Jocelyne George, Les féministes de la CGT. Histoire du magazine Antoinette (1955-1989), Paris, Editions Delga, 2011, 236 pages, 19 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Un an après la parution des actes du colloque Autour de l’histoire du magazine Antoinette[1], Jocelyne George propose un second ouvrage sur l’histoire d’un organe de presse singulier : Antoinette, le magazine féminin de la CGT. Le livre, articulé autour de dix chapitres (trop) chronologiques retrace, de sa création à sa disparition, les trente-quatre années d’existence de « l’ovni » Antoinette, expérience journalistique unique au croisement du syndicalisme et du féminisme.

S’appuyant sur les expériences pionnières antérieures, de l’entre-deux-guerres, de la Résistance puis du Bulletin confédéral des femmes de l’après-guerre, Antoinette naît en 1955 pour renforcer l’action de la commission féminine de la CGT, réinstituée en 1945 après vingt ans d’absence. Journal à destination des femmes salariées (et ouvrières en particulier), réalisé par des femmes syndiquées, Antoinette est à ce titre un organe de presse à part, chargé de diffuser les idées cégétistes et favoriser la syndicalisation des travailleuses. L’ambition du magazine est cependant confrontée à plusieurs obstacles, et d’abord, celui de la barrière financière.

En effet, tout au long de son histoire, Antoinette demeure en déficit même aux meilleurs moments de ses ventes (85 000 exemplaires en 1975) et ne bénéficie jamais de la manne publicitaire de ses concurrents. Sans le soutien de la confédération (qui considère Antoinette comme l’une de ses réalisations les plus emblématiques en faveur de la main d’œuvre féminine), le magazine aurait certainement eu une existence éphémère, malgré le dévouement des militantes-diffuseuses.

La seconde difficulté rencontrée est d’ordre interne. En dehors de l’amateurisme des débuts, inhérent à toute nouvelle expérience, le journal doit attendre onze ans avant de se voir doter d’une véritable rédactrice en chef. Cette professionnalisation du journal est paradoxalement la cause de tensions et l’objet de critiques, entre ligne confédérale et identité du magazine, entre discipline militante et autonomie journalistique. Les changements d’équipes rédactionnelles qui suivent sont à chaque fois sources de difficultés supplémentaires et finissent par conduire à l’agonie du journal.

Ces tensions s’accentuent particulièrement à la fin des années 70, amplifiées par la crise du syndicalisme, celle de la presse et par l’évolution du salariat à laquelle la CGT a du mal à s’adapter. La génération féminine post-68 à la tête du journal veut alors faire d’Antoinette un magazine qui ne soit pas strictement à usage syndical et l’ouvrir aux enjeux de société hors travail, comme la sexualité ou la contraception (de surcroît de manière provocatrice au niveau de certaines « unes » comme celle de septembre 1979 sur l’avortement avec un dessin représentant une femme en forme de chaise, dont le ventre rouge sert de coussin pour s’asseoir). Ajouté à d’autres dissensions d’ordre plus politiques – guerre d’Afghanistan, situation en Pologne, affaire Georgette Vacher (responsable de l’UD du Rhône dont l’éviction la conduira au suicide) – la CGT finit par exclure toute l’équipe rédactionnelle en 1982 qui, passée dans l’opposition à la direction confédérale, refuse le renforcement du contrôle du syndicat sur le journal. Cette décision qui marque la difficulté pour la CGT d’accepter l’autonomisation du secteur féminin amorce également le déclin du magazine, dont la fin intervient en 1989.

Au-delà de ces grandes lignes directrices qui jalonnent la vie de cet organe de presse, l’ouvrage intègre Antoinette dans la sphère plus vaste de la main d’œuvre féminine au sein de la CGT. Cette double ambition louable peut cependant égarer le lecteur qui, au fil d’une construction assez répétitive, ne sait plus forcément quel est l’objet principal du livre.

Toutefois, on apprend beaucoup des militantes qui portent le journal, grâce aux biographies distillées tout au long de l’ouvrage. Elles laissent d’ailleurs apparaître une particularité inattendue : la présence continue dans l’équipe rédactionnelle de militantes venues à la CGT par la voie du catholicisme social (culture familiale, passage par la JOC etc.).

Une série de tableaux retraçant l’évolution des tirages et la diffusion du journal tout au long de la période complètent l’ouvrage. Du coup, on peut regretter l’absence d’une même approche au niveau lexical ou tout au moins thématique. Car si le contenu du magazine est effectivement présenté à chaque chapitre, une synthèse longitudinale en annexe aurait permis de mieux mettre en valeur les évolutions des registres abordés par le journal durant trente ans.

 

Morgan Poggioli



[1]               Elyane Bressol (dir.), Autour de l’histoire du magazine Antoinette, Montreuil, Éditions IHS CGT, 2010, 166 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.