Norbert Truquin, Mémoires d’un prolétaire, préface de Paule Lejeune, Marseille, Les mots et le reste, collection « Attitudes », 2006, 293 pages, 18 €.

 

 

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Norbert Truquin émerge de la nuit des prolétaires, moins connu que Martin Nadaud, Constant Malva. Pourtant ses mémoires valent le détour. Né en 1833, Norbert Truquin vit la répression de juin 1848, succombe momentanément au mirage colonial en Algérie avant de déchanter. De retour en métropole, il côtoie la Commune de Lyon en 1870, choisit l’émigration pour l’Argentine, le Paraguay où l’on perd sa trace en 1877. Autodidacte, l’homme entreprend de se raconter. L’histoire événementielle importe peu dans ce récit ; ni même la question de la littérature réaliste et / ou naturaliste qu’aborde en préface Paule Lejeune, ferraillant avec le statut d’Emile Zola, traquant l’actualité de ce témoignage. Ces mémoires échappent à ces questionnements toujours construits dans l’après-coup. Norbert Truquin n’est pas un héraut ; importent ses mots pour saisir l’objectif des mémoires :

J’espère qu’en considération des sentiments que je viens d’exposer le lecteur se montrera indulgent pour l’auteur, qui n’a pas de prétentions au beau style mais qui a simplement voulu contribuer, dans la mesure de ses forces, et quoique illettré, à une œuvre de propagande (p. 290).

Une vie se conte donc pour constituer une œuvre de propagande, une archive du rêve ouvrier selon l’expression de Jacques Rancière1. La force propagandiste du livre se construit au fil des lignes, dans l’évidence d’une narration où émerge peu à peu la volonté de l’auteur de partager ses vues, de comprendre et transmettre. Passée l’évocation d’une jeunesse prolétaire, ballottée entre différents patrons et un père toujours impécunieux, l’écriture se resserre à l’adolescence sur la prise d’autonomie du jeune homme. L’âpreté des relations familiales, les vicissitudes entre compagnons de misère ne se colorent d’aucuns filtres, qu’ils soient idéaliste, misérabiliste. Il décrit les Ateliers nationaux, la répression de juin 1848 avec toute la fraîcheur d’un témoin au ras des événements. S’il n’est pas exactement Fabrice à Waterloo (il n’a pas de prétention au beau style), il n’est pas Gavroche non plus : la signification politique des événements lui apparaît dans l’après coup de juin 1848. Sa conscience ouvrière se construit au fil des crêtes de son parcours. Le lecteur suit ce processus pas à pas. De la colonisation algérienne, il semble rien ne dire sauf une méditation sur l’impossibilité de l’agriculture. Dans les milieux canuts, où il prendra femme et fonde une famille, il acquiert sur le fil des relations entre l’ouvrier, le maître et le négociant, une première connaissance des mécanismes capitalistes. Sa réflexion politique s’affine avec la Commune, quand les communards tombent sous les balles républicaines pour patriotisme. Ses pérégrinations épousent les aléas de l’économie. Empruntant sans cesse pour s’établir, il ne possède finalement que ses bras. Prolétaire donc au sens du XIXe siècle, prolétaire jusque d’ailleurs dans les mirages de l’exil sud-américain où il fuit la France des spéculateurs et retrouve finalement des mécanismes économiques trop connus. Le monde de Norbert Truquin est un monde dont on ne s’évade pas individuellement. Ce constat fonde la portée propagandiste qu’il attribue in fine à ses mémoires.

L’utopie paraît au cœur de ses réflexions. Elle s’entrevoit d’abord par une fiction contée pour ses compagnons de voyage. Celle d’un naufrage et d’une société fondée sur une île par un prêtre –vite défroqué- et des bonnes sœurs : l’âge d’or qu’ils réinventent est vite brisé par la venue des jésuites. L’utopie se soumet ensuite à la question. Pour Norbert Truquin, l’organisation devient le maître mot. Outre-mer, en Algérie comme en Amérique du Sud, c’est elle qui décide des réussites ou des échecs. Les colonies argentines sont pour lui vouées à l’échec car fondées sur l’individualisme des colons, proies rêvées pour les commerçants bientôt fondateur des latifundia. Norbert Truquin s’attache ainsi au réel de l’utopie, ce jusque dans la discontinuité de son récit où alterne de longs développements sur la nécessité de l’organisation et de brèves descriptions sur le vif.  Une colonie russe au Paraguay lui inspire de nombreuses réflexions. Structurée par un travail communautaire qui rappelle le mir (inconnu du narrateur), elle lui paraît seule capable d’affronter la jungle, les fourmis, et de plier les spéculateurs à la volonté des producteurs. Norbert Truquin peut ainsi conclure sur l’individualisme des européens. Il apparaît ainsi fils de son siècle jusque dans le regard singulier qu’impose l’autodidaxie sur les questions utopiques et sociales. Toutes deux se soumettent au vif du réel, et peu à peu les réflexions se lestent du politique. En pérégrinant Norbert Truquin se construit, comme les intellectuels saisis par Jacques Rancière2, dont il diffère radicalement parce que fils du peuple. Certes à l’opposé de l’idéalisme de ceux qui vont à sa rencontre, il ne s’éloigne pour autant jamais de ses racines. Empruntant à l’enquête de Jules Michelet (Le peuple), ses dernières pages fustigent la promotion des enfants du peuple par l’Ecole de la IIIe République, promotion dans laquelle il devine tous les maux, toutes les trahisons républicaines :

« Ces jeunes gens, dans les écoles, fréquentent les fils des bourgeois. De quoi s’entretiennent ces derniers, si ce n’est de leurs parties de plaisir et de leurs maîtresses ? Cet exemple est contagieux pour le fils de l’ouvrier, qui ne vient plus visiter ses parents qu’avec répugnance, parce qu’il y manque tous les avantages qu’il trouve chez les parents de ses camarades. Ce jeune homme, muni de son bagage d’instruction, ne peut plus reprendre le marteau et la lime ; s’il est fils de cultivateur, il craint l’odeur du fumier, qui est la base de la fécondité. C’est pour cela qu’il convoite un emploi : mais, pour l’obtenir, il faut des protections et les protecteurs n’accordent leur appui qu’à bon escient ; leur protégé ne fait qu’augmenter le nombre des exploiteurs » (p. 276).

Un écho donc à Michelet, qui écrivait, trente ans auparavant :

“Presque toujours ceux qui montent, y perdent, parce qu’ils se transforment ; ils deviennent mixtes, bâtards ; ils perdent l’originalité de leur classe sans gagner celle d’une autre. Le difficile n’est pas de monter mais en montant de rester soi3.”

Plus tard d’autres, davantage inscrit dans la sphère pédagogique (Albert Thierry, le Péguy de Jean Coste…) reprendront cette tradition qui finalement s’agrégera aux topiques des littératures du peuple chères à Henry Poulaille, puis Michel Ragon. Norbert Truquin est l’un de ces maillons. Le lire saisit un autre XIXe siècle, un autre rapport à l’utopie et la culture : celui de ceux qui s’y frottent individuellement avec la conscience d’être un irrégulier, un marginal, parce qu’autodidacte. Mais aussi avec l’orgueil de eux qui pensent que ces mémoies peuvent servir à propagander.

1 Jacques Rancière, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981.

2 Jacques Rancière, Courts voyages au pays du peuple, Paris, Seuil, 1990.

3 Jules Michelet, Le Peuple, Paris, Garnier-Flammarion, 1974, p. 72.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.