Philippe de Grosbois, Les Batailles d’Internet. Assauts et résistances à l’ère du capitalisme numérique, Montréal, Écosociété, 2018, 264 pages, 18 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque 

Nombre de livres ont déjà été écrits sur le phénomène Internet, et plus largement sur les nouvelles technologies numériques, sur les mutations qu’elles induisent, les dangers qu’elles font courir… La démarche de Philippe de Grosbois, enseignant et militant syndical, a ceci de particulier qu’elle s’efforce de traiter Internet comme rapport social, terrain de la lutte de classes, loin de toute idée d’un médium neutre par essence, loin également d’une réalité intouchable et irréformable. Ainsi qu’il l’exprime, « (…) laisserons-nous le réseau devenir un appareil de domination, de contrôle et de division des citoyen.ne.s ou saurons-nous, au contraire, réaliser pleinement les potentialités d’un réseau de communication décentralisé, qui serait entretenu et développé par et pour la population ? » (p. 23). Il se place ainsi à distance aussi bien des thuriféraires du réseau (position qualifiée par lui d’« éloge naturaliste », sensible dans un film comme Avatar) que de ses critiques les plus acérées (la « critique intégrale », qu’il voit à l’œuvre dans la série Black Mirror [1]).

L’enjeu une fois posé, Philippe de Grosbois rappelle la réalité matérielle d’Internet et surtout le coût humain qu’il induit (jusqu’à l’exploitation de testeurs d’algorithmes, parmi toutes ces petites mains du prolétariat numérique). Il effectue en outre une précieuse plongée dans l’histoire, remontant à la cybernétique élaborée par Norbert Wiener au mitan du XXe siècle, dans laquelle une double potentialité était déjà à l’œuvre : renforcer le système en place ou favoriser l’émancipation à son égard. Si Arpanet, l’ancêtre direct d’Internet [2], fut bien financé par le département de la défense des États-Unis, le réseau était ouvert et librement utilisé par les universitaires. L’importance des hackers dans l’élaboration progressive de son architecture est également un point essentiel, puisque c’est d’eux qu’émane l’invention du fameux world wide web, libre et universel, interface désormais unique de l’utilisation d’Internet. Néanmoins, Philippe de Grosbois dissipe les illusions sur le caractère soi-disant libertaire des pionniers de l’informatique et de ce qu’il nomme l’« idéologie californienne » : ces derniers s’accommodèrent parfaitement du capitalisme dérégulé promu par le néo-libéralisme, concomitant de l’essor d’Internet, loin de tout dévoiement supposé de la contre-culture. Un Eric Raymond, promoteur de l’open source et du logiciel libre, est par exemple un libertarien revendiqué.

L’auteur s’intéresse ensuite à plusieurs sujets particuliers [3]. Sur la question du piratage et du partage des contenus culturels – la musique, par exemple – il rappelle là aussi que c’est un enjeu posé à chaque innovation technologique d’envergure (comme les cassettes audio et vidéo d’il n’y a pas si longtemps). Le problème de la baisse des revenus des artistes, avec Internet, s’accompagne toutefois d’une captation de la notion de partage par Facebook, You Tube ou Amazon (et son DRM [4] sur les livres numériques, bridant tout prêt de livre). Philippe de Grosbois revendique à l’inverse un public réellement actif, des artistes payés justement et, pour ce faire, une nationalisation de l’accès à Internet et l’affectation par chaque utilisateur d’un montant mensuel à verser aux artistes de son choix (moyennant éventuellement un crédit d’impôt). Concernant l’accroissement de la liberté d’expression permis par Internet, il en souligne toute l’utilité politique (sur la question du harcèlement ou des violences policières) et le mépris à ses yeux injustifié que manifesteraient bien des critiques à l’égard de ce qu’il qualifie, non sans une part de candeur, de culture populaire (ainsi du selfie). Ce qui ne l’empêche pas de pointer l’expression aisée de la haine à l’égard des minorités, et le caractère pernicieux des algorithmes utilisés par Facebook ou Google, qui orientent les recherches en fonction du profil enregistré de chaque utilisateur.

La crise des médias journalistiques traditionnels est aussi traitée en détails. Elle témoigne, selon Philippe de Grosbois, d’une triple crise : économique, avec la concurrence publicitaire des réseaux sociaux et d’Internet en général ; politique, face à une montée de l’autoritarisme du pouvoir et à la perte de crédibilité liée à une proximité parfois trop grande avec lui ; déontologique, enfin, la notion même de vérité et de fiabilité étant questionnée, en lien avec la propagande politique. L’avenir appartient donc, à ses yeux, à un journalisme plus militant, dévoilant le pouvoir dans une optique de démocratisation, et à un journalisme hacker sur le modèle de WikiLeaks, ce qu’il qualifie de journalisme « open source », proche des méthodes de la recherche scientifique. Ses développements sur l’accroissement de la surveillance des gouvernements, sur le modèle d’Echelon [5] appliqué à l’Internet, en lien avec les firmes privées adeptes du contrôle des données (appelé à s’intensifier via les objets connectés ouverts sur notre vie intime), sont mieux connus ; les nombreux exemples cités quant à la répression des activistes du Net sont toutefois précieux. Un chapitre aborde également la politisation des hackers, en lien justement avec la répression et son essor au début du XXIe siècle, concomitant d’une perte de liberté sur le Net. Sont surtout analysés le collectif Anonymous – dont certaines actions à double tranchant, tels le blocage de sites ou la divulgation de données privées, sont critiquées – et le mouvement pirate, défenseur d’une « démocratie liquide » (sic), décentralisée, collaborative et transparente. Mais ainsi que l’évoque Philippe de Grosbois, l’accent mis sur l’outil démocratique néglige considérablement les enjeux sociaux et économiques, aboutissant à une mécanique tournant à vide.

Les espoirs de l’auteur sont alors dans une pression accrue de la société civile afin d’aboutir à une décentralisation d’Internet, marginalisant les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), et dans une sécurisation plus poussée des communications personnelles ; à cet égard, l’idée d’une destruction partielle des données privées est pertinente, permettant un moindre impact écologique (moins de serveurs à refroidir) et réduisant d’autant les éléments de notre vie privée potentiellement exposés à la vue de tous. L’idéal serait alors d’aboutir à une économie collaborative, sur le principe de Wikipédia, capable de récupérer le principe d’Airbnb et d’Uber mais sur un mode coopératif, et axée sur les logiciels libres et les communs.

Néanmoins, in fine, l’angle mort demeure une fois de plus la dimension stratégique, dans un contexte où le capitalisme pénètre de plus en plus au cœur de notre vie privée [6], d’autant que ce modèle social semble par trop influencé par le réseau Internet, justement. Envisager un front unique entre hackers et militants de la gauche traditionnelle est une chose, mais quid des actions concrètes à mener, y compris radicales, pour faire advenir l’alternative proposée ?

[1]    Black Mirror est une série télévisée britannique qui s’intéresse aux conséquences négatives des nouvelles technologies.

[2]    Au passage, Philippe de Grosbois évoque d’autres expériences nationales, comme le projet OGAS en URSS, abordé par Francis Spufford dans son Capital rouge. Un conte soviétique, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/8798

[3]    Quelques manques étonnent, ainsi de la question de la pornographie sur Internet, alors que féminisme et féminisation sont des thèmes récurrents de l’ouvrage.

[4]    Gestion des droits numériques (digital rights management), qui permet au propriétaire d’un fichier ainsi étiqueté de limiter l’utilisation que l’acheteur peut en faire (impossibilité de le lire sur un autre appareil, par exemple).

[5]    Echelon est un programme de surveillance des communications privées et publiques, mis en place à partir des années 1970 par plusieurs pays anglo-saxons, dont les États-Unis et le Royaume-Uni.

[6]    Nicole Aschoff, de la revue Jacobin, évoque même une « société du smartphone », l’appareil  induisant une « (…) reconfiguration du capitalisme autour du travail flexible, déterritorialisé, détaché d’un lieu fixe. » (p. 211) et ouvrant de nouvelles possibilités d’accumulation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.