Catherine Samary, Octobre 1917-2017. D’un communisme décolonial à la démocratie des communs, Vulaines-sur-Seine, éditions du Croquant, 2017, 294 pages, 12 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Comme bien d’autres intellectuels de l’extrême gauche actuelle, Catherine Samary (née en 1945), trotskyste historique, membre du courant représenté en France par la Ligue communiste, la LCR puis le NPA, s’inscrit dans le processus d’aggiornamento visant à répondre aux exigences d’un contexte nouveau et à remettre en valeur la nécessité du communisme et de la révolution. Avec ce petit opuscule, qui part du centenaire de la révolution russe d’octobre, elle se situe entre le classicisme de Michel Lequenne (Contre-révolution dans la révolution) et l’infléchissement libertaire d’un Olivier Besancenot (Que faire de 1917 ?).

Dans son analyse du processus révolutionnaire dont surent se saisir les bolcheviques, elle insiste sur le soutien majoritaire des masses ouvrières au contrôle ouvrier et aux nationalisations, que les bolcheviques estimaient nécessaires face au risque de dispersion anarchiste de l’autogestion. La légitimité de la prise de pouvoir d’octobre est donc totale. Elle relève aussi, de façon plus traditionnelle, le substitutisme qui se mit progressivement en place, en soulignant l’influence, dans les conceptions économiques des dirigeants bolcheviques, du capitalisme de monopoles et d’un mode de production scientifique, ce qui témoigne d’une forme d’« étapisme économiste » (p. 39) rigide que Lénine, dans ses derniers écrits, semblait amender au profit d’une plus grande place souhaitée pour les coopératives. Un bilan contrasté, donc, qui impose aux révolutions futures d’accorder toute sa place à la démocratie (Catherine Samary considère la répression de Cronstadt comme une erreur), tout en conservant l’idée d’une coordination centralisée et d’une planification d’ensemble.

L’exposé se poursuit ensuite par une présentation du stalinisme, phénomène contrasté, en partie réformiste, en partie fidèle à l’idéologie socialiste (on reconnaît là l’ombre portée de « l’État ouvrier bureaucratiquement dégénéré »), et de la décolonisation. A cet égard, Catherine Samary place au premier plan, non la conférence de Bandoung, mais celle de la Tricontinentale, incarnant une décolonisation plus profondément révolutionnaire. Mais ce qui retient davantage l’attention de l’auteure, c’est l’évolution des économies de transition au socialisme, radicalement distinctes selon elle du capitalisme : elle met l’accent sur l’absence de rôle autonome de la monnaie, la marginalisation des rapports marchands et la place des bureaucrates comme gestionnaires et non comme propriétaires des moyens de production. Elle revient par exemple sur le débat mené à Cuba au début des années 1960, valorisant les positions d’Ernest Mandel sur la nécessité d’insuffler plus de démocratie dans le système économique de la planification.

Elle développe particulièrement le cas de la Yougoslavie titiste, issue d’une véritable révolution durant la Seconde Guerre mondiale, et qui, à la suite de la rupture avec l’URSS en 1948, imposa l’autogestion d’en haut comme modèle alternatif et moyen d’acquérir une nouvelle légitimité. Mais ce que Catherine Samary estime déterminant, c’est que ce modèle économique eut un impact majeur sur la croissance, et rencontra l’adhésion de la population. La phase, dans la seconde moitié des années 1960, où la planification centrale fut abandonnée au profit d’un socialisme de marché entraina d’ailleurs de nombreuses oppositions à la base, conduisant à un modèle alternatif qui aurait pu déboucher sur une autogestion plus radicale, nonobstant le contrôle maintenu du Parti communiste et l’autonomie plus grande donnée aux Républiques, germes de l’éclatement futur.

L’impression dominante de cet essai reste celle d’une volonté de transmettre un héritage, celui du trotskysme de la IVe Internationale dite du Secrétariat unifié et de ses propres recherches concernant la Yougoslavie, tout en s’intégrant à un discours actuel pour le moins polémique. Comment expliquer autrement, sinon, le choix de faire sien les termes de « décolonial », de « communs », et surtout de « pluriversalismes », et ne pas y voir une concession à l’approche post-coloniale et relativiste, le terme d’universalisme n’étant en son essence nullement contradictoire avec la prise en compte d’une multiplicité d’oppressions diverses ? De même, Catherine Samary souligne la nécessité, au-delà de résistances locales, municipales ou d’entreprises, de prendre en compte la stratégie de prise du pouvoir, mais cela reste une simple intention, sur laquelle le silence tombe ensuite totalement.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.