Paul Ariès, Le socialisme gourmand. Le Bien-vivre : un nouveau projet politique, Paris, éditions La Découverte, collection « Les empêcheurs de penser en rond », 2012, 224 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

Le socialisme gourmand se place dans le prolongement du précédent livre de Paul Ariès paru dans la même collection, La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance (chroniqué sur notre site) et dans celui de son journal, La Vie est à nous !/Le Sarkophage. Il s’agit d’une tentative de définition de cet « écosocialisme de la décroissance » que l’auteur appelle de ses vœux, véritable socialisme sensuel et hédoniste, qui rapproche Paul Ariès de Michel Onfray (dans sa Contre-histoire de la philosophie), y compris à travers un style riche en circonvolutions littéraires, au risque de se regarder écrire[1].

En fait, avec cet ouvrage, c’est à une critique du marxisme que Paul Ariès se livre, opposé qu’il est à l’idée d’avant-garde, de militantisme sacrificiel et de centralité de l’État, c’est-à-dire d’une gauche partidaire et insurrectionniste. Il défend à l’inverse, dans une optique d’ouverture large, les expériences par en bas, la nécessité de bâtir des îlots de socialisme, un militantisme plus libre, moins exigeant. Ce faisant, il renoue avec les socialismes dits utopiques, mais également avec le socialisme municipal de la fin du XIXe et du début du XXe siècles, les Bourses du travail initiales, le syndicalisme à bases multiples des années 1930 à 1950, jusqu’aux coopératives et aux comités d’entreprises, points d’appui possibles pour une ouverture culturelle hors de la société du spectacle. Se rejoue ainsi une ligne de partage de l’extrême gauche, au profit ici d’un réformisme révolutionnaire profondément optimiste, faisant l’éloge du peuple contre la moyennisation de la société (voir les livres de Jean-Luc Debry, chroniqués dans notre revue électronique), de sa spontanéité susceptible de se passer d’intermédiaire.

Néanmoins, cette vision, qui se nourrit des expériences latino-américaines et des Indignés, a tendance à se révéler parfois trop acritique, en un espoir déséquilibré qui, certes, est pertinent dans nombre de ses dénonciations (la colonisation totale de l’humain par le capitalisme, l’absence de réelle contre-société non capitaliste ou le retournement de la langue, à combattre[2]), mais apparaît un peu court dans ses propositions alternatives – désobéissance civile, changement des consciences ou « gratuité du bon usage », – avec une certaine tendance à sous-estimer la capacité de récupération du système[3]. Un livre qui cherche avant tout à redonner de l’espoir, une pierre de plus à la redéfinition d’un socialisme du XXIe siècle, par un auteur qui, après avoir vainement tenté de convaincre la direction du NPA de la nécessaire adoption d’un programme de décroissance radicale, se tourne dorénavant vers le Front de gauche.

Jean-Guillaume Lanuque



[1]              On notera également quelques affirmations parfois surprenantes et/ou discutables : les expériences de la Révolution française ou de la Commune de Paris n’existant désormais plus (quid du travail des chercheurs ??) ou de la primauté supposée du goût sur la conscience : « Je reste personnellement fidèle au goût comme matrice de la capacité de jugement : celui qui apprend à différencier les saveurs (…) a plus d’espoir de savoir différencier les idées »  (p.72).

[2]              Voir entre autre Alain Bihr, La novlangue néolibérale. La rhétorique du fétichisme capitaliste, chroniqué sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/schumaines_epistemologie.htm#bihr

[3]              Sur l’exemple cité des autoréductions fiscales pratiquées en Italie en 1974, aucun bilan n’est tiré de l’expérience, de ses conséquences concrètes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.