Andreï Kosovoï, Brejnev. L’antihéros, Paris, Perrin, collection « Biographies », 2021, 400 pages, 24 € pour l’édition papier / 16,99 € pour l’édition numérique.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Sur les principaux dirigeants de la Russie soviétique devenue rapidement URSS, nous avons pléthore de biographies de Lénine et Staline. Khrouchtchev, lui, a été bien étudié par Jean-Jacques Marie, tandis que Bernard Lecomte a signé une biographie de Gorbatchev, avant celle à paraître de Taline Ter Minassian. C’est chez Perrin qu’Andreï Kozovoï, jeune maître de conférences déjà auteur d’un livre sur Les services secrets russes et d’une synthèse sur l’histoire soviétique (Russie, réformes et dictatures. 1953-2016), propose une biographie de Leonid Brejnev. Sans vouloir le réhabiliter, il s’efforce au moins de le reconsidérer, lui qui est habituellement associé à la stagnation du système. Il met à profit pour cela, outre la traditionnelle bibliographie, les propres carnets de notes du leader.

D’origine ukrainienne, le jeune Brejnev, qui traversa la guerre civile comme étudiant, passe par l’Institut agricole et l’Institut de sidérurgie, ce qui lui donne une formation essentiellement professionnelle. Devenu membre du Parti, il participe à la collectivisation, se révélant d’une grande docilité face aux consignes. On peut considérer qu’il est un apparatchik modèle, s’insérant dans la bureaucratie remodelée par Staline à l’occasion des Grandes Purges1. En 1940, il accède au poste de Secrétaire à l’industrie militaire de la République d’Ukraine, et gravit les échelons du corps des officiers, de colonel à général de brigade. En 1946, nommé Secrétaire du Parti à Zaporoniaj, il s’y distingue en supervisant la relance de ce bastion sidérurgique. C’est ce qui lui permet de devenir, en 1949, le plus jeune dirigeant d’une République, certes modeste puisqu’il s’agit de la Moldavie. Couronnement de cette première partie de carrière, Brejnev intègre le Politburo en tant que membre suppléant. Mais la mort de Staline semble réduire à néant ses efforts d’ascension, avant que le leadership de Khrouchtchev, dont il fait partie de la clientèle, ne le relance. Il est ainsi numéro deux au Kazakhstan pendant l’opération des « terres vierges », puis responsable du programme spatial durant quelques années. Son profil d’homme du compromis, de diplomate, s’y exerce pleinement. Au début de la décennie des années 1960, il accède au poste de président du présidium du soviet suprême.

La dégradation de ses relations avec Khrouchtchev conduira au changement de direction que l’on sait, et une fois devenu dirigeant suprême, Andreï Kozovoï nous expose toutes les manœuvres, les manipulations que Brejnev utilisera pour conserver son rôle dirigeant, écartant progressivement Kossyguine de la politique étrangère, par exemple. Il tente également de concilier les contraires, réhabilitant Staline à moitié, l’historien Alexandre Nekritch, ayant mis en cause la responsabilité des purges de Staline dans l’Armée rouge afin d’expliquer la « bérézina » de juin 1941, se voyant finalement marginalisé. Ce qui s’avère plus original, c’est l’accent mis par l’auteur sur la construction du mythe de la Grande Guerre patriotique à compter de 1966, un moyen pour la bureaucratie de souder entre elles les différentes composantes de l’Union soviétique. Car Brejnev lui-même insère son personnage dans ce mythe, grossissant son rôle à la fin de la guerre ; il y est encouragé par les courriers d’anciens combattants, qui – par souci de flatterie ? – revisitent leurs mémoires en sa faveur.

Sa priorité, outre la stabilité du pays, semble bien avoir été la politique étrangère, avec le souci d’une vraie détente ciblant surtout les États-Unis permettant en particulier des échanges commerciaux avec l’ennemi idéologique. Mais l’exemple de l’Afrique dans les années 1970 fait conclure à Andreï Kozovoï qu’il y a chez Brejnev beaucoup d’improvisation et bien peu de stratégie. Peu d’actions pour réformer économiquement le système, une stabilité des cadres qui encourage le développement de la corruption, et certaines évolutions annonçant des développements futurs – la défense de la langue et de l’histoire ukrainienne par Petro Chelest – ont sans doute été sous-estimées. Il faut dire également qu’à compter de 1974, ses problèmes de santé sont de plus en plus sérieux, conséquences de divers comportements à risque : tabagisme, surmenage, prise de somnifères. Sur l’Afghanistan, d’ailleurs, Brejnev apparaît d’abord plus qu’hésitant à valider une intervention militaire, et ce serait avant tout pour sauver des vies (celles des cadres communistes) qu’il aurait finalement basculé, ce qui semble un peu court.

La prose d’Andreï Kozovoï n’est pas toujours simple à suivre, effectuant des allers-retours dans le temps, également de la vie de Brejnev à des considérations plus générales (sur le risque d’une conflagration atomique, par exemple). Plus discutable, il considère que de Lénine à Brejnev, la motivation des dirigeants demeure le pouvoir, évacuant un peu rapidement l’idéologie marxiste, dont, c’est vrai, Brejnev semblait dépourvu, sinon comme d’un discours en partie creux. L’importance de son entourage, Gromyko, Andropov et Souslov en particulier, et plus largement de ses conseillers, était par conséquent déterminante. En dépit de ces limites, la biographie d’Andreï Kozovoï, qui s’achève par une comparaison relativement pertinente entre Brejnev et Poutine, contient suffisamment d’éléments utiles pour être recommandable.

1Etonnant, à ce sujet, de lire sous la plume d’Andreï Kozovoï que les motivations de Staline concernant ces fameuses Grandes Purges demeurent inconnues !



Citer ce billet
dissidences (2021, 4 décembre). Andreï Kosovoï, Brejnev. L’antihéros, Paris, Perrin, collection « Biographies », 2021, 400 pages, 24 € pour l’édition papier / 16,99 € pour l’édition numérique. Dissidences : le blog. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np77

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.