Léon Trotsky, Un programme pour la révolution. Le Programme de transition et textes inédits, Paris, éditions Communard.e.s, préface de Daniela Cobet, avant-propos d’Anasse Kazib, 2021, 344 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En choisissant de faire paraître ce recueil de textes de Léon Trotsky, le Courant communiste révolutionnaire dit Révolution permanente, tendance du NPA qui fait désormais (depuis juin 2021) cavalier seul après une crise au sein du parti – exclusion selon eux, mise en dehors de l’organisation pour les dirigeants du NPA – réaffirme ce qu’il considère comme ses fondamentaux politiques, un retour aux sources qui vaut revendication d’orthodoxie trotskyste. Dans ce cadre, ce n’est pas un hasard que de faire préfacer le recueil par Anasse Kazib, figure médiatique1 de cette tendance et cheminot militant à SUD Rail, lui que ses camarades souhaitaient voir représenter le NPA à la prochaine présidentielle2 .

Le récit qu’il fait de sa venue, dans la lutte, aux idées de Trotsky illustre l’actualité maintenue des enseignements du célèbre révolutionnaire internationaliste. Les coordonnateurs de l’ouvrage (parmi lesquels Jean-Philippe Divès, venu du courant moréniste3) ont pris soin d’offrir un véritable appareil critique aux textes retenus, glossaire, notices biographiques, et diverses notes explicatives. Leur introduction préalable insiste quant à elle sur la similitude, avec les années 1930, d’une crise en cours du capitalisme, mais également sur l’importance du travail dans les syndicats réellement existants ou la nécessité d’allier « clarté programmatique et grande flexibilité tactique » (p. 24). Les mobilisations récentes, à commencer par celles des Gilets jaunes, sont perçues comme des appuis pour refonder à terme la IVe Internationale, les nombreuses ambiguïtés dont ces mouvements sont souvent porteurs étant passées sous silence ….

Dans ce cadre, il n’est guère étonnant de voir Un programme pour la révolution débuter par la préface de Trotsky à l’édition d’Afrique du sud du Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels, et surtout par ce texte devenu canonique dans l’héritage trotskyste, le Programme de transition. Néanmoins, on est amené à s’interroger sur la pertinence de proposer un texte aussi lié à son contexte de rédaction, sans chercher à le réviser et à l’actualiser (ce que Trotsky faisait d’ailleurs pour le Manifeste dans sa préface citée ci-dessus). La célèbre affirmation des forces productives ayant cessé de croître est directement liée aux effets de la guerre-monde, et le souci de constitution de milices ouvrières et d’armement du prolétariat répondait à une menace nazie/fasciste bien réelle (alors qu’aujourd’hui elle n’est en grande partie que fantasmatique), et que dire des nombreux développements sur l’URSS… Au-delà de ces éléments profondément conjoncturels, plusieurs points demeurent des éléments constitutifs de la culture politique trotskyste : l’importance de revendication transitoires (échelle mobile des salaires et des heures de travail, ouverture des livres de comptes…), explicitement conçues alors comme impossibles à appliquer par le capitalisme, du travail syndical sans idéalisation formelle, le principe de comités larges pour appuyer les luttes en sont quelques exemples. D’autres considérations ont suscité par la suite bien des débats et des discussions, ainsi du « noyau progressiste » du patriotisme des opprimés.

Le Programme de transition est utilement complété par toute une série de textes restituant les discussions ayant eu lieu, essentiellement au printemps 1938, entre Trotsky exilé au Mexique et des représentants du SWP (Socialist Workers Party) étatsunien (dont James P. Cannon et, Max Shachtman). On y entend un Trotsky surestimer les possibilités révolutionnaires aux États-Unis ou l’accélération prévue de la maturité révolutionnaire des masses du fait de la guerre, mais aussi refuser de forcer agriculteurs et classes moyennes commerçantes à toute collectivisation. Dans le cadre de la discussion sur l’« amendement Ludlow », proposition de rendre obligatoire un référendum en cas d’entrée en guerre des États-Unis, Trotsky s’y révèle favorable, estimant qu’il s’agit d’un coin contre le gouvernement, nourrissant la défiance à son égard. Il prend également très au sérieux le danger fasciste au cœur de la première puissance mondiale, citant en particulier Frank Hague, dirigeant démocrate du New Jersey très investi dans la lutte anti-syndicale ; une hypothèse qui a pu nourrir bien des uchronies, comme par exemple le Complot contre l’Amérique de Philip Roth. Enfin, il défend la nécessité de « secouer » l’ouvrier, de le prendre si besoin à rebrousse-poil, le programme devant découler de la situation objective et non de l’état de conscience du moment (« Mais le courage, pour un révolutionnaire, n’est pas seulement d’affronter les balles ; il doit aussi savoir affronter les rires des imbéciles qui forment la majorité. » p. 151).

Toute une partie des discussions est également dédiée à la question du Labor Party aux États-Unis, défendue à ce moment précis par Trotsky comme parti politique de transition, mais qu’il voyait intimement liée à l’analyse du moment. Parmi ces échanges, quelques-uns sont inédits en français, publiés jusqu’alors seulement aux États-Unis. On y retrouve entre autres la critique par Trotsky de la constante absence d’autonomie politique de la paysannerie à travers l’histoire ou la possibilité, pour un pays suffisamment riche, d’exproprier moyennant indemnités. Enfin, le recueil se termine par une sélection de documents adoptés lors de la conférence de fondation de la IVe Internationale, le 3 septembre 1938, mais aussi de l’Internationale des jeunes, fondée le 11 septembre suivant. On est alors tenté de voir cette insistance mise sur l’organisation de la jeunesse, dont la nécessaire autonomie politique est d’ailleurs affirmée, comme une leçon directement applicable pour le présent. Il est cependant dommage que n’aient pas été ajoutées une sitographie et une bibliographie, incluant en particulier le premier tome des Congrès de la IVe Internationale de Rodolphe Prager – plus complet sur la totalité des textes votés le 3 septembre – et les premiers numéros des Cahiers Léon Trotsky, la revue dirigée par Pierre Broué.

1Il fréquente assidument les plateaux des Grandes gueules (RMC) et de Touche pas à mon poste ! sur C8, avec Cyril Hanouna.

2Anasse Kazib a décidé de présenter sa propre candidature, tandis que le NPA a choisi Philippe Poutou.

3Nahuel Moreno (1924-1987), trotskyste argentin, a donné son nom à un courant trotskyste qui s’était d’abord solidarisé avec les exclus de la IVe Internationale à partir de 1952, avant de participer à la réunification partielle de 1963. Au sein de la IVe Internationale (Secrétariat unifié), ce courant se distingua par son opposition au tournant vers la lutte armée en Amérique latine, jusqu’à la rupture de 1979 liée à l’intervention moreniste dans le processus révolutionnaire sandiniste via la brigade Simon Bolivar. Par la suite, le morenisme se rapprocha un temps du “lambertisme”, avant de fonder la Ligue internationale des travailleurs – IVe Internationale.



Citer ce billet
dissidences (2021, 24 octobre). Léon Trotsky, Un programme pour la révolution. Le Programme de transition et textes inédits, Paris, éditions Communard.e.s, préface de Daniela Cobet, avant-propos d’Anasse Kazib, 2021, 344 pages, 15 €. Dissidences : le blog. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np71

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.