Alain Krivine, Ça te passera avec l’âge, Paris, Flammarion, 2006, 400 pages, 19,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Contrairement à son camarade Daniel Bensaïd, Alain Krivine, plus porté sur l’action que sur la théorie, a relativement peu manié la plume, en dehors de la presse de la LCR, ses seuls ouvrages étant La farce électorale en 1969, Questions sur la révolution en 1973, Les chemins de la révolution en 1977 (en fait des entretiens avec Fred Zeller) et Mai si ! en 1988, avec Daniel Bensaïd, justement.

Comme son camarade générationnel Gérard Filoche voici quelques années1, il livre ici ses souvenirs, et reconstitue son itinéraire avec un objectif clair : apporter sa contribution aux réflexions actuelles2 quant à la nécessité de la révolution et du renversement du capitalisme, et fournir un bagage intellectuel aux nouvelles générations militantes. C’est ainsi que l’on trouve des passages très vulgarisateurs sur la trahison de la révolution russe et le stalinisme, la révolution portugaise, la lutte contre le projet de Constitution européenne, le soutien de la LCR aux luttes du peuple kanak3, les nouveaux mouvements de gauche en Amérique latine depuis une dizaine d’années ou la IVe Internationale, dont Alain Krivine salue l’apport tout en espérant la création d’une Ve.

Né dans une famille juive – il raconte son émotion en découvrant, enfant, le matricule tatoué sur l’avant-bras de sa tante Zina, rescapée d’Auschwitz et nous fait part de son enthousiasme pour les exploits des FTP-MOI – Alain Krivine passe d’abord par la nébuleuse du PCF avant de rallier le mouvement trotskyste via Jeune Résistance. Outre des doutes sur la réalité soviétique lors d’un voyage à Moscou, l’élément décisif de sa mutation fut le désir de lutter concrètement pour l’indépendance de l’Algérie, alors que la direction du PCF expliquait le vote des pouvoirs spéciaux à Guy Mollet en 1956 par la volonté « de ne pas se couper des socialistes et de la gauche, pour leur donner toutes les chances de faire la paix ». Malheureusement, passés les événements de 68, Alain Krivine s’attarde moins sur son itinéraire, son action précise au sein de la LC puis de la LCR, préférant braquer le projecteur sur certains terrains de lutte qu’il juge particulièrement importants : la lutte au sein de l’armée, la dissolution de la Ligue en juin 1973, la révolution portugaise, l’aventure de Rouge quotidien ou les différentes élections présidentielles, sans oublier l’essor d’Olivier Besancenot…

On apprend toutefois quelques informations sur ses deux passages en prison, lui-même n’ayant échappé aux procès que grâce aux amnisties présidentielles ; de même, ses descriptions des coulisses du fonctionnement du Parlement européen sont savoureuses ! Par ailleurs, il évoque certaines figures qui l’ont particulièrement marqué, Pierre Goldman, François Maspero, Gilles Perrault ou Simone Signoret4, ainsi que certaines rencontres, celle avec Lionel Jospin à la veille du succès de la gauche en 1997 étant sans doute une des plus intéressantes au vu de la réaction de l’intéressé, témoignant de la prégnance de son passage à l’OCI…

Alain Krivine fait même quelques retours critiques sur le passé de son organisation : ainsi, au sujet du Programme commun, il trouve « très sévère » la condamnation d’alors de la Ligue. Il pense que si les mesures proposées «avaient été appliquées dans leur totalité, elles auraient conduit, obligatoirement, à une épreuve de force avec le patronat » (p.186). Sur Lutte ouvrière (LO), sans taire ses critiques, il ne pense pas que l’organisation puisse être qualifiée de secte5. Jugement sincère ou volonté de préserver la possibilité de certaines alliances futures ? Par contre, rien n’est dit sur l’OCI-CCI du PT6, à peine cité au détour d’une page…

Un livre qui sert avant tout de moyen de transmission d’un héritage aux jeunes générations, comme le prouve amplement toute la dernière partie sur l’actualité des luttes, à la manière des ouvrages d’Olivier Besancenot, avec qui il partage un style simple et sans fioriture.

  • 1Gérard Filoche, 68-98, une histoire sans fin, mémoires, Paris, éditions Flammarion, 1998.

2C’est à dire au début des années 2000 (note de Christian Beuvain, avril 2022).

3On apprend au passage « qu’il n’y a jamais eu un seul kanak membre de la LCR ou de la IVe Internationale », même si dans certaines tribus, des articles de Rouge sont parfois affichés.

4 Il donne quelques renseignements précis sur la proximité de nombreux artistes avec ce milieu militant, la garantie financière apportée par Michel Piccoli [décédé le 12 mai 2020] ayant permis à la LCR de se doter d’une imprimerie pour publier le quotidien Rouge en 1976.

5Comme l’affirmaient de nombreux commentateurs à cette époque (note de Christian Beuvain, avril 2022).

6Le CCI (Courant communiste internationaliste) est la composante clé, dite « lambertiste », de la famille trotskyste française issue de l’OCI (Organisation communiste internationaliste, créée en 1965) et principale composante du PT (Parti des travailleurs) créé en 1991. Ces sigles, familiers des militants d’extrême gauche et des historiens du mouvement révolutionnaire des années 60 aux années 90, sont, avec d’autres (GP, PCMLF), devenus depuis quelques années soit abscons soit tombés dans l’oubli [note de Christian Beuvain, avril 2022].



Citer ce billet
dissidences (2022, 9 avril). Alain Krivine, Ça te passera avec l’âge, Paris, Flammarion, 2006, 400 pages, 19,90 €. Dissidences : le blog. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np7i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.