Ludovic Frobert, Vers l’égalité ou au-delà ? Essai sur l’aube du socialisme, Lyon, ENS éditions, collection « Gouvernement en question(s) », 2021, 202 pages, 18 € pour l’édition papier / 10,99 € pour l’édition numérique, suivi d’un entretien avec l’auteur.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Nous avions déjà eu l’occasion d’évoquer le travail de Ludovic Frobert, à travers son passionnant « roman vrai » consacré à la famille Raspail, et plus particulièrement au patriarche, François-Vincent1. Nous retrouvons justement cette figure dans ce nouvel essai, à la visée plus large. Constatant le basculement, au fil des dernières décennies, d’un socialisme des besoins, centré sur l’égalité, à un socialisme du mérite, centré sur l’équité, le chercheur a souhaité revenir aux origines, celles du premier XIXe siècle, pour lequel la révolution de 1848 peut faire figure de borne frontière.

Postulant l’égalité des chances comme un seuil, l’auteur place par rapport à lui un socialisme de l’en-deçà (saint-simonien, essentiellement) et un socialisme de l’au-delà, qui l’intéresse plus particulièrement. Pour lui, et c’est ce qui permet de saisir toute l’actualité de sa réflexion, le premier courant est toujours à l’œuvre aujourd’hui, inspirant un Emmanuel Macron, par exemple. Ludovic Frobert resitue d’abord cette première génération de socialistes, nés entre 1795 et 1810, en quête de nouveaux liens dans une société éclatée par et depuis la Révolution. Parmi eux, les saint-simoniens se distinguent par leur notion d’inégalités justes, à condition qu’elles résultent de différences de capacités (véritable « idole capacitaire », p. 65), ce qui implique une nécessaire hiérarchie ; avec tout le risque d’adaptation au réel capitaliste que cela véhicule. Face à eux, trois parties présentent des figures de socialistes plus hétérodoxes.

Il y a d’abord ceux que l’auteur qualifie ironiquement de « triplette du Luxembourg » ou de « fraternitaires », à savoir Louis Blanc, Constantin Pecqueur et François Vidal, impliqués dans l’action de la Commission du Luxembourg créée – pour deux mois seulement – dans les premiers mois de la IIe République, avec la participation de représentants élus des travailleurs. Défendant la mise en place de coopératives d’artisans, elle nourrissait une ambition globale plus large. En effet, les idées des trois hommes critiquaient la concurrence économique, manifestation d’une logique de guerre et non de paix, exercice également d’un hasard en lieu et place de la raison. La politique doit alors exercer un rôle de contrôle d’une mécanique économique absurde, afin de faire émerger une société juste, c’est-à-dire oeuvrant au bonheur de chacun. Certaines formules font, à cet égard, particulièrement mouche. Ainsi de Louis Blanc expliquant que « (…) ce n’est pas à l’inégalité des droits que l’inégalité des aptitudes doit aboutir, mais à l’inégalité des devoirs. » (p. 47). Loin de résulter de défauts de la nature humaine, la société de leur temps, qui s’accommode fort bien de la pauvreté et de la misère, s’explique selon eux par l’existence d’institutions déficientes. A leur place, les trois hommes envisagent une généralisation des formes d’association entre égaux (les coopératives), avec un État qui les régule et les encourage. Néanmoins, ce rôle décisif qu’il est amené à jouer ne fait visiblement pas l’objet d’une analyse poussée quant à sa nature de classe, un angle mort certain dont un Marx saura se saisir.

La seconde partie de l’ouvrage se penche donc sur François-Vincent Raspail, à la pensée « touche-à-tout ». Pour cela, Ludovic Frobert utilise à la fois son journal des années 1830, Le Réformateur, et ses almanachs de la fin des années 1840. Attaché à une éducation populaire, une science populaire également, Raspail s’avère extrêmement sensible à la souffrance sous toutes ses formes. Etablissant un parallèle entre souffrance corporelle et souffrance sociale, il en cherche la source dans un parasite, qui a nom virus, microbe ou, dans le cas de la société, pouvoir. Ces dérèglements de la norme l’amènent justement à refuser également le conflit, lui aussi symptomatique d’un mal-être. François-Vincent Raspail insiste aussi sur la nécessaire émancipation : celle de l’individu passant par la compétence (entendue comme la possibilité pour chacun d’apprendre et surtout supposant une égalité des compétences), celle de la société par une administration collective (justice populaire, armée populaire…), le cadre de la commune étant à cet égard idéal. Signalons également, pour être tout à fait complet, son rejet d’une constitution, trop figée et formelle, de la fonction de président de la République, de l’expertise surplombante, et le souci du respect de la nature.

La dernière partie est aussi la plus surprenante. Elle est en effet consacrée à George Sand. La célèbre écrivaine participa en effet à l’effervescence communiste du début des années 1840, insistant tout particulièrement sur la nécessité de l’amour dans la communauté à venir. Elle exposa ses idées à travers plusieurs romans, Ludovic Frobert ayant choisi de s’arrêter sur Le péché de Monsieur Antoine (1846). S’y voient opposés deux modèles antagoniques, celui d’un développement industriel autoritaire et disharmonieux (saint-simonien), et celui d’un bonheur égalitaire et harmonieux, en symbiose avec la nature. Emile, principal personnage du roman et fils de l’industriel, au communisme émotionnel, trouve dans la figure du marquis, solitaire, un père de substitution en même temps que son complément, communiste rationnel. En 1848, d’ailleurs, George Sand est favorable à l’horizontalisme, écrin idéal de la diversité des intelligences, misant sur une vitalité populaire appréhendée comme éminemment positive face aux élections et plus encore à la présidence. C’était bien avant qu’elle ne choisisse le camp des anti-communards…

Voilà donc un essai extrêmement roboratif, qui participe comme beaucoup d’autres d’une reconquête du XIXe siècle pour le mouvement ouvrier d’aujourd’hui, Ludovic Frobert traçant toujours des liens entre les réflexions de ces figures pionnières et des penseurs contemporains, tel Gerald A. Cohen (Pourquoi pas le socialisme ?).

« Cinq questions à… Ludovic Frobert » (entretien numérique réalisé en novembre 2021)

Dissidences : Votre essai se centre sur quelques figures du premier socialisme, celui d’un XIXe siècle allant principalement jusqu’à 1848, et permet des redécouvertes précieuses. Comment avez-vous arrêté vos choix de personnalités, parmi pléthore de figures ? On connaissait surtout votre proximité avec la famille Raspail, bien sûr, pourquoi y revenir une nouvelle fois ?

Ludovic Frobert : Ce choix est d’abord le résultat des pérégrinations plus ou moins aléatoires de l’historien. Et de quelques préférences plus ou moins subjectives. Mais ici, je visais un essai avec en toile de fond une interrogation plus thématique concernant ce que l’on peut découvrir au-delà de l’égalité des chances la plus complètement pensée, et qu’on retrouve aujourd’hui dans la littérature sur l’équité. Et j’avais l’intuition, c’est la thèse ici défendue, que justement mes premiers socialistes les plus intéressants à étudier étaient ceux qui avaient conçu l’équité comme un point de départ qu’il fallait dépasser. Et les trois chapitres étudient trois aspects (il y en a d’autres), de ce dépassement. Pecqueur qui repense entièrement l’articulation et le contenu de la fraternité, Raspail qui emboutit la notion de capacité pour parler de compétence, George Sand qui réfléchit pleinement à ce que pourrait signifier un lien social (socialiste) basé sur l’amour et non sur l’intérêt. Je reviens ici, dans mon chapitre 2 à Raspail pour exprimer plus conceptuellement que dans Des Républicains, ou Le roman-vrai des Raspail (Libel, 2019) ce qui fait sans doute son intérêt : une idée des qualités humaines plurielles et complémentaires permettant de congédier toutes les justifications possibles des inégalités.

Dissidences : Depuis maintenant quelques décennies, un retour vers le XIXe siècle s’opère, à la recherche de nouvelles références, enjambant le court XXe siècle souvent vu principalement sous son angle tragique. Votre essai participe de ce mouvement, sensible aussi bien en historiographie qu’en politique. Vous-même faites d’ailleurs des liens entre penseurs passés et présents, ainsi de Gerald A. Cohen. Pensez-vous que notre futur se niche dans les zones d’ombre du passé ?

Ludovic Frobert : Je me demande si l’ère des révolutions, disons 1789-1830-1848, qui a sans doute expérimenté en priorité l’émergence puis les premières consolidations des régimes ploutocratiques, n’a pas été aussi le moment où la façon de penser les alternatives a été la plus broussailleuse. Cela ne signifie pas que ces alternatives valent entièrement pour notre présent. Mais l’histoire rappelle ici que ces alternatives sont toujours là et qu’il n’y a jamais entièrement détermination ou voie unique, et cela quel que soit le contexte. Et par ailleurs, il est vrai que dans quelques cas ou sur certains aspects il est tentant de manier a minima l’anachronisme : ainsi les quelques dialogues que je fais entre mes « vieux » socialistes et des réflexions contemporaines. Avec des moments assez magiques : comme quand je tombe dans le livre de Louis Blanc, Histoire de la Révolution de 1848, sur exactement la même métaphore liminaire, celle du pique-nique, que dans le chapitre 1 de Why not Socialism ? de Gerald A. Cohen, et ce avec précisément la même intention théorique en matière de justice sociale.

Dissidences : Parmi les originalités de votre essai, il y a la prise en compte d’un roman de George Sand, Le péché de Monsieur Antoine. Qu’est-ce qui vous a amené à opter pour l’analyse – d’ailleurs passionnante – d’une œuvre de fiction ? Et surtout, pourquoi George Sand, dont on oublie parfois l’engagement communiste pour ne retenir que sa position anti-communarde…

Ludovic Frobert : Je voulais une variété de textes ou supports où se publicisent ces idées. C’est la raison pour laquelle je me suis intéressé, dans le cas de Raspail, à ses almanachs. J’ai un peu délaissé dans ce travail le journal, qui demeure le principal vecteur de l’expression de ces auteurs dans la période. Mais on sait aussi que, notamment en lien à l’essor de la presse moderne, le roman qui parait sous forme de feuilleton est l’une des innovations du temps. Et le roman, tout autant que l’enquête, est alors l’un des moyens de cartographier et diagnostiquer un social particulièrement changeant et opaque. Et c’est ce que fait Sand dans le cycle de ses romans dits socialistes, cycle dont on considère qu’il s’achève avec Le péché de Monsieur Antoine. Et Sand défend une conception militante de l’écriture romanesque qu’elle estime destinée à figurer au mieux, au plus près et au plus beau, l’idéal et ainsi participer à sa réalisation. Et elle pointe que cet idéal consiste à réaliser l’amour, plutôt que l’intérêt, dans toutes les relations, et que pour cela, la condition sociale est de vivre dans un milieu respectant la plus rigoureuse égalité.

Dissidences : Le titre de votre essai paraît faire allusion à la série Star Trek et sa célèbre formule « vers l’infini et au-delà », et de manière plus générale, d’autres allusions ont été glissés dans les titres de parties (je pense par exemple à la triplette du Luxembourg). Êtes-vous un amateur de films et de séries ? Vous semblent-elles apporter des éléments utiles à la réflexion politique ?

Ludovic Frobert : La période étudiée ici fut celle de la naissance du feuilleton paraissant dans la presse du jour. Et on sait que certains romans, on cite surtout Les mystères de Paris d’Eugène Sue dont les épisodes parurent en 1842-1843 dans le Journal des Débats, modifièrent radicalement les pratiques de lecture et les publics et façonnèrent, avec d’autres romans, l’opinion sur les question sociales, politiques, économiques du temps. Les séries aujourd’hui, fonctionnent sur des schémas très proches et il suffit de voir la littérature savante sur le sujet des séries pour en vérifier leur influence dans notre présent. Plus généralement, en ce qui concerne mon essai, j’ai tenté sans doute de façon bricoleuse, de réfléchir dans la forme de l’écriture et dans l’architecture du texte ce qui fait l’un des caractères à mon sens du socialisme, à savoir la créativité. Créativité qu’on pourrait résumer en pensant à l’expression de Fourier, « l’écart absolu », soit la liberté d’imaginer des alternatives radicales à la laideur et horreur de la ploutocratie et à considérer que certains chemins peuvent permettre de s’en rapprocher.

Dissidences : On imagine que vous allez poursuivre vos explorations du XIXe siècle, sera-ce sur un mode plutôt buissonnier, ou avec l’ambition d’offrir une synthèse plus englobante de ce « premier âge » du socialisme, pour singer quelque peu Tolkien ?

Ludovic Frobert : Avec mon ami Michael Drolet nous venons de terminer un volume sur Jules Leroux, cadet turbulent de Pierre, un « fou sublime », éminemment représentatif de cette tradition des vaincus dont parlait Walter Benjamin. Personnage fascinant que ce typographe féru de ce que nous appelons une « philosophie économique barbare » et qui terminera sa vie à Cloverdale en Californie ; fascinant y compris dans sa relation d’amour-haine avec son éminent grand frère. Cette enquête m’a conduit à m’intéresser de près à la communauté de Boussac (1844-1850) et à son histoire. Histoire difficile à retracer en raison de l’absence d’archives. Mais il y a là une fratrie, une marraine célèbre (George Sand), des compagnons de route qui feront ensuite le socialisme limousin, une activité de publicisation intense à travers l’activité d’une imprimerie, l’acquisition d’une ferme où a dû une première fois s’appliquer la théorie du circulus, une école et une méthode d’apprentissage révolutionnaire (Pauline Roland), et d’autres choses encore. Bref, une belle histoire à raconter aujourd’hui. 

1Voir sa recension sur notre blog, augmentée d’un entretien avec l’auteur : https://dissidences.hypotheses.org/13836



Citer ce billet
dissidences (2021, 5 décembre). Ludovic Frobert, Vers l’égalité ou au-delà ? Essai sur l’aube du socialisme, Lyon, ENS éditions, collection « Gouvernement en question(s) », 2021, 202 pages, 18 € pour l’édition papier / 10,99 € pour l’édition numérique, suivi d’un entretien avec l’auteur. Dissidences : le blog. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np7b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.