Ateliers de l’Antémonde, Bâtir aussi, Paris, Cambourakis, collection « Sorcières », 2018, 256 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Si la collection de science-fiction engagée des Éditions libertaires, « Nos futurs », semble désormais appartenir au passé, des collectifs militants n’en poursuivent pas moins l’élaboration de rêves d’avenir, usant de l’anticipation dans ce qu’elle peut avoir de plus constructif, de plus mobilisateur. C’est le cas des Ateliers de l’Antémonde, qui se sont lancés dès le début de la décennie dans ce projet d’écriture collectif finalisé en 2018.

Tout débute par une véritable uchronie, l’Haraka, autrement dit la propagation des mobilisations des printemps arabes au continent européen, d’abord les pays méditerranéens, avant que la France de Sarkozy ne soit touchée à son tour. Le basculement se décline alors en une grève générale, transformée ensuite en combats de rue, décrits au lecteur à travers l’exemple des barricades de Lyon. La narration alterne en effet entre flash backs sur la situation révolutionnaire du début de la décennie et situation de la France métamorphosée, dix ans après ; de même, pour mieux présenter la mosaïque de situations nouvelles, chaque chapitre s’intéresse à un personnage différent. Les détails manquent cependant sur le déroulement de cette quasi guerre civile, en dehors de la situation marseillaise, qui voit le ralliement des nationalistes locaux aux insurgés, et partant d’une partie de l’armée. Des milices d’extrême droite sont également évoquées, et si le tableau présente de larges brèches qui permettraient de mieux comprendre la victoire d’une insurrection en proie à l’intervention – limitée – de l’Union européenne, il est appréciable de voir les auteurs prendre à bras le corps la question de la violence révolutionnaire (la question des armes à feu, pouvant conduire à devenir semblables aux ennemis que l’on combat, mais dont l’utilisation reste envisageable) et de l’inévitable guerre civile.

La vie d’après se déploie à échelle humaine, dans de petites communautés, bâties sur les décombres du vieux monde. Sont ici privilégiées les discussions et prises de décision en assemblées, le caractère crucial de l’alimentation (pratiquée dans des restaurants collectifs) et les luttes des minorités ou majorités opprimées, femmes, homosexuels, etc… Ce qui explique leur usage de l’écriture inclusive. Sont également esquissés les nouveaux rites sociaux, voire la spiritualité de cette nouvelle société qui demeure curieusement isolée par rapport au reste du monde, guère abordé. Une question particulièrement scrutée concerne le rapport à la technologie. Si les industries semblent avoir été abandonnées, et le principe de la croissance délaissé, les machines sont toujours utilisées, ainsi des laveries pour le linge, de l’électricité produite par la force des pédales (avec une rotation des tâches pénibles, justement) ou de celles qui permettent, sur le modèle coopératif, d’usiner des pièces indispensables à la fabrication de vélos, par exemple ; on est ici plus proche d’un artisanat à la William Morris, et du principe du Do It Yourself, avec l’apport de FabLab mis au service de tous.

Clairement, les Ateliers de l’Antémonde rejettent les illusions du primitivisme, au profit d’une forme de pragmatisme militant. En postface, les auteurs explicitent ainsi leurs présupposés, les apports de Murray Bookchin, mais aussi le refus d’idéaliser la nature et d’une lutte anti-technologique qui surdéterminerait toutes les autres.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.