Aaron Bastani, Communisme de luxe. Un monde d’abondance grâce aux nouvelles technologies (Fully Automated Luxury Communism), traduction d’Hermine Hémon, Paris, Diateino, 2021 (2019 pour l’édition en langue anglaise), 296 pages, 22 € pour l’édition papier / 15,99 € pour l’édition numérique.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai d’Aaron Bastani, connu outre-Manche pour être le fondateur d’un média alternatif, Novara Media, s’inscrit dans la lignée des penseurs de l’accélérationnisme1, qui, bien qu’ils soient britanniques comme lui, ne sont pas cités. Se revendiquant de Marx, Aaron Bastani accorde en effet une confiance totale aux potentialités des « nouvelles » technologies ; ce faisant, il renoue avec le sens prométhéen du progrès qui fut longtemps partagé par la majorité du mouvement ouvrier, avant d’être voué aux gémonies. Afin de remobiliser les énergies transformatrices, il souhaite susciter une forme de rêve contre le morne « réalisme capitaliste ». Son point d’appui est ce qu’il qualifie de troisième disruption, autrement dit la révolution numérique qui succède à la révolution néolithique et à la révolution industrielle. Pour lui, ses conséquences, actuelles et à venir, sont de toute façon inévitables : « Nos ambitions se doivent d’être prométhéennes, car notre technologie nous élève déjà au rang de dieux, alors autant nous y habituer tout de suite » (p. 218).

La plus grosse partie de son livre consiste justement à faire le constat des solutions technologiques permettant de surmonter les cinq crises dans lesquelles le monde du XXIe siècle s’enfonce, crise climatique, crise de surpopulation, crise du vieillissement, crise de l’épuisement des ressources et crise du chômage technologique croissant. La caractéristique majeure de cette troisième disruption tenant dans la production d’une masse d’informations toujours plus colossale, cela augure d’une abondance générale à venir grâce à la baisse concomitante du prix de revient. Il va jusqu’à envisager l’accroissement des capacités de stockage de données via l’utilisation de l’ADN (sur ce point comme sur tous ceux qu’il cite, il s’appuie sur des exemples réels d’innovations). Pour justifier la possibilité d’un post-capitalisme, il met en avant trois penseurs, Keynes, Peter Drucker et Marx, surtout, dont il retient principalement les analyses sur le développement du machinisme au sein du capitalisme et la perspective communiste, dans laquelle la séparation entre travail et loisirs ne serait plus efficiente. Le grain de sable dans la machine du capitalisme, c’est justement la facilité de la numérisation des informations, des données, quelles qu’elles soient, une gratuité se heurtant à la logique du profit et de sa privatisation.

Concernant l’énergie, tout d’abord, Aaron Bastani insiste sur celle du soleil : il rappelle à cette occasion que l’énergie émise par le soleil et parvenant sur la Terre durant 90 minutes suffirait, si elle était captée en totalité, à satisfaire les besoins énergétiques de toute l’humanité durant un an ! Comme pour tous les domaines qu’il décrit, il manifeste une confiance absolue dans les lois de Moore, qui postulent la poursuite d’une croissance exponentielle des capacités technologiques. Partant de ce constat, les progrès de la rentabilité, de l’efficacité et du stockage de l’énergie solaire permettront à terme de favoriser les pays du Sud (grâce à leur ensoleillement supérieur) tandis que dans ceux du Nord, l’éolien sera privilégié au solaire, avec une diminution drastique des dépenses de chauffage grâce à la généralisation des « maisons passives ».

Sur le remplacement de la main d’œuvre humaine par des machines, au sens large, Aaron Bastani prend bien sûr l’exemple de l’industrie, mais il l’élargit à d’autres domaines : la vente, l’agriculture (industrielle, logiquement), la médecine également… Il s’appuie pour cela sur le développement de la robotique (le robot Atlas) et des véhicules autonomes. Le chômage croissant qui en découlera ne sera pas compensé, d’après lui, par la création d’emplois nouveaux, ce qui ouvre sur la nécessité d’une réduction drastique de la durée du temps de travail. Etonnamment, à aucun endroit de son essai, il ne se penche sur cette question pourtant essentielle, tout comme il n’aborde pas non plus la question, pourtant chère à Marx, de la création de plus-value dans un procès du travail entièrement automatisé.

La question de l’épuisement des ressources, plus spécifiquement les minerais, Aaron Bastani la résout par une perspective encore plus radicale : la poursuite des progrès de l’industrie spatiale. Ils permettront en effet d’aller exploiter les richesses de certains astéroïdes, avec une conséquence qui constituera un goulet d’étranglement : le besoin, pour ces entreprises privées, d’organiser une forme de rationnement face à l’étendue quasiment infinie des ressources minérales accessibles dans le seul système solaire. On touche là à la contradiction entre intérêts privés et utilité publique2, qui ne pourra être résolu qu’en s’appuyant et en approfondissant la logique qui était celle du Traité de l’espace de 1967, faisant de l’espace un patrimoine commun de toute l’humanité.

Le problème du vieillissement de la population mondiale, appelé à se généraliser au fil des décennies, et qui va de pair avec une réduction de la fécondité, pourra sinon être enrayé, au moins bénéficier d’un accompagnement plus efficace. Le séquençage du génome humain, de plus en plus bon marché, débouchera en effet sur une médecine préventive dès la naissance, et autorisera la guérison voire l’éradication de certaines maladies liées à la vieillesse. De même, pour l’alimentation, la solution est celle de l’agriculture cellulaire, débouchant sur la viande de synthèse, la viande « légumière » et même la création de lait, de blancs d’œufs ou d’alcools de synthèse selon un principe proche de celui du brassage de la bière à partir de levures. Sur ces deux thématiques, on l’aura compris, Aaron Bastani est un laudateur des manipulations génétiques, rappelant qu’elles sont pratiquées par l’humanité au moins depuis la révolution néolithique.

Tout au long de ces divers chapitres, toujours solidement informés, Aaron Bastani s’efforce de réactiver la part de rêve du projet communiste, la même qui irriguait les dernières pages de l’essai de Léon Trotsky, Littérature et révolution. Il considère d’ailleurs que l’échec des bolcheviques était inévitable, au vu des capacités technologiques limitées de leur époque. Finalement, le communisme de luxe (entièrement automatisé, si l’on s’en tient à l’expression originale utilisée par l’auteur), c’est, pour paraphraser Lénine, les soviets plus les « nouvelles » technologies. Mais comment permettre l’avènement de ce communisme new look ? C’est là le point faible du projet défendu par Aaron Bastani, comme c’était déjà celui des hypothèses des accélérationnistes ou d’un Andreas Malm (La chauve-souris et le capital, Comment saboter un pipeline3).

Il juge nécessaire de défendre une politique qu’il qualifie de populiste, appuyée sur une insatisfaction grandissante des masses à l’égard d’un système qui ne parvient plus à satisfaire tous leurs besoins, pour l’opposer à des élites se comportant désormais à l’instar d’une caste théocratique confite dans ses automatismes, mais en mettant à profit… les élections ! Certes, il reconnaît lui-même que cela sera insuffisant, et cite – trop rapidement – la nécessité d’un parti politique pour défendre cette alternative. Mais c’est pour mieux, à rebours des enseignements de Marx réfléchissant aux leçons de la Commune de Paris, défendre la réappropriation de l’État capitaliste en lieu et place de sa destruction. Le cadre de l’État nation est, dans son esprit, amené à jouer un rôle d’exemple pour les autres pays, avec ce qui ressemble fort à une réactivation de l’État providence contre le néo-libéralisme, appuyé sur un tissu économique fait de coopératives. Il envisage même le maintien d’une Banque mondiale à laquelle on adjoindrait une entité supplémentaire, chargée à l’aide d’une taxe sur les pays riches de financer la transition énergétique dans les pays du Sud !

De manière plus générale, outre un accent trop exclusif porté sur des exemples strictement britanniques, les angles morts sont nombreux dans son essai : quid des conséquences néfastes des « nouvelles technologies » ? du transhumanisme ? de l’extrême gauche réellement existante ? des considérations géopolitiques ? Son « socialisme du champagne » (synthétique) offre donc en l’état des linéaments stimulants pour penser une alternative non seulement à un capitalisme acharné à survivre envers et contre tous, mais également à un socialisme de la frugalité qui tendait à devenir dominant au sein de l’extrême gauche post-XXe siècle ; il doit cependant aller plus loin en termes de stratégie et de tactique, dépassant la possibilité d’une prise du pouvoir en douceur, via des victoires électorales et une conquête rampante de l’hégémonie…

1Voir sur notre blog la recension de l’essai de Nick Srnicek et Alex Williams, Accélérer le futur. Post-travail et post-capitalisme : https://dissidences.hypotheses.org/14504

2Aaron Bastani insiste à cette occasion sur une réalité incontestable : celle qui veut que les entreprises privées bénéficient des retombées de la recherche publique, mais s’en servent pour satisfaire des objectifs d’enrichissement privés.

3La recension du premier de ces deux ouvrages sera bientôt disponible sur ce blog, où figure celle du second : https://dissidences.hypotheses.org/14569


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.