Jacques Leclercq, De la droite décomplexée à la droite subversive. Dictionnaire 2010-2012, Paris, L’Harmattan, 2012, 256 pages, 26,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

 

Jacques Leclercq est déjà l’auteur d’un copieux Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale de 1945 à nos jours, et d’un premier complément, Droites conservatrices, nationales et ultras. Dictionnaire 2005-2010, aussi riches et érudits que par trop dépourvus de synthèses globales et de lignes directrices permettant une utilisation plus interactive[1] . Avec ce nouveau volume, l’auteur entend proposer des compléments à certaines de ses précédentes notices, ainsi que plusieurs articles inédits.

On y retrouve, à côté d’une relecture souvent déficiente et d’un manque de renvois explicites entre notices, une « Introduction » dans laquelle Jacques Leclercq constate le retour du Front national sur le devant de la scène politique, la droitisation de l’UMP (à l’image de ce transfuge du FN et du MPF qu’est Guillaume Peltier) et même du reste de l’extrême droite, annonciateur selon lui de possibles violences dans le futur… Par contre, dans son « Avertissement », Jacques Leclercq nous semble pêcher par omission lorsqu’il évoque, en opposition à l’extrême droite, l’image plus positive de l’extrême gauche dans l’opinion, en oubliant la permanence des attaques et des diatribes à son encontre.

La première partie, celle des « Compléments », est la plus copieuse, avec de longs développements sur le Bloc identitaire et le Front national. L’énumération des actions, publications, locaux et implantations est complétée par des citations étendues d’une prose qui suscite assez vite la nausée. L’occasion, en tout cas, de pointer du doigt des exemples de confusions savamment entretenues par une partie de l’extrême droite, ainsi du Bloc identitaire ou de la Nouvelle droite populaire célébrant la Commune de Paris… Notons toutefois que ces organisations ne font que pérenniser une certaine tradition, celles de groupes ou personnalités (Cercle Proudhon, Charles Maurras, Maurice Bardèche etc.) qui dès les  années 1930 commémorent le soulèvement des Communards comme patriotique et anti-républicain. La partie « Suppléments » apporte d’utiles précisions, avec des notices consacrées à Riposte laïque et son organisation jumelle, Résistance républicaine, parfait exemple de basculement vers la droite de militants de gauche, voire d’extrême gauche, au nom de la lutte contre le « fascisme de l’islam ».

Sont également cités le Mouvement d’action sociale, mêlant thématiques d’extrême gauche et d’extrême droite, à l’image de Troisième voie, ainsi que les anarcho-royalistes du Lys noir. Pour le reste, ces « Suppléments » sont pour beaucoup composées de sites et de blogs, en plus de groupements politiques plus traditionnels, telle la Droite populaire. Parmi eux, on se contentera de citer Breiz Atao, qui voit en Alan Stivell un juif gauchiste et internationaliste (sic), La Dissidence (une coordination d’obédience visiblement souverainiste qui n’a bien sûr rien à voir avec notre collectif de recherche !), le regroupement catholique intégriste fort médiatisée Civitas (actif contre des spectacles jugés « blasphématoires »), ou le Comité anti-crasseux (re-sic), les « crasseux » étant, dans le registre lexical du GUD, les « gauchistes ». Un répertoire de données riche et utile[2], à condition de savoir s’y orienter, à ranger sur la même étagère que l’ouvrage déjà ancien (1992) de René Monzat et Jean-Yves Camus, Les droites nationales et radicales en France (Presses universitaires de Lyon).


[1]              Ces deux ouvrages sont chroniqués dans notre revue électronique.

[2]              On y croise même Nicolas Tandler, auteur d’une biographie de Trotsky (chroniquée dans notre revue électronique), en tant que dirigeant du Nouveau patronat indépendant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.