Moshe Lewin, Russie / URSS / Russie (1917-1991), Paris, Syllepse / Page 2 / M éditeur, 2017, 264 pages, 21 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Syllepse ont choisi ces dernières années de remettre en avant l’œuvre d’un historien important de l’histoire soviétique, Moshe Lewin, en rééditant son Dernier combat de Lénine, en proposant également un recueil de textes inédits, Les Sentiers du passé1. Il en est pour l’essentiel de même quant à Russie / URSS / Russie. Denis Paillard a en effet repris un recueil d’articles éponyme, paru aux États-Unis en 1995, en extrayant six des seize textes, les deux autres étant initialement parus dans l’ouvrage collectif La Russie post soviétique : la fatigue de l’histoire et dans un autre seulement disponible en allemand. Il est toutefois dommage que Denis Paillard ne fournisse pas davantage d’éléments sur ce qui l’a poussé à écarter les autres textes du recueil d’origine.

Dans sa longue introduction, Denis Paillard revient sur quelques points clefs de l’apport de Moshe Lewin à l’historiographie soviétique, dont la division croissante entre la bureaucratie et la société, la clef d’interprétation de l’étatisme, ou les résistances sociales au pouvoir et à ses directives (proposant au passage une riche bibliographie anglo-saxonne). Avec « Russie/URSS dans le mouvement de l’histoire : essai d’interprétation », Moshe Lewin insiste sur le fait que l’URSS ne fut à aucun moment socialiste, son échec ne signifiant donc pas la fin de cette idéologie. Il revient également sur les idées forces de son analyse, en particulier l’importance de la composante paysanne sous le tsarisme, durant lequel l’État lui greffe un capitalisme moderne, ou à l’issue de la guerre civile, générant une véritable « archaïsation » du pays. L’opposition entre Lénine et Staline est un autre point clef, le premier favorable à un capitalisme d’État dans ses dernières années de vie, là où le second incarnerait un absolutisme bureaucratique, renouant en partie avec la logique tsariste.

« La guerre civile : dynamique et conséquences » est un des textes les plus intéressants. Moshe Lewin y insiste à la fois sur le succès des bolcheviques dans l’édification d’un nouvel État et la saignée que représenta la perte sèche de forces vives (sauf pour le monde du crime, ironiquement), engendrant ce qu’il qualifie de « primitivisation » de la société2. Dans « Ego et politique dans l’autocratie stalinienne », l’historien tente de décrypter le pouvoir de Staline, dans un contexte de « paranoïa systémique » au cours des années 1930, qui virent une volonté à l’œuvre d’effacement du passé révolutionnaire et un retour partiel à l’autocratie tsariste, en particulier sous la forme du nationalisme russe, celui des Cent noirs inspirant même la dernière phase du stalinisme (de 1945 à 1953). Pour Moshe Lewin, le stalinisme pourrait ainsi être défini comme un despotisme oriental enrichi d’une volonté farouche d’industrialisation. Par contre, « Les ouvriers en quête d’une classe entre « personnalité » et « classe » » possède un caractère inachevé, ce texte ayant été élaboré dans le cadre d’un colloque, sans que les communications auxquelles il fait référence ne soient pleinement résumées. On en retiendra le principe d’une décomposition / recomposition de la classe ouvrière russe à travers la révolution – guerre civile, ou l’idée de classes mythifiées à travers des statistiques arrangées, ainsi des contours du prolétariat selon les autorités soviétiques.

« Rapport d’autopsie » aborde à chaud la fin de l’URSS, mettant l’accent sur l’incapacité de la bureaucratie à gérer toute la vie du pays et à s’adapter à ses évolutions ; non seulement la planification ne fut jamais réellement efficiente, refusant d’utiliser le marché (sauf sous ses formes déformées, marché noir et ajustements officieux entre entreprises), mais la surcentralisation du système provoqua paradoxalement une fragmentation du pouvoir en même temps que le parti se dépolitisait. Les années 1960 furent ainsi le dernier moment, selon Moshe Lewin, où les choses auraient encore pu être infléchies, ainsi que le montre à sa manière Francis Spufford dans Capital rouge. Les deux derniers textes se penchent davantage sur la Russie post-soviétique. « Nationalisme de notre temps : le cas de la Russie », très critique à l’égard du nationalisme en général, vaut surtout pour l’éclairage qu’il propose sur un courant nationaliste existant au sein même des sphères de pouvoir de la période stalinienne jusqu’aux derniers jours de l’URSS (même si cette thèse mérite d’être discutée, la caractérisation de Souslov comme « mentor » de ce courant paraissant contestable).

Quant à « La Russie entre réformes et marginalisations », c’est un essai de synthèse dont on retiendra ce résumé explicite de l’histoire de l’URSS post-léniniste : « Le stalinisme, considéré comme un modèle de dictature despotique, a en effet perdu (…) la capacité de gérer les affaires du pays au lendemain de sa plus grande gloire, la victoire contre l’Allemagne nazie. Ce régime, qui avait commencé à pourrir de l’intérieur, a été remplacé par un modèle assez différent : celui d’un « absolutisme bureaucratique ». (…) Le remplacement du régime stalinien par un système bureaucratique a permis une redynamisation a priori prometteuse (…) Ce régime-fossoyeur a finalement succombé au même sort que son prédécesseur : (…) l’un comme l’autre se sont révélés incapables de gérer les bouleversements sociaux qu’ils avaient engendrés. » (p. 241). Plus que d’une initiation à l’œuvre de Moshe Lewin, Russie / URSS / Russie peut être davantage vu comme un complément à un de ses livres majeurs, Le Siècle soviétique.

1Voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/7096

2« Du fait de la destruction de tant d’avancées culturelles, économiques et politiques intervenues auparavant, le pays et le nouvel État sont devenus plus sensibles et vulnérables à certaines des caractéristiques les plus archaïques de la tradition historico-politique russe, et plus fermés au renforcement des aspirations progressistes tournées vers l’avenir. » (p. 127).



Citer ce billet
dissidences (2022, 2 juin). Moshe Lewin, Russie / URSS / Russie (1917-1991), Paris, Syllepse / Page 2 / M éditeur, 2017, 264 pages, 21 €. Dissidences : le blog. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np7p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.