Daniel Colson, La Gryffe. La longue histoire d’une librairie libertaire, Lyon, Atelier de création libertaire, 2020, 276 pages, 16 €.

 

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Daniel Colson livre ici un témoignage plus qu’une histoire. Un témoignage engagé, qui oscille souvent entre Proudhon et Deleuze comme références convoquées ; un témoignage plus qu’une réelle réflexion sur la librairie. La longue histoire ici contée est celle du mouvement, du milieu libertaire lyonnais, depuis quarante ans, à partir d’un lieu, la Gryffe. D’autres protagonistes de l’aventure collective, dans les discussions au fil d’autres lieux libertaires, donnent à entendre qu’il était possible d’écrire une autre histoire, qu’elle est là celle, subjective, de Daniel Colson au sein de la Gryffe.

Soit. Et après tout pourquoi pas ? Daniel Colson fixe ici une manière d’être à la Gryffe, et donne à penser la librairie comme collectif libertaire. Un collectif dont l’expérience s’éternise quand justement l’intempestif, et souvent l’éphémère, s’affirment comme les seuls épithètes aptes à qualifier la vitalité et la force du milieu libertaire, qui fut mouvement à Lyon jusqu’à l’orée de la décennie 90.

La Gryffe a 40 ans. Elle nait, portée par une génération libertaire issue de Mai 68 à Lyon. Elle se lie au mouvement, puis s’affronte aux crises de cette mouvance. La coordination libertaire s’abime devant le défi de la question LGBT, se déchire quand la FA (Fédération anarchiste) et son fonctionnement partidaire prend le pas sur la mouvance libertaire, s’effiloche aux feux de l’après décembre 1995, s’appauvrit enfin en 2015 dans une crise où structurellement se questionne l’animation même de la librairie. Quatre crises rythment cette longue histoire qu’il faut lire, ne serait-ce que pour appréhender – de Lyon – l’infini des contradictions et des richesses intellectuelles de la pensée libertaire. Il est ici question d’une histoire située – de Lyon – de la mouvance libertaire. Il n’est ici que peu question d’une librairie, sinon comme décor et réfraction des soubresauts du mouvement libertaire lyonnais.

Une autre lecture, au défaut des remarques de Daniel Colson, est possible, entée sur la question même de la librairie. Une lecture où le politique s’affronte aux conditions mêmes de la librairie, au sein du système marchand du livre. La Gryffe est une association, où nul n’a le pouvoir. Le consensus est la règle, le refus de toute organisation rigide (pourtant inhérent à la loi de 1901 sur les assocations), l’ordinaire. L’AG, et l’absence de vote qui de facto crée une minorité, une majorité, sont les leviers du fonctionnement de la librairie. Du moins est-ce ainsi selon Daniel Colson. La Gryffe serait ainsi une hétérotopie, où le collectif et le différent inventent une structure utopique et pérenne. L’image est politique. Elle se brouille des nécessités du commerce du livre. A la Gryffe, l’exercice des permanences, et plus encore la commission du livre, semblent implicitement des lieux de pouvoirs. Un pouvoir lié à l’exercice (fut-il collectif) du métier de libraire. Un métier qui fournit l’occasion d’une crise, formulée par les propositions d’un individualiste, méditant sur la logique associative et managériale de la librairie. Crise qui se solde par son départ, mais dont la logique même, circa 2008, creuse les reliefs de cette utopie libraire. Il s’agit de penser l’argent dans la librairie, le rôle des amis. Il s’agira en 2015, quand l’information du stock par le camarade Everest modernise la question, de penser le rôle politique de la commission des livres, pensé jusqu’alors technique… Pourtant malgré ces crises qui font l’odinaire du collectif, la Gryffe se maintient.

Au corps défendant de Daniel Colson, il s’agit là, notamment pour une histoire politique des librairies, du sel de l’ouvrage. Celui d’une confrontation incessante d’une structure utopique, parce qu’inscrite dans un mouvement politique et collectif où, quoique le mot ne soit jamais posé, la Gryffe se conçoit comme une zone d’autonomie temporaire, moins vouée au commerce du livre, et bien plus à celui des idées, qui s’inscrit dans une durée. Celle-ci n’est pas l’horizon du projet de la Gryffe, c’est un fait. Ce seul fait interroge l’histoire des librairies militantes, mérite que l’on s’y attarde, qu’on le compare à d’autres tentatives de librairies politiques, davantage personnalisées : la Librairie du travail étudiée naguère par Marie-Cécile Bardouillet, la Joie de lire de François Maspero scrutée dans la thèse de Julien Hage. Face à celle-ci, le récit de Daniel Colson ouvre la voie du collectif comme moteur d’une aventure pérenne par le conflit, le différent politique, où toujours la structure in fine se maintient tant le livre est consubstantiel à la bataille politique. Le différent politique comme pierre angulaire d’une expérience pérenne : la proposition modifie les logiques d’appréhension des librairies militantes, souvent inscrites dans une trajectoire individuelle.

Un livre à lire, jusque dans l’énervement des ouvertures suggérées sur ce qui fait une librairie libertaire, gommé ou escamoté par le retour à une histoire politique interne au milieu libertaire lyonnais. L’histoire de la Gryffe comme librairie (donc entité économique et politique) est encore à écrire, mais le texte de Daniel Colson offre une belle fenêtre sur cette possibilité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.