Ludovic Frobert, Des républicains ou le roman vrai des Raspail, Lyon, Libel, 2019, 288 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque, suivi d’un entretien avec l’auteur

Directeur de recherche au CNRS, Ludovic Frobert est spécialisé dans l’histoire du XIXe siècle, et avait déjà par le passé livré un travail sur les canuts (Les Canuts ou la démocratie turbulente : Lyon 1831-1834, Paris, Tallandier, 2009). Pour son nouveau livre, il a adopté un parti-pris singulier, celui du roman vrai. Afin de raconter l’histoire de la famille Raspail, et particulièrement de son doyen, François-Vincent (1794-1878), il se met à la place du petit dernier de la fratrie, Benjamin, et use pour ce faire de nombreuses citations authentiques, prises pour l’essentiel dans des discours ou des articles de journaux. Alternent avec ce récit des témoignages de ses frères ou du journal spirite de sa sœur Marie. L’ouvrage est par ailleurs illustré d’une iconographie d’époque, évoquant le principe de Raphaël Meyssan pour ses Damnés de la Commune1.

Une telle démarche présente le mérite de faciliter l’immersion du lecteur, de le plonger corps et âme dans l’esprit d’un temps finalement pas si révolu qu’on pourrait le croire2. La séquence chronologique privilégiée court de 1869 à septembre 1870, permettant de braquer la focale non pas sur le siège de Paris et la Commune qui l’a embrasé, mais sur le crépuscule d’un Second Empire adepte d’un libéralisme autoritaire. Durant ce laps de temps, qui voit François-Vincent Raspail être élu député, on assiste en détail à des sessions parlementaires souvent houleuses, où les propositions de réforme sociale avancées par le vieux républicain sont tournées en ridicule par les partisans de l’empire, tandis que la « gauche » des Gambetta et Ferry demeure souvent atone. La période choisie est également marquée par l’assassinat du journaliste Victor Noir3, la montée en puissance de Rochefort, seul à marquer sa solidarité appuyée avec Raspail, et la guerre contre la Prusse, humiliation militaire qui débouche sur la proclamation de la République…

De par les nombreuses évocations du passé (mais aussi de l’avenir, les années de l’Ordre moral étant utilement remises en lumière), c’est à l’itinéraire d’une famille marquée en profondeur par le combat pour une République sociale et politique que l’on assiste. Proche durant la monarchie constitutionnelle de la Charbonnerie et de Blanqui, Raspail s’en distingue par la foi qu’il place dans la force du suffrage, condamnant l’émeute et la lutte armée au profit de l’entente des antagonismes, de l’union des classes au profit de toutes, s’effectuant de manière privilégiée dans le cadre de la commune (Raspail plaçait nombre de ses espoirs dans l’institution de jurys populaires destinés à régler les différents). Plus que celui d’égalité, le maître mot est ici solidarité. Comme Blanqui, toutefois, François-Vincent Raspail a payé son dû à la prison, y effectuant bien des séjours (y compris en 1849 peu de temps après avoir été candidat à la première élection présidentielle !), et se révèle profondément soucieux d’éduquer le peuple. Cela passe par la réalisation d’almanachs – des extraits de leurs données météorologiques sont d’ailleurs reproduits dans le livre – et par la promotion d’une médecine populaire, dressée contre la caste médicale et sa prétention à régenter la santé publique4.

En exil après les débuts du Second Empire, lui et sa famille firent leur retour en France au début des années 1860, et, parmi leurs différents combats, figurent celui contre la confusion à vocation d’enrichissement entre milieux d’affaires et personnel politique, ou encore celui ciblant l’empoisonnement industriel dans l’alimentation, fruit de la recherche de profit, contre lequel il était demandé la création d’un corps d’inspection. Ces quelques exemples suffisent à montrer toute l’actualité de ces combats d’un passé toujours bien présent. Un travail original et passionnant, que l’on espère appelé à se généraliser.

« Cinq questions à… Ludovic Frobert »

(Entretien réalisé par voie numérique début septembre 2020)

Dissidences : Après un livre sur les canuts, pourquoi avoir choisi de travailler sur les Raspail, François-Vincent en particulier ?

Ludovic Frobert : En toute généralité, les deux sujets sont étroitement liés : autour de 1830-1840, face à la déferlante libérale, on constate les échanges fructueux entre les premières expressions du mouvement social chez les travailleurs (alors des artisans urbains) et les premières formulations des si variées écoles socialistes et communistes ; disons des saint-simoniens aux néo-babouvistes, en passant par Pierre Leroux, Etienne Cabet, Pierre-Joseph Proudhon, Louis Blanc, Victor Considerant, Flora Tristan, et bien d’autres encore. Tout cela dans un contexte politique dominé par les révolutions et insurrections et enregistrant la renaissance de l’idée de république, là encore sous des formulations très variables. Concernant Raspail et les tisseurs de Lyon, les circonstances ont fait que le lien fut pour moi plus direct encore. C’est en lisant une courte rubrique de L’Écho de la fabrique (journal des canuts) en date du 16 décembre 1832 que j’ai entendu parler d’un cours d’économie politique de Raspail (il s’agissait de son Cours élémentaire d’agriculture et d’économie rurale). De là je me suis intéressé à ce personnage fascinant, révélateur de la période, mais aussi singulier par maints aspects.

Dissidences : Il s’agit d’ailleurs d’une figure nettement moins célèbre aujourd’hui que celle d’un Blanqui, une figure que la mémoire contemporaine a en grande partie oublié. A quoi attribuez-vous cette différence de traitement ? Y a-t-il des figures politiques aujourd’hui qui vous semblent incarner l’esprit, l’héritage des Raspail ?

Ludovic Frobert : Il y a effectivement une postérité plus complexe à assumer concernant Raspail, si on le compare à Blanqui. Celle d’une forme de radicalité à la fois dans la pensée et l’action qui, bien que n’excluant pas la prise d’armes, va adopter un éventail large d’expressions et de pratiques. Bien sûr, Raspail est lui aussi sur les barricades en 1830, anime un Club en 1848, va être surveillé, emprisonné, exilé, mais sa présence au XIXe siècle auprès des dominés et des souffrants ne se limite pas à cela. Prenons simplement un des aspects saillants de son engagement. Voilà un chimiste autodidacte, spécialiste de botanique et de physiologie animale, qui se tourne vers la médecine et présente l’une des indiscutables avancées de la période pour le peuple : les bases d’une médecine pour les pauvres et permettant au pauvre de se soigner sans s’aliéner à un corps médical, alors représentatif de l’ordre des dominants. Il y a là toute l’histoire de son Manuel annuaire de la santé publié dès 1845, mais aussi dans le fourmillement de cette histoire, toutes ses correspondances avec des gens « ordinaires » concernant cette médecine alternative, toute l’histoire du dispensaire gratuit qu’il ouvre à Paris, toutes les péripéties de ses procès et mises en accusation par la corporation des médecins que Raspail juge déjà inféodée au pouvoir du commerce, toute l’histoire de sa propre pharmacie, etc, etc. N’est-ce pas là, dans le détail, avec cette médecine populaire, une forme de radicalité intéressante à relever ? Surtout quand on voit que son Manuel devient un « cri de Paris » ou que la grande majorité des canuts de la Croix-Rousse possédait et utilisait le Manuel de Raspail pour améliorer leur quotidien et celui de leur famille, de leur rue, de leur quartier et apprendre ainsi concrètement à s’émanciper ?

Dissidences : Votre « roman vrai » participe de l’enrichissement de l’histoire par la fiction, loin d’un scientisme rigide. Comment l’idée vous en est-elle venue ? Que vous semble apporter cette démarche comparativement à un livre d’histoire plus traditionnel ? Avez-vous des noms qui vous viennent à l’esprit de chercheurs ou d’auteurs (je pense à Eric Vuillard, par exemple) qui pratiquent une démarche proche de la vôtre ? Avez-vous le sentiment, de par la démarche adoptée pour votre livre, de faire partie d’une école dont Ivan Jablonka aurait écrit le manifeste (L’histoire est une littérature contemporaine) ? Pensez-vous qu’il y a là reflet de l’esprit d’une époque plus individualiste, ainsi que cherche à le démontrer Enzo Traverso dans son dernier essai, Passés singuliers ?

Ludovic Frobert : Dans nos temps sinistres, on explique que la Gauche a perdu la bataille des idées. Ce n’est pas évident du tout qu’il y ait moins d’idées fructueuses pour penser un présent et un avenir socialement, politiquement et même peut-être écologiquement viable, à Gauche que dans le camp d’en face ; loin de là même. Mais en revanche la bataille du renseignement, de la diffusion, de la communication (au sens ici noble du terme) a constitué une véritable débâcle. L’idée est alors, pour ceux qui travaillent sur l’histoire ou l’actualité de, disons, la critique, la contestation, l’alternative au libéralisme moderne, de rappeler au plus grand nombre la richesse passée et présente des espoirs et des savoirs socialistes/communistes. Tout ce qui s’est passé et se passe encore, réflexions et pratiques, sur communauté, association, coopérative, entr’aide, fraternité, solidarité etc. Pour cela on se rend compte qu’il faut frayer et risquer des expressions différentes, des registres peut-être moins académiques, plus métis de présentation de ces expériences et idées. Me concernant, le projet vient de loin et je m’étais déjà posé la question lorsque je travaillais sur les archives du prud’homme tisseur lyonnais Pierre Charnier (1795-1857) dont j’ai tiré en 2014 un livre assez baroque mais au final encore académique, Le Solitaire du ravin. A l’époque, en admirant la trajectoire de ce bonhomme je m’étais dit qu’il aurait été bien d’essayer, tout en conservant les gestes de l’historien, d’avancer en direction de la fiction. Bref, de faire, complémentairement, le chemin inverse de celui de nombre de romanciers actuels, dont Vuillard. Pour le dire autrement, d’augmenter autant que possible et en tentant d’y trouver un équilibre en termes d’invitation à la lecture, le ratio entre narration et fiction. Je ne suis pas tant inspiré et guidé par les débats méthodologiques actuels et la réintroduction du « je » dans l’écriture et la perspective historienne. En fait, je demeure attaché à la tradition du roman et plus précisément mes modèles « modernes » se situeraient plutôt dans la tradition latino-américaine, chez des romanciers comme Mario Vargas Llosa, Elsa Osorio ou Leonardo Padura qui bien sûr sont omniprésents dans leurs textes, mais mettent surtout en valeur les reliefs de l’histoire qu’ils racontent. Et, encore une fois, s’il y a une réintroduction du « je », celui de l’auteur, dans ma démarche elle cherche à demeurer discrète et néanmoins signalée, indiquée, et accepte de se mettre en priorité à l’écoute et au service de ce qu’offre l’histoire.

Dissidences : Vous explicitez en détail les sources que vous avez mises à contribution en annexe de votre récit, sont-ce elles qui vous ont en quelque sorte imposé le choix de la période chronologique traitée, ce crépuscule du Second Empire délaissant une Commune de Paris souvent plus prisés de nos jours ?

Ludovic Frobert : La richesse des sources, notamment les archives de Carpentras et Créteil, faisait que j’avais ici l’embarras du choix, tant, en outre, la vie de Raspail est une succession de reliefs souvent fascinants. C’est d’ailleurs en partie pour cela que j’ai tenté l’exercice du roman-vrai sur Raspail et non sur un autre de ces socialistes originels. Car chez lui, il y a bien sûr une pensée mais aussi en lien, associée, une vie : et quelle vie ! Concernant la période focale, 1869-1870, les éléments politiques, crépuscule de l’Empire, prodromes de la Commune, ont joué. Mais ce sont également d’autres motifs qui m’ont conduit à raconter cette histoire à partir de cette séquence courte : notamment le fait qu’en parcourant les archives j’ai découvert Raspail, mais surtout son milieu, à savoir la petite République des Raspail, bref, toute la famille, une véritable communauté qui l’a constamment entouré. Et je me suis posé la question, sur sources et en imagination, de la vie à l’intérieur de cette famille, du fait d’avoir été fils, fille, épouse de cette énergie incroyable que devait être François-Vincent Raspail. En 1869-1870, lorsqu’il devient député de Lyon, il a 74 ans. Je ne décris donc pas un premier de cordée, mais une chaine où, bien que le père demeure incontournable par sa présence et ses missions, les rôles évoluent, le « nous » domine, chacun participe à l’avancée de cette histoire. C’est donc indissociablement une histoire de république et de famille que je raconte là.

Dissidences : Quels sont vos travaux à venir, pensez-vous renouveler cette expérience du roman vrai ? De manière plus générale, vous qui êtes un spécialiste de l’histoire du XIXe siècle, que vous inspirent des travaux comme ceux de François Jarrige ou de Jürgen Osterhammel, qui s’efforcent entre autres de renouveler l’approche de la période ?

Ludovic Frobert : J’y réfléchis. A la fois sur l’exercice – faut-il le prolonger ? le renouveler ? – et sur la période. La période et le thème qui ont été les miens durant toute ces années, premiers socialismes et mouvement sociaux, continue à me présenter des sujets fascinants. Je me passionne actuellement pour le frère cadet de Pierre Leroux, Jules Leroux (1805-1883), un typographe qui toute sa vie va tenter de formuler une économie politique autre, résolument radicale et qui va cheminer de Paris, à Boussac, à Jersey enfin aux communautés icariennes américaine et ce jusqu’à Santa Clara en Californie où il décède en 1883 après avoir rageusement animé son tout dernier journal, L’Étoile des pauvres et des souffrants. Un « fou sublime », a dit de lui son frère Pierre dans une correspondance avec George Sand. L’expression peut désigner quelqu’un d’objectivement dérangé, mais j’aime bien la définition qu’en donne par exemple le Trésor de la langue française : « une personne qui atteint à une vérité spirituelle en refusant de s’assujettir aux lois de la raison et/ou aux normes sociales ». J’ai lu récemment le roman de Thomas Giraud, Le bruit des tuiles qui relate dans le détail la piteuse faillite du rêve de Victor Considerant et de la colonie utopique Harmonie, installée dans les plaines du Texas, en 1855. L’ouvrage n’est pas sans intérêt, souvent bien bellement écrit, mais que dire d’une histoire qui aujourd’hui relate la faillite de ces rêves et utopies du XIXe siècle ? L’ouvrage a été salué pour ses qualités, mais a-t-on besoin de cela aujourd’hui, de « tirer sur l’ambulance », en période de triomphe cynique du néo-libéralisme ? Il est indiscutable que nombre de ces tentatives utopiques ont échoué ou ont été vaincues, mais des réussites ont également été enregistrées, des progrès, des améliorations. Et on rêve plutôt d’une uchronie qui imaginerait une bifurcation décisive : par exemple, comme le rêvaient ces premiers utopistes, la réussite éclatante d’une petite communauté et la dissémination irrésistible de l’exemple ; ou alors par exemple, et plus ambitieusement, la victoire des Communeux en 1871 et une suite autre de l’histoire. C’est d’ailleurs en cela que ma propre petite entreprise rejoint l’historiographie récente sur le XIXe siècle, une historiographie qui rompt avec les grands discours traditionnels sur progrès technique, industrialisation, réformes démocratiques, pour étudier les bifurcations, les futurs entamés, parfois partiellement expérimentés, à quelques échelles que ce soit, et finalement oblitérés, oubliés ou censurés.

1Voir sa recension sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/13120

2« Les ministres s’étaient eux aussi fendus d’une déclaration commune, agitant les mêmes épouvantails, un parti révolutionnaire [souligné dans le texte] partout secrètement à l’œuvre pour saper les fondements d’une nation appelée sans cela à un tranquille avenir placé sous les auspices de l’ordre et de la liberté. » (p. 229).

4« Les deux professions devaient prendre rang de magistrats, rétribués par les ressources fiscales de l’Etat. (…) Bref, contre le césarisme médical de l’époque, Raspail enjoignait la profession de s’organiser en une association utile et réformatrice, à se républicaniser. » (p. 82).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.