Charles Piaget, On fabrique, on vend, on se paie. Lip 1973, Paris, Éditions Syllepse, 2021, 86 pages, 5 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Dans ce court essai, préfacé par Georges Ubbiali (membre de notre collectif Dissidences et qui se trouve être son neveu) Charles Piaget ne nous propose pas une nouvelle histoire de la lutte des LIP ; n’attendez pas non plus de révélation sur le trésor de guerre des LIP… Mais peut-être plus intéressant, Charles Piaget (âgé maintenant de 90 ans) nous livre, un demi-siècle après, un témoignage personnel de son expérience de « leader » et porte-parole de ce mouvement social historique de 1973.

Dans un style direct et toujours engagé, Charles Piaget revient sur l’histoire de l’usine et surtout sur la constitution d’un « collectif » au sein de l’usine, patiemment construit par les luttes antérieures et par une unité d’action exemplaire, engagée depuis des années, entre la CFDT et la CGT de l’usine. Lorsque éclate la grève des LIP en 1973, pour s’opposer à la fermeture de leur usine, les conditions militantes sont ainsi réunies pour que cette expérience d’autogestion devienne exemplaire. Même si les LIP ont pu être surpris par l’impact médiatique (national et international) de leur lutte.

Pourtant Charles Piaget, qui insiste à juste titre sur le rôle primordial du collectif dans cette bataille, sur les principes d’autonomie et de liberté, n’évite pas les contradictions qui ont pu se manifester, dans les débats des Assemblées générales ou à titre personnel :

* Sur le rôle des syndicats dans la lutte des LIP, en soutien mais non aux commandes du mouvement

* Sur son propre rôle de leader et de délégué vis-à-vis du collectif : « Personnellement j’avoue avoir eu du mal à me plier à ce que nous préconisions », écrit-il.

Charles Piaget nous livre un témoignage plein de sincérité – qui ne s’interdit pas quelques analyses sur la situation économique actuelle ainsi que sur celle du syndicalisme – agrémenté d’illustrations, d’affiches, de tracts et de photographies dont celle de l’usine occupée avec le drapeau des LIP et ce slogan accroché au fronton et resté dans les mémoires : « C’est possible. On fabrique, on vend, on se paie ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.