James C. Scott, Homo domesticus. Une histoire profonde des premiers États (Against the Grain. A Deep History of the Earliest States), Paris, La Découverte, 2019 (édition originale en 2018), 302 pages, préface de Jean-Paul Demoule, traduction de Marc Saint-Upéry, 23 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

James C. Scott est un anthropologue étatsunien chevronné (il est né en 1936), de filiation anarchiste, connu en France pour plusieurs de ses travaux, en particulier Zomia ou l’art de ne pas être gouverné. Une histoire anarchiste des hautes terres d’Asie du sud-est. Dans cet ouvrage important, étude de synthèse basée sur l’utilisation d’une multiplicité de sources scientifiques, essentiellement archéologiques, il se penche sur la phase dite néolithique ayant conduit l’humanité de son stade nomade à l’apparition et la domination des structures étatiques ; au-delà de la domestication animale, James C. Scott se demande de manière volontairement provocatrice si l’être humain n’a pas également provoqué sa propre domestication…

Il privilégie pour ce faire l’exemple de la Basse Mésopotamie. Dans cette région humide, à la frontière entre les fleuves et la mer, et donc riche en ressources, la sédentarité se fit jour… mais sans agriculture exclusive. Ces populations, encore peu hiérarchisées1, mettaient plutôt à profit une pluralité de ressources, parmi lesquelles un élevage d’appoint, ce durant des millénaires. On est loin ici d’une vision accélérée de la révolution agricole. A l’instar de Yuval Noah Harari dans Sapiens, James Scott insiste également sur les transformations profondes qu’engendra l’approfondissement de l’élevage : pour les bêtes elles-mêmes, bien sûr – accroissement de la docilité, réduction de la taille du cerveau – mais également pour les humains – déqualification, aggravation de la mortalité infantile du fait du développement de nombreuses maladies et de la perte de diversité alimentaire, compensée par une hausse significative de la fécondité.

Le passage à l’agriculture en tant que ressource dominante n’est pas totalement éclairci, mais une chose est sûre : la productivité est meilleure, la fragilité aussi, et tout retour en arrière s’avère compliqué. Toutefois, cet « agrocomplexe néolithique » est nécessaire, mais insuffisant à expliquer l’émergence de l’État, que James Scott voit essentiellement comme un parasite (et non un protecteur éventuel). Une masse critique doit d’abord être atteinte, afin de voir apparaître les marqueurs déterminants de structures étatiques que sont pour lui les murailles, les impôts et les fonctionnaires chargés de leur recouvrement. C’est la cité d’Uruk qui semble avoir initié le mouvement, la cause clef résidant – déjà – dans le changement climatique : la hausse des températures et l’extension de l’aridité auraient conduit à une plus grande concentration démographique, engendrant une dépendance accrue aux ressources désormais indispensables de l’agriculture ; le contrôle par un État pilote s’en trouvait ainsi facilité.

James Scott va plus loin, en affirmant que l’État ne pouvait voir le jour que dans des terres alluviales, riches en loess et à travers la culture de céréales. Ces dernières, en effet, de par leur visibilité extérieure, la régularité de leur cycle de croissance et de récolte, leur conservation aisée, se prêtaient idéalement à un contrôle bureaucratique, contrairement à la pomme de terre, par exemple. Ce contrôle étatique s’accompagna de la généralisation de l’écriture et du travail forcé, ce qui ne suffisait pas à rendre ces premières constructions étatiques solides : au contraire, James Scott insiste sur leur fragilité infantile, en raison du risque de trop forte pression à l’égard des populations soumises, d’épidémies facilitées, de déforestation, de salinisation des sols, de guerre, etc… Et face à ces effondrements répétés des premiers États de l’Antiquité, à Sumer comme en Egypte ou en Chine, d’ailleurs, James Scott relativise l’idée d’âges sombres qui succéderaient à ces périodes de domination étatique, préférant y voir la conquête d’une plus grande liberté pour les populations humaines.

Le fil directeur de sa lecture réside dès lors dans l’opposition / complémentarité entre civilisés (soumis à l’État embryonnaire, donc) et barbares, restés proches du mode de vie antérieur à la révolution néolithique, mais pour qui les États sont des sources de prédation et des partenaires d’un commerce mutuellement profitable – sans même parler du remplacement des élites étatiques par certains barbares. Il souligne également le choix fait par certains individus appartenant à des empires étatiques de fuir le contrôle de l’État pour se réfugier dans les marges barbares, ce que James Scott nomme un « primitivisme secondaire ». On tiendrait là une grille de lecture valable au moins jusqu’au XVIIe siècle, moment de basculement où les États surclasseraient définitivement les barbares…

Homo domesticus s’inscrit pleinement dans les recherches actuelles visant à privilégier la pluralité de l’évolution historique, à rebours de toute idée d’un progrès linéaire et quasiment naturel. Ce faisant, il invite aussi à réfléchir à ce qu’aurait pu être une histoire alternative, rouvrant de fait les perspectives d’un avenir qui reste à construire. Non sans quelques raisonnements discutables ou laissant perplexes : ainsi d’un anthropocène dit faible qui débuterait avec la maîtrise du feu (invention pourtant essentielle, l’auteur en faisant découler augmentation de la taille de notre cerveau et début d’une concentration de la population), ou de l’inconnu concernant l’évolution de la culture humaine sans écriture et sans État inégalitaire permettant la formation d’élites lettrées…

1Sur ces questions d’inégalités parmi les populations humaines de la préhistoire, je me permets de renvoyer à l’ouvrage de Christophe Darmangeat, non cité en bibliographie : Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, Toulouse, Smolny, 2009, dont une recension se trouve sur ce blog, https://dissidences.hypotheses.org/7400


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.