Jean Baret, BonheurTM, postface de Dany-Robert Dufour, Paris, Le Bélial’, 2018, 336 pages, 19,90 €.

 

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean Baret, originaire professionnellement du monde de la justice, est un nouveau venu dans les canaux d’édition traditionnels de la science-fiction, dont BonheurTM inaugure la trilogie Trademark, poursuivie ensuite dans VieTM et MortTM. Et nul doute que l’on n’a pas fini de parler de cet auteur, tant son propos est marquant.

C’est notre proche avenir que le livre décrit, à travers deux personnages, deux collègues d’une police chargée de traquer les contrevenants à la consommation. Toshiba et Walmart (sic) sont d’ailleurs sponsorisés par les deux marques dont ils portent le nom en guise d’identité, et leur vie est d’un ennui mortel. Jean Baret a en effet privilégié, dans son style d’écriture, la répétition du même au fil de journées qui se ressemblent, petit déjeuner de céréales d’insectes, de publicités et de sexe mécanique ; trajet en voiture autonome dans un environnement urbain gavée de réclames, éventuellement accompagné d’un livre audio et holo ; passage dans l’ascenseur où est diffusé en hologrammes un talk show à succès ; travail dans leur open space, entraînant occasionnellement des visites chez quelques suspects…

Le monde de BonheurTM est ainsi à double face. L’illusion d’un bonheur imposé, qui passe par la consommation à outrance en guise de – dernier – devoir civique, de produits marchands aussi bien que de religions, négligeant les ravages écologiques (même si un impôt sur l’empreinte carbone existe), et où domine le virtuel (l’appartement de Toshiba, par exemple, est principalement meublé d’hologrammes), d’un côté. De l’autre, une société où la violence est devenue chronique, violence sociale laissant de côté les exclus de la consommation, violence économique d’un marché totalement dérégulé, violence physique exposée au regard de tous dès le plus jeune âge, que ce soit celle des guerres et des paris qu’elles engendrent, ou celle de relations sexuelles voyeuristes et pornographiques, axées sur la performance.

BonheurTM est donc un roman engagé, profondément critique sur notre réalité, celle d’un néo-libéralisme en roue libre, et s’il s’inspire de quelques œuvres antérieures (citons surtout Planète à gogos de Frederik Pohl et C.M. Kornbluth), il parvient à faire œuvre personnelle. Nombre de ses descriptions sont aussi réalistes que dérangeantes, à commencer par la liberté totale accordée aux individus concernant la possibilité de modifier son corps (le transhumanisme entre autres est ici visé) et de s’affranchir de toute limite morale et de tout tabou, extrémisme individualiste allant de pair avec une forme de grégarisme1 dont le débouché potentiel est la dissolution de la mort. Le post-modernisme a parallèlement dégénéré en un relativisme pratiquement absolu, où toutes les théories scientifiques, y compris les plus délirantes, ont droit de cité2.

Véritable miroir grossissant d’un présent sans avenir, BonheurTM est surtout proche de certaines réflexions d’intellectuels contemporains, Jérôme Baschet (Défaire la tyrannie du présent), Christopher Lasch (La culture du narcissisme) ou, principalement, Dany-Robert Dufour (Le Divin Marché), auteur d’une postface élogieuse.

1« Le véhicule Toshiba quitte le périphérique pour traverser les quartiers de la ville, mélange bigarré d’hommes, de femmes, de transgenres, de punks, de dandys, de transhumains, de robots, d’animaux, de métamorphes, de mutants, d’hybrides, de cyborgs, de travestis, de grunges, de clones, de blousons noirs, de zazous, de personnes à la peau blanche, noire, bleue, verte, de nains, de géants, d’occidentaux, de moyen-orientaux, de hipsters, de clochards (…) » (emplacement 104 de l’édition numérique).

2« Minute Girl donne la parole à un créationniste qui se réjouit de ce que les débats scientifiques, depuis ceux qui soutiennent le fixisme en élaborant une théorie de la nature théiste à ceux aux positions plus déistes qui embrassent la théorie transformiste, en passant par les pastafaristes, qui postulent qu’un Monstre en spaghetti volant invisible et indétectable a créé l’univers après avoir beaucoup bu, enrichissent les programmes scolaires. » (emplacement 2129 de l’édition numérique).



Citer ce billet
dissidences (2021, 4 décembre). Jean Baret, BonheurTM, postface de Dany-Robert Dufour, Paris, Le Bélial’, 2018, 336 pages, 19,90 €. Dissidences : le blog. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np78

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.