Constance Bantman, Anarchismes et anarchistes en France et en Grande Bretagne, 1880-1914 : Échanges, représentations, transferts, thèse sous la direction de François Poirier, Université de Paris XIII-Villetaneuse, soutenue le 24 mars 2007, 730 pages. Consultable en ligne,file:///C:/Users/home/Downloads/C.%20Bantman,%20Anarchismes%20et%20anarchistes%20(1)%20PhD%20Thesis%20(1).pdf

Fichier:Jean-Grave-Hommes-du-Jour-290x400.jpg — Wikipédia

La « Une » de la revue Les Hommes du jour, n° 24, 1908. Le dessin est de Aristide Delannoy.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Consacrant sa thèse au mouvement anarchiste en France et en Grande Bretagne, Constance Bantman renouvelle – notamment par les concepts de réseaux, d’échanges et de transferts culturels – l’analyse de ce dernier. Conçue sous ces auspices, la réflexion réclame le pluriel (des anarchismes, des anarchistes) et à travers l’étude fine des relations, des militants et de leurs trajectoires, propose une lecture renouvelée de cette question entre 1880 et 1914.

La première partie de l’ouvrage brosse la naissance et l’affirmation de l’anarchisme en France et en Grande Bretagne de la fin des années 1870 aux années 1890. A l’issue du premier chapitre, portant sur la France, l’auteure définit l’anarchisme comme un mouvement philosophique et social, structuré pour partie par la tradition révolutionnaire (Michel Winock) dont La Commune constitue sans doute un épisode matriciel. La sociologie du mouvement montre sa richesse, entre artisanat et grand industrie, jusqu’aux marges esthétiques et snobinardes. Marquée par la propagande par le fait, les années 1880 ouvrent alors logiquement sur une décennie terroriste qui voit le mouvement anarchiste laminé, et l’anarchisme souvent condamné comme un crime de droit commun. En Grande Bretagne, l’anarchisme connaît sur cette période un regain limité et circonscrit ; Kropotkine note en 1881 que socialisme et anarchisme sont alors exotiques. L’anarchisme naît alors des clubs radicaux (Socialist League) ; marginaux, les anarchistes britanniques demeurent à l’écart des vagues de grèves de 1886-1890. Cet échec marque leur tournant vers l’anarcho-syndicalisme. En conclusion, Constance Bantman mesure l’inanité des tentatives de greffes italienne ou française dans un pays à la culture politique marquée par la dimension interclassiste. L’anarchisme anglais est plus libertaire, original. Pour autant, il existe déjà des passerelles, des échanges entre les anarchismes britanniques et français. Parmi ces passeurs, Elisée Reclus, Jean Grave, Pierre Kropotkine et la presse qu’ils suscitent, animent. L’anarcho-syndicalisme naît de ces réseaux, de ces transferts de pratiques (ainsi des campagnes de la Ligue antiproprio acclimatées à la Grande Bretagne –no rent campaign), de théories (la grève générale).

La seconde partie porte sur les anarchistes français en Grande Bretagne (autour de 400 / 500), essentiellement Londres, à partir de 1892 quand la répression en France (Lois scélérates, procès…) mène à l’exil. Le Matin évoque alors une Mecque de l’anarchisme. Pas à pas, Constance Bantman décrit les chemins de l’exil, la vie quotidienne, l’activité politique de ces exilés – essentiellement pamphlétaire et journalistique. De facto, leur militantisme est surtout autarcique, gage d’un internationalisme élitaire. Les réseaux sont ainsi informels, liés aux charisme de tel ou tel leader : Louise Michel, Emile Pouget… L’impact sur la société britannique de cette présence anarchiste est multiple. L’un de ses effets les plus visible tient à la remise en cause du droit d’asile. L’impact de la propagande par le fait – réalisée aussi en Grande Bretagne – provoque également une surveillance et une répression accrue, symbolisées par l’Aliens Act. En outre, de timides tentatives de surveillances et de répressions internationales apparaissent. Elles sont l’avers de l’internationalisme informel des réseaux anarchistes, phénomène européen à la fin du XIXe siècle.

Intitulée Nouvelles directions, la troisième partie s’avère la plus conséquente, la plus riche. Elle s’ouvre sur les influences croisées et les collaborations donnant naissance à l’anarcho-syndicalisme. L’auteure met en évidence l’existence d’une filière franco-britannique, polarisée notamment par Tom Mann, qui pratiquement et organisationnellement participe de cette naissance. Celle-ci débouche néanmoins sur une impossible Internationale, déchirée entre un courant libertaire, individualiste et le syndicalisme révolutionnaire. A partir de 1906 l’abandon de l’action directe provoque une crise durable, pérennisée ensuite par les déchirements de l’entrée en guerre, de l’acquiescement à l’Union sacrée. Face à la crise du syndicalisme révolutionnaire en France, le regard posé sur l’exemple britannique change autour de 1910 : naguère lieu d’une réflexion sur le cadre légal, il est maintenant source d’inspirations sur la grève générale. Le chapitre s’achève alors sur l’échec final de ce dialogue, de ces collaborations, de ces influences croisées à construire un véritable internationalisme. Août 14 est là.

En conclusion, Constance Bantman souligne la nécessité de dépasser l’étude de l’anarchisme dans un cadre national, et de problématiser finement – pour les déconstruite – des clichés séculaires tels l’antienne réformisme britannique / action directe française. L’une des suggestions principales, in fine, de ce travail conséquent, qualifie l’anarchisme de cette période comme un vecteur d’intégration à la marge de la classe ouvrière – par le syndicat, par la socialisation des réseaux anarchistes –, intégration paradoxale car l’anarchisme est encore la première instance critique de l’État1.

1Une version remaniée de sa thèse est parue : Constance Bantman, The French Anarchists in London, 1880-1914. Exile and Transnationalism in the First Globalisation, Studies in Labour History n° 1, Liverpool, Liverpool University Press, 2013, 256 pages.



Citer ce billet
dissidences (2022, 28 janvier). Constance Bantman, Anarchismes et anarchistes en France et en Grande Bretagne, 1880-1914 : Échanges, représentations, transferts, thèse sous la direction de François Poirier, Université de Paris XIII-Villetaneuse, soutenue le 24 mars 2007, 730 pages. Consultable en ligne,file:///C:/Users/home/Downloads/C.%20Bantman,%20Anarchismes%20et%20anarchistes%20(1)%20PhD%20Thesis%20(1).pdf. Dissidences : le blog. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np7g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.