Marc Belissa, Yannick Bosc, Le Consulat de Bonaparte. La fabrique de l’État et la société propriétaire. 1799-1804, Paris, La Fabrique éditions, 2021, 288 pages, 15 €, suivi d’un entretien avec les auteurs.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marc Belissa et Yannick Bosc, tous deux universitaires confirmés et spécialistes de la Révolution française, avaient par le passé retenu toute notre attention grâce à leur passionnante somme consacrée à Robespierre. La fabrication d’un mythe (https://dissidences.hypotheses.org/8618). Depuis, ils ont signé deux synthèses complémentaires aux éditions La Fabrique, l’une consacrée au Directoire (Le Directoire, la république sans démocratie), l’autre au Consulat, dont il sera plus spécifiquement question ici. Partant du constat d’un consulat globalement mal connu du grand public, ils évoquent aussi bien les mythes qui l’ont entouré au XIXe siècle que les renouvellements historiographiques dont il a profité. Surtout, remarquant que la Ve République refuse d’appuyer sa propre mythologie sur lui au lieu des premières années de la Révolution, ils notent que « (…) le Consulat fonde la société « moderne », celle des propriétaires, des industriels, des « experts » et des hauts fonctionnaires qui nous gouvernent. » (p. 16).

En revenant sur cette période, ils cherchent à se situer à distance des principaux courants historiographiques, qu’ils soient favorables ou défavorables à Napoléon et à son œuvre. Ils opposent ainsi une première phase révolutionnaire, allant de 1789 à 1795, correspondant à une volonté décentralisatrice et surtout démocratique, élargissant de manière croissante les droits du peuple, à une seconde phase, reliant Directoire et Consulat, poursuivant la centralisation de l’État au service d’une République de propriétaires. Toutefois, bien qu’il se situe dans le prolongement des objectifs du Directoire, le Consulat possède une originalité propre, qui réside dans la construction politique qu’il initie : celle d’un « despotisme de l’exécutif » (p. 26), pour reprendre les mots des auteurs.

Après un exposé de la chronologie de la période, sont ainsi abordés différents thèmes, en insistant sur les divergences internes des Brumairiens, pour beaucoup court-circuités par un Bonaparte plus hégémonique que prévu. L’installation du nouveau régime cherche d’ailleurs à renouer avec le projet initial de la Révolution, celui de la majorité des députés de la Constituante. La figure de Sieyès est à cet égard symbolique, lui qui élabore un premier projet de nouvelle Constitution : il y reprend la distinction entre citoyens actifs et citoyens passifs qu’il avait défendu en 1789. L’objectif est clairement de faire refluer toute idée d’égalité entre dirigeants et dirigés, d’émasculer le peuple, en somme. Cette nouvelle constitution, que Bonaparte va largement retravailler en faveur de l’exécutif, est d’ailleurs la première à ne pas être issue des travaux d’une Constituante, tout comme celle de la Ve République, ainsi que le rappellent malicieusement Marc Belissa et Yannick Bosc.

On assiste donc conjointement à un renforcement et à une concentration accrue du pouvoir exécutif, et à une « confiscation de la souveraineté » (p. 65) populaire. Les fonctionnaires sont désormais nommés, et non plus élus, aucune Déclaration des droits n’étant cette fois adjointe à la nouvelle Constitution (au grand dam des Idéologues, partisans initiaux de Brumaire). La consultation qui valida la constitution dite de l’an VIII fut pour le moins discutable : non seulement les votes étaient nominatifs (les registres sont toujours consultables aux archives !), mais le ministère de l’Intérieur gonfla considérablement les chiffres du oui. Au lieu de laisser le peuple se diriger lui-même, l’objectif était de l’administrer dans l’ordre et la soumission verticale. C’est dans ce cadre que s’expliquent les efforts de centralisation, là où les Jacobins en particulier s’efforçaient de déléguer du pouvoir aux communes. Des préfets aux échelons inférieurs, tous les fonctionnaires, comme les juges, sont désormais nommés, chargés d’être de simples exécutants. Au sommet de cette pyramide administrative, Bonaparte bien sûr, et le Conseil d’État, cumulant des fonctions législatives et judiciaires. L’exemple des biens communaux illustre bien la nouvelle logique à l’œuvre : alors qu’ils avaient été affectés aux habitants des différentes communes de France par la Convention montagnarde, c’est désormais les municipalités qui les ont en charge.

Un chapitre se penche plus spécifiquement sur le Code civil. Une insistance toute particulière est faite sur le droit de propriété, considéré comme un droit naturel supérieur au droit à l’existence, contrairement à ce que réclamaient les luttes de la première moitié des années 1790. De cette propriété individuelle est censé découler l’intérêt général. En l’occurrence, il s’agit avant tout de la propriété immobilière, commune à la fusion des élites bourgeoise et noble souhaitée par Bonaparte. On peut encore citer la réglementation visant les ouvriers – les industriels revendiquant la liberté pour eux, mais pas pour leurs employés – ou le retour de la puissance paternelle dans la famille (les enfants naturels, à titre d’exemple, perdent tous les droits qu’ils avaient acquis avec les Montagnards).

La dépolitisation de la société française passe bien sûr par la lutte contre les oppositions politiques à Bonaparte. On remarque cependant un traitement particulier réservé à la gauche, l’attentat de Saint-Nicaise, perpétré par des royalistes, offrant le prétexte d’une vague répressive visant les « jacobins » ! Contrepoint logique, le retour des émigrés est explicitement favorisé, culminant avec l’amnistie de 1802. C’est également le moment où la préfecture de police de Paris est créée, le moment également de séparation nette entre la police civile et la gendarmerie militaire. L’opinion publique et l’espace démocratique florissant qui fut son cadre dans les premières années de la Révolution cèdent la place à « l’esprit public », voulu par le gouvernement (le nombre de journaux supprimés est impressionnant, quant ils ne sont pas rachetés par des fidèles de Bonaparte).

Un chapitre est par ailleurs consacré à la politique étrangère, l’objectif de la paix extérieure allant de pair avec celui de paix intérieure. Sans oublier, bien sûr, la réaction anti-universaliste vis-à-vis des gens de couleur. Dans un récit national orchestré par le pouvoir et faisant la part belle à la gloire militaire, on notera des parallèles tracés d’abord entre Bonaparte et Washington, puis, dans la monarchisation de la culture politique, à César et Charlemagne. Le Consulat de Bonaparte est un indispensable, une synthèse historique parfaitement maîtrisée et problématisée, qui rend justice à une période et à ses constructions politiques dont nous sommes encore captifs aujourd’hui.

« Cinq questions à… Marc Belissa et Yannick Bosc » (Entretien réalisé début février 2022 par Jean-Guillaume Lanuque)

 

Dissidences : Vous aviez signé précédemment une synthèse sur le Directoire, puis à présent ce nouvel ouvrage sur le Consulat. Qu’est-ce qui vous a amené de votre somme de référence sur Robespierre et ses mythes à ce parcours de la « République des propriétaires » ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : Ces trois ouvrages ont en commun de déconstruire la catégorie de « Terreur », forgée après Thermidor. D’abord avec la figure de Robespierre et ses usages (de sa mort à aujourd’hui), puis avec Le Directoire et Le Consulat de Bonaparte, cette fois sous l’angle des contre-modèles politiques et sociaux qui sont mis en œuvre en réaction à la République démocratique et sociale de l’an II. De 1795 à 1804, l’urgence est d’endiguer la souveraineté populaire telle qu’elle s’est affirmée au moment de la dite « Terreur ». Le fait que les hommes qui sont alors au pouvoir dénoncent dans la « Terreur » et le « robespierrisme » un moment « d’anarchie », où le pouvoir exécutif était faible et le peuple « constamment délibérant » nous en donne une autre représentation, comme lorsqu’ils expliquent que le langage de la « Terreur » est dans la Déclaration des droits de 1789, un texte qu’ils jugent subversif de la « république des propriétaires », alors qu’il est commun aujourd’hui de considérer que la Déclaration jette les bases juridiques du capitalisme et que la « Terreur » est la négation des « droits de l’homme ».

Que ce soit pour la période du Directoire comme pour celle du Consulat, il y avait également un double constat : ces deux périodes sont peu connues du grand public et les trente dernières années ont vu un nombre conséquent de travaux historiques universitaires souvent réalisés par des spécialistes de la Révolution française, travaux qui ont largement renouvelé nos connaissances sur bien des domaines. Une synthèse grand public de ces travaux était donc la bienvenue. Il se trouve par ailleurs que la dynamique commémorative — 2021 pour l’anniversaire de la mort de Napoléon Bonaparte — pouvait rendre intéressante la publication d’une synthèse sur la période consulaire qui ne soit pas un énième ouvrage « napoléonolâtre » sur la vie et l’œuvre du « grand homme », mais plutôt une analyse des changements fondamentaux qui se sont produits entre le coup d’État de Brumaire an VIII et le début du Premier Empire, notamment dans le domaine de la construction de l’État et celui de la constitution de ce que nous avons appelé la « société propriétaire ». Enfin, et sans vouloir forcer les analogies toujours périlleuses, il nous a semblé que la période politique que nous vivons pouvait également entrer en résonance avec un certain nombre de thématiques de la période : la verticalité du pouvoir, la confiscation de la souveraineté populaire, le gouvernement par les « experts », les problématiques (néo)coloniales, etc. Ce qui a été autant de raisons supplémentaires d’écrire ces deux ouvrages…

Dissidences : À plusieurs moments, justement, vous soulignez – non sans malice, j’imagine ! – les créations du Consulat dont la Ve République est tributaire. Est-ce à dire que les différents régimes politiques qui se sont succédé en France (à l’exception de la Commune de Paris) sont demeurés fidèles à cet État administrateur et élitiste bâti à cette époque ? Comment à votre avis solder cet héritage si pesant ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : La constatation d’une continuité structurelle entre l’État exécutif et centralisé construit par Bonaparte et la Ve République était déjà faite par la gauche en 1958, lors du coup d’État de De Gaulle. Par ailleurs, on sait bien que dans le monde des « droites », le « gaullisme » est une variété de « bonapartisme ». Nous n’avons rien inventé de ce point de vue… De même, la pérennité de certaines institutions (le Conseil d’État, la Légion d’Honneur, les préfets, etc.), même si elles ont évolué depuis deux siècles, est souvent évoquée par ceux-là mêmes qui en occupent les places. Lors de la chute du Premier Empire en 1815, les Bourbons, de retour d’exil, ont conservé pour l’essentiel l’architecture de l’État exécutif tel qu’il avait été construit d’abord sous le Consulat et l’Empire (ils ont même souvent gardé les mêmes hommes). Malgré les critiques et les attaques du « parti républicain » tout au long du XIXe siècle contre la puissance du pouvoir exécutif et administratif, la Troisième république a, elle aussi, conservé en grande partie cette structure comme l’a montré notamment l’ouvrage de Nicolas Rousselier La Force de gouverner. Le pouvoir exécutif en France XIXe-XXIe siècle (Gallimard, 2015). Le pouvoir présidentiel, exécutif et administratif, s’est construit progressivement comme une force qui a renversé le rapport de force avec le pouvoir législatif, jusqu’à la caricature de la Ve République, qui est une « monarchie » exécutive, élective tous les cinq ans, flanquée d’un pouvoir législatif d’une rare faiblesse dans les « démocraties » actuelles.

La deuxième partie de votre question est plus difficile : comment solder cet héritage ? On entre là non plus dans le travail d’historien mais dans l’opinion du citoyen. Il est évident, et cela n’a échappé à personne, que la « démocratie » prétendument parlementaire — en réalité « exécutive » — ne repose que sur le vote quasi censitaire d’une minorité de citoyens. Le suffrage universel, censé être l’alpha et l’oméga de la « démocratie », ne garantit plus une forme de légitimité aux élus, compte tenu des taux d’abstention records de ces dernières années. La « représentation » est en crise. Pourtant, peu de forces politiques « institutionnelles » prennent position pour un changement de constitution et pour en finir avec la monarchie exécutive élective. Vous avez fait allusion à la Commune, elle a indiqué un certain nombre de pistes auxquelles on pourrait sérieusement réfléchir : suppression de la fonction présidentielle, fonctions électives à tous les échelons de « l’État », révocabilité des mandants, « surveillance » des agents publics par les assemblées communales, etc., etc. Là encore, l’histoire peut nous aider à élaborer une manière d’en finir avec la monarchie présidentielle et l’État exécutif autoritaire qui dépossède les citoyens.

Dissidences : En préambule à votre exposé du Consulat, vous revenez sur les débats historiographiques qu’il a engendrés, en vous situant explicitement à distance des principaux courants. Pourtant, ne peut-on voir dans votre démarche, qui valorise les moments révolutionnaires d’expression du peuple, une filiation en partie marxiste ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : Nous ne dirions pas que nous nous situons à distance des différents courants historiographiques, car (presque) tous ont eu leurs mérites que nous reconnaissons mais nous critiquons ce que Jean-Pierre Faye a appelé le « récit standard » de la Révolution bourgeoise, récit partagé par les « libéraux » comme par les « marxistes ». Cette « grille » interprétative conçue par Germaine de Staël et développée par les historiens libéraux comme Thiers et Mignet (qui étaient les sources principales de Marx et d’Engels) a été reprise et « retournée » par le « marxisme » tel qu’il a été fixé dans les années 1930-1970. En schématisant : la Révolution française a été une révolution purement bourgeoise dans laquelle les paysans et les couches populaires urbaines servaient de chair à canon pour renverser la noblesse. Les classes populaires n’avaient pas de programme qui leur était propre. La bourgeoisie était la classe révolutionnaire montante qui combattait l’Ancien Régime pour lever les entraves au développement du capitalisme. Or cette « grille » ne permet pas, selon nous, de comprendre les processus en cours pendant la période révolutionnaire et ne correspond pas à ce que nous lisons dans les archives. C’est encore plus caricatural pour la période du Consulat dont l’historiographie a été marquée pendant deux siècles par la tradition que nous avons appelée « apologétique », celle qui voit la période à travers « le destin » d’un seul homme : Bonaparte-le-sauveur-qui-met-fin-à-la-Révolution. Une certaine tradition « marxiste » (par exemple chez Albert Soboul) le voit certes, comme celui qui a liquidé la République, mais aussi comme le « fils de 89 » qui aurait rendu possible la consolidation des « acquis de la Révolution ». Cette vision téléologique nous semble inadéquate, car la Révolution française ne peut se limiter à ces prétendus « acquis bourgeois », elle a aussi été une révolution paysanne et populaire dotée de ses « programmes » propres et une révolution des droits de l’homme et du citoyen que l’on ne peut réduire à une « idéologie bourgeoise ». Sans compter que la constitution de la « bourgeoisie » en classe « en soi » et « pour soi », pour reprendre la terminologie marxiste, est un processus long qui est à peine commencé en 1789 et qui est loin d’être achevé en 1804. En ce qui concerne notre rapport au marxisme, nous n’avons pas forcément tous les deux le même et le marxisme est une grande maison hébergeant beaucoup d’hôtes différents ! Mais s’il fallait caser dans une « tradition » notre travail d’historien, ce serait dans celle d’Edward Palmer Thompson, le grand historien anglais… La force de l’approche marxiste — contrairement à ce qu’en disent ses détracteurs — est qu’elle est en réalité en constante évolution depuis Marx lui-même.

Dissidences : Sur la Révolution française, justement, si vous deviez conseiller quatre ou cinq lectures indispensables d’œuvres d’histoire, lesquelles citeriez-vous ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : Question difficile vu l’immense masse bibliographique sur la période ! Tout dépend de ce que l’on recherche, une synthèse ou des travaux plus spécialisés. Pour le « grand public » et pour mes étudiants débutants, je [MB] conseillais souvent la synthèse déjà assez ancienne mais toujours pertinente de mon « maître » Jean-Paul Bertaud parue chez Perrin. Pour ma part [YB], et en dehors des manuels, je recommande la lecture d’Albert Mathiez (1874-1932) – encore plus ancien que Bertaud ! – dont j’ai réédité plusieurs ouvrages avec Florence Gauthier. Sa Révolution française est un grand classique, très agréable à lire, et Mathiez un historien qui a très tôt rejeté cette catégorie de « révolution bourgeoise » dont nous parlions. Il a mis en avant la portée démocratique et sociale de la république de l’an II qu’il conçoit comme un socialisme. Si l’on entre dans l’historiographie un peu plus spécialisée, nous pensons au livre de Florence Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, récemment réédité, qui a beaucoup influencé notre approche de la Révolution française, de même que ses travaux sur la paysannerie. Sur la Révolution paysanne il y a également Anatoli Ado, Paysans en Révolution, 1789-1794 qui est une référence fondamentale. Le Thermidor de Françoise Brunel, qui permet de saisir les enjeux du « moment thermidorien », fait lui aussi partie des ouvrages importants. Le livre d’Yves Bénot, La Révolution française et la fin des colonies, a été fondamental pour intégrer les problématiques de l’esclavage et de la question coloniale, qui ont été longtemps négligées. Il faudrait citer de nombreux classiques, comme les travaux de Jacques Godechot (un élève de Mathiez), en particulier sa Prise de la Bastille et sa Grande Nation

Dissidences : On comprend bien, à lire votre ouvrage, que vous n’allez pas poursuivre par l’étude spécifique de l’Empire de Napoléon. Quels sont alors vos projets d’écriture en commun, si vous en avez ? Qu’est-ce qui vous séduit tant dans ce travail en binôme que vous privilégiez ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : Nous ne sommes, ni l’un ni l’autre, particulièrement spécialistes du Premier Empire, et notre familiarité avec les sources de cette période est plus limitée que notre connaissance de celles du « grand » XVIIIe siècle jusqu’en 1804. Donc pas de « suite » chronologique en prévision ! Mais un retour en arrière sur la période 1774-1795 n’est pas exclu. Nous y réfléchissons… Nous travaillons déjà ensemble avec quatre autres collègues, américains, anglais et français, sur une nouvelle édition des Œuvres de Thomas Paine, le grand révolutionnaire anglo-américano-français. Il s’agit d’un projet ambitieux et de longue haleine qui donnera lieu à une publication en anglais en six volumes dont l’objectif est de fournir une édition de référence à destination des chercheurs et des universitaires. Une édition de textes choisis de Saint-Just sur la République pourrait aussi être un autre de nos projets de publication en commun, mais pour le « grand public » cette fois-ci.

Travailler à quatre mains permet de n’écrire que la moitié du bouquin ! Moitié moins de travail, ce qui nous convient bien ! Plaisanterie mise à part, nous nous complétons parce que nous n’avons pas les mêmes thématiques de spécialité, parce que nous nous connaissons bien et que nous travaillons ensemble depuis fort longtemps (nous participions déjà ensemble au séminaire de recherche dirigé par Françoise Brunel, Florence Gauthier et Jacques Guilhaumou à la fin des années 1980). Écrire à deux donne une autre dynamique à l’écriture qui permet de mettre en avant nos qualités respectives et de marginaliser nos défauts respectifs. Cela dit, nous avons aussi nos ouvrages personnels et nos recherches propres. Elles concernent par exemple le républicanisme aux États-Unis entre 1789 et 1800 et la dimension coloniale de la Révolution française [MB] ou la notion de « communs » dans les pratiques révolutionnaires [YB].



Citer ce billet
dissidences (2022, 9 avril). Marc Belissa, Yannick Bosc, Le Consulat de Bonaparte. La fabrique de l’État et la société propriétaire. 1799-1804, Paris, La Fabrique éditions, 2021, 288 pages, 15 €, suivi d’un entretien avec les auteurs. Dissidences : le blog. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np7j

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.