Philippe Buton, Histoire du gauchisme. L’héritage de Mai 68, Paris, Perrin, 2021, 560 pages, 26 € pour l’édition papier, 17,99 € pour l’édition numérique, suivi d’un entretien avec l’auteur.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Philippe Buton, qui avait d’abord travaillé sur le PCF, s’est intéressé depuis deux décennies à l’extrême gauche, écrivant de nombreux articles ou contributions à des ouvrages collectifs sur le sujet, qu’il réutilise logiquement ici. D’emblée, il tient toutefois à préciser : ce qui l’intéresse, ce n’est pas l’extrême gauche, mais bien le « gauchisme », un moment chronologiquement défini – principalement entre 1968 et 1981 – qu’il définit comme la « (…) rencontre entre une ancienne offre politique et une nouvelle demande sociale (…) » (emplacement 161 de l’édition numérique). Un moment conjoncturel, donc, qui est analysé à l’aide d’un solide travail sur les archives. Philippe Buton a interrogé plusieurs anciens militants, mis à contribution des archives personnelles (sur Lutte ouvrière, entre autres), des dépôts divers parmi lesquels une large part d’archives des forces de l’ordre, police, gendarmerie ou armée… sans oublier les écrits des membres du collectif Dissidences !

Son travail alterne entre un récit chronologique de la décennie, débutant par le moment 68, et des éclairages plus thématiques ; mais si le tableau politique des diverses organisations et courants (incluant le PSU) occupe un chapitre, ce n’est pas ce qui retient l’essentiel de son attention. Sur Mai 68, il montre bien ce que l’on savait déjà, que le mouvement ne résulte pas de l’action militante de l’extrême gauche, même si les CAL (Comités d’action lycéens) ou l’implantation trotskyste à Sud Aviation ont joué un rôle. Il insiste surtout sur la nature franco-française de la séquence, qu’il attribue à l’existence d’une jeunesse en quête de sens, et qui l’aurait trouvé dans le « gauchisme » politique en raison du mythe, propre à notre pays, de la fin de la guerre froide. Plus convaincant apparaissent ses développements sur la vie militante. Il décrit avec sérieux les profils – davantage d’hommes, de jeunes et d’enseignants –, les effectifs – environ 30 000 militants et sympathisants dans la première moitié des années 70, les apogées distincts suivant les organisations étant soulignés –, l’habitus – activisme, rites, sans aller jusqu’à la mise en place d’une authentique contre-société –, tout en mettant l’accent sur la notion de sectarisme : la discipline, les relations conflictuelles entre organisations rivales, la tendance à agir en vase clos seraient autant de symptômes de cet état de fait, ce qui nous semble pour le moins simplificateur et réducteur. Plus utiles sont les typologies qu’il avance, classant les organisations en fonction de champs magnétiques variés : patience / impatience quant à la révolution à faire advenir ; rapport aux réformistes (PS et PCF) ; inclination autoritaire ou libertaire, et ouverture subséquente aux libertés de l’époque. La réception différenciée, suivant les organisations, des revendications féministes, homosexuelles ou écologiques, est un de ces développements bienvenus (même si dans le cas de l’écologie, la réticence de la plupart des courants marxistes à son égard vient à mon sens principalement du logiciel industriel prégnant depuis au moins un demi-siècle à l’époque, sensible entre autres dans la gestion bolchevique de la Russie). Il traite également plus spécifiquement de certains secteurs d’intervention, parmi lesquels la classe ouvrière, avec un focus consacré à Peugeot-Sochaux ; sans surprise, l’implantation ouvrière de LO est la plus profonde et la plus pérenne, et le travail en direction des OS et des travailleurs immigrés est souligné.

Une des indéniables originalités de l’approche de Philippe Buton, c’est d’ouvrir sur la perception des autorités quant à la menace « gauchiste », concrétisée avant 1972 par la Gauche prolétarienne, et après par la Ligue communiste. Il fait plus généralement de la violence un sujet cardinal, estimant qu’elle est au centre de l’eschatologie et du millénarisme « gauchistes ». Toutefois, si nombre de données sont précieuses, ainsi de la comparaison de la violence iconographique des différents journaux « gauchistes » (de faible intensité pour Lutte ouvrière à un maximum pour La Cause du Peuple, Rouge se situant dans une position intermédiaire), le propos se concentre sur la Gauche prolétarienne, et dans une moindre mesure sur la Ligue communiste. Cet accent mis sur la violence révolutionnaire, incontestable, n’est cependant pas suffisamment mis en relation, selon moi, avec la violence internationale de la période, celle des luttes révolutionnaires mais aussi celle des États (Opération Condor au Chili, interventions françaises en Afrique, etc…). Les organisations d’extrême gauche jouent alors un rôle de prisme, reflétant la violence tout en la légitimant à certaines conditions. La différence entre la France et l’Italie quant au basculement dans la lutte armée est d’ailleurs longuement traitée par Philippe Buton. En France, selon lui, c’est une révolution symbolique qui aurait surtout prévalu, et il avance plusieurs facteurs explicatifs : le traumatisme supposé (et inconscient) du judéocide chez de nombreux dirigeants, une extrême droite moins puissante et offensive qu’en Italie, un rôle tampon d’une police là aussi moins violente que dans la péninsule… Sans oublier un point qui me semble décisif : l’analyse de la situation, qui conclut, chez la plupart des organisations, à une maturité révolutionnaire non atteinte, lié à un refus du substitutisme. Le lien tracé par l’auteur entre processus de sectarisation et spirale violente apparaît par contre peu efficient, le sectarisme politique pouvant parfaitement s’accommoder d’une forme de « splendide isolement », à l’ultra-gauche en particulier (une composante hélas globalement négligée par l’étude).

Sa conclusion ressemble fort à une ruse de la raison : le « gauchisme » politique n’aurait finalement été qu’un vernis sur un mal être générationnel, un attelage principalement marxiste d’une révolte d’abord libertaire, le principal résultat de ce militantisme acharné consistant en une démocratisation accrue de la société, sa pacification et sa modernisation. Des considérations plus contemporaines sont alors apportées, sur le devenir des anciens militants, sur la conversion démocratique de nombre d’organisations également (même si le sujet mériterait d’être approfondi, la démocratie ne se réduisant évidemment pas à celle aujourd’hui pratiquée en France). Histoire du gauchisme est ainsi une synthèse importante, riche entre autres de ses nombreuses annexes, mais qui demeure incomplète (peu de chose sur les positionnements géopolitiques, sur les discussions autour de la nature de l’URSS et les querelles idéologiques de manière plus générale, sur le « gauchisme » dans la littérature, polar ou science-fiction, pour ne prendre que quelques exemples) et peut susciter la discussion quant à certaines de ses thèses. La lecture que Philippe Buton fait d’ailleurs de Marx prête à plusieurs reprises le flanc à la critique : la classe ouvrière unique créatrice de richesse ? Un Marx des dernières années adepte du passage pacifique au socialisme ?

« Cinq questions à… Philippe Buton » (Entretien réalisé par voie numérique en mars 2022)

Dissidences : Cela fait plusieurs années que vous travaillez sur l’extrême gauche, comme le prouvent les articles ou les contributions à des colloques et des ouvrages collectifs que vous avez écrits. Qu’est-ce qui vous a amené à passer à la réalisation d’un ouvrage à part entière, et pourquoi sur les années 68 en particulier ?

Philippe Buton : Dans un premier temps, ce fut par une sorte d’amusement, une curiosité autobiographique, que j’ai réalisé des premières recherches sur l’extrême gauche. Dans un deuxième temps, je me suis pris au jeu et, comme pour tout sujet, j’ai trouvé des questions auxquelles j’avais envie de répondre. Puis, troisième temps, j’étais insatisfait des ouvrages que je lisais sur ce même sujet ; je me suis donc décidé à tenter moi-même une synthèse. Or cette synthèse ne pouvait porter que sur la seule période pendant laquelle l’extrême gauche a cessé d’être une simple réalité idéologique pour devenir une véritable force sociale capable de transformer le monde existant.

Dissidences : Vous avez mobilisé un large choix d’archives pour votre étude, écrits comme oraux. Une des spécificités de vos sources tient à la forte utilisation d’archives militaires ou policières. A-t-il été difficile d’y avoir accès ? Cela a-t-il modifié votre regard sur la période, ou simplement confirmé des conclusions préalables ?

Philippe Buton : Je suis parti d’une simple exigence : la volonté de croiser les regards et, si possible, tous les regards. Donc recueillir les témoignages de militants, aussi bien de ceux étant demeurés fidèles à leur organisation à l’image d’Alain Krivine, ou de ceux ayant rompu avec leur engagement initial. Consulter les archives des organisations d’extrême gauche, mais aussi des organismes chargés de les surveiller (préfectures, police, armée), sans oublier les archives du grand adversaire qu’était alors le Parti communiste. Muni de cette exigence, le hasard et la persévérance ont fait le reste. Le plus aléatoire demeure la consultation des archives policières. Qu’elles soient d’origine parisienne ou départementale, la consultation de ces archives, soumise à dérogation, demeure incertaine. Ainsi, je me suis vu refuser tous les documents conservés aux AD de Reims, où je réside, mais accepter tous ceux des AD de Maine-et-Loire, alors même que j’apparaissais dans quelques-uns des documents conservés dans ce dépôt. Aucune règle précise ne régit cette quête difficile. A l’inverse, j’ai eu la bonne surprise de constater la grande libéralité des conservateurs des archives de la Défense, aussi bien pour les archives de l’Armée de terre que pour celles de la Gendarmerie. Quoi qu’il en soit, malgré toutes ces lacunes, il fut infiniment plus facile de récolter des archives sur l’extrême gauche qu’il l’était, quarante ans auparavant, lorsque je travaillais sur le PCF. Pour quels résultats ? Plutôt que de trancher des questions complexes (à la différence de mon précédent travail, dans les archives de Moscou en 1992-1993, concernant le PCF), la consultation de ces archives d’origine diverse m’a permis de poser de nouvelles questions, par exemple sur la densité sociale des organisations gauchistes, sur leur composition socio-professionnelle ou sur l’intensité du danger ressenti par l’armée ou la police.

Dissidences : Vous traitez de certains thèmes, la violence en particulier, mais aussi le travail ouvrier, l’habitus militant… en en laissant d’autres de côté : je pense en vrac aux discussions des organisations autour de l’URSS (sa nature, sa politique), ou au « gauchisme » culturel dans la littérature (le polar ou la science-fiction). Comment avez-vous opéré vos choix ? Envisagez-vous d’autres études pour approfondir et élargir la focale ?

Philippe Buton : Effectivement, j’ai laissé de côté un certain nombre de sujets. J’ai voulu insister sur ce qui me semblait mystérieux lorsque j’ai commencé ma recherche. En revanche, j’ai délaissé tout un tas de choses qui me semblaient bien balisées, notamment toutes les grandes controverses idéologico-politiques, que ce soit la nature de l’URSS et le problème de la révolution politique pour les trotskystes, ou bien la nature du PCF et le problème du capitalisme d’Etat pour les maoïstes. La littérature, académique ou militante, de même que les sources primaires étaient largement abondantes sur ces thèmes. Mais je regrette de n’avoir fait que survoler l’imprégnation du terrain culturel par le gauchisme. Je l’aborde par le principal biais de la réception (quelles étaient les pratiques culturelles des militants ?) et très secondairement par celui de la création. C’est un manque même si cela ne bouleverserait sûrement pas mes conclusions.

Dissidences : Votre Histoire du gauchisme tend à faire de la situation française un moment bien particulier de convergence entre des envies libertaires et des organisations politiques au logiciel idéologique plus traditionnel. Pensez-vous que le cas français est unique, ou ce type de convergence se rencontre-t-il dans les mêmes configurations en d’autres temps et en d’autres lieux ? Selon vous, une telle convergence est-elle susceptible de se reproduire en France ?

Philippe Buton : L’aventure gauchiste en France est effectivement la rencontre entre deux phénomènes qui ne sont pas spécifiquement français. D’une part, ce que j’appelle le « gauchisme politique » – ce qu’on appelle usuellement l’extrême gauche – et qui est l’héritier des très anciennes (anarchiste), ancienne (trotskyste) ou récente (maoïste) dissidences radicales, dissidences historiquement marginales, redevenues marginales dans les dernières décennies, mais qui sont devenues socialement influentes après 68 parce qu’elles servirent de porte-voix à ce que j’ai appelé le « gauchisme culturel », les aspirations libertaires d’une nouvelle génération en crise existentielle. Ce phénomène est international. En revanche, cette génération était polarisée dans deux directions antagonistes : la recherche spirituelle individuelle ou la transgression politique collective. Savoir où s’établirait le curseur – du moins sa position dominante parce que toutes les options étaient possibles et toutes s’observaient – dépendait avant tout de la culture politique nationale dominante. En France, la domination de la culture marxiste a fait pencher la balance vers le millénarisme révolutionnaire collectif. Une telle convergence est-elle à nouveau possible ? Sûrement pas sous la forme dominante du néo-léninisme, dont l’attractivité a été mise à mal par la mort des mythes qui le nourrissaient, ceux du socialisme, du marxisme, de la révolution, de la classe ouvrière et du peuple. En revanche, qu’une nouvelle utopie radicale surgisse, et qu’elle fasse de nombreux émules, c’est bien entendu possible. Le malheur est qu’aujourd’hui les mythes eschatologiques porteurs sont totalement (et non plus partiellement) antagonistes envers la démocratie et même l’humanisme, que ce soit les mythes islamistes ou nationalistes.

Dissidences : Dans votre conclusion, vous considérez que le « gauchisme » a eu comme principal résultat de faire évoluer la société française vers davantage de démocratie, de modernité. N’avez-vous pas l’impression que la droitisation actuelle met fin à cette séquence ?

Philippe Buton : La droitisation actuelle n’est qu’un aspect de l’évolution récente. Un autre trait remarquable est, à l’inverse, l’extrémisation d’une partie des agents politiques sous le sceau de la cancel culture ou de l’islamo-gauchisme. Mais, dans les deux cas, ces deux éléments ne sont pas au fond reliés au phénomène achevé de la convergence des deux gauchismes dans les années 1968. Malgré le phénomène que vous désignez sous le terme de droitisation, les Françaises et les Français, dans leur masse, ont définitivement accepté les acquis de la révolution culturelle des années 68. Quant à l’islamo-gauchisme, il n’est que très marginalement le prolongement du gauchisme politique mais, fondamentalement, le rejet du gauchisme culturel, de cette aspiration de l’époque à rejeter les identités astreignantes pour conquérir l’égalité réelle entre les genres et les groupes divers, à conquérir la liberté de tous par la liberté de chacun, et à enchanter le monde par l’amour et la fraternité.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
dissidences (9 avril 2022). Philippe Buton, Histoire du gauchisme. L’héritage de Mai 68, Paris, Perrin, 2021, 560 pages, 26 € pour l’édition papier, 17,99 € pour l’édition numérique, suivi d’un entretien avec l’auteur. Dissidences : le blog. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/np7l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.