Philippe Champy, Vers une nouvelle guerre scolaire. Quand les technocrates et les neuroscientifiques mettent la main sur l’Education nationale, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2019, 320 pages, 20 €.

Afficher l’image source

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

« Observateur engagé », ainsi qu’il se qualifie lui-même, Philippe Champy a été durant plusieurs décennies un acteur de l’éditions scolaire. Dans cet ouvrage solidement argumenté, il cherche à dépasser la fausse opposition entre « républicains » et pédagogues, afin de dévoiler les réels enjeux politiques qui agitent l’Éducation nationale. En un résumé lapidaire, dénoncer la volonté d’une technocratie élitaire, par un « reformatage », de remplacer la démocratie scolaire – tout au moins les quelques foyers qui existent en son sein – et le souci d’égalité par l’efficacité et la rationalité.

Toute sa première partie, qui reconnaissons-le n’est pas la plus intéressante, est consacrée à la question des manuels, qu’il connaît bien. Partant des discours médiatiques visant à les critiquer, les « ringardiser », ainsi que s’en sont fait une spécialité certains lobbys réactionnaires (comme du reste au début du XXe siècle les catholiques vis-à-vis de manuels de l’école publique jugés impies et susceptibles d’influencer jusqu’aux familles !), Philippe Champy insiste sur ce qu’ils incarnent à ses yeux, la liberté pédagogique en actes. A cet égard, son analyse des rapports successifs de l’Inspection générale depuis 1998 et celui de Dominique Borne conclut à une volonté accrue de l’institution d’exercer un contrôle sur les manuels en amont, puis via le numérique. A contrario, il rappelle que la IIIe République s’est construite en opposition au contrôle étatique du Second Empire, où une autorisation préalable de publication était théoriquement nécessaire. C’est avec Ferdinand Buisson, que cache trop souvent la silhouette de Jules Ferry, que furent posées à la fin du XIXe siècle les bases de la liberté de publication scolaire, de choix des enseignants et de liberté d’utilisation… ou non. Les adversaires de ce positionnement étaient alors hostiles à l’idée de démocratisation du système scolaire. Dans un second temps, Philippe Champy rappelle qu’il ne faut surtout pas confondre manuels et cours, une précision utile et faussement évidente ! Il dresse à cet égard un parallèle assez judicieux entre le travail d’un professeur et celui d’un musicien de jazz. Là où il est plus difficile de la suivre, c’est lorsqu’il refuse de voir dans tous les enseignants des auteurs potentiels de manuels. Par crainte d’un contrôle étatique des ressources collectives à disposition des enseignants, il défend donc le modèle des manuels issus d’une édition privée pluraliste, négligeant les autres modèles possibles : quid d’un système coopératif, mutualisant les ressources élaborées par les enseignants eux-mêmes, détaché de tout contrôle de l’institution, en autogestion donc, et au sein duquel une propriété intellectuelle à durée limitée pourrait être envisagée ?

Philippe Champy s’avère plus pertinent avec sa réflexion sur le numérique. Face aux granules et capsules numériques, il défend la cohérence d’ensemble d’un manuel et de sa vision pédagogique. Plus intéressant, il évoque les illusions de certains, dès les années 1950 et 1960 – Louis Couffignal – qui pensaient que le professeur serait rapidement remplacé par le processeur. Un mythe donc, mais un mythe qui a la vie dure et s’est démultiplié au fil des décennies. Le tout gratuit, ainsi qu’il l’explique, est une illusion, négligeant les appareils de lecture et les achats pour la collectivité scolaire de manuels numériques. Illusion, également, que les plans numériques successifs toujours fidèles à une vision verticale et descendante, fascinés par la « révolution numérique », et ne tenant pas compte des réels besoins pratiques de la base enseignante (l’exemple des tablettes, un temps à la mode, et finalement marginales dans les pratiques pédagogiques, est parlant). Enfin, sa troisième partie aborde un thème crucial et captivant, celui des neurosciences et de leur intrusion impérialiste dans l’éducation nationale chapeautée par Jean-Michel Blanquer. Avec l’institution d’un Conseil scientifique de l’éducation nationale par le ministre, le risque d’une « neurocratie » se précise. Les neuroscientifiques collaborant aux efforts du ministère, qui ne représentent pas la totalité d’une profession et d’un champ de recherche vaste et divers, ont en effet tendance à monopoliser l’expertise scientifique au détriment des autres sciences humaines, un Stanislas Dehaene allant jusqu’à considérer l’éducation comme une science ! Sans parler des visions cauchemardesques d’un Laurent Alexandre, dont le tableau de l’éducation à cinquante ans d’écart ressemble fort à celui du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley. La nuance est ici de rigueur, face à l’impossibilité de tout expliquer par le seul fonctionnement cérébral, à des protocoles d’expérimentation inspirées par l’industrie pharmaceutique (l’échec scolaire est-il une maladie à traiter ?), et à une forme de sidération esthétique devant les clichés d’imagerie cérébrale promus par les neuroscientifiques les plus militants.

Philippe Champy synthétise ses analyses successives en retraçant le parcours de Jean-Michel Blanquer, un pied dans le public et un autre dans le privé (il fut directeur de l’ESSEC), rétif à toute élection,  et qui fit de Michel Baroin un modèle (il lui consacra très jeune une biographie). Disposant de relais privés avec l’association Agir pour l’école et l’Institut Montaigne (un think tank libéral), il est le porte-parole d’une technocratie de plus en plus autoritaire, obnubilée par le néo-libéralisme et la concurrence mondiale, nécessitant prétendument une plus grande efficacité économique et une caporalisation du corps enseignant, ce que reflète bien la récente loi sur « l’école de la confiance » (sic). Toutefois, au-delà de la riposte unitaire que Philippe Champy appelle de ses vœux, ne faut-il pas viser une refonte plus globale du système éducatif ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.