de la naissance du NPA jusqu’à la candidature de Philippe Poutou

Notes de lectures : Trotsky en biographies

Outils : le maoïsme français

Représentations : d’octobre 17 et de son 90ème anniversaire

Revue des revues

Parcours révolutionnaires : Victor Serge

Complément du numéro : Musique et révolution

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Automne 2011 : numéro 2

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : le trotskysme en France

Représentations : de la France

Comptes rendus : le mouvement trotskyste

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/images/logo%20vin%20SHS%20copie1.jpg

Printemps 2011 : numéro 1

Articles : varia

Notes de lectures

 Outils : la gauche socialiste de 1921 à 1933 en documents

Représentations : de la Chine

Revue des revues

3 réflexions au sujet de « Actualités de Dissidences »

  1. Christian Mahieux

    Bonjour,

    ce message, juste pour vous informer que nous avons mis un lien avec votre site, à partir de celui de la revue Les utopiques : http://www.lesutopiques.org/

    Nous espérons contribuer ainsi, modestement, aux nécessaires échanges entres forces luttant pour l’émancipation sociale.

    Amicalement.

    Christian Mahieux
    +33 (0)6 83 43 00 84
    mahieux@solidaires.org

    Union syndicale Solidaires
    http://www.solidaires.org
    Fédération des syndicats SUD-Rail
    http://www.sudrail.fr

    Répondre
    1. dissidences Auteur de l’article

      Bonjour

      Nous vous remercions pour ce lien sur votre site. Nous tenons néanmoins à préciser que nous n’appartenons, en tant que « Dissidences », ni à la sphère politique ni à la sphère syndicale (ceci indépendamment des engagements personnels de telle ou tel), mais que nous sommes un collectif interdisciplinaire (historiens, sociologues, philosophes etc.) qui tentons de pratiquer une histoire sociale et culturelle des extrêmes gauches et des avant-gardes politiques et/ou culturelles, afin de rendre lisibles, visibles et surtout intelligibles les différentes luttes et forces d’émancipation sociale (que vous évoquez) des siècles passés. Amicalement. C.Beuvain pour Dissidences.

      Répondre
  2. RUSCIO Alain

    Merci à JG Lanuque pour sa critique de mon ouvrage NOSTALGÉRIE. Je n’ai pas son adresse électronique perso, prière de lui transmettre ces remerciements.

    Amitiés

    Alain Ruscio

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.